• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > #NousSommesTousCatalans

#NousSommesTousCatalans

Il est vraiment grand temps de cesser nos plaisantes conversations de café du commerce sur le pour ou contre l’indépendance catalane. Depuis le 1er octobre, et l’usage disproportionné de la violence policière par Rajoy, c’est devenu hors-sujet : il en va aujourd’hui de la défense de NOTRE démocratie, à nous tous citoyens Européens.

#NousSommesTousCatalans

Il est vraiment grand temps de cesser nos plaisantes conversations de café du commerce sur le pour ou contre l’indépendance.

Depuis le 1er octobre, et l’usage disproportionné de la violence policière par Rajoy, c’est devenu hors-sujet : il en va aujourd’hui de la défense de NOTRE démocratie, à nous tous citoyens Européens.

Ce qui se passe en Catalogne concerne en effet de très près tous les Européens que nous sommes, contrairement à ce que les grands médias aux ordres veulent faire croire, pour nous désolidariser du sort des Catalans afin que nous ne fassions ainsi pas sur nos gouvernements qui ont fait de Rajoy leur élu. 

L’Etat Espagnol (aux mains d’un parti ultra-corrompu et néo-franquiste, à bien distinguer de l’Espagne) est en train de violer allègrement tous les traités fondamentaux en matière de droits de l’homme de l’Union Européenne (UE) comme le rappelait le 3 octobre l’association PEN des écrivains internationaux, à commencer par la Charte des Droits Fondamentaux et la Convention Européenne des Droits de l’Homme.

L’usage disproportionné de la force lors du référendum du 1er octobre a été dénoncé et reconnu par Amnesty InternationalHuman Rights Watch, et même le Conseil de l’Europe qui a demandé l’ouverture d’une enquête qui a été refusé par Rajoy. Normalement ceci aurait dû déclencher des sanctions de l’UE au titre de la procédure de l’Article 7, menaces qu’on fait planer actuellement sur la Pologne pour beaucoup moins que ça dans un anti-fascisme d’opérette : bien caractéristique de la gauche caviar française incapable de mener de réels combats sociaux en dehors de causeries de plateau télé autour des textes de Michéa, de Gramsci ou de Pasolini dont le peuple se fout royalement et à juste titre. 

Honte à Libération, le « grand quotidien de gauche » (avec supplément caviar) – véritable torchon de tartufferie bien-pensante aux ordres de l’oligarchie qu’il est devenu sous la nouvelle ère Macron-Drahi – et à son orwellien service de désinformation « Désintox », d’avoir osé titrer après la répression du 1er octobre : « Catalogne : aucun traité européen ne prévoit l’expulsion d’un Etat pour avoir réprimé des électeurs ». On pourrait aussi je crois créer en ce moment un hashtag #balancetoncollabodeloligarchie.

Honte à Manuel Valls, bien représentatif de la tournure autoritaire que prend notre pays depuis Sarkozy, et qui va bientôt pouvoir reprendre du service en petit dictateur ridicule dans les colonies, d’avoir relativisé les violences policières en se référant uniquement à des « images » et en disant qu’en substance ce n’était pas grave « car il n’y avait pas eu mort d’homme » : une belle philosophie fascisante qu’il mit en pratique en faisant tabasser à La Manif pour Tous et durant les manifestations contre la loi travail sans débat parlementaire. Des méthodes devenues aujourd’hui business as usual dans la France Macron-MEDEF où les chômeurs, des « optimisateurs » selon Gattaz, seront bientôt criminalisés (ils le sont déjà symboliquement) au rythme où ça va.

Honte enfin à toute la pseudo-intelligentsia qui monopolise nos plateaux télés et à toutes nos grands âmes généralement si promptes à dénoncer les atteintes aux droits de l’homme lorsqu’elles sont loin de chez nous : et si silencieuses, lorsqu’elles ne sont pas ouvertement supportrices, de la répression en Catalogne par leur ignorance crasse du sujet et leurs lâchetés. Michel Onfray, philosophe de grande surface si représentatif des clowns qui accaparent l’espace médiatique pour y vendre leurs platitudes égocentriques, aurait pu au moins en tant que prétendu « anarchiste proudhonien » s’indigner, lui qui si récemment appelait encore à « décoloniser les provinces françaises« , rien que ça. Mais non, sur michelonfray.com, il ne réagit pas à la Catalogne en nous parlant de Proudhon (et de son rejet total des états-nations, qui avait notamment inspiré la Commune de Paris) mais, dans une divagation totalement hors-sol, de Hobbes, sans un mot de réprobation pour la violence policière et avec même un final en apologie de la monarchie espagnole (imposée par Franco et jamais votée) qui a pris fait et cause pour Rajoy sur la Catalogne de manière très dure. Une apologie confondante d’ignorance puisque cette monarchie est non seulement profondément corrompue (ayant accumulé mystérieusement deux milliards d’euros partant de zéro depuis sa restauration comme l’avait révélé le NY Times) mais aussi responsable (juteuses commissions occultes à la clé visiblement) en VRP des ventes d’armes à l’Arabie Saoudite dont l’Espagne est le 3ème fournisseur mondial. Mais qu’attendre d’autre d’un tartuffe proudhonien, qui fait supporter les coûts de son Université Populaire par la collectivité par des subventions publiques, mais en privatise les profits le plus néo-libéralement possible par de très juteuses ventes de disques de ses conférences ?

Après cette violence policière dont tout le monde a pu être témoin, et qui laissait imaginer que normalement il y aurait un tollé mondial, l’impensable s’est produit : c’est-à-dire que strictement RIEN ne s’est passé, solidarité totale de la France de l’UE avec Rajoy. 

Il y a eu ensuite des ahurissantes menaces de mort publiques le 9 octobre – aussi sinistres qu’explicites – du porte-parole officiel du Partido Popular, Pablo Casado, en menaçant Carles Puigdemont de finir comme Lluis Companys, le premier président de la Generalitat, qui fut TORTURE ET FUSILLE PAR FRANCO après avoir été arrêté par la Gestapo en France où il était éxilé, et ce à quelques jours des commémorations de sa mort en Catalogne. Vous imaginez Castaner dire à Mélenchon qu’il va finir comme Jaurès s’il continue ? En Espagne c’est pas d’obscurs groupuscules d’extrême droite qui forment de tes projets, mais un gouvernement en place.

Cataluna-Lluis_Companys-Generalitat_de_Catalunya-Declaracion_unilateral_de_independencia-Grandes_Historias_229492103_38914701_1706x960

Voilà pour ceux qui douteraient encore du néo-franquisme du Partido Popular, qui a recyclé (avec leurs méthodes criminelles et leur idéologie autoritaire) tous les cadres de l’époque franquiste et leurs rejetons (exemple typique Aznar), qui finance avec des deniers publics la Fondation Franco, qui se bat bec et ongles (avec succès) pour pouvoir conserver partout en Espagne des noms de rues, des monuments, des écoles franquistes. Imaginez en France un parti de droite entretenant la mémoire du maréchal Pétain avec des squares Pierre Laval et des francisques sur les plaques : non le Partido Popular n’est pas un parti de droite normal, comme peut l’être Les Républicains. S’il n’y a pas de parti d’extrême droite en Espagne, c’est parce que l’extrême droite C’EST le Partido Popular. La toujours très vomitive Revue Eléments, revue de la fachosphère avec laquelle Michel Onfray est désormais cul et chemise, a d’ailleurs dans un récent numéro célébré le putsch franquiste de juillet 1936 par la bataille du siège de l’Alcazar, grand fait d’armes et de propagande franquiste durant la guerre civile. Mais bien sûr « ne diabolisons pas »… mais si seulement l’extrême droite soutenait Rajoy ce ne serait rien. Les vrais fascistes en France ne sont pas hélas qu’au Front National, ce que montre bien le cas catalan et les vagues de sympathie que suscite un gouvernement qui frappe sur des populations pacifiques.

Aucune réaction à ces menaces de mort à l’encontre d’un opposant politique, les médias français ne relayant pas l’info et mentant dès lors, comme ils en ont pris l’habitude sur ce dossier, par omission en s’abstenant de relater les faits contraires à la version officielle.

Tout comme ils mentent par omission en ne disant pas que des sondages très récents montrent que plus de 80% des Catalans, indépendantistes ou pas, veulent décider de leur destin dans un référendum : ceci est en ligne avec le principe de liberté des peuples à disposer d’eux-mêmes, inscrite au Chapitre 1 de la Charte des Nations Unies, ratifiées par tous les pays y compris l’Espagne, et accordé pacifiquement à l’Ecosse et au Québec. Comme l’a rappelé Carles Puigdemont lors d’un récent passage à France Inter où il fut interviewé par Léa Salamé avec son style habituel (qui lui aurait sans doute valu face à un représentant de Le Média un procès pour diffamation voire en harcèlement, vu leur surprenante vision de la liberté de la presse de simplement poser des questions), ce sont en principe les règles du droit international qui priment sur le droit interne des nations, surtout sur ces questions. Droit des peuples à disposer d’eux-mêmes que l’UE désormais par Junker nie catégoriquement : mais qui est-il lui sérieusement, technocrate non élu, à la solde de tous les lobbys de la terre, pour dire qu’il ne veut pas de l’indépendance de la Catalogne ?

Escalade dans l’abus de pouvoir anti-démocratique de l’Etat Espagnol, nous avons maintenant depuis le 16 octobre pour la première fois dans l’histoire de l’UE deux prisonniers politiques en Espagne, deux associatifs, enfermés sans aucun procès comme si c’étaient des criminels alors qu’ils n’avaient fait qu’appeler les Catalans à manifester et à voter sans aucune violence : Jordi Cuixat de l’ANC et Jordi Sanchez d’Omnium Cultural, dont nous ne savons strictement rien depuis, et dont l’Etat Espagnol parle dans une novlangue tout à fait totalitaire non pas comme des « prisonniers politiques » mais des « politiques prisonniers ».

jordi support

Toujours aucune réaction, soutien total de tout le monde – Macron et Junker, les grands amis du peuple que l’on sait, en tête – à Rajoy et silence alourdissant des médias, des politiques, des intellectuels toujours si prompts à donner des leçons de morale au monde entier.

Rappelons tout de même que – si l’Espagne était un véritable état de droit, ce qu’il n’est pas, pas plus qu’il n’est une monarchie constitutionnelle comme le Royaume-Uni autrement plus démocratique (Ecosse, Brexit) – c’est normalement Rajoy et son odieux petit roquet franquiste Soraya Sáenz de Santamaría (qui avait assuré le 1er octobre que la police n’avait jamais frappé qui que ce soit) qui devraient être aujourd’hui en prison : le Partido Popular étant aujourd’hui considéré en Espagne comme une organisation criminelle et sans doute l’un des partis les plus corrompus au monde. Outre les centaines de cas de corruption aggravée et de détournements de fonds publics du Partido Popular en cours d’instruction et emprisonnement (accompagnés de dix témoins du Partido Popular qui ont mystérieusement trouvé la mort avant de témoigner, et le récent incendie du Palais de Justice de Valence pour effacer les preuves d’un énorme procès en cours), un immense Watergate a été révélé cet été et est en cours d’instruction visant Rajoy et son gouvernement.

Ce qu’on ne sait pas du tout non plus en France, c’est qu’il s’agit là d’un gouvernement qui a orchestré une conspiration politique de déstabilisation avérée de très grande ampleur – dite « Opération Catalogne » – à la veille des élections de 2015 (tout de même remportées par les partis indépendantistes, majoritaires au parlement, mais qui auraient été sans doute majoritaires sans cette conspiration) pour nuire au personnel politique catalan avec un méga cabinet noir composé d’ex-membres de la police politique franquiste et utilisant des fonds publics détournés, et chargés de trouver ou pire de fabriquer de toutes pièces des affaires : un méga-Watergate, impliquant entre autres directement Rajoy et son ex-ministre de l’intérieur, sur lequel n’importe quel gouvernement réellement démocratique aurait sauté. Cette affaire est désormais avérée par une commission parlementaireet les investigations judiciaires sont en cours. En avez-vous entendu parler ?

Voilà qui est Rajoy exactement, et pourquoi lorsqu’il parle de « légalité » et d’ « état de droit », on ne peut que rire ou plutôt pleurer tellement il dupe, en bon escroc, tout le monde. On peut aussi rajouter, dans le registre des pratiques parfaitement illégales, les pressions gouvernementales que reçoivent les banques et les entreprises pour délocaliser leurs sièges, afin de faire croire au monde entier que les entreprises fuient la folie des indépendantistes. Au passage, comme dans son immense érudition Michel Onfray le commentait, la Catalogne n’était-elle pas censée être une région de riches qui ne veulent plus aider les pauvres ? Mais quelle farce on nous sert en France sur ce dossier.

Application aujourd’hui de l’article 155 (sans aucune supervision du Tribunal Constitutionnel, qui est de toutes façons notoirement aux ordres de Rajoy et du Partido Popular, et qui édicte les lois qui conviennent au pouvoir et censurent celles qui lui déplaisent) alors que Carles Puigdemeont n’a pas dans sa lettre de jeudi déclaré d’indépendance mais a seulement encore une fois demandé le dialogue. Cette application de l’article 155 est donc parfaitement anti-constitutionnelle, mais comme de toutes façons il n’y a pas de séparation des pouvoirs en Espagne, le Tribunal Constitutionnel étant une annexe du Partido Popular, aucun problème. Convocation d’élections visiblement en janvier, mais les Catalans pourront-ils voter pour des partis indépendantistes si c’est derniers sont considérés, comme c’est désormais le cas avec des indépendantistes en prison et d’autres à venir certainement, comme « anti-constitutionnels et séditieux » ? Si une telle censure politique était appliquée ce sera véritablement le basculement définitif de l’Espagne vers l’état policier en dehors de l’éta de droit, et il est fort à craindre que même si cette nouvelle escalade était franchie il continuerait encore d’être soutenu par tout le monde en haut lieu en France comme en UE.

Parmi les mesures annoncées aujourd’hui par Rajoy non seulement l’abrogation de l’autonomie de la Catalogne, incluant la mise sous tutelle de TV3, le FR3 catalan, la seule télévision espagnole offrant une vision discordante (plutôt pr-indépendantiste mais en rien extrêmiste et pluraliste) sur le situation catalane dans un paysage télévisuel espagnol totalement aux ordres de l’Etat espagnol. Nous attendons avec impatience (mais pas trop) les signes de solidarité de leurs confrères français (il est vrai déjà aux ordres). Nous pouvons craindre que ce ne sont que les débuts des attaques contre la démocratie d’ici les élections.

Ce qui se joue aujourd’hui réellement en Catalogne n’est plus l’indépendance de la Catalogne : c’est la liberté et l’impunité (sans sanction de l’UE) d’un Etat de violer tous les traités des droits de l’homme possibles et imaginables au nom d’un prétendu « ordre public ». Lorsque Macron insulte les GM&S et leurs élus en écharpe tricolore de « fouteurs de bordel », lacrymo de CRS en prime (on voit que les élections et le temps des selfies sur des parkings est passé) c’est exactement la même logique : la requalification de droits d’expression démocratiques fondamentaux en trouble à l’ordre public, légitimant la répression policière et le muselage. 

La dérive autoritaire et anti-démocratique de l’Etat espagnol nous concerne tous Européens : si on laisse faire ça, en créant un tel précédent, demain ce sera notre tour à tous. Et à bien des égards en France, c’est DEJA notre tour, de manière aussi insidieuse que grandissante.

Les démocraties européennes ont abandonné la République Espagnole à son triste sort en 1936, au motif tout aussi lâche et hypocrite d’une affaire intérieure, et ce fut le terrain d’entraînement des forces de l’Axe pour la seconde guerre mondiale. Bien des horreurs auraint été évitées si la France et la Grande-Bretagne avaient assisté la République démocratiquement élu attaquée par les armées fascsites du général Franco.

Que toute l’oligarchie politique et économique européenne ait choisi Rajoy comme son poulain – alimentant la fabrique à mensonges des appareils médiatiques dominants pour anesthésier les opinions publiques – montre clairement que l’Espagne est aujourd’hui le terrain d’entraînement des régimes anti-démocratiques et autoritaires qui se profilent pour nous tous Français et Européens. 

Ne commettons pas la même erreur.

NE LAISSONS PAS TOMBER NOS CONCITOYENS D’UNION EUROPEENNE.

NOUS SOMMES TOUS CATALANS.

#NousSommesTousCatalans


Moyenne des avis sur cet article :  2.54/5   (28 votes)




Réagissez à l'article

179 réactions à cet article    


  • BA 22 octobre 2017 19:18

    1- Première chose : qu’a choisi le parlement de Catalogne ?

    Le parlement de Catalogne compte 135 députés.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Parlement_de_Catalogne

    La majorité absolue est de 68 députés.

    Mardi 10 octobre 2017, une majorité de 72 députés a signé la proclamation d’indépendance de la République de Catalogne.

    La fameuse déclaration d’indépendance signée par les 72 députés indépendantistes vient d’être publiée par El Mundo : 

    https://twitter.com/ElMundoEnVivo/status/917845085638856705/photo/1?ref_src=twsrc%5Etfw&ref_url=http%3A%2F%2Fwww.lemonde.fr%2Feurope%2Flive%2F2017%2F10%2F10%2Fcrise-en-catalogne-suivez-en-direct-le-discours-du-president-catalan-carles-puigdemont_5198961_3214.html

    2- Deuxième chose : qu’a choisi le peuple de Catalogne lors du référendum du 1er octobre ?

    Nombre d’électeurs inscrits : 5 340 000.

    Nombre de votants : 2 305 936, soit 42,38 % des inscrits.

    Résultat :

    90,18 % de « oui » à l’indépendance de la Catalogne

    7,83 % de « non » à l’indépendance de la Catalogne.

    (Rappel : lors d’une élection, ou lors d’un référendum, le résultat qui compte, c’est le résultat par rapport aux suffrages exprimés.)

    https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9f%C3%A9rendum_de_2017_sur_l%27ind%C3%A9pendance_de_la_Catalogne

    Conclusion :

    1- Le peuple catalan a choisi l’indépendance de la Catalogne lors du référendum.

    2- Le parlement catalan a choisi l’indépendance de la Catalogne par 72 députés contre 63.

    3- Tous ceux qui refusent l’indépendance de la Catalogne refusent le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Ils sont nos ennemis.


    • leypanou 22 octobre 2017 19:34

      @BA
      Nombre de votants : 2 305 936, soit 42,38 % des inscrits. : vous auriez aussi pu préciser que s’il n’y avait pas eu d’intimidation (violente), la participation aurait été nettement supérieure.


    • julius 1ER 23 octobre 2017 08:15

      @leypanou


      42% des inscrits sur un chiffre de 5 millions de personnes en age de se prononcer...... c’est loin de faire une majorité en terme de recherche de légitimité ou de proclamation d’indépendance !!!

      même si tout ce que raconte l’auteur de l’article sur les anciens franquistes recyclés est vrai.... il n’en reste pas moins vrai que ces indépendantistes ne sont que de vulgaires nationalistes sur une échelle microscopique !! 

      c’est du nationalisme 3. 0 à la sauce New Age, l’indépendance pour l’indépendance ne règle en rien les rapports économiques entre les nations ni même le financement de l’économie et encore moins comment mettre au pas le Capitalisme planétaire !!!
      c’est juste une fuite en avant menée par des opportunistes carriéristes !!! 

    • L'impertinent L’impertinent 23 octobre 2017 09:48

      @julius 1ER Encore une fois la véritable question c’est de savoir si on souhaite accorder ou pas aux Catalans un référendum d’auto-détermination (plus de 80% des Catalans le souhaitent, y compris les anti-indépendantistes) conformément au droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, qui est un droit fondamental qui a été accordé à l’Ecosse et au Québec : pourquoi s’obstiner à refuser ce droit comme le fait Madrid depuis des années ? Ce n’est tout simplement pas démocratique. Les partis indépendantistes ont recueilli 48% des voix aux dernières élections en 2015 (dans un contexte où le gouvernement a organisé une vaste entreprise de déstabilisation, « Opération Catalogne », comme je le dis dans mon article, et qui aurait dû faire sauter le gouvernement si l’Espagne était une vraie démocratie) c’est très loin d’une « échelle microscopique » et largement suffisant pour demander un référendum.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 23 octobre 2017 11:05

      @BA
      A 90% les Catalans ont voté oui à la Constitution espagnole, qui leur donnait une large autonomie, mais n’autorisait pas un referendum pour l’indépendance. Ils sont donc dans l’illégalité.

      Expliquez-nous plutôt :
      - quels avantages auront-ils à être gérés par Bruxelles, plutôt que par Madrid ?
      - comment un révolutionnaire comme vous peut soutenir des séparatistes qui ne veulent pas partager leur richesse avec les pauvres espagnols ruinés ??


    • Diogène diogène 23 octobre 2017 11:29

      @L’impertinent

      Agoravox a supprimé mon commentaire !Dommage...


    • exocet exocet 23 octobre 2017 12:06

      @BA

      Plus de 45 milliards d’€ de corruption annuelle : Rajoy est à la tête du parti politique le plus corrompu d’Europe

      Antoine Gasquez 22 septembre 2017 Politique, Société commentaires

      L’information traitée par les médias espagnols en juillet dernier est passée aujourd’hui à l’arrière plan compte tenu de l’actualité en Catalogne. Mais c’est aussi l’une des raisons du souhait d’indépendance des Catalans. L’Espagne est actuellement dirigée par le parti le plus corrompu d’Europe. Cette information est relatée par plusieurs médias espagnols. Parmi ceux-ci El Diario qui n’hésitait pas à titrer en mars dernier : « La corrupción endémica del Partido Popular ». Une assertion largement étayée : « Depuis 1978 jusqu’à nos jours, plus de 175 réseaux de corruption ont été découverts, tous associés aux partis au pouvoir et selon la Commission nationale des marchés des valeurs, (CNMV), cette corruption ne coûte pas moins de 45 milliards d’euros annuels à l’Espagne. La plus grande part est prise par le Partido popular (PP), qui est le parti qui gouverne et qui prévoit de continuer à gouverner les prochaines années ». Un parti que Mariano Rajoy a intégré dans les années 1980 – le PP s’appelait alors Alianza Popular et était conduit par Manuel Fraga, un ministre de Franco – et dans lequel il a gravi tous les échelons avant de prendre les fonctions directives en 1989, de devenir ministre sous le gouvernement Aznar , puis de diriger le parti en 2004. Un parti qui gouverne, avec Rajoy à sa tête, l’Espagne depuis 2011. Un parti qui est surtout poursuivi pour…. 900 plaintes pour corruption.

      Les affaires pleuvent. « Durant une période, il en sortait pratiquement une par semaine, parfois chaque jour » indique El Diario. « Marchés publics truqués », « Pots-de-vins », « fausses factures », « comptes en Suisse »…. L’affaire de la « comptabilité occulte » du PP...

      La Commission nationale des marchés de la compétence (CNMC), chiffre à 90 milliards par an le montant des délits de corruption en Espagne, dont 47,5 milliards liés à des surcoûts dans les marchés publics. Un chiffre que confirme à un chouïa près la Commission nationale des marchés des valeurs, (CNMV) avec son estimation à 45 milliards. Ce qui représente plus de 7,5 % de la dépense publique espagnole.

      45 milliards, c’est de quoi faire pratiquement 3 750 collèges ou lycées en France par an.

      Il est impossible en France de comprendre le phénomène de montée de l’indépendance de la Catalogne si on n’intègre pas le problème profond de corruption qui touche l’Espagne. Rappelons que le budget annuel de la Catalogne est de 29,7 milliards d’euros, pratiquement la moitié du volume global de la corruption liée au pouvoir de Madrid.

      et : http://www.huffingtonpost.es/2016/12/09/coste-corrupcion-espana_n_13532158.html


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 23 octobre 2017 18:12

      @julius 1ER
      Franco et Hitler étaient tout à fait favorables aux découpages des pays européens en régions.
      Hitler était pour l’ Europe Nouvelle, écoutez bien son discours.


      Il a soutenu les séparatistes bretons, dont le drapeau est resté.
      Il était pour une Europe des Ethnies, dont voici la carte.
      C’est exactement la carte des langues minoritaires sur laquelle les séparatistes s’appuient.

      Quand on veut rendre les gens idiots, on falsifie l’ Histoire.



    • Elliot Elliot 22 octobre 2017 19:39

      Tous les atermoiements de Puigdemont n’auront donc abouti qu‘à cela, la mise sous tutelle de la Catalogne avec un proconsul omnipotent désigné par par Madrid.

      Samedi soir, alors que des centaines de milliers de Catalans manifestaient pour l’indépendance, Puigdemont s’entêtait à la télévision catalane à semer les ferments de la désillusion, déplorant certes le coup de force antidémocratique mais rechignant au geste qu’attendaient les manifestants l’annonce formelle de l’indépendance catalane et le rejet de la tutelle castillane.

      Les finauderies inspirées au gouvernement catalan par, paraît-il, la Commission Européenne ( quelle naïveté d’imaginer que l’objectif de cette dernière n’est pas le statu quo quel qu’en soit le prix surtout démocratique ! ), cette valse hésitation, avec des options clairement définies au départ, l’indépendance mais dont l’avènement était systématiquement différé, a surtout contribué à affaiblir le camp indépendantiste.

      Avec une Généralité qui se retrouve mise hors la loi ( une loi dont elle n’a pas osé se libérer ) et dont les instruments symbolisant sa petite part de pouvoir vont passer sous direction madrilène comme au bon vieux temps où Franco faisait payer à la Catalogne son engagement républicain.

      Et maintenant quel avenir pour la Catalogne ? Des élections organisées par le pouvoir central qui vont à coup sûr sceller pour des années le sort du mouvement libérateur.

      C’est un triste jour pour la liberté, bafouée au nom de la démocratie européenne si tant est que l’Europe communautaire puisse encore mériter de cette qualification dont elle n’est plus dépositaire depuis bien longtemps.

      Cette Europe qui ne souffre la libération des peuples qu’en dehors de son territoire ( comme en Yougoslavie dépecée au gré des intérêts de l’Allemagne ) là où elle prône le séparatisme au nom de valeurs théoriques qu’elle se refuse d’appliquer sur son propre sol.


      • Xenozoid Xenozoid 22 octobre 2017 19:51

        @Elliot



        alors le peuple a’t’il son mot a dire entre le pouvoir catalan et l’español,les 2 qui s’affrontent sont ceux de la classe dominante les arênes sont pour le peuples....poudre aux yeux et dangeureux
        l’état nation est devenu obsolete on en reviens au fiefs...oui

        tout pouvoir revient a la hiérarchie car il y a propriété

      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 23 octobre 2017 11:11

        @Elliot
        Des élections organisées par le pouvoir central qui vont à coup sûr sceller pour des années le sort du mouvement libérateur.

        Vous n’avez pas bien compris, je crois.
        Les séparatistes, veulent quitter l’ Espagne, mais pas l’ Union européenne !
        « La Catalogne finira indépendante et membre de l’ UE ! »


        Expliquez-nous quels avantages ont tiré les Grecs à être sous tutelle directe de Bruxelles et de la BCE ? Ils sont ruinés.
        « La Grèce, 4 ans d’austérité en 40 photos ».
        Pour mémoire, avant l’UE, la Grèce avait 6 % de croissance et 0 chômeur.

      • Lugsama Lugsama 23 octobre 2017 15:31

        @Fifi Brind_acier

        Sauf que la Catalogne ne pourrait pas être indépendante dans l’UE et ce n’est pas l’UE qui à ruiné la Grèce, bien au contraire.

      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 23 octobre 2017 18:23

        @Lugsama
        ce n’est pas l’UE qui à ruiné la Grèce...

        Rêve ! La crise grecque a rapporté près de 8 milliards à la BCE !


      • Sozenz 23 octobre 2017 19:11

        @Fifi Brind_acier
        merci fifi
        Et vive l Europe de la paix . de la fraternité et du social.

        j’ espere que les européistes peace and love prendront bien note .


      • Lugsama Lugsama 23 octobre 2017 23:08

        @Fifi Brind_acier

        L’UE n’a pas ruiné la Grèce, elle a trafiqué ses comptes pour s’endetter plus que de raison toute seule, et non l’UE n’encourage pas les deficits publiques.

      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 24 octobre 2017 07:23

        @Lugsama
        C’est Goldman Sachs qui a aidé le gouvernement grec à trafiquer les comptes. Tous les dirigeants de l’ UE le savaient, et ils ont accepté quand même que la Grèce entre dans l’ UE.

        Pour mieux la ruiner et la dépecer.
        De plus la Grèce est riche, elle dort sur d’énormes réserves d’or, de gaz et de pétrole.


      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 22 octobre 2017 20:00

        Et Macron qui veut fêter le cinquantenaire de Mai 68 !!!! Pourquoi pas l’invention de la guillotine.


        • Sozenz 23 octobre 2017 19:13

          @Mélusine ou la Robe de Saphir.
          pour la guillotine , je dirai pourquoi pas , s il veut en faire l essai^^
          je rigole , pas jusque là .... mais qu’ils partent tous de la cour ce sera suffisant .


        • Fergus Fergus 22 octobre 2017 20:34

          Bonsoir, L’impertinent

          J’ai beaucoup de sympathie pour les Catalans, mais cet article est par trop caricatural pour être pris au sérieux.


          • L'impertinent L’impertinent 22 octobre 2017 22:31

            Bonsoir @Fergus Ce qui aurait pu être intéressant dans votre commentaire c’est d’argumenter un minimum. Ainsi rédigé dans un vide sidéral au point de vue du raisonnement et qui suggère surtout une ignorance totale du sujet, désolé mais c’est vous qui n’êtes pas sérieux. Bonne nuit.


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 23 octobre 2017 05:59

            @L’impertinent
            Les médias vous font avaler des couleuvres : Pipeau et Pipotron.

            L’argument s’appelle « les régions à taille européenne pour en finir avec les Etats Nations. »


            Si vous voulez comprendre de quoi il s’agit, écoutez les explications d’ Asselineau, les 7 premières minutes de l’entretien sur la crise catalane.

          • L'impertinent L’impertinent 23 octobre 2017 09:23

            @Fifi Brind_acier Hélas, pour avoir vu cette vidéo (expérience éprouvante) M. Asselineau s’est montré d’une ignorance et d’une mauvaise foi totale dans cet exposé aussi pompeux que complotiste comme d’habitude.


          • samy Levrai samy Levrai 23 octobre 2017 09:59

            @L’impertinent
            C’est marrant celui que je trouve pompeux et ignorant n’est pas celui dont tu parles...


            Un tel article prônant la destruction des nations pour le plus grand bien de l’oligarchie euro atlantiste ne peut venir que d’un collabo ou d’un imbecile.



          • Fergus Fergus 23 octobre 2017 10:03

            Bonjour, L’impertinent

            Je n’avais pas de temps hier soir, j’en ai un peu plus ce matin.

            Dans cette affaire, il y a eu des provocations et des maladresses des deux côtés.

            Mais il faut reconnaître que Puigdemont a bien joué le coup en obligeant Rajoy à faire usage de la police pour tenter d’empêcher un référendum de facto non constitutionnel. Ce faisant, il y a eu des dérapages qui ont plutôt profité aux indépendantistes qui ont sur-joué la carte de la victimisation dans les opinions internationales. Objectif atteint en termes d’image. Mais après ???

            Sur les violences policières, vous en faites des tonnes alors que, à froid, l’on sait qu’il n’y a eu quelques dizaines de personnes réellement blessés, et encore de manière légère.

            Sur l’application de l’article 155, ce que vous dites est faux : il ne pourra être mis en œuvre aujourd’hui, mais uniquement lorsque qu’il aura été validé par le Sénat espagnol.

            Personnellement, je pense qu’il n’y a pas d’autre solution que de nouvelles élections en Catalogne, et elles pourraient être mises en œuvre très vite par Puigdemont, par exemple en étant annoncées dès aujourd’hui dans le cadre de l’Assemblée catalane.

            De deux choses l’une : Soit les indépendantistes sortent renforcés de cette élection, et Madrid se trouve dans l’obligation d’organiser un référendum officiel d’auto-détermination. Soit les Catalans ne renouvellent pas une confiance majoritaire aux indépendantistes et toute cette affaire est terminée.

            J’ajoute pour finir que je suis plutôt favorable à une indépendance de la Catalogne.


          • L'impertinent L’impertinent 23 octobre 2017 10:20

            @samy Levrai Asselineau, ce n’est pas nouveau, est un clown qui s’est encore illustré sur la Catalogne par sa plus profonde clownerie : d’un côté il revendique que la France retrouve sa souveraineté nationale par rapport au pouvoir central de Bruxelles (très bien), mais de l’autre il refuse aux Catalans de faire la même chose pour retrouver leur souveraineté à eux. Le fait que vous analysiez l’indépendantisme catalan comme soutenu par « l’oligarchie atlantiste » alors que toutes les oligarchies politiques et économiques soutiennent Rajoy montre à quel point votre logiciel asselinien est hors-sol et complotiste à souhait. Que vous me traitiez de collabo en dit enfin assez long sur le niveau intellectuel de caniveau de vos idées.


          • L'impertinent L’impertinent 23 octobre 2017 10:33

            @Fergus Encore une fois on est ici dans la discussion de café du commerce. Pardonnez-moi mais on s’en fout royalement que vous soyez pour ou contre l’indépendance : vous êtes Catalan ? Non, pas plus que vous n’êtes Ecossais ou britannique sur la question du Brexit.


            Il ne s’agit pas en tant que Français d’être favorable ou pas à l’indépendance de la Catalogne, mais de savoir si en tant qu’Européen (puisqu’il s’agit de droits humains fondamentaux), on est favorable ou pas (comme le veulent plus de 80% des Catalans, anti-indépendantistes compris) à la tenu d’un référendum d’auto-détermination ce que refuse Madrid depuis des années et qui complètement anti-démocratique.

            Alors maintenant, êtes-vous favorable ou pas à la tenue d’un référendum ?

          • samy Levrai samy Levrai 23 octobre 2017 10:45

            @L’impertinent
            Asselineau est juste le plus brillant homme politique de notre génération, je te mets au défi de trouver une seule analyse de lui qui se soit révélée fausse... mais il faudrait pour cela que tu saches de quoi tu parles et tu nous démontres sans arrêt que tu ne le sais pas ( ni sur l’UPR , ni sur la politique en général...)

            Je trouve très comique que tu ne saches pas que tu n’es pas en democratie et que ton peuple n’est pas souverain... que tu ne fasses que suivre le lavage de cerveau pour ignare qui te fut imposé par tous les médias ( qui appartiennent à qui ? ).
            Donner des leçons de democratie quand on n’en connait pas le sens est assez intéressant au niveau « intellectuel »...
            Je trouve aussi comique que tu détestes les catalans autant en les virant de l’Espagne et de l’Union Europeenne...  
            Au fait, qui dirige l’UE ? le sais tu  ? quelles sont les pouvoirs qui restent aux Etats , le sais tu  ? 
            Je trouve que plutôt que d’écrire, tu devrais tenter de te cultiver au niveau politique, car tu es soit un imbecile soit un collabo de l’oligarchie euro atlantiste qui ne reve que de la destruction des nations pour pouvoir n’avoir en face d’eux que de petites regions sans pouvoir aucun.
            Tu aimes servir la finance ?






          • L'impertinent L’impertinent 23 octobre 2017 10:54

            @samy Levrai Merci beaucoup de m’avoir fait rire avec un tel message !!! Ca va me faire rire toute la journée en y repensant ! Vous montrez en tout cas bien la nature parfaitement complotiste de la pensée asselinienne, et de manière si caricaturale que ça en est vraiment drôle !! Merci encore ! Bonne journée !


          • samy Levrai samy Levrai 23 octobre 2017 11:02

            @L’impertinent
            La caricature, mon pauvre, c’est toi... tu n’as donc aucun argument quand on en vient à la politique ? 

            Le vide est donc ce qui te remplit ?

            complotiste dis tu ? encore un mot dont tu ignores le sens, dis donc ... de combien de mots possèdes tu le sens, en fait ? 
            Aimes tu passer pour ce que tu nous montre ? 

          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 23 octobre 2017 11:22

            @L’impertinent
            Les Catalans sont un peuple souverain.
            Les Bretons sont un peuple souverain.
            Les Basques sont un peuples souverain.
            Les Lorrains sont un peuple souverain etc etc

            Il y a 75 langues régionales en France, découpons donc la France en 75 morceaux, et mettons les sous la tutelle directe de Bruxelles et de la BCE, j’ai tout bon, là ? Tous, sauf les Français, qui eux, ne sont pas un peuple souverain, et qui ne doivent pas sortir de l’ UE.
            J’ai tout bon, là ?


            PS : Bruxelles soutien Rajoy... comme la corde soutient le pendu !
            Les directives de Bruxelles disent exactement le contraire.
            Dans la GOPé, il est écrit noir sur blanc depuis 2014 qu’il faut accélérer la régionalisation !

            4- « Simplifier les différents échelons administratifs »

            Traduction : voilà l’une des motivations avancées par les pouvoirs publics pour adopter une nouvelle loi de décentralisation.

            Il faut pourtant noter qu’aucune des lois précédentes de décentralisation n’a apporté d’économies substantielles. Bien au contraire, les coûts des collectivités locales ont généralement eu tendance à exploser [9].

            Cette injonction de réduction des échelons administratifs témoigne donc, non seulement que la République française n’existe plus comme État souverain et indépendant, mais aussi qu’en dépit de leur nom, les GOPÉ ont aussi des visées géopolitiques. Ce qu’elles visent, ce ne sont pas seulement des économies budgétaires, c’est aussi, et ni plus ni moins, que le démantèlement des grands États nations d’Europe, au premier rang desquels la France, avec des grandes régions qui traiteront directement avec Bruxelles [10].

            En fidèle employé de l’oligarchie euro-atlantiste, François Hollande parle d’ailleurs lui-même de « régions à taille européenne ».




          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 23 octobre 2017 11:25

            @L’impertinent
            Alors, il faut que les Espagnols, tous les Espagnols revotent pour une autre Constitution, qui prévoit, comme en Italie, un referendum régional.

            Si vous ne comprenez rien en Droit constitutionnel, recyclez-vous.


          • McGurk McGurk 23 octobre 2017 11:26

            @Fifi Brind_acier

            Bon du coup je propose un retour aux territoires tribaux gaulois et l’apprentissage de la langue celte smiley .
            Bin oui forcément, « les peuples peuvent disposer d’eux-mêmes »...


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 23 octobre 2017 11:30

            @L’impertinent
            Démontrez donc où est le complot.. !!
            Peut-être dans cette carte prévisionnelle d’une Europe entièrement découpée en rondelles ?? Ce document n’est pas de l’ UPR.

            Il provient du très officiel Conseil européen des Régions.


          • Fergus Fergus 23 octobre 2017 11:37

            Bonjour, Fifi Brind_acier

            Vous mélangez tout !

            La Catalogne comme l’Ecosse sont des nation de fait et n’ont cessé de l’être au fil des siècles.

            Ce n’est pas le cas de la Bretagne ou de la Lorraine qui ont été totalement intégrées dans l’état français, au même titre que la Provence, la Flandre ou même la Savoie pourtant rattachée seulement en 1860

            En France, seules l’Alsace et la Corse ont une identité - autre que folklorique - suffisamment forte pour pouvoir se prévaloir d’une volonté sinon d’indépendance, du moins de forte autonomie. Le sujet est d’ailleurs toujours très présent en Corse, mais quasiment pas en Alsace, région très attachée à son appartenance française. 

            Bref, vous brandissez comme d’habitude des épouvantails visant à manipuler l’opinion.


          • foufouille foufouille 23 octobre 2017 11:44

            @Fifi Brind_acier
            lien bidon pas du tout direct.


          • exocet exocet 23 octobre 2017 12:07

            @Fergus

            Plus de 45 milliards d’€ de corruption annuelle : Rajoy est à la tête du parti politique le plus corrompu d’Europe

            Antoine Gasquez 22 septembre 2017 Politique, Société commentaires

            L’information traitée par les médias espagnols en juillet dernier est passée aujourd’hui à l’arrière plan compte tenu de l’actualité en Catalogne. Mais c’est aussi l’une des raisons du souhait d’indépendance des Catalans. L’Espagne est actuellement dirigée par le parti le plus corrompu d’Europe. Cette information est relatée par plusieurs médias espagnols. Parmi ceux-ci El Diario qui n’hésitait pas à titrer en mars dernier : « La corrupción endémica del Partido Popular ». Une assertion largement étayée : « Depuis 1978 jusqu’à nos jours, plus de 175 réseaux de corruption ont été découverts, tous associés aux partis au pouvoir et selon la Commission nationale des marchés des valeurs, (CNMV), cette corruption ne coûte pas moins de 45 milliards d’euros annuels à l’Espagne. La plus grande part est prise par le Partido popular (PP), qui est le parti qui gouverne et qui prévoit de continuer à gouverner les prochaines années ». Un parti que Mariano Rajoy a intégré dans les années 1980 – le PP s’appelait alors Alianza Popular et était conduit par Manuel Fraga, un ministre de Franco – et dans lequel il a gravi tous les échelons avant de prendre les fonctions directives en 1989, de devenir ministre sous le gouvernement Aznar , puis de diriger le parti en 2004. Un parti qui gouverne, avec Rajoy à sa tête, l’Espagne depuis 2011. Un parti qui est surtout poursuivi pour…. 900 plaintes pour corruption.

            Les affaires pleuvent. « Durant une période, il en sortait pratiquement une par semaine, parfois chaque jour » indique El Diario. « Marchés publics truqués », « Pots-de-vins », « fausses factures », « comptes en Suisse »…. L’affaire de la « comptabilité occulte » du PP...

            La Commission nationale des marchés de la compétence (CNMC), chiffre à 90 milliards par an le montant des délits de corruption en Espagne, dont 47,5 milliards liés à des surcoûts dans les marchés publics. Un chiffre que confirme à un chouïa près la Commission nationale des marchés des valeurs, (CNMV) avec son estimation à 45 milliards. Ce qui représente plus de 7,5 % de la dépense publique espagnole.

            45 milliards, c’est de quoi faire pratiquement 3 750 collèges ou lycées en France par an.

            Il est impossible en France de comprendre le phénomène de montée de l’indépendance de la Catalogne si on n’intègre pas le problème profond de corruption qui touche l’Espagne. Rappelons que le budget annuel de la Catalogne est de 29,7 milliards d’euros, pratiquement la moitié du volume global de la corruption liée au pouvoir de Madrid.

            et : http://www.huffingtonpost.es/2016/12/09/coste-corrupcion-espana_n_13532158.html


          • amiaplacidus amiaplacidus 23 octobre 2017 12:13

            @Fergus

            Bonjour Fergus,

            Pour être complet, il faut mentionner qu’il existe des Savoisiens, qui veulent l’autonomie (l’indépendance ?) de la Savoie.
            C’est un très petit groupe, qui a un impact ultra-microscopique sur la vie locale. Les membres se se distinguent parfois en affichant un drapeau savoyard sur leurs plaques d’immatriculation, le piquant de l’histoire, c’est que, lorsqu’il y a des contrôles, ils se voient interdit d’entrée en Suisse avec leur véhicule, parce que leurs plaques d’immatriculation ne sont pas conformes à la législation de leur pays d’origine, en l’occurrence, la France.
            Le plus amusant dans l’histoire, c’est que la Suisse est une fédération, et que chaque canton a des plaques d’immatriculation spécifiques.

            Les cantons suisses ont d’ailleurs une très, très large autonomie : politique (législatif et exécutif), judiciaire, enseignement, etc. En fait, tout ce qui n’est pas prévu dans la constitution fédérale (essentiellement politique étrangère, armée, chemin de fer, autoroute) est, de facto, du domaine cantonal.

            Et cela semble marcher assez bien, avec une remarquable stabilité politique. Stabilité qui est sans doute l’une des clés de la réussite économique.

            Pour faire plaisir à notre Fifi nationale (notez que je ne dis pas fédérale), il faut dire que la Suisse n’est pas membre de l’UE, mais qu’elle entretient avec l’UE des relations dites bilatérales.


          • capobianco 23 octobre 2017 12:27

            @samy Levrai
            « Asselineau est juste le plus brillant homme politique de notre génération »

            Quand je dis que vous êtes une secte. J’imagine le même propos pour n’importe quel autre homme ou femme politique !!!! Arrêtez le cirage, il brille trop....


          • velosolex velosolex 23 octobre 2017 12:45

            @Fergus
            Bonjour

            Au terme nation, je préfère la notion d’identité, beaucoup plus perméable à la culture, et beaucoup moins aux coups de poings. 
            Ce qui me permet de dire que l’identité Bretonne existe. Qu’elle tient, comme à celles d’autres régions, d’autres pays à des composantes singulières, parfois impalpables, que l’étranger comprend rapidement à moins d’être sourd et aveugle, mais qu’il sera bien en reste de résumer rapidement. 
            Mais qui l’auront enchantés.
            Ca ne tient pas à un drapeau, à une frontière. 
            Les frontières m’emmerdent. Je milite pour leur disparition. 
            Même si je milite aussi pour les frontières invisibles, c’est à dire les lois, les bonnes, celles qui défendent le vivant,d ’un coté et de l’autre de l’horizon. Il faut lire « l’éloge de la frontière » de Régis Debray.
             Pour se protéger davantage de Monsanto que du renard. 
            Bien sûr, cela ressemble plus à une aquarelle qu’à une affiche de propagande. 
            Les esprits bas et bornés ne comprennent pas cela.
             Ils veulent un nouveau drapeau, un nouveau maître, une nouvelle musique pour marcher au pas. 
            Ils disent que c’est cela la modernité. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès