• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Nouveaux nés sans membres : Qui veut liquider le REMERA, le lanceur (...)

Nouveaux nés sans membres : Qui veut liquider le REMERA, le lanceur d’alerte ?

 

   Au delà du scandale de la menace de fermeture d’un organisme d’utilité publique, faisant office de lanceur d’alerte sur une affaire de santé très grave, et peut être inaugurant un scandale sanitaire sans précédent, j’ai voulu ici faire un état des lieux de notre relation avec notre environnement, depuis un demi siècle. Impossible donc d’être exhaustif, de ne pouvoir prétendre qu’à juxtaposer mon ressenti sur cette triste affaire de malformations de nouveaux nés, de façon bien incomplète. Cette nouvelle révoltante, n’est que la suite crescendo de résignations, d’abandons face à des acteurs d’un marché qui peu à peu, par la force de ses lobbys, de ses dissimulations, de son cynisme, fait reculer le vivant sous toutes ses formes, s’opposant même aux alternatives innovantes.

 

    18 Juillet : Le Remera, un organisme enquêtant sur la santé publique, alerte sur un taux anormalement élevé de malformations de nouveaux nés, dans un périmètre géographique très restreint du département de l’Ain. En Septembre, on apprend que cet organisme risque fort de disparaître, faute de financements futurs. L'épidémiologiste en charge du dossier a mis en évidence un point commun entre toutes les mères : elles habitaient toutes à proximité de champs de maïs ou de tournesol. ( Des bébés sans bras dans l’Ain- L’organisme qui enquête bientôt fermé. Journal Fance-soir : https://bit.ly/2y6XAro

 

      Il y a deux ans, l’ex-ministre de la Santé, Marisol Touraine, vantait, le travail du Remera. Justement, le REMERA ferait il trop bien son travail ? … L’affaire a été commentée : Les médias, tels Mediapart on réagi, voyant visiblement une cause à effet entre les deux événements : « L'omerta n'a pas sa place en démocratie. Les alertes qui nous concernent tous méritent au moins des investigations transparentes. Ce qui peut apparaître comme des sanctions financières, voire des mises à mort à l'égard de personnes ou de structures qui agissent comme lanceurs d'alerte doivent faire l'objet de la vigilance de tous ! » https://bit.ly/2Rz9dj1

     - Dans l’Ain, donc, entre 2009 et 2014, dans un rayon de 25 kilomètres autour de Druillat, sept enfants ont présenté des malformations. Cinq d'entre eux ont soit l'avant-bras droit, soit l'avant-bras gauche atrophié, un autre n'a pas de main, ni de poignet gauche, un autre n'a pas de main gauche mais un pouce, et enfin un dernier n'a pas de main droite. Par ailleurs, cinq enfants sur sept sont des garçons. La nouvelle a fait écho, et réveillé des convergences dans d’autres régions, touchées déjà par des signalements similaires. Des bébés nés sans bras ou sans main : ce que l'on sait des cas de malformations inexpliquées dans trois régions https://bit.ly/2Ryh8gk

ENQUETE FRANCEINFO. "Un plausible scandale sanitaire" : des cas … https://bit.ly/2yh0zMT

     • Dans le Morbihan. Entre 2011 et 2013, quatre enfants nés de mères domiciliées dans la même commune, à Guidel, ont présenté des anomalies : trois ont un avant-bras atrophié, le quatrième a deux doigts malformés. Trois enfants sur quatre sont des filles.

     • En Loire-Atlantique. En 2007 et 2008, trois enfants, nés dans la même commune de Mouzeil, ont présenté des malformations : l'un n'a pas de main droite, l'autre n'a pas de main gauche, l'un a certains doigts d'une main qui ne sont pas entièrement développés.

     On a interrogé les mères, tenté de trouver un profil commun, une explication venant de l’intérieur des foyers : Alimentation, habitudes vie, médicaments, toxiques…..Rien de parlant. Un seul point commun, la proximité de cultures avec les lieux d’habitation des différentes familles. Les investigations et les analyses exercées par les autorités n’ont pas permis de repérer quelque chose de plus tangible. La malchance ? Le tamis avait-il des mailles trop larges ?… Le coupable, s’il y en a un, semble s’être envolé. « A pris la clé des champs », comme on ne dit plus, mais qui pourrait passer pour une forme de lapsus, tant chacun pense évidemment à une cause environnementale.

  Il faudrait la préciser de façon irréfutable ! Faire des investigations plus sérieuses, mettre les moyens, ne pas se contenter d’une sort de main courante au commissariat du coin…. Qui aurait intérêt à laisser un serial-killer en pleine nature ? Inconcevable…Allez savoir s’il n’a pas fait d’autres méfaits dans d’autres départements, laissé des familles KO, sans réponses, tout à leur accablement, ne rencontrant qu’un « C’est pas de pot pour vous !.... » Dans un société où l’on évoque tous les cinq minutes le principe de sécurité, celui ci serait il à géométrie variable, selon l’argent que l’état et ses protégés sort, ou encaisse ?…

    Notre santé, et notre sécurité, mot pourtant mis sans cesse en exergue, intéresse-t-elle vraiment les pouvoirs publics, ou fait elle partie d’un argumentaire, utile aux vendeurs créant parfois des phobies pour étendre leur marché, mais cachant les vrais raisons qu’on aurait de se révolter, quand le scandale risque de torpiller des intérêts d’argent. Car si on l’évoque pour la limitation de vitesse à 80, avec une certaine dramaturgie, avec un premier ministre se transformant en chevalier blanc, comment peut on laisser en toute impunité les multinationales rouler à tomber ouvert, et continuer à vendre des produits cancérigènes ?

   On s’aperçoit que les pouvoirs publics ont toujours eu un temps de réaction de retard dans leur devoir de protection sanitaire. Faut il rappeler l’affaire du Mediator, ou du scandale de l’amiante, un produit qu’on sait cancérigène depuis un siècle. L’affaire du roundup est dans toutes les têtes. Ne parlons pas du désastre sanitaire dans les Antilles, du au chlordécone, un pesticide qui touche la majorité de la population, et laissant des terres polluées durablement : ( https://bit.ly/2Jvh6Ax )

    Bien sûr, à l’heure actuelle, dans l’affaire des nouveaux nés, aucune preuve formelle ne permet de mettre en accusation l’agriculture. Reste qu’en lisant les différents journaux qui ont évoqué ces différentes affaires, beaucoup évoquent l’hypothèse « pesticides ». Nous parlerons donc de présomptions sérieuses et convergentes. Un euphémisme.

      "Exactement la même malformation, ça ne s'est jamais passé dans l'histoire des malformations", affirme Emmanuelle Amar, directrice du REMERA. Pour elle, il y a de fortes chances que ces malformations soient causées par l’exposition des mères à des produits phytosanitaires, peut-être des pesticides, pendant leur grossesse. "il faut réunir des spécialistes pour définir de quel type d'études nous avons besoin pour ce type de signalements. Or, la réponse jusqu'à présent est de dire : 'on ne veut pas savoir quel type d'études car on ne veut pas faire d'études'. Et ça, c'est irresponsable", conclut-elle. Santé Publique France estime elle, que la multiplication de ces enfants nés avec une anomalie est sans doute le fruit du hasard. Pour l’agence nationale de santé, d’ailleurs, ce 4 octobre l’affaire des des sept enfants de l’Ain a été jugé comme ne nécessitant pas d’investigation complémentaire, le nombre de cas n’étant pas jugé alarmant en soi. L’affaire semble close, les différentes affaires ne révélant pas de causes communes 

    Décision étrange, semblant ne pas tenir compte de l’émotion légitime que soulève cette affaire, et des interrogations des habitants. Elle prend le contre pied du Remara qui lui avait bien pointé le caractère exceptionnel de cette affaire, avec une augmentation de 58 fois la fréquence admise.

« Pas d’excès d’anomalie, pas de cause commune ! » Affirme pourtant l’agence nationale de santé, droit dans ses bottes... "Suite à l'investigation des sept cas rapportés dans l'Ain, nés entre 2009 et 2014, l'analyse statistique ne met pas en évidence un excès de cas par rapport à la moyenne nationale, et Santé Publique de France n'a pas identifié une exposition commune à la survenue de ces malformations. L'absence d'hypothèse d'une éventuelle cause commune ne permet pas d'orienter des investigations complémentaires". https://bit.ly/2Nuh6CM

( Enfants nés sans main ou sans bras dans l'Ain : il n'y aura pas d … )

   Emmanuelle Amar, L’épidémiologiste, courageuse directrice du Remera, n’a pas tardé à réagir, sur france-info, mettant en cause Santé publique France , et sa méthode de calcul qu’elle juge incomplète et biaisée, pour ses conclusions concernant le département de l’Ain . https://bit.ly/2Ryh8gk Elle estime que, pour l'agence, le Remera était "le petit registre qui était le caillou dans la chaussure". C'est le Remera qui a signalé les premiers cas, à partir de 2010.

   "On enlève les moyens des associations qui font le registre des malformations, l'association qui fait ce registre en Rhône-Alpes vit chaque année avec 200.000 euros, la Région vient de supprimer 100.000 euros, on veut casser le thermomètre parce qu'on ne veut pas voir, on ne veut pas savoir", a accusé ce 8 Octobre Yannick Jadot, tête de liste d'EELV pour les européennes, qui réclame la création d'un registre national sur les cas de malformations. https://bit.ly/2OIhYZq

"On n'a jamais voulu savoir en France, on ne veut pas faire les études épidémiologiques autour des incinérateurs, autour des centrales nucléaires, on ne veut pas le faire sur les pesticides, parce qu'encore une fois, on ne veut pas savoir", a-t-il insisté.

RETOUR SUR LE PASSE : 

      Il faut savoir d’où nous venons… En France, tout ce qui était lié au monde agricole a longtemps bénéficié d’un crédit sympathique, que la FNSEA, de façon matoise et démagogique, a entretenu au travers de vieilles images d'Epinal, censées parler à notre inconscient ! Elle continue vaille que vaille à entretenir avec emphase l'image du paysan, jardinier de la France. Tout cela en accord avec la devise de Sully, que les enfants apprenaient à l’école primaire : « Labourage et pâturage sont les mamelles de la France »…

     L’affaire du « pain maudit », qui fit 7 morts et des centaines de malades et d’hallucinés à Pont Saint Esprit, en 1951 fut pour cette raison un traumatisme...« La terre ne ment pas ! » Disait-on à l’époque. Un grand quotidien alla jusqu’à se demander si le diable n’était pas derrière cette affaire ? Comment le pain, cette nourriture mythologique, en rapport avec les valeurs foncières de la France pouvait-il être mauvais ?...( article du Monde : https://lemde.fr/2RuuEBD

 

     Mais d’où nous vient maintenant le réflexe de regarder maintenant la campagne avec méfiance ? Plus de coquelicots... Les champs de tournesols ou de colza, Les longues tiges de blés ondulant au vent, ne raisonnent plus comme autrefois, à l’époque où Rimbaud composait « Sensation » https://bit.ly/1jtXOep un poème simple et inspiré, unissant fertilité, nature et femme dans une vision panthéiste….

    Que passe maintenant un tracteur, avec ses rampes d’épandage à proximité de l’endroit où vous vous promenez, inconscient, comme sur un champ de bataille avec la fleur au dent, prenez vite vos jambes à votre cou, dans « la mort aux trousses…. »

 

      Nous nous sentons trahis. Un pacte a été rompu avec la nature. Une sorte de deal où chacun était gagnant. Qui oserait maintenant boire l’eau du puits où s’abreuvaient nos grands parents. On sait quelle est bourrée des nitrates, de pesticides, de métaux lourds, de plomb !

      Nous avons perdu peu à peu notre belle naïveté, par paliers progressifs. Depuis combien de temps le vers est-il dans le fruit ?...A dire vrai, la métaphore est maintenant douteuse. Un vers dans la pomme atteste maintenant d’une chose : C’est qu’elle est saine. Comme celle qu’Eve offrit à Adam. …..Même si vous avez un sentiment de dégoût, cet habitant vous prouve que le fruit n’a pas été traité, qu’il est naturel. Un mot maintenant galvaudé, utilisé pour cacher les pires bouillons de culture, vendue sous une belle étiquette. C’est cette vieille pomme ridée, ratatinée, issue d’un jardin de curé qu’il faut manger. Quand à cette belle variété si tentante, aux formes parfaites et rebondies, dites vous que c’est celle qui a empoisonné Blanche-Neige. L’ignorance et l’aveuglement des consommateurs viennent de très loin. Pendant longtemps, trop heureux de trouver en toutes saisons des produits venant de plus en plus loin, de moins en moins cher, il a refusé de se questionner sur l’intendance… 

      Dans « La montagne » Jean Ferrat magnifiait les valeurs de petits pays condamnés à disparaître. Un Français sur deux est alors paysan ou fils de paysan. Il ne s’agit pas de condamner ouvertement la modernité, qui semble irréfutable : « Les filles veulent aller au bal, il n’y a rien de plus normal que de vouloir vivre sa vie. »

  Mais l’artiste, bien que fataliste, ne se montre pas dupe de la qualité du deal : Devenir flic et fonctionnaire, et vivre dans un HLM, pour manger « du poulet aux hormones, en attendant que l’heure de la retraite sonne ».

      Dans cette belle métaphore du vol d’hirondelle qui ne signifie pas forcément l’arrivée de l’automne, et qui était le refrain de sa chanson, Ferrat n’aurait pas imaginé un instant que celles-ci, victimes des pesticides, seraient en voie de disparition, un demi siècle plus tard, rendant peut être incompréhensible son allusion, pour les générations futures.

     Nous n’en étions pas encore là, au début des années 60. Une rupture pourtant totale avec des siècles de travail et de connaissances paysannes ; « La vigne, elle court dans la forêt...Le vin ne sera plus tiré, c’était une horrible piquette….. »

   Remembrement, puits artésiens, captages d’eau, transformation des paysages. La guerre contre la terre est déclarée en utilisant les résidus d’obus… Le bocage, la lande, les zones humides, les techniques ancestrales de jachère, toute un savoir faire paysan fut laminé en quelques années, ridiculisé par les techniciens agricoles, ceux ci aux mains de lobbys financiers et industriels.

 

     Les engrais et les pesticides amenèrent ce faux miracle que les antibiotiques toute proportion gardées eurent à l’hôpital, avant qu’on s’aperçoive de la réalité des souches résistances. Il faut se mettre non pas dans la tête d’un spécialiste, d’un agronome, pour prendre la mesure des changements de vision, mais d’un citoyen lambda. Pendant longtemps, nous restâmes naïfs, au sujet des effets secondaires, comme dans une sorte d’ignorance ou de déni. 

    Mais qui, au début des années 70 aurait pu penser l’inimaginable ?,...Que la campagne deviendrait dangereuse, que des apiculteurs se feraient un jour la malle avec leurs abeilles pour émigrer en ville. C’était l’époque où Charlotte Julain, lassée comme tant d’autres de la ville à cette époque chantait « Allez hop tout le monde à la campagne ! »…https://bit.ly/2zOKKzu ..Charlotte Julian - Tout le monde à la campagne – YouTube

    Bien sûr, il y avait Nino Ferrer, le rêveur d’un sud impossible, pour tendrement parler comme Ferrat l’avait fait, d’un monde qui disparaissait. Dans la maison près de la fontaine il évoquait le premier un de ces barbarismes, « L’hydrogène sulfurée » qui a l’enseigne des néonicotinoïdes et des perturbateurs endocriniens, allaient enrichir notre vocabulaire scientifique, tout en continuant à faire de nous des cobayes de laboratoire.

    Au tournant des années 70, bien peu de Français achètent leur eau en bouteille. On sait que les fruits sont traités, bien sûr, mais sans savoir réellement la toxicité qui s’y rapporte. Les plus précautionneux épluchent la peau, mais beaucoup la dévorent encore à pleines dents, car pense-t-on, c’est là que les vitamines sont les plus nombreuses….. Le mot nitrate continuera pendant longtemps à ne rien éveiller de particulier dans l’esprit des gens.

 L’apparition des OGM, le combat de Jose Bové, des faucheurs, de ces militants courageux démontant le MAC DO de Millau, dans le combat contre « la malbouffe » et la mondialisation sauvage, marqueront plus les esprits qu’un tas de rapports alarmants. Nous sommes à la fin des années 90 et le mot écologiste fait encore pourtant rigoler certains, semblant ignorer que les rêveurs et les menteurs se trouvent dans la partie adverse.

     Les paysans dans leur grande majorité restent alors dans le déni. Ils ne semblent pas même conscients des dangers que représentent pour eux les produits qu’ils utilisent, rassurés par les commerciaux, et ne prennent aucune mesure de protection. Beaucoup s’en mordront les doigts, mais se tairont. Dénoncer une vie de pratique agricole demande beaucoup de courage !. Il faut se taire, si l’on ne veut pas être montrer du doigt, s’exposer à la vindicte d’un esprit de corps qui impose la loi du silence, tant la paranoïa est devenue concomitante, dans des intérêts en boucle, où rapidement on serait pris pour un traître…... Article de France info : Ouvrier agricole mort d’un cancer. Sa sœur se demande jusqu’à quand des gens vont payer de leur vie ces poisons : https://bit.ly/2QAbA3D

     Le rapport de cause à effet avec le danger est moins facile à faire quand on est un consommateur, ou un habitant du voisinage. Il ne suffit plus de fermer sa porte, de ne pas acheter des produits suspects, d’acheter des packs d’eau de source au supermarché ( Une catastrophe environnementale)

   On découvre que le danger n’est pas lié qu’au produit, mais à l’environnement, à l’air qu’on respire, même en pleine campagne, loin pourtant des gaz d’échappement des voitures… Larousse n'est malheureusment pas le seul à semer à tout vent.. On apprend médusé que la pluie est chargée de pesticides. Le ciel nous tombe sur la tête !

 

   Tout s’accélère et se potentialise. Les abeilles disparaissent. Les oiseaux aussi. Petits et gros, vers de terre et hérissons. Certains regardent ailleurs. D’autres parlent d’un ethnocide. Le niveau de la mer monte. Mais si Noé voulait construire une arche, le nombre d’animaux qu’il pourrait embarquer serait drôlement réduit.

    En fait on ne sait pas vraiment qui est touché maintenant. Ou plutôt si : Tout le monde !

    A différents degrés. Pour ceux qui survivent. Comme les animaux malades de la peste de monsieur Jean De La Fontaine : « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés…. » https://bit.ly/2RvqQQB

  Dans cette fable ce fut le baudet qui fut déclaré coupable. La pauvre bête avait eu le tort de ne pas avoir eu les éléments de langage, de n’avoir pas su parler habilement comme le renard, mais d’avoir voulu au contraire se montrer honnête et responsable. Haro sur le baudet !….. L’histoire ne dit pas si en liquidant ce bouc émissaire, les autres animaux survécurent à la peste. On peut en douter. Mais enfin cela suffit sans doute pour se rassurer, l’espoir d’un soir….C’est ainsi qu’on a dénoncé le chat : Ces coups de griffes expliqueraient la disparition des oiseaux. Et pourquoi pas celle des baleines et des éléphants ?... Plus c’est gros plus cela passe, dit-on….

     Beaucoup d’associations de citoyens refusent maintenant l’omerta. "Une centaine de citoyens à travers la France ont pratiqué des analyses d’urine pour rechercher des traces de glyphosate, principal marqueur de notre ingestion quotidienne de pesticides. Tous en avaient à des taux dépassant la dose autorisée dans l'eau potable". Article de « La Dépèche » du 19/10/18 (Ils veulent tester les urines des Ariégeois pour voir si elles contiennent des pesticides) https://bit.ly/2OMtXVW « On a tous trouvé des taux de 9 à 33 fois la dose autorisée dans l'eau potable. Je suis végétarien, je mange bio, j'ai une vie saine et malgré tout cela, j'ai 33 fois la dose de glyphosate dans mes urines, explique Dominique Masset. Le constat c'est que tout le monde en a. C'est qu'à un moment, on mange, on boit ou on respire des pesticides. »

     Une initiative qui est loin d’être isolé, depuis que des analyses furent faites sur les enfants d’une école où un viticulteur, en 2014, faisait des pulvérisations sur les vignes à l’heure des récrés.

    Journal « Sud ouest : Épandage de pesticides dans une école proche des vignes : https://bit.ly/2QBuvLv

   Une affaire qui a été jugé sans suite dans un premier temps, bien qu’institutrice et enfants furent pris de nausées... Un long parcours judiciaire pour faire reconnaître au moins la nécessité d’une charte de bonne conduite ! En Gironde, 128 écoles sont situées près des vignes, selon la préfecture. 35 communes ont rédigé une charte qui va plus loin que l'arrêté préfectoral d'avril 2016, contraignant les viticulteurs à pulvériser à au moins 50 m des établissements scolaires… Une affaire montrant l’incroyable laissé faire en la matière, la protection des enfants s’avérant moins sacrée que l’économie agricole. L’addiction économique nous fait perdre la tête, au propre et au figuré.

     «  Encore un moment, monsieur le bourreau ! » Implorait la comtesse Du Barry sur l’échafaud. Notre rapport avec le roundup semble de même nature. Il est condamné mais on nous demande d’attendre demain. «  Il n’y aurait pas d’alternative pour la moment  ! » Entend-on dire moultes spécialistes dépendant la plupart du temps des lobbys…….

     Une intoxication qui s’ajoute aux autres ! Non seulement les alternatives existent, mais elles sont menacées par l’administration. Alors qu’elle se montre d’une totale complaisance avec le roundup, ce serial killer, on cherche des poux et on refuse des certifications à des produits biologiques. L’Osmobio, par exemple, un produit biologique Français fabriqué à Loudeac, et qui semble avoir toutes les qualités pour se substituer au glyphosate : https://bit.ly/2AfE6Tr

 La colère gronde chez des agriculteurs qui travaillent en biologique. Au mois de juin, leur fournisseur en huiles essentielles a été contraint de cesser son activité suite à un contrôle de la répression des fraudes, pointant un défaut d’ « autorisation de mise sur le marché ». « On ne peut pas utiliser les huiles essentielles, mais on laisse courir le Roundup ! », s’insurge l’un d’eux. : Huiles essentielles : comment la réglementation freine les alternatives aux pesticides de synthèse https://bit.ly/2Ryh8gk (Journal « Basta »)

     Les preuves affluent, les témoignages concordent... On en revient à ces cas d’enfants souffrant de malformations néo natales. Les barrières les plus sacrées cette fois-ci semblent avoir été franchies... « On ne sortira pas des pesticides en se contentant d’incantations », comme dit Joël Labbé, sénateur du Morbihan...https://bit.ly/2Q3YCL5

    Une étrange fatalité semble s’attacher à notre époque. Comme dans une tragédie grecque, nous avons maintenant des informations, connaissons d'avance le scénario qui se déroule sous nos yeux, mais semblons incapables de réagir, tétanisés, dans l’attente du drame final. Environnement, climat, tout est inexorablement lié à notre responsabilité, à notre action. Mais nous restons stupidement sans réagir, ne pouvant pas, et surtout ne voulant pas varier nos paradigmes

   Le temps n’est plus aux métaphores sur le vol des hirondelles, mais de nous battre pour qu’elles reviennent en nombre. Et que les petits enfants puissent les montrer du doigt…

« IL faut savoir ce que l’on aime…. » Comme disait justement Jean Ferrat.

Petition · Sauver le REMERA pour protéger la santé de nos enfants ...

https://bit.ly/2QwN5V5

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.59/5   (46 votes)




Réagissez à l'article

66 réactions à cet article    


  • Le Panda Le Panda 8 octobre 17:09

    velosolex

    A lire ce que vous avez écrit nous avons le sentiment que des maladies virales telle la poliomyélite revient sous une appellation non défini, car nos sols sont gorgés non seulement de nitrates de tous genres et la tentative d’essayer de combler le vide laissé par le départ d’Hulot. Lien Très bon article bien détaillé.

     


    • Le Panda Le Panda 8 octobre 17:12

      @Le Panda
      La pétition est signé


    • velosolex velosolex 8 octobre 17:20

      @Le Panda
      Merci...Je réagis souvent dans la composition de mes articles sur le coup de l’indignation. Que des enfants soient impactés et qu’on cherche à botter en touche en dit long sur le déni du système, et son cynisme. 

      Ce qui est nouveau, c’est que beaucoup de citoyens, sauf quelques ballots, prennent conscience de la gravité à la fois de la pollution, et de son corollaire, la manipulation. C’est à partir de cette base qu’on peut faire bouger les choses, !

    • Macondo Macondo 9 octobre 08:49

      @velosolex. Bonjour. Merci pour cette horrible énoncée de faits graves. Sur ce tout dernier message, je confirme depuis ma fenêtre qu’une prise de conscience s’opère, ténue, partant en tous sens, elle reste volatile, inculte, égarée, maladroite, mais il est clair que quelque chose bouge entre les places de parking saturées. Faire mordre la poussière à la grande distribution, vieille catin édentée ayant copulé avec le pétrole pour engendrer ce vil bâtard nommé béton ? Ca va être encore long mais un frémissement est effectivement perceptible pour tous les initiés sachant s’élever un peu, ne les regardant donc pas uniquement de prime abord descendre de leur SUV les nuits sans lune, Rayban chaussées ...


    • CRICRI59 CRICRI59 9 octobre 18:51

      @Le Panda

      Bonjour
      la petition est signée


    • Dom66 Dom66 14 octobre 13:20

      @velosolex

      @velosolex. j’avais zapé votre article, sans faire un long baratin.

      Merci pour votre article, qui nous prouve par A+B que …..Nous vivons chez les fous.


      Et là nous avons laissé faire

      Conséquences de l’Agent Orange en Vietnam http://www.dailymotion.com/video/x7hit9_consequences-de-l-agent-orange-en-v_news?start=109 

       MOSANTO

      Still not as bad as Hitler, but we are doing our best

      Attention images très Dur !


    • foufouille foufouille 8 octobre 17:17
      mon dieu !!! 7 !!!! mais c’est énorme comme statistique !!!! énorme !!!!
      le reste est le blabla habituel d’escroc khmer vert qui veut vendre son perlimpinpin.


      • velosolex velosolex 8 octobre 22:20

        @foufouille
        Au sujet de cette affaire, le professeur et cancérologue Dominique Belpomme affirme qu’il s’agit d’« un véritable mensonge d’État ». « Il y a des données scientifiques internationales qui prouvent que les pesticides peuvent générer des malformations congénitales », affirme-t-il. (source RTL)


      • chantecler chantecler 9 octobre 07:00

        @velosolex

        Evidemment !
        L’Inde qui a utilisé ces produits très tôt et en grande quantité il y a une quinzaine d’années dans les champs de coton suite à l’ouverture des frontières et au néolibéralisme, mondialisation oblige ,a subi des vagues de malformations néonataux et de cancers chez les habitants voisins des zones d’épandage et la toxicité des pesticides a largement été démontrée .
        L’affaire a été étouffée : que peuvent des milliers de gens très pauvres, une poignée de chercheurs , contre des multinationales qui vendent des produits toxiques par dizaines de milliers de tonnes ?
        On imagine la corruption sous-latente .
        La vie des gens ne vaut plus rien face à l’hyper profit .
        Donc nous répétons : le glyphosate et produits de la même famille est tératogène ( anomalies dans l’embryogénèse ) et cancérigène .
        Forcément puisque l’impact touche la cellule et l’ADN .

      • foufouille foufouille 9 octobre 10:41

        @velosolex

        comme d’habitude, ce sont des données de khmer vert manipulateur qui surdose et utilise des souris ayant plus de cancer que la moyenne car sélectionnées pour ça.


      • Yanleroc Yanleroc 9 octobre 10:42

        @foufouille, 


        7 au même endroit, évidemment que c’ est !!! énorme !!!
        Tu le fais exprès ?..

      • velosolex velosolex 9 octobre 11:10

        @chantecler

        Bonjour. Bien sûr d’accord avec vous.
        Je savais en écrivant ce genre d’article que c’est une véritable usine à gaz. Il y eut toujours des catastrophes environnementales. Les tanneries au moyen âge sinistraient l’entourage. Ne parlons pas de l’ère industrielle ! On a pu croire que le développement économique donnerait enfin la liberté à l’homme de se dégager des courtes vues, et de concevoir l’humanité d’une autre façon qu’au delà du profit de quelques uns...Catastrophe de Minamata au Japon, de Bhopal aux indes...L’ère atomique semble avoir catalysé encore plus la menace et les accidents. La technologie allié aux intérêts d’une prédation ne voyant pas plus loin que le court terme nous amène évidemment au bord du précipice. Car Montsanto et consort a pulvérisé maintenant la terre entière, avec des effets secondaires en cascade...Il semble que certains n’aient pas encore réalisé la teneur du sinistre, et que les politiques matois n’aient plus qu’une préoccupation : Retirer les fusibles, comme dans cette affaire. Enfin se couvrir, et se protéger en attendant le jour d’après. La terre ne serait elle plus qu’une baie de Naples, avec des mafias agissantes, ?

      • velosolex velosolex 9 octobre 11:13

        @foufouille

        Il faudrait affiner un peu votre pensée, ou parler de votre expérience vécue de souris : Comment avez vous fait pour vous échapper du laboratoire ? 

      • foufouille foufouille 9 octobre 11:48

        @velosolex

        dialoguer avec un khmer vert ignare en science est un monologue.


      • foufouille foufouille 9 octobre 11:49

        @Yanleroc

        c’est très rare mais statistiquement possible et avec un surdosage x ou y, encore plus possible.


      • velosolex velosolex 9 octobre 13:52

        @chantecler

        Derrière le scandale, le libéralisme, la mondialisation des échanges, une économie totalement prédatrice, ne voyant pas plus que ses intérêts, les yeux rivés sur le PIB, le seul compteur, sur lequel elle a les yeux fixés, sans un regard sur ce qui se passe de l’autre coté du pare brise. . 
        Il a vingt ans, on nous chantait « la fin de l’histoire », après la chute du mur de Berlin, et l’effondrement des pays de l’est. Il en résultait la croyance naïve qui le capitalisme étant vainqueur aux points, et que le règne d’un monde unifié par les mêmes valeurs signifierait la fin de la politique...C’était oublié un peu vite que ce modèle est mortifère, a besoin sans cesse de s’agrandir, s’il ne veut pas mourir. Impossible à soutenir dans un monde fini. La terre n’est absolument pas sensible aux discours démagogiques. 
        C’est un être vivant qui dépérit lentement, quoique de plus en plus vite. Sur le bord du vide, ce système qui se voit comme une fin en lui même, ne veut absolument pas changer de nature renforce ses dénis...Le Nobel d’économie donné à des gens qui tentent de trouver une voix entre extension toujours des marchés, et sauvegarde de la planète est la dernière illustration de ce refus pathogène. 

      • velosolex velosolex 9 octobre 14:15
        • @velosolex    En rapport avec les catastrophe de Bhopal, de Minamata, horreurs locales, ces malformations sont révélatrices d’une pollution systémique, touchant les quatre coins du territoire, un microcosme du monde
        • Nouvelle terrible, car ses implications sont redoutables pour le gouvernement, en terme d’économie, le seul compteur qui les préoccupe réellement. D’où l’urgence d’étendre l’incendie, en s’en prenant aux pompiers plutôt qu’aux pyromanes, qu’on protège.



      • Self con troll Self con troll 9 octobre 14:25

        @foufouille
         La mort serait-elle votre but ?


      • Duke77 Duke77 10 octobre 08:39

        @foufouille

        Sauf que c’est toi qui est ignare en science. Tu répètes bêtement ce que nos media et leurs animateurs debiles qu’on ne peut appeler journalistes ont laissé dire sur leur plateau. Si un type comme moi avait été opposé aux détracteurs de l’étude du Pr Seralini sur les plateaux télé, on les aurait vite torché les types comme toi. Puisque c’est à cette expérience sur les OGM faite par M Seralini que tu fais allusion, je vais ré-expliquer les mensonges de ses contradicteurs :

        Contre-argument numero 1 : les groupes de cobayes étaient trop petits (10), ce qui invalide la conclusion de l’expérience. FAUX : en statistique, seul un résultat nul peut être invalidé par un nombre insuffisant de constituant d’un groupe. Ainsi, si sur 10 cobayes aucun ne montre de résultat positif, on pourra dire que l’échantillon est trop petit et que si il y avait eu 100 cobayes, peut-être que 3 ou 4 auraient été positifs. Le manque de précision dans ce cas peut cacher une tendance, ici moins de 10 rats sur 100 (donc moins de 10%) peuvent ne pas être détectés et amener à la conclusion erronée qu’aucun rats ne réagit. MAIS ce n’est pas le cas pour un résultat non nul. Dans le cas de l’étude séralini, 2 à 3 individus par groupe de 10 ont déclenché des cancers précoces (avant que les rats ne soient vieux-on y reviendra plus bas). On peut donc seulement repprocher à la petitesse de ces groupe de donner un résultat imprécis : pas exemple, ce ne sont peut-être pas 2 sur 10 qui donneront 20 sur 100 rats positifs, peut-être y en aurait-t-il 23% ou 19% etc. Des groupes de 10 permettent un « pas » de 10 alors que des groupes de 100 permettent un « pas » de 100, et des groupes de 1000, un pas de 1000 etc. Tout le monde, même un non scientifique comme toi et qui prétend le contraire peut le comprendre. La petitesse des groupes utilisés par Seralini ne peut être critiqué que pour le manque de précision du pas de 10. Mais en revanche, la tendance démontrée est bien réelle, elle se situe autour de 2 ou 3 rats sur 10 soit 20% à 30% de résultat positifs. Le premier contre-argument des pro-OGM a donc été de faire croire que parce que son étude comportait des groupes de rats de petit nombre, elle n’avait rien démontré. Or, le résultat positif indique bien la tendance : il y a déclenchement de cancers chez une partie des rats dans chaque groupe. Une étude complémentaire avec plus de moyens pourrait seulement affiner le pourcentage exact de rats malades.

        Contre-argument No2 : l’espèce choisie serait naturellement sujette aux cancers. Sans blague ? La belle affaire ! Cette variété de rats auraient une propension « naturelle » à développer des cancers. Vous voulez dire comme l’humain ? Non parce que de nos jours, le nombre d’hommes et de femmes qui auront un cancer dans leur vie est entre 10% et 25% dans les pays occidentaux selon les régions, l’environnementet et les habitudes alimentaires/hygiène de vie. Cela ne fait-il pas de nous une espèce particulièrement sensible aux risques de cancer ? Un scorpion peut encaisser de fortes radiations, le prendrait-on comme cobaye pour mesurer la dangerosité de la radio-activité pour l’homme ? Ce rat est utilisé JUSTEMENT parce qu’il est un très bon marqueur gros nigaud ! En plus, Seralini a comparé avec d’autres rats n’absorbant pas d’OGM mais de la même espèce !!! Cet argument que tu reprends bêtement est une arnaque totale, ne trompant que ceux (hélas nombreux) qui n’ont pas étudié cette histoire de près. Et d’ailleurs, c’est la même espèce qui est utilisée par les études réalisées par les fabricants de pesticides au glyphosate et d’OGM. Ce rat est LA référence car il réagit vite à une influence cancerogène. Séralini n’a fait qu’utiliser la même espèce que tout le monde pour ce type d’expérience. Il faut bien comprendre qu’un rat ne vit pas aussi longtemps qu’un homme. Or, dans le cas précis de la carcinogénèse, la durée est primordiale puisqu’il faut du temps pour qu’une tumeur soit détectable/visible.

        Ce qui nous amène au 3e argument : La durée de l’expérience. Et c’est là qu’on découvre que Monsanto et Cie réalisaient leurs expériences sur une courte durée. En gros, ils avaient sélectionner un nombre de mois inférieur au temps de développement des tumeurs, les malins... Leurs conclusions pour le coup, elles, sont à remettre en cause et cette fois-ci pour une bonne raison : certains de leurs rats de test on peut-être développé un cancer juste après l’expérience bien trop courte ! La ficelle est grosse mais ça passe. En gros, on prend un groupe d’homme, on leir fait respirer de l’amiante à longueur de journée et au bout de 15jour, on annonce qu’ils toussent un peu mais qu’ils n’ont aucun signe de cancer... normal vu qu’un cancer est détectable au bout de 5 à 7 ans (un milliard de cellules formant une masse de 1cm). Seralini, lui, a réalisé une expérience de plus grande durée.

        L’étude de Seralini est donc tout à fait valable. Elle manque de précision certes, et mériterait que des gens avec plus de moyens réalisent une expérience de grande échelle avec des groupes de rats plus important pour compléter ces analyses. Cette étude doit être faite également sur une longue durée, laissant le temps aux tumeurs de devenir détectables et avec des cobayes assez sensibles pour réagir au traitement. Mais la tendance a bien été démontrée : les rats (sensibles) réagissent à l’absoption quotidienne d’OGM par le développement de cancer tandis que ceux qui n’en absorbent pas tombent moins malade. CQFD


      • Self con troll Self con troll 10 octobre 09:53

         @Duke77

        Ce qui était ressorti de cette polémique pour le grand public (j’en fais partie sur les questions de biologie, bien qu’étant concerné par les statistiques à cette époque), c’est que les attaques contre l’étude de Séralini se retournaient contre leurs auteurs. En effet, si on acceptait que leur raisonnement démontre que les résultats de Séralini n’étaient pas valables, alors par le même raisonnement les tests agréés validant les OGM, ne valaient rien non plus.

        J’espère que ce que je viens de dire n’est pas trop confus. C’est ce que j’ai retenu de mes discussions avec les professionnels suite à la lecture des infos disponibles.

        La clarté est essentielle dans ces débats, sinon le verdict de Disraeli s’applique Il y a trois sortes de mensonges : le mensonge ordinaire, le parjure et les statistiques

        Tant qu’à être dans les citations, un petit cocorico pour Agoravox : c’est un article sur ce forum qui est sorti en premier quand j’ai recherché celle que je viens de donner.

        Maintenant, puisque vous avez l’air encore dans le coup, pouvez-vous nous donner des indications sur la méthode statistique utilisée par Santé Publique de France ?


      • foufouille foufouille 10 octobre 10:56

        @Duke77

        il faut une cohorte donc 100 minimum et pas des rats cancéreux sans cancérigène et sans surdosage. ta science de khmer vert n’existe pas, c’est juste une croyance sans preuve.


      • Merci pour votre article Vélosolex. J’ai moi-même été d’emblée très choquée par cette histoire. Question : ces malformations ne sont-elles pas visibles à l’échographie. Je n’ose évoquer l’idée d’un lézard dans cette affaire,....ou plutôt si,....


        • velosolex velosolex 8 octobre 18:04

          @Mélusine ou la Robe de Saphir.
          Bonjour......Sans doute fait on des analyses diagnostics plus fines avec des femmes ayant un risque génétique. Mais ces situations sont d’un autre ordre, liées à l’environnement. De toute façon le scandale est patent, et la douleur des familles, même si les enfants sont résilients. 

          J’entend ce midi que le Nobel a été donné en économie à deux chercheurs qui ont établi des perspectives permettant de conjuguer croissance durable à long terme de l’économie mondiale et bien-être de la population de la planète..
          .Est ce vraiment une bonne nouvelle, ou une nouveau petit arrangement avec la réalité capitalisme, une sorte d’assistance respiratoire pour permettre à ce machin de faire semblant une ultime fois de se réformer. ? ..Encore cinq minutes, monsieur le bourreau...Il se fait tard à l’horloge, et le capitalisme dérégulé, rendu fou par la mondialisation, avec de moins en moins d’entraves, dans un monde où inversement elles devraient logiquement se renforcer, dans une simple logique de survie de l’espèce humaine, nous amène dans le mur à moins d’une génération. 

        • Yanleroc Yanleroc 9 octobre 10:24

          @velosolex, 

          justement on entendait expliquer sur FI ce matin, que notre perception de l’ avenir en occident était beaucoup plus pessimiste que celle perçue en Asie par ex. 

          Elle est directement liée à la mémoire et la lecture que nous avons de notre passé. 
          En ce sens, les pays émergents sur le Marché, pensent dans une forte majorité que le monde va de mieux en mieux, alors qu’ en Occident, qui est dans le train du Kisme depuis plus longtemps, on en voit surtout les effets néfastes, car on a un historique. Ceci ajouté au reste.. salut.

        • velosolex velosolex 9 octobre 10:57

          @Yanleroc
          Vous avez raison. J’aime ce genre d’aparté car il nous oblige, en regardant ailleurs, de trouver l’origine à la fois de notre discours, tout autant que celui de l’autre. 

          Quand on sort de la faim, et qu’on vivait dans une cabane en tôle, on se réjouit d’avoir le ventre ploine, sans chipoter sur la composition du pâte, et on n’est pas regardant sur la qualité de l’isolation du toit, trop content que l’eau ne passe pas à travers...Tout dépend donc d’où l’on vient. 
          Au bout de huit jours, le corps reposé on commence à faire des perspectives d’avenir, on pense à ses enfants, d’un avenir meilleur pour eux...La mémoire, l’expérience,, et les projections qu’on peut avoir varient sans cesse, au gré du voyage. Mais le ciel en ce moment est bien sombre, pour tous, que l’on vive dans une masure ou un château. Pour la première fois de l’humanité notre avenir est borné par des projections encore plus inquiétantes que des guerres, avec le dérèglement du climat. Pourtant nous continuons,à préférer un système de compétition absolument à l’opposé des exigences. Notre mémoire peut être dangereuse, on nous disant que nous en sommes toujours sorti. Sans doute faut il la catalyser avec la science des projections, et éviter les dénis. 

        • Ce sentiment d’impuissance est manifeste partout. Plusieurs raisons : sur 100 personnes, 80 ont une idée différente du monde qu’ils imaginent pour demain (quand ils se posent la question...). Les individus sont-ils tous abrutis par la pharmacopée ? Sidération devant un péril que l’on pressent sans savoir le définir (comme un Golem) ? entre paranoïa, déni, et clairvoyance désabusée....


          • velosolex velosolex 8 octobre 18:23

            @Mélusine ou la Robe de Saphir.


            Sans doute avons nous perdu la conscience de ce que nous sommes, trop coupés de la nature...Peut être vivons nous sur les iles des lotophages, où les habitants mangeaient la nourriture de l’oubli...Perte de la mémoire, du danger, incapacité à affronter le danger donc.... « Celui qui absorbe le lotos cesse de vivre comme font les hommes, avec en eux le souvenir du passé et la conscience de ce qu’ils sont..."
            Le passage par les Lotophages marque pour Ulysse l’accès aux mondes inconnus et inquiétants, que son parcours va désormais avoir à affronter.  Sur le périple d’Ulysse, pèse en effet le danger permanent de l’effacement du souvenir et de la perte du désir de retourner dans la patrie natale. 
            Pour être homme, il faut pouvoir surmonter l’oubli, « se souvenir de soi et des autres »...Arriverons nous un jour à Ithaque ?...Certains l’ont déjà gommé de leur mémoire. Ils pensent arriver aux Bermudes, avec des filles aux colliers de fleurs qui enivrent, et qui se transforment en gorgones. 

          • Yanleroc Yanleroc 9 octobre 10:30

            @velosolex


            Lotos= Malbouffe, Stress, Consumérisme, Impuissance, Découragement, Télé, Fluor, Alzheimer !

            Courage, fuyons !

          • velosolex velosolex 9 octobre 14:17

            @Yanleroc

            il faut se donner les moyens d’avoir des réponses, appuie Olivier Véran. « Cette affaire illustre l’émergence des maladies environnementales. On n’en est qu’au début. Il y a encore énormément d’inconnus. » Il réclame des équipes formées, capables d’intervenir sur site, de faire des recherches et d’assurer un suivi. « Cela nécessite des moyens importants. »

            Ne pas laisser tomber l’enquête, pour comprendre, c’est aussi ce qu’espère Emmanuelle Amar, épidémiologiste et directrice du Registre des malformations en Rhône-Alpes (Remera), qui a lancé l’alerte sur ces bébés, sans bras ou sans mains.

            Le REMERA, est sommé de disparaitre. 

            A moins que Stephan Bern ne la finance grâce au loto du patrimoine. 



          • nofutur 8 octobre 18:02
            Métaphore :
            A ma mère enfant qui voyait un trou dans une pomme et refusait de la croquer parce qu’il y aurait un insecte dedans, mon grand père lui disait ceci : Ma fille si tu vois un trou dans une pomme cela signifie que le vers est sorti et si tu ne voit pas de trou c’est qu’il n’est pas rentré.
            Dans tous les cas c’était bon. Et à ce jour c’est la même manière de communiquer qu’utilisent les différents lobbys et affidés (gouvernants).


            • Bertrand Loubard 8 octobre 21:42

              Merci pour votre billet.
              Que penser de la peste africaine sévissant actuellement en Belgique.... ? Des tenants du « grand complot » ... avancent que des militaires belges seraient revenus de manœuvres OTAN d’un pays du « Pacte » où des essais d’armes bactériologiques (US) auraient été tentés .... Cela rappelle vachement le Docteur Mengele, l’unité 731 de l’Armée impériale japonaise, l’agent orange du Viet Nam et le déversement des boues rouges autorisés par Ségolène Royal...Sans oublier que l’Ebola est passé en quelques jours de l’Est African à l’Ouest...justement au moment où l’ « Operation United Assistance » se déployait au Libéria ..... Et en remontant dans le temps ..... cela rappelle la vaccination antipolio et la propagation du Sida.......
              Bien à vous.


              • velosolex velosolex 8 octobre 22:03

                @Bertrand Loubard
                Je ne suis pas au courant de ces histoires, mais leur déroulement parait probable, sans tomber pour autant dans la paranoïa. Car les échanges et la mondialisation décomplexée, sans contrôle aucun, érigée en nouvelle loi obligée, dans un marche dit libre et sans contrainte, nous a amené bien des aberrations : Plantes invasives, mises en concurrence d’espèce animales perturbantes condamnant les indigènes, tel le fléau du frelon asiatique.

                 Il y a toujours eu une évolution subtile des espèces, par rencontres. Mais cela auparavant se passait dans le temps long, avec une adaptabilité possible. Que ces soit les arbres, les plantes, les animaux où les hommes, la compétition et le mieux disant économique lamine la variété du monde, nous rend sans arme face à des maladies ou des dangers nouveaux ; Les indiens d’amerique ont eu à se confronter à ces dangers, à l’époque des conquistadors. Leur civilisation et eux mêmes n’ont pas survécu, pour la plupart. Les frontières naturelles ne sont pas un empêchement, mais une protection. Surtout face à l’économie prédatrice. Regis Debray en avait fait l’’apologie dans un beau livre. L’éloge des frontières | Marianne

              • Sergio Sergio 9 octobre 02:55

                Bonsoir, 


                Je me souviens il y a quelques années, du message gouvernemental de l’époque, qui se voulait rassurant quant aux possibles dangers de la catastrophe de Thernobyl. Bien sur, le nuage radioactif s’était arrêté à la frontière belge, fallait y croire pour se sentir, bien. Aujourd’hui je ne rencontre pas une seule personne, qui ne soit elle même, un membre de sa famille et de la mienne en l’occurrence, atteinte de problème de thyroïde, sans compter le scandale actuel de la nouvelle molécule lévo ... 
                Il y a 20 ans en Martinique, flirtant avec les gorgones urticantes, j’avais remarqué la destruction des coraux du littoral par le chlordécone se déversant dans la mer via les rivières descendant la Montagne Pelée, irriguant les plantations de bananes. Les ’bananes cochons’ pour les métro, la maladie et la pollution pour les créoles, le prix à payer, 8000 kms et 20 ans pour comprendre ! Plus haut, l’évocation de Régis Debray m’a fait penser à son homonyme bien moins illustre, Michel Debré, je pense que vous me voyez venir et je ne vais pas Creuse(r) plus loin, là aussi scandale ... 
                Cette année mon camarade ne m’a pas appelé pour les récoltes de miel et je n’y croyais pas ! Avons nous le besoin d’ignorer pour se protéger, d’imaginer par exemple que les mères de ces pauvres enfants soient des consommatrices de cocaïne, cela expliquant les malformations. Ce fameux point d’observation qui fait la différence tant qu’on n’est pas concerné ou alors qu’on a oublié. Aujourd’hui pour certains, c’est le ver Obama et pour d’autres, la plus grosse punaise que les autres et qui pue encore plus quand on l’écrase, à chacun son scandale et son barreau d’échelle.
                Il est fatiguant de toujours chercher à trouver un équilibre pour soi pour celui de sa famille, de lutter contre le racisme, la pollution, la casse de notre système de santé, la promotion de la réussite d’un certain, supplantant les petits courages de beaucoup d’autres. Quand il est dit que vous n’avez rien oublié, je crois bien que si, demain sera un autre jour.

                Je reviens donc après beaucoup de randonnées en vélo à découvrir ma région, j’y ai rencontré un de vos anciens compatriotes bretons, qui a parcouru 2000 kms en vélo, visitant de nombreuses pédiatries hospitalières françaises et belges, c’était peut être vous qui sait, et je ne désespère pas de vous rencontrer un jour sur les routes 

                • Sergio Sergio 9 octobre 02:59

                  @Sergio


                  Il pédalait pour l’Association ’ Le Doudou ’, ça ne s’invente pas !

                • velosolex velosolex 9 octobre 11:28

                  @Sergio
                  le chlordécone a enrichi notre vocabulaire depuis quelques temps. On n’ a pu la banane comme avant ! Comment a pu t’on gâte ce beau fruit, si pratique à trimbaler, à garder, et nourrissant. Le « moche » auparavant était palpable, visuel, indéniable. Maintenant il est diffus. On ne sait plus à qui se fier. Un beau paysage peut être sinistrement pollué. Ulysse nous avant déjà parlé de ces choses, alors qu’il revenait de Troie, il y a bien longtemps...Mais le temps des méduses et des gorgones semble de nouveau tout proche. Je connais la région de Guidel près de Lorient, un des villages impacté, et franchement, ce n’est pas le plus moche endroit du monde. La mer est toute proche. On se sent trahi. 

                  Pour mon compte je ne prend pas l’avion. Mes voyages sont souvent intérieurs. J’ai déménagé dans les monts d’Arrée, là où le vent, à des hauteurs modestes, vous donne malgré tout une certaine ivresse, dans ce paysage de Landes, où beaucoup d’anglais viennent cherche l’ambiance des soeurs Bronté. Des chevaux dans le prés d’à coté, des rochers ronds qui voudraient bien aussi courir ou hennir dans les nuages, voilà mon univers. Le vélo dans ces régions n’est jamais à l’horizontal.....Une belle libraire alternative est située dans la forêt. « L’autre rive ». L’Autre Rive à Berrien (Café librairie en Bretagne) - Unidivers

                • math math 9 octobre 07:14

                  Liquider le REMERA ? bof notre Jupiter est bien atrophié du bulbe il me semble ?


                  • velosolex velosolex 9 octobre 11:38

                    @math

                    Lyon : La mobilisation pour sauver le registre des malformations ...

                    En 44 ans d’existence, il a notamment contribué à démontrer le lien entre les incinérateurs et les malformations rénales et les répercussions possibles pendant la grossesse de l’antiépileptique Dépakine. Pourtant, l’avenir du Registre des malformations en Rhône-Alpes, le Remera, à l’origine de la médiatisation récente de plusieurs cas de bébés nés sans bras dans l’Ain, est bien incertain.

                    « Les Hospices civils de Lyon, qui avancent nos salaires remboursés ensuite par les institutions de santé, nous ont annoncé que suite au retard de versement de ces financements, ils ne pourraient plus nous payer », explique la directrice du Remera basé à Lyon, Emmanuelle Amar. « Si l’arrêt de nos subventions est confirmé, nous fermerons nos portes au 31 décembre », ajoute l’épidémiologiste, menacée comme les cinq autres scientifiques qui travaillent à ses côtés


                  • Dr Destouches Dr Destouches 9 octobre 08:14
                    Quand la CIA empoisonnait au LSD les habitants de Pont Saint Esprit (Gard)

                    Le gouvernement français questionne les USA au sujet de l’expérience secrète à Pont-Saint-Esprit avec du LSD en 1951

                    Un scandale diplomatique et politique qui pourrait avoir de graves conséquences pour les relations franco-étasuniennes est en train d’éclater. Il implique de nouvelles recherches sur la mystérieuse épidémie de « folie collective » dans une petite ville du sud de la France qui avait touché environ 500 personnes et provoqué cinq décès.

                    Selon des sources étasuniennes fiables, le Bureau du renseignement et de la recherche du ministère des Affaires étrangères étasunien a reçu une demande d’enquête confidentielle de la part du bureau d’Erard Corbin de Mangoux (1), directeur de l’agence de renseignement français DSGE (Direction générale de la sécurité extérieure). Selon le rapport, l’enquête concerne un compte rendu publié récemment sur la complicité du gouvernement étasunien dans un mystérieux épisode de folie de masse dans le sud de la France, à Pont-Saint-Esprit en 1951.


                    http://www.comite-valmy.org/spip.php?article549


                    • velosolex velosolex 9 octobre 12:34

                      @Dr Destouches
                      Ce n’est pas du LSD qui a impacté ces nouveaux nés..

                      .On a utilisé beaucoup de drogues de synthèse pour les unités combattantes Pervitine, la drogue des nazis | Raconte-moi l’Histoire . Le Blitzkrieg allemand n’a été possible qu’en rapport avec des soldats ne dormant pas, en transe. 
                      Le scénario auquel vous faites allusion à Pont saint esprit a été évoque, mais semble peu crédible, car les « fous » étaient ceux qui consommaient du pain. L’intoxication à l’ergot de seigle semble la plus plausible, d’autant qu’un meunier à l’époque a reconnu s’être débarrassé d’une farine avarié, au village d’à cote, celui de saint esprit justement. (Il ne voulait pas intoxiqué les habitants de son bourgs...)
                       Ce type eut donc bien des morts sur une demi conscience. 

                      Les empoisonneurs d’aujourd’hui ont fait un nombre incalculable de victimes. Ils portent beau. Ils n’ont pas de moulin à vent, mais plutôt à frics...Ce sont des multinationales assez puissantes pour imposer aux politiques des choix qui peuvent nous paraitre insensé, et programmer la disparition de ceux qui leur barre la route. On figuré, et sans doute aussi au propre. Leur drogue à eux, c’est le pouvoir, au délà de l’argent. Leur nature est liée à la prédation, et au très court terme. Ils n’ont pas de lunettes pour voir très loin, et se moquent pour cela des conséquences, même à très court terme

                    • Yanleroc Yanleroc 9 octobre 13:26

                      @velosolex,


                       dans Le Livre noir de la CIA, que je viens de finir, 
                      il est fait mention de cette affaire et l’ auteur se base sur des dossiers déclassifiés, alors... ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès