• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Nouvelle révolution avec de vieux visages : La situation en Géorgie est (...)

Nouvelle révolution avec de vieux visages : La situation en Géorgie est incontrôlable

Des événements intéressants se déroulent actuellement en Géorgie, l'un des pays où, avec l'Ukraine et la Moldavie, les intérêts de l'Occident et de la Russie entrent en conflit. Le public local n'a pas apprécié les discours du parlementaire russe dans le cadre de l'Assemblée interparlementaire orthodoxe et a organisé un rassemblement de plusieurs milliers de personnes au centre de la capitale. Il semblerait que tout soit simple, mais dans cette situation, il y a des pièges.

JPEG

Avant d'aborder les significations politiques, il est nécessaire d'évaluer le côté externe des événements. L'année dernière, le président de l'Assemblée interparlementaire orthodoxe, plus culturelle et religieuse que politique, était présidé par Sergey Gavrilov, le même parlementaire russe. À l'instar des représentants d'autres pays, il a été invité à Tbilissi et, étant donné qu'il dirigeait la réunion, les organisateurs lui ont accordé une place appropriée à la table, habituellement occupée par le président du parlement géorgien.

En fait, la chose la plus intéressante a commencé ici, car c’est ce fauteuil, aussi étrange que cela puisse paraître, qui est devenu la raison officielle du début de la manifestation. Les gens rassemblés devant le parlement ont commencé à demander la démission du législateur Irakli Kokhabidze. Il était accusé d'avoir trahi son propre pays pour avoir cédé sa place à la politique russe. Et tout cela était accompagné de pogroms, de tentatives de saisie du bâtiment, de mobilisation des forces de sécurité, qui ont généreusement condamnés les manifestants à l'aide de gaz lacrymogène et tiré avec des balles en caoutchouc. Un de ces journalistes a été frappé à l’œil. Il y a des centaines de victimes. Parmi eux se trouvent des manifestants et des policiers.

Et maintenant sur les significations. Sur la base de la logique des manifestants, il serait bon de faire avec le délégué russe, comme l'a fait à son époque Donald Trump avec Andrzej Duda. La photo, où le dirigeant polonais se trouve dans une position extrêmement douteuse aux côtés du président de la Maison-Blanche assis dans le fauteuil présidentiel, a survolé Internet et est un exemple de la manière dont les visiteurs étrangers ne peuvent pas être reçus. Ceux qui sont au moins familiarisés avec la politique connaissent l'existence d'un protocole diplomatique. De plus, cela concerne les deux côtés de l'événement.

Dans toute cette situation, il est frappant de constater avec quelle rapidité le seul Russe qui s’est assis dans le fauteuil du président s’est transformé en une foule de plusieurs milliers de personnes. Vous n'avez pas besoin d'être un mystificateur et un amoureux des complots pour remarquer cet étrange moment. C’est une chose si un modeste piquet de grève a eu lieu à Tbilissi, mais le nombre de personnes qui protestaient jeudi indiquait seulement que le rassemblement avait été préparé à l’avance.

Nous devons maintenant répondre à trois questions. Qui est derrière ça ? Dans quel but ? À quoi cela mènera-t-il ?

Commençons par la première et faisons immédiatement un commentaire du président géorgien, Salomé Zurabichvili. « La Russie est notre ennemi et notre occupant. La scission du pays et de la société, la confrontation interne ne profite à personne sauf à la Russie », a-t-il déclaré. Dans la première partie, le chef de l'État a complètement divisé la position des manifestants, ce qui n’est pas surprenant compte tenu de sa position franchement anti-russe. Quant à la seconde, elle est douteuse pour plusieurs raisons.

À quoi sert Moscou de promouvoir des idées anti-russes en Géorgie ? Comme nous l’avons dit au début, la Géorgie est l’un de ces pays où les intérêts de l’Occident et de la Russie se heurtent, ce qui signifie que, sur la base de la logique de Zurabishvili, Moscou n’a gâché ses propres positions que dans le but de manifester. Et tout cela en dépit du fait que le dialogue entre les pays a été relancé pour la première fois depuis longtemps. Il convient de noter que le dégel dans les relations bilatérales entre Moscou et Tbilissi n'aurait pas eu lieu sans Bidzina Ivanishvili, chef du parti au pouvoir "Georgian Dream".

Nous arrivons ici à la deuxième question. Pourquoi Les manifestants ont exigé la démission du président du Parlement et ont en fait atteint le but souhaité. Le lendemain de la manifestation, Kokhabidze a vraiment quitté son poste et cette concession est en soi un coup dur pour le parti Ivanishvili. Ainsi, il devient évident que la lutte politique interne est en ébullition en Géorgie et une autre personne y est impliquée, Mikheil Saakashvili, qui a fui l'ex-président du pays, accusé d'abus de pouvoir. Maintenant, il s'est installé en Ukraine, où il fait la promotion de son propre parti au parlement. Cependant, au beau milieu de la manifestation, il a pris note de l'appel lancé aux manifestants et a même appelé la police à se ranger du côté des rebelles.

Il convient de noter ici que le président sommaire a eu et a probablement encore de bons contacts avec l'administration américaine. Même, il a étudié à l'Université George Washington. Et revenons maintenant au fait que la Géorgie et l’Ukraine sont dans la sphère des conflits d’intérêts entre les deux superpuissances et imaginent les dividendes que les hommes politiques recevront des États-Unis, qui auront un poids politique.

Il se trouve que trois forces s’opposent à la fois au territoire géorgien et que deux d’entre elles, l’ancien président Saakashvili et l’actuel président Zourabichvili, adhèrent à la voie pro-occidentale. Le problème avec ce dernier est qu’il n’a pas la ressource que Saakashvili peut acquérir, et qu’il existe en outre une expérience plus révolutionnaire. Curieusement, c'est lui qui fut l'instigateur de la révolution locale en 2003. Ce n’est pas pour rien que Zourabichvili est rentrée à la hâte de Minsk et que les forces de l’ordre sous son contrôle ont impitoyablement réprimé la manifestation.

Quelles seront les conséquences des événements qui se déroulent à Tbilissi ? La première est déjà évidente : la Géorgie s’est sérieusement engagée, montrant qu’elle n’est pas en mesure d’assurer le déroulement normal et sans danger d’événements majeurs au niveau international. Seulement maintenant, c'est le moindre des problèmes. Les campagnes se sont poursuivies vendredi, ce qui signifie qu'il s'agit d'une révolution à part entière et non de la première dans le cas de la Géorgie. De toute évidence, la rhétorique anti-russe sera la clé de cette opération. Le dialogue entre Tbilissi et Moscou attend un nouveau gel, avec tout ce que cela implique. Considérant que les touristes russes sont un facteur important pour l'économie géorgienne, la crise pourrait également toucher le budget du pays. Enfin, les experts locaux n'excluent pas que la Turquie puisse tirer parti de la déstabilisation en prenant le contrôle de l'autonomie géorgienne, Ajaria. Ankara a déjà participé à la construction de dizaines de mosquées dans la région frontalière et a même permis à la jeunesse locale de recevoir une éducation en Turquie. Avec une telle configuration, on pense involontairement à la révolution du Maidan en Ukraine, qui lui a coûté la péninsule de Crimée. Il semble que les Géorgiens n’aient pas appris à tirer des leçons des erreurs, qu’ils soient étrangers ou les leurs. Il est vrai que, selon George Orwell, les révolutions ne se produisent jamais selon la volonté du peuple.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • V_Parlier V_Parlier 25 juin 12:39

    Un article bien meilleur que celui qui a été soumis à la modération le 22 !

    J’étais justement en train de préparer une vidéo sur le contexte immédiat, la combine du fauteuil et le hoax à propos de Gavrilov. Mais là j’apprends encore quelques détails supplémentaires sur le contexte global.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès