• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Nouvelle révolution de couleur à Cuba ?

Nouvelle révolution de couleur à Cuba ?

Les récentes émeutes populaires à Cuba ne seraient que la pointe de l'iceberg de la nouvelle révolution de couleur promue par la CIA puisque l'objectif ultime des Etats-Unis serait de secouer le statu quo actuel de l'île après avoir atteint une pénurie totale de pétrole, de nourriture et des fournitures de santé vitales. Ainsi, l'anachronique blocus américain contre Cuba, instauré par Kennedy en 1962 et conjugué au déclenchement de la pandémie de coronavirus, aurait conduit le peuple cubain à une asphyxie économique sans précédent depuis la crise vécue dans la soi-disant « période spéciale » au début des années 1990. 

JPEG

Les changements proposés par l'administration Trump visaient à accroître la réglementation et la surveillance afin de rendre difficile pour les entreprises américaines de signer des accords avec Cuba et pour les citoyens américains de continuer à se rendre dans le pays. Ces décisions étaient le résultat de pressions intenses exercées par les représentants cubano-américains de premier plan, Marco Rubio et Mario Díaz-Balart, tous deux républicains. Selon une étude menée par Engage Cuba, la nouvelle politique « coûterait 6,6 milliards de dollars à l'économie américaine et affecterait 12 295 emplois pendant le premier mandat de Trump ». Pour sa part, l'ancien vice-président des Etats-Unis, Mike Pence, a annoncé la mise en œuvre de nouvelles mesures contre deux sociétés qui transportent du brut vénézuélien à Cuba ainsi que contre les 34 navires que PDVSA utilise à cette fin, avec l'objectif avoué de provoquer « l'asphyxie énergétique de Cuba » au moyen de l'amputation du cordon ombilical qui unit le Venezuela et Cuba, suivant la théorie kentienne de la « carotte et du bâton », exposée par Sherman Kent dans son livre Strategic Intelligence for North American World Politics (1949) et comme dans un feu d'artifice d'adieu, Donald Trump a, de nouveau, inclus Cuba dans la liste des « Etats parrainant le terrorisme » jusqu'à achever le nombre record de 243 sanctions contre l'île.

L'objectif avoué des Etats-Unis était que l'île soit vouée à un étouffement de conséquences imprévisibles après l'effondrement du tourisme provoqué par l'irruption sur l'île de la pandémie de coronavirus et au paroxysme du manque de solidarité. Les Etats-Unis ont bloqué les achats et les livraisons de masques, de seringues, de ventilateurs pulmonaires et d'autres fournitures de santé de base pour le traitement des patients atteints de la Covid-19, puisque l'objectif ultime des Etats-Unis serait de parvenir à une pénurie totale de pétrole, de nourriture et de fournitures de santé vitales pour ébranler le statu quo actuel de l'île.

Ainsi, malgré les déclarations pleines d'espoir de Joe Biden sur son intention de réorienter les relations avec Cuba, dans une interview à CNN, le conseiller de Joe Biden pour l'Amérique latine, le Colombien Juan González, a exclu un nouveau dégel avec Cuba et il a assuré que « Joe Biden n'est pas Barack Obama dans la politique vis-à-vis de l'île tout en ajoutant que « le moment politique a beaucoup changé ». Lesdites affirmations auraient été corroborées par le soutien rapide de Joe Biden aux récentes émeutes populaires qui seraient la pointe de l'iceberg de la nouvelle révolution de couleur promue par la CIA en déclarant que « Nous sommes solidaires du peuple cubain et de son appel clair à la liberté ». Cependant, le maintien de l'embargo contre Cuba pourrait générer un vide imprévisible en pleine Guerre froide 2.0 entre les Etats-Unis et la Russie qui pourrait finir par dessiner une nouvelle cartographie géopolitique dans les Caraïbes. Après la décision de Joe Biden de poursuivre l'endémisme du blocus, on pourrait assister à un rapprochement géopolitique entre Cuba et la Russie qui comprendrait une aide économique ainsi que l'ouverture urgente d'une voie aérienne et maritime pour l'approvisionnement en produits de base pour satisfaire les besoins vitaux du peuple cubain.

Germán Gorraiz López, analyste politique

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n'engagent que la responsabilité des auteurs

Source : http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=2914


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

32 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion 23 juillet 14:06

    Le 10 décembre 1898, le traité de Paris, signé entre les États-Unis d’Amérique et l’Espagne, et ratifié par le Sénat américain, a abouti à ce qu’en échange de 20 millions de dollars, l’Espagne cède ses dernières possessions d’Amérique latine — Cuba et Porto Rico — ainsi que les Philippines aux Etats-Unis. Depuis, Porto-Rico est devenu un territoire non incorporé des États-Unis avec un statut de commonwealth, c’est-à-dire, en clair, une colonie où les lois américaines s’appliquent sans que les habitants soient citoyens ni électeurs. Depuis 1959, Cuba est une république indépendante. Depuis, Les Etats-Unis rêvent de lui imposer le même statut que celui de Porto-Rico. Il semblerait que la République d’Haïti soit concernée, elle aussi.


    • sylvain sylvain 23 juillet 14:21

      bon article du grands soir sur le sujet,( ici)



      • Spartacus Lequidam Spartacus Lequidam 23 juillet 18:54

        C’est beau la propagande russe.

        Rien n’a jamais empêché Cuba de s’.approvisionner au Mexique ou ailleurs, et l’embargo Américain est un grand épouvantail a coco-bobos que les russes ont toujours utilisés.

        Dans le pays de la canne a sucre, rationner le sucre, sur une ile entourée d’eau salée manquer de sel, les excuses des vils complots extérieurs sont de bonnes farces jamais éculées.

        Simplement appeler un chat un chat, le socialisme mène toujours aux pénuries.

        Au Venezuela, c’est pareil assis sur la plus grande réserve du monde de pétole, ils manquent d’essence.


        • sylvain sylvain 23 juillet 21:33

          @Spartacus Lequidam
          j’aimerais bien voir la gueule de la france après 60 ans d’embargo . Même si elle peut éventuellement faire quelques affaires avec l’espagne par exemple .
          Et il me semble que c’est depuis l’embargo ricain que le venezuela galère grave . Pays d’ailleurs a moitié bolivarien ( socialiste, c’est un peu vague) puisque tout ce qui n’appartient pas à l’état y appartient a une oligarchie neocoloniale .


        • Spartacus Lequidam Spartacus Lequidam 27 juillet 21:27

          @sylvain
          Renseigne doit donc un minimum.
          Il n’y a jamais eu d’embargo avec le Venezuela avant 2017.

          Et a Cuba, il n’a jamais été difficile de trouver du coca-colla.


        • Jeekes Jeekes 23 juillet 20:10

          ’’Nouvelle révolution de couleur à Cuba ?’’

           

          De toute évidence !

          Y’a que des putains du genre de spartacul qui diront le contraire.

           


          • ticotico ticotico 23 juillet 21:50

            Il y a une vanne à Cuba sur le thème « En quel année le pays a été indépendant ? »

            1898 ? mauvaise réponse, l’île passait sous contrôle US,

            1959 ? mauvaise réponse, l’ami soviétique devenait un sponsor très envahissant,

            1990 ? Bonne réponse, l’île devenait enfin autonome politiquement et s’enfonçait dans le marasme économique absolu du « periodo especial ».

            A part ça, il y a plusieurs organismes US qui passent leur temps à essayer de faire tomber le gouvernement cubain. 

            Pour ma part, le truc que j’avais repéré qui ressemblait le plus à une révolution de couleur date de septembre 2020. Cette action cochait bien plus de cases que les événements du 11 juillet dernier, déjà elle avait un nom « Revolucion de Los Girasoles », révolution des tournesols. (Le tournesol est dans la religion afrocubaine associé à la déesse Oshun, qui dans son avatar catho est la virgen Del Cobre, la sainte patronne de cuba).

            Ensuite, il y a eu des appels publics à manifester le 8 septembre avec un tournesol à la main, (le 8 septembre est le jour de Oshun, déesse, etc...)

            Bref, ça sentait le truc bien préparé, avec un marketing adapté aux croyances locales. Mais ça n’a pas marché, vu que si tu annonces un tel événement à Cuba, les meneurs sont tous embarqués ou placés en « arrestation domiciliaire » et les lieux prévus pour les manifs voient le jour dit une présence massive de policiers ou de militaires.

            C’est facile, vu de France, et compte tenu du contexte (faillite US au moyen orient et grand désir de s’emparer du brut vénézuélien) de penser que le peuple cubain n’a pas de capacité de réaction autonome. Mais essayez de vous mettre à la place de gens qui :

            ne peuvent plus acheter à manger sans faire plusieurs heures de queue

             sont payés dans une monnaie (le peso cubain) qui n’est pas celle qui permet

              d’acheter l’essentiel des aliments (les devises fortes, euro, dollar canadien,etc...)

             pour avoir ces devises, le seul moyen est le marché noir, ou le peso cubain est

              dévalué de facto de 75 % (ou l’envoi de la famille à l’étranger).

            En parallèle, des négociants qui gardent l’anonymat ont mis en place des sites tels que celui là, (https://www.dimecuba.com/envios/producto/rumba-para-papa-express) qui permettent d’acheter hors de prix des produits cubains en les payant de l’étranger. Le « panier » présenté ici est vendu avec un coefficient de marge de x3 ou x4. Un caddie rempli ainsi chez Lidl vous couterait à peu près 50 euros, ici il est proposé à 228 dollars US « en promo », c’est à dire plus de 4 mois du salaire moyen à Cuba.

            Ce genre de business ne peut exister qu’avec l’accord du gouvernement cubain, et beaucoup pensent que ce sont des « dignitaires » du régime qui alimentent leurs comptes à l’étranger avec ce genre de procédés. (l’embargo n’a rien à voir là dedans, tous ces produits sont « made in Cuba »).

            En plus, une croisade « contre l’enrichissement personnel » a eu pour effet de faire chuter massivement la présence des fruits et légumes de la production nationale sur les marchés...

            A Cuba tout le monde sait qu’il y a des difficultés, mais qu’au lieu d’essayer d’en atténuer les effets, les actions du gouvernement les aggravent.

            Vous ne faites pas la moitié de ça en France, et on a des gilets jaunes puissance 10...

            Je l’ai dit ici même en mars dernier que l’insatisfaction grandissante du peuple risquait de mettre en péril la survie de ce gouvernement qui n’a plus rien de communiste à part le nom.

            Alors, le 11 juillet, une révolution de couleur ? Je ne crois pas. En revanche, tous ceux qui sont censés organiser ce type de mouvement se mobilisent pour prendre le train en marche et essayer d’en revendiquer le déclenchement.


            • sylvain sylvain 23 juillet 22:02

              @ticotico
              Alors, le 11 juillet, une révolution de couleur ? Je ne crois pas

              Tout de même un petit peu semble t il . Ce qui n’invalide d’ailleurs pas ce que vous dites . Les ricains sponsorisent les mouvements sociaux partout ou ça les arrange, ce qui, contrairement a ce qu’on peut croire, a un effet désastreux sur les dits mouvements
              Il ne sera bientot plus possible de contester un pouvoir, quelques soient ses qualités, sans être taxé d’être un agent de l’empire
              Le capitalisme récupère tout, le tord dans tous les sens et laisse une vieille chose rincée qu’on ne peut regarder qu’avec dégout . Un de ses jouets actuels est l’autodétermination des peuples, leurs inspirations a plus de justice et le principe de révolution ou juste de mouvement social en général


            • ticotico ticotico 23 juillet 22:31

              @sylvain

              Il ne sera bientôt plus possible de contester un pouvoir, quelles que soient ses qualités, sans être taxé d’être un agent de l’empire

              J’en fais l’expérience chaque jour ici même...
              Fidel a réussi à implanter l’idée que Cuba était le dernier village sur la terre à résister à l’envahisseur. J’y ai cru un moment et je pense que cela a été presque vrai, mais un système aussi incapable de se renouveler et de s’adapter ne peut que péricliter.

              A l’heure actuelle les deux plus grands dangers pour le peuple cubain sont la frange hystéro-trumpiste de l’exil à Miami (en ce moment ils réclament une intervention armée dont Biden ne veut pas entendre parler) et les « héritiers » d’un castrisme momifié dont l’absence de perspective et d’imagination est bien exprimée dans leur slogan « somos continuidad ». (Nous sommes la continuité)


            • CN46400 CN46400 24 juillet 07:53

              @ticotico
              « Fidel a réussi à implanter l’idée que Cuba était le dernier village sur la terre à résister à l’envahisseur. »
               Quel est l’autre ?


            • CN46400 CN46400 24 juillet 08:26

              @ticotico
              « qui permettent d’acheter hors de prix des produits cubains en les payant de l’étranger. »
              Pour acheter, à l’étranger, des seringues, pour injecter Abdala, il faut vendre les cigares avec le plus de profits possibles. Fidel avait cessé d’en fumer quand il sut ce qu’on pouvait importer en échange....
              Quand au communisme de Ticotico, c’est un produit dégueulé par la CIA...
               "et beaucoup pensent que ce sont des « dignitaires » du régime qui alimentent leurs comptes à l’étranger avec ce genre de procédés. (l’embargo n’a rien à voir là dedans, tous ces produits sont « made in Cuba »)."
               Vous devriez visiter Marx, vous y apprendriez qu’un blocus joue aussi, sur les prix internes, le même rôle, à la hausse, qu’un protectionnisme exacerbé (voir le prix du sucre en Europe du temps du blocus continental décidé par Napoléon). Quand aux comptes à l’étranger, on peut compter sur la CIA pour, bientôt, en publier la liste nominative...


            • ticotico ticotico 24 juillet 09:02

              @CN46400

               Quel est l’autre ?

              Qui parle d’un autre ? La question est peut-on parler de la résistance d’un pays indépendant, alors que le grand frère soviétique le subventionne à hauteur de 4 milliards de dollars par an ? (c’était le tarif dans les années 80).


            • ticotico ticotico 24 juillet 09:21

              @CN46400

              il faut vendre les cigares avec le plus de profits possibles

              Pour vendre très cher les cigares, je pense qu’ils savent faire... 
              J’ai toujours pensé que c’était une bonne vengeance de faire payer très cher des gens fortunés pour qu’ils se ruinent la santé avec ce genre de produit symbolique...

              Mais visiblement vous n’avez pas cliqué sur ce lien, ou vous n’avez pas de connaissances suffisantes en espagnol. Ici, il s’agit de vendre à Cuba, à des cubains, des produits alimentaires de provenance locale. Il y a des photos de ce qui est à vendre, et peut être avez-vous confondu les « croquetas » avec des cigares... ?

              Quel est l’intérêt de faire payer très cher, et à l’étranger, si ce n’est d’empocher de copieux bénéfices sans que le profit arrive à Cuba ? (vous avez entendu parler de l’embargo qui complique les transferts financiers ?)


            • CN46400 CN46400 24 juillet 09:26

              @ticotico
              C’est vous qui sous-entendez qu’il existe d’autres contrées qui résistent « à l’envahisseur ». J’ai juste laissé aller ma curiosité....
              Quand aux 4 milliards de $, c’était le sur-coût du sucre cubain en URSS par rapport au court mondial de l’époque.


            • CN46400 CN46400 24 juillet 09:44

              @ticotico
              « si ce n’est d’empocher de copieux bénéfices sans que le profit arrive à Cuba ? »
              Le « profit » revient à Cuba via les produits importés (seringues par exemple). Le blocus, même ainsi contourné, renchérit, au dépend de Cuba, tout le commerce, extérieur et aussi intérieur via les pénuries qu’il provoque. C’est d’ailleurs sa raison d’exister, comme c’est la votre d’essayer, systématiquement, d’en détourner les effets sur les dirigeants cubains qui refusent de se mettre à genoux devant vos maîtres de la CIA !


            • ticotico ticotico 24 juillet 10:01

              @CN46400

              J’aimerais bien vous croire, mais j’ai vu de près comment vit la petite classe de riches à Cuba. Leurs villas, leurs voitures, leurs séjours à Cancun, Panama ou... Miami (pour être honnête, ils profitent aussi des beaux hôtels de leur pays). 

              Ces gens là peuvent vous remercier pour votre défense inconditionnelle de leurs privilèges, tout convaincu que vous êtes d’afficher votre solidarité avec un « pays résistant ».

              D’où tenez-vous vos certitudes ? Avez-vous au moins une fois mis les pieds à Cuba ?


            • Attila Attila 24 juillet 10:42

              @sylvain
              « Il ne sera bientôt plus possible de contester un pouvoir, quelques soient ses qualités, sans être taxé d’être un agent de l’empire »
              C’est une question importante que devront se poser les organisateurs des mouvements de protestation : suis-je complice d’une manipulation ?
              Ils devront donc s’interroger sur l’origine des fonds, des slogans, des techniques de manifestation. Par exemple, des tracts identiques ont été retrouvés dans certains « printemps arabes » et lors des événements en Ukraine.

              .


            • CN46400 CN46400 24 juillet 10:55

              @ticotico
              Rassurez-vous, je cesserais de défendre Cuba lorsque cette île soumettra une autre contrée à un blocus aussi lourd que celui que les USA lui impose depuis près de 60 années....


            • ticotico ticotico 24 juillet 11:04

              @Attila

              Si tu veux plomber un mouvement ou un politicien, tu fais savoir qu’il est soutenu par les USA... et derrière, il faut ramer pour regagner en légitimité.

              On a un cas intéressant avec Guaido au Vénézuela, ce pauvre fantoche a été reconnu « président » par Trump dans le but de le transformer en appât pour le gouvernement. Pour une fois, ils ont réagi intelligemment en lui laissant la vie et la liberté, résultat, il n’a plus guère de poids politique.

              Dans le cas de Cuba, j’ai lu une thèse intéressante : les USA n’ont aucune intention de faire de Cuba une nouvelle colonie, un pays comme tant d’autres en Amérique latine. En fait, s’ils adorent voir Cuba dans sa situation actuelle, c’est pour maintenir la pression sur le reste du continent. 

              Faire passer Cuba sous contrôle US, et surtout avec une intervention militaire, ferait exploser le sentiment anti-USA qui est présent partout, du Rio Grande à la terre de feu.

              Je ne sais pas si c’est l’intention de la faction au pouvoir à Washington aujourd’hui de prétendre agir tout en ne souhaitant pas réussir. Mais il y a des précédents historiques, tel la « baie des cochons », une invasion qui était faite pour échouer.


            • ticotico ticotico 24 juillet 11:08

              @CN46400

              Vous défendez le peuple cubain, ou la petite classe qui l’exploite sans pitié ni limite ?


            • Attila Attila 24 juillet 11:59

              @ticotico
              Il y a des preuves, pour Cuba comme pour les autres :
              George Soros admet avoir financé la crise ukrainienne
              .
              Victoria Nulland : les E-U ont dépensé 5 milliards pour subvertir l’Ukraine

              « Si tu veux plomber un mouvement ou un politicien, tu fais savoir qu’il est soutenu par les USA... et derrière, il faut ramer pour regagner en légitimité. »

              .


            • ticotico ticotico 24 juillet 12:10

              @Attila

              Je n’ai jamais mis en doute que la révolution « orange » en Ukraine était made in USA... Intéressez-vous au CV de Biden, de surcroit, cet humaniste progressiste a su tirer un profit personnel de la plupart des interventions de ce type. 


            • Attila Attila 24 juillet 12:22

              « le seul moyen prévisible de réduire le soutien interne passait par le désenchantement et le découragement basés sur l’insatisfaction et les difficultés économiques (…) Tout moyen pour affaiblir la vie économique de Cuba doit être utilisé rapidement (…) : refuser de faire crédit et d’approvisionner Cuba pour diminuer les salaires réels et monétaires dans le but de provoquer la faim, le désespoir et le renversement du gouvernement. »

              Lester D. Mallory, sous-secrétaire d’État adjoint aux Affaires interaméricaines, le 6 avril 1960

              .


            • CN46400 CN46400 24 juillet 12:32

              @ticotico
              Vous devriez profiter d’un de vos nombreux voyage à CUBA, pour vous faire expliquer ’l’exploitation capitaliste". Ou comment le propriétaire des machines récupère les produits du travail des prolos pour les vendre. Or l’état US dépense des trésors d’imagination pour entraver la vente des produits cubains. Sans doute, me direz-vous, est-ce pour mieux combattre le capitalisme à Cuba ?....


            • CN46400 CN46400 24 juillet 12:39

              @ticotico
              « une invasion qui était faite pour échouer. »
               ET le blocus commença, Fidel libéra les survivants US contre leur poids en médicaments.....


            • sylvain sylvain 24 juillet 18:41

              @ticotico
              je rejoins votre analyse de la situation . Face a l’agression de l’empire, des pouvoirs déja parfois autoritaires deviennent paranoiaque et assimilent tous ceux qui le contestent à des agents de l’empire . Il n’y a alors plus aucune raison de les écouter ou au moins de les ménager.
              Et puis en parrallèle il y a la dégénérescence de tout pouvoir qui ne se renouvelle pas . On peut tout de même noter que pour un petite ile sous embargo depuis 60 ans cuba fait des miracles : en agroécologie ( ils sont vraiment bons) , en médecine ( ils ont un vaccin, pas la france !) et puis il y atoujours les cigares et le rhum !


            • sylvain sylvain 24 juillet 18:49

              @Attila
              C’est une question importante que devront se poser les organisateurs des mouvements de protestation : suis-je complice d’une manipulation ?

              Oui, mais c’est forcément tentant . Ce qui manque toujours aux mouvements sociaux, c’est des moyens . Tout s’y fait toujours en amateur, après le boulot ... Pas le choix.
              Là vous avez un petit groupe qui arrive, formé, blindé de thunes, professionnel . Pas étonnant que ça marche . Ensuite si c’est réussi ce petit groupe prend le pouvoir et vous vous retrouvez satellite de l’empire ..
              C’est une des pires saloperies faites par les ricains, mais ne nous trompons pas de cibles . Les manifestants qui se font avoir restent des victimes mal informées ou qui se retrouvent parfois a choisir entre la peste et le choléra


            • ticotico ticotico 24 juillet 22:10

              @sylvain

              L’embargo a eu des effets positifs (je sais, je vais prendre des volées de cailloux) sur quelques petits secteurs de la vie cubaine. Sur les techniques agricoles, il a fallu compenser l’absence de chimie et de moyens de transport. Ce qui a permis le développement d’autre manières de faire... qui ont ensuite été rattrapées et sérieusement plombées par la bureaucratie.

              Pour le vaccin, non seulement ils en ont fait plusieurs, mais d’après les premières indications (non vérifiées pour l’instant) il y en aurait un, Abdala, qui serait d’un niveau d’efficacité supérieur à la plupart de ceux déjà utilisés ailleurs dans le monde.


            • QAmonBra QAmonBra 23 juillet 22:06

              Merci @ l’auteur pour le partage.

              Tel le papillon de nuit avec la lampe, les U$ionnards en sont réduits a nous resservir sans cesse les vieilles recettes éventées.

              Comme il est pertinemment affirmé dans l’article de Alan Macleod, dans l’excellent site « le grand soir », manifester pour « défendre » Cuba en brandissant le drapeau U$, c’est pour les cubains comme brandir le drapeau de l’apartheid afin de « défendre » Gaza pour les palestiniens !

              C’est dire le repoussoir et la connerie U$, l’abêtissement et l’infantilisation du Peuple U$, n’a d’égal que la suffisance et la stupidité de ses dirigeants, à l’évidence God bless de plus en plus profondement America. . .


              • Attila Attila 24 juillet 10:33

                @QAmonBra
                Il y a aussi le site Investig’action qui publie beaucoup sur l’Amérique latine :
                « Ces dernières années, le gouvernement étasunien a augmenté son soutien financier aux opposants à Cuba et aux opposants cubains à Miami. Cela représente 20 millions de dollars par an. Une partie de cet argent provient directement de la National Endowment for Democracy et de l’USAID, deux organisations liées à la CIA. Leur mandat consiste à transformer tout mécontentement à l’intérieur de Cuba en un défi politique pour la révolution cubaine. »
                Troubles récents à Cuba : un exemple type de fake news et de guerre médiatique

                .


              • ticotico ticotico 24 juillet 17:25

                @l’étoileur négatif anonyme

                Heureux que vous m’ayez retrouvé. Je commençais à m’inquiéter pour vous...

                Dans ces périodes où vos croyances vacillent, il faut être persévérant et poursuivre votre thérapie, même si cela vous coûte.

                Vous pourriez, comme d’autres, affirmer plein de choses sur Cuba sans y avoir mis les pieds, mais non, vous préférez vos petits clics anonymes et libérateurs. Je ne peux que vous encourager sur cette voie, tôt ou tard, le déni mène à la rédemption.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Patrice Bravo

Patrice Bravo
Voir ses articles



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité