• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Nouvelles truquées « Fake News » ou Informations dérangeantes « Disturbing (...)

Nouvelles truquées « Fake News » ou Informations dérangeantes « Disturbing Information » ?

Quand un pouvoir politique s'en prend à la liberté d'informer, c'est qu'il y a panique à bord. Ici, il ne s’agit pas encore d’une peur panique qui précéderait un effondrement du système [i] qui nous gouverne, non, nous n'en sommes pas encore là. Il s’agit plutôt de freiner la lente érosion de la crédibilité des médias traditionnels qui sont quasi unanimement alignés sur les mêmes positions politiques, économiques et sociétales et qui sont de ce fait les agents du système.

 

Les trois singes de la sagesse.

 

Comme dit Noam Chomsky : « Le sys­tème de contrôle des sociétés démocratiques est fort effi­cace ; il instille la ligne directrice comme l’air qu’on respire. On ne s’en aperçoit pas, et on s’imagine parfois être en présence d’un débat particulièrement vigoureux. Au fond, c’est infini­ment plus performant que les systèmes totalitaires. » 

 

Des centaines de milliards de dollars sont dépensés chaque année pour contrôler l’opinion publique. Noam Chomsky

 

Tout le paradoxe de la décision du président Macron de légiférer contre les « fake news » est justement que par essence, le libéralisme est à l’origine de la liberté d’informer et qu’il n’y a pas de libéralisme moderne sans liberté de presse.

Alors, utiliser une censure sous quelque forme que ce soit et pour quelque raison que ce soit pour défendre la démocratie libérale est une action antilibérale.

C’est aussi une action antidémocratique parce que dans nos démocraties représentatives, il est indispensable de permettre à toutes les opinions de s’exprimer. Il serait impossible de voter en toute connaissance de cause pour nos représentants à l’Assemblée parlementaire s’il n’en était pas ainsi.

Je ne comprends pas comment le président Macron a pu prononcer une telle contradiction sauf si, comme cela lui arrive parfois, il s’est laissé emporter par un discours qui le dépasse ou, comme cela lui arrive aussi, il a dit deux choses contradictoires dans le même discours.[ii] Le système est en crise et cherche ici à bétonner sa position dominante grâce à des lois restreignant la liberté d’informer.

Une première salve a déjà été lancée en février 2017 avec l’application Décodex à l’initiative du journal Le Monde avec des résultats très mitigés. [iii]

La deuxième risque d’être bientôt tirée. Selon ce qu’on sait, il s’agirait de tenir les hébergeurs responsables du contenu des publications des internautes. Des blogues et des médias sociaux comme Facebook ou Twitter sont visés. La censure sera alors faite par les hébergeurs eux-mêmes de crainte d’être poursuivis en justice.

On verra si le système osera aller jusqu’à une censure plus généralisée. Tout est possible mais l’histoire nous a appris que le résultat de ce genre de mesures n’est jamais conforme à l’attente.

 

Par exemple :

  • Le contrôle des médias en URSS n’a pas empêché le système communiste de s’effondrer.
  • La mise à l’Index Librorum Prohibitorum d’ouvrages dérangeants au XVIe siècle n’a pas empêché la Réforme de s’étendre et les guerres de Religion de ravager l’Europe

 

 

Mais voyons d’abord comment on peut classer les informations.

 

 

Les nouvelles truquées ou « fake news ».

 

Les « fake news » sont des nouvelles volontairement truquées ou rapportant des rumeurs non vérifiées. Elles concernent généralement ce qui se passe ailleurs dans le monde - ce qui les rend difficilement vérifiables quand on n’est pas sur place - et elles sont souvent fabriquées à des fins de propagande ou pour déstabiliser une opinion publique ou un État.

Les exemples ne manquent pas et on en trouve autant dans les médias traditionnels que dans les médias alternatifs. 

Je parle ici des médias alternatifs sérieux, pas des sites « complotistes » que je ne citerai pas pour ne pas leur faire de publicité et qui ne vivent qu’en parlant de fumisteries : les reptiliens, les illuminatis etc.

Censurer ces médias ne rendra pas le monde plus intelligent mais ouvrira la porte à un certain contrôle de l’information. L’histoire nous a appris que la justice peut donner une interprétation exhaustive à des lois apparemment anodines.

 

 

Les informations tronquées.

 

Il s’agit d’une forme insidieuse de la manipulation des opinions qui consiste à donner des informations exactes mais incomplètes, de ne pas parler de certains faits ou d’en parler en quelques lignes au milieu d’un journal voire même de les nier si elles ne sont pas conformes à la pensée dominante. 

 

Un exemple récent :

 

-Les médias « mainstream » ont parlé des dizaines de milliers d’Iraniens qui ont manifesté contre leur situation sociale mais ils ont tu les manifestations pro-gouvernementales qui rassemblaient des centaines de milliers d’Iraniens dans les grandes villes du pays.

 

 

 

Les informations dérangeantes « Disturbing information ».

 

Les informations dérangeantes donnent des points de vue qui contredisent les informations dominantes. Elles ne sont pas fabriquées et proviennent généralement d’opposants au système.

En légiférant contre les « fake news », le pouvoir vise aussi ces informations. 

Des sites comme Sputnik ou RT sont en ligne de mire. 

 

Deux exemples de ces dernières années :

 

- L’ouverture de RT à l’UKIP -partisan du Brexit- qui n’avait qu’un accès très limité aux médias dominants en 2016. Peut-être que sans cela, le oui n’aurait pas eu 51,9 % mais il se peut aussi que si l’UKIP avait eu un accès normal aux médias dominants, le oui aurait obtenu plus de 51,9 %.

- RT a souvent parlé des informations délivrées par Wikileaks sur les dérives de la candidate Clinton en 2016. Cela avait avantagé le candidat Trump mais si le FBI et les médias traditionnels avaient sérieusement enquêté sur le contenu des fuites plutôt que sur la façon dont elles ont été obtenues, la candidate Clinton aurait dû jeter l’éponge.

 

Ces informations dérangeantes ne doivent pas être censurées parce qu’elles nous donnent un autre angle de vue. Elles peuvent être largement minoritaires chez nous mais majoritaires ailleurs. Elles ne sont pas nécessairement plus objectives ailleurs mais elles permettent de mieux comprendre une situation sous tous ses aspects.

 

 

L’objectivité de l’information.

 

S’il y a une chose qui est sûre, c’est qu’il n’y a pas d’informations objectives. La charte de Munich [v] est une création d’idéalistes mais pratiquement personne ne se l’applique.

Dans l’information, s’il y a qu’une chose qui est toujours incontestable, ce sont les faits mais encore faut-il les rapporter intégralement, sans les déformer et sans ironie, une fâcheuse tendance que nos journalistes « professionnels » ne manquent pas d’utiliser quand il s’agit de sujets touchant des pays ne se soumettant pas à la domination euro-atlantique.

Il faut aussi placer les faits dans leur contexte et là, cela devient plus subjectif.

 

Prenons un objet quelconque en exemple :

 

-Suivant l’angle de vue, on peut le trouver beau ou laid. Si dix observateurs l’observent du même point, il y peut y avoir unanimité pour dire qu’il est beau ou laid. Un observateur se trouvant dans un angle de vue différent peut avoir un autre avis mais il sera rejeté parce que non conforme à l’avis majoritaire.

 

Aujourd’hui, il est question d’interdire d’avoir un angle de vue différent. L’avis des observateurs majoritaires devenant ainsi une sorte vérité révélée.

De plus, peut-on juger de l’aspect esthétique d’une chose en faisant abstraction de son environnement ?

 

-Observer un edelweiss dans le creux d’un rocher à 2500 m d’altitude est un spectacle d’une beauté rare. Cueillez la fleur et mettez-là sur votre cheminée : vous la trouverez horrible.

 

Il faut donc aussi toujours contextualiser une information.

 

Le monde de l’information est aujourd’hui un univers de propagande destiné à formater les esprits et clairement dit, cela concerne tous les pays. 

Les techniques utilisées sont diverses et de plus en plus scientifiques. Depuis Corax de Syracuse au VIe siècle av. J-C. [vi] jusqu’aux « think tanks » conservateurs contemporains et les PSYOPS [vii] , la rhétorique a progressé avec l’évolution des moyens de communication. [viii]

Il est donc indispensable de s’informer à des sources antagoniques sinon il faut accepter d’être un jouet manipulé du système

 

 

Les trois singes.

 

Le thème des trois singes de la sagesse nous vient d’Extrême-Orient et on le trouve à l’origine dans les « Entretiens de Confusius. » 

Il a écrit : « De ce qui est contraire à la bienséance, ne pas regarder, ne pas voir, ne pas le dire » et il ajoute une quatrième recommandation : « ne pas le faire. »

 

 

Celui qui adopte ce symbole de sagesse trouvera la tranquillité mais il restera à un stade proche du singe. L’Homme a une conscience et il n’a pas le droit de rester silencieux.

 

Les journalistes « mainstream » connaissent la vérité mais ne veulent ou ne peuvent pas la dire, soit parce que l’avis majoritaire est conforme à leurs convictions, soit parce qu’ils tiennent à leur « gagne-pain » et qu’ils ont des « enfants à nourrir. »

 

Il y a un dicton néerlandais qui leur convient beaucoup mieux : « horen, zien en zwijgen » qu’on pourrait traduire par : « tout voir, tout entendre et ne rien dire. »

Il est à remarquer que beaucoup de vrais philosophes, d’anciens diplomates ou de militaires à la retraite commencent à faire fi de ce dicton et se mettent à « tout dire. »

 

 

Il y a quelques exceptions dans le monde du journalisme en France, sans doute tolérées pour sauvegarder un pluralisme de façade.

Il y a la journaliste Natacha Polony dont l’intégrité est irréprochable. Je rends ici hommage à sa sincérité et pour le travail qu’elle fait. 

Il y a aussi Éric Zemmour qui nous fait des analyses vues d’un angle différent. Ses connaissances de l’histoire contemporaine de la France sont impressionnantes. Il n’est pas question ici de cautionner inconditionnellement ses analyses mais force est de constater qu’il est un des rares journalistes qui ose mettre le politiquement correct en question. À chacun de décider s’il y a lieu de moduler ensuite sa perception de l’actualité.

Il est à remarquer que ses propos, quand ils sont très dérangeants, sont généralement recadrés par des confrères ou par des responsables politiques… quand ils ne se terminent pas devant les tribunaux ! 

 

Il est évident qu’une nouvelle loi restreignant la liberté d’opinion est un nouveau pas vers le totalitarisme, c’est-à-dire un système où il n’y a que la vérité d’État qui est tolérée.

Nous en sommes évidemment encore loin mais il faut être vigilant.

Dans une démocratie saine, le pouvoir doit accepter de recevoir des critiques qui mettent sa politique en question. Les représentants du peuple doivent exercer un contrôle sur les activités du gouvernement. Ils ont été élus par le peuple, le représentent et ils ont le devoir de défendre les intérêts du plus grand nombre. Voter pour des lois liberticides, c’est trahir le peuple.

 

Conclusion.

Aucun pouvoir, fut-il totalitaire, n’est capable de tromper le peuple éternellement. L’histoire contemporaine nous a montré que la vérité finit toujours par émerger.

Comme a dit Abraham Lincoln : « On peut tromper une partie du peuple tout le temps et tout le peuple une partie du temps mais on ne peut pas tromper tout le peuple tout le temps. »

 Quand des informations ou des analyses retiennent notre attention, il y a toujours lieu de les recouper avec d’autres antagoniques et de chaque fois vérifier trois choses.

  • Qui écrit ? 
  • Quel est le message que l’auteur veut faire passer ?
  • À qui il s’adresse ?

Cela permet de savoirs si les angles de vue sont uniques ou multiples. Dix articles peuvent avoir la même source : l’AFP, Reuters, OSDH etc. Cela ne s’appelle pas alors recouper une information mais simplement prendre connaissance d’un angle de vue ou d’un point de vue si on préfère.

 

 

Dans la philosophie chinoise, le yin et le yang rappelle ce principe de dualité. Chacun des deux a le germe de l’autre et est complémentaire pour former un tout.

Vouloir toucher à cet équilibre, c’est briser l’harmonie.

 

 

 

De grands changements géopolitiques sont attendus dans les quelques prochaines années. Des choix cruciaux vont devoir être faits par de nombreux pays et il est absolument certain que le système va tout mettre en œuvre pour protéger ses intérêts.

La propagande et la censure font partie des moyens pour y parvenir. C’est à nous, les peuples, de veiller à ne pas l’accepter. 

 

[i] Le système : une forme d’économie libérale dominée par des ploutocrates qui cherchent à l’imposer à l’ensemble de la planète grâce à la globalisation. Au niveau sociétal, c’est le libertarianisme américain qui est le modèle.

 

[ii] http://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/syrie-pour-macron-assad-est-un-criminel-et-devra-etre-juge-982595.html 

Dire que le président syrien est un criminel de guerre - alors que la France a fourni armes et conseils aux opposants islamistes - et envisager en même temps qu’il participe à la transition politique est incohérent et exclu la France de sa participation à une solution politique en Syrie.

Si Bachar al-Assad gagnait les prochaines élections présidentielles et il y a toutes les chances qu’il en soit ainsi, comment pourrait-on contester toute ses décisions passées, présentes et futures ? Lors d’une guerre, il y a toujours des victimes civiles. La vraie question serait : pouvait-il agir autrement pour éviter que son pays ne tombe aux mains d’extrémistes islamiques ?

 

[iii] https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_d%C3%A9codeurs

La toute première entorse à la liberté de librement exprimer un avis controversé a été la loi Pleven de 1972.

 

[vii] http://www.opex360.com/2010/07/05/etats-unis-les-miso-remplacent-les-psyop/

Deux grandes chaînes d'information américaines ont admis avoir autorisé des officiers des opérations psychologiques de l'armée à travailler comme stagiaires à leur quartier général pendant la guerre du Kosovo. The Guardian https://www.theguardian.com/world/2000/apr/12/julianborger

 

[viii] Un article de l’Association suisse des Journalistes francophones développe un peu plus le sujet. Voir la deuxième page du lien.

http://www.francophonie.ch/pdf/alouette/2013_2_Juillet.pdf

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.82/5   (39 votes)




Réagissez à l'article

142 réactions à cet article    


  • bob14 bob14 23 janvier 11:21
    « Fake News »..c’est le quotidien de votre président...se montrer aux médias plusieurs fois par jour pour laver le cerveau du peuple..et ça marche !

    • troletbuse troletbuse 23 janvier 11:54

      @bob14
      Chuttt. Faut pas dire ça !  smiley Les décodeurs viennent déjà de te noter.


    • roby 23 janvier 13:30

      @bob14
      Il nous Trump énormément


    • Jean-Yves TROTARD Jean-Yves TROTARD 23 janvier 11:46

                   « Fake News ».. C’est le « rêve américain » : Le cauchemar climatisé .


      • Fergus Fergus 23 janvier 12:01

        Bonjour, Pierre

        « Les journalistes « mainstream » connaissent la vérité mais ne veulent ou ne peuvent pas la dire »

        Vous avez raison !

        Le problème est que nombre de médias alternatifs du web veulent dire leur vérité alors qu’ils ne la connaissent pas.

        D’où le taux - peu étonnant - de 25 % de Français seulement qui, dans le sondage Kantar-Sofres du jour, font confiance à internet et aux réseaux sociaux.

        Même si ce taux a été un peu gonflé, il me semble malheureusement très crédible.


        • Montdragon Montdragon 23 janvier 16:10

          @Fergus
          ahha ahhh Fergus !
          Vous n’aimez pas les fake news mais vous et votre bande de l’ehpad Ago refusez nettement d’entendre, comprendre, et analyser certains faits réels ceux-là !
          Quant aux media alter, tu parle de l’Immonde ou de Labération ?
          Tartuffe !


        • Fergus Fergus 23 janvier 16:46

          Bonjour, Montdragon

          Vous qui avez la clairvoyance nécessaire pour faire le tri entre les fausses et les vraies nouvelles, entre les justes analyses et celles qui sont avariées, qu’attendez-vous pour nous écrire des articles de nature à nous éclairer ?


        • troletbuse troletbuse 23 janvier 17:02

          @Fergus
          Heureusement que vos articles ainsi que votre obligé Grounichou sont des modèles de defakation  smiley


        • Pierre Pierre 23 janvier 17:25

          @Fergus

          Bonjour Fergus,


          « D’où le taux - peu étonnant - de 25 % de Français seulement qui, dans le sondage Kantar-Sofres du jour, font confiance à internet et aux réseaux sociaux. » 
          Je n’ai pas le temps de chercher des sondages mais je crois qu’il doit y avoir à peu près le même pourcentage de Français qui font confiance aux médias traditionnels.
          Je ne connais pas la solution pour réconcilier les Français avec les médias. Je vous ai donné ma méthode qui pour moi permet d’approcher la vérité ou la réalité au plus près. 
          A chacun de trouver sa méthode.


        • Fanny 23 janvier 18:56

          @Fergus

          Comme toujours, les questions de nos sondeurs sont orientées afin d’orienter les réponses. Quand on vous demande si vous faites confiance à une nébuleuse faite de tout et de n’importe quoi (Internet et réseaux sociaux), la réponse qui vient naturellement est NON. Ces 25% ne veulent donc rien dire.

          La question intéressante est : sur quel type de média vous informez-vous principalement ? Je ne connais pas la réponse pour la France. J’ai entendu dire qu’aux US, la réponse serait 50/50 entre mainstream et alternatif.


        • izarn izarn 25 janvier 12:28

          @Fanny
          La chasse aux fake news est elle meme une propagande contre le net.
          Cela influence le pékin moyen...
          Donc ce sondage, à ce moment précis, est un fake news !
           smiley
          C’est de la com, bien entendu.
          Et la com, c’est du fake news.


        • Fanny 25 janvier 16:55

          @izarn

          On rentre dans un monde virtuel, où le serpent ne cesse de se mordre la queue.

          Quand l’Intelligence Artificielle autonome produira des Fake News, les tribunaux condamneront les machines de l’IA à des peines (virtuelles). Ce sera assez drôle. 


        • vesjem vesjem 28 janvier 14:48

          @Fergus
          visiblement, mon fergus, tu prends enfin partie pour le système ; tu te révèles enfin ?
          tu fais une tentative pour sauver tes meubles ? dépêche toi, il est presque trop tard


        • pipiou 28 janvier 15:12

          @vesjem
          Fergus excommunié par Vesjem pour hérésie , un grand moment !


        • eddofr eddofr 23 janvier 12:02

          Pour ma part, il y a quelques sujets où même en consultants les sources divergentes, je n’arrive pas à me faire une opinion.


          Il faudrait aller voir sur place.
          Il faudrait avoir les moyens d’aller voir sur place.
          Et même en y allant, la vision serait encore trop partielle.

          Je prendrais deux exemples : La situation au Venezuela, le conflit au Yémen.

          Les propos, quel que soit le média consulté, sont tellement « orientés » qu’il est impossible de ne pas y voir une intention « d’influencer l’opinion ».

          Quand des orientations antagonistes sont aussi marquées, sans qu’il soit possible de trouver une seule source tentant d’analyser la situation avec un peu de recul,
          Quand la moindre tentative d’analyser la situation avec un peu de recul se retrouve instantanément noyée dans un flot d’invectives, d’arguments outranciers, de diktats idéologiques, d’accusations de faire le jeu du « Mal »,
          Comment se faire une opinion qui ne soit pas juste l’impression de sa propre sensibilité sur une situation en réalité inconnue.

          Concernant le Venezuela, 
          Ma propre sensibilité et mon expérience des « méthodes américaines » tendraient à me faire penser que les U.S.A. font, plus ou moins discrètement « ce qu’il faut » pour déstabiliser un régime d’Amérique du Sud (leur « pré-carré ») qui refuse de se soumettre à leurs diktats, tant économiques que politiques.
          Pourtant, je me trompe peut-être ... Et peut-être que, pour une fois, on a vraiment à faire à une dictature masquée, totalement corrompue (et malgré cela « pas vendue aux grandes multinationales américaine », alors que logiquement, les multinationales américaines étant les celles qui paient le mieux, un gouvernement corrompu devrait objectivement être à leur service ...).

          Concernant le Yemen,
          Entre l’Arabie Saoudite, l’Iran, les chiites, les sunnites, les tribus, les islamistes, les démocrates, c’est une bordel sans nom où « une chatte ne retrouverait pas ses petits ».
          Je n’ai aucune antériorité pour me « faire une opinion », à part l’impression que c’est un conflit où il n’y a pas de « camp du bien » et où tout le monde combat pour de mauvaises raisons.

          Je cherche des sources indépendantes et un peu objectives sur ces sujets ... et il y a du déchet !

          • leypanou 23 janvier 12:28

            @eddofr
            alors que logiquement, les multinationales américaines étant les celles qui paient le mieux, un gouvernement corrompu devrait objectivement être à leur service ...) : un gouvernement corrompu qui est à leur service n’est pas considéré -par eux- comme corrompu.

            Je cherche des sources indépendantes et un peu objectives sur ces sujets ... : une source a toujours une « certaine » vision des choses ; mais les contre-vérités sont souvent faciles à détecter (les prétendues manifestations pacifiques par exemple) ; des images prises à un endroit et qui sont utilisées pour illustrer un évènement ailleurs ont souvent été dénoncées, et les MSM en sont spécialistes.


          • Pierre Pierre 23 janvier 17:59

            @eddofr


            Bonjour,

            Je vous comprends tout-à-fait. Pour moi, il y a toujours de la subjectivité dans les informations des médias dominants ou alternatifs. Cela peut être un peu ou beaucoup mais le rêve d’avoir une seule source crédible est rare et peut-être même utopique.

            Le Venezuela est un bon exemple. Personne ne s’intéresse à la constitution de ce pays qui a cinq pouvoirs au lieu de trois comme chez nous. Je ne compte plus la presse comme quatrième pouvoir, elle s’est trop discréditée et ce n’est de toute façon pas un pouvoir constitutionnel.

            On parle de dictature mais quand une constituante a été convoquée, ce sont les candidats chavistes qui l’ont emportés. Y a-t-il quelque chose de plus démocratique qu’une constituante élue par le peuple pour arbitrer le conflit entre l’exécutif et le législatif ? Pourtant, si vous lisez le Figaro, Libération etc., ils continuent à parler négativement de cette constituante et de tout ce que fait le gouvernement.
            Finalement, les chavistes ont aussi gagné les élections régionales d’octobre dernier et cela n’a rien changé.

            Je ne parle pas espagnol mais il m’arrive de consulter les médias vénézuéliens, pros-gouvernementaux ou d’opposition en utilisant Google traduction. Ce n’est pas parfait mais cela permet de se faire une idée plus précise de la situation politique au Venezuela.

             




          • Pierre Pierre 23 janvier 18:08

            @leypanou

            Tout-à-fait d’accord. Je me souviens d’une journaliste française qui avait inversé les images des manifestations anti-Poutine (peu nombreuses) avec les manifestations pro-poutine (qui étaient massives). C’était il y a six ans, lors de la présidentielle russe.

          • izarn izarn 25 janvier 14:29

            @eddofr
            Au fait, c’est quoi selon vous les mauvaises raisons ?
             ?!?
            Comme le petit jésus, votre raison est Vérité ?


          • vesjem vesjem 28 janvier 14:51

            @eddofr
            commence par écouter soral


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 janvier 19:18

            @eddofr

            Propagande médiatique : les révélations du journaliste allemand Hugo Ulfkotte".
            Gravement malade, il est décédé récemment.


            Vous écoutez et lisez les médias occidentaux, et vous comprenez que la réalité doit être l’inverse, en totalité ou en partie.... .

          • Mmarvinbear Mmarvinbear 23 janvier 12:33

            Alors, utiliser une censure sous quelque forme que ce soit et pour quelque raison que ce soit pour défendre la démocratie libérale est une action antilibérale.

            Est-ce que le mensonge volontaire fait partie de la liberté d’informer ? Personnellement, je ne le pense pas.

            Le système est en crise et cherche ici à bétonner sa position dominante grâce à des lois restreignant la liberté d’informer.

            C’est plus une volonté de limiter la diffusion volontaire de fausses nouvelles qui s’exprime ici.

            Ces « fake news » ont un but manifeste : influencer le vote en période préélectorale afin d’en modifier le résultat.

            Je n’imagine pas pire atteinte à la liberté, la démocratie et à la liberté de vote. Se défendre contre me parait légitime.

            La deuxième risque d’être bientôt tirée. Selon ce qu’on sait, il s’agirait de tenir les hébergeurs responsables du contenu des publications des internautes. Des blogues et des médias sociaux comme Facebook ou Twitter sont visés. La censure sera alors faite par les hébergeurs eux-mêmes de crainte d’être poursuivis en justice.

            Les sites de journaux sont d’ors et déjà responsable des écrits qu’ils y publient et ils sont tenus à modérer les commentaires qui ne respectent pas les limites de la liberté d’expression, il n’y a rien de nouveau sous le soleil.

             Elles concernent généralement ce qui se passe ailleurs dans le monde - ce qui les rend difficilement vérifiables quand on n’est pas sur place 

            Bien au contraire, les Fake News sont paramétrées pour viser le public du pays d’origine. Sinon, l’impact serait insignifiant. Personne en France ne s’intéresse à une Fake News sur un prince malaisien.

            Les médias « mainstream » ont parlé des dizaines de milliers d’Iraniens qui ont manifesté contre leur situation sociale mais ils ont tu les manifestations pro-gouvernementales qui rassemblaient des centaines de milliers d’Iraniens dans les grandes villes du pays.

            Faux : les médias ont parfaitement parlé des manifestations pro-gouvernementales. Elles n’étaient pas le sujet central des reportages, c’est vrai, mais leur existence n’a pas été mise sous silence.

            Des sites comme Sputnik ou RT sont en ligne de mire. 

            Parler de Sputnik et de RT comme d’ opposants au système, c’est de l’ironie ? Non parce que ces médias sont plus critiqués pour leur soumission complète au Kremlin que pour autre chose.

            L’ouverture de RT à l’UKIP -partisan du Brexit- qui n’avait qu’un accès très limité aux médias dominants en 2016.

            On frise la Fake News ici : la campagne référendaire a largement couvert les positions de UKIP pour le scrutin. Le parti bénéficie depuis des années du soutient public de nombreux quotidiens nationaux anglais, on ne peut pas dire que UKIP n’a pas eu accès aux médias.

            Cela avait avantagé le candidat Trump mais si le FBI et les médias traditionnels avaient sérieusement enquêté sur le contenu des fuites plutôt que sur la façon dont elles ont été obtenues, la candidate Clinton aurait dû jeter l’éponge.

            Mais le FBI a enquêté publiquement sur ces dossiers. Et assez curieusement, les dossiers ont été rouverts à quelques jours du scrutin alors que l’enquête préliminaire avait été refermée pour manque de preuves. Un peu gros, vous ne trouvez pas ? 

            Il y a la journaliste Natacha Polony dont l’intégrité est irréprochable. Je rends ici hommage à sa sincérité et pour le travail qu’elle fait. 

            Pour 27 000 euros mensuels, j’espère bien !

            Il est à remarquer que ses propos, quand ils sont très dérangeants, sont généralement recadrés par des confrères ou par des responsables politiques… quand ils ne se terminent pas devant les tribunaux ! 

            Ah oui, les lois contre la diffamation publique s’appliquent déjà.



            • Pierre Pierre 23 janvier 14:09

              « @Mmarvinbear


               »Est-ce que le mensonge volontaire fait partie de la liberté d’informer ?«   Sauf que les mensonges volontaires viennent principalement des Etats-Unis ! Comment allez-vous les censurer . (Fiole du bacille du charbon par exemple.)

               »Ces « fake news » ont un but manifeste : influencer le vote en période préélectorale afin d’en modifier le résultat.«  Pas seulement ! Elles peuvent préparer une opinion publique à une intervention militaire par exemple. Une nouvelle truquée est très vite dénoncée et il n’est pas nécessaire de la censurer. 

               »Les sites de journaux sont d’ors et déjà responsable des écrits qu’ils y publient.«   Oui, et ils en profitent en même temps pour censurer les commentaires qui ne sont pas dans la ligne de la politique éditorial. 

               »Personne en France ne s’intéresse à une Fake News sur un prince malaisien.«  La Malaisie ne fait pas partie de l’actualité. Pensez plutôt aux pays qui s’opposent au bloc occidental. Par exemple la Corée du Nord : on peut dire ce qu’on veut, ce n’est pas vérifiable.  

               »les médias ont parfaitement parlé des manifestations pro-gouvernementales en Iran.«  J’ai du voir cinq débats sur la révolution iranienne et aucun sur le soutien majoritaire de la population au gouvernement.  smiley  

               »Parler de Sputnik et de RT comme d’ opposants au système,«  S’il n’était pas dérangeants pour le système, ils ne seraient pas menacés de fermeture au Etats-Unis. 

               »On frise la Fake News ici : la campagne référendaire a largement couvert les positions de UKIP pour le scrutin«  Comme la campagne pour le référendum sur le traité de Maastricht.  smiley 

               »Mais le FBI a enquêté publiquement sur ces dossiers. Et assez curieusement, les dossiers ont été rouverts à quelques jours du scrutin alors que l’enquête«  Attendez de voir ce qui va sortir dans les prochains jours. La moitié de la direction du FBI est impliquée dans un scandale énorme concernant les rétentions d’informations. 

               »Pour 27 000 euros mensuels, j’espère bien !«  Elle mérite plus smiley Elle fait le travail de 10 journalistes mainstream.  

               »Ah oui, les lois contre la diffamation publique s’appliquent déjà." C’est bien ce que je dis : les lois restreignent la liberté de pensée.

            • Lugsama Lugsama 23 janvier 15:26

              @Pierre

              «  Sauf que les mensonges volontaires viennent principalement des Etats-Unis ! Comment allez-vous les censurer . (Fiole du bacille du charbon par exemple.) »

              Principalement non, et vous oubliez qu’il s’agit de groupe populiste qui relaie des faux souvent originaure de Russie.. allez donc visiter 4chan.

            • Fanny 23 janvier 15:36

              @Mmarvinbear

              Ecoutez Mmarvinbear, si vous ne voyez pas que la presse des dix milliardaires français et nos média d’Etat sont absolument orientés, prennent leur source à l’AFP elle-même alignée sur les agences d’info. anglo-saxonnes, c’est que nous ne vivons pas sur la même planète. La discussion argumentée sur des points particuliers (fake news ou pas fake news ?) devient dans ces conditions inutile, sans objet.

              Ne pas voir que la guerre de l’information fait rage chaque jour et partout dans le monde, que tout est plus ou moins déformé (et une partie significative dissimulé), et que nous sommes dans cette guerre de l’info. dans le camp de l’OTAN avec pratiquement tous nos médias, c’est refuser de voir le monde d’aujourd’hui tel qu’il est.

              Les enjeux de la guerre de l’information sont aujourd’hui énormes, aussi importants que les enjeux militaires, et ils se combinent de très près dans chaque mission de force, en particulier au stade de la préparation des opinions. Nous avons (Occident-OTAN) un avantage énorme dans cette guerre de l’info. (ainsi qu’au plan militaire), avec les GAFA , les NSA … Tant mieux pour nous, mais ne confondons pas cette guerre de l’information avec un journalisme qui se conformerait aux diverses chartes du journalisme, et qui n’existe pas, du moins dans le mainstream. 


            • Pierre Pierre 23 janvier 18:10

              @Fanny
              Merci. Tout-à-fait d’accord.


            • Pierre Pierre 23 janvier 22:54

              @Mmarvinbear

              « Mais le FBI a enquêté publiquement sur ces dossiers. Et assez curieusement, les dossiers ont été rouverts à quelques jours du scrutin alors que l’enquête préliminaire avait été refermée pour manque de preuves. Un peu gros, vous ne trouvez pas ? »


              Je vais vous faire une application de ma méthode antagonique. Vous m’étalez ce que la presse mainstream raconte. je vous oppose ceci.


              Je ne sais pas ce qu’il va se passer ! Sortira ou sortira pas mais Trump les tient par les ...


            • Pierre Pierre 23 janvier 23:23

              @Mmarvinbear


              Suite et pas fin. Selon cet article du New York Post qui tire à environ 680.000 exemplaires par jour, le gouvernement français aurait versé des dizaines de millions de dollars à la Fondation Clinton. Vrai ou pas vrai ? Pensez-vous qu’un média mainstrean français a enquêté sur le sujet ? Non évidement. 

               https://nypost.com/2016/11/27/trump-administration-will-pressure-foreign-states-to-probe-clinton-foundation/

              Days after Hillary Clinton’s election defeat, French federal comptrollers began following a trail of tens of millions in government money that ended up in Clinton Foundation coffers, according to a document reviewed by The Post.

              La défaite de Hillary Clinton, c’était il y a plus d’un an ! 


            • Pierre Pierre 23 janvier 23:50

              @Mmarvinbear

              Si c’était un fake, il a été lancé par un média maintream étasunien. Si c’était une information vérifiée, elle n’a pas été relayée par les médias mainstream français.

              Le problème est dans les deux cas dans les médias mainstream.


            • Mmarvinbear Mmarvinbear 24 janvier 00:00

              @Pierre

              Sauf que les mensonges volontaires viennent principalement des Etats-Unis !

              Les gros mensonges américains pour justifier de l’invasion de l’Irak ont été dénoncés, non ? Pas UN média français d’importance n’a accrédité cet argument une seule seconde.

              Oui, et ils en profitent en même temps pour censurer les commentaires qui ne sont pas dans la ligne de la politique éditorial. 

              Si vous agrémentez vos argumentaires de mots du genre « connard », salaud de riche« ou »fan de JUL« , je comprends pourquoi ces commentaires sont retirés...

              J’ai du voir cinq débats sur la révolution iranienne et aucun sur le soutien majoritaire de la population au gouvernement.

              Si le sujet des débats étaient »la contestation en Iran« , ils n’allaient pas parler du soutien au régime, soyez logique...

              Quand en troisième on vous donne comme sujet de rédaction »pourquoi j’aime ce truc« , vous n’allez pas faire cinq pages sur pourquoi vous n’aimez pas ce machin...

              Comme la campagne pour le référendum sur le traité de Maastricht.

              Exactement. Tous les candidats opposés à la ratification se sont librement exprimés, même dans les journaux qui poussaient pour le »oui".

              Elle mérite plus  Elle fait le travail de 10 journalistes mainstream.  

              27000 euros de paye pour 15 minutes d’antenne en semaine, je crois que y’a que Neymar pour faire mieux...

              C’est bien ce que je dis : les lois restreignent la liberté de pensée.

              La liberté a un pendant : la responsabilité. Ce n’est que la juste application de ce principe : celui qui ment de façon volontaire doit être puni.

            • Mmarvinbear Mmarvinbear 24 janvier 00:13

              @Fanny

              L’ AFP est une agence de Presse. Elle réuni les informations et les diffuse aux journaux sans les commenter ni les juger.

              Cela, ce sont les journalistes qui le font, avec plus ou moins de talent et de justesse, plus ou moins d’objectivité, plus ou moins de mauvaise foi aussi.

              Les journaux croisent les brèves AFP non seulement avec les informations collectés par Reuters, mais aussi par d’autres agence selon les besoins : russes, chinoises, indiennes, africaines ou sud-américaines selon l’origine de l’événement. A moins d’imaginer que l’agence TASS ou RIA ne soient de mèche...

              Il est dès lors difficile d’imaginer qu’avec toutes ces sources, il soit vraiment possible de manipuler l’information depuis sa base.

              La manipulation est toujours du fait de journalistes ou de politiques qui profitent d’un événement pour faire parler de lui.

              Par exemple, quand en 2013 un météorite a explosé au dessus de Tcheliabinsk en Russie, les nationalistes russes menés par Jirinovsky ont immédiatement hurlé à l’arme secrète américaine.

              La manipulation était grossière mais elle a permis de remettre Jirinovsky en lumière le temps de quelques heures.

              Ce n’est donc pas l’information en elle-même qui pose des questions. Mais son usage.

            • Mmarvinbear Mmarvinbear 24 janvier 00:25

              @Pierre

              Je note que depuis un an que Trump est président, il n’a strictement rien fait pour « prouver » les accusations qu’il portait déjà contre l’équipe Obama lors de la campagne.

              C’est troublant, non ?

              Il avait aussi promis de « prouver » la fraude électorale mise en place pour favoriser Hillary Clinton.

              Et depuis ?

              Rien.

              Troublant, non ?

              Avec Fox News, j’ai appris à attendre, il y a trop eu de pétards mouillés.

            • Mmarvinbear Mmarvinbear 24 janvier 00:45

              @Pierre


              Selon cet article du New York Post qui tire à environ 680.000 exemplaires par jour, le gouvernement français aurait versé des dizaines de millions de dollars à la Fondation Clinton.

              Vous devriez mettre à jour vos fils d’actualité. Cet article est vieux de plus d’un an.

              Vrai ou pas vrai ?

              Vrai. Une partie de la « taxe Chirac » portant sur les billets d’avion a été reversée à la Fondation Clinton afin qu’elle soit utilisée pour des projets caritatifs ou de développement des pays pauvres.

              Cela a été fait suivant les procédures légales, la seule critique de la Cour des Comptes à ce sujet est la difficulté à obtenir les justificatifs s’y rapportant.

              Pensez-vous qu’un média mainstrean français a enquêté sur le sujet ? Non évidement. 

              Eh bien si ! Le Nouvel Observateur et Libération ont sorti des articles à ce sujet. En Octobre et novembre 2016, juste avant le scrutin.


              La défaite de Hillary Clinton, c’était il y a plus d’un an ! 

              Hillary Clinton a réuni exactement 2 868 694 voix de plus que Donald Trump. C’est le système électoral indirect qui a donné la Maison Blanche au Républicain.

              Pas très démocratique, non ?



            • Alcyon 24 janvier 08:03

              @Mmarvinbear : tu perds ton temps. Il est dans la spirale fake news, dont il a déjà décidé que la vérité importait peu, c’est faire passer son message qui lui importe. Et donc, il lance plein de fake news et soutient ceux qui font de même, en parlant de censure si on ose lui dire de la fermer.


              Le passage sur l’Iran.

              Mais le pire, c’est quand ils attribuent des fake news aux journaux « mainstream » alors qu’ils proviennent de gars comme eux, mais avec une idéologie opposée sur le sujet.

            • Pierre Pierre 24 janvier 08:18

              @Lugsama
              Pourriez-vous nous donner quelques exemples de nouvelles fabriquées qui viennent de médias russes ? Il y a des informations tronquées, d’accord mais elles viennent équilibrer les informations tronquées de nos médias.

              Donnez-moi une information de RT ou de Spoutnik qui est totalement fausse.

            • leypanou 24 janvier 08:52

              @Alcyon
              si vous n’avez que Le Monde comme source sur l’Iran, vous êtes mal parti.


            • Pierre Pierre 24 janvier 10:13

              @Mmarvinbear
              Je crois qu’on s’égare. La France n’a pas suivi en Irak et c’est tout à son honneur mais...

              - Les Américains ont mordu à l’hameçon et la région est en guerre depuis 15 ans avec des centaines de milliers de morts. Connaissez-vous un responsable américain ou anglais qui a été condamné par la justice pour cela ? La fake news a marché et les Etats-Unis sont entrés en guerre grâce à cela.
              - Vous savez bien que je ne parlais pas des injures. 
              - J’aimerais quand-même un jour voir un débat sur ce qui est bien en Iran. Je ne défends généralement pas ce pays mais il n’est pas du tout comparable aux monarchies du Golfe. Elections générales, place des femmes (études) dans la société, possibilité de manifester (sans provocations), accès au pays pour les étrangers, culture etc.
              - Le problème, ce ne sont pas les candidats qui s’expriment, le problème, ce sont les journalistes qui posent des questions orientées ou les éditoriaux qui prennent parti comme ceux de l’insupportable Laurent Mouchard... pardon, je voulais dire Joffrin par exemple.
              - Pour Natacha Polony, je me fous de ce qu’elle gagne et elle le mérite bien plus que Neymar.
              - Dans une démocratie libérale, il n’y a pas de pendant à la liberté d’expression sinon on n’est plus en démocratie libérale et c’est le président Macron lui-même qui à parlé de démocratie libérale.
              L’insulte et la calomnie peuvent être traité par les tribunaux, c’est normal mais pas la démagogie, une autre opinion politique, une autre vision de la société ou de l’histoire etc 
              Cela doit être combattu par le discours. Je vous parle ici d’un principe fondamental du libéralisme.



            • Mmarvinbear Mmarvinbear 24 janvier 14:15

              @Pierre

              Connaissez-vous un responsable américain ou anglais qui a été condamné par la justice pour cela ? La fake news a marché et les Etats-Unis sont entrés en guerre grâce à cela.

              Tant aux USA qu’ au RU, répandre et utiliser des Fake News ne constituent pas un délit ou un crime, on ne peut donc pas poursuivre un dirigeant sur cette base.

              Je ne défends généralement pas ce pays mais il n’est pas du tout comparable aux monarchies du Golfe.

              Si l’Iran n’est pas aussi dictatorial que les pétromonarchies, ce n’est pas la franche liberté non plus. Les élections sont strictement encadrées et ne peuvent se présenter que des candidats compatibles avec la doxa du régime. On fait mieux en matière de liberté.

              le problème, ce sont les journalistes qui posent des questions orientées ou les éditoriaux qui prennent parti 

              Mais c’est la définition même d’un éditorial que de prendre parti ! Les journaux ont le plus souvent une orientation politique, tout le monde le sait, les politiques le savent. Au plan national, l’équilibre des options entre les différentes parution est respectée, c’est au citoyen de choisir son ou ses sources préférées.

              Pour Natacha Polony, je me fous de ce qu’elle gagne et elle le mérite bien plus que Neymar.

              Elle travaille au maximum 3 heures par jour, son temps d’antenne inclus. Les pigistes à 60 euros la page seront ravi d’entendre cela.

              L’insulte et la calomnie peuvent être traité par les tribunaux, c’est normal mais pas la démagogie, une autre opinion politique, une autre vision de la société ou de l’histoire 

              Sauf qu’ on ne parle pas d’une autre vision politique ou de l’histoire, mais de l’usage de mensonges conscients et répétés pour influencer un corps électoral, cela n’a rien à voir.

              Dire que l’on est pour ou contre ceci ou cela, en usant d’arguments plus ou moins pertinents mais parlants est tout à fait normal.

              Dire que son opposant viole des porcelets en écoutant du JUL tous les matins pour se réveiller, non. Et encore moins si on joint un document photoshopé ou on a collé la tête de l’opposant sur une photo zoophile.

            • Pierre Pierre 24 janvier 18:13

              @Mmarvinbear
              1. Exact mais c’est immoral et cela crée un malaise chez pas mal de citoyens. Les médias étasuniens avaient largement soutenu une décision d’envahir l’Irak basée sur des mensonges. Souvenez-vous aussi de l’hystérie anti-française à l’époque.

              2. J’ai bien dit que je ne soutiens pas le système juridique iranien basé sur la charia et notamment l’exercice massif de la peine capitale que je trouve immonde. Pour le reste, je le trouve acceptable pour la région et bien plus évolué que les monarchies féodales qui lui font face. Pour les récentes émeutes, je reviendrai avec un article sur le sujet.
              3. D’accord mais il n’y a pas de pluralisme dans les éditoriaux des grands journaux. Il défendent tous l’européanisme, le libéralisme économique, la même vision sociétale (immigration, LBGT etc.), la même russophobie, la même aversion pour Donald Trump etc. Il y a juste quelques nuances. Il faut, soit lire la presse internationale, soit chercher sur le net pour avoir des avis différents. 
              Un exemple. Pourriez-vous me dire une chose positive réalisée par Donald Trump que vous avez vu dans les médias traditionnels ?
              4. Vous voulez faire la chasse au gros salaires dans l’audiovisuel français ? Votre exemple de Neymar était une bonne comparaison. En football (et en cyclisme) aussi, il y a les grosses vedettes qui gagnent de l’or en barre et les gagne-petits qui rament pour vivre décemment. 
              5. Votre exemple caricatural n’est pas valable. Les caricatures politiques du XIXe siècle par exemple étaient d’une violence sans nom. Votre exemple me fait penser à Charlie Hebdo ! Condamneriez-vous le journal ? Vous savez bien et le président Macron l’a d’ailleurs dit, c’est RT et Spoutnik qui sont visés. Il ne diffusent cependant pas de Fake News. C’est leurs informations dérangeantes qui gênent. OK, c’est un choix mais il faut alors cesser de critiquer la Russie et la Chine qui font la même chose.

            • Alcyon 24 janvier 20:04

              @leypanou : sophisme de l’homme de paille.


              Le kikoolol dit « les médias ne parlaient pas des contre-révolutions ». Le Monde en parlait début janvier, donc c’est un mensonge. C’est tout ce qu’il faut tirer de ma réponse, je ne lis pas le Monde car je ne suis pas français et vos infos, je m’en tape.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès