• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Nucléaire, un gouffre financier

Nucléaire, un gouffre financier

 La France est le pays le plus nucléarisé du monde, son économie est devenue très dépendante envers cette énergie. On nous vante souvent les mérites de cette énergie à faible émission de carbone, je voudrais ici m'attaquer simplement à l'aspect économique en mettant de côté les risques et la pollution de cette industrie.

 Nous avons en France de l'électricité assez bon marché, dans la moyenne européenne, 0.1589 euros par KWh en 2013, la Serbie était à 0.0608 et le Danemark 0.2963. Le prix de l'électricité est un argument de poids pour faire accepter les risques liés au nucléaire à la population, mais beaucoup ignorent que ce prix est artificiellement bas et que beaucoup d'argent a été emprunté.

 EDF a une dette qui s'élève à 33 milliards d'euros en 2018, soit on attend un miracle qui fera diminuer les coûts de production, soit l'état devra mettre de l'argent frais et ce sera une forme de subvention, soit il faudra augmenter les tarifs. On subventionne les énergies renouvelables d'un côté et on vend à un prix non rentable l'électricité nucléaire, le prix bas rend le renouvelable moins rentable et EDF ne peut remplir ses caisses.

 Les centrales nucléaires doivent être démontées à la fin de leur service, faire en sorte que les sites redeviennent comme avant est impossible mais on doit au moins démonter les éléments radioactifs c'est à dire tout ce qui a été en contact avec les combustibles et les fluides radioactifs. De l'argent à été provisionné en prévision de ce démantèlement, 25.7 milliards d'euros en 2016, comme nous avons vu précédemment, la dette d'EDF s'élève aujourd'hui à 33 milliards, on a donc emprunté pour faire cette provision dans un tour de passe passe comptable et on compte sur les nouveaux réacteurs pour faire payer les futurs consommateurs.

 Quand on voit le fiasco de l'EPR, celui en Finlande a couté 8 milliards d'euros pour 3 milliards de prévus, celui de Flamanville, 10.5 milliards d'euros pour 3.3 milliards d'euros annoncés au départ, il faut croire que travailler dans le nucléaire rend optimiste, surtout quand il s'agit de faire signer des contrats.

 Nous avons commencés péniblement le démantèlement de la petite centrale de Brennilis d'une puissance de 70 MW depuis 33 ans ! La Cour des comptes évaluait en 2005 le coût du démantèlement de la centrale de Brennilis à 482 millions d’euros, soit 20 fois plus que l’estimation de la commission PEON qui est à l’origine du parc nucléaire français actuellement en exploitation.

 Au Royaume-Uni on a également commencé le travail, le démantèlement d'un réacteur à Windscale d’une puissance de 32 MW a coûté 117 millions d’euros. Cela parait peu, pourtant le gouvernement britannique a annoncé, le jeudi 30 mars 2006, sa décision de confier au secteur privé le démantèlement de ses centrales nucléaires, pour un coût estimé à 103 milliards d’euros.

 Le démantèlement de deux réacteurs de type Magnox actuellement en cours à Berkeley a été estimé à 800 millions d'euros, ce qui représente deux fois le coût estimé en 2005. L'extrapolation de ce coût aux neuf autres réacteurs de ce type ainsi que de l'usine de retraitement de Sellafield donne un chiffre de 58 milliards d'euros.

 Le Royaume-Uni possède 35 réacteurs nucléaires, la France 58. J'ai donc fait un calcul simple en me basant sur le coût moyen du démantèlement par réacteur britannique par rapport au nombre de réacteur français :

                           (107/35)x58= 177.3

 Nous arrivons donc à une estimation de 177 milliards d’euros pour le démantèlement du parc français, EDF a provisionné seulement 25.7 milliards d'euros, avec une dette de 33 milliards.

                           33-25.7= 7.3

                           177.3 + 7.3 = 184.6

 C’est donc une estimation "à vu de nez" basée sur le Royaume-Uni de 184 milliards d’euros qu’il va falloir trouver dans le futur. On me dira que mon calcul est peut-être un peu bancal, j'ai dit que c'est une estimation, mais quand même 25.7 milliards d'euros de provisions avec une dette de 33 milliards cela suffit à se poser de sérieuses questions.

 Des gains de productivité sont possibles, mon estimation est peut être pessimiste, mais entre 25.7 et 184.6 cela fait un sérieux écart. Cela n'est pas étonnant car on a vu avec les deux EPR que les spécialistes du nucléaires étaient très optimistes quand il faut chiffrer des coûts.

 Ces provisions sont placées en bourse dans un marché qui est redevenu plus haut qu'avant la crise de 2008 et ne demande qu'à s'effondrer de nouveau. Le cours de l'action EDF dépend aussi de facteurs extérieurs indépendants de notre volonté comme par exemple une nouvelle catastrophe dans un pays étranger qui aurait inévitablement un impact très négatif sur l'action EDF.

 Avec la raréfaction des énergies fossiles dans le monde, on doit trouver des solutions pour augmenter la production d'énergies renouvelables et faire des économies d'énergies. On ne peut pas sortir du nucléaire du jour au lendemain mais nous devons diminuer notre dépendance et cette fuite en avant qui ira inévitablement un jour dans un mur avec une montagne de dette. Rien ne prouve que c'est une énergie d'avenir, non seulement les ressources en uranium sont limitées mais aussi il y a beaucoup de progrès dans les énergies propres.

 La croissance économique indispensable pour éviter un effondrement de notre économie telle qu'elle est actuellement est la cause de la course à toujours plus d'énergie, plus de population pour plus de consommation. La réalité physique de la limitation des ressources se traduira à l'avenir par une crise brutale, un retour naturel à la réalité et un mode de vie plus durable.

 C'est une spécialité du nucléaire de repousser les problèmes à plus tard dans un comportement irresponsable.

 C'est de l'avenir de la France dont il s'agit, le nucléaire est une industrie qui en plus d'être dangereuse et polluante sur des temps géologiques n'est même pas viable économiquement.

 C'est un gouffre financier à la charge des générations futures.

 

https://www.jechange.fr/energie/electricite/guides/france-electricite-moins-chere-europe-3410 https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/energie-environnement/edf-trop-confiant-sur-le-rebond-attendu-en-2018-768892.html https://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9mant%C3%A8lement_nucl%C3%A9aire https://www.actu-environnement.com/ae/news/demantelement-nucleaire-provisions-edf-28512.php4 https://www.asn.fr/Informer/Dossiers-pedagogiques/Le-demantelement-des-installations-nucleaires/Le-financement-du-demantelement http://www.leparisien.fr/economie/epr-de-flamanville-retour-sur-dix-annees-d-un-chantier-maudit-19-04-2017-6866364.php http://www.europe1.fr/societe/reacteur-epr-de-flamanville-cout-a-105-milliards-malgre-les-problemes-3437423 https://www.capital.fr/entreprises-marches/le-cout-astronomique-de-lepr-finlandais-impose-par-anne-lauvergeon-1276791


Moyenne des avis sur cet article :  3.36/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

105 réactions à cet article    


  • foufouille foufouille 10 avril 18:00

    encore un article délirant de khmer vert.


    • Alcyon 11 avril 16:42

      @foufouille : désolé foufouille mais tu tombes dans les mêmes travers que les gens que tu dénonces. L’auteur commence par donner des exemples de centrales dont le coût de construction a été sous-estimé, montre que c’est assez courant, ensuite donne des exemples de coûts de démantèlement sous-estimés, montre que la Grande-Bretagne en a pour plus de 100 milliards et l’auteur s’étonne du faible coût estimé en France, en plus de la dette d’EDF.


      Ses infos sont sourcées, alors si ta seule réponse est « article délirant », j’apprécierais que tu montres où il a délire. Ok, le calcul est « simpliste », mais entre quelqu’un qui fait une règle de trois et un autorité qui évalue à PLUS DE QUATRE FOIS MOINS CHER le démantèlement de près du double de centrales, j’ai une préférence pour la règle de trois.

    • baldis30 12 avril 09:02

      @Alcyon
      le délire cher monsieur c’est que l’article est écrit avec 80 % d’électrons nucléaires particulièrement sales et odorants ...

      Avec des calculs bidons ... ne sachant pas qu’aucune des sources dites alternatives ne peut se passer du nucléaire ... 

      SAVEZ VOUS CE QU’EST LA FREQUECE DU RESEAU ET QUI LA TIENT ! VOUS VOUS EN FOUTEZ !

       d’accord fermez votre ordinateur et surtout n’utilisez pas votre machine à laver ... diriges vous immédiatement vers le premier lavoir venu ... !

      SAVEZ VOUS QUE TOUIS VOS ALTERNATEURS DES ENERGIES RENOUVELABLES Y COMPRIS CEUIX D’UNE USINE MAREMOTRICE SONT ASYNCHRONES ET NE FOURNISSENT QU’AVEC L’AIDE DU NUCLEAIRE ...*

       Commencez par apprendre la physique ... pour ne pas retournez au néolithique  !


    • Clocel Clocel 12 avril 09:15

      @baldis30

      Autant de conneries en si peu de phrases, ça laisse rêveur...


    • foufouille foufouille 10 avril 18:04

      « le prix bas rend le renouvelable moins rentable et EDF ne peut remplir ses caisses. »

      sur ma facture, il y a une taxe pour ton énergie verte et ses centrales à charbon.


      • Montdragon Montdragon 10 avril 20:58

        @l’auteur,
        En effet EDF était contractuellement tenu de provisionner la somme du démantèlement futur, dès la mise en production des premières tranches.
        Ce n’est pas fait, une nouvelle fois le citoyen est quenellé.
        On ira voir du coté des Giscard et Seillères, les rois de l’enfume.


        • Matlemat Matlemat 10 avril 21:51

          @Montdragon
           Oui, de l’enfumage on peut dire qu’il y en a eu.


        • Onecinikiou 16 avril 10:05

          @Matlemat


          Quand on soutient qu’existerait de l’énergie « propre », on a la décence de ne pas parler d’enfumage...

        • Matlemat Matlemat 16 avril 14:06

          @Onecinikiou
           L’éolien c’est plus propre que le nucléaire, la géothermie aussi, et l’énergie la plus propre c’est celle qu’on utilise pas.


           Vous êtes clairement de mauvaise foi.

        • Onecinikiou 16 avril 19:21

          @Matlemat

           

          La géothermie profonde haute température, la seule valide pour produire de l’électricité, utilise la fracturation hydraulique tant décriée lorsqu’il s’agit d’exploiter les gaz de schistes, avec des adjuvants pas tout à fait les mêmes mais presque aussi toxiques. Je vous rappelle que les expériences menées en France ou en Suisse notamment ont conduit systématiquement à générer des séismes non négligeables, et parfaitement ressentis. Aussi, le BRGM qui est l’organisme chargé en France d’évaluer entre autre les gisements potentiels terrestres, évalue le potentiel géothermique à 5GW de production électrique pas plus sur l’ensemble du territoire métropolitan. Même en admettant un facteur de charge de 100% (illusoire), nous ne dépassons pas 8% de la consommation annuelle française. C’est dérisoire.

           

          Quand à l’éolien faites-moi rire : la plupart des rotors d’éoliennes géantes nécessite des quantités industrielles de terres rares (700kg environ pour un rotor) comme le néodyme, qui par définition sont rares et non renouvelables, en plus d’être non recyclables et très faiblement substituables (voir LREE dans le lien), mais aussi d’autres minerais comme le cuivre, le bore et le nickel (pour le cuivre nous en avons encore pour 40 ans d’extraction pas plus, sans découverte de nouveaux gisements).

           

          http://europa.eu/rapid/press-release_MEMO-14-377_en.htm

           

          Des terres rares dont les réserves prouvées sont détenues à 50% par la Chine, qui fournit 90% de la production planétaire. Question indépendance énergétique (qui est un autre sujet il est vrai), on repassera.


        • Onecinikiou 16 avril 19:26

          @Matlemat


          Et puis, oser encore qualifier telle ou telle énergie de « propre » ou « verte » démontre le degré d’aliénation ou d’ignorance de celui qui profère une telle énormité :


          http://www.mineralinfo.fr/sites/default/files/upload/comes_-[...]nsition_energetique.pdf 


          http://documents.worldbank.org/curated/en/207371500386458722[...]mateSmartMiningJuly.pdf 


          http://www.rfi.fr/emission/20180204-metaux-rares-face-cachee[...]-transition-energetique 


          https://www.youtube.com/watch?v=Bx9S8gvNKkA 


          De surcroit l’ADEME (qui n’est pas pro-nucléaire c’est le moins que l’on puisse dire), qui est en France l’organisme para-public en charge d’évaluer les émissions de CO2 par énergie, donne le nucléaire à 6gr EquCO2/KWh, l’éolien à 7, et le photovoltaïque à 55 ! Le nucléaire est, avec l’hydraulique, l’énergie la moins émettrice de CO2. 


          Il se trouve être aussi l’énergie la moins « mortelle » par KWh produit !


          https://en.wikipedia.org/wiki/Energy_accidents


        • foufouille foufouille 16 avril 19:38

          @Onecinikiou
          "a géothermie profonde haute température, la seule valide pour produire de l’électricité, utilise la fracturation hydraulique tant décriée"

          c’est faux, les puits sont tubés et scellés. par contre la durée de vie est limitée mais se régénère avec le temps. mais c’est pas encore sans risque d’explosion.


        • Matlemat Matlemat 21 avril 12:01

          @Onecinikiou
           La géothermie c’est bien pour du chauffage et pour économiser l’électricité.

           Pour les éoliennes vous parlez d’épuisement des ressources, c’est valable pour l’uranium et tou un tas de matières premières.


        • Matlemat Matlemat 21 avril 12:04

          @Onecinikiou
          Le C02 est recyclable, pas les déchets nucléaires.


        • foufouille foufouille 21 avril 12:09

          @Matlemat
          si les déchets nuke pourront être recyclés avec le thorium qui est presque inépuisable.


        • Matlemat Matlemat 21 avril 12:19

          @foufouille
           Parlez en vite aux experts de CIGEO avant qu’ils n’enfouissent ces précieux déchets.


        • cassini cassini 10 avril 21:32

          L’auteur débute avec sagesse en annonçant qu’il ne parlera pas technique. A lire ses commentaires techniques ailleurs, on voit qu’ici il entend demeurer raisonnable. 


          Pourtant il a comme écologiste un faible pour l’indémantibulable Brennilis, cas particulier touchant en plus un très petit réacteur, mais les nucléaristes ont quant à eux un faible pour Chinon dont une ancienne coupole abrite de nos jours un musée. Il suffit donc de choisir ses exemples. L’auteur pourvu qu’il ne restreigne pas ses recherches aux sites écologistes militants trouvera la liste des réacteurs démantelés à travers le monde. 

          L’auteur dans ses prévisions financières les plus pessimistes ne semble pas aller au-delà du coût tout à fait certain celui-là de l’Energiewende allemande avec ses moulins à vent partout et son réseau à refaire, sans même y intégrer le stockage à inventer des kWh intermittents. Et en plus pour le même prix, EDF ne nous parfume pas aux nuées de lignite ni ne nous encarbone l’air de façon significative.

          Ce qui nous coûte bonbon pour l’heure, c’est sur la facture la croissance continue de la CSPE majoritairement destinée à payer le coût des EnR qu’on croyait si peu chères. 

          Et pourtant tout ceci n’est encore qu’affaire de coûts directs. Il ne semble pas toujours venir à l’esprit des environnementalistes que le plus cher n’est pas le kWh mais le PIB qui ne se fait pas lorsqu’il n’y a pas assez d’énergie, et/ou de l’énergie capricieuse lorsque Phébus et Eole nous en veulent bien donner. Le prix du kWh n’étant qu’une fraction du coût des biens et des services, il est plus important de disposer de kWh abondants et réguliers même chers, plutôt que de kWh même moins chers (rêvons) mais aléatoires. Seulement, pour percevoir cela, il faut déjà passer (c’est une image) du niveau intuitif école primaire au niveau de réflexion collège. 

          Eh bien cher auteur, avez-vous trouvé pourquoi personne ne nous parle de l’effet de serre de la vapeur d’eau dégagée par les tours de refroidissement des centrales nucléaires ? La réponse à ma connaissance comporte deux éléments. Résoudrez-vous ce quizz ? 


          • cassini cassini 10 avril 21:38

            @cassini


            Sapristi j’avais vu juste après à peine dix commentaires depuis mon inscription : ce site est dangereusement addictif. C’est la faute aux articles ridicules ; ça ne peut pas aller comme cela ; modérateurs, veuillez censurer un peu plus. 

          • joletaxi 10 avril 22:06

            @cassini
            c’est le syndrome du derviche tourneur
            ce site est le seul où ils réussissent à faire tourner des enclumes


          • Matlemat Matlemat 10 avril 22:08

            @cassini
             Je n’ai pas dit que je n’allais pas parler technique, vous commencez mal votre commentaire.


             Je trouve l’exemple de Brennilis assez parlant de lui même, j’ai été gentil j’ai passé les accidents et les attentats terroristes sur la centrale.

             Oui la sortie du nucléaire aura un cout, je me suis limité au cout du nucléaire en lui même et en fonctionnement normal sans accident.

             Un prix de vente plus élevé rendrait les EnR plus rentables.

             Les allemands vont bien se débrouiller sans nucléaire et pourtant ils ont un PIB plus important que nous. Peut être que eux on les moyens et pas nous, étrange vu que le nucléaire aurait dû faire notre fortune.

             La vapeur d’eau est bien un gaz à effet de serre , les dégagements du à l’activité humaine est négligeable par rapport à l’évaporation des océans.

             

          • cassini cassini 10 avril 23:28

            @Matlemat

            .
            Pour l’heure, proportion restant majoritaire d’électricité constante classique dans la production allemande, plus l’interconnexion au reste de l’Europe, et l’Allemagne ne regardant pas de trop près aux quantités de CO² et de suies qu’elle déverse dans l’atmosphère, il n’y a pas encore eu de raison de la voir s’appauvrir. 

          • baldis30 12 avril 09:07

            @cassini
            bonjour,

            et s’ils avaient un minimum de connaissance électro-mécanique ils sauraient que 4 kW de puissance synchrone sont nécessaire pour garantir un kW de puissance asynchrone .... ! réactif et synchronisme obligent .....

            MAIS ILS SAVENT TOUT .... y compris comment fonctionne un canot pneumatique équipé d’un moteur de 200 cv lorsqu’il franchit les écluses du barrage de la Rance ....


          • Doume65 12 avril 20:51

            @Matlemat
            « La vapeur d’eau est bien un gaz à effet de serre , les dégagements du à l’activité humaine est négligeable par rapport à l’évaporation des océans. »
            Tu es bien indulgent, Matlemat.
            Car non seulement cette vapeur restera très peu de temps dans l’atmosphère, mais l’eau qui a produit cette vapeur n’est pas extraite d’une nappe situéeun kilomètre en dessous du sol, là d’où elle ne serait jamais sortie sans l’activité humaine. Cette eau vient de la rivière qui elle-même alimente la mer. Toutes les deux s’évaporent de toute façon et forment de la vapeur. Pour oser comparer l’effet de serre induit par la vapeur des centrales à celui d’une source de CO2, faut vraiment avoir l’esprit tordu et chercher des poux sur la peau d’un bonze. Le vrai Cassini doit se retourner dans sa tombe devant une telle « science ».


          • Jean Roque Jean Roque 10 avril 23:24

             
            Il n’y a plus de nucléaire « français », Alstom dépecé (les turbines) et bientôt Areva
             
            Boobaland est spécialiste du bronze-fesses pas de l’industrie nucléaire, des soumis glands remplacés...
             
            48 MILLIARDS DE PLUS POUR LA COLONISATION, 4 ALSTOM !
             
            https://francais.rt.com/france/49540-borloo-plan-investissements-banlieue-macron


            • nono le simplet nono le simplet 11 avril 02:59

              salut Mattlematt,


              on peut aussi rajouter le prix du stockage des déchets de démantèlement où on est dans le flou artistique concernant le prix mais ça va coûter cher, très cher, et là, encore une fois, les actifs actuels d’EDF ne permettent pas d’avoir des provisions suffisantes et réalistes ...
              encore un pari sur l"avenir, mais un pari où on sait bien qui va payer ...

              • nono le simplet nono le simplet 11 avril 03:01

                @nono le simplet

                oups j’ai écorché ton pseudo, désolé ... Matlemat, bien sûr ! 

              • Matlemat Matlemat 11 avril 11:28

                @nono le simplet
                 Salut Nono, oui chez moi y a qu’un seul t, je rigole pas avec ça smiley 


                 Je pense que les britanniques on fait une évaluation réaliste et pris en compte cela mais je n’en sais rien.

                 Ce que je n’ai pas pris en compte c’est l’enfouissement, Ségolène Royal a estimé le coût de CIGEO à 25 milliards d’euros, la encore on peut penser que c’est sous-estimé comme d’habitude car j’ai lu des prévision plus pessimistes qui allait jusqu’à 80 milliards.


                 je ne sais rien des provisions pour un éventuel enfouissement, qui n’a pas encore été définitivement adopté mais on en prend le chemin avec la pression policière à Bure.

                 C’est encore les consommateurs futurs qui vont payer c’est évident.

                 

                  

              • sls0 sls0 11 avril 04:52

                Je préfère les calculs de la cour des comptes. C’est leur boulot et ils sont assez forts pour faire plier EDF pour les couts de démentèlement.(+14%)

                En relisant le rapport de la cour des comptes, +118% pour les dépenses d’exploitation, ces dépenses sont pour passer à une durée de vie de 60 ans. Plus 20 ans de production, cette dépense sera rentabilisée, ça augmente le cout du MWh qui approche les 60€.
                EDF était assez légers avant que la cour des comptes fasse rectifier. 335 millions par tranche. Soyons un peut exessif, mettons le cout à 2 milliards.
                C’est 4 années de production sur une vie de 60 ans ou 6,6%.
                2 milliards c’est énorme par rapport à un salaire, on ne se rend pas compte, c’est trop gros. Quand on remet dans sont contexte c’est plus grand chose.
                C’est plus le milliard qui faut viser ce qui nous rapproche de la taxe de recyclage d’un réfrigérateur. Le réfrigérateur et sa taxe de recyclage c’est déjà plus facile à appréhender.

                • cassini cassini 11 avril 09:41

                  @sls0


                  Oui, mais cela ce sont des chiffres et sur Agoravox on préfère les idées générales. 

                • Matlemat Matlemat 11 avril 11:35

                  @sls0
                   Je pense que la cour des comptes s’est rendu compte du décalage et essaie de rattraper le retard.


                   L’augmentation de la durée de vie des réacteurs va rapporter de l’argent, à condition qu’il n’y a pas d’accident majeur, cela présente aussi l’avantage de repousser le démentèlement.

                   2 milliards par an de provision en plus c’est malheureusement insuffisant.

                • Onecinikiou 16 avril 10:16

                  @Matlemat


                  Une prolongation de 20 ans de la durée de vie de notre parc nucléaire, au prix actuel sortie de centrale (42€ le MWh), c’est 350 milliards d’€ dans les caisses de l’opérateur historique. On voit bien ici que le montant de 100 milliards pour le grand carénage visant précisément à cette prolongation et présenté par ses détracteurs comme un véritable « gouffre financier » est une colossale fumisterie.

                • Matlemat Matlemat 16 avril 14:03

                  @Onecinikiou
                   Les 100 milliards pour le carénage est un chiffre officiel :


                   Donc voilà vous dites n’importe quoi.

                   Si votre chiffre est vrai, je veux bien connaitre votre source, je reconnais que la prolongation va rapporter beaucoup d’argent, avec mon estimation qu’il manque environ 180 milliards la marge reste faible.

                   100+180 = 280

                   Votre prolongation ne rapporte que 70 milliards.
                   

                   Et le rafistolage présente des risques de sécurité, je vous laisses deviner le coût économique d’une catastrophe nucléaire de grande ampleur en France.

                   En plus les chiffres étaient systématiquement sous estimés pour les dépenses, surestimés pour les recettes.

                   Il faudra du temps et des chiffres bien esstimés pour que la confiance revienne.

                • Onecinikiou 16 avril 20:49

                  @Matlemat


                  Vous n’avez pas compris le raisonnement : je ne contestais pas le chiffre de 100 milliards (je le donne moi-même), je dénonçais les imposteurs qui affirmaient que ce chiffre était incroyablement élevé voire insoutenable alors même qu’ils ne parlaient jamais de la contrepartie financière que la prolongation implique de fait. Vous comprenez à présent ?

                  Comment j’obtiens ladite contrepartie ? Très simple : production nucléaire moyenne de ces dix dernières années (410TWh) X vingt années de prolongation X prix du KWh sortie de centrale, on arrive à 344 milliards d’€.

                  344-100=244 milliards de gains. Quant à votre estimation elle est tirée du chapeau et contredite par le dernier rapport de la Cour des compte. 

                • Matlemat Matlemat 21 avril 12:07

                  @Onecinikiou
                  J’avais bien compris, par contre vous ne parlez que des recettes et pas des dépenses de fonctionnement, c’est vraiment grossier comme erreur.


                • sweach 11 avril 09:58

                  A vouloir crier au loup, EDF se retrouve progressivement privé de subventions.

                  On fini même par négliger l’entretien et le grand carénage passe au oubliette.

                  L’europe freine des deux pieds l’avantage énergétique de la France, ils en profitent un maximum pour l’exploiter avec des échanges qui nous sont défavorable.
                  Puis tout est fait pour détruire une industrie qui fonctionnait bien en la privatisant.
                  Même les nouveaux compteurs Linky sont une arnaque pour forcer à prendre des contrats de plus grande puissance et pour espionner et vendre des donnés personnel.

                  Si vous aviez une vision à très long terme, vous comprendriez que le nucléaire est la seul énergie capable d’atteindre des niveaux de production nettement supérieur à toutes les autres source d’énergie.

                  Les déchets nucléaires, ne sont pas des déchets, leur première utilisation n’a fait que effleurer leur potentiel et nous ne stockons pas des déchets mais on fait des réserves énergétique pour l’avenir.

                  Tout ceci est géopolitique, car les ressources ne sont pas sur notre territoire, actuellement seulement la moitier de la matière première a été exploité.

                  Donc on peut faire mu-muse avec des ventilateurs de 200 mètres de haut et pourrir le paysage pour rien ou bien investir dans la Transmutation des déchets et avoir suffisamment d’énergie pour l’avenir.


                  • Matlemat Matlemat 11 avril 11:49

                    @sweach
                     Donc c’est l’Europe maintenant qui nous freine sur le nucléaire, pour une fois qu’elle fait quelque chose de bien.


                     Je comprends bien qu’avec la raréfaction des hydrocarbures on a besoin de tous les types d’énergies pour maintenir notre niveau de consommation d’énergie. Peut être que les prix vont un jour augmenter et qu’EDF pourra provisionner le démantèlement. 

                     Si les déchets nucléaire ne sont pas des déchets, pourquoi vouloir les enfouir ?

                     De l’Uranium on en a en France, il est seulement plus cher à exploiter que les mines à ciel ouvert du Niger, du canada,du kazakhstan ou de l’Australie.
                     
                     Il y a 200 000 piliers haute tension en France, pas grand monde ne se plaint de la défiguration du paysage.

                     La transmutation n’est que théorie, il faudrait énormément d’énergie pour éventuellement y parvenir et ça ne serait pas rentable.
                     

                  • Agafia Agafia 11 avril 12:50

                    @sweach
                    Les déchets nucléaires, ne sont pas des déchets, leur première utilisation n’a fait que effleurer leur potentiel et nous ne stockons pas des déchets mais on fait des réserves énergétique pour l’avenir.


                    J’espère que vos « réserves énergétiques » vous péteront à la tronche ! Avec un peu de bol, il vous poussera un deuxième cerveau.


                  • sweach 11 avril 13:29

                    @Matlemat
                    *Si les déchets nucléaire ne sont pas des déchets, pourquoi vouloir les enfouir ?*

                    Tu auras noté qu’on veut les garder sur notre territoire et qu’on ne cherche pas à les balancer dans les pays du tier monde comme nos plastiques.

                    *Donc c’est l’Europe maintenant qui nous freine sur le nucléaire, pour une fois qu’elle fait quelque chose de bien.*
                    L’Europe nous pousse vers le charbon, et personne ne se préoccupe du smog si vous appelez ça du « bien »

                    *la raréfaction des hydrocarbures on a besoin de tous les types d’énergies pour maintenir notre niveau de consommation d’énergie*
                    Je ne suis pas certain de la « rarefaction », certaine théorie minéral sur l’origine du pétrole changerait la donne et surtout expliquerait pourquoi on en a encore.

                    *La transmutation n’est que théorie, il faudrait énormément d’énergie pour éventuellement y parvenir et ça ne serait pas rentable.*
                    heuuu ...
                    Là je ne peus rien pour vous, la théorie est derrière nous depuis longtemps, nous avons déjà beaucoup de retour d’expérience sur la transmutation qui fonctionne parfaitement, c’est juste qu’on a besoin de mettre au point la technologie pour qu’elle soit sure et fiable.
                    Si on ne le fait pas c’est qu’on souhaite récupérer un maximum d’uranium mondial afin de l’avoir le stock sur notre sol.

                    *J’espère que vos « réserves énergétiques » vous péteront à la tronche ! Avec un peu de bol, il vous poussera un deuxième cerveau.*
                    Pour le cerveau, je conçois que vous n’ayez pas comprit le plan autour du nucléaire qui s’étale sur plusieurs siècles, vous vous focalisez juste sur la dangerosité.

                    Il faut voir les déchets nucléaire comme des réserves d’OR et je ne serai même pas étonné qu’un jour un étalon monétaire soit mis en place sur ces « déchets »

                  • baldis30 12 avril 09:15

                    @sweach
                    bonjour,

                    avec juste raison vous abordez le mot « transmutation » ce qui prouve de façon absolue l’ignare crasse intellectuelle qui motive leurs intervention ....

                     En effet ils utilisent un mot dont ils ne connaissent pas le sens physique et qui ne représente pas le phénomène auquel ils font allusion .... montrant ici une magnifique manipulation par une personne dite « BIEN SOUS TOUS RAPPORTS » qui dans un temps déposait un brevet par mois sur la s..... et qui s’opposa, par personnes interposées à Superphénix ...

                    Effectivement cette personne est « bien sous tous rapports » et continue d’agir en douce ....


                  • Matlemat Matlemat 12 avril 12:24

                    @sweach
                     Vous êtes très optimiste, c’est une constante chez les pro-nucléaires, selon vous l’avenir et les technologies d’avenir vont tout régler. 


                     Ce n’est pas dans un siècle qu’il faut résoudre les problèmes mais aujourd’hui.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès