• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Obésité : victimes et causes

Obésité : victimes et causes

En France, selon une étude publiée fin 2012, 32,3 % des français adultes de 18 ans et plus sont en surpoids, et 15 % présentent une obésité [Wiki].
Cette étude rapide se propose d’exposer les catégories les plus touchées – dont certaines peu connues – ainsi que les facteurs à l’origine de cette « accumulation anormale ou excessive de graisse corporelle qui peut nuire à la santé. »

Première catégorie : les pauvres

Les classes populaires les plus défavorisées sont les plus touchées, au point qu’une étude menée par une grande mutuelle s’intitule : « L’obésité, marqueur de la pauvreté. »

Mais parler des pauvres n’est pas “tendance” : « Il y aurait huit millions de pauvres en France soit 13,4 % de la population, selon le dernier rapport de l’Observatoire nationale de la pauvreté et de l’exclusion sociale. Si on en parle peu ou mal, c’est peut-être parce que “les choix éditoriaux des rédactions sont déjà plus ou moins faussés avec l’hypothèse d’une audience qui pourrait être choquée par ce genre d’images”, explique Marc Simon, responsable du service photo de VSD.
Un reportage sur une famille d’agriculteurs en difficulté est dans les tuyaux de l’hebdomadaire depuis des semaines. Bien que sérieux et prêt, il n’a toujours pas été validé par les chefs. “On pense que
les Français préfèrent l’exotisme aux paysans français”, lâche-t-il.1 »

Il est préférable que le bon peuple ne regarde que les bimbos américaines des séries télévisées.

Quelles sont les principales raisons pour lesquelles cette population est plus vulnérable à l’obésité ?

• Les pauvres sont fainéants

Combien se donnent la peine de fréquenter une salle de fitness le soir après leur journée de travail exaltante à faire des petits boulots ou à chercher un emploi ? Aucun !

• Les pauvres sont illettrés

Pour preuve, une expérience facile à réaliser : écrivez sur un papier «  Le Zéphyr de Truffe “Surprise Exquise” en Nuage » et «  Le Saumon “en Papier” relevé d’un Bouillon au Maïs Praslin, » puis demandez à un pauvre ce qu’il en pense (ou lisez-lui ces phrases car le pauvre ne sait pas lire). Pour lui, c’est du chinois, alors que toute personne “normale” a reconnu deux plats d’un restaurateur populaire réputé pour sa cuisine diététique !

• Les pauvres sont incultes

Demandez à un pauvre s’il préfère un Mouton Rothschild à un Cheval Blanc. Au mieux, il répondra qu’il n’a pas le terrain nécessaire pour élever des animaux ! Qu’imaginerait-il si on lui parlait de Pétrus ou de Romanée Conti ! Affligeant…

• Les pauvres manquent de raffinement

Aux plats délicats, tels ces Ravioles de homard – plat préféré qu’un Français moyen mangerait régulièrement dans un modeste boui-boui des Champs-Élysées –, le pauvre préfère les patates, le riz et les pâtes.
Il est même probable qu’il comprendra le nom de ce met subtil comme les « raviolis de Omar, » l’épicier tunisien voisin, et qu’il déclarera préférer les raviolis moins chers de son supermarché.

• Les pauvres aiment la facilité

Au lieu de mastiquer longuement un bon pain à la croute craquante pour en apprécier la saveur en dégustant calmement une côte de bœuf chèrement préparée, ils préfèrent avaler vite fait l’espèce de pain brioché et la viande préalablement hachée de leur McDo ! Les pauvres ne savourent pas : ils bouffent ; devons-nous les plaindre ?

• Les vieux pauvres sont d’anciens radins

Les solutions ne manquaient pourtant pas pour qu’ils se préparent une retraite sympa au lieu de jeter leur Smic par les fenêtres !
Il leur suffisait, au choix, de cotiser à une bonne caisse de retraite complémentaire ou, encore mieux, de se faire élire député ou sénateur, voire se faire nommer ministre ! Plus de problème de retraite, et ils pourraient se restaurer dans d’honnêtes cantines.
Au lieu de se plaindre, pourquoi ne vont-ils pas distribuer des prospectus dans les boîtes à lettres ? Un peu d’exercice ne pourrait qu’être profitable à leur santé !

Conclusion : les pauvres n’ont que ce qu’ils méritent.

Deuxième catégorie : les soumis

Un article de la revue Pour la Science a révélé cette catégorie peu connue : « Une expérience réalisée récemment a montré que chez les souris, les animaux ayant le statut de subordonnés dans un groupe deviennent beaucoup plus facilement obèses que les dominants, à alimentation égale. Le stress lié au statut de dominé perturberait le métabolisme du cortisol, une hormone qui influe sur l’alimentation.2 »

Dans l’étude citée en référence, après avoir identifié dans un groupe de souris mâles les dominants et les dominés, une équipe de scientifiques de l’Université de Parme s’est livrée à une étude d’où il ressort que, « soumises à un régime gras, les souris dominantes montrent une moindre vulnérabilité à l’obésité associée à une hyperphagie, » contrairement aux souris dominées. Les auteurs concluent leur étude : « nous avons démontré que le statut social en situation de stress chronique affecte profondément les fonctions métaboliques des souris.3  »

Les courbes ci-dessous, simplifiées pour ne garder que les parties dominants (“Dom”, en noir) et dominés (“Sub”, en rouge) montrent :
– à gauche, la prise de poids des deux catégories en condition de stress ;
– à droite, soumis à un régime riche en graisse, les dominants en brûlent plus qu’ils n’en ont reçue alors que les dominés accumulent. (Noter que la graisse est utile pour se protéger de la pluie.)

• Les classes populaires sont d’autant plus dominées qu’elles sont pauvres. Mais c’est bien fait pour elles ! En travaillant un peu plus à l’école, elles auraient pu intégrer Science-Po et l’ENA, et avoir une place au chaud garantie à vie, même sans bosser4.

• En revanche, certains malheureux hommes riches, soumis à une dominatrice, entrent clairement dans cette catégorie, même quand un ultime réflexe de survie pousse certains à remercier leur(s) mégère(s) après un moment.

• On peut aussi ranger parmi les victimes les hommes peu courageux qui, après avoir nommément désigné et menacé leur « ennemi, » ont dû s’avouer vaincu devant sa toute-puissance. La soumission et humiliation du loser entrainent déprime et une hyperphagie compensatrice.

Il existe enfin une dernière catégorie particulièrement vulnérable : les hommes riches mais soumis pour avoir eu le double malheur de se mettre en ménage avec une ou deux mégères et d’avoir affronter un ennemi trop puissant, deux raisons majeures qu’ils cumulent avec une troisième peu connue : ils aiment tellement les pauvres qu’ils se sentent obligés de partager régulièrement et discrètement leur infâme brouet, avec les conséquences que l’on imagine.

Seule cette catégorie de victime de l’obésité mérite toute notre compassion.

 

Notes

1. VILLEROY, Stéphanie, « Pauvreté en France - Trouver la bonne image, » France-Soir, 24/03/10.

2. BOHLER, Sébastien, « Obésité : les classes populaires en première ligne, » Pour la Science, 13/03/2009.

3. BARTOLOMUCCI A, CABASSI A, GOVONI P, CERESINI G, CERO C, et al. (2009) Metabolic Consequences and Vulnerability to Diet-Induced Obesity in Male Mice under Chronic Social Stress.

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.97/5   (36 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • howahkan Hotah 23 septembre 2014 11:22

    Salut, il est dit ceci : Au lieu de mastiquer longuement un bon pain à la croûte craquante

    il n’y a pas de bon pain à la croûte craquante, tous ces pains sont de la merdasse intégrale remplis d’adjuvant de toutes sorte, pour la blanchir, pour que la pâte levé plus et reste levée(vitamine c) etc

    pour que le consommateur ai l’impression visuelle d’en avoir beaucoup alors que le pain est immangeable le jours après, le vrai pain lui peu pétris reste mangeable environ une semaine ....le vrai bon pain avec de la vrai farine ,ne peut être craquant...

    pour le reste je n’ai rien à dire..


    • Raymundo007 Raymundo007 23 septembre 2014 19:44

      Faites votre pain vous-même alors. C’est facile et bien meilleur. Il y a plein de recettes sur youtube. Avec un peu d’expérience, on obtient facilement de très bons résultats. Seul inconvénient  : ça coûte un peu plus cher à cause du prix de l’énergie.
      Ajoutez un peu de levain maison et un peu de farine complète au mélange et hop ! ça fait de l’excellent pain.
       smiley


    • Duke77 Duke77 24 septembre 2014 10:21

      Il faut surtout selectionner une farine pauvre en gluten. Le blé généralement utilisé étant un mutant issus de selections qui contient jusqu’à 1000 fois plus de gluten que le blé sauvage. Personnellement, je vous conseille le pain bio à l’épautre. (Au levain evidemment !)


    • howahkan Hotah 24 septembre 2014 11:32

      Salut raymundo...

      je parlais de ce sujet car je fais mon pain,donc les pizzas, et tout le reste , cela dit je ne fais plus de pain depuis que je suis en Irlande car ils ont du très très bon pain complet ici.mais en France toujours avec farine bio car je n’aime pas le pain français..j.e fais aussi mes pâtes, glaces, chutney etc etc je n’achète que des produits simples pour les transformer moi même, ou ceux du jardin pour les soupes et autres crudités ...je fus cuisinier de restaurant dans un autre vie et en restaurant je faisais le pain moi même...comme les patés, saucisses, terrines de poisson....etc etc....petit menu mais tout en frais...........

      merci...


    • OMAR 23 septembre 2014 17:36

      Omar33

      C’est le manque de porc qui les fait grossir......


    • Duke77 Duke77 24 septembre 2014 11:38

      Le porc est en effet une viande maigre. Le jambon (sans couen) par exemple est toléré pendant la cure gernez comme le blanc de poulet.


      Mais la cause pour les petits musulmans vient plutôt du fait que, si leur religion leur impose certaines choses, elle ne leur donne absolument pas les bonnes informations concernant la diététique. Sodas, bonbons bourrés de glutamates et chips ou autres gâteaux apero hyper-salés ne sont pas contre-indiqués par Hallah visiblement... En outre, les jeunes parents actuels issus de la culture « ouech ouech » n’ont pas vraiment compris que le MacDo et Cie, c’est de la merde... Contrairement aux jeunes parents dont la culture franchouillarde leur a appris le goût des bonnes choses.
      La mal-bouffe dans les milieux défavorisés est un vrai fléau.

    • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 23 septembre 2014 12:14

      Rien compris. Mais en tous cas depuis le coup des sans-dents puis celui des illettrés , les pauvres ont réapparu dans la société et c’est pas un mal, depuis le temps que nos médias les flattent en les traitant de « classe moyenne élargie ». Peut-être mêm qu’ils vont finir par se réveiller.
      Donc le parler vrai paye. Même si apparemment il en choque encore certains... mais chacun ses objectifs, cher auteur. On peut pas se faire servir du Fouquet’s à chaque quinquennat.

      Ceci-dit, nous faire le coup de l’obesité sans citer une fois ni les probiotiques ni Actimel ni Activia, vous l’aurez fait. Bravo, cher auteur, pour votre imperméabilité aux buzz du moment, Danone vous remercie.
      Donc rien à voir, mais pour info, polémique sur la probité d’Hoax Buster sous ce lien.


      • Alex Alex 23 septembre 2014 13:52

        Manu

        « Rien compris. »

        Ça se voit...


      • Alex Alex 23 septembre 2014 17:14

        Les deux catégories de personnes visées par cet article, toutes obédiences politiques confondues, sont, dans leur grande majorité :

        – les énarques. Dans un sondage paru il y a un peu plus de 30 ans, plus de 90 % déclaraient que leur motivation était “le pouvoir” (l’opposé de la démocratie), avec les avantages qui en découlent car ils sont très regardants sur ce point ;

        – les politiciens professionnels, dont les plus connus sont grassement payés quels que soient leurs résultats et contrairement à toutes les autres professions susceptibles d’être poursuivies en justice pour promesses non tenues.

        La seule illustration trouvée pour illustrer cette “obésité” (réelle ou financière) est celle de Hollande (en 2011). Qu’un candidat fut obligé de suivre une cure d’amaigrissement pour quémander le suffrage des pauvres m’avait beaucoup amusé : “Ducan pour son régime d’amaigrissement qui lui a permis de se délester en quelques semaines des 15 kilos qui risquaient de lester sa longue marche vers l’Elysée”. (Mediapart)


        • Rincevent Rincevent 23 septembre 2014 19:03

          Excellent article ! En plus quand les pauvres illettrés travaillent dans un abattoir, imaginez…


          • cevennevive cevennevive 23 septembre 2014 19:05

            Bonjour Alex,


            Moi, je le trouve très bien votre article ! Au sens propre comme au sens figuré...

            En effet, la malbouffe actuelle fait grossir au-delà du raisonnable, et dans tous les Pays.

            Autrefois, c’était presque le contraire : rappelons-nous les repas pantagruéliques des nobles dans les siècles passés. Il était de bon ton d’avoir un embonpoint donnant l’image de la prospérité. Les pauvres de ces temps-là étaient maigres.

            Aujourd’hui, ce sont les riches qui ont le jarret musclé et le ventre plat.

            Et je pense avec amusement aux « énormes » Etatsuniens. Il est bizarre que nous, Français, si prompts à leur ressembler, devions satisfaire à une échelle de poids si restrictive ! Les « pauvres » de notre Pays devraient au contraire, être fiers de leur embonpoint !

            Pourtant, la graisse autour de la taille reste quelque peu sympathique, plus sympathique en tout cas qu’un svelte « politicien » au compte bancaire surdimensionné dans un paradis fiscal dont le sourire carnassier nous rabaisse.


            • Raymundo007 Raymundo007 23 septembre 2014 19:47

              Très bon article. Un peu d’humour bien documenté ne fait pas de mal du tout. Allez les Gavroche ! Au boulot... y en a un un peu marre des articles gnan-gnan et dormitifs.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Alex

Alex
Voir ses articles







Palmarès