• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Octobre 17, un centenaire apocalyptique ?

Octobre 17, un centenaire apocalyptique ?

 

La face cachée d’octobre 1917 pourrait être la bascule mondiale dans l’attracteur sioniste.

 

Le centenaire de la révolution d’octobre 1917 est évoqué dans les médias mais il est clair qu’on n’en fait pas des tonnes. Le cinquantenaire de la mort de Che Guevara semble avoir suscité au moins autant d’attention alors que les deux évènements sont sans commune mesure [1]

Mais que dire alors du centenaire de l’apparition de la Vierge à Fatima le 13 octobre 1917 ? Il a été grosso modo passé sous silence, hormis dans l’internet catholique, et encore, la plupart des sites ne l’ont mentionné que pour mémoire, comme si l’événement n’avait plus de réelle actualité et que son interprétation n’était plus qu’une affaire de spécialistes. [2]

Il faut dire que la révélation en juin 2000 du troisième et dernier secret de Fatima — livré à la petite Lucia dos Santos il y a précisément cent ans — est censée avoir clos le sujet. Seul l’attentat contre Jean-Paul II y serait évoqué. Alors pour quelle raison devrait-on s’y attarder à présent ?

Eh bien ! d’abord parce que l’apparition mariale du 13 octobre 1917 constitue un cas unique dans l’Histoire d’un miracle annoncé trois mois à l’avance à trois petits pastoureaux et réalisé devant une foule d’environ 70.000 témoins dont bon nombre de républicains sceptiques venus dans l’idée qu’on allait voir ce qu’on allait voir. Nul n’a été déçu : « le miracle du soleil  » a sidéré tout le monde, y compris les reporters du journal anticlérical O Seculo (le Siècle) qui ont très honnêtement rapporté le phénomène en une.

Ce qui a été constaté à l’heure dite, après une matinée de nuages noirs et de pluies incessantes qui avaient trempé l’assistance et détrempé les sols, c’est l’apparition d’un soleil en forme de disque argenté, semblant tourner sur lui-même et qu’on pouvait regarder sans se brûler les yeux. Il semblait se mouvoir ou « danser » dans le ciel et, à plusieurs reprises, il a donné la sensation effrayante qu’il s’effondrait sur l’assistance, et tout cela en projetant des rayons de lumières multicolores à des dizaines de kilomètres alentour. Cerise sur le gâteau, à la fin du phénomène, après au plus une dizaine de minutes, tout le monde était sec et la terre aussi.

N’en déplaise au lecteur incrédule, les innombrables tentatives d’explication naturaliste (par exemple, à base de phénomènes météorologiques) n’ont jamais pu rendre compte du fait que la Vierge avait annoncé cela 90 jours à l’avance. Ceci est inexplicable et invite donc à prendre au sérieux les messages que la Vierge a livrés au monde ce jour-là, notamment le fameux « troisième secret. »

La Vierge en avait demandé la révélation en 1960, ce que le pape d’alors, Jean XXIII avait jugé inopportun. Ses successeurs lui ont emboîté le pas jusqu’à ce que Jean-Paul II, sous la pression populaire, consente à une présentation officielle orchestrée par un trio de cardinaux, dont Joseph Ratzinger le futur pape Benoît XVI.

Il y a de nombreuses raisons de douter de l’authenticité de ce qui a été révélé alors mais il faudrait rien moins qu’un livre pour en traiter, c’est pourquoi je renvoie le lecteur à l’enquête très fouillée que Pierre Jovanovic a consacrée au troisième secret de Fatima dans son livre « Notre Dame de l’Apocalypse. » [3]

Avec ce titre Jovanovic donne d’emblée le ton, celui, justement, que la présentation politiquement correcte du 26 juin 2000 étouffe autant qu’elle peut alors qu’il ne devrait pas exister le moindre doute sur la teneur apocalyptique du message de la Vierge. Jean-Paul II lui-même n’en faisait pas mystère et le déclarait très ouvertement AVANT la prétendue révélation en 2000. [4]

Même si cette dimension apocalyptique constamment réaffirmée dans les apparitions ultérieures de la Vierge (notamment à Garabandal ou à Akita où là encore un troisième message est livré un 13 octobre 1973) accentue bien plus qu’elle n’affaiblit les autres thématiques que sont l’absolue nécessité de la repentance et de la prière, sans même parler des errements de l’Eglise — on sait, au moins depuis l’apparition mariale à la Salette en 1847, que « Rome perdra la foi et deviendra le siège de l’Antéchrist » — elle reste l’élément cardinal du message marial et ce, d’autant plus que c’est à peu près le seul son de cloche que puissent encore entendre les égarés, qu’ils soient rationalistes, matérialistes, spiritistes ou simplement consuméristes.

« Apocalypse now ! », quel esprit éveillé et attentif peut encore en douter avec le lent mais incessant effondrement civilisationnel auquel il nous est donné d’assister en direct, jour après jour, en suivant simplement l’actualité ? Quand on regarde la nature assassinée, la finance au bord du gouffre (cf. la généralisation des taux négatifs), le terrorisme mondialisé, les migrations de masse envahissantes et les valeurs morales subverties par une violence et une pornographie omniprésente dans les médias, comment ne pas songer à Sodome et Gomorrhe juste avant leur destruction par un feu céleste ?

Ceux qui sont soucieux de leur tranquillité refuseront de voir les choses ainsi et invoqueront probablement une simple crise de la (post)modernité mais « ceux qui ont des yeux pour voir et des oreilles pour entendre », quel sens peuvent-ils faire d’une telle annonce apocalyptique, même venue des cieux ? Peut-elle les aider à construire une vision utile s’ils ne savent pas dans quelle direction regarder ?

Car contrairement à Noé qui savait devoir surveiller les seuls nuages, les menaces viennent actuellement de toutes parts. Les nations, même les plus développées semblent le jouet de forces qui leur échappent et, pour qui ne souhaite pas faire l’autruche en se racontant que Macron va pouvoir faire quelque chose d’utile aux Français plutôt qu’aux « puissances de ce monde », il importerait de savoir vers quoi porter le regard afin d’espérer (dis)cerner les facteurs à l’œuvre derrière la catastrophe qui approche.

Dans cette perspective, ne serait-il pas sage de s’interroger sur ce fameux 13 octobre 1917 ? En avons-nous vraiment fait le tour ? Se pourrait-il que nous ayons ignoré un élément significatif ?

Une réponse surprenante s’impose car il s’avère que l’annonce apocalyptique de la Vierge n’est pas intervenue seule mais dans une parfaite coïncidence avec un événement très particulier, presque anodin et tout à fait informel alors qu’il a eu et aura dans l’histoire humaine des conséquences proprement incalculables. Ne dit-on pas qu’une coïncidence est un miracle que Dieu réalise incognito ? On sera d’autant plus tenté de faire cette lecture qu’il s’agit du moment où, mine de rien, sans y paraître, le monde a, pourrait-on dire, basculé dans l’attracteur sioniste.

Avant ce 13 octobre 1917 — et au moins depuis le congrès sioniste de 1903 qui a mis Herzl sur la touche — les sherpas du sionisme étaient déjà à pleine charge, produisant tous leurs efforts en vue de la restauration de l’Etat d’Israël (et notamment du Temple) mais ils en étaient encore à la marche d’approche : ils leur restaient à franchir le col de ce que l’on pourrait appeler la vallée [5]du Grand Israël.

Cela a été réalisé de manière tout à fait anodine et presque désinvolte lorsque le 13 octobre 1917 [6] le président étasunien Woodrow Wilson remit au Colonel House — son principal conseiller (le Jacques Attali de l’époque) et « officier de liaison » avec le mouvement sioniste — un memo [7] qui informait un juge de la Cour Suprême, Louis Brandeis, de son accord concernant le projet de création d’un foyer national juif en Palestine. Brandeis était alors à la tête du mouvement sioniste mondial (la branche européenne étant fermée pour cause de guerre) et, à ce titre, en contact direct avec le gouvernement britannique.

Sans cet accord officieux, ledit gouvernement n’aurait probablement jamais assumé les risques inhérents à la déclaration Balfour. Tout s’est donc joué à ce moment précis, celui que la Vierge a choisi pour réaliser le miracle de Fatima et livrer au monde ses annonces apocalyptiques.

Que signifie cette parfaite coïncidence ? Mis à part ceux qui font profession de foi matérialiste et ne croient qu’au hasard, il devrait être bien difficile à l’honnête homme de rester insensible à la possibilité de voir là un signe. D’autant plus qu’on parle ici du miracle de Fatima, attesté même par les milliers de sceptiques présents !

Il semblerait donc que nous sachions maintenant vers où porter le regard pour voir venir le danger. Nous avons trouvé notre (proche) orient : c’est vers Jérusalem et sa région qu’il s’agirait de se tourner.

Mais, me direz-vous, que peut signifier le fait que la Vierge annonce l’apocalypse en même temps qu’Israël apparaît sur la ligne d’horizon ?

Un tel rapprochement n’est-il pas désespérément incongru ?

Ne serions-nous pas déjà au seuil d’un délire interprétatif qui-rappelle-les-heures-les-plus-sombres etc. ?

Eh bien pas du tout ! Car la visée de restauration de Sion est, depuis toujours, fille de l’Apocalypse.

Ainsi, aux XVIe et XVIIe siècles, dans le but de hâter le retour du Messie (et donc la fin des temps décrite dans l’Apocalypse de Jean), les chrétiens puritains anglo-saxons dits « restaurationnistes  » ont eu l’idée, notamment avec Cromwell, d’œuvrer à la restauration d’Israël et du Temple de Salomon. Ils y voyaient les conditions sine qua non du retour du Christ et cherchaient simplement à les satisfaire dans l’intérêt non des juifs mais de la chrétienté. Le révérend dispensationaliste Blackstone [8] est d’ailleurs considéré comme un véritable père du mouvement sioniste et sa doctrine, actuellement partagée par des millions d’étasuniens, est intrinsèquement apocalyptique. Ce qui explique l’importance du sionisme chrétien de ce côté-ci de l’Atlantique.

D’autre part, les eschatologies juives et musulmanes convergent vers ce même tableau apocalyptique qu’elles décrivent avec des vues certes opposées mais néanmoins étonnamment convergentes sur la nature catastrophique des « grandes tribulations » à venir.

N’a-t-on pas entendu Jacques Attali déclarer tranquillement que le gouvernement mondial serait instauré après la guerre ou à la place de la guerre, sachant par ailleurs que, toujours selon Jacques Attali, Jérusalem serait un endroit idéal pour un tel gouvernement ? [9] Par la guerre, il faut bien sûr entendre une guerre mondiale dont les conséquences catastrophiques devraient aider les populations survivantes à consentir à un gouvernement mondial qui sera présenté comme seul capable d’instaurer la paix — une Pax Judaïca et non plus la défunte Pax Americana [10].

A suivre l’érudit musulman Imran Hosein dans ses analyses, [11] il semblerait que l’eschatologie musulmane aille dans le même sens. On peut ajouter que, selon lui, ce serait l’effondrement de la finance — change de monnaie, prêt à intérêt, toutes ces choses qui ont valu au Christ d’être crucifié quelques jours après sa sainte colère contre les « marchands du temple » — qui mettrait le feu au poudre, entraînant l’effondrement de l’économie et l’entrée en guerre des nations les unes contre les autres.

Comme si tout cela ne suffisait pas déjà à conférer une dimension apocalyptique au projet sioniste, il semblerait que dans l’éventualité où ce dernier devait capoter et Israël se trouver au bord de l’anéantissement, l’option Samson serait exécutée  ; dans sa dernière version elle consisterait à larguer les bombes atomiques israéliennes sur les principales capitales du monde, histoire de partir en beauté. Comme l’a très bien résumé un poète israélien répondant aux critiques de Günter Grass  : « Si vous nous forcez encore à descendre de la surface vers les profondeurs de la Terre, [alors] que la Terre plonge dans le néant. » [12] Comme on dit aux USA : « Misery loves company »...

Nous pouvons donc faire l’hypothèse que la coïncidence entre l’annonce de Fatima et le consentement de Woodrow Wilson à la déclaration Balfour pourrait être une invitation à prendre conscience de la dimension toujours-déjà apocalyptique du projet israélien.

Toutefois, mis à part une attention et une compassion accrues pour le sort du peuple palestinien entré dans l’Apocalypse dès 1948 avec la Nakba, à quoi cela serait-il censé nous amener concrètement ? Il faut avouer que c’est difficile à dire.

Tout se passe un peu comme si nous étions dans le monde du Stalker de Tarkovski, avec une Zone impénétrable et interdite d’où sourd une eau noire, celle de notre mémoire, tellement chargée de culpabilité que, d’horreur, nous la précipitons dans le fleuve Lethé, le fleuve de l’oubli au sein duquel l’Occident chrétien semble devoir se perdre avant d’entrer dans l’enfer de la grande tribulation.

Une manière assez évidente de résister à cela consisterait à ne pas se laisser emporter et à s’efforcer, au contraire, de remonter ce courant mortifère de l’oubli qui nous mène à notre perte.

Mais accomplir ce « devoir de mémoire » reste toutefois une décision lourde de conséquences car elle est susceptible de bouleverser complètement notre univers — personnel s’entend.

Une image forte bien que galvaudée est ici pertinente : c’est celle des pilules rouge et bleue entre lesquelles Néo, le héros du film Matrix, doit choisir.

Chacun de nous s’est trouvé ou se trouvera un jour face à un tel choix : celui d’une vérité à la verticale, exigeante, difficile, périlleuse dont on accepte d’être le témoin souvent solitaire ou celui d’un mensonge à l’horizontale dans lequel la plupart se réfugient parce que la majorité s’y trouve déjà et qu’à l’instar des moutons de Panurge, ce simple fait les rassure.

Malheureusement nous sommes parvenus à ce point où faire le choix de la vérité, le choix de la justice ou simplement le choix de la pensée libre et réfléchie attire non seulement les foudres du pouvoir mais aussi celles de notre entourage qui vit très mal le fait que la « réalité » à laquelle il s’accroche se trouve malmenée. Nos proches préfèrent ne pas parler de cela et pensent à un dérangement mental si nous insistons.

C’est un peu comme au temps des soviets : chacun sent bien que « moins tu en sais, mieux tu dors. » C’est l’essence même des dictatures que d’amener à cette conviction, et de pousser, en définitive, au choix de la pilule bleue.

Quoi qu’il en soit, ce choix, nous l’avons, au sens où il est encore possible de s’informer, de lire, de comprendre et ainsi de remonter à la source en faisant un peu comme le Goofus Bird de José Luis Borges, cet oiseau étrange qui « construit son nid à l’envers et vole en arrière, car il ne se soucie pas de savoir où il va mais d’où il vient. »

A remonter l’histoire de l’Occident qu’allons-nous traverser si ce n’est des siècles et des siècles de chrétienté régie par les enseignements d’un galiléen crucifié à Jérusalem ?

Celui-ci, nous offrant du haut de sa croix un modèle absolu de non-violence, s’était exclamé : « Mon Dieu pardonne leur, ils ne savent pas ce qu’ils font. » Il parlait non des Romains mais de la foule juive qui, conduite par l’élite pharisienne, avait demandé sa tête.

Deux mille ans ont passé, plus de deux milliards de chrétiens croient en lui et la question se pose de savoir ce qu’ils sont censés faire face à l’entreprise de destruction systématique — de leurs valeurs morales, de leurs institutions et, de plus en plus, de leurs biens et même de leurs personnes — qui accompagne l’émergence du « Nouvel Ordre Mondial » ? Doivent-ils se laisser docilement conduire à l’abattoir comme, par exemple, au XXe siècle la paysannerie russe s’est faite décimer dans un silence assourdissant par ses prétendus libérateurs ?

On peut penser qu’il y aurait là une attitude respectueuse du principe de non-violence qui consiste à tendre l’autre joue et que, par conséquent, dans une lecture littérale dudit principe, les chrétiens seraient destinés à se laisser exterminer jusqu’au dernier avec le même allant que manifestait Jacob pour être sacrifié par son père Abraham.

Jusqu’à présent, l’Eglise ne l’a pas vu de cet œil mais il est, heureusement, inutile d’entamer une dispute scolastique et/ou historique sur sa doctrine afin de savoir si une guerre ou même la légitime défense peuvent être chrétiennes, c’est-à-dire, réalisées sans haine pour l’adversaire.

Il est en effet possible de se contenter de cette forme non violente de défense légitime (sic) que constitue le fait de simplement porter témoignage des violences qui vous sont faites. Cette attitude est conforme aux canons les plus exigeants de la non-violence. Elle est même à la base de la lutte non violente car, sans porter accusation, sans chercher vengeance, sans aucune haine, elle se borne à énumérer les faits au regard d’une opinion publique prise à témoin.

Sous ce rapport, le Nobel Alexandre Soljenitsyne apparaît comme un modèle du genre, une vraie « figure du Christ. » En effet, dans son livre « Deux cents ans ensemble  » qui traite des relations pour le moins difficiles qu’ont connu les peuples russes et juifs dans leur cohabitation de 1795 à 1995, il se contente de faire le récit de la manière la plus objective possible de ce qu’on pourrait appeler un « chemin de croix ». Tout au plus s’autorise-t-il ici et là une forme d’étonnement quand l’accumulation des iniquités (doux euphémisme) lui semble dépasser l’entendement et que, par exemple, des millions de paysans russes se sont trouvés condamnés à mort par les seules décisions d’un régime qui, de manière incompréhensible, n’a pas fait montre de la moindre humanité à leur égard et cela sans que la presse occidentale ne s’en émeuve alors qu’elle a toujours été extrêmement prompte à mettre sur la place publique les moindres vexations faites aux juifs.

A chaque fois, Soljenitsyne se contente de manifester un étonnement, une incompréhension, un peu comme s’il s’adressait à son frère (s’il en avait eu un), sans aucun ressentiment, comme pour l’inviter à une prise de conscience.

Il sera probablement difficile de faire mieux, mais ne devrait-on pas à tout le moins, tenter de faire aussi bien ? Dire la vérité sans mettre en accusation, voilà l’objectif !

Il va de soi que malgré sa posture impeccable, Soljenitsyne a été constamment accusé d’antisémitisme, tout comme les auteurs juifs qui sont allés dans le même sens que lui.

Mais si être seulement témoins de la vérité nous vaut opprobre, injures et autres persécutions, eh bien soit ! Il n’y aurait là rien de nouveau sous le soleil étant donné que la même chose n’a cessé de se reproduire depuis qu’elle est arrivée il y a deux mille ans à un « jeune homme à cheveux longs [qui] grimpait le Golgotha » : « le premier qui dit la vérité il doit être exécuté » !

La route de la paix est faite de courage, de tout temps elle s’est réalisée au prix du sacrifice de ceux qui veulent avant tout la vérité et la justice. Il me semble que c’est encore la meilleure manière de comprendre le message de Notre Dame de Fatima. Il n’a probablement jamais été aussi actuel.

 

 

[1] Ce jour 28/10/2017 Google Actualité retourne 26.000 résultats pour « octobre 1917 », 17.000 pour « révolution d’octobre » et 35.000 pour « révolution russe » alors que « Che Guevara » atteint plus 600.000.

[2] Signalons tout de même qu’un nouveau « miracle du soleil » a eu lieu au Nigéria le 13 octobre dernier devant une foule de 5000 pèlerins venus célébrer la Fête Nationale de Notre Dame de Fatima. Même s’il n’a pas l’ampleur de celui de 1917, la vidéo disponible permet de constater que les sceptiques matérialistes vont sacrément avoir à réfléchir pour expliquer cela avec la seule météorologie ;-)

[3] On consultera aussi avantageusement le livre de Laurent Morlier, Le Troisième secret de Fatima est un faux, Avec celui de Jovanovic, on peut considérer que se trouve démontré, preuves à l’appui, que les cardinaux Sodano, Bertone et Ratzinger ont fait un pieu mensonge en prétendant révéler le fameux secret le 26 juin 2000.

[4] Selon la revue allemande « La Voix de la Foi » (stimme des glaubens) d’octobre 1981, à la question « Qu'en est-il du troisième secret de Fatima ? Ne devait-il pas être divulgué en 1960 ? » Jean-Paul II, dans un entretien privé de septembre de la même année, aurait répondu (sans démenti ultérieur) :

« Etant donné la gravité de son contenu, pour ne pas encourager la puissance mondiale du communisme à accomplir certains gestes, mes prédécesseurs dans l'office de Pierre ont diplomatiquement préféré surseoir à sa révélation. D'autre part, à tous les chrétiens, il peut suffire de savoir ceci : s'il existe un message où il est écrit que les océans inonderont des régions entières de la Terre et que, d'un moment à l'autre, périront des millions d'hommes, est-ce le cas de tant désirer la divulgation d'un tel secret ? Beaucoup veulent savoir simplement par curiosité, ce qui est périlleux si, en même temps, l'on n'est pas disposé à agir, si l'on est persuadé que l'on ne peut rien contre le Mal. C'est alors que le Pape saisit son chapelet et dit : " Voici le remède contre le Mal. Priez ! Priez ! et ne demandez rien d'autre. Confiez tout le reste à la Mère de Dieu." »

[5] En termes dynamiques, on parle plutôt d’attracteur même si le mot « vallée » peut aussi être utilisé dans des contextes spécifiques.

[7] « I find in my pocket the memorandum you gave me about the Zionist Movement. I am afraid I did not say to you that I concurred in the formula suggested by the other side. I do, and would be obliged if you would let them know it. » (p. 598) in Sanders (1983) The high wall of Jerusalem

[8] Sans doute trop optimiste, Blackstone envisageait une conversion finale de tous les juifs au christianisme, ce que l’autre père du sionisme, Herzl, voyait, lui aussi, comme la « solution finale » à la question juive (cf. son journal, ici en version anglaise)

[9] En toute logique, Jérusalem ne peut être un emplacement idéal que si la proportion de juifs dans ce gouvernement mondial devait nécessairement y être significative, c’est-à-dire, très supérieure à leur proportion actuelle — tout à fait minime — dans la population mondiale.

[10] Voir les nombreuses vidéos de Sheik Imran Hosein qui abordent ce sujet.

[11] Voir notamment son livre Jérusalem dans le Coran.

[12] « If you force us yet again to descend from the face of the Earth to the depths of the Earth — let the Earth roll toward the Nothingness. »


Moyenne des avis sur cet article :  1.88/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

128 réactions à cet article    


  • pipiou 28 octobre 2017 12:11

    Ouh là là, ça fume !


    • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 28 octobre 2017 13:35

      @pipiou

      Ah ben, qu’est-ce que vous voulez, on ne fait pas de feu sans fumée... smiley


    • petit gibus 30 octobre 2017 12:45
      @Luc-Laurent Salvador

      « on ne fait pas de feu sans fumée... »

      Ne faudrait il pas installer un détecteur de fumée
      sur A/V pour notre sécurité ? !

    • Lucadeparis Lucadeparis 4 novembre 2017 09:38

      @pipiou
      Appliquant le rasoir d’Ockham, je n’augmente pas lenombre d’entités et m’oriente vers les explications de technologies extraterrestres plus avancées et bienveillantes, ne voulant pas causer un ethnicide par la révélation de leur supériorité.


      Luc-Laurent, nous avions discuté plusieurs fois de ton départ en 2009 dans l’éhmisphère sud pour te protéger d’un cataclysme nucléaire, en particulier un 31 octobre. Comme cela n’advenait pas, je t’ai demandé à partir de quand tu estimais que ta prédiction était érronnée, tu m’as répondu « 2018 ». Il ne reste donc qu’un 31 octobre.

    • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 4 novembre 2017 15:50

      @Lucadeparis

      Comme évoqué avec Hiéronymus sur le fil de son article sur Fatima (av.tv), il est clair que si je n’observe pas « d’accélération de l’Histoire » dans les semaines qui suivent comme il y en eût après l’apparition de Fatima (Bolchévisme, Balfour), je considérerai que mon interprétation était inexacte. Il restera à trouver la bonne, cad, comprendre où je me suis trompé.
      Je précise qu’une méga catastrophe financière suffirait à me faire considérer que nous sommes entrés dans l’attracteur Armaggedon. Note bien que même en l’état, les news du monde laissent souvent à penser que nous n’en sommes pas loin. La question est combien cela va-t-il durer encore ?
       


    • Lucadeparis Lucadeparis 5 novembre 2017 21:30

      ’« @Luc-Laurent Salvador
      La crise financière est la catastrophe plus prédictible, car elle est constitutive du système de réserves fractionnaires et de son instabilité, que nous connaissaons de plus en plus.Son imminence est diffusée par des économistes même dans les médias dominants.On pourrait aussi invoquer les crises de surproduction capitalistes qu’il faudrait résoudre par une guerre...

      Christel Sauval parlait de l’année 2021 avec les messages ummites... Je trouve cela : »Les probabilités de survenue de l’effondrement économique sont de 8% avant juillet 2019, de 50% avant avril 2021 et de 92% avant décembre 2022" (https://www.ummowiki.fr/index.php/Effondrement).

      Mais bon, pour que ta prédiction soit validée, il faut qu’elle justifie ta présence dans une île de l’hémisphère sud dans un délai raisonnable.

    • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 6 novembre 2017 03:57

      @Lucadeparis

      Je suis d’accord. On peut penser que la crise financière sera probablement le premier domino. Il se pourrait que ce ne soit pas le cas et que la séquence d’allumage diffère quelque peu mais qui peut douter que nous soyons à l’aube d’une ère apocalyptique ?
      Depuis que je suis parti le tableau ne fait que se confirmer.
      Donc oui, mes anticipations ne se seront pas vérifiées dans leur temporalité (que j’ai associée au 13 octobre 1917) s’il ne se passe rien de significatif comme « accélération de l’histoire » d’ici le 31 octobre prochain mais elles sont d’ores et déjà vérifiées quant à la nature de la voie dans laquelle l’humanité est engagée. Il n’y a plus d’équivoque possible, plus d’incertitude. Nous approchons de ce moment critique dont parlait Girard : ou bien nous nous donnons les moyens d’avoir la paix ou bien ça va faire très très mal. Sous ce rapport, je continue de penser que l’hémisphère sud sera mieux loti.


    • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 6 novembre 2017 04:02

      @Lucadeparis

      Je ne sais pas ce que sont les messages ummites mais ce à quoi ton lien mène ressemble furieusement à des divagations humaines, trop humaines. ça me fait penser à la production d’un jeune complotiste, peut être inspiré par les protocoles des sages de Sion et qui s’en serait fait une version et positive et intergalactique. Je ne peux est concluant à ce sujet mais c’est clair que je ne peux accorder de crédit à ces prophéties.


    • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 6 novembre 2017 04:08

      @ Lucadeparis

      Pour revenir à cet holocauste négligé qu’a été le massacre de la paysannerie chrétienne en Russie par les Bolchéviques, voici une belle réalisation du « devoir de mémoire » :

      https://francais.rt.com/international/45270-pour-centenaire-revolution-horloger-russe-sang-tsars-romanov


    • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 6 novembre 2017 05:34

      @Lucadeparis

      Pour revenir à cette holocauste dont Soljenitsyne s’étonnait qu’il ait pu être passé sous silence, à savoir, le massacre de la paysannerie (comme de l’élite ?) chrétienne en Russie sous le régime des bolchéviques, voici une belle réalisation du devoir de mémoire afférent :

      https://francais.rt.com/international/45270-pour-centenaire-revolution-horloger-russe-sang-tsars-romanov
       
      A noter que la dimension sacrificielle est ici éclatante


    • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 6 novembre 2017 05:35

      Amusant, j’ai eu beau faire, le message précédent semblait définitivement perdu alors je l’ai refait...


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 28 octobre 2017 12:32

      Je l’ai évoqué sur Agora.VOX, mais personne n’a réagi. Je commence à avoir l’habitude. Mes commentaires sont le plus souvent des bouteilles à la mer (ou au père, c’est selon,....)


      • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 28 octobre 2017 13:32

        @Mélusine ou la Robe de Saphir.

        Je serais intéressé pour lire ce que vous avez écrit à ce sujet. Est-ce possible de donner le lien ? Merci


      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 28 octobre 2017 12:36

        Et en plus cela correspondait à un vendredi comme le jour de la fin des Templiers.


        • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 28 octobre 2017 13:34

          @Mélusine ou la Robe de Saphir.

          Ah, j’avoue ne pas avoir vérifié quel jour tombait le 13 octobre 1917. C’est ballot. Donc vous dites que c’était un vendredi, vous êtes sûre ?


        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 28 octobre 2017 13:41

          @Luc-Laurent Salvador


          Je ne me débrouille pas bien sur AGORA.VOX, mais j’ai l’habitude chaque jour ((étant synchronistique-lire mes échanges avec SHAWFORD), de lire ce qui s’est passé chaque jour dans le monde (passionnée d’histoire). Ma famille étant liée aux ROSES-CROIX. Et je confirme qu’il s’agissait bien d’un vendredi 13. https://www.herodote.net/13_octobre_1307-evenement-13071013.php. Ce qui nous fait une cycle de 710 ans. Vous savez que le chiffre SEPT est symbolique chez les juifs,... Lisez tous mes articles sur AGORA.VOX et vous comprendrez.... je suis l’amie de la cousine de la Ministre de la culture : FRANCOISE NYSSEN,...

        • Gollum Gollum 28 octobre 2017 16:12

          @Luc-Laurent Salvador

          J’avais déjà opéré le lien entre le 13 octobre 1307 et le 13 octobre 1917. Je suis déçu que vous ne vous en souveniez pas. smiley

          D’autant plus que l’ordre du Temple avait pris pour patronne Notre Dame sous l’impulsion de Bernard de Clairvaux. C’est à partir d’eux que les cathédrales s’appelèrent des Notre-Dame.

          Quant au 13 octobre 1917 ce fut un samedi.

          La fin de l’ordre du Temple marqua la fin d’une chrétienté à peu près d’aplomb pour virer sur une chrétienté de plus en plus dégénérée. D’ailleurs ce fut le summum de l’art avec les cathédrales et un christianisme ésotérique et symbolique qui n’eut plus cours après.

        • Gollum Gollum 28 octobre 2017 16:30

          @Luc-Laurent Salvador



          J’en profite pour rajouter que 1917 marque la fin d’un cycle. 360 x 7 années = 2520 ans, le début de ce cycle étant -603, année que l’on trouve chez le prophète Daniel.

          (360 x 6) + -603 = 1557, année d’édition des Centuries de Michel de Nostre-Dame. J’insiste sur le Nostre-Dame. Le dit prophète étant un juif converti.

          C’est en se basant sur Nostredame que Vlaicu Ionescu parvint à prophétiser la fin du régime soviétique pour juin 1991. Et ce plusieurs années à l’avance.

          Rappelons que l’année 1792 figure en clair dans une préface (celle à Henri Segond) du même Nostredame. 

          Enfin les Centuries sont datées du 14 mars 1557. 360 années plus tard mènent au 14 mars 1917. Le lendemain, le tsar Nicolas II démissionna ouvrant la voie à la Révolution d’Octobre.

          1792 marque la victoire des régimes bourgeois. Si on se réfère à la doctrine des castes indiennes…

          1917 marque elle la victoire de la caste des exploités, la quatrième et dernière caste, celle des Sudras.

        • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 28 octobre 2017 17:20

          Bonjour Gollum,

          Pardonnez-moi, c’est vrai j’avais oublié que vous aviez pu faire ce rapprochement mais probablement parce que je l’avais fait moi-même très tôt dès que je me suis mis à réfléchir à la signification des mes propres 13 octobre, donc dès l’an 2000. Mais ça ne m’avait mené nulle part. Je n’avais pas la capacité de quadriller l’espace-temps comme vous le faites. Il a fallu je ne sais quel hasard pour que je découvre assez tardivement le 13 octobre 1917 et là j’ai su que c’était ce que je cherchais.

          Merci pour les informations très intéressantes sur Notre Dame. J’ignorais que cela venait des Templiers. Pour ce que j’en comprends, j’aime bien cette idée que cette époque était un sommet. La chose me paraît spécialement intéressante parce qu’ils étaient alors, pour ce que j’en sais, les financiers des puissants n’est-ce pas ? Et on peut donc penser que le fait de les avoir mis à bas a libéré la « niche écologique » pour d’autres financiers moins chrétiens dans l’âme. Et ceci pourrait peut-être expliquer cela non ? Qu’en pensez-vous ?


        • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 28 octobre 2017 17:23

          @Gollum

          Nostre-Dame c’est bien Nostradamus n’est-ce pas ?
          Si c’est bien lui, j’ignorais que ses prophéties avaient pu avoir cette précision.
          On sait comment Ionescu a procédé pour trouver cette de juin 1991 ?
          Et la prochaine date marquante, c’est quand ?
          Qu’on se prépare quoi !  smiley


        • Gollum Gollum 28 octobre 2017 17:48

          @Luc-Laurent Salvador


          les financiers des puissants n’est-ce pas ? Et on peut donc penser que le fait de les avoir mis à bas a libéré la « niche écologique » pour d’autres financiers moins chrétiens dans l’âme.


          Bingo ! smiley

        • Gollum Gollum 28 octobre 2017 17:55

          @Luc-Laurent Salvador

          Oui Nostradamus bien sûr. Ce qui est curieux c’est son patronyme qui renvoie assez à la désignation templière de leur patronne.

          Pour juin 1991 il s’était basé sur une préface là encore je crois où il avait déterminé que Nostredame parlait du communisme. Comme celui-ci lui donnait 73 ans et quelques mois (je me souviens plus combien exactement) il a fait l’addition de ces 73 ans et quelques à partir de novembre 1917 et ça tombait en juin 1991 où Boris Eltsine fut élu et Gorbatchev contraint à la démission quelques mois plus tard le 25 décembre 1991.

          La prochaine date je ne sais pas.. smiley Je crois qu’il y a une vidéo de Laurent Fendt qui en parle avec MT de Brosses sur Avox.tv. Quelques scénarios...

        • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 28 octobre 2017 17:56

          @Gollum

          Ah, merci. Là je viens de comprendre quelque chose !
           
          Mais alors tant qu’on y est, peut-être avez-vous quelques lumières sur les conceptions de l’historien Jacques Le Goff qui, pour ce que j’en ai entendu sur France Inter, le lendemain de sa mort (faudrait que je retrouve le lien), avançait l’idée que l’Eglise aurait, à une certaine époque, au vu des nécessités de financement de l’économie, inventé le purgatoire afin de rendre tolérable une forme de prêt à intérêt pour les chrétiens, chose jusque-là interdite.
           
          ça c’est seulement ce que j’ai compris et je ne dis pas que c’est exact parce que je me suis farci le bouquin de Le Goff sur le purgatoire et je n’ai rien vu de tout ça.
          Des vues sur la question ?


        • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 28 octobre 2017 17:59

          Le message ci-dessus répondait à « Bingo »


        • Gollum Gollum 28 octobre 2017 18:00

          @Luc-Laurent Salvador


          À propos de Fatima lié au Templiers par le 13 octobre c’est justement au Portugal qu’un bonne partie du Temple s’est réfugié suite aux persécutions de Philippe le Bel.

          Avouons qu’il y a là une curieuse coïncidence. C’est pour cela que les caravelles a destination du Nouveau Monde arborèrent la croix templière rouge sur fond blanc.

          Quant à Fatima, prénom de la fille de Mohammed, cela renvoie là encore au Temple qui fut en lien étroit avec les musulmans lors des croisades.

          Tout se tient. smiley

        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 28 octobre 2017 18:02

          @Luc-Laurent Salvador

          Fatima signifie : chamelle en arabe. Et la symbolique des chameaux est très présente dans Miréa de Frédéric Mistral. Extrait : ... sur un chameau de l’Afrique prêcher le christianisme aux Biterrois (Mistral, Lou tresor dôu FelibrigeI, 435 et 1172 ; G.Beaume, Notre Languedoc (Paris, 1923),

        • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 28 octobre 2017 18:04

          @Gollum

          Pour Ionescu, c’est impressionnant tellement c’est simple et logique. Et très probant.
           
          OK, j’irais voir Fendt & de Brosses. Merci.


        • Gollum Gollum 28 octobre 2017 18:04

          @Luc-Laurent Salvador


          Je ne connais pas Le Goff. 

          Mais que l’Église ait inventé des tas de choses cela me semble l’évidence. Ce n’est pas parce que je suis assez favorable à l’Apocalypse que j’ai une bonne image de l’Église. Bien au contraire.

          Je pense même qu’il y a eu trahison pure et dure et ce quasi dès les origines. Je déteste assez St Augustin par exemple..

        • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 28 octobre 2017 18:07

          @Gollum
           
          Chapeau !
          C’est bon ça ! (comme disait mon maître à penser préféré)


        • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 28 octobre 2017 18:10

          @Gollum

          Pour ma part, je n’ai pas les connaissances pour porter le moindre jugement sur l’Eglise.
          Maintenant, ça ne m’empêche de voir qu’il y a de GROS problèmes.
          Il n’est que d’écouter la Vierge d’ailleurs...

          Quoi qu’il en soit, c’est bien plus les enseignements du Christ et la question du sacrifice qui m’intéresse.


        • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 28 octobre 2017 18:12

          @Mélusine ou la Robe de Saphir.

          La poésie fait malheureusement aussi partie des domaines où je suis d’une affligeante ignorance. Mais merci quand même !


        • Furax Furax 28 octobre 2017 18:17

          @Gollum
          Bonjour Gollum ! Ca faisait un bail...
          Je vous ai lu par ailleurs bouffer du curé avec entrain smiley
          Ca, ce sont les excès de Nietszche !
          Moi, je me suis tapé tout Chesterton cet été. Tonique !
          Je profite de ce bref passage pour saluer amicalement Luc-Laurent Salvador !


        • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 28 octobre 2017 18:21

          Merci Furax pour cet amical bonjour que je vous retourne avec plaisir.
          Bonne soirée à vous


        • gardiole 28 octobre 2017 18:28

          @Gollum
          A tout hasard : le 13/10/1917 n’est pas, à proprement parler, l’anniversaire du 13/10/1917. Il faut tenir compte des 10 jours « supprimés » en 1582 pour le passage du calendrier julien au calendrier grégorien.


        • Gollum Gollum 28 octobre 2017 18:58

          @Furax


          Je vous ai lu par ailleurs bouffer du curé avec entrain


          Oui je suis un être plein de contradictions. smiley

          Mais ce n’est pas seulement Nietzsche. J’ai lu Jean Delumeau. J’ai lu quelques phrases de St Augustin. Tertullien.

          Tout n’est pas vraiment angélique dans l’Église. Loin de là. Inquisition. Bûchers, etc…
          Culpabilisation, etc.. Moralisme, au détriment de la métaphysique. Foi au détriment de l’intelligence.

          D’ailleurs je ne me suis jamais senti en affinité profonde avec la religion chrétienne telle qu’elle est. Et cela très tôt en fait. 

          Je n’ai jamais adhéré au péché originel tel qu’il est enseigné. Par contre je suis capable de donner un sens métaphysique à cette notion qui rejoint quelque peu les vues asiatiques. 

          Je n’adhère pas davantage au libre-arbitre. Et cela fait quasi 40 ans que c’est comme cela.

          En ce moment je suis sur Ludwig Feuerbach. Je recommande chaudement.



        • Gollum Gollum 28 octobre 2017 19:01

          @gardiole

          ça n’a pas d’importance cela. Ce qui compte c’est la relation d’une date avec une autre. On n’est pas ici dans le repérage astronomique.

          D’ailleurs les anniversaires au sens astronomique (c’est-à-dire soleil à la même longitude) ont souvent lieu la veille, ou le lendemain, du jour en question.

        • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 28 octobre 2017 20:45

          @Gollum

          Intéressant. Moi aussi je travaille sur le péché originel. J’ai ma théorie. Faudra qu’on discute de ça si vous le voulez bien.
          J’ai aussi fait une thèse pour expliquer comment le libre-arbitre est une fiction à laquelle on croit (je suis un socio-constructiviste) mais maintenant que je crois à la conscience extra-corporelle, me voilà bien embarrassé smiley
           
          Mais bon, restons sur le sujet du jour.
          Je songeais qu’en définitive la date du 13 10 1307 coîncide avec celle du 13 10 1917 non seulement pour Fatima mais aussi pour la bascule vers l’attracteur sioniste. Et là, on voit de suite les similitudes apparaître : il s’agit dans les deux cas d’une bascule par franchissement d’un col (on atteint un sommet sur la courbe de l’altitude) vers un attracteur favorisant la même communauté.
          Je ne peux guère en dire plus pour le moment, mais je trouve que ça mérite considération. Il y a peut-être quelque chose à voir ici.

          Pour finir, ma conception du péché originel est lié à la notion de dette (qui pour ce qui nous occupe aujourd’hui est d’une importance cardinale). Je me demandais, ça a du sens pour vous ou vous êtes parti dans une toute autre direction ?


        • Gollum Gollum 29 octobre 2017 09:58

          @Luc-Laurent Salvador

          Bah c’est pas très compliqué. Adam représente un Archétype pour moi. L’archétype de l’Homme tel qu’il doit être. Correspond en Inde à la notion de Purusha.

          Il y a une première chute consistant à séparer ce qui était monolithique. Une partie mâle et une partie femelle. Ève correspond à Prakriti en Inde qui est couplée avec Purusha. On a un mythe similaire chez Platon avec l’androgyne primordial.

          Cela correspond au premier poison du bouddhisme : la Torpeur, symbolisée par un porc. Il est intéressant de noter que pour engendrer Ève, Adam tombe en torpeur.

          Une certaine dualité est donc née, sexuelle. Elle ne remet pas en cause l’aspect édénique de la vie. Mais on peut se demander si l’on n’a pas changé profondément de statut ici. La Bible ne nous éclaire pas beaucoup.

          Deuxième chute : le Serpent tente la partie femelle (selon moi parce qu’il y a affinité entre les deux)
          Et là on a la connaissance du Bien et du Mal, c’est-à-dire l’émergence d’une nouvelle dualité.

          Correspond dans le bouddhisme aux deux autres poisons : Attraction (coq) et répulsion (serpent ; on notera ici, avec curiosité, la présence du serpent), c’-est-à-dire la capacité à dire « j’aime » ou « j’aime pas », donc les deux contraires : amour et haine.

          Et là, boum, hors de l’Éden, et existence dans le monde dit sensible.

          On notera qu’il y a 4 phases bien distinctes. A mon avis en lien avec une logique quadripolaire dont on a déjà parlé ensemble.

          Notons ici que le Zohar insiste lourdement sur le fait que le mot Serpent comme le mot Chute commence par un Noun. Or cette lettre est associée à un signe zodiacal, celui du Scorpion. Or il est notable que ce signe est celui des puissances infernales.

          Du coup il est tentant d’attribuer aux trois autres aspects de cette mythologie (au sens noble du terme, pas au sens de fable) les signes zodiacaux. On prendra les 3 autres signes du Tétramorphe bien connus. Pour moi, Verseau correspond à Adam (Purusha), Lion correspond à Adam seul avec Ève en face à face, Scorpion, c’est le Serpent et la Chute, Taureau correspond à la sortie de l’Éden et l’obligation de travailler la terre (le Taureau est signe de Terre et de travail)

          Si on suit le sens Verseau, Lion, Scorpion, Taureau on s’aperçoit que le trajet suit celui de la structure absolue d’Abellio.. smiley On est ici en pleine logique de la double contradiction croisée.

          Cela n’est rien d’autre que la structure même de notre existence au monde. Mise sous forme mythique car ne pouvant pas être transmise autrement à l’époque.

          Pour finir notons que la valeur de la lettre Noun est 36 ce qui donne la clé même du Dragon de l’Apocalypse puisque 666 est directement issu de 36. (nombre triangulaire)

          Et notre structure du Tétramorphe correspond aussi aux 4 castes traditionnelles indiennes d’où il ressort que celle correspondant aux producteurs (ceux qui veulent faire de l’argent smiley) correspond au Dragon (donc signe du Scorpion) et donc au 666. Les Sudras, eux, correspondant au signe du Taureau, signe du travail (en analogie avec la sortie de l’Éden).


          Inutile de dire que tout ce que je propose ici, impossible de l’avoir dans le cadre de l’Église officielle, qui bien qu’elle soit gardienne des clés de Pierre, s’est assise sur ses clés, ne veut pas qu’on accède à ses clés et empêche ceux qui voudraient s’emparer de ses clés de le faire… (ça vous rappelle quelque chose ?)

          Et d’ainsi d’entrer de plein pied dans la pleine compréhension des choses.

          Bon y aurait encore beaucoup à dire m’enfin… smiley

          Je ne serai pas disponible aujourd’hui, la suite demain éventuellement.


        • Gollum Gollum 29 octobre 2017 10:13

          @LLS


          A propos de la notion de dette, non ça ne me parle pas. Il y’a là une notion d’ordre moral et j’évacue ce qui est moral. 

          On pourra d’ailleurs discuter pourquoi en profondeur. Là aussi il faudrait faire intervenir le zodiaque.

        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 29 octobre 2017 10:54

          @Gollum


          Il y aurait tellement à dire que ce sera pour plus tard. Le signe du scorpion peut aussi être assimilé à ce que les alchimistes appelent : l’oeuvre au Noir. Il est est aussi celui des cycles de mort et renaissance (l’hiver, les feuilles qui tombent, pourrisent pour nourrir le sol, sur lequel pousseront les fleurs du printemps). Le message chrétien (j’ai lu vos précédents articles et j’ai vu que vous défendiez Marine Le PEN, le vierge pure,...hum, hum,) est manichéen, noir ou blanc. Celui d’Hermès Trismégiste est supérieur : il n’y a pas de bien sans le mal et le signe du scorpion est bien plus proche de l’idée de Dieu puisqu’il a connu le péché : connais-toi toi-même, l’a intégré et peut donc réellement parler du bien. Le catholicisme au contraire est le grand inquisiteur (paranoïaque). Le signe du scorpion est aussi celui ou toutes les illusions sur l’humain tombent. Dans l’inconscient : nous sommes pareils.Et comme le dit très bien Modératus avec son image sur le chat qui lave parfaitement l’oiseau qu’il a attrapé, pour ensuite le manger : l’enfer est pavé de bonnes intentions.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès