• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Oeufs contaminés au fipronil, de qui se moque-t-on ?

Oeufs contaminés au fipronil, de qui se moque-t-on ?

Énième avatar d'une industrie agroalimentaire ultra concentrée, lancée dans une concurrence folle pour produire toujours plus à moindre coût, le scandale des oeufs contaminés à l'insecticide est sciemment minimisé par les agences de contrôle et les gouvernements.

Petit rappel des faits

Le 2 juin, la Belgique est alertée par un exploitant à la suite d'une analyse du 15 mai 2017, qui avait détecté dans des oeufs des taux de fipronil[1] allant de 0,0031 mg/kg et 1,2 mg/kg alors que la norme européenne est fixée à 0,72 mg/kg. L'Afsca, l'agence fédérale pour la sécurité alimentaire belge diligente une enquête qui les mène auprès d'une société hollandaise, ChickFriend, qui a revendu des traitements (supposément naturels) contre le pou rouge pour les poules achetés chez Poultry-Vision, une entreprise belge. Seulement voilà, ces traitements avaient été « dopés » au fipronil dont l'usage est strictement interdit dans les élevages d'animaux destinés à la consommation. D'après l'Afsca, qui s'est retrouvée en possession de deux notes émanant de la NVWA (l'agence alimentaire néerlandaise), les autorités néerlandaises étaient au courant de la contamination au fipronil depuis le mois de novembre 2016. Ambiance.

De son côté, l'Afsca a fait preuve de la plus parfaite opacité, et le scandale éclatera finalement le 1er août, aux Pays-Bas. Dans un premier temps, c'est « pas de panique, les femmes et les enfants d'abord ». Le ministre de l'Agriculture français, Stéphane Travert a été jusqu'à affirmer, le 5 août, que l’Hexagone n’était pas concerné, avant de revenir sur cette déclaration le 7 août, indiquant que 13 lots d’œufs contaminés avaient été livrés en France. En réalité, 15 pays européens ainsi que la Suisse et Hong Kong sont concernés.

Langue de bois et minimisation des conséquences

À chaque scandale sanitaire (ce qui est en passe de devenir une détestable marotte), on nous sort l'avis de l'inénarrable Alfred Bernard, Toxicologue de son état. Invariablement pour nous dire qu'il n'y a aucune raison de s'inquiéter

Il faut d'abord trouver l'origine de cette différence (de résultats, ndlr), ce n'est pas acceptable. Il y a au moins un laboratoire qui surestime ou sous-estime la contamination. En ce qui concerne les risques, je n'ai pas assez d'éléments pour me prononcer définitivement, mais à priori, les risques restent quand même improbables en raison, d'une part, de la durée d'exposition qui est assez limitée, de la marge de sécurité qui est importante, et surtout, de la probabilité assez faible qu'une personne consomme, de façon régulière, les oeufs les plus contaminés provenant de l'élevage le plus contaminé.

Donc, le monsieur, il ne sait pas quels sont les taux détectés, n'a aucune idée de la « durée d'exposition », commence sa phrase par « je n'ai pas assez d'éléments pour me prononcer... » mais surtout, surtout, pas de panique. 

C'est d'ailleurs assez étrange (et amusant) quand on lit ce que dit l'Afsca à propos du fipronil :

Pourquoi y a-t-il actuellement un problème avec le fipronil ?

Le Fipronil est un insecticide dont l’utilisation est interdite chez les animaux destinés à la chaîne alimentaire. Les effets ne sont donc pas suffisamment documentés dans la chaîne alimentaire et sur la santé humaine. Il se trouve que le fipronil a été utilisé dans l'industrie de la volaille pour la lutte contre les poux rouges chez les poules pondeuses. Son utilisation n'étant pas autorisée, la substance n'a pas été systématiquement recherchée.

Donc, d'une part on nous dit que les effets sur la santé humaine ne sont pas suffisamment documentés... et d'autre part, qu'on ne recherchait pas systématiquement cette substance, parce qu'elle n'est pas autorisée ! Ce qui n'empêche pas nos experts à gages de nous assurer que c'est très très bon, le fipronil, finalement. Pas mauvais, en tout cas. Ou alors si peu.

En France, l’Agence nationale de sécurité sanitaire a rendu ses conclusions : le risque pour la santé humaine est très faible au vu des niveaux de fipronil constatés dans les œufs contaminés et au vu des habitudes françaises de consommation alimentaire. Oui, seulement voilà, les taux n'ont pas été communiqués et quand certains résultats d'analyse avaient été communiqués par l'Afsca (Belgique), ils ont été contredits par des contre-expertises, qui faisaient état de taux dépassant très largement le seuil de sécurité.

Ce manque de transparence, que l'on observe lors de chaque crise sanitaire, n'est pas vraiment de nature à rassurer qui que ce soit. Ces agences sont là pour prévenir les risques sanitaires, et, en cas de crise, pour intervenir très rapidement. Or dans le cas qui nous occupe comme les fois précédentes, ce qu'on vous dit c'est que vous avez déjà été empoisonnés depuis plusieurs mois (mais que c'est pas grave), et que retirer tous les produits dérivés (pâtes, mayonnaise, biscuits, plats préparés, etc) coûterait trop cher, et que de toutes façons le fipronil s'y trouve « très dilué ». Ben tiens !

Un autre médecin, Laurent Chevallier, signait hier dans le point une carte blanche intitulée : Fipronil : on vous ment !, dans laquelle il tenait un discours à mille lieues des communiqués lénifiants de l'Anses.

Face à la crise des œufs contaminés, les autorités estiment que le risque sanitaire est « très faible ». Il n'en est rien, tonne le Dr Chevallier.

Comment les autorités peuvent-elles affirmer que le risque sanitaire est « très faible » en consommant des œufs contaminés au fipronil ? S'agit-il une fois de plus d'un mensonge d'État, comme au début de plusieurs crises sanitaires ? Le fipronil est un produit qui s'accumule dans l'organisme, dit « lipophile » (à l'inverse de substances comme le bisphénol A), autrement dit il y a un phénomène de bio-accumulation avec la consommation d'œufs contaminés, mais aussi avec la chair des poules infectées, car si les œufs le sont, c'est bien parce que l'animal que vous êtes susceptible de consommer l'est initialement.

Ainsi la fréquence et le degré d'exposition conditionnent la concentration en cette substance, que l'on soupçonne d'être un perturbateur endocrinien. Or, cette concentration peut être non négligeable pour les forts consommateurs d'œufs, de produits dérivés et de chair de poule ( parties grasses). Le risque sanitaire existe sur les plans digestifs, neurologiques et endocriniens, mais actuellement difficilement quantifiable individuellement. D'où a minima la surprise devant les messages lénifiants venus d'organismes officiels qui jugent le produit « modérément toxique ».

Cela est d'autant plus surprenant que des chercheurs ont déjà souligné que les seuils de toxicité sont mal évalués, car les méthodologies employées dépassées. Une fois de plus l'Europe, avec la réglementation actuelle, montre non seulement son incurie, mais encore son incapacité à protéger ses concitoyens.

Conclusion

Jamais l'expression « étouffer l'affaire dans l'oeuf » n'aura été plus à propos, on dirait, et les belles déclarations sur l'air de « plus jamais ça » résonnent désormais de plus en plus clairement comme des promesses d'ivrogne tant on sait que ces scandales ne sont que la partie émergée de l'iceberg, et qu'il ne faut pas y voir autre chose qu'un symptôme d'un mal plus profond. Et comme personne ne fait rien pour s'attaquer aux causes, pourquoi voudriez-vous que les symptômes disparaissent ? La prochaine fois on nous parlera de poissons contaminés aux antibiotiques ou avec des déchets radioactifs, les agences de veille sanitaire vous diront « qu'ils ne recherchaient pas ce genre de substances parce qu'elles sont prohibées », les ministres vous diront que, comme pour le nuage de Tchernobyl la contamination s'est arrêtée à la frontière comme si c'était un mur, et on nous enverra Alfred Bernard pour nous expliquer « qu'il n'en sait rien, mais qu'à priori, s'il n'en sait rien, ça peut pas être bien dangereux ».

Notes

[1] Le fipronil est un biocide (insecticide et acaricide) synthétisé par Rhône-Poulenc au milieu des années 1980 et mis sur le marché en 1993, notamment sous la marque Régent. Il a été au centre de controverses au début des années 2000 pour sa toxicité pour les abeilles et certains de ses usages ont été soumis, en 2013, à un moratoire européen. Strictement interdit sur les animaux destinés à la consommation humaine, il est toujours largement utilisé comme antiparasitaire (antitiques, antipuces) pour les animaux de compagnie. Source : Le Monde

Références : 
 

Article original sur LeVilainPetitCanard
Page Facebook

Moyenne des avis sur cet article :  4.53/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

109 réactions à cet article    


  • francois 16 août 09:51

    A ma droite ceux-ci https://www.wanimo.com/fr/chiens/tiques-puces-vers-sc713/spray-tick-puss-fipronil-sf11659/

    a ma gauche cela :https://www.google.com/search?q=bebe&safe=active&rls=com.microsoft:en-US :&site=webhp&tbm=isch&tbo=u&source=univ&sa=X&ved=0ahUKEwiC27L5odvVAhWDSiYKHbh5D-YQsAQIYg&biw=1280&bih=834

    Comment le fipronil peut poser des problèmes sur les oeufs et n’en poser aucun sur le chien à sa maman carressé par son trésor pondu avec amour.

    Encore un article de propagande à la solde de l’industrie pharmaceutique Flammande.

    Allez Huysmans, un jour vous arrêterez de beller avec les moutons


    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 16 août 11:33

      @francois

      Vous avez une de ces sympathiques capsules remplies de Régent destiné au petites népaules de votre petit toutou ?

      Ok, je vous propose le gâteau régent : vous faites un quatre quarts, vous laissez refroidir délicatement, vous en coupez une tranche et versez dessus le contenu de la capsule.

      Et puis revenez nous parler des moutons.

      Sinon, vous aviez remarqué que personne ne bouffe son chien ou son chat ?


    • Plus robert que Redford 16 août 17:15

      @Philippe Huysmans
      Une pipette de Frontline(ND) c’est 50mg de Fipronil sur Minou...

      Le spray, c’est 2,5mg par ml...on en met, allez, de 10 à 15 ml sur Félix soit 35 à 40 mg...

      la notice dit : « le passage du Fipronil au travers de la peau est extrêmement faible, voire négligeable »

      Sauf que Minou & Félix SE LECHENT consciencieusement le pelage...

      En outre, je doute que Mémère cesse de caresser son chat pendant 90jours après application du produit.

      Les concentrations citées sont de 0,0031 à 1,20 mg par KILOGRAMME (d’œuf, je suppose ?!!)

      Poids d’un œuf : 55 à 60g soit une omelette de 2 œufs par personne = 120g d’oeufs c’est à dire de 0,00040 à 0,130mg de fipronil...

      Question : Est il plus probable de se gaver de fipronil en caressant minette tous les jours ou en bouffant une omelette quotidienne ?? 

      Je laisse la question ouverte...


    • Le Panda Le Panda 16 août 10:41

      @Philippe Huysmans

      Bonjour Philippe, il ne s’agit nullement de dédouaner quiconque le commentaire de @François est loin d’être faux. Nous sommes prisonniers comme j’en parle dans mes deux articles lignes que nous sommes prisonniers de L’U E la Belgique et Les Pays Bas ne cessent de se jeter la responsabilité. Nous sommes dans le cadre d’une crise mondiale qui va finir par atteindre bien plus les masses musculaires que les intestins. Comme le disait Jena Pierre Coffe, « On nous fait manger de la merde » au profit des laboratoires. Durant combien de temps les morts se sont comptés par milliers dans le cadre du Médiator avant que son propriétaire décède à plus de 91 ans sans jamais encore avoir indemnisées les familles des victimes. Je vous suggère si vous le voulez de lire les deux articles dont un est encore en ligne ici. Vous constaterez que nous avons parfois des visions similaires mais pas dans le fond, merci toutefois de la qualité de votre article où les lecteurs feront leurs opinions. Bien à vous bientôt pourrons-nous avoir des animaux domestiques chez nous sans risque et sans les rendre coupables de sinistres escrocs Cdt 


      • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 16 août 11:38

        @Le Panda

        Ce n’est pas un problème belge ou hollandais, c’est malheureusement généralisé, et même mondialisé. On vend littéralement de la merde, du poison, mais pô cher.

        Ça dure depuis plus de vingt ans, et à chaque crise, on entend la même chanson, les mêmes « experts » qui nous disent qu’il n’y a pas de risque.

        C’est ça qui est tuant. On nous prend littéralement pour des cons.


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 16 août 17:45

        @Philippe Huysmans
        Le meilleur moyen de ne pas trouver de substances toxiques, c’est de les interdire et de ne pas les chercher, il suffisait d’y penser ....

        En attendant, la Commission européenne fixe des seuils aux produits toxiques, dont l’effet cocktail ne sera pas recherché non plus... L’ Europe ne nous protège pas, elle nous empoisonne !

        « Dossier UPR - Juillet 2017- Comment la Commission européenne autorise les poisons dans nos assiettes . »


      • mmbbb 20 août 09:00


        @Le Panda " On nous fait manger de la merde » C ’est du Rosemar  Toi tu es assez con pour bouffer de la merde ! Le Mediator , les femmes l utilisaient comme coupe faim et voulaient ce medoc . Vas voir les docteurs et les pharmaciens Ces femmes suivent les canons de beaute des magazines dont souvent les femmes sont les redactrices. Ces magazines imposent des critères débiles et offre une uniformisation du corps de la femme . Ce corps est etique et beaucoup d hommes répugnent a ce critère esthétique . Il faut avoir un pois chiche dans la tete pour ne pas s apercevoir que ces photos sont retouchées Donc le style « on nous fait bouffer. ».. « on nous empoisonne .. »... est un peu facile mais la responsabilite individuelle qu en fait tu ? Je connais des personnes s adonnant au culturisme et bouffant des boites de proteines S ils perdent un rein, ils diront " on nous avait pas informer ...on nous a empoisonne etc  Avant d accuser le « système » comme ta copine Rosemar  qui est une experte dans ce domaine , il faudrait eviter d eluder la responsabite individuelle Ducon   Tes commenatires sont toujours aussi nul et tu pretends donner des lecons  !


      • mmbbb 20 août 09:07

        @Fifi Brind_acier La France est dans le peloton de tête pour l utilisation des produits phytosanitaire et d insecticides La France a toujours utilisée ces produits et deja dans les années 30 lorsque l agriculture commencait sa mue . C ’etait avant l Europe Le veaux aux hormones la vache folle c ’etaient aussi avant l Europe . Je vois l objectivite de tes commentaires . UPR 0, 8 % des voix . L UPR grace a toi a influence les francais ! Toi, ton os a ronger c ’est l Europe !


      • Ar zen Ar zen 20 août 09:24

        @mmbbb

        Vous pensez donc qu’en faisant les mises au point sur la politique de l’UE concernant les « normes » sanitaires, et en dénonçant l’action des multiples lobbies bruxellois, que l’on se masque par ailleurs les yeux concernant ce qui a pu se passer en France lorsque notre pays décidait encore de ses orientations sanitaires ? 

        Pour vous, le fait de dénoncer les réglementations ignobles imposées par l’UE c’est aussi valider et applaudir ce qui se faisait auparavant en France ? Pourquoi est-ce que vous liez les deux choses ? 

      • mmbbb 20 août 09:59

        @Ar zen J ’evoque des crises sanitaires avant que la France ne soit dans l Europe, J habite pres de Lyon, J ai discuté avec un viticulteur du Morgon, il a reprit l exploitation de son père, Lors de la discussion il m avoua que dans les années 1970 , son père « chimiquait » beaucoup et il n y avait moins de reglemention . Une autre crise celle de l amiante, en 1906 Denis Auribault inspecteur du travail denoncait la mortalite de l amiante . Qu a fait l ETAT , rien strictement rien ,  Si vous savez lire mon commentaire , la France a utilisa bien avant son entree dans l Euope des pesticides et des produits phytosanitaires en tres grande quantite, les fleuves de France sont quasiment tous pollues . Il m est insupportable de lire les commentaires de FI FI sautant comme un cabri " c ’est la faute a l europe , ) alors que nous avons pas été des plus vertueux L amiante des personnes meurent aujourd hui est ce l euope ? Aubry a enterre le dossier . . Je ne dis pas que l Europe est un parangon de vertu, je dis que nous avons pas ete un modele. Evitez de nier l evidence !  C’est une directive europeenne qui exigea le port d un masque et d une combinaison lors de l epandage des pesticides Si les agriculteurs a la retraite souffrent aujourd hui c est qu aucune protection n’etait adoptée lors de l epandage , Je connais tres bien la campagne ! I l faut savoir remettre le probleme en perspective et eviter de se mettre une burka sur le visage .


      • Ar zen Ar zen 20 août 12:10

        @mmbbb

        Mais nous sommes rattrapés par la réalité. « Avant » l’UE, nous aurions pu, collectivement, nous opposer aux dérives que vous évoquez, à juste titre selon moi. 

        Aujourd’hui, la France, son gouvernement, ses dirigeants, ses assemblées, n’ont plus la main. 80% des décisions sont prises à Bruxelles. Alors, logiquement, s’il faut dénoncer les pratiques qui ont cours actuellement, il faut viser Bruxelles et l’Union européenne. 

        Et même si ce qui s’est produit dans un passé avant UE n’est pas reluisant, et, disons le, inadmissible, ce n’est pas une raison pour se masquer les yeux et refuser de voir et de constater que ce sont les règlements, les directives et les décisions européennes qui nous imposent toutes sortes de cochonneries, les lobbies étant accueillis à bras ouverts à Bruxelles. 



      • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 16 août 11:22

        Puis-je me permettre de suggérer un additif à un passage du « chapeau de l’article ?


        Quand vous écrivez :
         »une industrie agroalimentaire ultra concentrée, lancée dans une concurrence folle pour produire toujours plus à moindre coût« , seriez-vous d’accord pour compléter la phrase par :
         »dans le but de conforter les profits et non pas pour mettre à la portée de tous des produits d’une qualité garantie" ?

        • francois 16 août 11:31

          @Jeussey de Sourcesûre
          la qualité garantie, y a qu’à changer de cremier. Geste que tout le monde peut faire. Mais tout le monde préfére bouffer de la merde. Tout le monde va se lamenter mais tout le monde se ruera dans les hypers chimiques.

          Si ll n’y avait pas client pour ça, il n’y aurait pas de vendeur.


        • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 16 août 11:34

          @Jeussey de Sourcesûre

          C’est exact, malheureusement on ne peut plus rien changer à un article publié :(


        • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 16 août 11:40

          @francois

          Ça c’est déjà plus sensé que votre com précédent. Mais ne pensez-vous pas que s’il y a des clients pour ça, c’est peut-être aussi que ces clients n’ont pas forcément les moyens de bouffer du label rouge élevé en liberté ?

          Tout ça n’est qu’une facette d’un problème plus étendu : notre société marche sur sa tête.


        • spearit 16 août 13:25

          @Philippe Huysmans
          Vraiment, ils sont donc obligés de bouffer de la merde les clients « sans dents »
          Mais avec le dernier portable dans la poche et plein de gadgets dans le caddie et le pack de coc*col* sans sucre en prime
          Mais avec ça personne n’a les moyens de manger sainement c’est sur...



        • francois 16 août 13:38

          @Philippe Huysmans

          « Ça c’est déjà plus sensé que votre com précédent »

          Je ne suis que le reflet du meanstream belge

          « Mais ne pensez-vous pas que s’il y a des clients pour ça... »

          Si ils postent sur agarophobe c’est qu’ils ont les moyens de choisir.


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 16 août 17:52

          @francois
          Les commerciaux ont aussi vendu du Fipronil à des éleveurs bio, en leur faisant croire qu’il s’agissait d’huiles essentielles...

          Ce qui prouve qu’il n’y a aucun système de contrôle des produits phytosanitaires auquel les éleveurs peuvent se fier.

          Mais ce n’est pas mieux pour les médicaments pour les humains, puisque régulièrement on découvre, soit des médicaments inutiles, soit toxiques...


        • Xenozoid Xenozoid 16 août 18:07

          @Fifi Brind_acier

          je dirais que beaucoup de medicament sont des placebos...oui oui
          et que les poisons sont partout

        • mmbbb 20 août 10:01

          @francois pourquoi y a t il tant de MAC DO en France ? Si Brillat Savarin revenait il prendrait une jaunisse ! 


        • mmbbb 20 août 10:13

          @Jeussey de Sourcesûre La c est du lourd Je rentre dans les magasins BIO au autre marchés équitables ( c est à la mode ) , en effet c’est vraiment a la portée de tous ! ou presque !


        • mmbbb 20 août 10:33

          @Fifi Brind_acier tu nous prends pour des cons ainsi que les producteurs BIO ! Les producteurs BIO doivent changer de metier ! J allais aide un agriculteur ; Il faisait de l embouche Son exploitation etait en moyenne montagne Troupeau de Charolais , Un complement alimentaire - luzerne et autres ) etait donne a ses betes sous forme de granule . IL ne s ’est jamais fais refiler de la farine animale. Racontes pas n importe quoi On connait son metier ou pas ! Confondre une huile essentielle avec ce produit , c est vraiment du n importe quoi L odeur de ce medoc est caracteristique ! Moi le commercial je lui trempe la tete dans le purin et je lui dirai que c est de l huile essentielle Celle ci est a inscrire dans les annales . " Mais ce n’est pas mieux pour les médicaments pour les humains, puisque régulièrement on découvre, soit des médicaments inutiles, soit toxiques..." Arrête de dire n importe quoi Vas voir le professeur Philippe Evin un medicament efficace est forcément toxique, Entre le moindre , le médicament est choisi L aspirine a forte dose est toxique Arrete de raconter n importe quoi ! 


        • jjwaDal jjwaDal 16 août 11:57

          Le titre me laisse songeur... On ne se moque, en effet, de personne. L’immense majorité des gens est consentante par choix budgétaire et ignorance ou crédulité voulue...
          On devrait leur apprendre dès la maternelle, qu’après près d’un siècle d’expérimentation en vraie grandeur sur l’espèce humaine, on a une base de connaissance sur ce qu’on peux attendre de la chimie.
          Déjà savoir que tout produit chimique est susceptible de finir en l’Etat ou sous une forme dégradée (éventuellement plus dangereuse) dans un organisme vivant, parfois très éloigné du lieu de l’utilisation. (style ours polaire ayant des retardateurs de feu dans leur graisse et le premier ordinateur ou transformateur est à quelques milliers de km...).
          Or, nous sommes en bout de chaîne alimentaire et ces produits se concentrent en remontant la chaîne.
          Ensuite, la bio accumulation d’une molécule chimique devrait conduire à son interdiction totale, car bien évidemment si on l’utilise sous une forme ou une autre, elle débutera sa carrière dans l’air ou dans l’eau et la finira dans nos corps...
          Ensuite, la dose admissible n’existe pas. Des molécules se sont avérées être des imposteurs endocriniens (mimant nos hormones) avec une actitivé néfaste bien avant le microgramme... Ne parlons même pas des molécules qu’on ne découvrira jamais cancérigènes chez l’homme, car remplacées par d’autres après avoir fait leur « travail ».
          En un siècle on est allé de surprise en surprise et prétendre que nous avons balisé ce que nous ignorons en 2017 serait de l’arrogance scientifique (je renvois à « Our stolen future » pour la documentation.
          La quasi totalité des consommateurs n’aura jamais de culture du risque chimique (manque de temps et intérêt) et le législateur et l’industriel ne s’en préoccupent que si l’on peux démontrer le danger. Or c’est souvent très difficile, sinon impossible.
          Donc, pour moi, ce fait divers est routinier et inévitable.


          • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 16 août 12:21

            @jjwaDal

            Je n’ai pas l’impression moi que d’être pauvre soit un choix. Bien des familles en France et partout en Europe peinent à boucler les fins de mois et n’ont pas les moyens de se payer autre chose que le tout venant, le bas de gamme, les produits blancs de la grande distribution.

            Dans les années 60-70, un seul salaire suffisait largement à faire vivre une famille de 4 ou 5 personnes, aujourd’hui, des gens sont obligés de cumuler deux jobs pour survivre.

            Il faut arrêter de se cacher derrière son petit doigt, une bonne partie des citoyens européens (et américains aussi) sont à la limite de l’indigence.


          • jjwaDal jjwaDal 16 août 13:01

            @Philippe Huysmans
            Je suis d’accord sur l’essentiel, mais le diable comme d’habitude...
            Une religion récente prétend que pour être en bonne santé il faut manger de la viande tous les jours sinon au petit déj. Je suis navré mais la grand-mère à tapé le siècle et en a marginalement mangé. Le meilleur régime alimentaire (au moins pour les cardiologues) est le « Crétois » (traditionnel) et la place de la viande et poisson y est marginal. Pourtant en maladies cardiovasculaires ils sont au top, etc...
            Je suis de passage et ne fais nul prosélytisme. Mais mes lectures me disent que plus les gens sont pauvres et plus ils mangent mal. Ils pourraient manger bien mieux pour deux fois moins cher (je l’ai fait quand j’étais au Rémi, je sais de quoi je parle).
            Vrai qu’il existe un vaste mouvement de paupérisation d’une large fraction de la classe moyenne, mais vrai aussi qu’en proportion du budget l’alimentation n’a cessé de dégringoler (or le pouvoir d’achat diminuant et la place de la viande augmentant, elle devrait augmenter, CQFD...).
            En plus de maladies directement transmissibles à l’homme (d’animal à animal), les animaux sont les collecteurs de toute la chimie balancée dans la nature.
            Mais on est déjà une civilisation de drogués prenant leur corps pour une décharge (tabagisme par ex), alors ce genre de détails...


          • spearit 16 août 13:31

            @Philippe Huysmans
            La mal bouffe est un choix, un kilo de carottes même bio c’est toujours moins cher que de la salade de carotte industrielle.
            Le problème est que le gens préfère la facilité !!! Tout le monde a les moyens de bien manger (sauf cas extrême puisque vous y tenez)
            Et à long terme cela revient encore moins cher de bien mangé (meilleur santé, donc moins de frais pour palier aux carences et effet pervers de la mal bouffe)


          • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 16 août 14:07

            @spearit

            On parle pas de carottes, mais d’oeufs et de volailles, non ? Alors il y a deux gammes. La merde et le bio ou le label rouge pour la volaille.

            Le prix étant dans ce cas à multiplier par deux ou trois.


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 16 août 17:56

            @jjwaDal
            La génération de votre grand -mère mangeait des produits naturellement bio !


          • jjwaDal jjwaDal 16 août 19:56

            @Fifi Brind_acier
            Oui, on peux être sûr de ça. Ils avaient « les moyens » à l’époque, on les a perdus...


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 17 août 06:32

            @jjwaDal
            Les agriculteurs et les jardiniers n’utilisaient que du fumier, issu de paille non traitée et d’animaux qui n’étaient pas bourrés de médicaments...


          • mmbbb 20 août 11:04

            @Fifi Brind_acier et oui et au XVIII et XIX siecle , l espérance de vie etait tellement longue que les humains trepassaient à 45 ans en 1850 et à 50 ans en 1900 . Comme c est etrange depuis l espérance de vie n a cesse d augmenter alors que nous devrions tous mourir si jeune tellement nous sommes intoxiqués. Votre mentor qui ressemble a un députe sous la III republique mange yt il BIO ?


          • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 20 août 11:28

            @mmbbb

            Il faut être honnête et reconnaître que c’était surtout l’espérance de vie des travaileurs/esclaves travaillant dans des conditions absolument effrayantes que celles des riches et des bourgeois qui était bien souvent comparable à la nôtre.

            Pas tant une question de moyenne que d’extrêmes.


          • mmbbb 20 août 11:36

            @Philippe Huysmans c est vrai en partie , mais si un bourgeois attrapait une maladie infectieuse alors que les antibio n avaient pas ete decouverts, il trépassait néanmoins . Proust ayant une faible sante n a passe l age de 52 ans  ! 


          • Algunet 20 août 16:23

            @Fifi Brind_acier
            MDR !

            L’utilisation plus généralisée des pesticides a réellement démarré avec les progrès de la chimie minérale. Au XIX siècle, les traitements fongicides sont à base de sulfate de cuivre (#bouilliebordelaise) ou à base de mercure. Les insecticides eux sont à base d’arsénite de cuivre, ou d’arséniate de plomb. (Source web « agricool »)

          • zygzornifle zygzornifle 16 août 12:09
            Oeufs contaminés au fipronil, de qui se moque-t-on ?..... des poules , nous les pigeons on roucoule devant les mensonges de nos spécialistes en la matière , les mêmes que depuis Tchernobyl .....

            • zygzornifle zygzornifle 16 août 12:10

              Le Fipronil est un insecticide dont l’utilisation est interdite chez les animaux destinés à la chaîne alimentaire.... ha merde alors moi qui mange mes chats je suis contaminé .....


              • sirocco sirocco 16 août 12:57

                Entendre des entreprises françaises de transformation dire qu’ils croyaient acheter à l’étranger des oeufs bio et qu’ils ont été trompés sur la marchandise... ça suffit. Les scandales agro-alimentaires se succèdent et ne sont pas près de s’arrêter.

                 
                Les agriculteurs, les maraîchers, les viticulteurs français nous empoisonnent à petit feu pour s’en mettre plus dans les poches. Ils se fichent pas mal de notre santé. Eux mangent et font manger à leurs enfants du vrai bio. Hormis le dimanche, je ne peux pas me promener dans les vignes du Bordelais sans avoir à fuir devant les nuages odorants des pulvérisations de pesticides.

                 
                Quitte à passer pour un dangereux anarchiste, je vais rappeler encore une fois cette harangue : tant que la population ne se mobilisera pas pour mettre le feu aux entrepôts des vendeurs de « produits phytosanitaires », perturbateurs endocriniens, semences OGM et autres produits dangereux, notre santé restera menacée au quotidien. Sauf à appartenir à la classe aisée, il n’existera jamais d’autre moyen de s’en protéger.


                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 16 août 18:07

                  @sirocco
                  Vous ne remontez pas aux causes. Les agriculteurs français jouent leur survie.
                  La PAC impose une agriculture industrielle intensive et des normes qui nécessitent de gros investissements et des rendements toujours plus importants.
                  Quand les cours baissent, ils ne peuvent plus rembourser et se suicident.


                  Toute la logique du système européen est de faire prospérer les gros et de faire mourir les petits.
                  - la concurrence est déloyale, l’ Espagne et l’ Allemagne n’ont pas de SMIC agricole.

                  - la grande distribution va toujours aux prix les plus bas.

                  - l’euro est trop fort /$ et plombe les exportations agricoles françaises.

                  - les sanctions contre la Russie, et contre sanctions, ont provoqué une surproduction en Europe, d’où la baisse des cours.

                  Il y a plus simple que de foutre le feu à Monsanto, c’est de sortir de l’ UE !


                • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 16 août 19:29

                  @Fifi Brind_acier

                  C’est bien clair que ce sytème est imposé, pas voulu. Et pour l’UE, ben je suppose que tu connais déjà mon opinion, la même que FA.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès