• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Olivier Mukuna : « Ce film s’est réalisé dans des conditions (...)

Olivier Mukuna : « Ce film s’est réalisé dans des conditions semi-clandestines »

Après deux livres consacrés à Dieudonné, le journaliste remet le couvert ! Cette fois en image et avec les moyens du bord. Inutile de dire que ce film va encore faire bondir la « bien pensance ». Ces Tartuffes nouvelles formules qui n’hésitent pas à interdire la liberté d’expression quand elle dessert leurs intérêts. Ou à prendre l’avion et le train pour distribuer « fatwas », conseils communautaires en Belgique, aux Etats-Unis. Olivier Mukuna raconte les coulisses, une première. Et une exclusivité Agora Vox. Ca ne plaira pas à tout le monde, c’est clair ! Et ce n’est pas une farce…

- Vous avez écrit deux livres sur Dieudonné dont un qui a fait beaucoup de bruit dans le milieu Germano-Prontin (Egalité zéro ! Enquête sur le procès médiatique de Dieudonné, Editions Blanche). Aujourd’hui, vous produisez un documentaire sur l’humoriste, documentaire réalisé, je rappelle, au cours d’un débat en Belgique.
 
Pourquoi cette démarche ? Vous êtes le Jacques Vergès de Monsieur M’Bala M’Bala, « le salaud lumineux » ? Son avocat commis d’office !
 
« C’est trop d’honneur que d’oser me comparer à l’étincelant Jacques Vergès. Restons précis et rationnels : le reste de ma vie professionnelle ne me permettra pas d’arriver à la cheville du célèbre avocat anticolonialiste et qui a combattu les nazis durant la seconde guerre mondiale. Ensuite, la confusion entretenue entre le métier de journaliste et celui d’avocat n’est décidément pas prête de s’éteindre lorsqu’on aborde les sujets sérieux, ceux qui fâchent ... Néanmoins, je reconnais une certaine passion professionnelle et citoyenne pour le parcours atypique et risqué de Dieudonné depuis 2003. En ce sens, je dois effectivement être le seul « journaliste commis d’office » sur le sujet. Mais commis d’office par qui ? Certainement pas par les autorités de mon milieu qui, concernant Monsieur M’Bala M’Bala, privilégient trop souvent un discours de propagande plutôt que deux principes de base du journalisme : défendre la liberté d’expression et favoriser le vrai débat contradictoire. »
 
- Alors, pourquoi réaliser un film après avoir écrit un livre d’entretien, puis un essai sur le traitement médiatique de « l’affaire Dieudonné ?
 
« Depuis trois ans, j’estime que ce qu’a révélé et provoqué la démarche hors-normes de Dieudonné méritait un temps d’arrêt, propice à l’explication et à l’échange critique à travers le prisme d’un canal plus accessible, celui de l’audiovisuel. Cela n’a rien de sorcier. Tout journaliste qui se penche sérieusement sur les tenants et aboutissants de « l’affaire Dieudonné » a sûrement eu la même idée. Après, évidemment, c’est une question de courage, de ténacité et d’opportunité … En six ans, seul l’animateur Frédéric Taddéi a organisé un vrai débat audiovisuel entre Dieudonné et d’autres humoristes français[1].
 
Dans cette optique, j’ai souhaité confronter cette fois l’artiste engagé à des intellectuels et culturels de mon pays. Une démarche journalistique d’autant plus intéressante qu’en France, elle est désormais impossible … En résumé, proposer un tel débat filmé m’a paru beaucoup plus novateur et informatif que, par exemple, l’opération mercantile d’Anne-Sophie Mercier. Refourguer « vite fait mal fait » un livre datant de 2005, péniblement augmenté d’une quinzaine de pages et regorgeant d’un nombre hallucinant de fautes factuelles, cela n’a rien d’original, ce n’est pas du journalisme, c’est du commerce idéologique frisant l’escroquerie. » 
  
- Apparemment ça n’a pas été simple de faire ce film, de rassembler tout ce beau monde.
 
On m’a dit que des intellectuels vous ont planté au dernier moment. Que le film ne devait pas être tourné là où il a été réalisé, que vous avez du faire contre mauvaise fortune : bon cœur…
 
Eclairez les futurs téléspectateurs et internautes. Présentez-nous le casting.
 
« Vous êtes bien informé ! Excepté mes reportages à Kinshasa et dans les Territoires occupés, autoproduire ce film a effectivement été l’exercice journalistique le plus difficile de ma carrière. Aucune structure de production, aucun soutien télévisuel, aucune perspective de diffusion classique. Le tout, dans un climat de terrorisme idéologique et de censure politique. A deux moments charnière, ce film a bien failli ne pas exister. Tout est parti de ma rencontre avec Antonio Gilardi, directeur du Théâtre Saint-Michel à Bruxelles. Contraint de déprogrammer l’avant-dernier spectacle de Dieudonné, Gilardi ne voulait pas en rester là. Il souhaitait organiser, dans son théâtre, une conférence-débat avec Dieudonné face à un public restreint, composé de représentants du milieu culturel francophone belge. Son idée coïncidait quelque peu avec celle que je caressais depuis deux ans. Je l’ai convaincu d’organiser un vrai débat contradictoire, sur la scène de son théâtre, entre Dieudonné et six intervenants des sphères culturelles, intellectuelles et médiatiques. En tant que spécialiste du sujet, il m’a volontiers confié la médiation du débat et la tâche de dénicher six intervenants pertinents dotés d’une colonne vertébrale. Antonio Gilardi, lui, se chargeait de remplir son théâtre d’un public majoritairement issu des sphères culturelles (théâtre, cinéma, télévision, etc.).
 
Mais cinq jours avant la date du débat, j’apprends que Gilardi a été victime d’un grave malaise cardiaque. Il est dans le coma depuis deux jours … Le directeur-adjoint du Théâtre Saint-Michel affirme ne pas être au courant de notre évènement et refuse de remplacer son supérieur au pied levé. J’insiste. Il me laisse dans l’expectative. Le lendemain après-midi, il me rappelle : Antonio Gilardi est sorti du coma ! Mais il me demande de reporter le débat ... Depuis deux mois, je venais de suer sang et eau pour fixer un « plan de table » qui tienne la route. Réunir Dieudonné et six intellectuels et culturels le même jour en un même lieu : ce n’était pas de la petite bière ! Au vu des agendas respectifs et des difficultés pour rassembler ces sept personnes, il était clair que « reporter » signifiait en réalité abandonner. Je m’y suis refusé. Avec mon co-réalisateur, on a immédiatement cherché un lieu de remplacement. Plusieurs salles étaient libres pour le jour dit, mais leurs propriétaires ont tous refusé. Dès qu’on prononçait le prénom « Dieudonné », les visages se décomposaient, les arguments bidons affluaient, les faux-fuyants se bousculaient et la peur envahissait la pièce. La vielle du débat, à midi, mon co-réalisateur est parvenu à louer une petite salle de formation appartenant à un théâtre du sud de Bruxelles. Et si ça a marché, c’est parce qu’il n’est pas venu à l’esprit de la préposée aux locations de demander l’identité des intervenants du débat … 
 
C’est l’un de mes regrets : ce film s’est réalisé dans des conditions semi-clandestines et il en reste quelques scories. Tout au long de sa préparation, j’ai vraiment eu l’impression de vivre dans un pays soviétique. »
 
Quand même !
 
« Toutes proportions gardées, plusieurs comportements m’ont même rappelé ceux que j’ai pu observer dans ma jeunesse au Congo sous la dictature de Mobutu. Si braver l’interdit sous la dictature peut conduire à la mort, en démocratie, le même acte peut aboutir à une « mort sociale ». Plus que Dieudonné lui-même - dont ces gens ne savaient rien sinon le matraquage médiatique -, c’est la peur du lynchage médiatique, de la condamnation politique ou du retrait des subventions et autres représailles qui dictaient leurs comportements. 
 
C’est pourquoi je remercie à nouveau les six intervenants qui ont répondu positivement à mon invitation. Il s’agit de l’écrivain Jean Bofane, du cinéaste Jan Bucquoy, du chercheur en économie de la discrimination Souhail Chichah, du journaliste d’enquêtes de la RTBF José Dessart, de l’écrivain et spécialiste en littératures comparées africaines Antoine Tshitungu et du Professeur en linguistique, Dan Van Raemdonck, ancien président de la Ligue des droits de l’Homme. Ce sont des hommes d’honneur authentiquement attachés au vrai débat contradictoire. Ils ont chacun apporté une analyse différente concernant la démarche de Dieudonné. Ce qui permet d’entendre et de voir enfin autre chose sur le sujet que la pure bêtise, l’irrationnel diabolisant ou la désinformation à visée idéologique. Les intervenants comme le public sont des personnes qui s’interrogent et/ou défendent leurs convictions dans le respect et l’écoute de l’autre. Des qualités en voie de disparition dans nos sociétés occidentales … » 
 
- Pourquoi cette désertion des élites, je veux dire : courage, fuyons ! Qu’est-ce qui se joue autour de l’humoriste selon vous ?
 
Les sémiologues- je pense à Dominique Wolton, Régis Debray, Ignaccio Ramonet, Serge Halimi, Alain Gresh et consorts -, devraient se régaler mais on ne les entend pas. 
 
A chacun sa merde ?
 
« Pour rester sur votre dernière question et reprendre une formulation assez juste de Dieudonné, je dirais : « Dès qu’on parle d’Israël, ils chient tous plus ou moins dans leur froc » … Aujourd’hui, évoquer Dieudonné autrement qu’en termes de condamnation définitive ou de psychologie de bazar façon Paul Amar, c’est mettre en danger ses plans de carrière. L’humoriste, lui-même, a sacrifié une partie de la sienne pour ses engagements anticolonialistes et son aspiration à exercer son art comme il l’entend. L’un des comédiens les plus talentueux, le meilleur humoriste de France qui - comme l’a souligné avec brio Grégory Protche[2] sur Tropiques FM- produit un nouveau spectacle par an depuis six ans ; bref cette « bête de scène » reste strictement interdite de télévision et de cinémafrançais. A l’instar des photos retouchées pour faire disparaître les dissidents sous l’ère soviétique, chaque émission de télé consacrée aux comiques français ne dit mot, ne diffuse une image concernant Dieudonné. Comme s’il était mort ou en arrêt maladie...
 
Loin d’être anecdotique, il s’agit d’un signal clair pour les leaders d’opinion et autres personnalités qui ont accès aux médias dominants. Aucun de ces privilégiés n’évoquera d’initiative l’humoriste, même si le thème ou le sujet de la conversion s’y prête. Ils ont trop de choses à perdre ou se fichent éperdument des questions cruciales que pose pourtant cette affaire depuis six ans. L’un des rares à avoir récemment dérogé à la règle, c’est le photographe William Klein sur France 2. Dans l’émission Les mots de minuit, Klein commence à évoquer Dieudonné avec l’humoriste Patrick Timsit. Ces quelques minutes sont extraordinaires.
 
A l’évocation du « patronyme interdit », on sent directement le malaise chez le présentateur Philippe Lefait. Or, le journaliste, plutôt frondeur, n’est pas connu pour sa propension à cirer les bottes. Que fait-il ? Il interrompt l’échange, regarde Klein droit dans les yeux et lui dit ceci : « Ici, franchement, on dira que Dieudonné a des comportements que jamais nous ne supporterons et on ne l’invitera pas sur ce plateau parce que, il a beau être drôle, ses prises de positions politiques dépassent l’entendement, heu… normal, aujourd’hui, voilà !  » … 
 
Le silence des sémiologues que vous citez s’explique peut-être par le fait qu’ils ont intériorisé le message explicite de Lefait bien avant qu’il ne l’exprime « franchement ». Un mot d’ordre qu’on peut résumer ainsi : la dernière idéologie occidentale colonialiste, bafouant le droit international, pratiquant et glorifiant l’apartheid, torturant et tuant des milliers de civils arabes depuis soixante ans, doit être soutenue et bénéficier d’une apologie de tous les instants. Ceux qui combattent cette idéologie et ses défenseurs en se réclamant de l’antisionisme, soit d’un anticolonialisme véritable et non à géométrie variable, devront être diabolisés et bannis. Comme Dieudonné. Ce qui est « normal », c’est le sionisme. L’antisionisme, lui, « dépasse l’entendement ». C’est peut-être l’avis sincère de Philippe Lefait, mais ce n’est pas celui d’une majorité de citoyens d’Europe et du monde. Raison pour laquelle, les journalistes francophones, s’ils étaient réellement indépendants et soucieux des principes démocratiques, devraient défendre la possibilité de médiatiser l’opposition politique au sionisme. »
 
- Il y en a…
 
« A quelques rares exceptions, ils ne le font pas. La dernière preuve en date est l’interdit médiatique dont souffre l’excellent ouvrage de Paul-Eric Blanrue intitulé « Sarkozy, Israël et les Juifs »[3]. Edité par l’éditeur belge Marco Pietteur, ce livre brillant et mesuré récuse d’abord l’assimilation fallacieuse entre judaïsme et sionisme. Il décortique ensuite avec minutie l’influence majeure du lobby pro-israélien sur la vie politique française. Blanrue démontre enfin - références incontestables à l’appui - que le premier défenseur de ce réseau communautariste et xénophobe n’est autre que l’actuel Président de la République. Une situation inquiétante, au premier chef pour les Français juifs que l’auteur appelle à se rebeller contre cette politique pro-israélienne désastreuse à terme. Pour eux comme pour tous les Français...
 
Enfin, j’ajouterais que si on n’entend pas les sémiologues que vous citez, c’est aussi parce qu’aucun journaliste de médias mainstream ne les interroge sur les rapports entre Dieudonné et les médias ou sur le traitement médiatique de « l’affaire Dieudonné ».
 
- Sans trop révéler le documentaire, quels sont les thèmes que vous abordez, votre angle ? Que vouliez-vous montrer ?
 
« Sous les auspices de la liberté d’expression, le film est subdivisé en neuf chapitres qui abordent notamment la provocation, ses aspects pédagogiques, révolutionnaires ou néfastes. La hiérarchisation victimaire, le racisme institutionnel, l’antisionisme, la diabolisation médiatique et les dernières élections européennes sont également abordées. Comme je vous l’ai dit, je souhaitais recadrer de façon journalistique la « question Dieudonné » en favorisant une vraie controverse, un débat digne et enrichissant. Et je dois dire que le résultat a dépassé mes attentes. Mais c’est au public qu’il revient de trancher et de répondre à la question-titre du film « Est-il permis de débattre avec Dieudonné ? ».
 
- Comment avez-vous trouvé Dieudonné justement ? A certains moments je le sens dépassé, paumé, absent.
 
« Chacun jugera sur pièce. En ce qui me concerne, je ne l’ai pas senti perdu ou dépassé. Comme n’importe quel être humain, il n’a pas réponse à tout et le reconnait. Confronté pendant plus de deux heures à six intervenants et des personnes qui lui ont renvoyé questions pertinentes et critiques argumentées, j’estime qu’il s’en est pas mal tiré. Je pense qu’il a aussi été surpris - il le dit dans le film - de constater qu’il était encore possible d’échanger rationnellement sur sa démarche, sur les questions et inquiétudes que celle-ci a soulevées. »
 
- Avez-vous été subventionné pour faire tout ça ? Les mauvaises langues disent que Dieudonné recrute et que c’est sa boîte de prod qui a arrosé… 
 
« Bien sûr que non. Les « mauvaises langues » devraient chercher autre chose pour tenter de décrédibiliser mon travail. Objectif qu’elles ne parviennent pas à atteindre depuis cinq ans. Que leur reste-t-il sinon recouvrir de silence mes livres et aujourd’hui ce film ou raconter n’importe quoi à l’instar du polémiste belge Claude Demelenne ? C’est lui l’auteur d’un papier qui m’est consacré, titré « Dieudonné recrute ». En résumé, selon lui, je ferais partie d’un courant « de gauchistes belges pro-iraniens » qui tentent notamment « de jeter des ponts entre les communautaristes noirs et la jeunesse d’origine maghrébine qu’ils cherchent à radicaliser ». C’est tellement crétin et absurde - le « communautarisme noir » n’a aucune existence en Belgique - que cela se passe d’autres commentaires. Profondément incapable de mener la moindre enquête journalistique sérieuse, ce type d’idéologue est contraint de recourir à l’insinuation débile, la malhonnêteté intellectuelle ou même l’insulte (en 2006, Demelenne publiait un article non-signé titré « Dieudonné, sale con »).
 
Etre financé par Dieudonné, ce serait évidemment de la corruption intellectuelle et de l’anti-journalisme ! Contrairement à Demelenne, je ne mange pas de ce pain-là. L’humoriste engagé ne m’a jamais rien demandé ni offert et c’est en toute indépendance que j’ai travaillé sur sa démarche. S’agissant de mon film, Dieudonné n’est intervenu ni dans l’écriture, ni dans le choix des intervenants ni dans le financement ou la postproduction assurée par Moshi Moshi Productions. Tout cela est aisément vérifiable, mais cela intéresse-t-il des menteurs pathologiques façon Demelenne ? Aujourd’hui, le polémiste mène une croisade islamophobe et anti-arabe en étroite collaboration avec la droite sioniste belge qui vénère Sarkozy. Et c’est ce type qui a le culot de me donner des leçons d’indépendance ! En tout cas, médiatiquement, ça marche du tonnerre : il enchaîne les plateaux télés et deux quotidiens belges publient avec empressement toutes ses opinions ineptes et réactionnaires. Encore un bel exemple de la liberté d’expression à deux vitesses, chez nous comme en France… » 
 
- Est-il encore possible en Belgique de parler de Dieudonné librement, sans s’étriper, sans connaître le destin du placard ou d’être blackboulé ?  
 
« Concernant la discussion et le débat privé, certainement. C’est d’ailleurs l’un des facteurs qui m’a poussé à tenter cette aventure audiovisuelle. En six ans, les discussions et débats passionnés autour de Dieudonné et sa démarche se sont multipliés. En France comme en Belgique. Globalement, le comportement du milieu journalistique sur le sujet est en mimétisme avec celui des élites politiques. Soit c’est « courage, fuyons ! » en gardant le silence, soit on se range peu ou prou derrière le discours hystérique et mensonger des pro-Israéliens. Je ne donnerai qu’un exemple. Sur fond d’alarmisme médiatique et de censure politique avortée, Dieudonné a pu jouer son avant-dernier spectacle à Bruxelles en mars dernier.
 
Durant cette période, trois journalistes de trois médias différents (Le quotidien Le Soir, la télévision de service public RTBF et la télé régionale Télé-Bruxelles) ont voulu m’interviewer. Les deux premiers confrères ont été directement censurés par leur hiérarchie. Le dernier est parvenu à tourner un sujet le soir du spectacle. Il m’a notamment interrogé face caméra plus de cinq minutes. Son sujet n’est jamais passé à l’antenne. Cette anecdote répond-t-elle à votre question ? »  
  
- Oui ! Les rédacs dans votre pays, sont-elles aujourd’hui aux ordres d’un lobby pro israélien ? Vous disiez dans une interview que Paris et les « intellectuels communautaires » déteignaient gravement sur le climat. Et que tout ça n’était pas de bonne augure pour la démocratie, la liberté d’expression qui ont fait, jadis, la réputation de la Belgique. Qu’en est-il concrètement ?
 
« Non, je ne dirais pas que les rédactions belges sont aux ordres d’un lobby pro-israélien. Mais, en termes de médiatisation et de sélection de l’info, la plupart se rapproche dangereusement du « deux poids deux mesure » pratiqué par les médias français. Celles et ceux qui en appellent à l’objectivation et critiquent pacifiquement la politique menée par Israël sont directement accusés d’antisémitisme voire de terrorisme et, bien sûr, ne sont jamais interviewés. Un objectif poursuivi depuis longtemps par vos intellectuels communautaires et désormais repris, à la belge, par une partie de la classe politique et des pseudo-journalistes tels Claude Demelenne.
 
Malheureusement, la francisation des médias belges francophones se poursuit. »
 
- C’est-à-dire ? 
 
« Chez nous, les médias s’enorgueillissent de décliner sur tous les tons que, lors de la visite d’une usine française, Nicolas Sarkozy a fait sélectionner des personnes de la même taille que lui pour la prise de photos ou encore, qu’à Bruxelles, le Président français avait visiblement bu une vodka de trop avec Vladimir Poutine avant de s’adresser à la presse européenne. Amusant, certes. Mais lorsque l’historien français Paul-Eric Blanrue vient se réfugier en Belgique pour publier son dernier livre qui démontre et critique les orientations sionistes du Président Sarkozy, là … aucun média belge francophone n’est preneur ! Et personne ne semble s’interroger sur la terreur qu’a provoqué ce livre dans les maisons d’éditions et les médias français. 
 
Idem lorsque la Direction du commerce extérieure du gouvernement régional bruxellois s’apprête à envoyer une mission économique et commerciale à Tel-Aviv en décembre prochain. La discrétion et la gêne de nos médias est saisissante. Ce sujet a fait royalement l’objet de deux entrefilets dans deux quotidiens[4] ... Un an près le carnage de Gaza qui a fait 1300 morts palestiniens dont 300 enfants et 9 Israéliens, le « business as usual » entre entreprises belges et israéliennes doit reprendre sans attendre ? Sans médiatisation sérieuse, sans débat public et malgré trois interpellations de parlementaires belges ainsi que l’adoption par le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU du rapport Goldstone qui accuse Israël d’avoir commis des crimes de guerre lors de son attaque contre Gaza ?
On juge, paraît-il, la santé d’une démocratie à la vitalité de ses médias... » 
 
- Les déboires de Dieudonné ne sont-ils pas liés à ce que j’appelle une anti-pédagogie. Qu’entre ce que le saltimbanque veut dire (montrer du doigt, dénoncer…) et le message que le public reçoit (faire venir Faurisson au Zénith par exemple), il y a comme un décalage, une sorte d’illisibilité qui fait que Dieudonné devient à la longue, insupportable, incompris. Certains disent même qu’il est « fou ». Que le théâtre de la Main d’or est un hôpital psy pour demeurés cosmopolites, Toubabs réacs, « antisémites » notoires et « islamo bamboulas » au chômage...  
 
« Le manque de pédagogie quant à la démarche de Dieudonné est justement un des thèmes abordés dans le film. Et diverses réponses sont proposées que je ne dévoilerai pas ici. Néanmoins, en raison de l’ethnocentrisme occidental, j’observe que Dieudonné est souvent réduit à son engagement pour la cause palestinienne. A tort, car il ne traite pas uniquement cette question. Son sketch historique du dictateur africain fait exploser de rire des milliers de personnes et plus particulièrement celles qui ont des origines africaines. L’interprétation de ce personnage qui rappelle plusieurs autocrates africains, disparus ou encore au pouvoir, est d’une finesse et d’une justesse qui font mouche. Idem pour son sketch dénonçant l’actuel génocide des pygmées par la déforestation industrielle, un sujet tabou propre à déranger tout Africain et à la hauteur de l’indifférence totale du monde quant à l’extinction programmée de ce peuple. » 
 
-Et Faurisson, c’est quand même pas Fernandel ?
 
« Si pour certains, faire monter Robert Faurisson sur la scène du Zénith est insupportable, pour d’autres cela s’inscrit comme un pied-de-nez contre le pavlovisme médiatique partial qui se garde bien de lyncher les autres révisionnistes et négationnistes d’autres crimes contre l’humanité. Par ailleurs, en filigrane de plusieurs sketchs et provocations, il y a toujours chez Dieudonné la dénonciation d’une inégalité citoyenne persistante au sein de la République. Ce que j’ai appelé « égalité zéro » ou cet interminable « deux poids deux mesures » au désavantage des Français d’origine africaine, antillaise et maghrébine. Cette citoyenneté au rabais qui se vit dans la discrimination à l’emploi et au logement, dans le révisionnisme ou le négationnisme des crimes perpétrés par l’Empire français esclavagiste puis colonialiste, et enfin, dans l’accès à la liberté d’expression critique et médiatique concernant ces questions. 
 
Quant aux qualificatifs dénigrants que vous relayez pour définir celles et ceux qui fréquentent le Théâtre de la Main d’Or, je les trouve totalement déplacés et dignes d’un délire d’Alain Finkielkraut. » 
 
- Est-ce délibéré (l’anti-pédagogie) auquel cas tout change. Quitte à être isolé, grillé. Ou paraître l’étendard du GRECE[5], de la nouvelle droite, du FN ? D’ailleurs Alain Soral n’est-il pas son ami, son binôme ? Enfin, corrigez-moi si je me trompe mais Marc Georges, encarté FN, n’a-t-il pas été son directeur de campagne pour la présidentielle de 2007 ? 
 
«  Toutes ces questions s’inspirent d’interprétations abusives signées Anne-Sophie Mercier et d’autres confrères. Des personnes pour qui la vérité factuelle n’a que peu d’importance lorsqu’elle ne coïncide avec leurs a priori idéologiques. Dieudonné n’est ni l’étendard du GRECE, de la nouvelle droite ou du FN. En revanche, diabolisé lui-même, il a décidé de provoquer le débat en cessant de participer à la diabolisation de Jean-Marie Le Pen, désigné depuis trente ans comme le « danger raciste exclusif » en France. Mais en cette matière, que font ou ont fait Julien Dray (PS), Bernard Kouchner (PS), George Frêche (PS) Brice Hortefeux (UMP) où Nicolas Sarkozy (UMP) ? Ces politiciens si respectables appartenant à des partis dits démocratiques qui ne se sont nullement débarrassés de réflexes racistes, paternalistes et colonialistes. Contrairement au FN, ces partis ont exercé le pouvoir et co-gèrent en alternance la République depuis des décennies. 
 
Après avoir longtemps satanisé Le Pen et ses électeurs, les démocrates de droit divin se retrouvent piégés par leur double discours. Ce n’est pas le FN, mais bien le PS et l’UMP qui restent comptables du pillage de l’Afrique via les sanglants réseaux de la Françafrique, comptables de l’occultation de l’histoire coloniale mortifère vécue par les parents de Français issus des ex-colonies, comptables de l’institutionnalisation décomplexée d’un racisme anti-noirs et anti-arabes. Comptables encore d’avoir laissé pourrir et enragée une jeunesse à la peau bronzée derrière les grilles sans avenir d’un apartheid social et spatial. Comptables enfin d’avoir abandonné la défense d’une Europe sociale au profit d’une guerre économique impitoyable précarisant chaque jour les couches populaires et une partie de la classe moyenne. La faillite politique de l’UMPS est sans appel ! Racisme et communautarisme sont au zénith, discriminations et injustices sociales plus criantes que dans les années 80. Agiter l’épouvantail Le Pen et la partie raciste de son électorat pour mieux masquer cette tragique faillite politique ne rend service à personne ... »
 
- Vous ne répondez pas à la question !
 
« Oui ! Dieudonné entretient une amitié avec Alain Soral. Ce qui ne signifie pas qu’ils sont d’accord sur tout. Lorsque Soral est devenu conseiller de Jean-Marie Le Pen, Dieudonné n’est pas devenu membre du FN. Au-delà de ses provocations, Dieudonné n’a pas appelé à voter pour le Front National lors des présidentielles de 2007 ou pour les élections suivantes. Enfin, lorsqu’Alain Soral a claqué la porte du FN pour figurer quelques mois plus tard sur la liste européenne antisioniste et anticommunautariste de Dieudonné, les premier mots de l’humoriste, lors d’une conférence de presse aux côtés de Soral, ont été ceux-ci : « Je suis content qu’il ait quitté le FN »... 
 
Quant à Marc Georges, je dois effectivement vous corriger : il n’est plus encarté au FN qu’il a quitté en même temps qu’Alain Soral. Précédemment, Marc Georges avait aussi quitté le PS, mais évidemment cette info-là n’a aucune importance. Au moment où Dieudonné était candidat à la candidature aux Présidentielles de 2007, Marc Georges a effectivement été son directeur de campagne. Avec le résultat que l’on connaît : l’humoriste a dû renoncer faute d’obtenir les 500 parrainages officiels permettant d’être candidat ... »  
 
- Aux Européennes de 2009, il a fait avec Alain Soral et sa liste anti-communautariste et anti-sioniste moins de 2%. Autant dire tout de suite qu’il doit abandonner la politique, vous en conviendrez avec moi !
 
«  Dans mon film, il développe également les motivations qui l’ont amené à créer cette liste européenne. En termes de débat, l’existence de cette liste a permis de montrer à quel point défendre une conviction politique antisioniste en France est assez dangereux. Dieudonné investit le champ politique électoral pour créer des débats et favoriser des prises de conscience. Doit-il arrêter en fonction de ce dernier résultat ? Non. Pas pour cette raison-là, mais parce que lors de cette campagne électorale, j’ai vraiment eu le sentiment qu’il risquait sa vie. J’espère sincèrement me tromper, mais il s’est à nouveau fait agressé physiquement durant cette campagne. La haine des milices sionistes et l’impunité dont elles bénéficient sous la présidence Sarkozy me font craindre d’autres dérives. » 
  
- Moi, il y a eu une chose qui m’a géné, Anne-Sophie Mercier, Alain Gérard Slama me paieraient un verre au café Flore en tout bien tout honneur mais je vous pose la question, le diable se cache parfois dans les détails. En regardant le film, j’ai eu l’impression, à un moment, qu’on lui soufflait les réponses, qu’il était une sorte de ventriloque, qu’il roulait pour une organisation. Il ne faisait pas sincère…
J’en veux pour preuve ses explications sur la venue de Faurisson au Zénith à Paris en décembre dernier. J’avoue avoir été troublé…
 
« C’est votre impression et je ne la partage pas. Pour avoir enquêté sur Dieudonné et l’avoir fréquenté à quelques reprises ces six dernières années, je suis assez convaincu de sa détermination à ne plus se laisser instrumentalisé par qui que ce soit. Si ses explications sur la venue de Faurisson au Zénith ne vous semblent pas sincères, je vous invite à le cuisiner en interview pour en avoir le cœur net … » 
  
Je le ferai et sans concession comme avec vous ! Suite à un article qui a fait pas mal jaser chez vous, vous disiez sur Agora Vox, je cite, que Dieudonné est un véritable Républicain ?
 
Il a quand même été, je vous le rappelle, condamné par la justice pour incitation à la haine raciale ? Aujourd’hui seriez-vous plus modéré ? 
 
« Non, je maintiens : Dieudonné est un véritable Républicain. Au sens d’un citoyen qui défend les utopies que sont l’universalisme, le refus du communautarisme et de la hiérarchisation de traitement selon les origines de chacun. Dieudonné renvoie les principes de la République à ceux qui les trahissent. Oui, il a été condamné trois fois par la justice française pour « diffamation raciale » et … relaxé 25 fois de la même accusation et de celle de « négation de crime contre l’humanité ». C’est étrange : ces dernières informations, on ne les entend ni ne les voit jamais dans les médias français et belges. En réalité, au vu du harcèlement judiciaire des adversaires politiques de Dieudonné - qui a conduit à une trentaine de procédures en six ans dont plusieurs sont encore en cours -, il était difficile qu’il les gagne toutes. Mais même lorsque l’humoriste avait remporté une vingtaine de procès successifs sans en perdre un seul, cet élément factuel ne présentait aucune valeur pour les élites et les médias qui hurlaient à l’antisémitisme. Aujourd’hui que Dieudonné a été condamné trois fois, n’importe quelle dépêche d’agence, n’importe quel article se termine invariablement par ces lignes : « Plusieurs fois condamnés pour antisémitisme ». C’est ce que certains appellent « l’indépendance des médias »… 
 
- Que répondez-vous à ceux qui disent que Mukuna fait ses choux gras avec Dieudonné ?
 
Que sans lui il n’a pas de taf ?
 
« Je leur réponds : ridicule et bas de plafond ! Je travaillais comme journaliste avant de rencontrer Dieudonné et ai continué après. Comme d’autres consœurs et confrères, qu’on ne juge d’ailleurs pas utile d’interroger sur leurs motivations, j’ai décidé d’approfondir un sujet en commettant un triptyque (deux livres différents, un film). Pourquoi ? Parce que Dieudonné représente à la fois un « cas d’école » pour la liberté d’expression, une démarche artistico-politique hors-normes et un révélateur de débats sur des sujets cruciaux. Sans compter ses indéniables talents de comédien et d’humoriste. Ne comptez pas sur moi pour m’excuser d’avoir vendu quelques milliers de livres le concernant. »
 
- Je ne vous le demande pas !
 
« Cohérent avec ma déontologie mais à contre-courant d’un matraquage puissant, je vous garantis que travailler strictement sur Dieudonné ne nourrit pas son homme. Mais je reste fier d’être parvenu à faire exister ce travail. Au-delà d’une rencontre avec un homme courageux comme peu le sont dans une vie, parallèlement aux critiques injustes et aux suspicions infondées, de nombreuses personnes me félicitent et me remercient pour ce travail.
 
Ça, c’est que j’ai vraiment gagné en travaillant sur Dieudonné. Pouvoir se regarder dans un miroir, conserver sa dignité et bénéficier d’une certaine reconnaissance populaire. Pour moi, cela n’a pas de prix, cela vaut tout le fric et les honneurs factices auxquels je n’ai jamais aspirés. » 
 
Merci Olivier Mukuna, je rappelle que votre documentaire est sorti depuis le 24 septembre de cette année. On peut se le procurer en le commandant via l’adresse e-mail : kadtshi@yahoo.fr. J’en profite aussi pour dire que vous serez présent samedi 28 novembre au théâtre de la Main d’or (15 passage de la Main d’Or, 75 011 Paris, tél : 01 43 38 66 99) pour la projection de votre film à partir de 15h30 et à laquelle participera, bien sûr Dieudonné »
 
PROPOS RECUEILLIS PAR P.M


[5] Groupe de recherches et d’études européennes, appelé Nouvelle droite et dont la tête pensante est Alain De Benoist, journaliste et philosophe de formation. Louis Pawels, journaliste au Figaro a grandement participé à la diffusion des idées de cette cellule dans les années 1980.

Moyenne des avis sur cet article :  4.02/5   (45 votes)




Réagissez à l'article

49 réactions à cet article    


  • Charles Martel Charles Martel 25 novembre 2009 09:51

    - Avez-vous été subventionné pour faire tout ça ? Les mauvaises langues disent que Dieudonné recrute et que c’est sa boîte de prod qui a arrosé…

    cette question démontre à elle seule le biais de l’entretien. Pourquoi poser la question si vous utilisez le terme « mauvaise langue » qui induit forcément la réponse. Pour un journaliste difficile de faire pire exemple de pseudo neutralité alors qu’en fait vous orientez l’article suivant votre opinion personnelle.

    Éventuellement intéressant votre truc, mais complètement partial.


    • abdelkader17 25 novembre 2009 10:15

      @Martel
      Je doute fort que vous ayez lu cet article, seulement emprunter une citation à la volée, comme tous les faussaires médiatiques le font régulièrement.


    • Arcane 25 novembre 2009 12:00


      Tiens une campagne de pub pour le PAS.

      Faut dire que c’est bientôt les régionales ...

      J’espère qu’ils nous feront autant rire (au niveau de leur score) que pour les européennes smiley


    • sentinelle 25 novembre 2009 12:08

      @ arcane

      je te rassure il n’y aura pas de liste aux regionales.....

      quand a la rigolade des europeennes, je te rappelle pour memoire que 40 000 PRESONNES ont votées P.A.S sur la region parisienne...pas trop inquiet ?


    • La mouche du coche La mouche du coche 25 novembre 2009 12:39

      z
      z
      Il y a quelque chose de bizarre à penser que nous ne puissions même pas discuter avec quelqu’un avec qui nous ne sommes pas d’accord, sans devenir nous-même suspect à notre tour. Comme si sa pensée était une maladie qu’il allait nous transmettre.
      z
      z


    • Arcane 25 novembre 2009 12:42


      36 374 votants (exactement ) sur 6 823 189 inscrits pour l’Ile-de-France !

      Putain, ça fait vachement flipper ! smiley


    • sentinelle 25 novembre 2009 12:59

      @ arcane en attendant « le chaud annanas »

      sur une region mon pauvre arcane sur une seule region.......avec un parti qui n’avait que quelques semaines d’existence.....

       la vitesse a laquelle se fait l’ eveil des consciences doit te donner quelques frissons....me trompe-je ?.....


    • King Al Batar Albatar 25 novembre 2009 12:59

      Chirac avait bien refusé le débat avec JM LePen....

      Autant je ne soutient absolument pas la politique Israelienne,
      Autant je ne pense pas que Dieudonné soit juste antisioniste,
      Autant je pense que c’est un sale con manipulé et manipulateur,

      Autant je pense que ne pas lui accorder un débat (en france) est la plus grosse connerie que l’on peut faire. Il est important de sortir de ce conformisme informationnel et de donner la parole à tous les citoyens et à toute les idées, ne serait ce que pour les entendre et les contrer. Feindre de ne pas entendre c’est ne pas affronter.

      Si savoir c’est vivre alors maintenir dans l’ignorance c’est presque un homicide.


    • Arcane 25 novembre 2009 13:11


      Sentinelle,

      J’ignore ce qu’est le « le chaud annanas ».

      Quant à la vitesse de « l’éveil des consciences » , j’en dors pas la nuit !

      Autant d’êtres éveillés par le PAS en si peu de temps, ça force le respect.

      Rael doit se sentir tout petit smiley


    • King Al Batar Albatar 25 novembre 2009 15:12

      A actias, je vais vous expliquer ce qu’il s’est passé avec Dieudonné.

      Il ne fait pas peur du tout, en fait il a servi à deplumer le FN et le PS au même titre que Olivier Besancenot.

      Je pense sincérement qu’à un moment donnée, pendant la campagne des elections Européennes, certaine personnes du gouvernement ont volontairement parlé de lui pour que les antisémites du PS, et du FN ait un candidat à eux. De la même manière on a donné la parole à Besancenot pour diviser les voies du PS. Ainsi en affablissant les adversaires directs, la droite a plus de chance de passer.

      On dit qu’on ne donne pas la parole à Dieudonné, pourtant pour un candidat qui a fait 2% il a plus fait parler de lui que Devilliers, Bezancenot et autre dont les resultats ont été supérieurs. Adepte de googgle, je me souviens très bien taper Dieudonne et actualité et en avoir une tous les jours.... Il ne fait pas d’emission de télé, mais aujourd’hui 90% des francais ont internet, et le fait qu’un porte parole de l’Elysée parle de Dieudonné et pretend vouloir le faire interdire alors qu’il n’a rien fait, à plus d’impact que de l’inviter....

      Iln’empeche que toutes les personnes qui avait créer la liste EuroPalestine, qui avait eu, rappelons le, de bien meilleur resultat n’a absolument pas suivi la ligne de Dieudonné car eux même le considéraient come un antisémite. Ou en tout cas quelqu’un qui prend plaisir à faire se confronter deux communautée.


    • Big Mac 25 novembre 2009 17:12

      Ah les pauvres anti-sionistes après quarante douze milles reportages sur AV ils s’estiment baillonnés et exclus des médias.

      A eux tous seul ils ont eu autant de publicité sur ce site que tous les autres parti politiques réunis, mais ils sont brimés et réduits au silence.

      Encore un complot sioniste qui aura fait qu’ici, un parti qui représente 1,3% des Français se voit attribuer en tête de gondole la plus grande part des spots publicitaires. 

      Snif, versons ensemble une larme pour le PAS qui a ouvert les yeux de tous les divorcés en leur désignant le vrai coupable de leur divorce.


    • morice morice 25 novembre 2009 22:03

      Olivier Mukuna : « Ce film s’est réalisé dans des conditions semi-clandestines »

      signifie : « REGARDEZ COMMENT ON MARTYRISE DIEUDONNE » : en lui-même, le titre est une belle s..... rie.

    • Litha Litha 25 novembre 2009 10:44

      Comment peut-on se dire anti-communitariste et faire un anti d’une communauté ? Si ce n’est la stigmatiser ?

      Les médias belges sont pro-palestiniens et ce depuis toujours. Bien sur aujourd’hui on parle moins de la Palestine et d’Israël, comme on parle moins de l’Afghanistan...

      Il y avait de gros problèmes de sécurités autour du spectacle de Dieudonné, qui était pas loin (en terme de temps), d’une provocation anti-blanc dans certains quartier.

      "C’est tellement crétin et absurde - le « communautarisme noir » n’a aucune existence en Belgique - que cela se passe d’autres commentaires« 

      Pour ça qu’ils vivent tous dans le même quartier ou du moins vont tous dedans, à rester qu’entre eux, avec leur magasin, leur coiffeur, et autres.

      Pro sarkosiste en reconnaissant ensuite qu’on le critique très souvent dans nos j.t. ?

      Meilleur humoriste ? Perso je le connaissais pas avant qu’il se décide a tenir de tel propos, j’ai été voir des sketch qu’il a fait, aucun ne me fait rire, et si seulement deux font rire (en tout cas dans l’interview il en parle que de deux) c’est bien peu pour un humoriste.

      Ces amis quittent le fn pour rentrer dans une liste créer par lui... Bien sur qu’il va être content qu’ils aient quitter le fn...

       »Aujourd’hui que Dieudonné a été condamné trois fois, n’importe quelle dépêche d’agence, n’importe quel article se termine invariablement par ces lignes : « Plusieurs fois condamnés pour antisémitisme ». C’est ce que certains appellent « l’indépendance des médias »… "

      Ben oui trois fois c’est plusieurs fois... Ce n’est pas une unique fois s’en est donc plusieurs...

       

      Personnellement cet interview je l’ai trouvé vomitive, il ose dire qu’il fait son boulot de journaliste impartial et il met Dieudonné sur un piédestal. Il choisit les personnes pour faire le débat... Bah ça c’est sur que c’est plus facile de débattre avec des personnes de son choix... Il critique d’autres journalistes en utilisant autant de preuve que ce qu’il leur reproche de faire.
      Je m’arrête là parce que je déteste qu’on utilise des informations erronées sur notre politique et visage médiatique, qu’aucun Français ne pourra vérifier vu que les sources sont lointaines.

      • Arno 25 novembre 2009 20:35

        Il n’a pas fait « un anti d’une communauté », il a fait une anti d’une idéologie politique, le sionisme, qui se trouve être colonialiste.. 

        Ce n’est pas seulement parce que c’est interdit qu’il ne se dit pas antisémite.. c’est simplement parce qu’il ne l’est pas. D’ailleurs, on peut essayer de retirer la loi qui empêche de se déclarer antisémite et vous verrez qu’il continuera à dire qu’il est anti-sioniste.. 

        En revanche, il est vrai que la plupart des sionistes sont juifs.. mais bon, on les a pas forcé ! 

        Et c’est d’ailleurs ce qui fait la différence entre etre juif et etre sioniste.. Juif, on ne le choisit pas.. sioniste, on le choisit.

      • morice morice 25 novembre 2009 22:09

        « Plusieurs fois condamnés pour antisémitisme ». C’est ce que certains appellent « l’indépendance des médias »… « 


        non, car c’est toujours pour la même raison ! comment le SOIGNER ? Car à sa place, c’est une maladie là... oui, il faut le rappeler à chaque fois, jusqu »’au jour où il passera quelques semaines derrière les barreaux.

        Moi, je lui mettrais des fils électriques autour d"une barraque en bois, un mirador, un quignon de pain par jour, un costume à rayures et des brimades et des coups tous les jours. En plein hiver, sans chauffage, avec comme lit une paillasse pleine de poux et de galle. Je suis humain, je lui éviterai le typhus.

        et après, je lui demanderai ce qu’il pense de Faurisson qui dit que ça n’a pas existé.

      • abdelkader17 25 novembre 2009 11:11

        « Le malheur de Dieudonné » c’est qu’il s’est attaqué à une entreprise criminelle, à des voyous qui ont mis sous séquestre la parole, se sont emparés des leviers du pouvoir,diffusent la bonne parole médiatique à travers les médias qu’ils contrôlent , leurs agents d’influence sous fausse bannière intellectuelle, de « prétendus philosophes »,agent de la diffusion du vide et d’un effroyable conformisme au service d’intérêts communautaires, promoteurs permanents du néolibéralisme économique, sont désormais les gardiens de l’ordre moral et distribuent les bons points à ceux toujours plus nombreux qui s’alignent sur leur diktat.Pour les autres c’est la mort sociale,l’ostracisation et les accusation d’antisémitisme, la privation de leur outil de travail.
        Par quel miracle peut on encore nous présenter israel comme un havre démocratique ?une structure coloniale qui à spoliée plus de 80% des terres arabes palestiniennes et poursuit son expansion d’une violence sans nom avec l’aval du camp occidental.
        Le sionisme est un projet occidental, c’est pourquoi il est défendu corps et âme par ses géniteurs qui depuis plus d’un demi siècle amusent les consciences occidentales avec la farce du processus de paix.
        Dieudonné a eu le mérite et le courage de faire exploser l’abcès de cette hypocrisie bien républicaine, de mettre ces malfaiteurs face à leurs contradictions, de les faire sortir de leur refuge pseudo républicain, simple expression d’un communautarisme larvé.
        Le sionisme et son fond de commerce la mémoire,n’est qu’un racket intellectuel, moral et financier, un outil au service la pérennisation d’un projet coloniale, raciste et de dépossession, un gage de l’impunité permanente de criminels de guerre et de leurs relais occidentaux.


        • sentinelle 25 novembre 2009 11:43

          bonjour tout le monde

          salam Abdelkader

          je ne dirai qu’une chose en attendant la horde sionarde....une mise en bouche quoi...

          aujourd’hui c’est encore le«  » show ananas«  »


        • abdelkader17 25 novembre 2009 13:24

          @sentinelle
          alleikoum salam
          Comme toujours nos amis viendront nous vendre « leur sympathique projet ».


        • morice morice 25 novembre 2009 18:42

          Dieudonné a eu le mérite et le courage de faire exploser l’abcès de cette hypocrisie bien républicaine, de mettre ces malfaiteurs face à leurs contradictions, de les faire sortir de leur refuge pseudo républicain, simple expression d’un communautarisme larvé.


          il l’a fait par antisémitisme ; pas par défense des palestiniens  : il l’est fondamentalement, l’épisode Faurisson l’a montré, et le défendre est SE TROMPER DE CAUSE. On ne défend pas des gens PAR DEFAUT. On les défend avec un vrai fond, que n’a pas Dieudonné : ce n’est pas rendre service à la Palestine que de faire de ce négationniste son héraut. On ne peut défendre sur des MENSONGES.

        • abdelkader17 25 novembre 2009 19:16

          @Morice
          Qui a décrété qu’il était antisémite, les malfrats des officines sionistes ?
          Il a fait un sketch sur un colon sioniste et il a eu toute la mafia sur le dos,ce chantage constant à l’antisémitisme vise à faire taire toute dissidence et faire rentrer dans les rangs les quelques réfractaires à ce diktat permanent.
          Edgar Morin à été accusé d’antisémitisme,le sous préfet Bruno Guigue à été démis de ses fonctions sur ordre du lobby qui n’existe pas,les journalistes Alain Ménargues et Labévière ancien correspondant Rfi moyen orient même sentence,Pascal Boniface,Daniel Mermet et bien d’autres encore ont été trainé dans la boue,la police de la pensée, cette association de malfaiteurs en bande organisée décide de vie ou de mort sociale sur tout un chacun,j’admire ceux qui se lèvent contre ce chantage et prennent ces gangsters à leur propre piège.


        • morice morice 25 novembre 2009 21:52

          « Il a fait un sketch sur un colon sioniste et il a eu toute la mafia sur le dos, »


          eh oh là vous avez la mémoire bien courte : inviter Faurisson présenté par un gus déguisé en prisonnier VOUS l’AVEZ DEJA OUBLIE ???


          faudra remettre à jour vos barrettes de mémoire mon vieux ! 

          c’est avec une mémoire courte qu’on fabrique des goulags.

        • Nicole 26 novembre 2009 12:47

          Vise ça, Abdel, si t’as pas déjà vu, tu vas aimer, à juste titre :

          http://www.dailymotion.com/video/xb9tr1_pauleric-blanrue-les-reseaux-proisr_news


        • sentinelle 25 novembre 2009 13:05

          40 000 PRESONNES ont votées P.A.S sur la region parisienne...

          tu peux te raccrocher a toutes les branches.....mais s’ils ont votés c’est qu’ils sont Français...

          serais - tu un super français ? etonnant pour un cosmopolite a multiples passports....


        • Arno 25 novembre 2009 13:03

          Je suis un grand fan de dieudo pourtant il y a 2 ou 3 trucs que je trouve dommage chez lui.

          Il n’a jamais vaiment contredit ceux qui prétendent que Le Pen est le parrain de sa fille. Dieudo est athé et il dit ne pas vouloir dévoiler ses tours.. mais c’est difficile de reprocher au médias de balancer en boucle cette contre-vérité alors qu’il ne l’a lui-même jamais démenti.

          Et sur la venue de Faurisson, c’est surtout la tenue de jacky qui me dérange.. tout simplement parce que personne ne sait qu’il a cette tenue depuis 6 mois pour se moquer de la loi sarkozy qui dit que la mémoire d’un enfant juif mort pendant la guerre doit etre prise en charge part un gamin de CM2.. 
          Mais en soit Faurisson a moins de sang sur les mains que Bush. et il n’a, à ma connaissance, jamais drogué et sodomisé une petite fille de 13 ans..

          • morice morice 25 novembre 2009 21:58

             tout simplement parce que personne ne sait qu’il a cette tenue depuis 6 mois pour se moquer de la loi sarkozy qui dit que la mémoire d’un enfant juif mort pendant la guerre doit etre prise en charge part un gamin de CM2.. 


            c’est FAUX : ça n’a aucun rapport. Il a fait venir Faurisson parce qu’il est antisémite, et que Dieudonné l’est aussi !

            quand au « sang sur les mains de Faurisson », non il n’en a pas : mais selon lui, aucun sang n’a été versé dans les camps : vous êtes IDIOT là. Complètement : ce que DIT Faurisson est LA PORTE OUVERTE POUR QUE ÇA SE REPRODUISE. Vidal-Naquet l’a démontré : en minimisant les morts dans les camps, on glorifie le nazisme : RIEN D’AUTRE. Tant que vous ne PIGEZ pas ça c’est pas la peine : le BUT de Faurisson est celui-là, comme c’est le but de tous les négationnistes : c’est la théorie du DETAIL de LePen : c’est pas si grave que ça, sous entendu : RECOMMENÇONS / faut être BETE pour ne pas s’en apercevoir !!!

          • Arno 26 novembre 2009 19:43

            Salut Morice,

            Je ne peux malheureusement pas discuter de ce qu’a dit Faurisson puisque je ne l’ai jamais entendu. 



          • King Al Batar Albatar 25 novembre 2009 13:08

            Chirac avait bien refusé le débat avec JM LePen....

            Autant je ne soutient absolument pas la politique Israelienne,
            Autant je ne pense pas que Dieudonné soit juste antisioniste,
            Autant je pense que c’est un sale con manipulé et manipulateur,

            Autant je pense que ne pas lui accorder un débat (en france) est la plus grosse connerie que l’on peut faire. Il est important de sortir de ce conformisme informationnel et de donner la parole à tous les citoyens et à toute les idées, ne serait ce que pour les entendre et les contrer. Feindre de ne pas entendre c’est ne pas affronter.

            Si savoir c’est vivre alors maintenir dans l’ignorance c’est presque un homicide.


            • morice morice 25 novembre 2009 22:00

              « Chirac avait bien refusé le débat avec JM LePen.... »


              il a eu raison : on ne DISCUTE pas avec des gens qui chient sur la démocratie tous les jours, sauf lorsqu’ils veulent être élus !

            • King Al Batar Albatar 26 novembre 2009 07:34

              @ Morice.

              Bonjour,
              Je ne suis pas d’accord avec vous, les mauvaises idées il faut les combattre. Les ignorer revient à les laisser se developper. Ne pas débattre avec JM le Pen, entre le premier et le second tour a été de la lacheté.
              Malgré tous les défauts qu’on peux lui reprocher (et moi le premier) Sarkozy n’aurait pas fait cela....

              Snake Eater

            • Nicole 25 novembre 2009 15:35

              BRAVO à l’auteur. J’avoue avoir parfois un retrait et quelque inquiétude quant au devenir d’agoravox, mais si ce genre d’articles se multipliaient, je serais rassurée.

              Quand je vois deux trois articles pondus par des pro israéliens notoires, je me casse. J’avoue.


              • morice morice 25 novembre 2009 17:55

                vous enfoncez la Palestine avec ce négationniste ! 


              • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 25 novembre 2009 22:15

                Nicole n’en n’a rien à faire de la Palestine , tout ce qui l’intéresse c’est de casser du Juif !

                Un jour, elle a même raconté qu’un banquier Juif lui avait brisé sa vie pour une question à propos d’Israel !

                Et en plus elle admire la république (?) nazislamique d’Iran , plus particulièrement le corps des Pa-SS-darans qui lui rapellent les personnages de ses Heimdal.


              • Sanctus 25 novembre 2009 16:59

                Wow !

                ça fait pas mal de temps que je lis vos messages sans jamais penser à intervenir mais cet article est vraiment impressionnant et pour cela je me suis inscris pour remercier l’auteur de l’interview et surtout la liberté de pensée de Mukuna ( types de personnes trop rares aujourd’hui dans une ambiance de « mange et tais-toi ») ainsi que ses réponses franches et consistantes. Si débat contradictoire il y a sur les blogs francophones c’est bien sur celui-ci.
                Cet article est l’un des plus justes et exacts parmi tous ceux que j’ai pu lire sur ce qu’il convient d’appeler « l’affaire Dieudonné » 
                Big up à Nicole, Abdel, Diva ... ( ainsi qu’à tous ceux qui font l’effort de penser par eux-mêmes) pour leurs interventions continues et substantielles contre lesquelles les hasbaristes du coin ne font guère le poids ! Ils feraient mieux d’empocher leur manne et choisir une autre destination indiquée par MEGAPHONE car ici visiblement il perdent leur temps et surtout l’argent du ministère de Dobermann euh ... du contribuable américain
                Merci j’apprécie vous lire.

                • morice morice 25 novembre 2009 17:54

                  ça va durer encore longtemps cette pub pour cet infâme personnage ?



                  « C’est trop d’honneur que d’oser me comparer à l’étincelant Jacques Vergès »

                  il n« avait à commencer par Jacques Doriot alors...
                  sujet de la vie de Mukuna ? Dieudonné 


                  ça suffit la boîte à cirage là ! 



                   »il n’est pas antisémite", il dit, le cireur de pompes ; mais fait venir Faurisson sur scène ? laissez moi rire !

                  • morice morice 25 novembre 2009 22:02

                     surtout la liberté de pensée de Mukuna 


                    vois confondez la France avec les USA : la liberté de penser, ici, s’arrête au négationnisme par une LOI qui interdit d’en faire publicité : or ça, ça vous échappe !

                    • morice morice 25 novembre 2009 22:15

                      l’excellent ouvrage de Paul-Eric Blanrue intitulé « Sarkozy, Israël et les Juifs ». Edité par l’éditeur belge Marco Pietteur, ce livre brillant et mesuré récuse d’abord l’assimilation fallacieuse entre judaïsme et sionisme. Il décortique ensuite avec minutie l’influence majeure du lobby pro-israélien sur la vie politique française. Blanrue démontre enfin - références incontestables à l’appui - que le premier défenseur de ce réseau communautariste et xénophobe n’est autre que l’actuel Président de la République. 


                      ce livre est un ramassis de bobards, vieux comme le monde avec la thèse d’un Sarko agent de la CIA, le vieux plan de Meyssan. le « ce réseau communautariste et xénophobe » n’existe pas. Les industriels xénophobes si.

                      • Annie 25 novembre 2009 22:16

                        « Ce film s’est réalisé dans des conditions semi-clandestines ».
                        J’ai cru une minute que l’on parlait des immigrés clandestins, et que l’on aurait pu apprendre quelque chose, mais non, on parle seulement de Dieudonné. C’est de l’enculage de mouches. Si seulement on avait défendu de la même façon Jean Ferrat lorsque son seul tort était d’être un chanteur communiste.


                        • Aleth Aleth 25 novembre 2009 23:08

                          Ceux qui crachent sur Dieudonné font le jeu des médias et des politiques. Ce discours sur l’antisémitisme de Dieudo on l’a entendu à longueur de temps de la part des médias alignés - un peu comme on traite gratuitement Kassovitz de ’révisionniste’ - et de quasiment tout l’éventail politique (même Besancenot s’y est mis).

                          L’antisémitisme, c’est tellement moisi comme « argument », c’est tellement lâche, facile. De plus ça ne veut rien dire. Etymologiquement parlant, Dieudo détesterait-il tous les descendants du Peuple Sémite ? Les Palestiniens aussi ? A croire que cette expression s’est peu à peu transformée pour défendre une idéologie particulière. Mais peu importe, au moins ça permet de ne pas avoir à débattre sur le fond du problème.

                          Que dit Dieudonné ?

                          Il dit notamment que les plus hauts ’représentants’, ’responsables’ politiques de la République Française, sont à la solde des intérêts sionistes. Une preuve ? L’actualité... Et je dis bien des intérêts sionistes, inutile de me faire dire ce que je n’ai pas pensé.

                          C’est peut-être un raccourci facile mais ça résume bien la situation... Gilad Shalit, soldat de Tsahal : matraquage politico-médiatique pour sa libération. Salah Hamouri, étudiant : silence total (ou presque). Même Copé n’était pas au courant (genre...). Pourtant tous les deux sont Français. La différence ? L’un est maintenu prisonnier par le Hamas, l’autre par Tsahal. Pour les « élites » politiques, sur la balance il n’y a pas photo, l’un des deux devient automatiquement une priorité. Sinon que pourraient dire $arkozy et ses sbires pour leur défense au prochain dîner du CRIF (mais non le CRIF ne défend pas les intérêts sionistes voyons...) ? La devise de ces traîtres : « Aux chiottes la Justice et les principes de la République ».

                          Dieudo dit aussi qu’il y a un matraquage politique, médiatique, depuis des décennies relativement aux atrocités qu’ont faits subir les nazis aux Juifs (on oublie trop souvent les Tziganes entre autres) durant la Seconde Guerre Mondiale. Il dit que le devoir de mémoire ne doit pas s’apparenter à un seul peuple, à une seule ethnie, à une seule religion, à une seule époque. Il se demande aussi pourquoi - même s’il connaît la réponse - les autorités politiques ne condamnent pas les crimes perpétrés par exemple par le gouvernement Israélien à l’encontre des Palestiniens, et ce depuis des décennies.

                          Selon lui, au lieu de creuser les tombes du passé, pourquoi ne pas dépenser cette énergie à faire cesser une épuration ethnique contemporaine, quotidienne ? Dieudo a-t-il tort lorsqu’il dénonce les actes ignobles commis par Tsahal à Gaza il y a bientôt un an ? A-t-il tort lorsqu’il affirme que l’on « en fait un peu trop » pour certains par rapport à d’autres ? Surtout que le but recherché de ce « devoir de mémoire » est plus politique, idéologique qu’ethnique ou religieux.

                          Ce qui ressort des paroles de Dieudo, de ses actes ou de ses sketchs, selon la « pensée unique », c’est son « antisémitisme aigu ». Alors certains pourraient me rétorquer qu’il est considéré comme antisémite car la ’justice’ en a décidé ainsi, à cause de certains de ses « actes malsains ». Sur une trentaine de procès relatifs à l’accusation liée à l’antisémitisme, il n’en a perdu que deux (à vérifier). Donc la ’justice’ a considéré toutes les autres fois que l’appel au secours à l’antisémitisme était injustifié. En tentant le coup à chaque « dérapage », pour sûr la punition tombera à un moment donné ou à un autre.

                          Pour ma part Dieudo est le meilleur humoriste de sa génération, et sans aucun doute bien meilleur « philosophe » et « humaniste » que tous ces agents du système qui se pavanent dans la presse, à la TV ou à la radio, et qui vont tapiner pour propager l’idéologie de leurs maîtres. Dieudo n’est pas une putain du système, et il en paye le prix. Mais au moins il peut marcher la tête haute et sans artifices. Il fait à lui tout seul le travail que devraient faire les autres « humoristes engagés ». D’ailleurs je ne vois pas lesquels.

                          .oO( j’aurais bien voulu savoir ce qui se serait passé si Dieudo avait joué un « extrémiste » Chrétien ou Musulman chez Fogiel... )Oo.


                          • Aleth Aleth 26 novembre 2009 02:28

                            C’est un peu court... Et ce thème récurrent « Dieudonné et les Juifs » est d’autant plus prévisible, comme revient une chanson, comme pour détourner les thèmes cruciaux, au profit de « débats » sans queue ni tête. Les questions fondamentales, aux oubliettes... Et s’agissant de sa lutte contre le sionisme, ou sa prise de position contre les agissements des autorités israéliennes, qu’en pensez-vous ? Il ne faudrait pas confondre combat contre l’idéologie sioniste et haine contre les Juifs ou descendants Sémites. L’amalgame à deux balles. Mais continuez avec cette ineptie, si ça peut vous conforter, grand bien vous fasse.


                          • Aleth Aleth 26 novembre 2009 00:52

                            Pour rebondir là-dessus, j’insisterais sur le fait que Dieudonné a été banni des médias alignés. Il est interdit. INTERDIT ! Mises à part de RARISSIMES apparitions comme chez Taddeï par exemple, il n’apparaît nulle part. Même à la radio ses sketchs sont interdits. Tout le monde ou presque dans le « show biz » lui a tourné le dos.

                            Ne vous demandez-vous pas pourquoi ? Vous trouvez ça normal ? Qu’a-t-il fait pour mériter ça ? Pourquoi croyez-vous qu’il ne lui reste plus que la toile pour s’exprimer ? Parce-que ses discours ne peuvent pas passer dans les médias alignés, ordre de là-haut. Parler du conflit israélo-palestinien comme il le fait, ou des « neo-conservateurs », ça le fait pas chez Ferrari, chez Drucker ou chez Cauet. En revanche Bensancenot le « révolutionnaire » aucun problème il ravit la ménagère. Et c’est ce même « révolutionnaire » qui brandit avec la meute la sentence « antisémitisme », le « révolutionnaire », le « copain » d’Attali.

                            Dieudo n’apparaît plus nulle part. Des maires et préfets lui interdisent l’accès aux salles de spectacle (sacrée Aubry...) lors de ses tournées. ça peut paraître risible (c’est plutôt pathétique) mais il doit faire son spectacle dans un bus. Heureusement il lui reste encore la Main d’Or. Et ses spectacles font salle comble ! Dieudo est celui qui cartonne le plus sur internet. D’ailleurs vous en connaissez des « buzz » avec Alevêque ou Roumanoff ?

                            Alors ce n’est peut-être pas un signe, mais demandez-vous pourquoi, sincèrement, depuis son sketch chez Fogiel, Dieudo est devenu, du jour au lendemain, le Prince des Ténèbres en personne. Y a-t-il des sujets qui ne doivent pas être abordés en France ? Première nouvelle... Comment disait Voltaire déjà ... ... ... ?


                            • Aleth Aleth 26 novembre 2009 00:59

                              EDIT : c’était bien sûr « Besancenot » et non « Bensancenot »... :/


                            • Aleth Aleth 26 novembre 2009 02:54

                              Ceux que Dieudonné défend ? Pouvez-vous être plus précis ou explicite ? Merci...
                              Pour ma part, en combattant le sionisme, c’est le peuple qu’il défend.

                              Bref, donc on devrait accepter que Dieudo se fasse lapider sur la place publique parce-qu’une autre personnalité a été « condamnée à mort » ? Drôle de philosophie. C’est ça la ’justice’ ? Et encore... Dieudonné a-t-il obtenu l’aide des autorités politiques lorsqu’il a été menacé de mort ? Non. Les médias en ont-ils fait tout un plat ? Non. Ou lorsque lui et ses enfants ont été agressés ? Non. Et les médias alignés n’ont pas banni Redecker des ondes que je sache. Encore une fois, deux poids, deux mesures. Ce n’est pas comparable, surtout pour un sketch.

                              Je vais prendre un exemple simple. Avec « la fine équipe du 11-Septembre », le sketch parodiant les supposés « extrémistes » la veille des attentats, personne n’y a vu le moindre « dérapage ». C’est passé comme une lettre à la poste. Mais lorsqu’il s’agit d’un colon extrémiste en Palestine... STOP ! Halte-là ! Ce sujet pas touche, sinon... T’var ta gueule à la récré... Tout de suite c’est les Canons de Navarone et tutti quanti...


                            • King Al Batar Albatar 26 novembre 2009 07:39

                              Dieudonné ne defend pas, il attaque.


                              Il pretend etre anti sioniste, mais il a tout fait pour que la communauté noire (qui n’a rien a voir avec les palestiniens) soit opposée à la communauté juive par un vicieu comparatif des souffrances.

                              Certes on parle trop de la Shoah, mais dire que cela nuit à la mémoire des esclaves africain est une connerie abérante. Ce n’est pas au blancs de s’excuser, car si c’etait le cas il ne le feront jamais mais au peuple noir de demander des excuses.

                              Les juif n’ont pas attendu d’excuses pour en demander. Il nomme les juifs comme responsable de l’esclavaged es niors, mais s’ascocie avec des musulmans....Bizarre quand on connait bien l’histoire de l’esclavage des noirs....

                              L’antisionisme existe, mais il existe aussi des connard qui profite de cela pour masquer leur antisemitisme. D’ailleus, aucune personne de la liste Euro Palestine ne l’a suivi pour son Parti.

                            • Litha Litha 26 novembre 2009 09:16

                              Quand on fait une connerie deux choix s’offrent à nous.

                              1. on reconnait que c’est une connerie et on s’excuse en disant qu’il s’était mal exprimé.

                              2. on ne trouve pas qu’on a fait une connerie et on en remet une couche lors de son spectacle.

                              Il a choisi la seconde option, il a donc choisi d’être un minimum contrôlable pour l’émission et on ne prend pas des gens qu’on ne sait pas ce qu’ils vont dire sur leur plateau.

                              Il préfère rester le prince des ténèbres comme vous dites que de devoir se battre pour montrer son talent d’artiste, les salles sont plus pleine pour le coter anti-sémite, contestataire que pour son talent.

                              Albatar : C’est faux que le peuple blanc ne s’excuse jamais. La Belgique c’est excuser pour ce qu’elle a fait au Congo, essaye encore au mieux de se racheter, même quand un coup ils veulent de notre aide et une autre fois non. 


                            • Sanctus 26 novembre 2009 16:15
                              morice
                              Négationnisme de mes deux ...Nul n’est censé obéir à des lois à géométrie variable si ce n’est qu’elles sont carrément injustes. Pendant que ces lois prônaient les droidlommes ( de lomme blanc dixit Dieudo) et d’autres incantations racistes les miens croupissaient sous le joug de la Ripoublique dans les sentiers de constructions de ports et autres chemins de fer devant servir à acheminer les matières premières vers la machin ...ce qui aujourd’hui n’a changé que de forme.
                              Tu dois être vraiment inculte pour ne pas savoir que la liberté de penser dépasse largement le simple cadre du droit . Aucune armée ne peut empêcher quiconque de penser !
                              Et d’ailleurs qu’à fait Dieudo de négationniste ? Remettre un prix de l’infréquentabilité c’est cela le négationnisme ? Quand vous ( ceux qui prône une algèbre proche de la tienne)
                               commencerez à assumer votre ethnocentrisme (voir votre racisme tout court ) - au lieu de prôner un universalisme tout aussi laid - les choses se simplifieraient pour vous profondément. Pour l’instant vos discours ne blaguent pas grand monde de censé.
                              Ah la Belgique qui s’excuse lol. Décidement on a pas le même sens du mot « excuse ». En tout cas pour moi on ne s’excuse d’un acte qu’après avoir arrêter ( ou fini) de le commettre ce qui n’est pas le cas de la Belgique.
                              Tu devrais comprendre ne serait-ce qu’avec les torchons de l’AFP que Dieudo se moque bien de ta lumière. C’est dire combien de temps il va encore passer dans les ténèbres ( l’éternité je présume) ! Ah ha ha ha ! le prince des ténèbres ! Le pélérin de la farce et du bon mot ! La pute du rire ! Chapeau bas à Dieudo. Décidement si j’étais griot je lui prêterais volontiers mes services !
                               

                              • Sanctus 26 novembre 2009 16:24

                                albatar

                                Tu férais mieux d’arrêter de mentir pour juste soutenir tes théories fumeuses ! 
                                Quand on émet des accusations le minimum des choses est de les soutenir avec des preuves. Si celles-ci viennent de l’AFP ( où toute dépêche sur le sujet se termine par des incantations de rappels de condamnations pour antisémitisme se gardant bien de rappeler l’acharnement qui à aboutit aux dites condamnations) ou d’autres torchons du même genre on peut bien mentir en son insu !


                                • cimonie raoul 26 novembre 2009 22:13

                                  Sans me meler au débat, je trouve que la démarche est « couillue ». Peut-etre irai je a la Main d’or samedi, si j’ai le temps. J’ai vu ses deux derniers spectacles « mes excuses » et « j’ai fait le con » et ca aide à comprendre ses positions. Dans tous les cas, je ne vois pas pourquoi il devrait être censuré et banni des médias puisqu’on laisse bien des gens malfaisants, chafouins et sournois s’y exprimer librement. Laissons le s’exprimer et aller librement au bout de ses pensées...


                                  • Sanctus 27 novembre 2009 01:16

                                    Très juste Raoul ! Mais en général vous savez ceux qui veulent confisquer la parole ne cherche pas à comprendre. Ils ne savent user que d’anathèmes et autres incantations qui ne trompent plus maintenant que les lobotomisés.


                                    • redac 10 février 2010 23:37

                                      Bonjour PM,

                                      J’attends toujours une réponse sur la provenance de l’image non légendée illustrant votre article sur RTL et la journée de la femme. (@marikopyright)

                                      Provenance qui est obscur et qui me porte hautement préjudice, alors merci de m’éclairer au plus vite.

                                      Je vous relancerais tous les ours jusqu’à obtenir une réponse !!!

                                      Merci.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès