• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > ONU, des Shows entre « rameau et fusil », mais des oublis très (...)

ONU, des Shows entre « rameau et fusil », mais des oublis très dommageables

Retour sur les interventions à l’assemblée des Nations Unies des « petits nouveaux » Mrs. MACRON et TRUMP. « Rameau » pour l’un, « fusil » pour l’autre…

Lors des premières interventions devant l’assemblée des Nations Unies le 19 septembre, les petits nouveaux que sont Donald TRUMP l’Américain et le Français Emmanuel MACRON étaient très attendu. On peut dire que le public, comme la presse internationale n’ont pas été déçus. Si pour le Président Français, le rameau symbole de paix caractérisait son show, d’un style diplomatique, du reste brillant, alors que celui du Président Américain, avec sa gouaille habituelle c’était le fusil ou plus exactement la Kalachnikov chère notamment, aux égorgeurs de Daech qu’il n’a cessé de brandir, en particulier, en direction de la dictature « stalinienne » Nord-Coréenne et de l’Iran, parfois de Cuba ou du Venezuela.

Une vision du monde de MACRON opposé à celle TRUMP

Concernant Emmanuel MACRON, de nombreux observateurs n’ont pas manqué de souligner que si à Athènes, face à l’Acropole, il avait exposé, au début de septembre, sa vision de la démocratie et de L’Europe, à l’assemblée générale des Nations unies, face aux représentants de cent quatre-vingt-treize pays, dont cent trente chefs d’Etat, réunis à New York mardi 19 septembre, il a exposé, sur un ton lyrique et passionné, une vision du monde aux antipodes celle de son homologue américain Donald TRUMP.

Par rapport à la Syrie, après avoir affirmé pendant la campagne électorale son soutien à la politique de François HOLLANDE vis à vis de ce pays, lequel exigeait en préalable le départ de Bachar AL-ASSAD et finançait les rebelles Islamistes du Front Al- Nosra (Al Quaïda) au prétexte « qu’ils étaient efficaces contre Bachar AL-ASSAD », ce fut l’un des premiers sujets évoqués par Emmanuel MACRON qui a appelé la communauté internationale « à prendre acte de son échec collectif et à s’interroger sur ses méthodes ». Laissant ainsi entendre qu’il souhaitait reprendre l’initiative dans ce dossier-clé, y compris pour la sécurité nationale, car « agir pour la paix en Syrie c’est agir pour le peuple syrien mais aussi contre le terrorisme islamique ». N’avait-il pas reconnu il y a quelques temps que le Président Syrien est incontournable pour une solution politique dans ce pays et que la priorité des priorités c’est l’éradication du terrorisme Islamique… A l’évidence, on peut noter un changement de cap qui va dans le bon sens par rapport à son prédécesseur et à ses propos de campagne électorale… On peut regretter, toutefois que les relations diplomatiques ne soient pas envisagées avec le Gouvernement légal de ce pays, dont l’armée et la population paye le prix fort contre les Djihadistes.

En voulant également se poser, comme la voix des sans-voix quand il a énumére dans une anaphore : Bana, la petite Syrienne d’Alep, Ousman, le jeune Malien, Kouamé, le migrant arrivé en Europe au péril de sa vie et tant d’autres, il fonde avant tout sa vision politique sur le multilatéralisme, la concertation entre les nations, le respect des accords en particulier celui de Paris sur le climat ou celui de Vienne sur le nucléaire Iranien et sur la primauté de l’action diplomatique pour résoudre les crises, y compris les plus problématiques et risquées comme celle créée par la course à l’arme atomique de la Corée du Nord.

Par ailleurs, l’allusion aux rodomontades du Président Américain, menaçant le « méchant régime » de la Corée du Nord d’une totale destruction ou contre l’Iran est explicite. Même s’il entretien des relations plutôt chaleureuse avec le Président US et bien qu’il ne le nomme jamais, cela illustre sans détour et sans les cacher ses désaccords.

Quand TRUMP brandit le fusil et se trompe parfois de cible

Il est surprenant, voire choquant qu’un Etat membre de l’Organisation des Nations unies (ONU) menace de « détruire totalement » un autre pays devant ses représentants, ce qui signifierait l’extermination d’une population de plus de 25 millions d’habitants. HITLER doit s’en retourner de jalousie dans sa tombe. Or c’est bien cette promesse, qui serait un crime contre l’Humanité qu’a fait froidement le Président Américain à l’égard de la Corée du Nord. Aider à rétablir la liberté et le respect des Droits de l’Homme pour libérer la population de ce pays de l’oppression « Stalinienne » est totalement incompatible avec les menaces proliférées par TRUMP, indignes de la fonction Présidentielle Américaine. Vouloir imposer par l’arme atomique, une réunification de la Corée, alors qu’une partie du territoire serait vitriolée, ainsi que d’afficher de cette manière une prééminence Américaine dans cette région relève de la folie meurtrière. Mr. TRUMP et ses conseillers ont- ils pensé que plus les USA se feront menaçant pour le régime Nord Coréen, plus celui-ci amplifiera ses essais nucléaires, avec les risques que cela suppose, en particulier pour ses voisins du Sud et le Japon… 

Tout en pointant son fusil en direction de Cuba et du Venezuela pour s’efforcer de se présenter comme le gendarme du monde, concernant l’Iran, comme toujours depuis son élection, le Président Américain, mis à l’épreuve du multilatéralisme, ne cesse d’affirmer : « Je mettrai toujours l’Amérique en premier ». De même que lors du discours prononcé en mai à Riyad, au terrorisme djihadiste, pourtant lié aux courants les plus radicaux de l’islam sunnite, il n’a pas hésité à y assimiler l’Iran, alors que ce pays s’appuie au Moyen Orient, en dehors de l’Irak sur certaines minorités chiites et en méconnaissance, voire une totale ignorance de la situation, il n’a absolument tenu aucun compte que l’Iran figure dans la coalition en lutte contre le terrorisme Islamiste Sunnite de Daech, Al-Quaïda et consort.

Tout en se gardant bien d’annoncer une sortie Américaine de cet accord conclu avec les membres permanents du Conseil de sécurité ainsi que l’Allemagne, il n’a pas hésité par ailleurs « d’éreinter » une nouvelle fois l’accord de 2015 sur le nucléaire, considéré selon lui comme « une honte » et de rajouter : « Nous ne pouvons pas respecter un accord s’il sert à ne pas respecter les engagements de l’Iran, alors que l’Agence internationale de l’énergie atomique assure que Téhéran respecte ses engagements.

Après s’être emporté, tantôt contre l'Europe, le Mexique, Cuba, le Venezuela, la Chine, depuis l’assemblée générale de l’ONU, TRUMP en rajoute une couche en envoyant des bombardiers survoler la Corée du Nord, ne faisant ainsi que renforcer la détermination du dictateur Coréen de poursuivre l’escalade dans sa dotation de missiles nucléaires, avec les risques que cela comporte.

Impact démographique et nouvelle révolution industrielle du numérique, on peut regretter que ces problématiques d’avenir pour l’humanité soient absentes des interventions des chefs d’Etat

Excepté pour le Président Américain qui avait décidé de se retirer de l’accord de Paris, les accords sur le climat restent une priorité. Pendant son allocution à la tribune de l’Assemblée générale, Emmanuel MACRON devait revenir sur la notion de « biens communs » qu’il avait développée dans son discours d’ouverture de la semaine des ambassadeurs. « Notre premier bien commun, c’est notre planète » avait-il ainsi énoncé, fin août à Paris. Sa déclaration avait d’ailleurs fait l’objet de critiques non fondées. Si on se réfère à la publication de Mr. Didier BARTHES, porte parole national de l’association »Démographie responsable  » qui reprend des extraits des travaux de L'ONU et l'INED, dont évidemment les résultats de leurs analyses sont très semblables, c’c’est environ 10 milliards d’habitants en 2050 : http://economiedurable.over-blog.com/

Dommage que la question démographique ne fût pas évoquée par Emmanuel MACRON, alors qu’il y a urgence

On peut, par ailleurs, regretter que le Président Français n’ait pas réédité sa déclaration faite à l’issue de la réunion du G20 sur la problématique démographique, où il affirmait « Quand des pays ont encore sept à huit enfants par femme, vous pouvez décider d’y dépenser des milliards d’euros, vous stabiliserez rien. » On ne peut aujourd’hui contester qu’avec les explosions successives de la bombe démographique et l’utilisation des énergies fossiles, l’homme est devenu une force géologique destructrice. Alors que dans notre pays la plupart des scientifiques ne cessent de l’affirmer : La Terre est entrée dans une nouvelle ère environnementale. Ce qui nous arrive n’est pas une simple crise environnementale, mais une révolution d’origine humaine due au nombre et aux énergies fossiles. Si les 11 500 dernières années ont connu des conditions de vie relativement stables permettant à l’homme de sauter de la terre labourée du néolithique au sol lunaire, désormais nous filons vers l’inconnu. Il a fallu plusieurs millénaires pour atteindre le premier milliard d’habitants et moins de deux siècles pour atteindre et dépasser les sept milliards, dont un milliard entre 2000 et 2012. Actuellement, nous vivons un tournant irréversible de l’histoire de notre planète, l’influence de l’homme atteint une ampleur, telle qu’elle précipite l’avènement d’une nouvelle ère géologique. Cette nouvelle ère c’est l'Anthropocène, où l’humanité constitue une force planétaire géologique. Depuis deux siècles, nous sommes en train de nous extraire de l'Holocène, une période interglaciaire commencée il y a plus de 10 000 ans et qui a fourni des conditions environnementales extrêmement stables, permettant le développement mondial que nous connaissons.

En l’espace des trois révolutions industrielles la population mondiale a été multipliée par dix sur un peu plus de deux siècles. Actuellement, tous les quatre jours et demi ce sont un million d’humains qui s’ajoutent à la population mondiale (près d’un milliard par décennie). Au cours des 40 dernières années la population a presque doublé. Pendant la même période, en se référant à l’étude de B. SUNDQUIST de l’Institut du Minnesota, (Topsoil loss - Causes, effects and implications : a global perspective), c’est plus de 100 000 km2 de terres arables qui disparaissaient annuellement. Autrement dit, comme j’ai eu l’occasion de le rappeler, en 40 ans cela correspond à la superficie des 28 Pays de l’Union Européenne. Le sol constitue depuis la nuit des temps un capital biologique que nous n’avons cessé de dilapider depuis que nous dépendons des céréales saisonnières. L'érosion des sols est aujourd’hui irréversible car la régénération est si lente qu'on se doit de considérer la couche arable comme non renouvelable. Comme les sols sont biologiquement morts, on leur ajoute de plus en plus d’engrais chimiques ou organiques. Malgré ça, les rendements sont en train de stagner en Europe et baissent en Afrique. L’autre conséquence de cette course au rendement, c’est la dégradation des produits. On estime que 40 % des blés produits en Europe sont de si mauvaise qualité qu’on ne peut en faire du pain, ils sont donnés directement aux cochons. Pire on s’en sert comme carburant dans des chaudières. Nous brulons du blé ou nous le donnons aux cochons (élevés en intensif) pendant que des enfants meurent de faim ! Il faut comprendre que les gros rendements produisent des cultures de qualité lamentable, exemple : le pain français, il est de si mauvaise qualité qu’il se dessèche à toute allure. Les Français jettent environ 400 000 tonnes de pain chaque année, l’équivalent de la consommation du Portugal. Quel est l’intérêt de polluer l’environnement pour faire du pain qu’on jette à la poubelle ? Et qui, au final, coûte cher au kilo...

Surpopulation en constante progression et alimentation, équation impossible. Autre problématique de la démographie

Il y a actuellement plus d’habitants dans la plupart des pays industrialisés que ce que la terre intra muros peut nourrir, ce qui signifie qu’une part de plus en plus importante la nourriture provient de l’extérieur de ces pays … Le problème pour les pays pauvres en surpopulation, faute de pouvoir importer de la nourriture, via des productions agricoles ils se trouvent confrontés à des famines récurrentes, le tout aggravé par les dérèglements climatiques.

Sous la pression de l’industrie Agro-alimentaire et des multinationales des phytosanitaires, productrices d’herbicides, insecticides, fongicides et graines traitées chimiquement, dont la France occupe la deuxième place mondiale pour le volume de produits phytosanitaires consommés, avec 40% n'atteignent pas la cible prévue et se retrouvent dans l'air, dans l'eau, soutenu par la FNSEA, c’est la création de gigantesques fermes –usines ou les animaux vivent dans un système concentrationnaire sans jamais connaitre le bonheur du pré (fermes de 1000, 4000, voire 10 000 vaches, élevages en batteries de 250 000 à 500 000 poulets. Sans oublier les usines porcines… Si on considère certains traités d’échanges économiques tel le CETA ou TAFTA, on peut imaginer que demain, après avoir absorbé en grande quantité tout au long de leur pauvre vie, antibiotiques et hormones, arrivés en fin de vie et après abattage, ces pauvres animaux reviendront à l’issu de multiples déplacements, congelés ou transformés dans les assiettes des populations les plus modestes. Pire, si un Etat s’y oppose il peut être condamné par un tribunal arbitral (privé). Là encore on peut regretter que cette thématique n’ait pas fait l’objet d’échanges lors de cette assemblée générale de l’ONU…

Et que dire de l’équation démographie – énergie avec les besoins de la nouvelle révolution numérique

Pour faire face à la croissance de consommation d’électricité qu’impose la nouvelle révolution du numérique (4eme révolution industrielle pour les experts du forum économique mondial de Davos), liée à la croissance démographique, ce n’est pas l’espoir d’une transition énergétique par L’émergence de la production d’électricité renouvelable (essentiellement éolienne, mais aussi solaire ou issue de la biomasse) qui va permettre d’assurer cette croissance. Outre les désagréments liés à l’espace, aux paysages et au et coût, se pose surtout le problème de l’intermittence de la production.

Si certains pays souffrent encore de pénurie électrique, je rappelle que la consommation électrique globale connaît pourtant une croissance constante depuis 1971 qui a été multipliée par 3,2, alors que la population mondiale a été multipliée par un peu moins de 2, ce qui est considérable et ne semble pas prête de s’arrêter. Pas un pays n’a connu une stagnation de la consommation entre 1971 et 2013. Tous, sans exception, ont eu une consommation annuelle en progression constante par habitants, qui va s’amplifier à cause des besoins légitimes des populations du tiers monde, de la croissance démographique et les exigences des nouvelles applications de l’intelligence artificielle inhérent à la quatrième révolution industrielle. Il faut savoir qu’entre 2001 et 2010, la consommation de certains pays en développement a considérablement augmenté : elle a été multipliée par 2,8 pour la Chine, par 1,8 pour l’Inde et par 1.5 pour le Brésil. En France, la consommation totale d’électricité a presque été multipliée par 1,5 en 20 ans

L’éolien et le solaire sont, par ailleurs très dépendants de métaux rares dont l’accès pourrait devenir de plus en plus incertain, a fortiori si ces formes d’énergie doivent être massivement développées. Exemple : le dysprosium et le néodyme, deux terres rares produites presque exclusivement par la Chine, laquelle a d’ores et déjà fait savoir que ses gisements actuels étaient en déclin. Il faut savoir qu’une voiture hybride contient un kilo de néodyme et Selon les études réalisées à ce jour, une éolienne utiliserait de 600 à 700 kg d’aimants par MW de capacité, dont 25 à 29% de néodyme et 4% de dysprosium dans l’aimant permanent de la génératrice (http://www.eolien.be/Terres%20rares). Il faudrait multiplier par 26 d’ici à 2035 les extractions de dysprosium pour faire face aux enjeux du changement climatique…

Selon les dernières estimations de l’Agence Internationale de l’Energie (AIE), la consommation d’électricité dans le monde devrait augmenter de 75 % d’ici à 2030, passant de 19.756 TWH à 34.292 TWH. Les pays en voie de développement seraient à l’origine de plus de 80 % des nouveaux besoins, Chine et Inde en tête.

La production d’électricité s’accompagne de forts rejets de CO2. Dans le monde, ces rejets sont de 565 grammes de CO2 par KWH produit. Par exemple, en Union Européenne c’est 331 grammes de CO2 par KWH produit, dont en France 79 gr. CO2 par KWH produit. Les USA c’est 522 grammes de CO2 par KWH produit. La Chine c’est 766 grammes de CO2 par KWH produit.

Ainsi, par son nombre et son activité économique, l’homme est devenu un dévoreur insatiable des énergies fossiles, pour les lesquelles on peut prévoir encore 70 ans de pétrole, une centaine d’années de gaz naturel et d’uranium dont la demande ne cesse de croitre et 200 ans de charbon environ, sans compter que la combustion des énergies carbonées produit beaucoup de CO2. Plus ils sont hydrogénés, moins ils en émettent par unité d’énergie produite. Produire 1 kWh avec du charbon émet environ 1000 g de CO2, 750 g avec du pétrole et de l’ordre de 500 g avec du gaz naturel. Si on y ajoute l’exploitation des terres rares, certes, certaines ne le sont pas encore, dont les réserves pour l’extraction des métaux rares indispensables à la révolution du numérique sont à terme menacées. 

Pour conclure

Sauf catastrophes naturelles en chaîne, accident nucléaire majeur ou très grave pandémie, la population mondiale devrait atteindre ou se rapprocher des 10 milliards d’habitants en 2050. En parallèle, si l’on considère l’épuisement des fonds marins et les nappes phréatiques trop profondes pour être exploitées, l’accélération de la sixième extinction des espèces, due à l’homme, il est urgent que les « maitres du monde » prennent conscience que la population mondiale ne peut ainsi progresser à l’infini et qu’il faut absolument prendre en compte la notion de capacité limite en nombre d’humains qu'un environnement spatial donné peut supporter à terme sans risque de conflit majeur…

 

Documents joints à cet article

ONU, des Shows entre « rameau et fusil », mais des oublis très dommageables

Moyenne des avis sur cet article :  2.33/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • Ouam Ouam 26 septembre 22:21

    merci pour cet article qui resume assez bien la situation générale.
    ouam,


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 27 septembre 09:31

      Deux visions opposés, certes, mais laquelle est la plus juste ?

      Celle de Macron, ce n’est pas le multilatéralisme, c’est la mondialisation heureuse.

      Celle de Trump, derrière ses phrases aux doubles, triples, voire quadruples interprétations (comme celle de rayer de la carte un pays tout entier : veut-il le faire, ou ne fait-il qu’ énoncer ce qui est une évidence ? ), est peut-être un peu plus réaliste, non ?

      Faut-il vraiment déplorer qu’il mette un coup de canif dans le green bizness des accords de Paris ? N’est-ce pas, là aussi, le moyen de remettre les choses à l’endroit alors qu’elles sont parties à l’envers depuis si longtemps ?


      • Christian Labrune Christian Labrune 27 septembre 10:57

        Celle de Trump, derrière ses phrases aux doubles, triples, voire quadruples interprétations (comme celle de rayer de la carte un pays tout entier : veut-il le faire, ou ne fait-il qu’ énoncer ce qui est une évidence ? ), est peut-être un peu plus réaliste, non ?
        --------------------------------------------------------------
        @Olivier Perriet
        Depuis soixante-dix ans, l’Amérique veille sur le 38e parallèle. Si elle ne l’avait pas fait, il y a longtemps que les Coréens du Sud crèveraient la dalle comme ceux du nord. L’Amérique n’a jamais menacé de détruire la Corée du Nord, elle s’est seulement efforcée, en déployant des moyens militaires au Sud et dans les environs, de figer le rapport des forces. Ce n’est probablement pas demain qu’au Sud on lira sur les murs « US go home ! ». Si on enlève le parapluie américain, ce petit pays est foutu.

        La réplique de Trump s’inscrit donc dans une politique de dissuasion qui n’a jamais varié. L’agression, purement verbale pour l’instant, vient donc incontestablement de la Corée du Nord. Ce qui s’observe cependant dans la presse et souvent sur ce forum, c’est la même réaction névrotique qui s’est déjà répétée bien des fois à propos des terroristes islamistes. « Il viennent, jusque dans vos bras, égorger vos fils, vos campagnes » (et au sens propre du terme !), mais des esprits perturbés, au lieu de crier « Aux armes, citoyens ! » leur disent : « vous n’aurez pas notre haine ». Faut les comprendre, en effet, ces pauvres jihadistes ! On a dû leur faire bien du mal, nous autres purs salauds, pour qu’ils en arrivent là ! Car nous sommes de parfaits salauds, nous autres occidentaux. La preuve : c’est ce que disent tous nos ennemis qui rêvent de nous supprimer, au premier rang desquels les plus épris de liberté et les plus démocrates d’entre eux, les Iraniens et les Coréens du nord en particulier.

        Je suis donc tout à fait d’accord avec votre appel à un plus grand REALISME. C’est bien le moins qu’on puisse souhaiter.


      • OMAR 27 septembre 19:24

        Omar9

        Parlez de la reproduction des escargots, d’une étoile que l’on vient de découvrir, des dégâts du Lévothyrox, bref, de n’importe quel sujet et le fil est tout de suite empesté par cette haine anti-musulmane.
        Bof, il est vrai qu’actuellement Ste-Anne affiche complet....
        Alors, tant que cela peut calmer ces psychopathes....


      • foufouille foufouille 27 septembre 09:32

        "Comme les sols sont biologiquement morts, on leur ajoute de plus en plus d’engrais chimiques ou organiques.« 
        le sol n’est pas mort car non vivant, il juste temporairement non rentable.
          »Malgré ça, les rendements sont en train de stagner en Europe et baissent en Afrique. L’autre conséquence de cette course au rendement, c’est la dégradation des produits. On estime que 40 % des blés produits en Europe sont de si mauvaise qualité qu’on ne peut en faire du pain"
        il s’agit blé non panifiable, pas de déchets.


        • Christian Labrune Christian Labrune 27 septembre 11:10

          @foufouille
          Quand on est à deux doigts d’une explosion du Moyen-Orient susceptible de conduire à une troisième guerre mondiale et cette fois nucléaire, la question du rendement des cultures de carottes, biologiques ou pas, et celle de savoir s’il faut ou non recourir à des pesticide ou interdire les OGM, c’est en effet tout à fait essentiel.

          Mais les écolos, sans le savoir, ont probablement raison. Le réchauffement climatique les obsédant jusqu’à la panique, une guerre nucléaire qui ferait tomber partout, en quelques semaines de plusieurs dizaines de degrés la température, et pour de longues années (c’est ce qu’on appelle « l’hiver nucléaire ») ce serait un providentiel remède à leurs angoisses. La température finirait par remonter, bien évidemment, mais pendant quelques dizaines d’années, on pourrait penser à autre chose, et par exemple à la nécessité d’une nourriture plus saine et plus équilibrée sur nos tables.


        • foufouille foufouille 27 septembre 15:00

          @Christian Labrune
          vu son article ça lui plairait certainement.
          l’écologie était bien mieux en 90.


        • Christian Labrune Christian Labrune 27 septembre 15:25

          https://www.egaliteetreconciliation.fr/Corinne-Lepage-veut-ficher-les-climatosceptiques-36000.html

          @foufouille

          à l’adresse ci-dessus, il est fait état des déclarations d’une certaine Corinne Lepage, écologiste notoire, proposant de ficher les climato-sceptiques.
          J’avais entendu par hasard une de ses interventions sur une chaîne télévisée, il y a une quinzaine de jours, où elle allait beaucoup plus loin : tout climato-sceptique était de fait un criminel contre l’humanité et devrait par conséquent avoir à répondre de ses opinions devant un tribunal ad hoc.
          NKM avait déjà déclaré que tout climato-sceptique était « un con ». Le jihadisme écologiste, comme on peut le voir, est en bonne voie et pourra prendre la relève après l’effondrement du Califat de Raqqa.

          Je n’ai pas pu retrouver la video, de C. Lepage, mais je ne l’ai pas rêvée : je n’aurais jamais songé à imaginer un pareil degré de sottise, et c’est après l’avoir vue et entendue que j’ai commencé à chercher sur le net des déclarations de cette nature. On n’a aucun mal à les trouver, mais si quelqu’un pouvait nous signaler cette video qui allait encore beaucoup plus loin que tout ce qu’on peut lire, qui atteignait vraiment dans le délire des sommets qui justifieraient un internement immédiat à Sainte-Anne, ce serait bien de nous la communiquer.


        • foufouille foufouille 27 septembre 17:29

          @Christian Labrune
          ça m’étonne pas.
          je me souviens d’un auteur vert qui soutenait que seuls les verts auraient accès aux zones vertes ou que ce ce serait les seuls à pouvoir se reproduire.


        • JC_Lavau JC_Lavau 27 septembre 09:55

          Woah ! La cata dans la tête à Daniel : « forts rejets de CO2 » !

          Elles bouffent quoi, tes plantes ?

          • Christian Labrune Christian Labrune 27 septembre 10:06

            à l’auteur,
            Je trouve assez caricaturale votre manière d’opposer Trump et Macron, qui correspond tout à fait à la doxa qui prévaut depuis pas mal de mois dans la presse française et il ne serait pas bien difficile d’inverser complètement le point de vue que vous proposez.
            Dans le conflit avec la Corée, votre comparaison entre Trump et Hitler est parfaitement incongrue. Je ne sache pas que les Américains, même à l’époque de la guerre froide et même à l’époque des missiles de Cuba, aient jamais prétendu qu’ils allaient écraser le bloc de l’Est sous les bombes atomiques. Et les Soviétiques non plus ne l’avaient pas fait. La stratégie de la dissuasion qui se met en place dans les années 60, après quelques errements dans les années 50 (Curtis Le May) était : si vous nous attaquez, nous répondrons, la guerre sera perdue pour les deux belligérants, mais nous ne prendrons évidemment jamais l’initiative d’une apocalypse nucléaire. Les propos de Trump s’inscrivent dans cette théorie qui n’a certes rien de bien exaltant mais qui aura quand même été efficace depuis la seconde guerre.
            Le nucléaire irano-coréen n’obéit plus du tout à cette logique. Il est carrément belliciste et il désigne avec précision et de la manière la plus précise les parties du territoire adverse qui seront vitrifiées : des villes du Japon, du nord de l’Amérique et même, très explicitement, l’île de Guam. Alors que les Allemands, à Münich, prétendaient qu’après l’annexion de de quelques territoires de langue allemande ils seraient contents pour l’éternité et qu’ils dissimulaient à Wannsee leur projet génocidaire, les Iraniens répètent à l’envi depuis Khomeini (et ils l’ont répété durant les accords de Vienne) leur intention de « rayer Israël de la carte du temps ». Bluff ? Plaisanterie ? Lisez au début du Petit livre vert de l’ayatollah Khomeini ce qui est dit de la nécessité de la guerre sainte, voyez les manoeuvres actuelles de l’Iran et de ses armées terroristes du Hezbollah, vous serez vite édifié.
            L’excellent Christian Mallard faisait remarquer naguère qu’il serait peut-être possible de ramener à la raison le cinglé de PyongYand parce sont objectif est de garder indéfiniment le pouvoir et qu’il n’est en rien suicidaire, mais que l’islam est une religion suicidaire. « Nous aimons la mort, comme vous aimez la vie », disaient les jihadistes sunnites, et je crains que l’islam chiite ne soit encore plus suicidaire que l’autre.
            Que de lourds périls pèsent actuellement sur la planète, cela ne fait aucun doute, et il ne fait aucun doute non plus qu’ils ne sont nullement pris en compte par un Macron. Il y a actuellement pas mal de site iraniens qui ne sont jamais visités par la commission chargée de veiller au respect des accords sur le nucléaire. Particulièrement le site souterrain de Fordo où travaillent beaucoup de Coréens du Nord. On a vu la semaine passée l’essai d’un missile iranien d’une portée de deux mille kilomètres. Les Coréens en ont qui vont cinq fois plus loin et les transferts de technologie entre les deux pays vont très vite. Je n’ai pas une bien grande estime pour la science islamique, mais croire que les Iraniens disposant de toute la puissance de calcul qu’il faut pour modéliser une bombe ne seraient pas capable, en trente-cinq ans, de réaliser ce que les physiciens du projet Manhattan ont fait en trois ans à une époque où les ordinateurs étaient dans la petite enfance, ce serait vraiment les prendre pour des cons. Or, dans les guerres, mépriser l’ennemi, c’est s’exposer vite à de très grands risques.
            Il est très clair qu’il n’y a aucune commune mesure entre ce péril actuel et la doxa du réchauffement planétaire qui est devenue la tarte à la crème d’une presse occidentale complètement crétinisée. C’en est au point qu’une écologiste française, naguère, voulait qu’on assimilât à des auteurs de crime contre l’humanité les climato-sceptiques. Aller plus loin que cela, c’est totalement impossible  : on approche là d’une asymptote de la connerie.
            Or, il est très clair que le pauvre Macron confond la fonction présidentielle avec celle d’illusionniste en chef, et sur tous les tableaux.
            Il sait très bien que ce n’est pas en favorisant les licenciements qu’on risque de résoudre la question du chômage. Il sait très bien aussi qu’au milieu de ce siècle, la moitié des emplois sinon plus auront totalement disparu, et qu’il serait donc urgent dans les dictionnaires, de faire suivre, le mot « chômage » de l’abréviation Vx (vieuxi) par laquelle le dictionnaire de Robert signale qu’un mot est sorti de l’usage ordinaire : la condition normale de l’homme, avant la fin de ce siècle, et avant son remplacement définitif sur la planète par des cyborgs et des machines intelligentes, ce sera l’otium des citoyens romains. L’idéologie du travail libérateur fabriquée par la bourgeoisie des lumières aura duré moins de trois siècles. Dans l’histoire universelle, c’est très peu.
            Macron sait très bien aussi que lorsque les accords de dix ans sur le nucléaire iranien auront pris fin, ce sera la guerre. Peut-être même avant, mais son mandat aura pris fin. On ne l’a mis là où il est que pour permettre à quelques grosses entreprises du genre Peugeot ou Airbus et à leurs actionnaires d’engranger autant de bénéfices qu’il sera possible en vendant à l’Iran tout ce qui peut lui être nécessaire pour préparer sa guerre. Après moi, le déluge. Cette formule bien connue peut très bien résumer la politique de Macron.
            La levée des sanctions économiques visant l’Iran aura permis naguère à Rohani-Colgate, derrière ses jolis bouquets de fleurs truffés de micros, d’annoncer une rallonge de 520 millions de dollars à la recherche sur les missiles balistiques. Et le Hezbollah, bras armé terroriste de l’Iran vient de recevoir 800 millions de dollars pour ses bonnes oeuvres.
            Hier, à l’Elysée, on recevait en grande pompe le général Aoun, marionnette de l’Iran, SI le grade de maréchal existe au Liban, c’est celui qui conviendrait à son président résolu à la plus « franche collaboration » avec l’islamo-nazisme iranien.


            • JC_Lavau JC_Lavau 27 septembre 13:46

              « les sols sont biologiquement morts ». N’hésite pas à exhiber tes études et diplômes en microbiologie des sols.

              Je sais, c’est assez complexe...
              Tandis qu’un slogan, c’est tellement plus expéditif !

              • JC_Lavau JC_Lavau 27 septembre 13:50

                « faire face aux enjeux du changement climatique ». C’est qu’il y croit toujours, cet [censuri] !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article

ONU


Palmarès



Partenaires