• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Oser un nouveau Concordat

Oser un nouveau Concordat

Les attentats en Europe de ces derniers mois, même s’ils ne sont que la suite logique d’une guerre déclarée à la France depuis le début des années 90, doivent faire prendre conscience qu’on ne peut plus rester les bras croisés à regarder pousser sur notre sol l’islam radical. Il faut dire stop à celles et ceux qui nous répètent que les attentats n’ont rien à voir avec la religion musulmane et les mettre devant les faits. Les musulmans ne sont pas tous coupables mais tous les coupables sont musulmans. Une fois cela admis, il faut être capable de faire une véritable révolution intellectuelle faisant admettre que si une guerre se gagne par les armes, elle se gagne aussi par les esprits. 
 
Pour cela il faut se plonger dans ce qu’a fait Napoléon tant avec le Concordat en 1802 qu’avec les Juifs en 1807 et l’appliquer à l’islam. Après avoir établi le Concordat de 1801 (texte diplomatique signé entre Napoléon Bonaparte et le représentant du Pape Pie VII, qui concerne la seule Eglise catholique), il fera ajouter les articles d’avril 1802 qui s’appliquent aux religions protestantes et à la religion catholique et enfin les articles du 17 mars 1808 organisant le culte israélite, après la réunion du Grand Sanhédrin de 1807. Le catholicisme est reconnu comme « la religion de la grande majorité des Français », le Concordat ne fait donc pas du catholicisme la religion officielle de la France, il donne une place officielle aux autres religions, en 1802 pour le protestantisme, et en 1808 pour le judaïsme. La manière dont les consistoires protestants et juifs se mettent en place se veut un signe d’intégration. Dès les débuts du Consulat, Napoléon Bonaparte a voulu rendre la pratique religieuse compatible avec les nouvelles valeurs de tolérance et de liberté héritées de la Révolution. A ses yeux, toutes les religions devaient être admises sans exception et coexister pacifiquement, sans qu’aucune n’impose sa volonté aux autres, ni surtout à l’État. Ce sont les fondements de la laïcité, motivation première de Napoléon qui est l’initiateur de cette valeur. 
 
Ainsi, il faut repenser la loi de 1905 sur la séparation de l’Eglise et de l’Etat pour la simple et bonne raison que les rédacteurs de cette loi, dans leur bonté humaniste, n’avaient pas pris en compte l’islam et les musulmans pourtant présents dans les colonies (Il en est de même soit-dit en passant des bouddhistes). En effet comment vouloir contrôler ce qui se dit dans les mosquées, comment former et nommer un clergé Français, si l’Etat ne peut pas se mêler de religion ? Il faut donc réformer la loi de 1905 et la laïcité à la française dans son ensemble. N'ayons pas peur d'ouvrir un vaste débat utile et complet sur la question, sans exclure la possibilité d'une vraie révolution dans l'approche des religions par notre droit.
 
Ce nouveau Concordat doit se faire par la mise en place d’un véritable Conseil Français du Culte Musulman qui sera l’outil permettant, in fine, l’assimilation. « Français » a son importance car contrairement au gadget créé par Nicolas Sarkozy, ce conseil sera national et en aucun cas entre les mains de pays étrangers par le biais de ses diverses composantes. Ce nouveau conseil aura pour tâche de développer des imams de France, formés en France selon une conception républicaine de l'Islam. Il devra veiller notamment au respect des lois françaises et à l'usage de la langue française dans toutes les mosquées. 
 
Vivre sa religion en paix impose de renoncer aux règles incompatibles avec les lois de la République. Cela impose de faire sien l’article 1er de la Constitution et le Code Civil. Vivre sa religion en paix c’est respecter les valeurs qui font la France, son mode de vie, son histoire et sa culture. Vivre sa religion en paix c’est admettre que la République prévaut sur le Coran. Il ne faut ainsi pas hésiter à sanctionner sévèrement des comportements inadmissibles à l'intérieur même des mosquées. Le droit de pratiquer sa religion implique qu'il soit soumis à des conditions.
 
A côté de ce Concordat à construire en collaboration avec les Français musulmans ouverts et sincères, il faudra interdire les écoles musulmanes hors contrat tout comme il faudra interdire toutes les associations en rapport avec les salafistes et autres extrémistes religieux. 
 
L'Etat, aujourd'hui, ne doit favoriser aucune religion, tout en respectant les traditions françaises qui sont devenues indépendantes de la pratique du catholicisme et dont tous les Français, et étrangers vivant sur notre sol, profitent. 

Moyenne des avis sur cet article :  1.41/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion M de Sourcessure 16 avril 2016 12:08

    Merci pour cet article qui va enfin permettre aux pastafariens d’être reconnus en France., comme en Pologne en avril 2014 . Les pastafariens pourront enfin porter une passoire sur la photo de leur permis de conduire comme en Nouvelle-Zélande où l’Église du Monstre en Spaghetti Volant est autirisée à célébrer des mariages. Le nouveau concordat permettrait de rejoindre les Pays-Bas qui ont reconnu administrativement le pastafarisme comme religion en 2006.



    • Elliot Elliot 16 avril 2016 13:15

       " Vivre sa religion en paix c’est admettre que la République prévaut sur le Coran ".

      Présenté ainsi, qui est en sorte mettre la loi des hommes ( par nature fluctuante ) au-dessus de celle révélée de Dieu, cela équivaut à nier la valeur transcendantale de la divinité et cela n’est acceptable par aucun croyant ( de quelque obédience fût-il ) sans se renier.

      Pour éviter que le croyant Ʌ soit écartelé entre loi divine et contingences humaines codifiées, il conviendrait en effet que toutes les religions soient mises sur un pied d’égalité et, par conséquent, que l’Islam soit arraché aux multiples pays qui en parasitent les textes et en parrainent l’exercice par défaut.

      Car on ne peut à la fois piailler pour un Islam républicain et ne pas se donner les moyens de le faire émerger : la séparation de l’église et de l’état n’empêche pas que certains lieux de culte catholique bénéficient, à juste titre d’ailleurs, de moyens financiers octroyés par l’état ou les collectivités locales dans le cadre de la gestion du patrimoine historique, sous l’alibi des aides aux associations.

       

      Il ne s’agit pas de multiplier ( en paroles le plus souvent ) les instruments de la nécessaire contrainte sans installer en parallèle les outils de libération : l’Islam est en plein questionnement même si les médias préfèrent s’attarder sur l’insolite comme les délires d’un pseudo imam de Brest – plus gourou que théologien – qui devrait sans doute être meilleur client de la psychiatrie que de l’attention des médias qui lui servent de caisse de résonance pour abuser les esprits faibles .

      Qu’on l’appelle concordat ou d’un autre vocable, la gestion de la deuxième religion de France mérite mieux que les hennissements de haine ou l’instrumentalisation politicienne de ce fameux voile : au nom de la libération de la femme, on en met objectivement des dizaines de milliers en quarantaine.

      La place de l’Islam - qui est là et restera là - justifie d’un débat serein où certains seraient bien réfléchir avant de s’exprimer : le brut de décoffrage n’a jamais été le parler vrai, il en est même l’antithèse, il obscurcit le débat au point de l’annihiler.


      • David Saforcada David Saforcada 16 avril 2016 13:25

        @Elliot d’où ce CFCM (hors contrôle de l’étranger) visant aussi à permettre de construire l’égalité dont vous parlez. Égalité qui ne peut se concevoir qu’après l’acceptation des points évoqués. Pour ce qui est de l’islam hors de France je peux vous rejoindre mais il faut savoir quels seraient les moyens à employer sans etre taxé d’ingérence. 


      • Elliot Elliot 16 avril 2016 15:39

        @David Saforcada



        Je ne traite pas de l’Islam hors de France et de ces différentes déclinaisons dont la nature n’est pas de notre ressort.
        Ceux qui, ayant expérimenté les formes extrêmes ou extravagantes du délire islamiste, ont été libérés en sont pour la plupart dégoûtés à jamais.
        Sont-ils revenus à des formes plus apaisées de la foi ou s’en sont-ils éloignés dans leur tête est une question en suspens dont on n’aura les réponses que dans quelques années.
        J’évoque l’Islam en France qui est majoritairement ( enfin, je crois ) piloté du dehors, d’ Algérie, du Maroc, du Qatar, de l’Arabie saoudite,de Turquie, etc...
        Dans ce cas-là, l’ingérence dans le culte n’est pas de notre fait mais de l’état étranger qui finance et impulse le substrat doctrinal, créant ainsi d’ailleurs différents courants en compétition les uns avec les autres.
        Il n’y a aucune raison théologique pour que les Musulmans ne s’affranchissent pas des directives de leurs états d’origine ou des états qui financent leur lieu du culte, ce sont des puissances temporelles au même titre que la France où ils vivent et dont ils doivent respecter les lois, ce qui ne veut pas dire les us et coutumes quand ces derniers n’ont aucun sens pour eux.
        Mais ça ne sert à rien de vouloir négocier ou imposer quelque chose s’il n’y a pas cette solution de rechange que vous et moi appelons de nos vœux et que, comme sœur Anne, nous ne voyons pas venir dans le flot d’imprécations et de mises au ban. 

      • David Saforcada David Saforcada 16 avril 2016 15:49

        @Elliot autant pour moi. Oui il faut que l’on mette fin à ce contrôle étranger sur nos mosquées, sur le CFCM, sur la majorité des musulmans. A titre d’exemple le président actuel du CFCM est marocain et ses vice-présidents sont algérien pour l’un et turc pour l’autre. 


      • Ouam2 (---.---.41.186) 16 avril 2016 16:56

        J’y dépose mon simple avis de misérable terrien.

        Nous ne sortirons pas, sans avoir eu notre yougoslavie (balkans) de cet islam radical et pourquoi ?

        Ce n’engage que mon avis et mes constatations, ce concordat n’aura pas lieu a cause de :

         

        - Trop de lachetée politique.

        - Cela arrange bien trop certains groupuscules politiques qui se servent du facteur conmmunautariste en y liant l’islam intégriste, pour leur sombre propagande

        (ils se reconnaitrons en me lisant face à leur glace)

        - La boboisation rampante (et oui, c’ est nettement plus facile, et confortable comme postion) 

         Bobos qui bien sur fuient comme la peste APRES les quatiers touchés par cet Islam radical,

         mais bien sur les 1ers à donner des grandes leçons (rire, on s’est...compris !)

        - Il ne peut PAS y avoir de concordat possible avec le whahabisme, c’est tres mal le connaitre

          (ici c’est un message spécialement pour l’auteur, ou ceux ignorant les principes fondamentaux du wahabisme)

        - Et dont nombreuses autres cause, que je suis las, d’exprimer une nouvelle fois.

         

        Ca ne pourra, que malheureusement se terminer par un conflit armé, les attentats n’etant que le prémice de ce futur si proche qui galope à grands pas vers vous.

        Si vous en doutez (ce qui votre devoir de douter, et de vérifier), prenez une carte du monde et/ou ecoutez RFI le matin.


        • Ouam2 (---.---.41.186) 16 avril 2016 17:18

          , @Elliot : Algérie 200.000 morts (voir un peu plus...) cet islam théocratique.

           

          Refléchis y le matin devant ta glace !

           

          Je dit ca comme ca, et pas du tout en donneur de lecons.

          Rapopelle toi, l’irak qui etait un pays LAIC du temps de Saadam, et ce qu’il est devenu depuis que c’est une théocratie, et je ne t’épargenerai, pour toi et pour mon clavier l’immense liste ou l’islam reigne en maitre, avec les conditions de vie des peuples le subissant.

          Si tu veut vraiment mon avis intime : une partie de l’islam (Le whahabisme et ses dérivées), c’est la meme doctrine mortuaire que le nazisme, et il sera difficile de le nier (si tu est objectif et que tu prends une carte du monde), c’est lui qui est en train de coloniser l’islam pacifique.

           

          Inutile de partir dans des grandes tirades , ne voir la réalitée, que la réalité

          Un mort est un mort, un viol est un viol, une lapidation est une lapidation, (etcet...) et un nikkab est bien un nikkab (ou un tchador, etc...) ET ce qu’il représente et sous entends (politiquement)

          Le whahabisme et ce qu’il représente symboliquement ne pourra jamais etre géré par un concordat, tu le sait très bien que c’est impossible, c’est lui qui prends le dessus, ne tournons pas autour du pot !

          a+


          •  C BARRATIER C BARRATIER 16 avril 2016 18:01

            Bonaparte n’était pas républicain mais despotique, il a saigné la FRANCE par ses ambitions stupides, il n’est pas une référence de paix....Le concordat est une verrue dans la République et ne concerne qu’une petite patrie de la France, l’Alsace Moselle et on ne le doit pas à Napoléon. Je suis en désaccord avec l’auteur qui veut interdire les classes hors contrat d’association avec l’Etat aux seuls musulmans, ces classes sont déjà pléthoriques dans l’intégrisme catholique cousin de l’intégrisme juif ou musulman, tous se situant hors la loi républicaine.
            Mon point de vue est que dans la République la seule loi imposée à tous soit celle des hommes, car pour parler de loi divine il faut imaginer que des dieux existent ce qui est improuvable et ne correspond pas à ce que pensent les Français.
            Voir en table des news :

            Laïcité, la loi des hommes

             

            http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=287

             



            • César Castique César Castique 16 avril 2016 18:36

              «  »Ce nouveau conseil aura pour tâche de développer des imams de France, formés en France selon une conception républicaine de l’Islam."


              Il n’y a pas de conception républicaine de l’Islam. Pour cela, il faudrait que l’Islam ne soit qu’une religion comme les autres. C’est loin d’être le cas. 

              L’Islam est un système religieux, politique, juridique et social, reposant sur la parole de Dieu, telle qu’elle est exposée dans le Coran et la Charia.

              • Alren Alren 16 avril 2016 18:48

                @César Castique

                Il n’y a pas de conception républicaine de l’Islam.

                Certes, mais n’oublions pas, pour être équitables, qu’il a fallu qu’un pape progressiste écrive une encyclique en 1890 pour que les catholiques français se ’’rallient’’ à reculons à la République. Et pour beaucoup d’entre eux elle restera ’’la gueuse’’ !


              • César Castique César Castique 16 avril 2016 20:34

                @Alren

                « ...les catholiques français se ’’rallient’’ à reculons à la République. »


                La question n’est pas là. Elle est dans le fait que le Coran attribue, pour l’éternité, la légitimation du pouvoir politique à Allah, tandis que la République l’attribue, à tout le moins théoriquement, au peuple ! 

                Que ce principe soit bafoué par une caste de manipulateurs qui parviennent encore à faire croire en « leur » démocratie à beaucoup, ne change rien à la question de fond : si, en Europe, les peuple peuvent espérer récupérer leur légitimité, Allah ne peut en aucun cas être déchu de la sienne. Par qui, si ce n’était par quelqu’un qui serait au-dessus de lui ?

              • Alren Alren 17 avril 2016 18:14

                @César Castique

                Les catholiques aussi mettaient Dieu (le dieu en trois personnes) au-dessus de la loi des hommes !
                Et cela continue avec les mouvements qui dénient aux femmes leur souveraineté sur leur propre corps et à tous les humains leur souveraineté sur leur propre vie.

                Ce n’est que parce que leur conservatisme royaliste risquait des les couper de la majorité du peuple et surtout des élites que le pape les a priés de se rallier au régime bourgeois de la IIIe République en affectant la religion à la vie privée. Avec cependant le maintien des sonneries de cloches (angélus, messe) audibles de tout le village et des processions théâtrales pour rappeler que la France était la ’’fille aînée de l’Église ... ainsi que la lutte contre ’’l’école sans Dieu’’, l’école du diable !

                Il est clair que ce phénomène de séparation est déjà mis en œuvre pour la plupart des musulmans et des juifs qui envoient leurs enfants à l’école républicaine.


              • César Castique César Castique 17 avril 2016 20:17

                @Alren


                « Les catholiques aussi mettaient Dieu (le dieu en trois personnes) au-dessus de la loi des hommes ! »


                La principale différence avec l’Islam, c’est qu’il ne peut revenir là-dessus puisque c’est gravé dans l’éternité du Coran.


                « Et cela continue avec les mouvements qui dénient aux femmes leur souveraineté sur leur propre corps et à tous les humains leur souveraineté sur leur propre vie. »



                Souveraineté sur leur propre corps ou sur la vie de l’enfant à naître, c’est quelque chose qui se discute... 


                Tout en étant agnostique, j’incline pour la seconde interprétation, parce que je ne vois pas pourquoi la mère aurait seule le droit de disposer de la vie d’un enfant qui est aussi le mien, à telle enseigne que j’en serais matériellement responsable si elle décidait, souverainement, de ne pas l’éliminer.


                « Il est clair que ce phénomène de séparation est déjà mis en œuvre pour la plupart des musulmans et des juifs qui envoient leurs enfants à l’école républicaine. »


                Certes, certes, mais de plus en plus de musulmans commencent à contester le contenu de l’enseignement, et des codes sociaux. Même en Suisse, où les musulmans sont ultraminoritaires. Et ce n’est qu’un début. 


                Après avoir fait profil bas pendant des décennies, les musulmans commencent à prétendre à l’égalité et, dès que nous estimerons qu’ils l’ont obtenue, ils se rebifferont contre elle, puisqu’elle revient à placer sur un même plan la Foi et la mécréance, le Vrai et le faux, le Juste et l’inique, le Bon et le mauvais, le Beau et le laid, ce qui, évidemment, ne saurait être que pour les relativistes que nous sommes devenus, et qu’ils ne sont pas.

              • Séraphin Lampion M de Sourcessure 16 avril 2016 18:37

                « Bonaparte n’était pas républicain mais despotique, »


                Et Napoléon 1er encore plus !

                Que voulez-vous, Baratier, il existe des nostalgiques de Pétain aussi, et des manipulateurs prêts à vous expliquer que sous l’ancien régime, les paysans étaient reconnaissants à leur seigneur de les protéger, et au curé de les éclairer...


                • Séraphin Lampion M de Sourcessure 17 avril 2016 08:29

                  @sarcastelle

                  ... et ça se traduit par les résultats que l’on connait aux différentes élections.

                • Ouam2 (---.---.41.186) 16 avril 2016 19:43

                  @C BARRATIER

                  « Je suis en désaccord avec l’auteur qui veut interdire les classes hors contrat d’association avec l’Etat aux seuls musulmans,.. »

                  Tu a déja entendu toi dans un etablissenment catholique (et je precise que je suis AUSSI contre les etablissements catholiques) mais c’est pour « poser » le débat, dans un des cours chez les cathos que les Juifs c’est de la saletée, que less musulmans c’est de la merde, que les athés c’est la pire vermine ?

                  NON !, ou alors prouve le comme je le fait plus bas avec du lien serieux.

                  Non pas parce que les cathos extremistes sont moins c.n, mais EUX au moins ils ont un « chouilla » évolué, au moins sur ce plan la, et dieu ce qu’il leur reste de travail a faire.

                  Alors que les classes hors contrat d’association avec l’Etat musulmans que tu veut toi autoriser....

                   

                  Ben je te laisse le soin d’ecouter le podcast d’un prof MUSULMAN de philosoplie de une de tes fameuses écoles hors contrat qui à craqué et qui dénonce, et, tu ne pourra meme pas me dire que c’est sur une radio raciste, ou partisante, c’est sur RMC, radio généraliste par exellence.

                   

                  Bonne écoute (PS avances de 2,3, 5Mn pous zapper la partie HS du début) 

                  http://podcast.rmc.fr/channel36/20160411_gg_2.mp3

                  Alors tu est toujours du meme avis ?


                  • Crab2 18 avril 2016 10:56

                    Nettement plus d’actualité que le bonapartisme :

                    Dialogues Citoyens

                    Michèle Obama ne s’était ni voilée ni burqanée lors de son déplacement aux cotés du Président des États-Unis en Arabie Saoudite...

                    En tant que Président de la République, au lieu de se préoccuper de garantir la liberté de conscience dont doivent bénéficier, sans restriction, tous nos compatriotes et encore plus les femmes, je ne sais s’il faut en rire ou ... : Hollande ne dit mot quand on oblige des hôtesses d’Air France, sur la ligne Roissy-Téhéran à s’affubler du voile pour exercer leur métier, décore de la légion d’honneur un prince saoudien et va faire la leçon des " des droits de l’homme " en Égypte

                    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2016/04/dialogues-citoyens.html

                    .

                    http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2016/04/18/dialogues-citoyens-5790061.html




                    • njama njama 18 avril 2016 11:18

                      C’est quand même fort de café de prétexter la présence marginale de l’islam en France pour prôner un retour du Concordat !
                      A qui profiterait-il ... si ce n’est surtout l’Église catholique qui en serait la première bénéficiaire !

                      @David Saforcada

                      Si vous souhaitez le retour de l’anticléricalisme, continuez à propager vos idées anachroniques.
                      Rémunérez des prêtres, des imams, des rabbins, des pasteurs, quelle idée ! L’État n’est pas marchand du temple.

                      Le système français actuel est très loin d’être neutre et indifférent aux cultes, mais peut-être n’y avez-vous pas prêter suffisamment d’attention. Toutes les églises d’avant 1905 sont propriété de l’État qui assume le clos et le couvert en bon propriétaire. De plus les dons aux associations cultuelles reconnues par l’État (cas des religions que vous citez) bénéficient d’abattements fiscaux ... ce qui est une contribution indirecte de l’État proportionnelle quantitativement aux dons.

                      Dans une perspective européenne, je pense qu’il faudrait militer pour annuler les Concordats qui nous entourent, ceux d’ Allemagne, d’Italie, d’Espagne, du Portugal, tous signés par des dictateurs, Hitler, Mussolini, Franco, Salazar ...
                       

                       


                      • sophie 18 avril 2016 12:53

                        @njama
                        continuez à propager dites vous, oui enfin ici ya 4 lecteurs et son parti est totalement inconnu


                      • Crab2 24 avril 2016 11:49

                        Au lieu de réaffirmer la laïcité, certains parlent aujourd’hui de l’affaiblir encore un peu plus en s’inspirant du concordat qui sévit encore en Alsace-Moselle. Ils ne veulent pas voir qu’avec la liberté de conscience l’égalité de droits des croyants et des athées est essentielle. Ce principe républicain requiert la disparition des privilèges des religions, donc l’abrogation du concordat et non son extension. Quelques repères historiques :

                        http://laicite-moderne.blogspot.fr/2015/02/au-nom-du-ciel.html

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité