• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > OTAN suspends ton vol de faucons hors du charnier natal

OTAN suspends ton vol de faucons hors du charnier natal

Ce titre méritera peut-être un accessit au concours des jeux de mots pourris : il plagie tout à la fois Alphonse de Lamartine (Le lac), José-Maria de Heredia (Les conquérants) ainsi que le Dominique de Villepin campé par Abel Lanzac et Christophe Blain (Quai d’Orsay). Mais quelle que soit l’issue du conflit qui se déroule en Ukraine, deux questions devraient se poser. Quel avenir pour l’OTAN et quel avenir pour la France vis à vis de l’OTAN ?

Peut-être faut-il déjà commencer par dénoncer une certaine hypocrisie : celle de présenter comme une alliance ce qui ressemble plus à une vassalité bancale. Il y a un suzerain, les États-Unis, et des vassaux qui lui rendent allégeance, les autres pays membres. Les moyens militaires des vassaux sont mis à la disposition d’un ost commun et le suzerain doit protéger le vassal et son fief contre ses ennemis, et d’arbitrer et de rende la justice dans les litiges entre ses vassaux. Il semble dans le cas de l’OTAN que les États-Unis ont une vision très restrictive de cette dernière obligation. En témoigne sa passivité, par exemple face aux assauts turcs envers les forces kurdes alliées des anglo-franco-américains1 luttant sur place contre l’État Islamique, ou lors de la triple illumination au radar de tir de la frégate Courbet le 10 juin 2020 pour protéger un bateau turc se livrant au trafic d’arme avec la Libye sous embargo des Nations Unies. Magie du « Et en même temps », Emmanuel Macron avait raison, au moins de jeter le pavé dans la mare, lorsqu’il affirmait que l’OTAN est en mort cérébrale.

Sauf que les ex-pays vassaux du pacte de Varsovie ont vu dans l’OTAN une planche de salut, une garantie (solvable ?) de sécurité en cas d’agression de la part de l’ogre russe qui a si bien endossé le costume de méchant despote de la défunte Union Soviétique. Pour des raisons historiques, il est difficile de les blâmer de ce souci. Pour leur permettre cet accès à l’Alliance, fallait-il renier l’engagement de s’interdire toute expansion de l’OTAN vers l’Est en contrepartie de la permission de réunir les deux Allemagne ? Même si la Realpolitik commande, qu’il est déplaisant de devoir admettre que son propre pays se révèle félon.

Depuis 2014, l’Ukraine ne respecte pas ses obligations des traités de Minsk. Les réponses à la Russie aux demandes puis à l'ultimatu formulés ne furent que des fins de non-recevoir. Sa réaction est à la fin devenue militaire, et d’une certaine envergure. L’Ukraine a beau demander la protection de l’Union Européenne et de l’OTAN, elle est seule face à un adversaire qui la surclasse de beaucoup. Il est fort probable que la Russie impose unilatéralement une nouvelle carte de l’Europe de l’Est, durable.

Les voix pour demander un renforcement de l’OTAN ne manquent pas. De fait, si des personnes doutaient que la Russie puisse être un adversaire, elles viennent de recevoir un cuisant démenti. Mais le grand affrontement de demain sera entre la Chine devenue impérialiste et un Occident aux contours flous. Les nations n’ayant pas d’amis, mais plutôt des intérêts, est-il pertinent pour celles d’Europe de laisser s’arrimer la Russie à la Chine, lui ouvrant ainsi son gigantesque réservoir de matières premières qui lui font tant défaut, et à nous aussi ? Ne vaut-il pas mieux dissoudre une « alliance » devenue toxique parce qu’elle ne servirait que les intérêts du suzerain pour un coût excessif et un bénéficie aléatoire chez les vassaux ? Et ne serait-il pas opportun d’enfin tenter, comme le suggérait Georges Brassens dans Les deux oncles :

Qu'au lieu de mettre en joue quelque vague ennemi
Mieux vaut attendre un peu qu'on le change en ami

Nous avons pu constater l’inefficacité d’un Emmanuel Macron humilié par Vladimir Poutine. Il y a sans doute des raisons de cet échec qui tiennent à la personne de notre président, jamais en retard d’une posture, mais se peut-il que la diplomatie française soit audible en restant dans l’Alliance comme un membre soumis ? La décision de Nicolas Sarkozy de réintégrer son commandement intégré en 2008 a tout d’une grave erreur, ou d’une trahison. Songez-y lors d’un prochain scrutin.

 

1Il y a eu aussi des australiens, des belges, des canadiens, des danois, des marocains, des néerlandais, des saoudiens ainsi que d’autres pays du Golfe Persique …


Moyenne des avis sur cet article :  3.94/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • samy Levrai samy Levrai 24 mars 14:08

    Pas mal mais la Chine n’est pas redevenue impériale, elle ne semble pas avoir de prétention territoriale, c’est juste ce que raconte les américains.


    • Clocel Clocel 24 mars 14:26

      La gueule des « conquérants » New-Age...


      • sirocco sirocco 24 mars 14:26

        Joe Bidon vient en Europe avec son déambulateur.

        Il va assister à un sommet de l’OTAN et rappeler à ses États vassaux que les USA sont prêts à se battre jusqu’au dernier Européen.


        • eddofr eddofr 24 mars 15:15

          Si nous abandonnons l’OTAN, quelles conséquences ?

          En matière de défense pure, moi je n’en vois aucune de négative, à part qu’il va falloir « mieux utiliser » notre budget militaire.

          En matière géopolitique, quelles seront les réactions de nos alliés et de notre « protecteur » (les U.S.A.) ?

          Est-ce qu’ils peuvent nous nuire ?

          Est-ce qu’ils le voudraient (enfin, plus qu’ils ne le font déjà) ?

          Qu’est-ce que nous y gagnerions ?

          Combien de temps faudrait-il aux « non alignés » pour ne plus nous considérer comme des « vassaux serviles » du drapeau étoilé ?

          Pourrions-nous trouver des accords « fiables » avec les Russes ?

          Y aurions-nous intérêt ?

          Je ne m’inquiète pas de la Chine,

          La Chine est impériale, jamais impérialiste.

          Ils veulent être les plus forts du monde, pas diriger le monde.

          La Chine a toujours été un adversaire ou un partenaire fiable.

          Si vous leur voulez du mal, ils vous le rendent avec une constance infinie.

          Si vous leur voulez du bien, ils vous le rendent également, avec la même constance.


          • Clocel Clocel 24 mars 15:50

            @eddofr

            La Chine a une ardoise historique qui n’attend que le bon moment pour être présentée, chaque petit chinois qui passe par l’école sait très précisément ce qu’il « doit » à l’occident...


          • Matlemat Matlemat 24 mars 16:45

            @eddofr
             Si nous abandonnions l’OTAN, ce qui serait souhaitable pour ne pas se faire entrainer dans des guerres qui ne nous concernent pas, nous serions attaqués comme jamais. 

             Au niveau économique, les taux d’intérêts de notre dette monstrueuse exploserait, l’UE ne nous donnerait plus d’euros comme pour la Grèce, il faudrait donc sortir de l’euro et passer au franc, immédiatement dévalué, ruinant les épargnant.

             Il faudrait donc annuler les dettes et tout repartir à zéro, ruinant les possesseurs d’assurance vie.

             Au niveau géopolitique, au aurait des mouvements indépendantistes subventionnés par nos ex alliés de l’OTAN dans certains de nos territoires d’Outre mer, Guyane, par exemple, voir la Corse, et pourquoi pas en métropole, Bretagne, pays Basque.

             Pour se faire une idée de ce qui se passerait on peut voir ce que subissent des pays comme la Russie, Cuba, le Venezuela, l’Iran depuis des années ou la Chine avec Hong Kong et le Xinjiang.

             Aucun pays n’est sorti de l’OTAN jusqu’à présent et un homme politique qui serait en position de le faire subirait une pression énorme et l’on trouverait bien des moyens de le faire chanter.

             Un homme comme Mélenchon, s’il était élu retournerait certainement sa veste sous la pression comme un Tsipras en Grèce. 

             Les USA sentent leur déclin et vont s’accrocher à nous désespérément car ils besoin d’alliés et nous faire chuter avec eux.

             L’opposition avec bloc eurasiatique de la Chine et la Russie risque de durer longtemps et à moins d’un effondrement économique du bloc occidental et une chute du type de celle l’ex URSS et du pacte de Varsovie, il suffirait d’une faiblesse des USA à tenir ses alliés/vassaux pour que cela se produise, ils en sont parfaitement conscient et feront tout pour l’éviter.

             Alors seulement quand le bloc occidental s’effondrera, si ’il ne reprend pas la main, un pays comme la France pourra envisager une politique indépendante et d’accords de raison avec les grands puissances du monde comme la Chine et la Russie


          • roman_garev 24 mars 16:46

            La Turquie, avec sa 2ème armée de l’OTAN...

            Plus de 90% des citoyens turcs ne font pas confiance à l’OTAN.

            Selon la société de recherche Areda Survey, 90,8% de la population pensent qu’il ne faut pas compter sur la protection de l’alliance.

            L’enquête a été menée du 26 au 28 février. Il a été suivi par 2 000 personnes dans différentes régions du pays. Par rapport à l’enquête de juin de l’année dernière, le niveau de confiance dans le bloc militaire a diminué de 12,5 %.

            Hassan Unal, professeur au Département de sciences politiques et relations internationales de l’Université de Maltepe, a commenté les résultats de l’enquête dans un entretien avec Sputnik :

            ▪️ L’OTAN et les États-Unis dans la compréhension de la société turque ont pratiquement fusionné. En même temps, l’antiaméricanisme domine chez les citoyens. Les États-Unis soutiennent ouvertement les organisations kurdes PKK et PYD reconnues comme terroristes en Turquie.

            ▪️Depuis la fin de la guerre froide, la Turquie et Washington ont eu de nombreux désaccords, notamment sur les questions de Chypre et la reconnaissance du génocide arménien.

            ▪️On ne sait toujours pas quel parti l’OTAN prendra en cas de conflit entre la Turquie et un autre membre de l’alliance. Par exemple, avec la Grèce. Le professeur Unal est sûr que dans ce cas, l’Occident attaquera Ankara avec des sanctions similaires à celles contre la Russie.

            ▪️Enfin, la Turquie se sent plus en sécurité dans un monde multipolaire.


            • Matlemat Matlemat 24 mars 17:22

              @roman_garev
               La Turquie est traumatisée d’avoir perdu son empire pour avoir choisi le mauvais camp lors de la première guerre mondiale.

               S’ils ont la certitude que le camp occidental va s’effondrer ils choisiront certainement le camp oriental, à moins qu’ils n’aient un pouvoir croupion comme ce qu’on a en France et en UE .

               Pour le moment l’OTAN ne peut se passer de la Turquie car sa sortie serai un choc qui pourrait provoquer l’effondrement de l’alliance Atlantique, Erdogan l’a compris, et peut en jouer pour rétablir une influence dans les pays de l’ex empire Ottoman.

               Ca explique pourquoi les USA aimeraient un dirigeant de la Turquie plus docile.


            • tonimarus45 24 mars 18:40

               @ Rémy Mahoudeaux---

              Union Soviétique. Pour des raisons historiques, il est difficile de les blâmer de ce souci. Pour leur permettre cet accès à l’Alliance, fallait-il renier l’engagement de s’interdire toute expansion de l’OTAN vers l’Est en contrepartie de la permission de réunir les deux Allemagne ? Même si la Realpolitik commande, qu’il est déplaisant de devoir admettre que son propre pays se révèle félon.---- dites vous

              ET oui si ils n’avaient pas renie leurs engagements ses pays felons, on n’en serait surement pas ou on en est aujoud’hui( sans compter les nombreuses couleuvres que les russes ont du avaler depuis trente ans ;exemple le « bouclier anti missile »)


              • I.A. 25 mars 12:54

                Merci pour ce travail

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité