• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Otanschluss : Sarkozy, Kouchner et le droit à géométrie variable

Otanschluss : Sarkozy, Kouchner et le droit à géométrie variable

Bernard Kouchner n’a pas ménagé ses mots à l’égard de la Russie, fustigeant son attitude hors la loi internationale, déplorant la reconnaissance de l’indépendance des deux régions séparatistes incluses dans le territoire géorgien, mais auxquelles l’ONU reconnaissait un statut d’autonomie, accusant même les Russes de préparer une purification ethnique. Quelle mouche a donc piqué Kouchner pour qu’il fasse preuve d’un zèle si appuyé que même les Américains s’en étonnent ?

A lire la presse officielle (Le Figaro, Le Monde, Libération) puis quelques analyses sur le net, il paraît que la Russie, à l’occasion de cette drôle de guerre en Géorgie, montre ses crocs, son visage de guerre froide et change la donne géopolitique du monde. Rien n’est moins sûr et si les historiens savent y faire pour façonner des interprétations, les analystes s’y collent également en réagissant à chaud sur ces événements qui plus tard, seront consignés dans les livres d’histoire. C’est de bonne guerre, chacun y va de son interprétation au risque de paraître partisan et même de l’afficher clairement comme BHL, autoproclamé reporter officiel en Géorgie, mais dont le témoignage a été mis en cause sur le net. Il se pourrait bien que la Russie ne soit pas tant au centre de ces événements que peut l’être l’Otan car en combinant tous les éléments, c’est autant le visage de l’Otan que celui de la Russie qui apparaît et sans doute, un nouveau visage de l’Europe.

Kouchner a évoqué le droit, l’occasion de rappeler en liminaire ce distinguo classique en philosophie, celui qui sépare la légalité de la légitimité. Est légal ce qui est reconnu par une loi acceptée par des instances à géométrie variable selon les périodes et les lieux. Dans les tribus indiennes, celui qui transgressait la loi était banni. A notre époque moderne, les Etats sont les dépositaires de la loi alors qu’au niveau international, c’est l’ONU qui tente tant bien que mal d’édicter des textes de loi et des résolutions. Parfois, la loi internationale est transgressée, au nom de la légitimité, celle-ci étant reconnue comme une nécessité supérieure à la loi édictée par les instances gouvernantes. L’antagonisme entre légitimité et légalité était connu de l’Antiquité, présent au centre de la pièce de Sophocle, Antigone. Plus récemment, le cas de la Résistance illustre bien cette opposition, les résistants français étant désignés comme hors-la-loi, voire terroriste, par le pouvoir pétaino-nazi, alors qu’aux yeux de tous les Français, les résistants furent légitimes dans leurs actes de sabotage et de combat comme l’occupant. Le cas s’est produit en Indochine, en Algérie et, plus récemment, Israël affirme sa légitimité à ne pas respecter la résolution 242 de l’ONU.

Revenons à la case départ du cas qui nous intéresse. Le président Saakachvili a décidé de bombarder la capitale de l’Ossétie du Sud une nuit, commettant des actes que certains jugent relevant du tribunal de la Haye. On a annoncé 2 000 civils morts du côté russe, et une cinquantaine selon d’autres sources, chiffre justifiants aux yeux de quelques abrutis une comptabilité macabre et matière à pencher pour un camp. Certes, les Ossètes ne sont pas commodes et peu enclins à négocier, mais toujours est-il que cette agression est injustifiable, ce qui a entraîné une autre agression elle aussi illégale, celle de la Russie ayant occupé la Géorgie au nom de la défense des minorités ossètes. Puis, dans le feu de l’action, le Parlement russe a voté l’indépendance de l’Ossétie du Sud et, dans la foulée, de l’Abkhazie qui, il y a quelques années, était en guerre contre la Géorgie.

Les récents développements de ce conflit ont mis en colère Kouchner qui a dénoncé l’illégalité de cette intrusion des forces russes en Géorgie.




Hélas pour notre ministre du quai d’Orsay, cette rhétorique ne fonctionne pas et tout observateur honnête aura reconnu la situation symétrique avec le Kosovo et, si on remonte en 1999, au bombardement de la Serbie par les forces de l’Otan, sous la pression des Européens. Mais sans l’aval de l’ONU et, donc, Kouchner est mal placé pour parler de légalité. Medvedev fait valoir également que les Etats-Unis occupent en toute illégalité, en termes de droit international, l’Irak, sans aucun mandat ni résolution de l’ONU, bref, sans les conditions de la guerre de 1991 où l’Irak avait agressé le Koweit souverain. Si on veut pousser plus loin, peut-on exonérer Israël de ses actions militaires en Cisjordanie, au mépris de la résolution 242 votée en 1967 puis prorogée en 1973. Et ce mur construit en tout illégalité sur un territoire qu’occupe ce même Etat ? Bon, on va dire légitimité à se défendre du côté de Kouchner et BHL, mais, en ce cas, Moscou n’aurait-il pas aussi droit à une reconnaissance à la légitimité à défendre les deux régions indépendantistes ? Voilà une conception du droit international à géométrie variable que propose Kouchner, parlant au nom de l’Otan qui, dans son esprit, semble s’être substitué à l’ONU.

Allons un peu plus loin dans cette enquête. La reconnaissance par Moscou de l’Abkhazie et l’Ossétie n’a aucune valeur juridique. C’est exact. Rappelons qu’au terme des dispositions de l’ONU une reconnaissance légale doit obtenir une majorité d’Etats membres y adhérant, soit 97 voix. Prenons le Kosovo, nous sommes loin du compte, avec seulement 46 pays ayant reconnu Pristina, mais il est vrai que ce sont des membres de l’Otan, de l’Europe, de l’OCDE et, donc, qu’on peut après tout s’arranger et convenir que les pays concernés, limitrophes, développés, défendant la démocratie, ont des voix qui comptent plus. Mais alors autant accorder les mêmes prérogatives à Moscou dans sa zone d’influence. A noter que la résolution 1244, mettant le Kosovo sous contrôle de l’ONU, via l’Otan et la KFOR, est toujours en vigueur. Drôle de conception du droit international avec des reconnaissances incompatibles avec la force du texte, d’autant plus qu’historiquement, l’Otan s’est proclamée sous l’autorité de l’ONU. Selon Sarkozy, la décision de la Russie viole les nombreuses résolutions de l’ONU, mais la reconnaissance de Pristina ne fait-elle pas de même, face à la résolution 1244 non abrogée et mettant le Kosovo sous mandat de la KFOR ?

Otanschluss. Ce mot résonnera sans doute d’une détonante puissance. Pas évident de le lancer, mais autant profiter de la liberté qui nous est octroyée sur le net et fuir le politiquement correct. Une parenthèse sur l’opinion publique préparée à la vérité officielle, avec ses chiens de garde, les Kouchner, les BHL, et le contre-pied qu’on voit souvent sur le net en pareille affaire, un sujet digne d’étude, le net, malgré ses faiblesses et ses vices, est un espace de libre expression. A vrai dire, je ne sais si on peut accoler les mots Anschluss, désignant l’annexion de l’Autriche par l’Allemagne en 1938 et l’Otan ; un traité né en 1948 de l’après-Yalta pour faire face à l’incurie de l’ONU à assurer la paix et destiné à protéger l’Europe, face à la menace soviétique, mais aussi de l’Allemagne, eh oui ! Puis la métamorphose de l’Otan s’est produite notamment sous la pression de la guerre froide. Ce qui explique cette période où l’Otan fut considérée comme une tête de pont de l’Amérique et la lucidité du général qui sortit la France de son commandement militaire. L’Otan fut aussi le lieu de propagation des idéaux démocratiques et du libre échange économique dans le contexte que l’on sait (l’URSS n’avait pas apprécié). Maintenant, la donne a changé et l’Otan, loin d’être l’instrument des Américains comme le dit la vulgate bêtement gauchiste, a renoué avec ses origines européistes. Au point d’avoir été un instrument dans les Balkans pendant les années 1990. Avec l’efficace participation de l’armée américaine, les Serbes s’en souviennent.

Il est maintenant acquis que Saakachvili a fait une grosse connerie. Ce n’est pas le voyage de diplomatie d’opérette de notre président qui changera l’Histoire ni la vision que l’on peut maintenant avoir de cette crise où un notable géorgien, formé approximativement au management, s’est cru obligé d’asseoir sa gloire et justifier son incurie économique par quelques dérisoires velléités territoriales qu’une Russie, pas si stupide ni maléfique, a su contrer. Les aboyeurs de l’Otan, les BHL, les Kouchner, ont été en colère, mais ne sont-ils pas au service d’un Otanschluss visant à appuyer les zones d’influences de l’Europe tout en adoubant un piètre notable de Géorgie formé à la même école que Sarkozy, conquérant, nationaliste et ignorant tout de l’Histoire. C’est certain, Saakachvili n’a pas de culture historique et n’a sans doute pas un Guaino pour le rectifier.

Pour finir, se pose la question de l’entrée de la Géorgie dans l’Otan. C’est une absurdité et d’ailleurs, la Turquie n’a plus vraiment vocation à en faire partie, sauf pour des raisons stratégiques. L’Otan devrait avoir comme destin sa dissolution, qui sera accomplie à une date pour l’instant non fixée. La Géorgie dans l’Otan, une blague de diplomates espérons-le. N’oublions pas que la Géorgie fut l’auteur d’un massacre de la population ossète en 1920. Une paille ! 20 000 morts, à côté du génocide arménien. La Géorgie n’a pas vocation à entrer dans l’Europe, bien moins que la Turquie, dont l’adhésion reste discutable. Et l’Otan n’a pas pour vocation à servir des intérêts bassement économiques, géopolitiques et énergétiques pour faire de l’Europe une entité orgueilleuse souhaitant jouer un rôle dans l’Histoire. Le peuple des connectés est vivant et tous les Camus de la toile sauront se réunir pour dénoncer des velléités arrogantes et d’une Europe désemparée aux pieds d’argile, minée par la bureaucratie, qui face à la crise économique, tente de manœuvrer l’Otan vers l’Orient. Algérie, Ossétie, Abkhazie, même combat ! Même si la Russie trouble le jeu. Une Otan qui joue les ogres face à la Russie ne voile-t-elle point ses piètres résultats économiques en termes de croissance, et le fiasco du protocole de Lisbonne ?

Malgré les morts dans le Caucase, cette histoire ressemble à une comédie, réplique dirait un philosophe célèbre, de la tragédie amorcée en 1938. Evocation. Il fut un temps où des opposants radicaux se nommaient expressionnistes, autour de 1900, ils étaient artistes. Beaucoup se sont suicidés et quelques-uns ont rejoint le nazisme. Bernard Kouchner n’a rien d’un tyran, mais il a retourné sa veste ou plutôt enfilé le costard des élites qui jouent à déplacer les pions sur l’échiquier, sans pour autant penser qu’il illustre l’évolution de Weimar-18 à Munich-38. Evocation ne rime pas avec raison, mais avec subversion. Notons pour finir que, souvent, ce sont les dirigeants et les intellectuels (nationalistes, religieux…) qui dressent les peuples les uns contre les autres, en Serbie, en France, en Russie, en Belgique, en Israël, au Liban, en Iran… Il appartient aux peuples de désobéir à ces élites. Qui néanmoins ont su corrompre les peuples pour leurs sombres desseins tout en se prémunissant contre les frondes. Un autre monde est possible, si les consciences s’ouvrent.


Moyenne des avis sur cet article :  4.73/5   (265 votes)




Réagissez à l'article

107 réactions à cet article    


  • Yannick Harrel Yannick Harrel 28 août 2008 10:49

    Bonjour,

    Monsieur Dugué nous sommes sur la même longueur d’onde quant au fait que désormais les élites ne sauraient représenter le sentiment populaire. Et je constate autour de moi bien plus de pragmatisme, voire de sagesse, qu’à travers les vociférations de notre équipe gouvernementale qui a choisi l’option de la surenchère.

    Lorsque j’entends un Ministre Suisse appeler au dialogue et à la négociation avec les forces en présence en Afghanistan au moment même où deux ministres Français justifient la politique du pire sur le même sujet, je ne peux m’empêcher de relever qu’il y a là un tel hiatus que l’on ne peut que se demander où va la France avec de tels excités...

    Quant aux évènements du Caucase, je me plais à parler d’effet métastasique trouvant sa genèse dans la piteuse gestion du dossier Yougoslave. Comment s’étonner ensuite que lorsque le dogmatisme tient lieu de ligne de conduite en politique étrangère cela ne revienne pas tel un boomerang dans la figure de ceux qui se gaussaient de leur préscience en la matière ? 

    Quant à l’Europe, je me permettrais de reprendre le bon mot d’un Agoravoxien : elle a choisit son camp au lieu de choisir sa voie.
    Dont acte désormais...

    Cordialement


    • Bernard Dugué Bernard Dugué 28 août 2008 11:16

      Belle formule en effet,

      faute de voie et d’orientation dans le temps, l’Europe se cherche dans l’espace et veut s’étendre, pour grossir plus gros que le boeuf américain


    • Yvance77 28 août 2008 12:14

      De sieur Harela je cite : "Quant aux évènements du Caucase, je me plais à parler d’effet métastasique trouvant sa genèse dans la piteuse gestion du dossier Yougoslave"

      Tout a fait d’accord suffit de traduire en russe "un prété pour un rendu" et le compte est bon.

      Et demain qui des Corses, Basques, Bretons, Belges prendront exemple sur le Kosovo, Ossétie et autres ... si deux personnes ne veulent plus vivre sous le même toit autant que la séparation se fasse en douceur.

      A peluche



    • wangpi wangpi 28 août 2008 16:26

      la "rédaction" d’agoravox n’ayant pas cru bon de me signaler que cet article avait été refusé sous le fallacieux prétexte d"’incitation à la haine etc." je le publie pendant quelques minutes, avant qu’il ne soit censuré, et je défie quiconque d’y trouver une attaque ad hominem, je donne mon avis personnel (et n’incite personne à le suivre)sur un système. je l’avais proposé dans la section trompeusement nommée "tribune libre".

      dont acte


      « L’amérique est le seul pays qui soit passé directement de la préhistoire à la décadence sans passer par le stade de la civilisation. »
      Cette assertion prend chaque jour un goût plus amer.
      N’allez pas mal interpréter ce billet. Je n’ai rien contre les américains, les gens, les citoyens. Ils sont à peu près comme partout, dans les mêmes proportions. Non, quand je dit « américain », je parle de l’oligarchie qui gouverne de fait ce pays, et place ses pions sur la scène planétaire des médias qu’ils ont créé, et où des marionettes jouent aux démocrates, en vidant de leur substance les mots de liberté, de démocratie, de respect, de progrès, de justice.
      Ainsi accepté ma définition du mot américain, je peux dire que je suis un anti-américain primaire. Tout ce que ce pouvoir représente et véhicule me dégoute. Sa ridicule prétention à diriger le monde ne m’a jamais fait rire. Sa « démocratie » n’en a que le nom : c’est une dictature sans foi ni loi. Et ils se permettent de donner des leçons ! Eux qui ont toujours soutenu les dictatures les plus infâmes, et dont la politique est la négation de toute forme d’humanité, ils sont le cancer qui tuera la planète, et ses habitants, après les avoir réduits à l’états de « cerveaux disponibles » à toutes les impostures . Leur religiosité macabre ne provoque même plus la moindre réaction au pays de Voltaire et des lumières.
      Et surtout, leur goût, qualité suprême à mes yeux, est de chiotte.
      Que la dictature soit le seul moyen de gouverner, je peux l’accepter, mais Laurent de Medicis, par exemple, a laissé au monde suffisament de merveilles pour que son héritage témoigne des ambitions de sa politique.
      L »amérique » ne laissera au monde que des emballages de nourriture génétiquement modifiée, des photos de pétasses refaites en silicone de la tête aux pieds, des pauvres par milliards,et du toc, partout, du toc.
      Leur puissance économique garantit la soumission des imbéciles qui n’ont que la consommation pour horizon, le progrès technologique vide de sens comme religion, le mépris des hommes et de la culture comme compensation à leur absence d’humanité et de culture.

      Et il existe encore des tarés capables de nous soutenir que c’est une démocratie ! On voit bien là l’attitude du chien battu qui vient, la queue entre les jambes, lécher la main qui tient le fouet. « Plus le maître est infâme, plus l’esclave est immonde », disait Beaumarchais ; et cette vérité n’a jamais été aussi criante qu’aujourd’hui, alors qu’il n’existe quasiment plus une seule voix publique pour, ne serait-ce que questionner la légitimité de leur violence (Merci Hugo Chavez).
      Quelle admiration de microcéphales pour ce maître ! Elle va bien à cette plèbe des vanités, toujours enthousiaste et toujours déçue. Sans goût parce que n’ayant eu de rien une expérience heureuse, et ne reconnaissant rien de ses expériences malheureuses, parce que sans goût, et sans courage.

      Les preuves de fraudes électorales ont beau se multiplier, la destruction de leur constitution avérée, il se trouvera toujours des petits agents pour crier haut et fort que « au moins, c’est une démocratie » !
      Dès mon plus jeune âge, j’ai éprouvé un profond dégoût pour ce pays et me suis juré de ne jamais mettre les pieds là-bas. Leur monde de pacotille, leurs valeurs de pacotilles, leur culture de pacotille, m’ont toujours laissé pantoi, à considérer l’attrait qu’ils provoquaient chez des européens pourtant élevés à l’aune de la raison et d’un passé glorieux.
      La réalité de leur impérialisme sans âme se manifeste dans le seul fait qu’ils sont les promoteurs inlassable de la « mondialisation », et qu’ils y ont converti la totalité des hommes politiques européens. Ils ont d’ailleurs fait vœu d’allégence à ce supra-pouvoir (voir le récent accord sur la fourniture aux usa des renseignements personnels sur les citoyens européens qui voyagent, même ailleurs qu’au usa !).
      Ce pouvoir qui a maintenant l’autorisation d’arrêter n’importe qui sur le globe, pour la seule raison que ce n’importe qui n’est pas d’accord avec leurs valeurs et leur politique (Est-ce que je ne risque pas moi-même de sombrer dans la paranoïa ?) !
      On peut construire un trône avec des bayonnettes, disait Talleyrand, mais on ne peux pas s’asseoir dessus, ajoutait-il…
      « Qui n’est pas avec nous, est contre nous ». Je ne veux pas être avec eux. Et ne suis même pas contre eux, cela m’obligerais à conduire des actions que je réprouve, étant un pacifiste convaincu, et ennemi de toute forme de violence.
      Je ne peux que les détester, profondément, et souhaiter que l’histoire leur donne tort. Ou plutôt l’attendre, car celle-ci ne s’arrête jamais, et cet empire s’écroulera comme les autres, rongé par ses propres contradictions, et renversé par la violence universelle qu’il aura contribué à nourrir, à entretenir, à augmenter.
      Ceci dit, j’ai beaucoup d’amis américains, j’ai même fait mes études avec eux. Je peux d’ailleurs affirmer que l’immense majorité des américains déteste son gouvernement, mais que comme partout ailleurs, il est baillonné, représenté par des médias aux mains des « experts », des familiers et des bouffons du pouvoir, et qui n’ « informent » que pour donner des ordres, déguisés en « informations ».
      « Il faut faire tomber les murs entre les peuples… » nous « informent » les médias, citant le nouvel élu de l’oligarchie américaine, se faisant ainsi sans vergogne les chantres de ce mondialisme qui dénie les peuples et leurs nations. Tout en nous faisant croire que c’est une juste continuation de la chute d’un premier mur, dont l’ignorant croit qu’elle a satisfait l’amérique alors que cela a été le coup le plus dur porté à son hégémonie sans réplique, celle-ci étant objectivement incarnée par le péril rouge…
      Mais enfin, le monde étant suffisament écervelé, et a qui on a menti aussi longtemps, et sur autant de sujets, sans aucune espèce de conséquence, avelera tout aussi bien le prix nobel de la paix de Gore que celui de Kissinger, le danger de l’Iran comme celui de l’Irak, bref tout ce qui est dicté par les nécessités du moment.
      Il acceptera sans mal tout ennemi qu’on lui désignera.
      Et ceux qui ne peuvent que constater, jour après jour, la grande maladie et la grande folie du monde, et qui savent hélàs que seule l’auto-destruction les gueriront ; ceux-là reprendront à leur compte cette formule : « Ceux qui ne sont pas avec nous sont contre nous. »




    • Deadlikeme Deadlikeme 28 août 2008 20:14

      Votre avis "éclairé", vos remarques si pleines de componction, vos avis rébarbatifs et moralisateurs sur tout, le Mage, votre pro-américanisme primaire et immature... on s’en tape franchement comme de nos premières chaussettes....

      "Marcher d’un grave pas, et d’un grave sourcil,
      Et d’un grave souris à chacun faire fête,
      Balancer tous ses mots, répondre de la tête......" etc, etc....



    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 29 août 2008 02:50

      Peu a peu, le consensus est a s’établir dans la blogosphère d’une incompatibilié de culture comme d’intérêts entre les USA et l’Europe. Il faut hélas prévoir que ceux qui ont encore le pouvoir ne tolèreront pas lontemps ce hiatus entre la pensée correcte et une inteligentsia contestataire qui fait chaque jour des convertis. 

      La réponse traditionelle aurait été la propagande, mais elle a perdu son efficacité. Il faut donc prévoir un durcissement du régime dès que le cirque des élections américaines sera terminé. Une résistance devra s’’organiser qui devra prendre une forme différente de ce que l’on a connu, Prévoir aussi qu’une crise opportune viendra qui permettra de mettre fin à l’internet comme nous le connaissons. Il faut prévoir une alternative. 

      Il semble bien que le temps soit venu de penser à une résistance... et que le temps soit passé d’en parler davantage. 

      Pierre JC Allard




    • stephanemot stephanemot 29 août 2008 11:38

      1- Moscou a tendu un piege grossier a Saakashvili

      2- ce dernier, totalement deconnecte de la realite du pouvoir, a immediatement fonce tete baissee, offrant les deux regions a la Russie sur un plateau - en la jouant finement, il avait l’occasion d’humilier Poutine en l’exposant sur la place publique la main dans le sac

      3- mais la reconnaissance de leur autonomie a ete un peu trop rapide, et Moscou a a son tour mal jauge la situation et ses consequences a court, moyen et long terme

      4- comme avec l’Iran (http://blogules.blogspot.com/2007/09/kouchner-souhaite-le-pire.html ), Kouchner en fait beaucoup trop et beaucoup trop tot... comme s’il avait des comptes a rendre aux faucons et theocons et non a ses propres concitoyens

      5- On sent une tres grande febrilite a deux mois des elections US. Ca sent le coup de theatre de derniere minute, et des deux candidats, a voir comment Fox News caresse Oby dans le sens du poil, je me demande presque si ce n’est pas McCain qui doit le plus craindre pour sa sante...


    • oeil-de-lynx oeil-de-lynx 19 septembre 2008 18:54


      Wangpi

      LE DIRECTOIRE VOUS A CONDAMNÉ, LE PEUPLE EST DE TOUTE ÉVIDENCE AVEC VOUS



    • oeil-de-lynx oeil-de-lynx 19 septembre 2008 18:59

      Wangpi

      La Direction vous a condamné, mais la rue est de toute évidence avec vous


    • oeil-de-lynx oeil-de-lynx 19 septembre 2008 19:02

      pierrejcallard

       Ca complete bien ce que dit Wangpi plus haut


    • Bernard Dugué Bernard Dugué 28 août 2008 11:14

      Philippe Val, sors immédiatement du corps d’Arthur Mage !


    • goc goc 28 août 2008 15:20

      propos diffamatoires signalés à la redaction

      pour ses injures a repetition, ce type doit etre viré d’ici


    • chris11 28 août 2008 18:16

      Voyez vous , il est des ornières dont on fait des tranchées .......


    • Michel Maugis Michel Maugis 28 août 2008 19:46

      @arthur Mage

      "entre l’OTAN et la tyrannie nazie, n’est pas acceptable à tous points de vue "

      NON, seulement pour le vôtre qui généralement est donné comme celui d´une sommité, c´est à dire sans aucune espèce d´argumentation.

      "et notamment au regard du respect que méritent les millions de victimes de cette tyrannie sans nom. "

      Votre "argumentation" est typique, en appelant toujours au sentiment. Vous avez vraiment le langage du faux cul, à la Kouchner.

      OTANschluss, pas mal trouvé cette expression, à tous points de vue.

      L´OTAN devrait être dissoute puisque le Pacte de Varsovie qui avait été créé après comme contre mesure défensive a été dissous.

      Souhaitez vous un autre pacte. Une autre guerre froide ou chaude qui aboutit toujours à la défaite de votre idéologie.

      Vous ne pouvez accepter qu´entre l´apparition et la dissolution de ce pacte, le monde ait changé EN FAVEUR DES FORCES DE LA PAIX D´UNE FAÇON CONSIDERABLE.

      et dans ces forces, la RUSSIE, comme toujours depuis 1917.

      Michel Maugis



    • Proudhon Proudhon 31 août 2008 18:24

      @arthur

      Il manque pas de toupet lui.

      Ce sont vos copains, les riches américains et européens qui ont financé le parti nazi et la machine de guerre nazie. Ce sont eux qui ont entraînés des millions de morts et vous osez pérorer.

      Une véritable infamie !


    • Abolab 28 août 2008 11:02

      Article intéressant, il est clair que c’est la France de Vichy qui a porté Sarkozy au pouvoir, cette France incarnant la fascisation moderne des esprits, celle qui voit l’humanité étrangère en "barbares", ou celle des gros capitaux qui assassinent les volontés citoyennes en exposant aux ménagères incrédules ces "obscurantistes moustachus" qui viennent faucher le progrès même incarné par nos cultures champêtres manipulées.

      Pourtant l’écriture de l’auteur reste assez complaisante avec ces sbires du néocapitalisme marchand : "C’est certain, Saakachvili n’a pas de culture historique et n’a sans doute pas un Guaino pour le rectifier." Comme si Guano avait une culture historique... Autant en parler à une mouette rieuse.


      • Gilles Gilles 29 août 2008 11:12

        Surtout quand on sait que le rédacteur du discours odieux et maladroit de Dakar est ... ;Guaino !

        Qu’aurait pu donner un Guaino Georgien ? Attiser encore plus les haines...


      • Ha-n Ha-n 28 août 2008 14:17

        En même temps on arrive ici à faire dans le super technique, c’est à dire le point Godwin dès le titre, très très fort, mr Dugué.

        Sinon, je commence à en avoir un peu ma claque des Joffrinistes de tous bords qui n’ont pas une once de distance vis à vis d’un effet de manche, si en plus de ne plus pouvoir rien dire on ne peut plus le dire comme on veut, je crois qu’on a un problème sociétal grave...


      • arroc 28 août 2008 17:29

        Monsieur Mage,

        Vous avez eu la chance, en regard de votre façon de vous exprimer, de faire des études assez longues, me semble-t’il.

        Considérant ceci, il n’y a que deux façons d’interpréter vos perpétuelles jérémiades et votre don pour comprendre de travers :


        - soit vous avez été victime de professeurs particulièrement vicieux, qui vous ont fait des cours en novlangue (lisez Victor Klemperer, qui vous expliquera tout cela mieux que moi) sans vous le dire, et votre ration quotidienne de TF1/France 2/Le Figaro/Libération vous conforte dans vos opinions aux fondations établies sur du sable.

        - soit vous nous prenez pour des cons.

        Il serait intéressant pour tout le monde que vous passiez au niveau supérieur de la réflexion, et que vous cessiez de vous plaindre ou de délirer en utilisant des termes dont le sens vous échappe en permanence.

        Cordialement.


      • arroc 28 août 2008 18:49

        C’est donc de la seconde option qu’il s’agissait.

        Enfin, ne vous étonnez pas du fait que vous soyez replié en permanence... Vous aurez beau vous défendre de ce que l’on vous accuse, ce n’est pas en adoptant la stratégie des Val, Barbier et autres Aphatie, qui sont les seuls à se croire impartiaux et justes critiques, alors qu’ils sont dans la flagornerie jusqu’au coup, que vous convaincrez les lecteurs de ce journal.

        Sans honir votre démarche, qui pourtant n’est qu’un acte de servilité inculte au service d’une majorité qui se voudrait bien-pensante, et que, paradoxalement, vous dénoncez en permanence, quand vous ne lynchez pas tout vos contradicteurs par des paroles dont la superficialité est incroyable pour quiconque a un peu lu, il faut arrêter de vous victimiser sans cesse. Vous devriez savoir que l’anonymat encourage les gens à taper plus fort, et vous êtes, pour sûr, une cible des plus tentantes.

        Enfin, oui, élevez un peu le débat. Soit en apportant des arguments au lieu d’être le geignard de service, soit en quittant les lieux, si vous ne pouvez vous accomoder des critiques. Car ce n’est pas en critiquant la démarche de vos ’adversaires’ en utilisant la même démarche que celle que vous dénoncez, que vous arriverez quelque part.

        Bon courage quand même !


      • zarathoustra zarathoustra 28 août 2008 19:50

        si un jour on compte tout les morts victime de la politique des usa depuis sa création je pense qu’il dépasse largement le nombre des victimes de l’état nazi les indiens d’amérique en savent quelque chose et le peuple de l’amérique latine aussi et c’elles de tout les embargos criminelle et injuste et les vietnamiens et les coups d’état contre de vrais démocratie ,le masque est tomber pour de bon cette fois ci les barbares ont un drapeau étoilés !


      • arroc 28 août 2008 20:31

        Monsieur Mage,

        Vous éprouvez un plaisir masochiste à voir les usa comparés aux nazis, comme si le fait que certains internautes aillent en ce sens tendait à valider le reste de vos raisonnements fallacieux.

        Libre à vous d’être pro-usa, mais l’histoire montre, jour après jour, que les usa n’ont ni amis ni alliés, et un sacré complexe de supériorité qui leur donne à penser qu’ils ont tous les droits, partout, tout le temps.

        Si vous osez dire encore une fois, après cela, que vous êtes pour plus de justice, plus d’entente entre les peuples, plus de liberté, un meilleur niveau de vie pour tous, tout en soutenant cette puissance qui ne tire sa richesse que du sang qu’elle fait couler hors de ses frontières, je crois que votre toupet n’aura pas de limite.
        Et ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit : il est probable que si cela n’était eux, cela serait un autre pays. L’histoire du monde a noirci des pages de puissances qui se sont pris à rêver de conquète du monde. Cela n’est pas une raison pour se mettre du côté du plus ignoble.

        Alors libre à vous de sombrer toujours plus loin dans la provocation ignare, cela ne change rien à votre cuistrerie, quel que soit le vocabulaire et la candeur de "l’incompris qui ne pense pas à mal" derrière lesquels elle tente de se cacher.


      • ZJP ZJP 29 août 2008 17:53

        "C’est bien ce que je craignais, ainsi que le démontre le post de juste ci-dessus : dans la tête de nombre d’intervenants de ce site, à commencer par la rédaction qui a laissé publier, en une qui plus est, le billet de monsieur Dugué, USA = nazis..."

        USA=naze is

        JP


      • sven 28 août 2008 11:16

        Merci pour cet article
        Un autre illustrant aussi cette géométrie variable quand aux indignations de nos élites : http://www.dedefensa.org/article-la_barbarie_en_georgie_les_incidents_afghans_et_l_indignation_internat ionale.html


        • Philou017 Philou017 28 août 2008 11:24

          Je crois qu’il ne faut pas toujours revenir en arriere et chercher systématiquement des comparaisons avec le passé.
          S’il est vrai que certains gouvernements ont une politique basée sur l’affrontement et le rapport de forces, ils auront du mal à entrainer les gens dans un conflit. Aujourd’hui l’information est bien plus disponible que dans les années 30 et les gens n’ont nulle envie d’un conflit, à part quelques va-t-en guerre du fond de leur fauteuil.

          Je me demande si le retournement de Kouchner n’est pas du à la descente du candidat Obama dans les sondages, qui rend incertaine son élection.

          Je trouve que la position de Mme Merkel, tres pro-Américaine est parfaitement lamentable. Mais cette affaire permet de voir à quel point l’influence Américaine est présente dans certains pays Européens.
          Le théatre d’ombres se dévoile. Il revient aux peuples de ne plus accepter ces politiques conflictuelles et expansionnistes.

          Pour finir, je trouve scandaleux que la politique étrangere d’un pays échappe quasimment totalement au suffrage du peuple. Les élections en France et ailleurs se font avant tout sur les problèmes intérieurs et la politique extérieure ne donne lieu à quasimment aucun débat.

          C’est ainsi que mr Sarkosy a décidé l’envoi de troupes supplémentaires en Afghanistan sans demander l’avis de personne, et que le parlement ratifiera probablement la chose contre l’avis des Français (55% des Français sont pour un retrait pur et simple, alors que 36% sont pour le maintien).

          A quand des référendums à la Suisse pour chaque probleme important qui fait débat ? Quand je pense que certains prétendent donner des leçons de démocratie aux autres pays...


          • Alpo47 Alpo47 28 août 2008 11:36

            Un référendum à chaque décision importante ?
            Vous n’y pensez pas, ce serait un pas vers une vraie démocratie et on n’en prend surtout pas la direction.

            Je pense qu’il faut être conscient que la démocratie est aujourd’hui "confisquée".

            Le pluralisme de l’information n’existe quasiment plus, une partie des acteurs controlant cette information, les élus ignorent la volonté du peuple et ne représentent plus le dit peuple, les cartels économiques ont de plus en plus d’influence et imposent des décisions toutes en leur faveur, les libertés individuelles se réduisent chaque jour davantage au nom du combat contre le mythique Al Qaida ... etc... etc.

            Notre "démocratie" n’est plus que de façade ... du pain et des jeux est leur mode de communication, le mensonge est quotidien, et il ne nous restera plus d’espace d’expression et de libre choix.



          • appoline appoline 28 août 2008 17:16

            D’accord avec vous ; j’ai demandé il y a peu à un député UMP ce qu’ils (lui et assimilés) comptaient adopter comme stratégie pour la France d’en bas ;; il m’a répondu "mais vous ne faites pas partie de la France d’en bas" donc vous voyez, pas de problème, nous sommes bien représentés avec ça et à gauche comme à droite.


          • Yannick Harrel Yannick Harrel 28 août 2008 17:32

            Bonjour,

            Je suis en train de relire Rousseau et son fameux Contrat Social dont je vous livre ici quelques passages :

            Le peuple anglais pense être libre : il se trompe fort, il ne l’est que durant l’élection des membres du Parlement ; sitôt qu’ils sont élus, il est esclave, il n’est rien. Dans les courts moments de sa liberté, l’usage qu’il en fait mérite bien qu’il la perde.
            Comme la volonté particulière agit sans cesse contre la volonté générale, ainsi le Gouvernement fait un effort continuel contre la souveraineté. Plus cet effort augmente, plus la constitution s’altère, et comme il n’y a point ici d’autre volonté de corps qui résistant à celle du Prince fasse équilibre avec elle, il doit arriver tôt ou tard que le Prince opprime enfin le Souverain et rompe le traité social. C’est là le vice inhérent et inévitable qui, dès la naissance du corps politique, tend sans relâche à le détruire, de même que la vieillesse et la mort détruisent enfin le corps de l’homme.

            Il faut en convenir : le pouvoir politique a été capté par les partis, et même une oligarchie, exerçant une forme de monopole sur la vie publique avec moult petits arrangements entre amis. Il faut observer cette unanimité chez eux à refuser le référendum, cette peur pour les élus de se confronter au verdict des urnes. Pour ma part j’ai toujours défendu le parallélisme électoral : toute personne qui a été élue doit pouvoir être destituée par le même corps électeur. Ce qui me semble sourdre d’une certaine logique a l’air pour d’autre horriblement révolutionnaire. Mais dans quel régime sommes-nous alors pour refuser de prendre l’avis du peuple lors du choix cruciaux pour l’avenir du pays ? Que penser aussi lorsque certains se gargarisent d’avoir reçu l’absolution de ce même peuple alors qu’il ne dispose que d’une majorité à un instant T donné ?

            Cordialement


          • Proudhon Proudhon 31 août 2008 18:35

            @yannik Harel

            D’autant plus que quand on demande son avis au peuple, comme lors du référendum européen, on passe outre. C’est ce que j’appel de la Dictature Démocratique. On pourrait même créer un nouveau mot :

            La Démocratico-Dictature.

            Comme aux USA. On vous explique que c’est une Démocratie, on écrit que c’est une Démocratie, on vous montre en image que c’est une Démocratie. Mais c’est une Démocratico-Dictature Ploutocratique.


          • incapacitant 28 août 2008 12:08

            cette finalement petite gueguere en géorgie est juste pour montrer que poutine ne lachera pas le morceau pour ce qui est des reserves de gaz et de pétrôle en russie et son absolu contrôle sur celles-ci.

            n’étant soumis à aucune censure dans son gouvernement, sa constitution, sa population,
            n’ayant à plier ni devant les gogos de l’onu, ni de l’otan, ni les bush et les sarko et leurs foutus lois démocratiques qui les paralysent, il peut faire ce qu’il veut, il n’y a auncune contraintes, sinon les intérêts des milliardaires russes du gaz et du pétrôle. comme avec la mafia, de temps en temps on nettoie, faut que le business tourne à n’importe quel prix, même humain.

            poutine, s’il prend la mouche, ça peut aller loin
            faut juste voir où sont les pipelines, il n’ira pas plus loin que ceux-ci


            • Serge Serge 28 août 2008 12:18

              Une question toute simple aux"admirateurs du Fench’Dr Kouchner"parfait dans son rôle de "valet et serviteur de Sarkozy et de l’OTAN".
              QUI,après la chute du mur,A OUVERT "LA BOÎTE DE PANDORE" au démembrement de l’Etat yougoslave sur des "BASES ETHNIQUES" ?
              Aujourd’hui le boomerang leur revient en pleine figure et "ILS CRIENT AU LOUP !"
              Il leur est difficile de reconnaître que le remodelage des frontières dans les Balkans servait UNIQUEMENT LES INTERÊTS GEOSTRATEGIQUES DES USA.


              • Lino Pralino La Praline 28 août 2008 13:06

                 -

                LOBBYING

                Commando médiatique pour gérer l’image de la Géorgie  

                S’appuyant sur un réseau de lobbyistes dans les principales capitales occidentales, Tbilissi a pris une nette avance sur le front médiatique du conflit qui l’oppose à Moscou.

                Les autorités géorgiennes vont sélectionner dans les prochaines semaines un nouveau de cabinet de conseil, basé à Paris, pour renforcer leur stratégie de communication en Europe. Totalisant des dizaines d’apparitions télévisées sur CNN, la BBC, Sky News, Bloomberg, etc., le président géorgien Mikheïl Saakachvili s’appuie aussi à Bruxelles et à Londres sur le petit cabinet de relations publiques Aspect Consulting, et à Washington sur deux firmes de lobbying : Orion Strategies et Squire Sanders (voir schéma).

Depuis le début de la crise le 8 août, le consultant d’Aspect Patrick Worms briefe les journalistes étrangers depuis le hall de l’hôtel Marriott à Tbilissi. Dans le même temps, le cabinet a inondé les médias internationaux de plus de 200 communiqués de presse.



                A lire ici : http://www.intelligenceonline.fr/


                • amedee 28 août 2008 13:06

                  Brebis, brebis revez au bercail. y a le mechant loup qui rode. Seul votre proprio peut vous protéger.
                  A vous de deviner qui est proprio, qui est brebis, qui est berger et qui est chien de berger.



                  • morice morice 28 août 2008 13:13

                     La Russie répond aux provocations polonaises aussi, ne l’oublions pas dans ce conflit : Moscou avait PREVENU, et les dates entre la signature du contrat d’anti-missiles par Rice et l’invasion de la Georgie sont très proches. Les américains ont joué avec le feu, ils ont vu... plus autre chose que j’expliquerai un peu plus tard si vous le voulez bien... car dans l’histoire, les USA ont perdu bien plus qu"on ne pense...


                    • Tarouilan Tarouilan 28 août 2008 15:34

                      Defensive........ha ha ha..... j’espère qu’un jour quelque spécialistes pourrons nous expliquer... et pourquoi pas sur Agoravox... la nature exacte de ces équipements en Pologne... qui n’est vraiment pas exposée aux terrorisme nucléaire..... 

                      L’Iran avec des façons de scuds longue portée bricolés et équipes de bombes nucléaires.....prototypes...que l’iran envisagerait de faire passer par la Pologne avant qu’elles ne frappent Israel.......comment peut-on gober de pareilles choses, le niveau des capacités intellectuelles de l’opinion publique est vraiment très mal considéré par les USA... ILS NOUS PRENENT PLUS QUE POUR DES DEMEURES....


                    • Cug Cug 28 août 2008 16:19

                       La Pologne, que les décideurs US bénissent, vient de donner à la Russie une raison de se faire battre, violement  !!!
                      Le BDM US ne peut en aucun cas protéger la Pologne, c’est du vent. Juste l’occasion au CMI de "pomper" des dollars et aux décideurs US de mattre la pression sur la Russie pour foutre la merde entre celle ci et l’Europe.

                      L’Europe continentale prochain champ de bataille ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès