• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Pacte de Marrakech : lettre ouverte à mon syndicat

Pacte de Marrakech : lettre ouverte à mon syndicat

Quand les syndicats socialistes se mettent à braire avec le restant des socio-traîtres, en feignant de ne pas voir la réalité parfaitement antisociale de cette migration "voulue" (mais par qui ?).

Lettre ouverte à la direction de la Fédération Générale du Travail de Belgique (FGTB)

Lessines, le 15 décembre 2018

Je prends la peine de vous écrire pour vous faire part de ma stupéfaction, mais aussi de ma profonde colère face à la position prise par la FGTB concernant la politique migratoire, et plus précisément la signature du Pacte de Marrakech.

Dès mon entrée dans la vie active, j’ai adhéré au syndicat communiste parce que mes convictions étaient profondément ancrées à gauche, et le sont restées. J’ai peu à peu compris que les partis politiques de gauche avaient, depuis longtemps, trahi leurs idéaux et que désormais, ils se faisaient les chantres du néolibéralisme et de la mondialisation heureuse. Le socialisme s’est lentement et subrepticement détourné de la lutte contre les inégalités sociales au profit de la protection de « minorités », agitées telles des hochets, pour ne pas avoir à s’occuper des conséquences désastreuses de la mondialisation. Délocalisations, chômage de masse, appauvrissement généralisé de la population, disparition de la classe moyenne, voilà tous les bienfaits de l’ordolibéralisme de Bruxelles à la botte du grand capital.

Mais cela ne suffit pas aux maîtres du monde que sont devenus les multinationales et les banques. Non contents de nous avoir fait payer les conséquences de la crise de 2008, et de leur avidité mortifère, ils en veulent toujours plus : l’économie est en berne ? Pas pour tout le monde, la fortune des 500 personnes les plus riches de la planète a bondi de 23% pour la seule année 2017.

Pour ces chacals, le peu qu’ils nous versent comme salaire est encore de trop, il faut donc déréguler, il faut placer les travailleurs en concurrence avec les travailleurs du tiers monde. Et comme on ne peut pas tout délocaliser, invitons-les à prendre, pour un salaire de misère, le travail des travailleurs les moins qualifiés, qui sont déjà parmi les plus précarisés.

Le rôle des syndicats est la défense des droits des travailleurs, pas de se positionner sur des questions de société relevant de la politique générale. Vous êtes donc doublement coupable, d’abord en prenant position en faveur du recrutement d’une deuxième « armée de réserve » aux côtés de la multitude de chômeurs, puis en sortant du rôle qui est le vôtre en poussant l’agenda mondialiste là où il était si facile de faire usage de votre droit inaliénable et imprescriptible à vous occuper de vos oignons.

En vous alignant sur les positions des mondialistes, qui sont objectivement les ennemis du genre humain, vous vous rangez aux côtés des socio-traîtres, qui affectent de se préoccuper des inégalités sociales tout en détruisant méticuleusement le peu qu’il reste des acquits sociaux. Je révoque ce jour mon affiliation syndicale de 30 ans, parce que je refuse de cautionner votre participation à cette entreprise de destruction du tissu social de notre pays.

En quoi ce pacte est-il profondément antisocial ?

Tout d’abord, quoi qu’on essaie de nous faire avaler comme couleuvres ces temps-ci, le nomadisme n’est pas la norme, les migrations non plus. Depuis plus de 12.000 ans, soit la découverte de l’agriculture et la naissance des premières cités-États, les peuples sont essentiellement sédentaires. On peut décrire une société comme une population plus ou moins homogène sur un terroir.

Chaque fois que l’on observe des mouvements migratoires massifs, c’est soit parce que ces pays ont été dévastés par la guerre, soit parce que les conditions de vie y sont insupportables, et la situation actuelle ne fait pas exception à la règle. Afghanistan, Irak, Libye, Syrie, Afrique subsaharienne, sont autant de pays et de régions qui ont été dévastés par les guerres néocoloniales de ces 20 dernières années pour le compte de l’Oncle Sam. Or que trouve-t-on comme signataires de votre « appel au multilatéralisme » ? Les mêmes membres du petit club1 des ONG mondialistes qui n’ont jamais hésité à soutenir ces « guerres humanitaires » partout et en tout temps, avec le résultat qu’on connaît.

Vous mesurez l’hypocrisie qu’il peut y avoir à cautionner ce qu’il faut bien appeler des guerres néocoloniales, puis, au titre d’une « solidarité humanitaire » (découverte de fraîche date), ouvrir les frontières de l’Europe aux flux de migrants qui ne manqueront pas de s’y présenter ? Le tout aux frais de la princesse, et dans le plus parfait déni des règles élémentaires de la démocratie. Eh oui, pour une question d’une telle importance, tout comme pour la signature du Traité de Lisbonne, d’ailleurs, la moindre des choses eût été de consulter la population. Ah mais c’est vrai, l’humanité vous adorez, mais le peuple, c’est tellement ringard, et puis ça vote systématiquement de travers…

Faut-il rappeler que la dernière fois que la Belgique a ouvert ses portes aux flux migratoires, en provenance d’Italie puis du Maroc, le chômage était quasiment inconnu sous nos latitudes ? C’étaient les 30 glorieuses, et avec elles, le plein emploi. Aujourd’hui, le chômage des jeunes en Wallonie par exemple est de presque 30%. En Belgique, 16% des habitants sont en dessous du seuil de pauvreté et ce taux monte à 20% quand on parle des enfants.

Quel sera l’impact social de l’arrivée massive d’immigrants peu qualifiés, ne parlant bien souvent pas la langue, sur le territoire ? Il faudra leur assurer l’accès à la sécurité sociale, leur donner des moyens de subsistance, alors que les CPAS sont déjà submergés et ne peuvent faire face à la demande en raison de la paupérisation croissante de la population ?

Vous souvenez-vous du sens du mot « Belgique » dans votre raison sociale, ou bien pensez-vous que l’ensemble de la population serait d’accord pour octroyer à des étrangers ce que l’État ne peut plus offrir à ses nationaux ? Est-ce que vous ne nous prendriez pas un peu pour des bulots ? Ai-je raison de penser que finalement, vous faites votre miel de la pauvreté, censée jeter dans vos bras toujours plus de travailleurs précarisés, de chômeurs et d’assistés ? Ai-je raison de croire que désormais, vous n’êtes plus un syndicat mais une excroissance maligne qui telle une tumeur cancéreuse, se nourrit de la vitalité de son hôte pour le tuer à petit feu ?

Le monde tel que nous le connaissons est en train de s’effondrer, et nous assistons actuellement à la dernière manche d’un combat qui opposera les peuples opprimés à l’instauration d’un gouvernement mondial par l’oligarchie financière. Ces gens veulent en finir une fois pour toutes avec les États-nations, et s’emploient à détruire méthodiquement tout ce qui constitue le ciment et la vitalité de notre société. En face d’eux, les Gilets Jaunes, les Brexitters, les gens de peu qui constituent l’électorat de Donald Trump : les laissés pour compte de la mondialisation.

En prenant le parti des mondialistes nomades contre le peuple, vous avez fait le choix de vous couper de votre base, et renoncé à vos idéaux ; et tout comme les partis des socio-traîtres2, vous aurez à en payer le prix, tôt ou tard.

 

Philippe Huysmans


>> Article original sur Le Vilain Petit Canard

  1. Signataires :

    Philippe Hensmans, Directeur d’Amnesty International ; Frédéric Rottier, Directeur du Centre Avec ; Sotieta Ngo, Directrice du CIRÉ ; Arnaud Zacharie, Secrétaire général du CNCD-11.11.11 ; Marc Becker et Anne Léonard, Secrétaires nationaux de la CSC ; Thierry Bodson, Secrétaire général de la FGTB wallonne ; Estelle Ceulemans, Secrétaire générale de la FGTB Bruxelles ; Baudouin Van Overstraeten, directeur de JRS Belgique ; Olivia Venet, Présidente de la Ligue des droits de l’Homme ; Pierre Verbeeren, Directeur de Médecins du Monde ; Christian Kunsch, Président du Mouvement ouvrier chrétien ; Adriana Costa Santos et Mehdi Kassou, Co-présidents de la Plateforme Citoyenne de Soutien aux Réfugiés ; Antoinette Maia, Coordinatrice de Solidarité mondiale ; Prof. François Gemenne, Université de Liège ; Prof. Sabine Henry, Université de Namur ; Eva Smets, Directrice générale d’Oxfam Solidarité ; Pierre Santacatterina, Directeur général Oxfam Magasins du Monde, Olivier Valentin, Secrétaire national de la CGSLB

  2. PS, ECOLO, PTB, etc.

Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • rogal 15 décembre 2018 19:28

    Bien envoyé !

    Utilement envoyé ?


    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 15 décembre 2018 19:33

      @rogal

      Merci. Je ne sais pas si c’est « utile », ou pour le dire autrement, je n’ai pas l’impression que cela changera quoi que ce soit, mais je crois qu’il faut un moment appeler un chat, un chat, et faire savoir aux traîtres ce qu’on pense d’eux.

      Je n’attends pas vraiment de réponse, d’ailleurs que pourraient-ils dire alors que mes arguments sont irréfutables ?


    • Onecinikiou 16 décembre 2018 08:55

      @Philippe Huysmans

      Votre diatribe est excellente, mais je trouve que vous vous réveillez un peu tard : un chômage endémique frappe l’Europe de l’Ouest depuis trente ans, or ça fait précisément trente ans que l’immigration sert d’armée de réserve pour non pas seulement peser à la baisse sur les salaires (ce qui est incontestable mais qui n’est qu’un aspect du problème), car servit objectivement aussi à :

      - dépolitiser la classe ouvrière, affaiblir les syndicats et déjà idéologiquement (pour preuve),
      - désintégrer (littéralement) la communauté nationale au profit d’un communautarisme non plus national donc, mais sur des bases essentiellement ethno-confessionnelles,
      - créer de manière tellement prévisible mais non moins inévitable les conditions d’un affrontement (et d’abord culturel) entre ces communautés dont les références civilisationnelles sont radicalement antagonistes, avec des tensions identitaires croissantes et potentiellement gravissimes, dans le but d’horizontaliser les luttes,
      - ruiner l’Etat et les finances publiques, conformément à la doctrine et stratégie néolibérales visant a accroitre les déficits et l’endettement pour mieux justifier dans un second temps « d’affamer la bête ».

      Les gauchistes sans cervelle ont été l’objet, par les forces mêmes qu’ils prétendaient combattre, d’une manipulation inouïe contre laquelle il faut bien le dire ils n’ont pas opposé beaucoup de résistance (le voulaient-ils seulement).

      Ce ne sont d’ailleurs pas que les syndicats, pas que les partis politiques, des sociaux-démocrates aux communistes, pas qu’en Belgique mais partout en Occident’ : c’est toute la grande et belle Gauche, tout le camp dit « progressiste » qui s’est fourvoyé, avant de se convertir et de passer avec armes et bagages au pire de l’euro-mondialisme, marche-pied cauchemardesque des intérêts oligarchiques dominants, créateurs des déséquilibres de toutes sortes (notamment macro-économiques et socio-culturels) à la racine des maux actuels.

      Le pire sans doute étant que les mouvements et partis politiques qualifiés - et aussi par vous personnellement - « « d’extrême-droite » » alors qu’ils n’étaient et ne sont toujours que fondamentalement souverainistes et attachés à la défense du cadre national, comme du maintien d’une cohérence identitaire et populaire minimale c’est à dire suffisante afin d’offir une résistance encore possible à la déferlante libéralo-mondialiste, furent les fers de lance et sinon les seuls rares lucides de tout l’échiquier politique dans la dénonciation de ces processus mortifères, tant pour les nations que pour les peuples, comprenant au premier chef le peuple du travail et le salariat.

      Ces contradictions, vos contradictions, vous explosent aujourd’hui à la gueule. Vous m’excuserez mais c’est juste et mérité.


    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 16 décembre 2018 12:34

      @Onecinikiou

      Globalement vous avez raison, mais ce n’est pas exactement aujourd’hui que je m’en suis aperçu pour ce qui concerne les partis de gauche, je le dis d’ailleurs dans le texte, et il vous suffit de lire les articles que j’ai écrits sur la question pour vous rendre compte que cela remonte déjà à trois ans... en fait j’avais remarqué bien avant, mais je n’avais pas encore pris la décision d’écrire.

      Jusqu’il y a peu je pensais (naïvement) que les syndicats n’étaient pas atteints par cette pourriture parce que leur coeur de métier c’est la défense des travailleurs... Bon bah je m’ai encore plantay :p


    • leypanou 15 décembre 2018 20:14

      dernière manche d’un combat qui opposera les peuples opprimés à l’instauration d’un gouvernement mondial par l’oligarchie financière. Ces gens veulent en finir une fois pour toutes avec les États-nations 

       : sous couvert d’humanisme, leur véritable objectif est effectivement çà.

      Mais vous trouverez toujours de petits bourgeois cr.tins pour « aider » comme ils disent et les médias sauront les encenser comme il faut.


      • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 15 décembre 2018 20:50

        @leypanou

        Pas si sûr, la propagande ne marche plus : quand on va présenter la facture aux peuples d’Europe, ça va saigner.


      • bcallens 17 décembre 2018 08:18

        Question à tous : Avez-vous lu le texte du Pacte de Marrakech ?

        Si non (et c’est probablement le fait de la plupart des commentateurs), c’est ici (ce n’est pas facile à trouver, j’en conviens volontiers) :

        http://undocs.org/fr/A/CONF.231/3

        Tout commentaire ne faisant pas référence audit texte sera considéré comme sans intérêt.


        • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 17 décembre 2018 11:44

          @bcallens

          Oui je l’ai lu, j’avais d’ailleurs récupéré la version word pour en récupérer des extraits.

          Je n’ai aucune confiance dans les « résumés » fourgués par la presse à la botte, je vais donc directement à la source.

          J’avais rédigé un premier article intitulé « Pacte sur les migrations : est-il permis de poser quelques questions » dans lequel le lien se trouvait déjà.


        • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 17 décembre 2018 12:10

          @Self con troll

          Bof, j’utilise word toute la journée, au taf, c’est quoi le problème ? C’est plus simple que de récupérer la couche OCR du PDF qui en général gère les sauts de ligne comme un pied.


        • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 17 décembre 2018 12:56

          @Self con troll

          Le meilleur restait quand même WP 5.1 en connaissant tous les raccourcis par coeur... Sinon, aujourd’hui il reste des trucs comme Abiword qui est pas mal.

          Les dernières versions de Ms Office sont une torture, je ne les souhaite à personne. Perso, je reste à la 2003.

          Et en plus ça coûte un rein.


        • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 17 décembre 2018 14:34

          @Self con troll

          Le blème est que l’HTML est destiné à l’affichage sur écran : pour l’imprimer faut définir d’autres directives en CSS.

          J’ai fait beaucoup d’HTML/CSS notamment pour créer mon propre thème sous drupal, mais avant ça pour créer de zéro le site de la boîte pour laquelle je bosse.

          Pour l’instant je suis revenu à un thème tout-venant, à peine modifié, sous wordpress : ça me fait ch... de devoir à chaque fois refaire tout le bazar.

          Pour la présentation j’ai utilisé à peu près tout ce qui est possible depuis la fin des années 80, y compris PageMaker et Quark. Aucun n’était vraiment parfait.

          Alors je dirais pour conclure : ça dépend surtout de la finalité... Si c’est pour faire un bouquin, HTML c’est pas top. Si c’est pour un site web, Word n’est pas le meilleur ami des CMS et des éditeurs Wysiwyg


        • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 17 décembre 2018 16:19

          @Self con troll

          Disons que c’est défendable puisque même le format e-book, quand on regarde bien, n’est rien d’autre que de l’HTML avec un css.


        • Arthur Gohin 18 décembre 2018 06:18

          @bcallens
           Merci bien de cette référence. 
           C’est effrayant. Mais qui donc va pouvoir réellement lire ce monstre, analyser et comprendre où cela nous mène ? 
           Je crois quand même bien comprendre qu’aucun moyen de financement n’est seulement évoqué. C’est l’arnaque totale. 

           Soros est sûrement derrière les gilets jaunes, il s’agissait de faire beaucoup de bruit pour que l’on ne remarque pas ce pacte destructeur. Mais le mouvement va bien plus loin que prévu et on peut même espérer au final un gouvernement moins arnaque et plus démocratique. 


        • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 18 décembre 2018 08:46

          @Arthur Gohin

          Tout le monde peut le lire et beaucoup ne s’en sont pas privés : des analyses sont disponibles ça et là, qui expliquent en détail où cela nous mène.

          Le texte est volontairement flou, et vous remarquerez qu’à tout bout de champ, les médias (mais aussi ce pacte) font semblant de confondre migrants et réfugiés alors qu’il s’agit de situations complètement différentes, et de deux législations différentes.


        • Arthur Gohin 18 décembre 2018 17:10

          @Philippe Huysmans
            Oui d’accord, des analyses sont là pour digérer le texte à notre place. Mais le propre de la responsabilité du citoyen est de se forger une opinion propre sur toute chose le concernant. La responsabilité par procuration n’est pas ma tasse de thé. 

            Or je suis physicien d’un bon niveau d’analyse de texte, et j’ai capitulé rapidement. Le commun des mortels n’y verra que goutte. J’ai pu quand même comprendre que le flou, comme vous dites, flou hallucinant, fait de ce texte une escroquerie faramineuse. Mais encore une fois le commun des mortels ne sait pas la précision indispensable d’un pacte pour qu’il ne soit pas une escroquerie.

            Heureusement les gilets jaunes se passent d’analyse détaillée, et ont compris intuitivement :
          MACRON TU NOUS PRENDS POUR DES CONS
            C’est parfaitement exact. 


        • Anatine 18 décembre 2018 12:41

          Comment utiliser et detourner ce « grand debat », sans le rejeter mais pour accroitre la pression et avancer...Un apprentissage d’une nouvelle modalité d’action

          Il faut lier la concertation au RIC, pour renforcer le mouvement, sa dynamique décentralisée, developper les consensus, et bien sur, eviter le piége de la synthèse controlee des comites theodules.

          Pour qu’elle soit concrète et traduite en mesures... et prenne des le depart la forme d’un engagement a imposer à l’etat.

          En partant du principe que le RIC s’appliquerait au niveau de la commune, la région et de l’etat : les attentes seront formulées sous forme de questions pour un RIC.

          1. Par thème, jusqu’a 3 questions parmi celles qui auront été formulees seront choisies dans chaque commune.

          2. Par thème, chaque commune choisira par votation 3 questions parmi les questions posées par 10 communes tirées au hasard dans la région.

          Donner a chaque commune le pouvoir de participer au consensus. Les propositions des autres renforcent ses choix.

          3. Les questions retenues par les communes seront classees par nombre de citations dans les communes et les 5 premieres retenues au niveau de la région.

          4. Chaque région organisera un vote sur la région pour valider si oui ou non chaque question est bien une priorité. Au moins 2 questions devront etre validees avec un vote « oui » de 70% au minimum.

          Chercher la representativite dans l’expression des attentes.

          5. Ces 2 questions de chaque region sont remontees au niveau de l’etat. Les autres feront l’objet d’un debat regional et de propositions regionales.

          6. Le parlement choisira une question par region. Si une question a ete choisie par au moins 3 regions, elle est choisie d’office.

          Un Referendum national sera organise. Oui ou non pour chaque proposition. Les 3 premières seront portees au debat parlementaire pour une proposition de loi sous 2 mois.

          L’etat et le mouvement font un pas tout en restant dans le rapport de forces necessaire.


          • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 18 décembre 2018 14:57

            @Anatine

            Si je vous suis bien, organiser la remontée des sujets en partant par la base pour atteindre un Quorum ? Vous allez flanquer la jaunisse à nos dirigeants :p

            Oh que ce serait beau, le RIC tel que souhaité par Étienne...

            Ce serait la démocratie : donc ça va pas être possible, il va falloir en passer par une révolution, quelques raccourcissements de + 30 cm d’une partie de l’anatomie par aillleurs totalement inutile chez les politiques, et puis faire ça nous-mêmes...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès