• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Pacte stratégique : l’Iran et la Chine changent les règles du jeu au (...)

Pacte stratégique : l’Iran et la Chine changent les règles du jeu au Moyen-Orient

La signature d'un nouvel accord stratégique de coopération sur 25 ans entre l'Iran riche en pétrole et la Chine revendiquant le statut de puissance mondiale change les règles du jeu non seulement au Moyen-Orient, mais également en Asie. La Chine met en place un nouveau "tentacule stratégique" pour les Etats-Unis et leurs alliés dans la région, estiment les observateurs de la revue analytique australienne The Strategist. 

Cet accord marque un point culminant dans les liens économiques, commerciaux et militaires grandissants entre les deux pays depuis la Révolution islamique de 1979 en Iran. Bien que le contenu de l'accord ne soit pas intégralement dévoilé, il impliquera forcément des investissements chinois d'envergure dans l'infrastructure et les secteurs industriel et pétrochimique de l'Iran. Il renforcera également la coopération militaire, dans le renseignement et la lutte contre le terrorisme et reliera étroitement l'Iran à l'initiative chinoise "la Ceinture et la Route" en tant qu'instrument d'influence mondiale, indique la revue. 

Selon certaines sources, l'accord prévoit des investissements chinois à hauteur de 400 milliards de dollars, notamment sur le marché iranien du pétrole et du gaz d'ici 25 ans. 

Les échanges sino-iraniens, en 2016, s'élevaient à 31 milliards de dollars après la signature un an plus tôt du Plan d'action global commun sur le nucléaire iranien. Cependant, ils ont diminué après la rupture unilatérale, en mai 2018, de l'accord nucléaire par Donald Trump, malgré l'opposition d'autres signataires du Plan d'action, la Russie, la Chine, le Royaume-Uni, la France et l'Allemagne, en décrétant ensuite des sanctions sévères contre l'Iran. Néanmoins, à présent, le commerce sino-iranien s'apprête à atteindre de nouveaux sommets. 

Ce développement exponentiel des relations est basé sur l'intérêt mutuel des pays pour faire face aux Etats-Unis et à leurs alliés. Une coopération plus large et profonde entre la Chine et l'Iran, notamment dans le contexte de leurs liens étroits avec la Russie et des relations hostiles de ce "trio" avec les Etats-Unis, comporte un puissant potentiel pour changer le paysage stratégique régional, constate The Strategist

Jusque-là, la Chine s'efforçait de ne pas coopérer avec l'Iran jusqu'à un point où cela puisse menacer ses relations lucratives avec l'Arabie saoudite riche en pétrole, l'un des principaux rivaux régionaux de l'Iran, ainsi que d'autres partenaires parmi les monarchies arabes. En 2019, la Chine a importé près de 17% de ses besoins en pétrole d'Arabie saoudite, ainsi que des quantités plus modestes du Koweït, des Emirats arabes unis et d'Oman. La deuxième puissance économique du monde couvrait seulement 3% des besoins intérieurs en cet hydrocarbure stratégique grâce aux fournitures d'Iran, placé sous l'embargo pétrolier américain depuis novembre 2018. 

La Chine entretient également à un niveau raisonnable la coopération miliaire et de renseignement avec Israël, un autre grand adversaire de l'Iran au Moyen-Orient. 

La signature par Pékin de ce très important accord avec Téhéran suscite une sérieuse préoccupation des pays arabes du Golfe, d'Israël et des Etats-Unis. Ils étaient déjà préoccupés par la "menace" iranienne dans la région, compte tenu de l'élargissement de l'influence de Téhéran en Irak, en Syrie, au Liban et au Yémen, ainsi que de son soutien des Palestiniens. Les Etats-Unis sont également inquiets par l'influence de l'Iran en Afghanistan, où les Américains et leurs alliés se battent sans succès contre le mouvement radical des talibans depuis deux décennies, d'où Washington veut se retirer au plus vite en prenant certaines mesures pour sauver la face, poursuit le média. 

Et maintenant, après plusieurs années de politique américaine de pression maximale des Etats-Unis sur l'Iran visant à détruire l'économie iranienne et à déstabiliser son système politique de l'intérieur, Pékin affiche sa disposition à investir des centaines de milliards de dollars dans cette économie et prêter ainsi main forte à Téhéran. 

Compte tenu des liens étroits entre l'Iran et la Russie, l'accord entre la Chine et l'Iran crée potentiellement un axe puissant qui ne ferait que renforcer la position régionale de Téhéran et ses positions aux négociations avec l'administration de Joe Biden concernant le retour des Etats-Unis dans le Plan d'action. 

Les Iraniens craignaient traditionnellement une alliance avec toute puissance mondiale, même si à l'époque du chah leur pays s'est déplacé dans l'orbite américaine, ce qui a contribué considérablement aux prémisses pour des mouvements révolutionnaires en Iran à la charnière des années 1970 et 1980. Mais les tentatives permanentes des Etats-Unis de faire pression et d'isoler l'Iran, notamment sous Donald Trump, poussaient systématiquement Téhéran à regarder vers l'Est et à avancer vers la signature d'un accord avec la Chine. 

Puisque la Turquie s'écarte également des Etats-Unis en tendant vers la Chine et l'Iran, malgré les différends entre Ankara et Téhéran en Syrie, les alliances factuelles qui se forment dans cette région stratégiquement et économiquement vitale représentent un bien plus grave problème pour l'administration Biden qu'on ne pouvait s'y attendre. Si jusqu'à présent Joe Biden pensait que la Russie et la Chine seraient ses cibles principales en politique étrangère, maintenant, après l'accord sino-iranien qui change les règles du jeu, le Moyen-Orient pourrait devenir tout aussi difficile pour les Américains, conclut The Strategist

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, et son homologue chinois, Wang Yi, ont signé le 27 mars un pacte de coopération stratégique entre les deux pays. La cérémonie de signature s'est déroulée à Téhéran. D'après les autorités iraniennes, le document est prévu pour 25 ans et contient des éléments politiques, stratégiques et économiques. 

Désormais, les Etats-Unis et leurs alliés pourraient perdre une grande partie de leur influence, ainsi que la possibilité de faire pression sur Téhéran qui, avec le soutien de Pékin, pourrait rétablir sons influence d'antan, voire aller au-delà, tout en attirant la Chine parmi les acteurs centraux sur cette arène.

Alexandre Lemoine

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n'engagent que la responsabilité des auteurs

Source : http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=2572


Moyenne des avis sur cet article :  3.93/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • Attila Attila 2 avril 20:27

    Ça va finir comme l’arroseur arrosé : beaucoup de pays ont compris qu’ils devaient s’allier pour se protéger des États-Unis qui vont se retrouver isolés, à force.

    .


    • JPCiron JPCiron 2 avril 22:32

      Sauf erreur, l’Article ne mentionne pas l’ Europe. Rien d’anormal : A force d’être aligné, on se fond à l’ombre du Maître.

      .

      Ces nouveaux développements que souligne l’Article vont dans le sens d’un monde multipolaire... ce qui n’est pas le monde unipolaire peint aux couleurs Américaines.

      .

      Peut-être l’Iran et l’Arabie Saoudite prendront-ils conscience à présent que leurs Etats ont le même intérêt dans le temps long. Alliés plutôt qu’ennemis !


      • titi 3 avril 14:29

        @JPCiron
        « Peut-être l’Iran et l’Arabie Saoudite prendront-ils conscience à présent que leurs Etats ont le même intérêt dans le temps long. Alliés plutôt qu’ennemis ! »

        Vous n’avez vraiment rien compris au mode de pensée de cette région du monde.


      • L'apostilleur L’apostilleur 3 avril 09:51

        Il est toujours intéressant de regarder la planète en partant « du milieu ».

        Quand les chinois tissent leurs routes qui attirent des partenaires jusqu’en Europe, les EU hégémoniques contraignent les pays réfractaires avec des sanctions que leurs alliés doivent respecter. Deux politiques opposées. 

        Comme celui de la Chine, l’avenir de l’Iran se lirait-il dans son passé ?

        La Perse était au carrefour des influences. 


        • JPCiron JPCiron 3 avril 10:10

          @L’apostilleur

          Très juste !
          Qu’on le veuille ou non, les modes de pensée antiques sont toujours présentes dans les choix ’’libres et éclairés’’ des uns et des autres.
          Dans certains cas, c’est une bonne chose.


        • Parrhesia Parrhesia 3 avril 11:24

          @L’apostilleur

          Très intéressant !!!
          Puisse ce genre de raisonnement étayé sur la réalité historique, l’emporter enfin sur les « propagandas » mondialistes diverses et variées dont l’ex propaganda mondialiste soviétique et ses réminiscences toujours actives pour les besoins de la cause, et l’actuelle propaganda capitaliste exclusivement financière actuellement en plein boom !!!
          Bien entendu, et pour être précis, je ne suis pas sûr que la politique des U.S.A. soit encore entièrement concoctée aux States par les neveux et descendants de l’Uncle Sam et dans le seul intérêt de la population Nord-Américaine !!!

          Bonne journée !


        • Parrhesia Parrhesia 3 avril 10:59

          Une nouvelle occasion est ainsi offerte aux Français de comprendre pourquoi, à la suite de son plan « Pétrole contre nourriture », le très Français et très incontestable Gaulliste Charles Pasqua, qui avait défendu sa Patrie les armes à la main à l’âge de seize ans, devait absolument être torpillé politiquement...

          Bien entendu, je n’irai pas jusqu’à espérer que cette nouvelle occasion soit encore suffisante pour leur permettre de comprendre ...


          • titi 3 avril 14:26

            « les Etats-Unis et leurs alliés pourraient perdre une grande partie de leur influence, ainsi que la possibilité de faire pression sur Téhéran »

            Parce que les Etats Unis avaient une influence sur Téhéran ?

            On en apprend tous les jours.


            On ne perd pas ce qu’on a pas.


            • Jonas 4 avril 09:23

              Beaucoup de bruit pour rien, comme dirait Shakespeare.

              Depuis des années , la Chine est déjà le premier client du régime criminel des mollahs . Rien de nouveau sous le ciel. Les échanges entre les deux pays sont réduits aux pétrole, tapis , noix, pistaches d’un côté et investissements colossaux pour relever une économie laminée et à bout de souffle. 

              La Chine , exclue de sa grammaire, les « droits de l’homme » , contrairement aux pays occidentaux qui exhibent ce « grigri » a tout bout de champ. La Chine ne fait pas de morale mais du business. Elle peut massacrer des musulmans sur son territoire ou soutenir la Birmanie , en persécutant les Rohingya , ces autres mauvais musulmans , n’a aucune importance. Allah et ses adeptes n’ont en ligne de mire que les Occidentaux. 

              Elle investira et construira des infrastructures en faisant venir ses cadres et ses travailleurs pléthoriques , comme elle le fait en Afrique et dans certains pays arabes comme l’Algérie. Dans ce pays , comme me le disait un de mes amis à Alger « Les chinois viennent avec leurs cadres , ouvriers , restent cantonner dans leur périmètre sans aucun contacte avec les autochtones. Et une fois la mission accomplie rentrent chez eux . »  Ces salauds d’occidentaux , eux, remplissent les hôtels , bars , restaurants etc ne respectant en rien la souveraineté de ces pays en se mêlant au peuple. 


              • Jeekes Jeekes 4 avril 19:18

                @Jonas
                 
                 
                Ahhh, le régime criminel des mollahs !
                 
                Bien ouiche, c’est pas comme si on parlait des ordures $ionistes d’hisse-rat-heil. C’est sales pourritures qui foutent la merde dans le monde entier.
                 
                Allez, jonas, reprenons tous en coeur :
                 
                $ions $ions du bois,
                A la mode, à la mode... 
                 


              • Jonas 5 avril 16:06

                @Jeekes

                Partout malheureusement où vivent les arabo-musulmans et les musulmans non arabes , il y a des problèmes. Des problèmes qui sont dus à une inculture, une inadaptation a la vie moderne et surtout à un analphabètisme chronique.
                Même la pauvre Afrique , subit les attentats et des crimes venant des milices se déclarant de l’Islam, Mozambique, Nigéria, Niger, Tchad , Mauritanie etc . Boko Haram , n’est pas une création « sioniste » mais vient du ventre de l’islam. 
                Une minorité d’arabo-musulman et de musulman non arabe, sauve l’honneur par son courage et son attitude clairvoyante , comme en Iran. 

                Je ne pense pas que le « Sionisme  » puisse avoir un rapport quelconque avec la dégringolade des pays de l’islam et leurs guerres interminables les uns contre les autres. 
                Dès les indépendances recouvrées , ils se sont attelés à chasser les minorités religieuses et ethniques croyant vivre en paix et en harmonie entre eux, après le départ forcé des mécréants. Funeste décision.  Se trouvant entre eux , ce n’est plus que massacres et conflits interminables, ruinant les pays et faisant des arabo-musulmans et musulmans non arabes des êtres frappés de misère physique et morale. Au point que pour leur salut , ils misent tous sur l’immigration , vers les pays Occidentaux. Le Sionisme est pourquoi ? 

                Pendant que l’arabo-musulman et musulman non arabe rêve de fuir son pays au péril de sa vie , des conflits sanglants continuent , à sévir dans ces pays , comme en Syrie, Irak, Libye, Yemen , Soudan , Somalie , Turquie, Pakistan , Afghanistan etc d’autres habitants des pays de cette religion ,archaïque et arriérée , vivent d’une manière misérable comme en Algérie, Tunisie ,Egypte etc . La Jordanie qui vient d’essuyer un coup d’Etat, le Liban dont les banques dirigées par des maffieux arabo-musulmans , ont ruiné le peuple qui se trouve dans une grande détresse et dénuement. L’Iran , dirigé par des criminels , est au podium chaque année pour ses exécutions , disputant la place à l’Arabie séoudite . 


              • EL Yagoubi 5 avril 21:13

                Article clair et pertinent.

                "Si jusqu’à présent Joe Biden pensait que la Russie et la Chine seraient ses cibles principales en politique étrangère, maintenant, après l’accord sino-iranien qui change les règles du jeu, le Moyen-Orient pourrait devenir tout aussi difficile pour les Américains, conclut The Strategist

                Il a toujours été difficile pour les usa de comprendre le Moyen-Orient et reste toujours plus difficile pour une « superpuissance » d’être puissante dans son paradigme en faillite. 


                • Jonas 7 avril 10:48

                  @EL Yagoubi
                  Vous avez raison sur ce point, les Etats-Unis comme l’ensemble des pays Occidentaux ,ne comprennent rien aux pays du Proche et Moyen-Orient et cela depuis toujours. Manque de culture et de connaissances de ces pays. 

                  D’ailleurs ces pays du Proche et Moyen-Orient ne se comprennent même pas entre eux, même en ayant la même base religieuse et les mêmes comportements. 
                   La meilleure preuve sont ces guerres et conflits interminables, qui font fuir les habitants de cette région , non pas vers des pays qui leur ressemblent , mais vers des pays Occidentaux. Car Ils connaissent le prix à payer en s’installant chez leurs « frères en religion. »

                  Les Etats-Unis comme les pays Occidentaux dans leur grande naïveté pensent que les pays du Proche Moyen-Orient ont les mêmes valeurs qu’eux et qu’il faut les considérer comme tels. Alors que ces pays ont leurs propres valeurs , leurs propres moeurs , coutumes traditions issues tous du Coran.

                  Les Etats-Unis et les pays occidentaux se trompent lourdement en voulant faire des pays de la région des partenaires semblables. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Patrice Bravo

Patrice Bravo
Voir ses articles



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité