• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Par l’étang qui cours

Par l’étang qui cours

Par l'étang, par les taons*, par les temps qui courent.

Non, rien de rien, non je ne regrette rien. Ni le temps ni l'étang ni les taons ; ces horribles & énormes mouches sanguinaires qui vous plantent à l'été des forêts des étangs leurs douloureuses mandibules, coupantes comme un rasoir naturel qui s'enfonce dans la chair tendre de l'enfant innocent, comme une chenille de caterpillar dans le goudron de juillet.

Tout jeune, prépubère et distant insuffisamment de l'étang où croupissaient les gentils crapauds tout vilains, visqueux mais couverts d'adorables guêpes protectrices assorties à leur destin de nuisible, je tentais déjà de rêver un monde meilleur. Et alors le taon impitoyable surgissait de nulle part & me mordait sauvagement, et le temps passait ; puis les années s'additionnaient, me blanchissant l'espoir et plus tard les cheveux, la barbe.

C'est vieux tout ça et on dirait que les taons ont disparu, peut-être tués par les pesticides. Pour moi pour l'instant ça va encore, mais on dirait que les taons reviennent au galop métaphorique sous les traits de rusés malandrins qui s'appellent zélites entre elles.

 

Et voilà qu'aujourd'hui ; JOHNNY EST MORT !

Peut-être êtes vous déjà au courant ?

Oui, Johnny est mort, Hallyday is dead ! Comme le petit Gregory. Bon, vous conviendrez avec moi au jugé rapide que le destin du célébrissime Gregory assassiné à 10 ans et retrouvé pieds et poings liés au fond de l'eau il y a 40 ans, vous conviendrez que ce triste destin n'est en rien comparable à celui de Johnny les Champs Elysées, et pourtant...

Pourquoi Johnny ?

Pourquoi Grégory ?

Par ce que tous les deux on en parle depuis 40 ans au moins et qu'ont-ils fait pour ça, rien ou presque. J'allais oublier l'immortel assassiné en plein vol à 92 ans ; Jano d'Ormesson ; aplati symboliquement à la santiag et sillonné aux roues des Harleys Davidson ultra kitsch du plus phénoménal, du plus sidéral-sidérant, Galactique ont dit certains, Enterrement qu'on ait jamais vu, Paris si.

 

 

Les Champs Élysées à Jauni ! À Jano la Tête à Toto !

Le plus drôle c'est qu'il s'était sûrement préservé, Jano, des excès en tout genre, il tentait même de se rendre sympathique et modeste paraît-il vers la fin de sa fin de vie, le pôvre. Et comme une prémonition ; il disait qu'il ne fallait pas mourir avec Piaf, pas l'oiseau, la chanteuse qui atomisa Cocteau sur la fin.

 

C'EST RATÉ !

Parce que Piaf à côté de Johnny c'est comme, en terme de notoriété, sinon de prestige, Macron et Kennedy ; faut pas tout mélanger.

À bien y réfléchir il existe tout de même une certaine ressemblance entre les costumes de scène de Johnny, qui vont bientôt valoir Léonard de Vinci, et l'habit vert cousu d'or des académiciens de ce pays où la culture, dixit ki-vous-savez ; n'existe pas ; ça brille et on te voit de loin, et y vaut mieux pas traîner vers la Gare du Nord habillé comme ça !

Johnny a bien vécu, il s'est privé de rien, il a bu, ni—é, sni—é sans vergogne, s'est cartonné cash en Ferrari indemne, même s'il a résisté environ 20 ans de moins que l'académicien défunt dépossédé à mort par lui, à tout jamais de la gloire logique due à tout ex-chef du Figaro, le journal qui ment dès l'Aurore.

Pauvre Jano, même pas encore dans les Limbes, il a dû aller s'asseoir en fantôme ignoré dans l'église envahie de gens bizarres en cuir ; transparent sur les genoux de Bridgette récemment statut-fiée à 40 smics mensuels sur vos comptes saignés à blanc. Il a dû ovationner en larmes éthérées le discours de Poupon M'akaron M'akaron -je-suis-victime-de-la dieudonisation-des-esprits- à son endroit, et regimber inutilement contre le triste sort où il tomba ce jour là, et les suivants.

Tombé dans l'oubli à tout jamais, Jano d'Or #Maison !

Tandis que les chansons de Johnny n'ont jamais autant tourné dans les radios depuis l'invention du disque Vinyl, du disque Dur, du Cd et aussi du Mp3,4,5...

Encore que Johnny, à part chanter il a rien fait de mal. Mais ils ne m'auront pas, les zautres ; les charognards du bal, les vautours, les parraines à costume rayé, les politocs détrousseurs en Prada & leur figure fictive et malfaisante ; attablés comme des #porcs au public festin financé par trimeurs crétins éblouis.

Je n'ai pas suivi laid vainement ; Johnny ça suffit, non... Mais tout se sait sur le Net alors ; tandis que les fans simples et les bikers tristounets congelaient au dehors enfin y paraît, les Vips visqueux paradaient en habit noir et luisant, comme des blattes surdimensionnées amputées de deux pattes, et sans les antennes ; au chaud, déguisés en élégants intelligents, plaintifs de la famille éplorée.

Pourceaux récupérateurs de trépas, intellectuellement attifés d'un imbroglio fiduciaire mentalement scotché aux neurones ; logiciel moneo-organique implanté à vif et morne au max qui leur sert de cortex. Ils se mirent, s'admirent en reflet dans les mirettes défenestrées de leurs comparses à l'oeil trouble et absent.

 

La Fin des Temps est proche ! les démons déshumanisés entraperçus par Nostradamus il y a 500 ans sont là ; ils ont pris le pouvoir, enfin on dirait...

Par l'étang gluant qui nous entoure donc, âcre sous ses effluves trompeuses de parfum bobo-chicos écoeurant, par les taons humanoïdes aux manettes affamés, il semble que le point de non-retour soit enfin atteint. Résidents cdd de l'élysée qui se prennent pour des rois, des dieux, et sans dents hébétés tout pareil, les premiers par le flouze et les seconds aussi, pas pour les mêmes raisons, mais ça revient au même.

Le temps c'est de l'Argent ; depuis le temps qu'on te le dit, t'avez pas encore compris ?

 

Les Champs Élysées au Saltimbanques, les ornements, l'or et les femmes !

La rue et le froid au con tribuable, le silence et l'oubli aux millions de smicards qui crèveront tous, beaucoup trop chers à la société en marche, remplacés bientôt par des esclaves qu'on paiera le salaire au chinois, et encore s'il ferme bien sa gueule..

 

L'horreur est humaine.

Et voilà, comme Jauni ou Jano d'Or Maison, comme Loana, comme Anonyme, comme Sdf, comme Rothschild vous mourrez**, avec quart d'heure, car de flic ou car de gloire instante intégrée dans ta vie vide ; désintégré ! C'est comme ça mortel, c'est cela, la vie du terrien crétin temporaire à vie, rien d'autre.

Allez, joyeux Noël, et bonjour chez vous.

 

 

*Grosse mouche trapue, le taon est un insecte peu apprécié. En effet, parmi les insectes, considérés comme nuisibles par l’homme, le taon a une très mauvaise réputation. Près de 4000 espèces de taons sévissent dans les régions tempérées et humides du monde. Le taon des bœufs (Tabanus bovinus) harcèle le bétail chaque été. Ce taon, comme beaucoup d’autres, est également responsable de graves maladies, notamment en Afrique.

 

**& moi avec.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.8/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • Diogène diogène 14 décembre 2017 11:05

    Grégory avait quatre ans.

    Bon, ça ne change rien à la morsure du taon qui s’étend et ça n’empêche pas l’étang de faire proliférer les taons, mais il n’a pas eu le temps d’avoir dix ans.

    • Piere CHALORY Piere CHALORY 14 décembre 2017 11:10

      @diogène


      Merci pour la précision, cette histoire est sinistre en effet mais hélas  ; depuis Grégory, tant d’autres petites victimes anonymes ont disparu dans des conditions atroces sans qu’on en parle jamais, c’est ça que je voulais souligner dans l’article.

    • HELIOS HELIOS 14 décembre 2017 23:32

      ... les taons ne vivent pas seulement prés des étangs, mais partout où il y a des troupeaux avec quelques prédilections pour les vaches et les chevaux.

      ... et c’est madame qui vous suce, le sang, comme chez les moustiques.

      ... ... ...

      • Piere CHALORY Piere CHALORY 15 décembre 2017 07:01

        @HELIOS


        Oui, je crois qu’on les appelle aussi mouches à chevaux. En tout cas je me souviens encore de la douleur fulgurante de la piqûre du taon, qui n’a rien a voir avec celle de la guêpe, il faut dire que si elle arrive à percer le cuir des boeufs et des chevaux avec ses dents, ceci explique cela ; sale bête !

      • velosolex velosolex 14 décembre 2017 23:53

        Je suis arrivé sur l’article à cause la photo. 

        J’ai cru avoir avoir affaire à une pin up, de grosses lunettes de soleil Paco Rabane sur le nez, sifflant un orangina avec une paille. 
        Ou pire. En mission pour Weinstein. 
        Seuls les ermites au désert ne savent pas que Johnny est mort. 
        Maintenant son corps ne loue plus comme un cheval mort. 
        Phrase qui me laissait dans l’expectative quand j’étais gamin.
         Je ne laisserai pas pour autant le Johnny pour la môme Piaf....Une fille qui faisait ribaude avec les collabos, alors que dans les pièces de la gestapo d’’à coté, on torturait à mort....Ne me dites pas qu’elle ne savait pas...Même s’il elle chantait fort la foule qui tourne, ça ne suffisait pas à couvrir les hurlements...Je sais, noir c’est noir, il n’y a plus d’espoir. ...Elle aurait mérité sans doute que les portes du pénitencier se refeeerment..
        Les taons sucent le sang, donc, mais ne sont pas les seuls. 
        Certains vampires sont tout aussi redoutables. Je ne parle pas des vautours. 
        Parfois je me demande si ce n’est pas de nous copier, que leur est venu leur métier. 



        • Piere CHALORY Piere CHALORY 15 décembre 2017 07:13

          @velosolex


          Pour la photo, j’ai rajouté le sang (numérique) pour vivifier un peu l’image de cet animal déplaisant et qui fait très mal si vous promenez torse nu aux endroits où il sévit. Pour le reste j’apprécie à peu près autant Piaf que Johnny... Mais paradoxalement elle est plus connue aux Usa que Johnny par exemple, un peu comme M.Chevalier à l’époque, elle représentait en quelque quelque sorte la France profonde et authentique des faubourgs où s’encanaillaient les touristes, j’ai un vinyl américain de Piaf, et je crois que pour en trouver un de Johnny, à condition de le chercher, ça sera difficile...

        • bob14 bob14 15 décembre 2017 06:37

          Vous avez vu quand ils ont allumé les lumières de l’étable à la Madeleine...toutes les mouches à merde sont arrivées !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



-->