• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Parti Socialiste : Qu’est-ce que se recentrer veut dire (...)

Parti Socialiste : Qu’est-ce que se recentrer veut dire ?

Le Parti Socialiste paraît bien engagé sur la voie du recentrage stratégique. Tout semble l’indiquer, des déclarations de Ségolène Royal reniant certains aspects du programme présidentiel, tel que le SMIC à 1500 €, jusqu’à l’idée, chère au député de l’Essonne Manuel Valls, que le PS devrait se refonder autour de la notion d’autorité[1]. A vrai dire, deux voies possibles de recentrage du PS se dessinent, l’une socio-économique et l’autre culturelle. Sans être contradictoires, ces deux voies sont de natures assez différentes.

Le recentrage socio-économique, représenté par exemple par le courant strauss-kahnien ou les Gracques, ce collectif de hauts fonctionnaire s’étant déclarés de gauche et ayant appelé à une alliance Royal-Bayrou entre les deux tours, semble la stratégie préférée au PS aujourd’hui. Il s’agirait, si le PS devait s’engager dans cette voie, de renoncer à son ancienne ambition de voir un jour l’Etat dominer l’économie, pour devenir l’avocat d’une régulation et d’une redistribution modérée qui ne nuise pas aux incitations des entreprises à produire et à vendre. Autrement dit, il s’agirait pour le PS de renoncer une fois pour toutes à ce que certains ont appelé son « subconscient marxiste ». De nombreuses personnalités que les médias voient dominer le prochain congrès du parti en 2008, telles que Ségolène Royal, Arnaud Montebourg, Manuel Valls ou François Hollande, ont émis récemment des signaux en ce sens. Valls, par exemple, a déclaré être favorable à la réforme des régimes spéciaux[2], un point sur lequel il a été suivi, bien que de manière plus discrète, par Hollande[3]. Ce même François Hollande a déclaré, devant les Jeunesses Socialistes, le 31 août dernier : « On est là pour suivre un long cheminement. (...) Le Grand Soir, c’est fini ! »[4]

L’autre voie possible semble celle d’un recentrage « culturel », si l’on entend par cette formule les prises de position du PS sur les questions de l’identité nationale, de l’immigration, des politiques pénales ou de la place de l’autorité dans la société, autant de thèmes mis en avant par Nicolas Sarkozy pendant sa campagne. Le PS semble plus réticent à l’idée de s’engager dans cette seconde voie. Ségolène Royal, certes, a tenu des propos pour le moins patriotiques pendant la campagne présidentielle, et a également proposé d’encadrer militairement les délinquants récidivistes. Et Manuel Valls, plus récemment, a déclaré dans une interview que l’autorité devrait être considérée comme une « valeur de gauche », un propos qui peut paraître surprenant[5]. Le député d’Evry s’était également fait remarquer en soutenant que le PS devait enfin arriver à une position nette sur l’immigration. Mais il est clair que Hollande, pour ne citer que lui, pourtant visiblement favorable à un recentrage socio-économique, a plus de réserve sur ces aspects-là. Il apparaît donc que si le recentrage est bien une idée à la mode au PS, ce recentrage a plus de chance de concerner le domaine des idées socio-économiques que le domaine des idées culturelles.

Il se pourrait, toutefois, qu’en poursuivant cette voie le PS ait une mauvaise surprise en 2012, ayant à la fois renoncé à son identité et à son histoire, bâties sur un discours critique du capitalisme, et ayant perdu une élection. Il ressort en effet de plusieurs études de l’opinion française réalisées ces dernières années, notamment celles conduites par le politologue Gérard Grunberg[6], que l’électorat n’est pas moins critique du laisser-faire économique qu’auparavant. Par exemple, l’une des études les plus fournies jamais faites sur cette question, réalisée par le CEVIPOF (Centre d’étude de la vie politique française), un organe de recherche attaché à Sciences Po, en 2002, montre que 40% des Français étaient d’accord à cette date avec l’idée qu’il faudrait interdire les licenciements. Or l’interdiction de licencier est une proposition tellement radicale que même la LCR ne l’a pas incluse dans son programme électoral en 2007 ! Cette étude montrait aussi que 79% de l’électorat considérait que réduire l’écart de richesse en France était important ou très important. Aujourd’hui, donc, les Français ont encore des opinions clairement antilibérales. En conséquence, il faut se rendre à l’évidence que Sarkozy n’a pas tant gagné l’élection du 6 mai sur ses propositions socio-économiques que sur sa défense de l’autorité et de la nation, sur sa politique sécuritaire et sa politique d’immigration, autant de sujets où l’opinion, au moment des élections, lui était acquise.

En conclusion, le PS n’aurait que peu à gagner, électoralement, à embrasser l’économie de marché plus qu’il ne le fait déjà aujourd’hui, dans la mesure où cette économie de marché est fortement contestée par la plus grande partie de l’opinion française. Il aurait sans doute un plus grand avantage, là encore en termes strictement stratégiques, à exploiter le rejet de l’immigration et les tendances sécuritaires de l’électorat. Cependant, et c’est là un point important, l’auteur de cet article ne s’engage pas personnellement en faveur d’un recentrage ou d’un autre. Il est convaincu que la politique ne se résout pas à des recettes électorales, et considère plus important pour le Parti Socialiste de préserver son identité actuelle que d’initier une refonte autoritaire. Il note simplement que Manuel Valls est sans doute l’un des stratèges les plus perspicaces au sein de ce parti aujourd’hui.



[1] Interview donnée à Christophe Barbier sur LCI (septembre 2007).

[2] Ibid.

[3] Interview donnée à Rue89 (« La polémique sur les régimes spéciaux relance la guerre au PS », 12 septembre 2007).

[4] Le Monde, « Monsieur Hollande répète aux jeunes que “le Grand Soir, c’est fini” », 2 septembre 2007.

[5] Interview donnée à Rue89 (« La rentrée mordante des “rénovateurs” du PS », 27 août 2007).

[6] Gérard Grunberg et al. (éditeurs), La Démocratie à l’épreuve : Une nouvelle approche de l’opinion des Français, Presses de Sciences Po, 2002 ; Gérard Grunberg et Etienne Schweisguth, « La tripartition de l’espace politique », paru dans Le Vote de tous les refus (édité par Pascal Perrineau), 2003.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 31 octobre 2007 13:35

    la modernisation du PS ne passe pas par des « courants » représentaient par des opportunistes,qui ne produisent rien une fois à un ministère.

    La modernisation du PS doit prendre en compte les demandes des citoyens et la modernisation de l’administration,de la sécurité des biens et des personnes et de l’immigration choisi ainsi qu’une rupture post-colonialiste de l’Afrique et des pays du Maghreb

    Sarkozy la compris et a su attirer vers lui ces gens de gauche avident d’une modernisation du PS.

    Le PS tient une réthorique inspirée d’anciens troskistes reconvertis dans le marketing et non avons vu le résultat catastrophique et nous le reverons en Mars 2008,avec la marginalisation de ce parti

    PARIS-PLAGE ce n’est pas la mer !

    Faire du vélib ce n’est pas construire des infrastructures modernes (routes,autoroutes,habitations ) pour permettre aux citoyens de se déplacer ! ou de se loger à 100 km de Paris !

    Depuis la gestion Hollande du PS,c’est pire que le PC sous G Marchais,c’est une catastrophe.


    • passe-moi les jumelles 31 octobre 2007 13:46

      Lerma, quand comprendrez vous que les contestataires des années 70 - ceux que vous appellez trotskystes - sont les patrons d’aujourd’hui ? La contre culture de 68 est d’ailleurs très visible dans les discours publicitaires des grandes marques ...


    • passe-moi les jumelles 31 octobre 2007 13:42

      C’est effectivement assez simple de comprendre que dans les pays riches, le libéralisme sert à peu près toujours les desseins du conservatisme et qu’en calquant son programme économique sur celui de la droite ; la gauche n’a quasi aucune chance de l’emporter ... Simple de comprendre par exemple que les pauvres dans les quartiers ( y compris les immigrès, fils d’immigrès eux mêmes ) ne sont pas favorables à une immigration massive, n’ont rien à foutre des droits des homosexuels et ne lisent pas BHL ...


      • Fred 31 octobre 2007 14:24

        « 40% des Français étaient d’accord à cette date avec l’idée qu’il faudrait interdire les licenciements »

        Si ces 40% obtenaient gain de cause, on verrait un grand nombre de faillite. On peut aussi être sur qu’aucun de ces 40% n’est patron.

        Un détail, Sarkozy n’a rien d’un libéral. Le libéralisme prone un petit gouvernement qui s’occupe des fonctions régaliennes alors que Sarkozy est comme les présidents avant lui pour une ingérence importante de l’état dans la vie des gens. On n’a jamais essayé le libéralisme en France sous la Vème république.


        • passe-moi les jumelles 31 octobre 2007 23:48

          « 40% des Français étaient d’accord à cette date avec l’idée qu’il faudrait interdire les licenciements »

          — >

          C’est une affirmation tronquée. Ces 40% de français sont en réalité contre les licenciements pour les entreprises qui dégagent des bénéfices.

          « On n’a jamais essayé le libéralisme en France sous la Vème république. »

          — >

          Je ne connais pas un seul pays au monde qui ait expérimenté ce libéralisme que prêchent certains libéraux « authentiques » ; c’est à dire le libertariannisme. Citez m’en un seul ? Si vous n’y parvenez pas, je continurais de penser qu’il s’agit là d’une simple utopie du capital. Faire aimer les riches aux pauvres, le rêve d’Aristote ... Autant apprendre à miauler à un chien.


        • Samuel Neuman Samuel Neuman 5 novembre 2007 20:56

          Vous faites erreur en declarant que mon affirmation selon laquelle 40% des Français étaient favorables à l’interdiction de licencier en 2002 est tronquée. Vous avez visiblement une autre étude en tête. La formulation exacte de le question de l’enquête CEVIPOF était :

          Que pensez-vous de la proposition suivante : « il faudrait interdir les licenciements » ?

          Voir le site cdsp.sciences-po.fr si vous êtes toujours sceptique.


        • Le péripate Le péripate 7 novembre 2007 12:59

          On aurait envie de réagir tous les dix mots ! C’est le problème avec les discours clichés, c’est qu’ils enfilent les perles à toute allure, alors que déconstruire chaque concept demande de la place et de la réflexion.

          Donc je noterai juste quelque points :

          Cette habituelle confusion entre opinion et sondage. Car de quoi est il question ? Il existerai donc une opinion, qui préexisterai à la question sondagière. Il faut le dire et le redire, ceci est faux !

          Ensuite, le présupposé etatisme du socialisme (inconscient marxiste !). Mais l’ordolibéralisme a besoin d’un Etat extrémement fort, et il n’est pas marxiste que je sache !

          Et encore sur la réduction des inégalités, ce qui serait antilibéral ! Lisons donc « Théorie de la justice » du libéral Rawls, et nous verrons qu’être libéral, c’est bien aussi l’égalité des chances !

          Et puis, last but not the least, gagner des élections, d’accord, mais pour quoi faire ? La Restauration ploutocratique a été initié en France par Mitterrand, et depuis le PS n’a jamais démenti cette orientation.

          Se soumettre à l’opinion ? Pimprenelle devait écraser Nicolas (dans les sondages), on a vu ce qui en est advenu. Et d’une certaine manière, c’est tant mieux.

          Il faut reprendre la politique par le bon bout. C’est à dire se poser des questions pratiques. Doit-on, comme le propose l’ineffable Lerma, construire des autoroutes pour pouvoir habiter à 100 km de Paris ? Doit-on accepter sur nos marchés des produits fabriqués par des enfants, ou des gens qui n’auront jamais de retraites, de sécurité sociale ? Doit-on accepter que le capital echappe à la taxation alors que le travail croule sous les impots ? Doit-on accepter que nos élites nous méprisent ? Etc....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires