• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Participer de la laideur du monde

Participer de la laideur du monde

 

Bien évidemment encore faut-il se mettre d’accord sur ce qu’est la beauté mais je pense que c’est assez facile : harmonie, qui ne demande pas forcément un accord parfait.

La laideur est la violence à l’état latent, pas forcément active pas forcément éruptive mais dont il ne peut rien sortir de bon. On peut y être sensible sans faire d’effort particulier, aussi dans ce cas, ne pas y participer est un jeu d’enfant. Mais à l’heure actuelle il y a trop, trop, de regards absents, d’attention inexistante, d’indifférence comme un allant de soi.

Et cette indifférence est grande productrice de laideur. L’indifférence est la mère de la désinvolture, de l’incompétence, de la négligence et, excusez du peu, mais celle-ci se répandant comme la poudre dans les services publics, les administrations, mais chez les artisans, les commerçants, le service après-vente, etc, c’est toute la société qui en est affectée. Chacun dans son petit coin se dit, je m’en fous, il m’emmerde ce client-là, et pour ce que je suis payé, je ne vais pas me faire chier… mais la plupart du temps, le comportement ne s’accompagne d’aucun commentaire, cela est devenu normal.

Là où cette anomalie se transforme en violence, c’est quand on n’a plus affaire à aucun humain ; l’administration est fortiche pour cacher ses hommes même si un nom, toujours, suit votre dossier. Mais il suit, peut-être, le dossier, mais pas vous ! Vous pouvez toujours vous échauffer au téléphone, par courriel ou par lettre, le monde suit son court comme si vous n’existiez pas. Vous n’avez rien à dire, la marche inaltérable d’une logique incompréhensible ne peut être interrompue.

J’ai un ami qui, naguère, ayant marre de recevoir depuis plusieurs années des rappels à payer des impôts locaux pour une maison qu’il n’habitait plus, s’est rendu dans les bureaux idoines, a sauté par dessus le comptoir et laissant la nana subjuguée à moins qu’elle ne fut interloquée, a pris le temps de retirer son nom d’une liste devenue obsolète. Un humain avait reçu l’info du déménagement, mais personne n’en avait averti la machine qui ordonnait régulièrement des envois.

Affaire réglée !

C’est curieux, non ? Cela m’interroge depuis longtemps, cette propension à vivre anesthésié de tout sans aucune nécessité de présence au monde.

Nous voilà embarqués dans une société qui n’a jamais été aussi riche, jamais aussi confortable ; jusqu’à nos jours à nous vivants, jamais le peuple n’avait fait autre chose que bosser pour survivre et faire vivre les riches et voilà qu’au moment où l’on peut sortir les pieds de la boue les mains de la merde et faire s’envoler l’esprit, la médiocrité comme jamais envahit le monde. La méchanceté, la violence...c’est que, plutôt que désirer être heureux ensemble, ils ont voulu être comme des petits rois, ils ont tout cassé, sans trier, ils ont tout jeté. Comme des gosses qui s’amusent, qui dépensent qui gaspillent et qui ne font attention à rien. Dans l’ivresse de l’abondance, il y en a encore qui ne se rendent compte de rien.

Tous ceux qui trouvent, par exemple, que « la lutte des LGTB » ( que je viens de lire quelque part) est une phrase normale, qui veut dire quelque chose, de profond, et de légitime.

Tout ce qui s’est fait de beau au cours des siècles avec la lenteur de la ténacité, par le labeur chaque jour répété est noyé sous la laideur. On a cru sortir de cette routine de travail humble pour mieux y retomber, en lui ayant ôté au passage la satisfaction d’un travail bien fait.

Le mécano qui a réparé le pont de mon 4X4, l’a gardé cinq semaines, a fait une facture de trois fois le prix du devis approximatif, tout ça par manque d’organisation ; quand je devais aller le récupérer, impossible de le joindre et cinq jour plus tard, l’ayant enfin au téléphone, m’affirmant que mon véhicule était prêt, il me pria d’excuser son retard car il avait dû partir en urgence à l’hôpital pour un accident cardiaque ! Il a pas cinquante ans. Je lui ai fait promettre de préférer vivre que se tuer au boulot ; il était encore au bord de la crise de nerfs quand je partais, devant ses piles de factures, de taxes, d’impôts : sur cinquante euros de l’heure, combien lui revient ?

 

Et tous ceux qui se sentent flattés d’être pris parmi tant d’autres comme , je ne sais pas, DRH dans une putain d’entreprise ( c’est l‘étiquette qui me paraît la plus absconse, la plus folle, la plus laide) et qui gâchent là leur vie, et celle des autres, pour quelques deniers ? qu’ils ouvrent les yeux.

Et ceux qui obtempèrent et ceux qui obéissent et ceux qui s’en foutent mettent leur incompétence au service de la laideur du monde. Se faire le relai des horreurs, se complaire dans les commérages, multiplié par les moyens actuels, aimer la calomnie, se risquer à la diffamation, c’est participer de la laideur du monde.

Ce monde qui est devenu complètement fou ; tout le monde le sait, tout le monde le voit, tout le monde le vit, tout le monde s’en fout. Ou presque.

Cet insensé nous éloigne du vivant, vous savez ce truc de chair et de sang qui souffre ou jouit, qui crée ou obéit. Si nous voulons garder la vie précieuse, pour ne pas dire sacrée, il y a deux ou trois petites choses à ne plus faire.

Je ne suis pas convaincue que cette Vie sacrée puisse se transmettre et se préserver dans n’importe quelles circonstances ou situations ; je dois être comme ces obscurantistes qui craignaient la fée électrique ou le transport vapeur mais auxquels, à mes yeux, l’avenir a donné raison : la déraison a gagné et aucun progrès technologique n’a apporté quoi que ce soit sans contrepartie chère payée. L’Homme intelligent saurait intégrer chaque pas technologique à son équilibre biologique, aussi chaque fatigue trop grande ou inutile évitée serait un ajout ; au lieu de quoi ce but fut vite oublié au profit d’une curiosité qu’on a toujours mise dans la part du diable et d’une avidité et une volonté de puissance qu’on ne saurait attribuer à personne d’autre, même étant athée.

Je suis une obscurantiste, je ne le revendique pas parce que la revendication ne fait pas partie de mes gènes, trop artificielle moderne pour me seoir, mais je l’assume car j’ai appris tout au long de ma vie à assumer mes engagements, mes responsabilités et mes impossibles.

Être obscurantiste, vous le savez sans doute, c’est n’être pas éclairé par la lumière ; on le dit d’un air dédaigneux à propos des arriérés qui sont restés attachés à des valeurs beaucoup plus terre à terre comme si cette lumière-là ( celle dont on a décidé en haut-lieu qu’elle était l’étalon de l’intelligence morale, comme la lutte LGTB par exemple mais aussi et surtout la science comme progrès, l’allopathie comme tradition, la consommation comme jouissance égalitariste ou bien l’égalité comme parangon de justice) nous exonérait de notre appartenance au monde animal.

Je pratique l’obscurantisme comme une vision nocturne et comme tous les obscurantistes, aussi et surtout comme la vision derrière les apparences, cette apparence qui ne nous aveugle pas.

C’est pourquoi, et de plus en plus, je vois dans les lumières actuelles des flash puissants et incessants qui éblouissent : la clairvoyance ne supporte pas les néons.

Le réverbère vous empêche de voir les étoiles, les obscurantistes déplorent cela tandis que les modernes sont tellement contents de voir où ils mettent les pieds qu’ils ne s’aperçoivent même pas qu’ils ne voient plus le ciel : le monde est circonscrit à leur environnement immédiat et cela leur suffit.

Le monde contemporain est rempli de ces lumières aveuglantes comme un leurre et chacun dans sa bulle n’y voit pas de mal à les utiliser ; moi si.

Je hurle au boycott ; on me rit au nez. Rends-toi à l’évidence : que peux-tu contre des millions d’illuminés ?

De mémoire de civilisés, des laideurs humaines il y a toujours eu ; c’est déjà en soi un questionnement que toutes les religions du monde n’ont pas su expliquer ; si la psychologie s’en est mêlée, elle ne s’est pas attardée, préfère batifoler dans le bain des petits en pointant son diagnostic sur l’un-dividu, oubliant ( par hasard ?) le Commun. Le nécessaire Commun qui n’est pas enseigné.

Mais les ignorances d’aujourd’hui, chaque jour pointées du doigt par des symptômes inopinés, ne sont pas montées en épingles pour susciter des vocations de chercheurs, elles sont tues sous le boisseau et se règlent, si elles concernent notre santé, par quelques molécules éculées dont on s’est donné la peine de changer l’avatar. Le petit peuple qui a cru que l’homme moderne savait et maîtrisait tout en est pour ses frais tandis que face à cette mystification on ose la réponse d’une quête d’immortalité ! D’une fuite sur mars..., les imposteurs ne manquent ni de toupet ni d’imagination. L’important n’est pas que ça aille mais que là partout où ça ne va pas on n’ait aucun moyen de rétorsion. Les puissants font les beaux devant les peuples en cage, ma foi tant que le peuple se vivra comme un fauve enchaîné ou domestiqué…

Ceux suffisamment riches et nombreux pour avoir détruit la culture, la nôtre et celle de partout où ils promènent leur curiosité de soi, seront-ils un jour assez tôt décimés ?

Tandis que ceux qui voient clair et dénoncent, ceux qui agissent en positif, seront-ils décuplés ? La conscience et le courage décuplés, la bassesse et l’égoïsme décimés. Cela nous suffirait.


Moyenne des avis sur cet article :  3.93/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

65 réactions à cet article    


  • Aristide Aristide 13 juillet 2018 09:53

    Un petit désordre administratif, une facture de garage salée, un artisan qui paie des impots et des taxes, ... voilà donc suffisant pour que cette dame véhiculée en 4x4 insulte tous les salariés, ses contemporains, vitupère sur tout et rien, ....




     

    • JL JL 13 juillet 2018 09:57
      Bonjour alinéa,
       
      l’obscurantiste n’est pas celui qui se complait dans l’ombre, mais celui qui éteint les lumières. Nuance.
       
       Non, vous n’êtes pas obscurantiste, c’est clair !
       
       smiley

      • JL JL 15 juillet 2018 08:29
        @alinea,
         
        ’L’industrie est la cause de toute laideur.’’ Oscar Wilde
         
        La laideur, comme le désert de Boris Vian, c’est quelque chose qui ne pourrait être détruite que par construction : or personne n’investira jamais dans une telle entreprise. Aujourd’hui, rien ne se faisant plus sans investissement, ceci explique cela. Barjavel appelait le pétrole, du « jus de cadavre ». Aujourd’hui, comment désignerait-il le Coltan  ?
         
         ’’Avantage de la laideur sur la beauté c’est que la beauté finit et que la laideur ne finit pas" (Léon Bloy)

      • alinea alinea 15 juillet 2018 10:18

        @JL

        Ça me rend dingue ! il suffirait d’une détermination politique pour que chacun exploite et profite de la richesse chez eux, le reste passant par l’échange, le commerce équitable.
        Si les Africains n’avaient pas de potentats corrompus, et si les occidentaux étaient moins avides, il ferait meilleur vivre sur notre planète, et si une mine resterait une mine, une usine une usine, l’harmonie et l’équité qui y régneraient rendraient l’objet moins laid.
        Si, on peut quelque chose contre la laideur du monde ! mais tout le monde a l’air d’accepter la dégénérescence de l’homme comme une fatalité.

      • velosolex velosolex 13 juillet 2018 10:35
        Salut
        V’Là un bout de temps que Robert de Niro a pété les plombs, dans « Taxi driver », un chauffeur de taxi ne supportant pas la dégradation du monde. 
        Il y a du sang qui a coulé sous le pont de l’alma depuis, et du mercure et du plomb. 
        Personnellement c’est ce qui me fout le plus les boules, l’extinction de la vie...Le chant des oiseaux qui s’éteint. J’ai écouté ce matin celui de l’engoulvent sur youtube, pour tenter de me réconcilier avec la modernité
        L’homme moderne ne maîtrise rien et se rassure comme il peut
        . Nous avons cette messe du mondial qui nous dit que nous n’avons rien d’autre de collectif. Laideur on non, le sujet n’est pas là. 
        Depuis que Rimbaud l’a assise sur ses genoux, et ne l’a pas trouvé belle, on a accroché l’urinoir de Duchamp sur la tête de la Joconde, et alors on l’a trouvée fascinante.
         Le monde de Jérôme Bosch s’avance vers nous, avec ses data et ses tweets infantiles
        Roméo nique Juliette et inversement. Mais les sexes eux mêmes ne sont plus sûr de rien...Mais quand aurais le droit d’exiger le féminin à mon adresse. 
        Seules les princesses barbies, en dépit de leur propre grès continuent de se faire violer, dans la nuit américaine, attestant que tout ne change pas en ce monde.
         Pas un jour sans que je ne regrette les fantômes, le timbre de la poste faisant foi, et même les garde barrières, avec leur manivelle, qui commandaient l’ouverture du ciel. 
        Rendez moi au moins ma 2 CH Citroen, et le bruit thérapeutique de son moteur ! Ce dernier message attestant que je suis bien d’un autre temps

        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 13 juillet 2018 10:42

          j’ai depuis longtemps quitté ce monde pour la voie lactée. corrigeant mon point de vue à travers la lunette des warter closet. Tirant la chasse aux illusions. Passant du laid au lait. Et mon sommeil se fera tisane aux herbes par les fleur de la beauté. Tchao pantin. Dieu tire les ficelles. En Belgique cela se dit : TREK JE PLAN. Tirez vos plans sur la comète, elle ne m’atteindront plus.


          • cevennevive cevennevive 13 juillet 2018 11:04

            Bonjour ma Belle,


            Tout est vrai dans ce que tu écris, et je suis bien aise de voir qu’il y a encore des gens qui ressentent les mêmes « ressentiments ».

            Moi, je suis encore une à l’abri de cette noirceur éclairée même la nuit... J’ai encore un nid de faucon dans ma maison et quatre petits qui réclament sans cesse à manger. Les parents me débarrassent des souris, des serpents, etc.

            Mais il est bien évident que le monde autour de nous devient un rempart contre lequel nous risquons de nous écraser pour peu que nous soyons différents. Une erreur dans ce gouffre de l’administration et nous sommes noyés sans pouvoir en sortir.

            En ce moment, ma famille est victime d’une de ces désinvoltures de l’administration, et hélas ! c’est de médecine et de santé qu’il est question. Bien plus attristant que des feuilles d’impôts.

            Je n’arrive pas à comprendre l’impéritie de l’administration. Les employés sont souvent compréhensifs et de bonne volonté, mais rien de suit, rien ne se réalise... On est sans doute perdus dans les méandres informatiques où une simple erreur de virgule détruit tout l’édifice.

            En aparté : deux de mes petits fils par alliance (des jumeaux) sont en colonie à Bassurel. Bien loin des plages bondées.

            Bien à toi. Tiens-toi au frais.



            • alinea alinea 13 juillet 2018 12:07

              @cevennevive

              Dans la vallée de Sext !! j’y étais il y a une semaine.. nostalgie mais ressourcée par cette fraîcheur et cette beauté toute nue !
              Le progrès nous zappe, en tant qu’humains, et Aristide voudrait que j’applaudisse ceux qui jouent ce jeu-là !! drôle d’idée de mauvaise foi !!
              Oui tu es bienheureuse dans ta vallée...mais je parlerai bien sûr de tous ceux qui participent de la beauté du monde !
              Bien à toi

            • pallas 13 juillet 2018 11:44
              alinea
              Bonjour,

              Il est à craindre et cela se confirme des faits divers du type le film « Chute Libre » devenant nombreux.

              Auquel un individu pète littéralement un plomb et devient un meurtrier de masse.

              Notre société est fondé sur la triche, le mensonge, actuellement abreuvé de football à toutes les sauces.

              A écouter Bourdin, je me demande s’il ne ce masturbe pas devant un match de foot.

              Sa en devient n’importe quoi.

              Il est normal que notre pays soit traité de naze, déchets, d’abrutis, etc etc par les autres nations (je modère mon propos encore une fois).

              Salut

              • Cadoudal Cadoudal 13 juillet 2018 11:56

                @pallas

                Un roman lançeur d’alerte qui laisse une grande amertume mais qui doit être lu, dédié par l’auteur : « A ceux qui n’ont pas compris ». Homme averti en vaut deux non ?


              • pallas 13 juillet 2018 12:12

                @Cadoudal


                Bonjour,

                En terme de roman j’en est lu suffisamment.

                Nous assistons actuellement à une rapide et violente stérilisation de notre espèce, ça entraine des syndromes massif de type schizophrénie affective, borderline, bipolaire de type 2, a ce sujet un type 3 devrait etre crée.

                Les humains actuels sont tous les descendants de familles ayant fait acte de viol.

                Ce qui est bien avec la nature, dans la génétique est une élimination des espèces inutiles.
                Une forme de sauvegarde basique.

                Nous vivons dans une mégastructure biologique.

                Spectacle interessant et intriguant, j’apprends beaucoup en ce moment.

                Les nouvelles générations allant jusqu’a 25 à 30 ans, sont stérile ou bien incapable de concevoir des nouveaux nées sain.

                Nous arrivons au summum de la violence, c’est presque fini.

                Salut


              • Cadoudal Cadoudal 13 juillet 2018 13:08
                @pallas
                T’es bien perché toi avec ton analyse de la démographie africaine...
                Moi je ne suis qu’un lépreux pragmatique bas du front et tout et tout...

                Par conséquent, le million et demi de migrants était le seul facteur à l’origine de la croissance de la population européenne.

                En réalité, l’Allemagne profite surtout depuis quelques années, de l’afflux de migrants dont les femmes ont une fécondité supérieure à celle des populations d’origine.
                A cet égard, il est évident que la France, si elle veut retrouver le chemin d’une croissance durable, devrait davantage compenser le ralentissement de sa natalité par une immigration plus conséquente. Reste à ses gouvernants d’y préparer l’opinion publique…

                "Comment se fait-il qu’après mille ans nous soyons encore là  ? Peut-être parce que nous avons toujours su que notre existence avait un sens, qu’il y avait ici une culture, un esprit et une âme qui ont élevé nos cœurs pendant des siècles. Nous avons gardé notre idéal d’unité et d’unification, ainsi que notre fierté nationale.  »


                Voyons maintenant les résultats en Hongrie, où Viktor Orban et son parti, le Fidesz, sont au pouvoir depuis 2010, alliés avec le Parti national chrétien démocrate (chrétiens conservateurs).
                La fécondité augmente : elle est passée de 1,23 enfant par femme en 2011 (il faut toujours tenir compte des 9 neuf mois de grossesse par rapport à la date d’arrivée au pouvoir) à 1,49 en 2016. A noter que la fécondité de 2011 constitue le plus bas niveau historique en Hongrie. En 2016, il s’agit du plus haut niveau depuis 1995. Par ailleurs, la tendance continue en 2017 : sur les 5 premiers mois de l’année, la natalité a augmenté de 0,7%, ce qui est d’autant plus encourageant que le nombre de femmes en âge de procréer diminue actuellement fortement en Hongrie, du fait de la dénatalité passée.



              • alinea alinea 13 juillet 2018 13:18

                @Cadoudal

                En vous lisant je pense à Leroque qui a posté dès la parution de l’article, un énième com sur le grand remplacement ; je me proposais de lui répondre et quand je suis revenue son com avait disparu !
                Les gens referont des petits quand notre monde ira mieux ! au train où ça va, c’est pas demain !

              • Cadoudal Cadoudal 13 juillet 2018 16:37

                @alinea

                « Les gens referont des petits quand notre monde ira mieux ! au train où ça va, c’est pas demain ! »

                Tout va bien au Niger....

                Et rien ne va en Italie...

                C’est une thèse inédite qui mériterait approfondissement...




              • alinea alinea 13 juillet 2018 16:58

                @Cadoudal

                Oui, j’avoue !
                Il y a deux lois qui se superposent là ! dans la « pénurie » totale, l’espèce veut survivre en multipliant sa reproduction.Dans le monde nanti, cette loi, primaire et qui concerne tout le monde vivant, est remplacée, disons par des coutumes !Dans nos pays, c’est la sécurité qui fait faire deux, même trois enfants ; mais pas seulement, il faut avoir dépasser l’égoïsme et jouir d’une politique adéquate : ce que n’a pas l’Allemagne par exemple.Disons qu’on fasse dans la nature dix enfants pour que trois survivent, dans le monde occidental où la survie se définit par le nombre de zéros derrière un trois de paye mensuelle,on ne fait qu’un enfant pour le lui garantir ; si la garantie s’ouvre en période favorable d’économie expansive, on en fera deux ou trois ! smiley
                Et puis il y a une question de mentalité : les protestants qui veulent léguer leurs pognon ou possessions ne font qu’un enfant, tandis que les catholiques qui sont des bons vivants, en font quatre ou huit !! ( enfin, ça c’était avant la pilule ! maintenant je ne suis plus le truc)

              • Xenozoid 13 juillet 2018 17:18
                @alinea


                https://lyricstranslate.com/fr/every-sperm-sacred-chaque-sperme-est-sacr%C3%A9.html

                Le PÈRE :
                Il y a des juifs dans le monde.
                Il y a des bouddhistes.
                Il y a des Hindous et des Mormons, et aussi
                Il y a ceux qui suivent Mohammed, mais
                Je n’ai jamais été l’un d’entre eux.
                 
                Je suis un Catholique de l’église romane,
                Et je l’étais avant même d’être né,
                Et le chose qu’ils disent à propos des catholiques c’est :
                Il te prennent dès que tu es chaud.
                 
                Tu n’as pas besoin d’être plus haut que trois pommes.
                Tu n’as pas besoin d’avoir un bon cerveau.
                Tu n’as pas besoin d’avoir des habits sur toi, Tu es
                Un catholique au moment où Papa est venu,
                 
                Parce que
                 
                Chaque sperme est sacré.
                Chaque sperme est bon.
                Si le sperme est gâché,
                Dieu se fâche.
                 
                LES ENFANTS :
                Chaque sperme est sacré.
                Chaque sperme est bon.
                Si le sperme est gâché,
                Dieu se fâche.
                 
                LA FILLE :
                Laissons les païens répandre les leurs
                Sur le sol sale.
                Dieu les fera payer pour
                Chaque sperme qui pourra être trouvé.
                 
                LES ENFANTS :
                Chaque sperme est voulu (cherché),
                Chaque sperme est bon.
                On a besoin de chaque sperme
                Dans ton voisinage.
                 
                La MÈRE :
                Hindou, Taoïste, Mormon,
                répandent les leurs n’importe où,
                Mais Dieu aime ceux qui traitent leur
                Semence avec plus d’attention.
                 
                Les HOMMES :
                Chaque sperme est sacré.
                Chaque sperme est bon.
                Les FEMMES :
                Si le sperme est gâché...
                Les ENFANTS :
                ... Dieu se fâche beaucoup.
                 
                Le MOINE :
                Chaque sperme est sacré.
                La MARIÉE et le MARIÉ :
                Chaque sperme est bon.
                Les NOURRICES :
                On a besoin de chaque sperme...
                LES CARDINAUX :
                ... Dans votre voisinage !
                 
                Les ENFANTS :
                Chaque sperme est utile.
                Chaque sperme est bon.
                LE CORTÈGE FUNÉRAIRE :
                Dieu a besoin du sperme de tout le monde.
                ENDEUILLE #1 :
                Le Mien
                ENDEUILLE #2 :
                Et le mien
                LE MACCHABER :
                Et le mien !
                 
                La BONNE SOEUR :
                Laissons les païens le répandre le leur
                Sur les montagnes, collines et les plaines.
                LES STATUES SACRÉES :
                Dieu va les punir pour
                Chaque sperme qui est répandu pour rien.
                 
                TOUS :
                Chaque sperme est voulu (cherché),
                Chaque sperme est bon.
                On a besoin de chaque sperme
                Dans ton voisinage.
                 
                Chaque sperme est sacré.
                Chaque sperme est bon.
                Si le sperme est gâché
                Dieu se fâche beaucooouuuup !


                ok,,,je sort

              • alinea alinea 13 juillet 2018 17:24

                @Xenozoid

                Je comprends cette réaction et j’aime bien ; on peut réagir à tout.
                Mais après puisque nous sommes entre nous, que ni dieu ni diable ne nous concerne puisqu’ ils sont nos créatures, on peut redéfinir pour soi le sacré ; pur et dur, comme ces allumés-là, plus lâche, à condition que le sens n’en soit pas perdu !
                Aujourd’hui, ce n’est même plus le sens qui est perdu, c’est l’Idée même !

              • Xenozoid 13 juillet 2018 17:31
                @alinea
                ,l’a tón jamais eu ?

                mois je ne perd rien,si on va dans la logique, l’idee même de mettre un sens est corrompu par l’idée,,,
                et si « l’intelligence »,n’était qu’un handicape...après tout

                je sais je vais loin, mais observe les animaux

              • alinea alinea 13 juillet 2018 17:37

                @Xenozoid

                Oui, on l’a eue !
                moi aussi j’observe les animaux mais le fait est qu’à moins d’accepter une bonne grosse dose d’artifice, nous restons pensants

              • Xenozoid 13 juillet 2018 17:42
                @alinea

                oui, on fait dans l’anthropomorphisme a tout les étages,et le trou dans le ventre s’agrandit

              • Xenozoid 13 juillet 2018 18:35

                tres d’accord,mais quelle mémoire ?


              • Xenozoid 13 juillet 2018 18:38
                @Nstr
                ça va ? tu es masqué ... ;)

              • pemile pemile 13 juillet 2018 18:47

                @Nstr « Sans mémoire peut-il y avoir de l’intelligence ? »

                Peu de mémoire pourrait aussi obliger à faire travailler son intelligence (réinventer chaque jour) et à l’inverse, n’utiliser que la mémoire pourrait inhiber l’intelligence ?


              • pemile pemile 13 juillet 2018 18:48

                @Nstr

                PS : Nestor is back ?


              • pemile pemile 13 juillet 2018 22:58

                @Nstr « Et sans mémoire qu’est-ce qui te prouve que tu ne vas pas tous les jours refaire, répéter continuellement la même chose ? »

                Tant que t’as l’intelligence de réinventer la roue chaque jour, c’est mieux que de se souvenir d’une technique moins efficace inventée par tes ancêtres, non ?

                Pour ta métaphore informatique, un système expert basé sur très peu de règles mais équipé d’un très grand nombre de capteurs et de processeurs sera peut être bien plus « performant » et capable de s’adapter qu’un robot basé uniquement sur du deep learning à base de big data.

                PS : c’est l’éternel dilemme de la tête bien faite versus la tête bien pleine, non ?


              • Cadoudal Cadoudal 14 juillet 2018 00:13

                @alinea

                « C’est vrai, à partir de cette date, 20/25 ans, des centaines de millions de personnes, sinon des milliards, souffriront probablement d’une vieillesse terrible et d’une mort prématurée et horrible. Le plus grand génocide de l’histoire de l’humanité est en cours. Il est responsable de ceux qui ont établi une biopolitique antinataliste, dans ses nombreuses manifestations. »

                Tout cela c’est la logique du monde nihiliste de l’économie. Comme disait Guy Debord :

                « Ceux qui avaient, il y a déjà bien longtemps, commencé à critiquer l’économie politique en la définissant comme « le reniement achevé de l’homme », ne s’étaient pas trompés. On la reconnaîtra à ce trait. »

                http://www.dedefensa.org/article/la-mondialisation-de-la-crise-demographique




              • Cadoudal Cadoudal 14 juillet 2018 00:17

                @Cadoudal

                "Permettre à des millions et des millions de personnes de venir en Europe est très, très triste. Je pense que vous perdez votre culture. A moins d’agir très vite, l’Europe ne reviendra jamais à ce qu’elle était avant"

                Trump et Debord même combat...

              • Jean Keim Jean Keim 14 juillet 2018 19:27

                @Cadoudal
                Il faudra bien un jour qu’on nous explique clairement pourquoi une population faisant beaucoup d’enfants dans un monde ou le travail se raréfie serait le gage d’une prospérité future.


              • Ouam Ouam 15 juillet 2018 04:40

                @Jean Keim

                je rajouterai à tes propos...

                de plus sur une planete finie ! (j’entends par finie son espace connu bien sur)
                sinon cela va etre mal interprété et on va me ranger dans la longue liste des « déprimés » smiley

                mais bon, tu est (vous etes) sur la mauvaise pente la....
                il ne faut pas commencer à réfléchir sur le futur de l’humanité.....
                c’est le mal ! (pour les gouvernants et grands possédants)

                Cf ; cherchez l’histoire de la chair a canon de l’apres guerrre 14-18 qui traite du sujet que vous évoquez avec l’exellent historien henry guillemin, c’est geant .
                Si vous n’avez pas lu (ou écouté au choix) et c’est gratuit le luxe...
                il explique tout cela ET de manière tres simple ET particulièrement etayée avec des faits historiques verifiables
                Je lui dois bcp pour la compréhention de l’histoire contemporaine.

                ouam,

              • Ouam Ouam 15 juillet 2018 04:52

                @pemile

                faut les deuxs !
                comme ses deuxs jambes.

                sinon tu est dans le cas ou tu n’invente rien... tu ne fait que répéter l’aquis)

                et dans l’autre cas tu passe ton temps à ré-inventer la roue que tu ne connais plus,
                et la perte de temps (enfin dans un univers temporel fini j’entends, sachant que l’humain est mortel) et telle que tu n’avance plus sur « l’inventable » ou les « champs ouverts » vu que tu rames dans la base du baba neccéssaire à la suivie...

                enfin je vois ca comme ca... je me trompes ?


                j’ai pris l’humain comme exemple, pour l’informatique c’est un peu pareil,
                p ex avec une panne de courant, si rien n’est stocké en mémoire (donc déja connu précédemment) ...
                ben....

              • Ouam Ouam 15 juillet 2018 05:01

                @Ouam

                j’oubliais...
                le classement, oui, mais pas forcément (refléchis avant de répondre tu va trouver surement pourquoi)

                et aussi le facteur chance (ou t’appelle ca comme tu veut si le mot chance te dérange ce que je peut intellectuellement comprendre)

                si c’est pas clair le mot « chance » cherches p ex le 1er antibio qui l’a decouvert et surtout comment il l’a découvert ....tu va percuter.
                et la... ca va etre dur de ne pas dire « chance » ou un truc dans cette idée ...



              • mmbbb 15 juillet 2018 15:22

                @alinea Toujours la m^me thematique un peu absurde Les cathos ne sont pas des bons vivants ils sont souvent irresponsables Il n est pas etonnant que le pape soit pro migrants et que les cathos aient ete pro nataliste Ce sont les enfants des ouvriers qui ont donne de la main d oeuvre aux patrons de la revolution industrielle puisque deja il y eut un exode rural. Todd la dit, le monde germanique nous a devance puisque l education fut une prioritte ( deja durant la guerre de 1870 ) . et il est vrai que les prostestants ont apporte une rigueur souvent absente dans le monde latin Il y a peu de temps que nous vivons dans une certaine opulence tout n a pas ete acquis par hasard Quant aux mioches du sud, ils arrivent en masse Vos copains ecolos Herou et Bove sont pour cette immigration Vive la FNSEA , ces cons s occupent des migrants alors que je croyais naivement qu ils defendaient les paysans ExtraitJournaliste américain francophone, Stephen Smith a dirigé la rubrique « Afrique » de Libération entre 1988 et 2000, puis celle du Monde entre 2000 et 2005. Depuis 2007, il est professeur à l’Université Duke, aux Etats-Unis, où il enseigne les études africaines. Il vient de publier La Ruée vers l’Europe aux Editions Grasset. Ce n est pas un journaliste d extreme droite , il faudra betonner vos campagnes le Larzarc les Cevenens desertqiues en autre afin d accueillir cette vague migratoire La réalité sera celle ci


              • Ciriaco Ciriaco 13 juillet 2018 13:34
                Que voilà un bon sujet !

                Il y a cette société de l’information, qui a parfaitement rôdé la rentabilité de son modèle économique. Nous nous n’avons peut-être jamais eu autant d’objets de détestation - ou mieux de mécontentement - dont la connaissance réelle du sujet - conditionnée par la proximité - est, paradoxalement, l’inconnue d’à peu près tout le monde. Quid de la réalité ? Transformé ainsi, surdéterminé, clivé, segmenté.

                Il y a aussi cette machine incroyable, dont vous évoquez la réalité des aspects, à l’heure où tout ce qui est de l’idée du groupe devient critiquable, à l’heure même où la sociologie est mise en demeure au profit d’une nouvelle science extrêmement inquiétante (j’en parlerai bientôt), en somme à l’heure d’un libéralisme écrasant toute fibre plus holiste. C’est effectivement les structures du commun qui sont en péril. Une supra-machine qui prend de l’autonomie à ce point qu’en sortir est se mettre soi-même en danger, qu’il s’agisse de la personne ou d’une nation (l’exemple de la Grèce est assez parlant) et qui fait de la raison une unique politique de son pilotage, via une fragmentation totale, dans le champ complet de l’être à l’avoir.

                Une supra-machine, vous avez entièrement raison, qui pousse le monde dehors - où pourrait-il aller ? - et pour la minorité des plus lucides, le monde au mieux encore ressentie et raconté.

                Tout, absolu tout, suit cette extrême tendance. Je regarde dans ma ville ces nouveaux bâtiments refléter du soleil que le métal, inaptes à prendre le temps, inaptes à dire quelque chose qui vaille, sous le sourire et la fierté débile des dévoreurs de monde, tandis que s’abrite entre leurs murs saillants leurs essentiels de plastique.

                N’abandonnez jamais, vous êtes sur le bon fil !

                • pallas 13 juillet 2018 14:29

                  Bonjour,

                  Ce qui est interessant avec les gens comme vous est de ne pas lire les commentaires et faire interprétation des dires.

                  C’est comme si La France était un vieux sous marin, avec son sonar actif et mode passif HS.
                  Le capitaine dans ça loge ce bourrant la gueule.

                  Le Timonier un analphabète ne sachant pas lire une carte marine.

                  Que dire de l’équipage, en train de fumer des joints, en somnolence permanent.

                  Vraiment quel beau « bâtiment » que nous avons là.

                   smiley

                  Salut

                  • Cadoudal Cadoudal 13 juillet 2018 16:49
                    @pallas
                    Dans ton post précédent tu nous dis que les humains ne font plus de gosses, je t’ai bien lu et je te cause de l’Afrique.
                    Si tu me dis maintenant que les indigènes français ne font plus de gosses, là on sera d’accord.

                    T’as oublié le mécano dans ton rafiot, tu vas me vexer pour de bon...

                    Nouvelle du monde feutré des avocaillons de gauche et des richesses Marocaines :

                    né au Maroc il y a vingt-deux ans,
                    « Quand on est mineur non accompagné, on essaye de survivre. On doit subir les violences de la rue entre jeunes de différentes origines. C’est la guerre des territoires. »

                  • zygzornifle zygzornifle 13 juillet 2018 15:25

                    La laideur c’est le nid de la politique ....


                    • Macondo Macondo 13 juillet 2018 15:48

                      Bonjour. Superbe description, obscure à souhait, englobant allègrement tout ce j’ai connu et qui vit, produit, consomme, gaspille, saccage, massacre, bétonne et pollue, sous les 1300 mètres d’altitude ...


                      • Fergus Fergus 13 juillet 2018 16:40

                        Bonjour, Alinea

                        Deux choses :

                        1) Oui, il y a beaucoup trop de lumière, et cela nous coupe du spectacle des étoiles tout en perturbant gravement la vie de nombreuses espèces animales.

                        2) Sais-tu qu’il y existe de boîtes - publiques et privées - qui donnent un nom et un numéro de téléphone bidons sur leurs courriers clientèle pour ne pas être emmerdés ?


                        • alinea alinea 13 juillet 2018 17:08

                          @Fergus

                          Non je l’ignorais ! mais comme tu imagines,je suis plus courrier postal que téléphone ! mais j’imagine qu’il doit y avoir un paquet d’emmerdeurs pleins d’allant pour qu’elles en arrivent là ! les petits rois sont déchus et le digèrent mal, mais chut, faut pas le dire, Aristide va encore dire que je suis une élitiste qui déteste le peuple !
                          C’est tous les jours que je remarque que les délinquants et ceux qui outrepassent la décence commune pourrissent la vie de tous les autres !

                        • alinea alinea 13 juillet 2018 17:31

                          @Fergus

                          Je pense aussi que cette répartie, cette manière toujours trouvée de réagir contre les effets délétères des lois, de la logique des services à rendre, fait partie, dans l’acceptation tacite et non pas dans la recherche de solutions réelles, de cette occultation des problèmes ( qu’on voit partout) ; cela participe de la laideur du monde ; ainsi chacun se débrouille dans une fuite personnelle et rien, du coup, rien ne sera jamais résolu par l’ensemble, disons, les concernés.
                          Et chacun y va, de repousser plus loin le gêneur, sans plus de questionnement sur, non seulement le sens de ce qu’il fait, mais sur la cause !

                        • marmor 13 juillet 2018 19:35
                          @alinea

                          @Fergus

                          Je pense aussi que cette répartie, cette manière toujours trouvée de réagir contre les effets délétères des lois, de la logique des services à rendre, fait partie, dans l’acceptation tacite et non pas dans la recherche de solutions réelles, de cette occultation des problèmes ( qu’on voit partout) ; cela participe de la laideur du monde ; ainsi chacun se débrouille dans une fuite personnelle et rien, du coup, rien ne sera jamais résolu par l’ensemble, disons, les concernés.
                          Et chacun y va, de repousser plus loin le gêneur, sans plus de questionnement sur, non seulement le sens de ce qu’il fait, mais sur la cause !
                          Que celui qui arrive à dechiffrer ça me jette la première pierre !!!!!!!!!!!!!!

                        • alinea alinea 13 juillet 2018 19:49

                          @marmor

                          oui ! :
                          Que des petits malins trouvent des combines pour contourner les obligations débiles, nuisibles et grotesques qu’on nous impose ( plutôt que lutter contre...) participe de la laideur du monde.


                        • marmor 13 juillet 2018 21:17

                          Salut petit Nestor, te voilà de retour ?Prend garde aux malfaisants, ils ne sont pas là oû tu crois…...


                        • marmor 13 juillet 2018 21:21
                          @Robert Lavigue
                          Franchement Fergus est si complexe qu’il n’a pas levé le pied qu’on lui voit la semelle, par contre, expliqué avec le gloubi boulga de l’insoumise, c’est délectable !! Je n’ai d’ailleurs toujours pas compris….

                        • Jelena Jelena 13 juillet 2018 17:31

                          @alinea : Les réverbères vous empêchent de voir les étoiles ? J’ai la solution. ^^


                          • alinea alinea 13 juillet 2018 17:35

                            @Jelena
                            J’ai pas compris !! il fait grand jour : il n’y a pas de réverbères sur l’avenue ? ne sortons plus la nuit ?


                          • pallas 13 juillet 2018 17:58

                            Bonsoir,

                            Je crois que j’ai du mal à me faire comprendre, à croire que l’humanité est née sous la pisse et élevé par cette substance.


                            Sa devient compliqué pour moi de faire des phrases simple envers des sous évolués.

                            Salut


                            • Jelena Jelena 13 juillet 2018 18:02

                              @alinea >> J’ai pas compris !!
                               
                              Ben... Vous aurez un appart au-dessus des réverbères. smiley


                              • alinea alinea 13 juillet 2018 18:11

                                @Jelena
                                 smiley Hélas ! ça ne suffit pas ; de ma campagne je vois les lumières de Montpellier, de Nîmes et de Alès !! il n’y a qu’en regardant vers l’ouest que c’est à peu près nuit !!le halo, vous oubliez le halo ! smiley


                              • Jelena Jelena 13 juillet 2018 22:05

                                @alinea : Désolée, mais je ne vois pas ce qu’il y a de *magique* de regarder les étoiles... Les petits hommes verts tout comme nous, allument leurs lampadaires tous les soirs. smiley


                              • alinea alinea 13 juillet 2018 22:11

                                @Jelena

                                J’ai dit « magique » ? C’est « mon » mot, « magique », juste pour dire le contraire de rationnel.
                                Je suis souvent là assez tôt pour les voir s’allumer...mais jamais vu les allumeurs de réverbères, peut-être le vert est une couleur qui passe mal, c’est vrai que c’est plutôt jaune ce qu’on voit dans le ciel ! Un bleu nuit et le jaune d’une étoile, ça fait peut-être le vert du petit bonhomme, qui se fond dans l’éther..

                              • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 13 juillet 2018 22:31

                                @Jelena Voire leurs lampes de chevet pour lire .


                              • Ouam Ouam 14 juillet 2018 05:12

                                @alinea

                                tu à raison, meme si ce n’est peut etre pas magique le mot tente :
                                geant, grand, immense, infini (etc...)
                                 
                                c’est la sensation vécu lorsque avec une paire de jumelles ou un télescope tu scrutes p ex la voie lactée dans une zone pas trop sinistrée.
                                 
                                je confirme aussi les halos pourissent tout, enfin pour l’observation du « ciel profond ».


                              • Ouam Ouam 14 juillet 2018 05:20
                                @alinea
                                 
                                ", peut-être le vert est une couleur qui passe mal,
                                c’est vrai que c’est plutôt jaune ce qu’on voit dans le ciel !
                                Un bleu nuit et le jaune d’une étoile, ça fait peut-être le vert du petit bonhomme,
                                qui se fond dans l’éther.. !"
                                 
                                En fait il y a aussi du bleu (ou un blanc tres tres froid)
                                 
                                Plus ton étoile tire vers le bleu, généralement plus sa température est importante.
                                 
                                Pour les etoiles jaunes, elles sonts moins chaudes, ex notre soleil.
                                 
                                Et quelques rouges, difficilement visibles, assez froides et souvent en fin de vie.
                                 
                                Du vert (à part dans des etats gazeuxs ou des amas de poussieres etc...)
                                et donc pas visible à l’oeuil nu...la comme ca...je ne voit pas.
                                 
                                bye...

                              • jjwaDal jjwaDal 13 juillet 2018 20:04

                                « Cela m’interroge depuis longtemps, cette propension à vivre anesthésié de tout, sans aucune nécessité de présence au monde. » Est-ce si dur à comprendre ? « Tu aimeras ton prochain comme toi-même » était plus inspirant que le chacun pour soi, le « sois le meilleur si tu ne veux pas te faire piétiner par tous ceux qui veulent ta place ». Sur le papier les gens n’ont jamais eu autant de temps de loisir et cependant ils n’ont que rarement eu aussi peu de temps pour se connaître et trouver leur place dans le grand tout.
                                Le travail accapare les esprits bien plus qu’avant et notre temps libre est séquestré à des fins commerciales (télé, jeux vidéos, publicités, cinéma, internet, réseaux sociaux). Même avec bien plus de temps libre, notre temps de présence à nous-mêmes et aux autres est sur une pente dangereuse.
                                « Sans mythe collectif », me disait une amie, « ne sommes-nous que de gros tas de viande courant après le plaisir jusqu’à la mort et que ça ?... » Un peu de ça, sans doute.
                                La curiosité est indissociable de la vie, tous les animaux explorent leur environnement et une intelligence sans curiosité me semble un oxymore. Rien de diabolique, ici. Tu fais sans doute référence à la quête pathologique de nouvelles stimulations physiques pour chasser l’ennui occasionné par notre inconfort de vie, voire notre vacuité intérieure...
                                Idem pour la volonté de puissance, elle est à la fois individuelle et intemporelle. Elle part d’un besoin de sécurité et elle part en vrille très vite dans le monde humain pour les raisons qu’on connaît. Le diable est dans les détails et nulle part ailleurs.
                                Enfin sur la laideur, c’est un jugement de valeur un peu rapide. Si, comme l’affirme une étude récente, nous sommes seuls dans l’univers, alors notre stade de barbarie peut être vue comme une étape dans le développement de l’intelligence. L’homme est un animal dangereux, je veux bien. Mais ce monde vient de très loin et a sans doute pas mal de route à faire encore avant d’être « beau ».


                                • alinea alinea 13 juillet 2018 22:24

                                  @jjwaDal

                                  Non c’est une manière que j’aime bien pour dire « bien » et « mal » ; le divin, le malin, dieu et diable, le binaire humain.
                                  J’ai fait un article sur la curiosité pour dire que la curiosité n’est pas démone, mais elle a toujours eu la réputation d’être un vilain défaut ! et c’est de fil en aiguille que la perversité qui éloigne la chose du but m’a fait penser à « diable » !
                                  Je compare souvent l’évolution de l’individu à celle d’une société ; cette propension à tout jeter ( le meurtre du père), mais nous sommes à un stade où je pense plutôt à la décadence d’avant la fin... d’une civilisation ; il faut quand même voir que nous ne sommes pas la première à périr et qu’il semble bien qu’entre deux on recommence tout à zéro.
                                  Aussi j’ai bien peur de ne plus croire à une évolution « qui finirait bien », mais bien plutôt à un cercle infernal toujours recommencé, jusqu’à ce que nous disparaissions, puisque nous sommes bien apparus !
                                  Seulement il y a une ou deux civilisations ( à ma connaissance) qui ont fini avec la destruction de tout et de tous, et je pense possible que nous soyons aussi fous que ceux-là, à l’échelle planétaire.

                                • alinea alinea 13 juillet 2018 23:12

                                  @Nstr
                                  Ah bon ? moi je n’ai pas de comptes à régler avec mai 68 !! et ça change tout ! smiley


                                • jjwaDal jjwaDal 14 juillet 2018 06:01

                                  @alinea
                                  Les signes de décadence sont patents et jamais l’espèce n’a trainé autant de boulets à échelle planétaire. En même temps jamais nous n’avons eu autant d’atouts pour nous sortir des problèmes que nous avons nous-mêmes créés. Il y a un goufre entre l’ignorance menant à la disparition et l’ignorance des faits pourtant accessibles sur le réseau par exemple.
                                  Une crainte légitime est que nous soyons à l’origine de problèmes pour lesquels nous n’aurions pas de solution réaliste. Le pic pétrolier est souvent cité, comme le réchauffement de l’atmosphère. On a cependant des arguments forts pour n’y voir que des épouvantails brandis pour nous inciter (avec raison) à moins de boulimie et de gaspillage.
                                  Que ce monde soit remplie de laideur ne date pas d’hier. Le monde humain n’est pas en crise mais en mutation et nous n’avons pas le recul pour juger du résultat. Notre capacité d’analyse a pas mal évoluée en un demi-siècle (et chez toi et chez moi par ex). Collectivement il faut du temps aussi pour que les croyances changent.


                                • Pauline pas Bismutée 13 juillet 2018 21:25

                                  En effet, que de contradictions… les frontières s’ouvrent et le monde se referme, il nous faut bien des batailles pour trouver notre place … Essayer de ne pas participer à la laideur du monde, à son étriquement et à sa voracité, c’est déjà résister …. Ce sont nos choix qui nous définissent.

                                  Il faudrait un article sur les artisans du monde, les souffleurs de verre et les tisserands, et tous ceux qui résistent à la médiocrité ambiante.

                                  Mais non, pas d’obscurantisme, seulement une demi-dimension de trop, le gout de la musique au lieu du bruit, de la lumière au lieu des néons … devant notre humanité qui se réduit comme peau de chagrin.

                                  « L’alternative, c’est pas malin… » (François Béranger, dans les années 70’s …)

                                  https://www.youtube.com/watch?v=wAbC9hj_zcg

                                  Mais réjouissons nous, il parait que les français vont battre les croates ….


                                  • alinea alinea 13 juillet 2018 23:08

                                    @Pauline pas Bismutée

                                    Très irrégulier Béranger ! pas terrible celle-là, si ?
                                    L’alternative... l’alternatif a dû commencer avec le courant électrique, maintenant avec l’informatique, le binaire nous étouffe, nous rend cons, car franchement, deux voies, c’est rare dans la vie ! les carrefours en étoile plus courants ! les retours en arrière, les démarrages en trombe, et les temps infinis de stagnation entre deux époques !!
                                    En tout cas, si on ne prend pas conscience que ce que l’on fait a une incidence sur le Tout, je ne vois pas bien comment tout ça pourrait aller mieux !
                                    Ce soir j’entends au loin les pétarades des feux d’artifice...savent-ils qu’on fête là la Révolution ? Sont-ils encore contents de ses suites ?!! smiley

                                  • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 13 juillet 2018 23:22

                                    @alinea

                                    Les dingues et les paumés...HF Thiefaine.


                                  • alinea alinea 14 juillet 2018 00:06

                                    @Aita Pea Pea
                                    bof aussi smiley


                                  • Macondo Macondo 14 juillet 2018 11:16

                                    @Pauline ... Bonjour. En effet nos choix sont la clef, mais d’une porte pesant douze tonnes dont les gonds sont rouillés. On peut se convaincre - gardant les doigts croisés - que la grande majorité préfère les chants d’oiseaux aux jingles publicitaires des exploiteurs-destructeurs-fossoyeurs-financeurs de la coupe d’UN monde, mais la proportion de celles et ceux qui se mettront LE coup de pied au Q salvateur pour s’extraire de l’asphyxie promise et certifiée reste ténue. « Encore heureux ! » me prie poliment d’ajouter un couple de libellule en ébats stationnaires sur un brin d’herbe plus fin que le roseau d’une fable frôlant dangereusement le courant de la rivière. Frissons aquatiques valant préliminaires animaliers ? Une nouvelle étude scientifique sur ces Amours premiers se devant d’être menée en tongues par un bénévole concerné, je m’y colle. Aliéné par qui ici, par quoi ? Le grand soir ? Lequel ? Celui d’hier, de ce soir, ou de demain ?


                                  • Pauline pas Bismutée 16 juillet 2018 17:49

                                    Bonsoir Macondo

                                    J’aime bien Alinea, sa différence et ses sauts a l’eau, elle se mouille pour crier ses certitudes et aussi ses incertitudes, pas de commentaires pour uniquement avoir sa tronche sur la toile, ouf … (j’arrive même a bien aimer Pallas, un écorché vif, au fond…) Très bonne analogie, la porte ! quand en plus ils jettent la clef, ça se complique grave ! N’ai plus trop eu le temps (ou l’envie) de lire Agora mais il y a eu un très bon article sur le destin et peut-être l’inévitabilité de nos choix, une des plus importantes questions, évidemment ! : « Sommes-nous libres ou automates du destin ? Le cas de la cosmogonie Raja Yoga » par Luc Laurent Salvador, 30 mai 2018 (ai passé quelque temps en Inde avec des enseignants du Raja Yoga, mais c’était il y a bien longtemps et ai vu l’article trop tard pour participer). Le temps circulaire et non linéaire, fascinant … Fatiguée, voulais quand même vous dire bonjour (en plus on a gagné, et tout et tout …)


                                    • Macondo Macondo 16 juillet 2018 22:48

                                      @Pauline ... Merci d’être repassée. Pour Alinea, comme pour chacun(e), l’écriture cicatrise les écorchures et les morsures. Quelle chance pour nous, d’avoir appris à écrire ! Il me suffit de lire « Inde » pour être assailli d’images du temps jadis trop banales pour qui connait ces latitudes - de prime abord très odorantes et bien colorées, mais au-delà le kaléidoscope d’une sociologie humaine multi-millénaire impossible à conter avec nos schémas de pensées. Bref, le seul pays impossible à décrire pour moi, ne sachant jamais, par où commencer pour être audible. Je suis plus probablement, dans les pas d’un Siddhartha, par la force de l’âge déjà installé au bord du Fleuve. Liant le Destin au Hasard, j’aime savoir que ce dernier est l’incognito de la Destinée. Reposez-vous Pauline. Une très bonne soirée sur Terre ...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès