• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Pensée, arts, histoire et culture d’Europe sur l’échafaud : (...)

Pensée, arts, histoire et culture d’Europe sur l’échafaud : ignorance ou calomnie ? Lettre à nos amis américains

Pensée, arts, histoire et culture d’Europe sur l’échafaud : 

ignorance ou calomnie ?

Lettre à nos amis américains

 

 En ces temps où les théories intersectionnalistes américaines et la promotion d’une vision multicommunautariste de la société sont de mode, où Debussy[1], Agatha Christie et bien d’autres sont censurés outre-Atlantique au nom d’une cancel culture de bon aloi, fleurissent des écrits qui vous plongent dans un étrange malaise ; des écrits où l’on a l’impression de voir diabolisée, défigurée, en bloc et sans nuance, toute l’histoire de l’Europe et de la France en particulier, hideux repaires historiques d’hommes blancs, par nature dominateurs et racistes ; des écrits où sont traînés dans la boue, aux côtés de quelques vrais racistes, des penseurs aussi magnifiquement humanistes que Montesquieu ou Renan, comme ont été profanées sans procès équitable les statues de Colbert[2]ou Victor Schœlcher, bafouées des personnalités admirables comme De Gaulle, et jusqu’aux artistes et penseurs de l’Antiquité gréco-latine, étrangement soupçonnés d’avoir introduit le germe du suprématisme raciste dans l’esprit de l’Européen blanc[3].

 Si l’on ne peut que se féliciter des frémissements d’un mouvement social qui, peut-être, offrira à chacun de plus grandes possibilités d’expression et de réalisation, dans une société occidentale toujours plus diverse, enfin affranchie de son passé esclavagiste et colonial, on peut s’attrister que cela doive se faire avec cet arrière-goût d’injustice et de mauvaise foi, qui engendrent le malaise et risquent d’induire de regrettables réactions. Surtout quand on les décèle sous la plume d’universitaires américains émérites, exerçant la profession d’historiens de l’Europe ou de la France, tels que, parmi d’autres, Tyler Stovall[4].

 Que d’obscurs polémistes de réseaux sociaux parlent de « négrophobie des Lumières », sans manifestement les avoir jamais lues, passe encore. Mais que des professeurs d’universités américaines en défendent l’hypothèse, voilà qui est inquiétant.

 Qu’il soit permis à une lectrice admirative de Montesquieu de témoigner du saisissement qu’elle éprouve à le voir traité de raciste, lui qui consacra tant de pages à battre en brèche les préjugés de son époque, l’intolérance et l’esclavagisme, en empruntant parfois au procédé de l’antiphrase ou de l’ironie pour mieux servir sa lutte ; quelle absurdité que de prendre au pied de la lettre les mots qu’il fait prononcer à un esclavagiste pour mieux le combattre[5]. On pourrait en dire tout autant de Voltaire. Tout lecteur assidu des philosophes français des Lumières ne peut être que révulsé de les voir qualifiés de « théoriciens raciaux des Lumières », ou encore associés aux excès révolutionnaires ou napoléoniens. Tout admirateur de Tocqueville ou de Renan[6]ne peut être que meurtri de les voir assimilés, ravalés aux écrits d’un Gobineau ou d’un Barrès ; tout amateur de Balzac ou d’histoire des sciences ne peut qu’être choqué de lire que les recherches de Broca auraient été sous-tendues par une visée raciste ; etc.

 Bref, tout Européen tant soit peu pétri de culture française ne peut qu’être offusqué de ces glissements, amalgames grossiers, citations décontextualisées qui, mélangés à des éléments pertinents sur l’esclavage et la colonisation, semblent vouloir démontrer, dans un procès uniquement à charge et nourri de pièces à conviction fort approximatives, qu’il existerait un racisme français à travers les époques ; que toute l’histoire de ce pays, et notamment ce que l’on considère comme faisant sa grandeur, se résumerait à un fantastique mépris du non-blanc. Quel serait ce mystérieux PGCD culturel, qui rassemblerait Français aussi divers que philosophes des Lumières, Robespierre, Napoléon, chefs successifs de la IIIe République, dans une perversion commune ? Y aurait-il un French racism comme un French wine, une tradition raciste française, qui fonderait l’histoire et les valeurs de cette nation et aurait malencontreusement contaminé le monde occidental ?

 Qu’il nous soit permis d’en douter. L’histoire de France et l’histoire d’Europe ont leurs parts d’ombre, nous le savons. Les civilisations blanches ont, pendant des siècles, usé et abusé de leur position dominante, asservi, exploité, comme généralement dans la nature, le fort a tendance à tirer tous les avantages possibles du faible — ce qui n’est, hélas, pas du tout le monopole de l’homme blanc et se voit encore partout ailleurs. Nos meilleurs penseurs nous déçoivent parfois, en ce qu’une parole malheureuse peut laisser penser qu’ils étaient, malgré leur génie, prisonniers d’un préjugé de leur temps, d’une science défectueuse ou d’un vocabulaire qui aujourd’hui nous hérisse. Soit.

 Mais l’histoire de France et l’histoire d’Europe n’ont-elles pas aussi leurs parts de lumière, de pensée, d’humanisme, de sublimes réalisations individuelles et collectives, à commencer par cette démocratie qui permet aujourd’hui de les critiquer sans crainte ? Pourquoi salir nos parts de lumière au même titre que nos parts d’ombre ? Pourquoi chercher le mal partout ? Pourquoi ternir ce qui, méritant tout notre respect, ne devrait pas l’être ? Pourquoi ce procès inquisitorial et calomnieux, là où il suffirait de nourrir le débat ? Pourquoi ce parti-pris de haine ? Pourquoi cette épuration historique et culturelle qui risque de nous priver des chefs d’œuvre du passé et de réduire nos espaces de réflexion aux bornes désespérantes du politically correct de 2021 ? L’autodafé n’est-il pas en soi un acte barbare et indigne d’être justifié par des travaux universitaires ? 

 L’insulte à un passé défiguré, l’humiliation sont-elles nécessaires, et même simplement bénéfiques, à un processus de construction sociale équitable ? Ne serait-il pas au contraire plus efficace d’œuvrer à une analyse impartiale et la plus juste possible, d’entre ce qui doit être dénoncé et corrigé, et ce qui fut digne d’admiration et mérite d’être prolongé ?

 En ce sens, il n’a jamais été plus indiqué de lire ou de relire Montesquieu, Voltaire, au fil du texte, dans cette écriture si subtile et si élégante que nous ferions bien d’en prendre leçon. Nul doute que, s’ils étaient encore de ce monde, ils sauraient nous faire distinguer ce qui est juste de ce qui, fruit d’une soudaine hystérie collective, ne l’est simplement pas.

 À vous, amis d’outre-Atlantique, qui vous efforcez de vouloir nous expliquer que « nous », Européens, façonnés par une histoire de pensée raciste, serions racistes sans en avoir conscience, une Européenne issue de mélanges ethniques improbables, à la peau claire par hasard, vous répond que non, la plupart d’entre nous ne sommes pas racistes. Nous ne le sommes pas, nous le savons, puisque nous ne sentons en nous-mêmes aucun rejet ni mépris pour nos semblables, quels que soient leur origine culturelle et leur taux de mélanocytes. Tout autant que Montesquieu, nous aimons lire l’érudit Césaire, qui expliqua si finement l’Africain à l’Européen et au monde, à travers son histoire et dans une langue magnifique, et rappela que le racisme européen fut le fruit d’une logique économique et non philosophique[7]. Nous aimons aussi écouter Martin Luther King, Claude Nougaro, et tous nos ancêtres humains qui ont eu la force de combattre contre la néfaste tentation des hommes, que dénonçait Primo Levi, à opposer sans cesse le « nous » et le « eux ». Peut-être serait-il sage de les imiter.

 Nous ne sommes pas racistes mais notre société l’est-elle, à notre insu, répétant des schémas arbitraires hérités de l’ancienne Europe exclusivement blanche, comme le supposent les théories déconstructionnistes françaises qui semblent avoir tant imprégné la pensée universitaire américaine[8] ? C’est possible et peut-être avez-vous partiellement raison sur ce point. Il faut que nos universités, nos écoles, nos conservatoires, nos médias et généralement nos institutions intègrent toujours davantage les apports culturels plus récents : ceux des musiciens africains et afro-américains, par exemple, pour lesquels Debussy nourrissait une telle admiration ; ceux des artistes et intellectuels de toutes les cultures du monde qui nous composent désormais. L’effort doit être poursuivi en ce sens. Sachez que nous nous y employons, depuis des décennies. Mais cela ne peut se faire qu’en tissant de patients liens et non dans la violence ni dans l’insulte. La folie qui s’empare du monde intellectuel et médiatique international, injuste, excessive, délétère, risque d’enviolenter la société et de ruiner de longs efforts de réconciliation et de construction collective. Car nous ne pouvons pas nous contenter de déconstruire, il nous faut continuer à construire avec patience et longueur de temps qui, d’après un ancien poète, font plus que force ni que rage.

 Comment construire une Europe à la fois respectueuse de son histoire, c’est-à-dire d’elle-même, et à l’image des citoyens qui la composent aujourd’hui ? Il nous semble que cela peut se faire, justement, dans l’esprit des Lumières, cet idéal universaliste qui vous fait sourire mais présente l’immense avantage de donner à chacun la possibilité d’apporter sa pierre à l’édifice commun : ni blanc, ni noir, ni chrétien, ni musulman, mais commun, fruit de l’effort de chacun pour le bien de tous. Cet idéal qui permet la rencontre, le fertile mélange.

 Devrions-nous adopter, pour vous agréer, ce multiculturalisme rigide qui définit un être par la culture de ses ancêtres et dresse d’infranchissables barrières d’incompréhension, donc potentiellement de haine, entre communautés d’une même nation ? Alors que, depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale, nous nous appliquons à œuvrer pour la paix en construisant l’Europe, en tâchant de soigner les plaies encore suppurantes de notre passé colonial, en éduquant nos enfants de toutes origines contre le réflexe raciste, en reconnaissant les infinis trésors que nous offre la diversité culturelle ; bref, à appliquer paisiblement, enfin, après avoir laborieusement mis fin à notre propre barbarie, les préceptes des Lumières européennes… Nous avons consacré de nombreuses années à œuvrer en ce sens et nul doute que c’est en poursuivant cet effort patient, pacifique, et non en creusant de nouvelles tranchées entre nous, que nous y parviendrons.

 

 

[2]Niort, Jean-François, « Le Code noir, idées reçues sur un texte symbolique », éd. Le Cavalier bleu, 2015.


Moyenne des avis sur cet article :  4.05/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

106 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 10 avril 09:40

    « Nos amis américains », c’est Carthage qui a fini par coloniser Rome, le triomph d’Hannibal.


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 10 avril 10:07

      @Séraphin Lampion
      Ça a pas l’air d’être Hannibal Lecteur .


    • Emma Shell Emma Shell 10 avril 19:38

      @Séraphin Lampion
      Il est vrai qu’éléphants et autres rhinocéros furibards prospèrent ces temps-ci, espérons que les Alpes et l’Atlantique tiennent le coup ! :)


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 10 avril 19:48

      @Emma Shell
      Flaubert , pas bien . Et pis cette mise en plis sur Emma ...


    • Emma Shell Emma Shell 11 avril 06:55

      @Aita Pea Pea
      Pas grand-chose à voir avec Flaubert, promis ! smiley


    • mmbbb 11 avril 07:59

      @Emma Shell j ai lu votre article Le monde intellectuel que l on glorifier en France est souvent un monde stupide et dogmatique Le passe l a prouvé notamment lorsque nos intellos Francais ne voulaient pas voir la réalité à l est 
      .Votre article pêche néanmoins , vous auriez dû citer des ouvrages d auteurs africains traitant de ce probleme «  l esclavage en terre d Islam » de Malek Chebel 
      et un autre essai tres bien étayé " Le genocide voile de Tidiane N Diaye .
      Un contrepoint historique qui apporte une autre vue sur cette réalité .
      Certains universitaires algériens consacrent leur etude a l histoire de la la colonisation mais étendent leur champ de recherche , Ils reprennent l histoire de leur pays lorsque celui ci fut sous le joug de l empire ottoman Il ne faut pas oublier que le proche orient etait sous le giron de cet empire Ottoman puissant Il ne faut pas oublier la sauvagerie lors de leurs conquête Le massacre de l ile de Chio , Delacroix en fit une peinture célèbre Les turcs ne furent pas tendres .
      Quant a cette nouvelle tendance venue des US puisque nous sommes incapables d avoir une autonomie de pensée , le racialisme en particulier , ces cretins d intellos ne s aperçoivent pas qu ils sont devenus les vecteurs d un nouveau racisme .
      De surcroît , en voulant s ériger en nouvel inquisiteur de la pensée ; mettre à l index certains ouvrage ( certains operas ne pourront plus etre joués et Beethoven est sous le doigt de cette réprobation alors qu il a ecrit Fidelio , theme : denoncaition de l arbitraire ) , ces neo moralisateurs de gauche endossent les habits de ces membres qui siegeaient au Saint Office .
      Ils sont tellement incultes et abrutis qu ils recopient ce que leurs parents avaient dénoncé en l occurrence la toute puissance de l Eglsie sur les Esprits,
      Mais par un etrange paradoxe , ils s accoquinent avec l Islam radical voir Pleyel avec T Ramadan dans une tribune commune,

      L universite francaise science po et autres traitant des sciences sociales sont devenues une tête de pont de cette idéologie , Un noyau dur de l ultra gauche veutr en décoidre avec notre passé et instaurer une nouvelle histoire ,

      Quant à notre pays , nous sommes en train de nous libaniser ou nous balkaniser , A vouloir abolir ce que fut notre nation, nous sommes en train de cultiver les ferments d une France au bord de l affrontemebt ,Les USA sont aussi dans cette posture ,

      PS Brughelli , agrége de francais , et enseignant dans les hautes ecoles , dresse un réquisitoire sévère sur notre systeme educatif , une usine a fabriquer des crétins , Ces nouveaux penseurs en sont des exemples ,


    • L'apostilleur L’apostilleur 11 avril 09:59

      @mmbbb
      « ...Certains universitaires algériens consacrent leur etude al histoire de la colonisation mais reprennent l histoire de leur pays lorsque celui ci fut sous le joug de l empire ottoman... »

      0ui, en occultant de leur histoire leur passé d’esclavagiste...

      https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/un-million-d-esclaves-blancs-211938


    • mmbbb 11 avril 10:34

      @L’apostilleur non ! c est ce que j ai mentionne dans mon commentaire avec cet auteur algerien "  l esclavage en terre d Islam » de Malek Chebel " 



    • L'apostilleur L’apostilleur 11 avril 13:32

      @mmbbb
       Oui j’ai bien vu.
      Je soulignais simplement une généralité. Voire un déni pour la raison apportée par Mme Taubira. 


    • mmbbb 11 avril 15:48

      @L’apostilleur on peut aussi affirmer qu au début de la révolution industrielle , avant que les lois viennent tempérer l ardeur du capitalisme , la condition des ouvriers etaient proche de celui de l esclavage . Les enfants bossaient et c est un loi qui interdit non pas pas par un élan d humanisme , le travail de ceux ci .
      Ces jeunes adolescents etaient deja uses et ne pouvaient etre de bons soldats .
      Il y eut un reportage en 4 volets sur Arte L ouvrier rampant dans une veine de charbon et dont l esperance de vie ne dépassait pas les 40 ans !
      Si ces révisionnistes de l histoire voulaient se rendre utile ils devraient mener des combats sous d autres contrées Mais il est plus facile de faire le fanfaron en France que d aller manifester au Qatar .
      La construction de ce stade aurait cause la mort de 6500 ouvriers .
      Cela veut dire que les conditions de securité etaient negligées 
      mais je ne suis pas sectaire , il y a d autre pays notamment la Afrique dont certains mioches grattent la terre.
      Mais ne soyons pas raciste c est sous la pression d ONG occidentales que ces enfants peuvent etre arraches a leur condition. 


    • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 10 avril 09:44

      «  Le droit du sol est l’absurdité qui consiste à dire qu’un cheval est une vache

      parce qu’il est né dans une étable » (Montesquieu)


      • Et hop ! Et hop ! 10 avril 13:35

        @Daniel PIGNARD

        J’ai des doutes sur l’attribution de cette phrase. L’expression « droit du sol » n’existait pas à l’époque de Montesquieu, ni d’ailleurs la notion de nationalité, on parlait de régnicole et de naturalité.


      • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 10 avril 14:27

        @Et hop !

        Mais celle-ci est bien de Jésus-Christ :

        « Laisse d’abord les enfants se rassasier, car Il n’est pas bien de prendre le pain des enfants, et de le jeter aux petits chiens. » (Marc 7 :27)

         

        Et celle-ci est bien le couplet 3 de Notre Merveilleuse Marseillaise :

        «  Quoi ! Des cohortes étrangères

        Feraient la loi dans nos foyers !

        Quoi  ! Des phalanges mercenaires

        Terrasseraient nos fiers guerriers ! (Bis)

        Dieu  ! Nos mains seraient enchaînées !

        Nos fronts sous le joug se ploieraient !

        De vils despotes deviendraient

        Les maîtres de nos destinées ! »


      • Emma Shell Emma Shell 10 avril 19:42

        @Et hop !
        Absolument. Par ailleurs, ceux qui condamnent une oeuvre au nom d’une phrase décontextualisée sont-ils des êtres parfaits, ne faisant jamais preuve d’aucune faiblesse de raisonnement et ayant déjà assimilé toute la pensée du XXIIIe (pardon, 23e) siècle ? Heureux hommes.


      • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 11 avril 09:52

        @Emma Shell
        En France, dès le XIVe siècle (1315), la notion de droit du sol apparaît dans un édit royal, de manière partielle tout d’abord, pour les enfants nés de parents étrangers. L’évolution se poursuit dès 1515 dans un arrêt du Parlement de Paris. Au XVIIIe siècle, à l’occasion de l’indépendance des colonies anglaises d’Amérique, puis de la Révolution française les législateurs travaillent eux aussi sur la notion de droit du sol.

        https://fr.wikipedia.org/wiki/Droit_du_sol


      • L'apostilleur L’apostilleur 11 avril 10:39

        @Et hop !

        « ...J’ai des doutes sur l’attribution de cette phrase... »

        Parcque vous pensez que Montesquieu aurait tourné cette phrase à l’envers ...une vache née dans une écurie... ?


      • Emma Shell Emma Shell 11 avril 12:56

        @L’apostilleur
        Cette prétendue citation de Montesquieu est simplement fantaisiste ; pour preuve, cette clarification de Jean Ehrard, spécialiste incontesté de Montesquieu :
        http://montesquieu.ens-lyon.fr/spip.php?article1997


      • Et hop ! Et hop ! 12 avril 13:15

        @Emma Shell

        L’auteur de cet article montre qu’effectivement cette phrase n’est pas de Montesquieu.

        Mais il n’est pas juriste, et quand il explique que « Le droit du sol – jus soli » est très ancien en droit français en montrant des occurrences dans des ordonnances de François Ier, il ignore que cette expression qui s’oppose à « droit personnel » et qui apparaît dès le bas Empire ne concerne que le droit pénal et les règlements d’administration publique : une personne qui est en France relève du droit pénal local et pas d’un statut personnel étranger et des juridictions de sa nation d’origine. Si le droit de son pays punit de mort l’adultère ou ne punit pas la consommation de drogue, c’est sans effet pour lui en France, il doit se conformer au droit du sol.

        C’est toujours le cas, un étranger est soumis au droit pénal et administratif français pendant qu’il est sur le sol français.

        La question de la nationalité est civile, c’est le fait d’être soumis au Code civil français qui règle depuis 1802 les questions de dre droits des personnes : minorité, mariage, tutelles, héritage, etc. Avant 1789 il y avait plusieurs droits civils différents, les coutumes et le droit écrit (romain) selon les provinces.

        Sous l’Ancien Régime, la femme et les enfants avaient la nationalité du père, ils étaient aubains comme lui (c’est-à-dire dépendants d’un autre ban de justice), donc ils ne pouvaient pas hériter de ses biens qui revenaient au seigneur haut-justicier qui était très souvent le roi. Il y a un importent contentieux sur cet question. Pour cesser de l’être et devenir régnicoles il fallait des lettres patentes de naturalisation du roi, donc il fallait les demander en déclarant qu’on avait l’intention de s’établir définitivement en France sans perspective de retour, donc qu’on renonçait à être sujet de son pays d’origine.


      • Et hop ! Et hop ! 12 avril 13:17

        Edit : " Sous l’Ancien Régime, la femme et les enfants avaient la nationalité du père, si il était étranger, ils étaient aubains comme lui


      • D’accord. Mais la Renaissance comme son nom l’indique fut surtout une redécouverte des écrits des anciens : PLATON, SOCRATE, PHILON d’ALEXANDRIE, LAO-TSEU , PYTHAGORE qui eux-mêmes ont été instruit par le savoir de l’Egypte ancienne. Le Pic de la Mirandole est remonté à Hénoch pour étudier la KABBALE... 


        • Jeekes Jeekes 10 avril 10:43

          ’’depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale, nous nous appliquons à œuvrer pour la paix en construisant l’Europe’’

           

           

          C’est une blague ?

           

          Ben elle est pas drôle !

           


          • mmbbb 11 avril 10:43

            @Jeekes elle est angélique cette auteur « e » ingénieur « e » . 
            On peut résoudre des équations , avoir le sens de l abstraction mais être atteint de cécité sur l état de notre pays . 
            Elle devrait plutôt aller interroger Didier Lemaire ayant du quitte sa ville Trappes 
            Prof pétrit de ces idées philosophes mais se trouvant un mur d incompréhension face à cette nouvelle réalité sociologique . 
            Quant a la Suede s etant ouverte a cette immigration et n ayant pas ce passe ce pays colonial, l integration est impossible ! 


          • Les Étrusques sont un peuple qui a vécu dans le centre de la péninsule italienne depuis la fin de l’âge du bronze jusqu’à la prise par les Romains de Velzna en 264 av. Les Etrusques sont liés au Scythes. La civilisation étrusque est la plus brillante de toutes les civilisations indigènes de l’Italie antique. Son domaine géographique par excellence est compris entre la mer Tyrrhénienne, le Tibre et l’Arno. Mais des rameaux très importants de cette civilisation ont fleuri au nord des Apennins, dans le bassin du Pô et en Romagne, ainsi qu’au sud du Latium, en Campanie et jusqu’aux vallées du Sele et du Tanagro. ART : SCYTHE :https://www.google.com/search?q=Art+Scythe&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ved=2ahUKEwjYqJ34pPPvAhVN_7sIHVBQDjcQ_AUoAXoECAEQAw&biw=1280&bih=663#imgrc=c7AaBNcpxUd62M


            • C’est à l’artisanat que se juge le degré d’évolution d’une civilisation. C’est la véritables aristocratie.. Noble : qui est digne d’être connu : noble ; port. nobre ; ital. nobile ; du lat. nobilis, pour gnobilis (comparez i-gnobilis), digne d’être connu ; il vient du radical no, qui est dans novi, notum ; sanscr.


              • Le fameux Roi soleil en fait n’avait pas droit à son Titre. Il avait un frère jumeaux ainé qui aurait dû l’être. LE FAMEUX MASQUE DE FER. Fouquet devait être au courant. L’acadie de Fouquet qui pouvait menacer la Royauté française. La version d’Alexandre Dumas présente la théorie sur l’identité du prisonnier qui deviendra la plus populaire : il s’agirait de Philippe, frère jumeau de Louis XIV. Né avant lui, il compromettrait la légitimité du Roi Soleil. Fouquet travaillait avec Venise. Eglise Saint MARC et Son LION : LE VRAI SOLEIL. Venise plus étrusque romaine. La Scythie ne symbolisait-elle par l’OR..... ??? Amusant, mais je viens de lire un livre pour le moins étrange de Maurice Poulain. Le GRAND MONARQUE VIENDRAIT DE 


                • LA NOUVELLE FRANCE : ACADIE au CANADA....L’Acadie est généralement considérée comme une région nord-américaine où résident environ 4 dans cette définition. D’autres définitions, faisant presque toutes allusion à un territoire, comprennent en général la Louisiane – les Cadiens. La question des frontières de l’Acadie est donc fondamentale, mais seules celles de la Louisiane sont reconnues. En fait, selon un certain point de vue[Lequel ?], l’Acadie serait donc une nation sans reconnaissance explicite. 


                  • ET IN ARCADIA EGO. Otez le « R » de de RE, ROI, RA. SOLEIL et cela donne ACADIA ou terre fertile.... Sous Louis XV, la France perdu tout royauté conquise par les anglais. 


                    • Laconique Laconique 10 avril 12:02

                      Well, you Europeans you’re so proud of your culture. You don’t even know who you are. Your universalism is just an idea, without reality, without roots. You deny your biblical and your greco-latin roots. It’s a perpetual war in France. You don’t have any lesson to give to the United States. Here there is fucking freedom, and no sterile political obsessions like in France. Give us a break.


                      • ZenZoe ZenZoe 10 avril 13:56

                        @Laconique
                        and no sterile political obsessions like in France.

                        Sure, and if my grandmother had wheels she’d be a bicycle.
                        Woke, cancel culture, Black Lives Matter.....
                        Come on, YOU give us a break !


                      • Pauline pas Bismutée 10 avril 15:26

                        @Laconique

                        Yes, we are proud of our culture, because at least we have one (or many), contrary to your country, which is not as old as ours (but of course, God still bless America, we still wish you well, of course)

                        We don’t deny our roots, we debate furiously over many issues and, contrary to your country, we don’t hit below the belt (talking about obsession !). And when a French or European person speaks another language, it is perceived as an advantage (unlike in the States, let’s not forget Matt Rommey was “accused” of speaking French)

                        https://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/republicans/9014259/US-election-2012-Mitt-Romney-attacked-by-Republican-rival-for-speaking-French.html

                        I live overseas (outside Europe) and, believe it or not, many foreigners are aware of “our” contribution to art, literature, etc., and even envy us our rebellious spirit..

                        Certainly not perfect, but alive and still kicking.

                        Je vous laisse le soin de traduire pour les lecteurs.


                      • Pauline pas Bismutée 10 avril 15:29

                        @ZenZoe

                        Non mais alors smiley !


                      • Emma Shell Emma Shell 10 avril 19:50

                        @Laconique
                        Yes, we are proud of our culture, and we love it, because it deserves to be loved, maybe you would love it too if you knew it better. La prochaine fois, please, faites un effort et répondez en français ; aux dernières informations, nous ne sommes pas encore une colonie anglo-américaine. Peut-être est-ce cette résistance qui vous ennuie ? Best wishes.


                      • Emma Shell Emma Shell 10 avril 19:52

                        @Pauline pas Bismutée
                        Ben oui. Pas de raison de ne pas être fier quand on a quand même pas mal de raisons de l’être, ah mais ! :)


                      • Passante Passante 10 avril 13:29

                        le cadavre pourrissant de la civilisation occidentale est plein de surprises :

                        ils ont des médecins qui ne sont plus médecins qui croient des sornettes

                        et sont bons pour les entonnoirs sur la tête

                        des juristes qui ne sont plus juristes et qui se coiffent

                        devant le miroir de leurs constitutions suspendues

                        et eux avec

                        des journaleux qui ne sont plus... parce vendus

                        des flics qui protègent des bandits

                        et enfin des universitaires brillants soi-disant et qui valent en fait pas un kopek

                        qui tiennent lieu des vers rongeant allègrement le cadavre immobile

                        il faut se méfier des charognes et des charognards, ils ont un côté hypnotique,

                        il faut donc voyager dans le temps,

                        en rester au corps vivant et vivace de l’occident

                        ce que les petits vers rongeurs haïssent le plus c’est la vie, comme pensée

                        la capacité à catégoriser, donc à hiérarchiser des compétences

                        c’est à cette respiration fondamentale qu’ils en veulent

                        parce qu’eux-mêmes ont été étouffés dans l’œuf,

                        et quel œuf..


                        • eau-pression eau-pression 10 avril 13:36

                          @Passante

                          Vous parlez des nécessaires échanges inter-cellulaires ou des frontières sociales de l’égo ?


                        • Passante Passante 10 avril 14:05

                          @eau-pression

                          je parle du « dimensionnal », la dimension de la dimension,
                          le fait que le propre de l’espace ne soit pas physique mais projectif 
                          ce qui a lieu fait lieu, mais ce qui a lieu est dit, donc pensé, donc refoulant, donc sacralisant déjà, d’emblée, toujours, ne serait-ce que le narcissisme de base
                          voilà pourquoi le woke s’attaque au principe de la vie
                          il ne soupçonne pas la vertu de la chasse
                          mais il n’est lui-même que rapacité
                          « là où sera le corps là seront les vautours », dit le christ
                          quel corps ? le corps de quoi ? de qui ?
                          le corps c’est en tout cas là où ça fait mal,
                          et l’auteur a mal à son corps d’occident,
                          elle cherche donc l’esprit.


                        • Passante Passante 10 avril 14:11

                          les habitudes alimentaires, finalement..
                          « Place entre toi et aujourd’hui l’épaisseur de trois siècles »
                          gai savoir, 4.338


                        • eau-pression eau-pression 10 avril 15:06

                          @Passante

                          Merci.

                          Mes préoccupations du jour semblent être vos préoccupations de toujours.

                          Je vais méditer tout ça et finir de lire l’article.

                          Y’a aussi à faire côté jardin. Si le sujet du coeur reste le coeur du sujet, et si le verbe s’est fait chair, votre tribadour part rêver de vous mettre en musique.


                        • eau-pression eau-pression 11 avril 11:25

                          @Passante et @Emma

                          l’auteur a mal à son corps d’occident

                          Et l’auteur ne semble pas avoir lu cette conclusion ni les théories qui la sous-tendent. Des cordes intimes se sont manifestées en moi à cette lecture, sauf erreur c’est là que plonge le regard de @Passante.

                          J’ai médité cette dimension de la dimension, expression qui rappelle le bouquin la méthode de la méthode dont j’avais abandonné la lecture à la fois obtuse et prévisible en son temps lointain.

                          Vous savez mon inculture crasse, j’ai tout bêtement rejeté les déconstructeurs dans ma jeunesse, pourquoi franchir le cap de la désespérance ? J’avais écouté avec intérêt le point de vue de Pierre Magnard (déconstruire la déconstruction), avec détails d’arrière cour à la clé.

                          Avec l’indécence que me permet le sentiment que je ne serai pas lu, voici avant que ne s’éteignent les vibrations évoquées au début ce qu’elles disent.

                          ce qui a lieu fait lieu, mais ce qui a lieu est dit dit @Passante, et s’allume en moi cette perpétuelle question : qui a mal traduit « au commencement était le verbe » ? Tentative de nous dire que tout ce qui est en amont des mots ne sera jamais dit ?

                          Le tribadour de Gosse qui joue sa sérénade à une tribade du fond de son marais doit faire bien rire, c’est son rôle de désespéré. Il sait la duplicité des mots qui parlent de sexe. Il sait dès avant de déclarer sa flamme qu’il ne cherche qu’à éteindre la souffrance diffuse du désir. Le goujat dirait qu’il a juste un petit scrupule à se déclarer fou d’amour quand il s’agit simplement de gagner son ticket pour le jardin des délices. Le goujat refuse de s’interroger sur la nature du désir. Le hasard ne lui a jamais révélé que ce désir ne lui appartient pas.
                          Il n’y a pas d’initiateur du désir. La belle est tout aussi double que son chanteur d’opérette. Elle sait que ce qui aura lieu passe par le « oui » qu’elle manifestera. Jusqu’à rencontrer une tribade, j’étais convaincu que le « oui » obtenu après observations mutuelles n’était que la traduction en mots du passage de la semence du pipeau caché du désirant à la désirée-désirante.

                          Le woke n’est que la version anglicisée du goujat.



                        • eau-pression eau-pression 11 avril 16:01

                          @Passante

                          Merci. Au passage un clin d’oeil bien reçu. A votre âge, on a plus que jamais 20 ans pour toujours. Récompense promise par Charles à mes langueurs impatientes.

                          Ce montage est de vous ? Space et terrien, c’est réussi. En tous cas, pour les voyeurs, dans l’escalier ce n’est pas moi. Eau-révélation ...

                          A votre il ne soupçonne pas la vertu de la chasse mais il n’est lui-même que rapacité, on imagine un Eros percuté par son boomerang


                        • eau-pression eau-pression 11 avril 18:50

                          J’invite ceux qui trouvent de bonnes questions dans les traces archéologiques à regarder le diaporama proposé par @Passante. Il n’est pas encombré de commentaires.

                          A plusieurs reprises apparaît un puits sacré. Si vous voulez savoir l’âge de @Passante, c’est par là.

                          Le puits de Santa Cristina en Sardaigne est saisissant. C’était mon avatar avant qu’un goujat déconstructeur ne prenne la responsabilité de le profaner. Depuis, ce woke-man nage au fond de mon cénote.

                          Il n’y a donc pas d’entre-soi. Merci à @Passante de nous orienter vers les bonnes question.


                        • Pauline pas Bismutée 11 avril 19:47

                          @eau-pression

                          Le pont a 0605 se trouve au Yémen, c’est le Shahara bridge. Montée vertigineuse.

                          https://www.worldfortravel.com/the-shahara-bridge-yemen/

                          Bon, je continue..


                        • Et hop ! Et hop ! 10 avril 13:43

                          Voltaire s’était fait arnaquer par un courtier juif pour des parts qu’il avait achetées dans une compagnie de traite négrière, et il s’est vengé en disant toutes les méchanceté possible sur eux.

                          Montesquieu n’a jamais vu un noir, un Chinois ou un Arabe de sa vie, ni de près ni de loin, comme 99,9 % des Français de métropole à l’époque, donc il n’a pas eu l’occasion de savoir si il était raciste.


                          • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 10 avril 13:48

                            Heureux le futur où tous les « woke » et les « cancel » se boufferont entre eux en une tempête qui ne fera même pas bouger la surface de mon verre de pastis .


                            • Attila Attila 10 avril 16:43

                              @Aita Pea Pea
                              Vous surveillez la couche d’eau jaune : c’est bien, c’est écolo.

                              .


                            • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 10 avril 16:53

                              @Attila
                              Tout-à-fait. Mais bon , en tant que vieux lecteur de Murray , et de gars de gauche qui voit que ça part en couille depuis au moins trente ans...


                            • Emma Shell Emma Shell 11 avril 07:14

                              @Aita Pea Pea
                               smiley) Excellent...


                            • Jonas Jonas 10 avril 13:54

                              « depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale, nous nous appliquons à œuvrer pour la paix en construisant l’Europe, en tâchant de soigner les plaies encore suppurantes de notre passé colonial, en éduquant nos enfants de toutes origines contre le réflexe raciste, en reconnaissant les infinis trésors que nous offre la diversité culturelle »

                              Pour résumer, la mise en place de la république universelle, la gouvernance mondiale multiculturelle du vivre-ensemble et métissée chère à nos élites politiques reniant l’identité, la culture et l’héritage des peuples.

                              « Cet homme de la terre et des cités, cet homme qui est l’homme depuis qu’il y a des peuples et des cités, c’est lui précisément que Nuremberg condamne et répudie. Car la loi nouvelle lui dit : »Tu seras citoyen du monde, tu vas être toi aussi empaqueté et déshydraté, tu n’écouteras plus le bruissement de tes arbres et la voix de tes cloches, mais tu apprendras à entendre la voix de la conscience universelle, secoue la terre de tes souliers, paysan, cette terre n’est plus rien, elle salit, elle embarasse, elle empêche de faire de jolis emballages. Les temps modernes sont venus. Écoute la voix des temps modernes.
                              Le manoeuvre polonais qui change d’embauche douze fois par an est le même homme que toi. Le fripier juif qui vient d’arriver de Korotcha ou de Jitomir est le même homme que toi, ils ont les mêmes droits que toi sur ta terre et sur ta ville, respecte le nègre, Ô paysan. Ils ont les mêmes droits que toi et tu leur feras place à ta table, et ils entreront au conseil où ils t’apprendront ce que dit la conscience universelle que tu n’entends pas encore aussi bien qu’il faudrait. Et leurs fils seront des messieurs et ils seront établis juges sur tes fils, ils gouverneront ta ville et ils achèteront ton champ, car la conscience universelle leur donne expressément tous ces droits.
                              Quant à toi, paysan, si tu fais des conciliabules avec tes camarades et si tu regrettes le temps où l’on ne voyait que des garçons du canton à la fête de la ville, sache que tu parles contre la conscience universelle et que la loi ne te protège pas contre cela."

                              Maurice Bardèche - Nuremberg ou la Terre Promise (1948)


                              • ZenZoe ZenZoe 10 avril 13:57

                                Les Américains ne sont pas nos amis.


                                • Passante Passante 10 avril 14:17

                                  @ZenZoe
                                  faut rien généraliser, c’est une minorité bruyante sans plus,
                                  une sorte d’invasion de sauterelles qui a saisi les facs américaines
                                  à coup de derrida mal digéré et de foucauld sans hegel
                                  résultat le gloubiboulga en cours qui n’est que ressentiment

                                  la fac est chose qui s’entend à la censure, et c’en est un épisode,
                                  encore un, et des plus moches...
                                  rien n’a jamais eu lieu par où dans la fac depuis 50 ans,
                                  le dossier est clos.

                                  par contre, dans l’américain de la rue tu trouveras vraiment de tout
                                  et beaucoup plus de gens qui sont d’accord avec toi que tu ne le calcules...


                                • ZenZoe ZenZoe 10 avril 18:22

                                  @Passante
                                  Je ne parlais pas des individus, mais de la politique américaine vis-vis-vis des autres pays. On pourrait même dire ’’ les Américains n’ont pas d’amis’’.


                                • Emma Shell Emma Shell 10 avril 19:58

                                  @ZenZoe
                                  C’est assez triste, d’ailleurs (America first a un prix en amitié). C’est peut-être pour cela que certains essaient d’attirer l’attention sur nous ? :)


                                • Jonas Jonas 10 avril 14:00

                                  « quelle absurdité que de prendre au pied de la lettre les mots qu’il fait prononcer à un esclavagiste pour mieux le combattre. On pourrait en dire tout autant de Voltaire. »

                                  La franc-maçonnerie pense pouvoir construire l’homme nouveau déraciné en effaçant son passé, son identité, sa culture, ses moeurs, afin de façonner, manipuler et reprogrammer sa façon de pensée comme une vulgaire machine.
                                  L’homme n’est pas une machine, il est une créature aimée de Dieu.

                                  L’Église a longtemps tenté de stopper les franc-maçons voulant faire de l’homme une créature nouvelle, un monstre expérimental (dont les résultats se concrétiseront malheureusement dans les plus grands massacres du XXème siècle), affranchi de la tutelle de Dieu. Les ouvrages de ces nouveaux esprits illuminés, dont Voltaire, ont été mis à l’index par l’Église.

                                  « Notre aumônier prétend que les Hottentots (namibiens, peuplade d’Afrique), les Nègres et les Portugais descendent du même père. Cette idée est bien ridicule. »
                                  Voltaire - « Les lettres d’Amabed » (1769) - Romans et contes - garnier-Flammarion p537

                                  « C’est une grande question parmi eux s’ils sont descendus des singes, ou si les singes sont venus d’eux. Nos sages ont dit que l’homme est l’image de Dieu : voilà une plaisante image de l’Être éternel qu’un nez noir épaté, avec peu ou point d’intelligence ! Un temps viendra, sans doute, où ces animaux sauront bien cultiver la terre, l’embellir par des maisons et par des jardins, et connaître la route des astres. »
                                  Voltaire - « Les lettres d’Amabed » (1769) - Romans et contes - garnier-Flammarion

                                  « La race des nègres est une espèce d’homme différente de la nôtre, comme la race des épagneuls l’est des lévriers. La forme de leurs yeux n’est point la nôtre, leur laine noire ne ressemble point à nos cheveux, et si on peut dire que leur intelligence n’est pas d’une autre espèce que notre entendement, elle est fort inférieure. Ils ne sont pas capables d’une grande attention. »
                                  Voltaire - « Essais sur les moeurs et l’esprit des nations » (1740-1756)

                                  « Les nègres sont grands, gros, bien faits, mais niais et sans génie. »
                                  Diderot - « L’Encyclopédie » - Humaine espèce (1755)

                                  « Les albinos, ces animaux ressemblant à l’homme, n’ont d’homme que la stature du corps, avec la faculté de la parole et de la pensée dans un degré très éloigné du nôtre. »
                                  Voltaire - « Essais sur les moeurs et l’esprit des nations » (1740-1756)

                                  « Enfin je vois des hommes qui me paraissent supérieurs à ces nègres, comme ces nègres le sont aux singes, et comme les singes le sont aux huîtres et aux autres animaux de cette espèce. »
                                  Voltaire - « Traité de métaphysique » (1734-1737)

                                  « C’est à regret que je parle des Juifs : cette nation est, à bien des égards, la plus détestable qui ait jamais souillé la terre. »
                                  Voltaire - « Dictionnaire philosophique » « Tolérance », section I (1765).

                                  « surtout qu’aucun Juif ne fasse le tour de ma maison en sonnant de la trompette, ne fasse tomber les murs, et ne m’égorge, moi, mon père, ma mère, ma femme, mes enfants, mon chat et mon chien, selon l’ancien usage des Juifs. ».
                                  Voltaire - « Dictionnaire philosophique » « Tolérance », section V (1765).


                                  • Jonas Jonas 10 avril 16:39

                                    « cet idéal universaliste qui vous fait sourire mais présente l’immense avantage de donner à chacun la possibilité d’apporter sa pierre à l’édifice commun : ni blanc, ni noir, ni chrétien, ni musulman, mais commun, fruit de l’effort de chacun pour le bien de tous. Cet idéal qui permet la rencontre, le fertile mélange. »

                                    C’est justement ce gloubi-boulga sans tête et sans direction niant la spécificité de la France qui est à l’origine de la déchéance de notre pays et des nations européennes.
                                    La civilisation européenne qui depuis des siècles s’est construite sur le sacré, l’humilité, le sens du sacrifice, l’incarnation du souverain en son peuple et son terroir, a été lentement et progressivement sapée et vidée de son identité par la secte maçonnique.

                                    Le président Macron méprise la France et les Français, en expliquant dans ses meetings « qu’il n’y a pas de culture française », « l’art français, je ne l’ai jamais vu ». Car pour lui et les progressistes, tout n’est qu’un melting-pot fourre-tout multiculturel.
                                    Pour Macron et pour toute une bande de profiteurs, de banquiers et d’industriels, ce pays n’est qu’une gigantesque entreprise qui ne sert qu’à faire de l’argent (économie, croissance, bénéfices, etc...), destinée à devenir à terme une succursale de l’oligarchie mondialiste prônant une immigration de masse pour satisfaire les besoins du capitalisme.


                                    • Eric F Eric F 10 avril 18:05

                                      @Jonas
                                      On peut relever que l’universalisme et le multiculturalisme sont des spécificités de la société occidentale contemporaine ; la plupart des autres civilisations présentes et passées sont autocentrées.


                                    • Jonas Jonas 11 avril 10:52

                                      @Eric F « On peut relever que l’universalisme et le multiculturalisme sont des spécificités de la société occidentale contemporaine ; la plupart des autres civilisations présentes et passées sont autocentrées. »

                                      Exactement, c’est tout le drame de ce multiculturalisme messianique béat, conduisant à une invasion migratoire sans précédent, véritablement mortifère pour notre civilisation.
                                      Saint-Denis, plus de 90 000 habitants, n’est qu’un exemple parmi les innombrables communes de la banlieue parisienne où la population française de souche a été totalement remplacée par une population d’origine extra-européenne (berbères, arabes, africains sub-sahariens, asiatiques, indiens, etc...) en moins de 30 ans. Dans les rues de la ville, on n’entend presque plus personne parler français.

                                      Ceci impliquant un bouleversement du paysage culturel, cultuel et ethnique.
                                      Les prénoms donnés ne sont plus Christophe, Matthieu, Sylvaine et Estelle, mais Rachid, Mohamed, Youssouf, Fatoumata et Kakambwa.
                                      Les nouveaux arrivants n’ont plus comme héritage Aristote, le Christ, Jeanne D’Arc, Descartes, Pascal ou Chateaubriand, mais le Coran, le Ramadan, le Zouk, le Wolof et l’arabe. (une trentaine de boucheries islamiques, pas une seule boucherie traditionnelle !!!), 7 ou 8 écoles coraniques enseignant l’Islam radical aux jeunes musulmans, et la grande mosquée financée par l’Arabie Saoudite flanquée de son minaret (islam radical wahhabite), inaugurée par le bon maire communiste.

                                      http://islamineurope.unblog.fr/2013/09/23/video-conference-du-cheikh-saoudien-abderrahmane-al-barak-au-centre-deducation-du-palmier-cep-de-saint-denis-les-chretiens-seront-avilis-et-humilies-le-jour-de-la-resurrection/

                                      http://islamineurope.unblog.fr/2012/08/01/conference-du-cheikh-ghassen-khalil-mohamed-musallam-au-centre-tawhid-bastion-de-lislam-radical-a-saint-denis-les-colons-sionistes-violent-colonisent-et-occupent-les-terres-de-nos-freres-en-pa/

                                      A Pantin, la dernière boucherie traditionnelle a fermé en 2011, il n’y a plus que des boucheries islamiques.


                                    • Parrhesia Parrhesia 11 avril 12:38

                                      @Jonas

                                      Tout cela est très vrai !
                                      Mais alors, quelle très actuelle responsabilité imputer au pape François ?


                                    • Jonas Jonas 11 avril 12:47

                                      @Parrhesia
                                      Les Papes ont abandonné l’Église catholique après le Concile Vatican II (1962-65).
                                      Vatican II, c’est la victoire des modernistes sur les antimodernistes, c’est 1789 dans l’Église.
                                      Depuis 60 ans, ce n’est plus au monde de s’adapter à l’Église, c’est à l’Église de s’adapter au monde.
                                      On le voit tous les jours : le but n’est plus de convertir, mais d’être converti au globalisme et à sa nouvelle sainte religion, le vaccin.

                                      Et cette église félonne, ce n’est plus l’Église de nos aïeux, qui survit tant bien que mal à travers la Fraternité Sacerdotale Saint Pie X (FSSPX) ,c’est la secte conciliaire.


                                    • Parrhesia Parrhesia 11 avril 12:58

                                      @Jonas
                                      Jonas, merci pour cette excellente et courageuse réponse !
                                      je vous souhaite un excellent dimanche !!!


                                    • Wald 11 avril 14:10

                                      @Jonas

                                      Saint-Denis, plus de 90 000 habitants, n’est qu’un exemple parmi les innombrables communes de la banlieue parisienne où la population française de souche a été totalement remplacée par une population d’origine extra-européenne (berbères, arabes, africains sub-sahariens, asiatiques, indiens, etc...) en moins de 30 ans. Dans les rues de la ville, on n’entend presque plus personne parler français.


                                      Faux, j’ai vécu à Pierrefitte plusieurs mois, à deux pas de Saint-Denis où j’allais souvent, et j’y entendais souvent parler français, certes pas assez souvent, et trop souvent un français de bas étage. Mais dire que la langue française y a été éradiquée est du n’importe quoi.
                                      Quant à un chiffre de population, le fait que vous en donniez un montre que vous ne connaissez rien à cette commune, qui d’une a 110 000 habitants, et dont personne, à moins d’avoir des renseignements compliqués à obtenir, ne connait la véritable population, à cause du nombre de clandestins. 


                                    • Jonas Jonas 11 avril 14:43

                                      @Wald « Faux, j’ai vécu à Pierrefitte plusieurs mois, à deux pas de Saint-Denis où j’allais souvent, et j’y entendais souvent parler français, certes pas assez souvent, et trop souvent un français de bas étage. Mais dire que la langue française y a été éradiquée est du n’importe quoi. »

                                      Je n’ai pas dit que la langue française avait été éradiquée, mais que entre eux, les gens ne parlent quasiment plus le français, mais leur langue d’origine.
                                      Si vous avez vécu à Pierrefitte ou à Saint-Denis que je connais très bien, vous savez qu’il il n’y a plus de Français de souche dans ces villes, c’est un fait.


                                    • Eric F Eric F 10 avril 16:48

                                      « Quelle absurdité que de prendre au pied de la lettre les mots qu’il fait prononcer à un esclavagiste pour mieux le combattre »

                                      Le procédé est courant dans de nombreuses critiques, qu’il s’agisse de philosophie, de politique ou de religion : tirer un extrait de son contexte alors qu’il s’agissait pour l’auteur d’une antiphrase ou d’une position à combattre. Il faut se méfier du second degré, que les ignorants et les malveillants vont exhiber comme une affirmation directe.

                                      Un autre problème dans la critique des anciens, c’est l’anachronisme de juger dans le contexte d’aujourd’hui des déclarations et actions passées. Certains préjugés d’alors sont condamnables à nos yeux, mais faut-il en charger personnellement chaque humain de cette époque ? Soyons assurés que nos lointains descendants nous condamneront de ce qu’ils considéreront comme des turpitudes et que nous trouvons aujourd’hui normal.

                                      Par ailleurs, les critiques évoquées dans l’article ne sont pas « neutres », elles sont systématiquement à charge exclusive contre les racines de notre civilisation, alors que certaines autres civilisations/cultures comportent encore dans le présent des préjugés proches de ceux qui pouvaient être les nôtres dans le passé.
                                      Ceci dit, cela n’est pas spécifiquement étasunien, le même courant dépréciateur de notre passé existe en Europe et particulièrement en France, ainsi on ne peut seulement plus célébrer une victoire comme Austerlitz, mais participer à la commémoration de Trafalgar.
                                      L’enseignement de l’Histoire qui était jadis une apologie (et le reste ailleurs) tend à devenir chez nous un réquisitoire.


                                      • Jean Keim Jean Keim 10 avril 16:48

                                        Tout va bien !

                                        Bon ! on n’a presque plus d’industries mais on ne manque pas de sanctuaires culturels, ni de modes de penser qui craquent comme des vieux parquets et sentent l’encaustique, soyons honnêtes on fait aussi dans le béton.

                                        Une prof d’art plastique (encore un coup des pétroliers) déclamait à ses élèves que tout est de l’ A R T ; la France récupère les usines pour en faire des musées.


                                        • Eric F Eric F 10 avril 18:13

                                          @Jean Keim
                                          « la France récupère les usines pour en faire des musées »
                                          Bien vu, soit un musée en mémoire de l’ancienne activité de l’usine, soit un musée de pop art. Dans l’un comme dans l’autre cas, il y a davantage d’employés que de visiteurs ; il n’y avait pas de subvention pour permettre la pérennité de l’usine, mais elles foisonnent pour la « culture ».


                                        • pallas 10 avril 16:59
                                          Emma Shell,

                                          .

                                          Bonjour,

                                          Vivre dans un monde de chimère ne peut apporter que le chaos et au suicide.

                                          1984 de Orwell est le récit d’un schizophrène, seul les médecins l’ont compris, sa n’est un secret pour personne

                                          La france n’existe plus, c’est un fait, sa langue et histoire disparait.

                                          Voué au culte du rien, du néant.

                                          Le soit disant art contemporain, défigurant Le Louvre en est l’exemple parfait.

                                          Moi ce que je vois, des gamins drogués, des villes vetustes et devenu des décharges à ciel ouvert, pire que les dystopies.

                                          Akira, celebre manga et animé Japonais represente parfaitement ce présent, sauf qu’il ni pas de Tetsuo ou Kaneda, il n’y a rien, la france n’est pas Le Japon.

                                          H.G Wells avait avertie sa patrie (la grande bretagne), de ce futur qu’elle subie, il n’a pas été écouté.

                                          Les avertissements du passé ne servent à rien.

                                          Homere, avec sont récit « La guerre de Troie », a son époque, le faisait deja.

                                          Tout ça pourquoi ?, pour rien.

                                          Salut


                                          • @pallas Toute la civilisation européenne vient des Etrusques. Mais les français ont cette facilité, leur langue est une belle enveloppe qui permet d’enrober un savoir ancien pour le transmettre. Et vlan pour notre égo. Tout Hugo est le fruit d’une grande culture ancienne. Comme Baudelaire. Ce n’est pas une critique. Notre devoir est de transmettre. Ce que j’écris n’est que le fruit de mes lectures. Freud aussi est allé pêcher ses connaissances chez les anciens. L’interprétations des rêves existait depuis des millénaires. le Mali lisait le futur dans le placenta des nouveau-né. La Pythie de Delphes chantait ses oracles. Tirésias, l’aveugle voyant était déjà psychanalyste. Le gros défaut de la France : son narcissisme. Reconnaissons à Molière ou la Fontaine d’avoir une peu rabattu cette tendance égotique.


                                          • facta non verba 10 avril 17:36

                                            Pas d’accord avec cet article haineux (voir mon profil)...


                                            • Emma Shell Emma Shell 10 avril 20:03

                                              @facta non verba
                                              Dommage car je discuterais volontiers avec vous de ce qui peut vous paraître haineux dans mon article, où je n’ai pas le sentiment d’avoir mis quelconque haine. Au contraire, puisque les haines polymorphes que l’on infuse dans nos sociétés m’inquiètent. Suffit-il d’adopter une position différente de la vôtre pour être haineux ? Avez-vous bien lu ce que j’ai écrit ?
                                              A votre disposition pour tout dialogue.


                                            • facta non verba 10 avril 20:30

                                              @Emma Shell
                                              Je pensais que mon profil était suffisamment caricatural pour que vous compreniez que ma remarque était du second degré.
                                              Donc, je confirme être globalement d’accord avec votre article.


                                            • Emma Shell Emma Shell 11 avril 07:12

                                              @facta non verba
                                              Oups, en effet... smiley Mille excuses, le second degré devient tellement rare (donc précieux !)


                                            • L'apostilleur L’apostilleur 11 avril 13:39

                                              @facta non verba

                                              « Haineux »
                                              Vous auriez pu mettre des guillemets au nouveau vocabulaire de ralliement des suiveurs racistes de Traoré et de la manifestation contre l’islamophobie. 


                                            • pallas 10 avril 19:31

                                              Mélusine ou la Robe de Saphir.

                                              Bonsoir,

                                              Les Féministes auraient du choisir la Déesse Artémis, la représentante de la femme intouchable.

                                              Sœur jumelle de son frere Apollon, les gémeaux en somme.

                                              Homme et Femme.

                                              Les Mycéniens avaient tous compris.

                                              Si tel est la volonté des Dieux Anciens, ainsi soit il

                                              Salut


                                              • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 11 avril 09:03

                                                @Emma,

                                                 « Multiculturalisme » est le mot que j’aime dans votre déclaration d’amour aux Lumières.

                                                  On apprend beaucoup plus de ses opposants que de ses semblables et de la culture.

                                                  La langue française a un seul défaut : son orthographe.

                                                  Toutes les semaines, Bernard a fait son violon d’Ingres de ses « ignominies » dont l’Académie se gargarise et qui fait que, sans une évolution drastique, la langue écrite devient toujours très difficile pour ceux qui n’en ont pas reçu une éducation dès le plus jeune âge.

                                                  Vous parlez des Américains mais vous oubliez que déjà entre l’Europe du Nord, souvent protestante, l’opposition se retrouve face à face à celle du Sud, catholique dans ses rites et façons de vivre.


                                                • Toutes les périodes de RENAISSANCE se sont caractérisées par le redécouverte du passé...


                                                  • L'apostilleur L’apostilleur 11 avril 09:46

                                                    « ...une société occidentale toujours plus divse, enfin affranchie de son passé esclavagiste et colonial... »


                                                    Qui se sent responsable du «  passé esclavagiste et colonial » de la France, de l’Angleterre, de la Hollande... aujourd’hui ?

                                                    Ceux dont c’est l’intention politicienne intéressée se réveillent trop tard. La justice différencie les coupables de ses fils. 

                                                    Heureusement pour les descendants de Ramsès II.


                                                    • Jean Claude Massé 11 avril 09:48

                                                      Ceux que vous appelez « universitaires, historiens » sont en fait des commerçants. Ils n’ont rien à voir avec l’humanisme. 

                                                      Comme toutes les révolutions, la révolution des lumières a été détournée au profit d’une caste matérialiste.

                                                      C’est elle qui dirige ce monde et ne sera malheureusement vaincue que par sa cupidité et non par des valeurs supérieures.


                                                      • Nos amis américains ....MDR

                                                        Là, c’est l’arnaque totale ...Les ricains n’ont pas d’amis ils n’ont que des intérêts .
                                                        Il n’y a qu’un menteur, magouilleur, comme Macron qui se permet de faire croire que les ricains sont des amis ou des amishs .

                                                        Avant le racisme(politique) , il y a eu l’esclavagisme(pour tous) , puis la féodalité(pour tous) et enfin les salops de Franc-Maçons ces humanistes convaincus de l’intérêt politique du racisme .

                                                        D’ où vient l’incroyable développement de la mafia nigérienne qui se répand aussi rapidement que le covidiot pangolino ... ?

                                                         


                                                        • L'apostilleur L’apostilleur 11 avril 10:30

                                                          @l’auteur 

                                                          « ... l’histoire de l’Europe et de la France en particulier, hideux repaires historiques d’hommes blancs, par nature dominateurs et racistes... » 


                                                          Pas faux pour ceux qui ne voient dans « la Controverse de Valladolid » que cette apparence. (L’homme sauvage a-t-il une âme ?) Le fonds de cette histoire exprime l’ignorance des hommes du XVIe s. en matière d’anthropologie. 

                                                          Ces coupables devraient bénéficier de circonstances atténuantes si leur ignorance est établie.

                                                          S’ils doivent être accablés, les africains et les arabes plus grands escclavagistes de l’histoire humaine, doivent être dénoncés encore plus.

                                                          Étrangement c’est dans les rangs de leurs descendants que se trouvent les agitateurs d’un racisme oublié depuis longtemps en Europe. 


                                                          • Rinbeau Rinbeau 11 avril 10:41

                                                            Il faut pourtant regarder la réalité en face. Comme le régime Nazi a industrialisé l’élimination lui permettant d’atteindre des niveaux jamais atteins jusque là, l’esclavage a lui aussi au paravent été industrialisé, rationalisé, optimisé pour atteindre des échelles jamais vues avant. Puis on l’oublie comme si rien ne s’était passé.. Mais les saloperies vous reviennent toujours dans la gueule façon boomerang. Tout comme les Américains n’ont pas réglés le problème du racisme dans leur pays, leur universitaires pourraient en chercher les causes et se pencher aussi sur le génocide des indiens. 

                                                            A chacun de balayer devant sa porte.. Encore faut-il le faire.

                                                            Que les occidentaux se soient pris pour des êtres supérieurs, ça ne fait point le moindre doute.

                                                            D’ailleurs les élites occidentales derrière leurs hypocrisies sont toujours très racistes.


                                                            • Aristide Aristide 11 avril 11:20

                                                              Les Etats Unis sont une puissance dominatrice mais sans histoire, ni une ancienne civilisation, face à l’Europe, la Chine, l’Inde ... Conscient de cette lacune, il s’agit de passer toutes ces civilisations à la coupe américaine.

                                                              Il faut donc aligner et couper tout ce qui dépasse, ce pays ou l’esclavage a laissé des traces encore très présentes, ce pays qui n’a su mettre en oeuvre qu’un communautarisme strict incapable de fournir un modèle américain qui s’impose à tous ses ressortissants, ce pays veut exporter cette seule vision.

                                                              Avant d’imposer ce modèle au monde entier, l’Europe est le galop d’essai de cette politique. Si Trump a cristallisé toutes les oppositions, c’est essentiellement quand il abandonne cette idée et soutient son fameux « America First ». Il contrarie tous les plans de l’intelligentsia américaine.

                                                              Racialisation de tous les aspects de la vie en communauté, relecture anachronique de l’histoire, défense sans limites des minorités, féminisme de combat, ... Tout y passe il s’agit de ne rien laisser de cet ancien monde ...


                                                              • Canada excepté, les Etats-Unis, est le seul pays qui est passé de la barbarie à la décadence sans passer par le civilisation...Hélas, ce sont militairement les plus armés....


                                                                • Canada excepté, les Etats-Unis, est le seul pays qui est passé de la barbarie à la décadence sans passer par la civilisation...Hélas, ce sont militairement les plus armés....Excepté Faulkner et Steinbeck. Rien d’intéressant...


                                                                  • Rien à garder, excepté les amérindiens et d’autres anciennes civilisation piétinées par l’argent...


                                                                    • Un excellent livre à lire. Psychanalyse de l’Amérique de Keyserling.. Même les Kennedy étaient cinglés...


                                                                      • Les origines de Trump sont allemandes et douteuses. Comme si le passé diabolique ressortait de sa boîte....


                                                                        • AMER RIZ CAÏN...A l’est de l’EDEN...


                                                                          • Attention, je ne critique pas la littérature, ni l’art français. Tout l’art est de faire du neuf avec de l’ancien. Les américains comme beaucoup de chinois (qui eux pourtant avaient une culture) ne font que copier...à l’identique..


                                                                            • CORH CORH 11 avril 11:49

                                                                              Bel article, plein de modération, de sagesse, de justesse, tout cela servi par une belle expression, bravo et merci


                                                                              • Emma Shell Emma Shell 11 avril 12:46

                                                                                @CORH
                                                                                Merci à vous de m’avoir lue. :)


                                                                              • Français qui êtes si fiers de la « révolution française ». Réfléchissez à ceci :

                                                                                La révolution industrielle en Grande-Bretagne coïncide donc avec la Révolution française, dont les convulsions retardèrent la diffusion du nouveau progrès industriel en France et sur le reste du continent. Restée à l’abri des guerres et des violences, la Grande-Bretagne est devenue le modèle du triomphe des forces mécaniques utilisant l’énergie calorifique et de la croissance sans précédent de la production industrielle. Et pour moi le début de l’involution et du déclin....de la civilisation... [...]

                                                                                 


                                                                                • Oui , « la révolution française » ont imposé les " DROITS de L’HOMME. Qu’ont-ils fait des DEVOIRS ?????


                                                                                  • Taverne Taverne 11 avril 12:10

                                                                                    Je préfère la culture de l’apport à la culture du retranchement et d’ailleurs je réfute absolument le mot « culture » pour l’action consistant à effacer, détruire, occulter du champ de la conscience.

                                                                                    Nous vivons à l’ère du copier-coller qui rend tellement tentant de prendre des bouts de textes ou de vidéos pour les détourner de leur contexte, de les déformer et les utiliser à des fins douteuses, à des causes parfois justes mais défendues par de vils moyens ou pour mettre son ego en lumière.

                                                                                    Dans « 1984 », il fallait des cohortes nombreuses et laborieuses pour modifier la vérité. Aujourd’hui tout va tellement vite qu’il suffit pour occulter une fait qu’un fait contraire vienne le lendemain ou le surlendemain en Une des médias pour jeter l’ancien dans l’oubli. A aujourd’hui force de vérité : ce qui est en tête des algorithmes de Google, les nouvelle qui s’affichent le plus vite sur votre téléphone portable.

                                                                                    Ne fermons pas les yeux pour autant sur les « oublis », les occultations, les préjugés funestes, que notre culture occidentale perpétue, souvent par nationalisme (tout Etat a des crimes à se reprocher et préfère les étouffer à jamais sous le secret défense ou par tout autre moyen plus ou moins arbitraire.

                                                                                    Je crois vraiment qu’une culture de l’apport est préférable à une culture du retranchement, à condition que cet apport soit juste et honnête, qu’il ne nuise en aucune façon à la vérité toute nue et qu’il ne fasse offense à aucun peuple ni à aucune communauté.

                                                                                    Mettons les faits face à face mais les gens côte à côte.


                                                                                    • mmbbb 11 avril 15:59

                                                                                      @Taverne l histoire , ce sont les historiens qui doivent apporter des corrections . Ces travaux permettent d avoir un nouveau eclairage . Des essais , il y en a des myriades . Aucun domaine ne peut echapper a l oeil des essayistes 
                                                                                      par exemple l histoire de la colonisation francaise et l idéologie affichee de Jules Ferry par exemple . Lyceen , une version officielle nous etait enseignée .
                                                                                      Mais par un étange hasard , le nom de J Ferry n est pas sali ! 
                                                                                      Et pourtant , il etait dans les pas des théoriciens de la race 
                                                                                      Mais des que cette histoire sert d alibi a des personnes dogmatiques , c est lla porte a tout les exces .
                                                                                      En France, ce n est plus l histoire , mais le conflit mémoriel qui sert de matrice a cette haine . 


                                                                                    • roby roby 11 avril 12:23

                                                                                      Qui a génocidé les American Nâtives ?

                                                                                      Un peu tous les pays d’Europe non ?

                                                                                      Et nous voulons donner des leçons...


                                                                                      • @roby

                                                                                        Les amérindiens ont subi la loi du plus fort et du voleur .
                                                                                        Comme les Israèliens font subir aux palestiniens, Ainsi que les anglais sur les aborigènes d’Australie .
                                                                                        Les Namibiens ont été massacrés par les allemands , premier génocide du XX siècle .

                                                                                        Cela dit, si demain cette dame Shell devrait faire face aux lois et coutumes féodales , là je crois qu’elle ferait la grimace .

                                                                                        Sa suffisance n’a pas de limite et ça la protège des cauchemars ...

                                                                                        Le Shell est bien le nom donné aux interpréteurs de commandes des systèmes d’exploitations, la fenêtre noir avec un prompt qui clignote.....Curieux n’est ce pas !


                                                                                      • Emma Shell Emma Shell 12 avril 08:26

                                                                                        @SPQR Sono Pazzi Questi Romani
                                                                                        Maintenant que vous le dites, je crois qu’en effet je préfère la suffisance à l’insuffisance.
                                                                                        Il est également vrai qu’en ce qui concerne la déplorable loi du plus fort, les femmes ont sûrement quelques petites choses à dire.
                                                                                        Les barbares féodaux ne m’enfermeront pas si facilement dans ma cuisine et en attendant, si vous le voulez bien, je vais continuer à clignoter joyeusement !
                                                                                        Passez une belle journée.


                                                                                      • eau-pression eau-pression 12 avril 09:02

                                                                                        @Emma Shell

                                                                                        A la cuisine, c’est plutôt le wok, non ?

                                                                                        Une question incongrue me vient, que j’adresse à la musicienne. L’Ave Maria de Schubert me parle des courants contradictoires qui agitent l’âme humaine. J’ai écouté beaucoup d’interprétations. C’est bizarre que cet air adressé à une femme (Marie) sonne mieux à mes oreilles masculines chanté par une femme que par un homme (ça se joue à d’infimes détails). Vous avez une piste d’explication ?


                                                                                      • @Emma Shell

                                                                                        Bof , votre cuisine on s’en fout un peu ...

                                                                                        Les plus forts et les voleurs/menteurs se portent bien actuellement .

                                                                                        Petit exemple ; Actuellement Les Israéliens mènent une guerre naval contre l’ Iran dans un silence total et fortement verrouillé. 
                                                                                        Les pékins miteux ne se sentent absolument pas concernés , ils se confinent comme des petits mougeons prêt à se faire piquer.

                                                                                        Depuis Dick « la guerre sans fin » des plus forts et voleurs/menteurs continue, le Robinette ne souhaite pas l’arrêter .  

                                                                                        Donc voilà, clignoté si vous le souhaitez mais gare au réveil !
                                                                                        Faire l’autruche , la tête dans le sable conduit inévitablement et en toutes circonstances à se faire en.....ber.

                                                                                         


                                                                                      • Emma Shell Emma Shell 12 avril 13:02

                                                                                        @eau-pression
                                                                                         :)) Ouf, un peu d’humour et de musique, merci !
                                                                                        Il y a bien des choses qui ne s’expliquent pas concernant le ressenti musical, mais peut-être que la réponse à votre question se trouve simplement dans les paroles de ce Lied : c’est la supplique d’une jeune mère, dont on devine qu’elle abrite son enfant de la guerre au fond d’une grotte sauvage, à une autre jeune mère dont on connaît le sort du fils :
                                                                                        https://www.lacoccinelle.net/283567.html
                                                                                        On peut entendre une sorte de sororité dans l’inquiétude pour le sort que les hommes réserveront à son enfant...
                                                                                        En tout cas, c’est ainsi que je l’entends et peut-être que vos oreilles, quoique masculines :), ont assez de finesse et de sensibilité pour le ressentir.
                                                                                        Car les oreilles féminines n’ont pas le monopole de la sensibilité ni de la finesse. :)


                                                                                      • eau-pression eau-pression 12 avril 22:49

                                                                                        @Emma Shell

                                                                                        Nos interprétations s’accordent donc pour dire que Schubert, tout bonhomme qu’il était, a réussi à rendre la sororité.
                                                                                        Selon votre lien, en faisant simple, l’enfant sur lequel sa mère appelle la protection de Marie deviendra Lancelot, un gars qui ne s’abandonne pas à son destin.

                                                                                        Avez-vous l’idée d’une musique qui évoquerait les sentiments par lesquels passe le marin pris dans la tempête ?

                                                                                        Rien à voir, mais j’ai essayé en vain d’attirer votre attention sur ce que vous dit @Passante : le woke s’attaque au principe de la vie

                                                                                        La dame n’est pas facile à suivre, ça plane assez haut, aussi je vous donne un point de vue personnel raz des pâquerettes : le principe de vie contient une part de dissymétrie. Ainsi le génome XY (faut bien plaider pour son sexe).

                                                                                        Après les musiciens, allons du côté des poètes : pensez-vous que si le Petit Prince de Saint-Ex avait été une princesse, le texte aurait été aussi universellement reçu ?


                                                                                      • Emma Shell Emma Shell 13 avril 22:01

                                                                                        @eau-pression
                                                                                        Je suis bien d’accord, Schubert réussit à faire sentir ce lien fragile et profond, d’ailleurs on le sent aussi un peu dans la Jeune fille et la Mort (encore un dialogue de femmes).
                                                                                        Pour votre marin en perdition, je pourrais par exemple vous suggérer le Concerto à la mémoire d’un ange d’Alban Berg, où il est question des affres de la maladie mortelle que traverse une jeune fille, mais qui pourrait évoquer aussi cela ? à vous de voir, d’entendre...
                                                                                        Merci pour vos explications sur les textes de Passante, j’avoue en effet que j’étais passée (moi aussi) complètement à côté ! Je comprends un peu mieux, quoique pas complètement non plus, mais alors que penser du sempiternel combat nous/eux ?...
                                                                                        Il faudrait écrire une Petite princesse aussi émouvante que son frère, pour vérifier votre hypothèse dissymétrique. :)


                                                                                      • eau-pression eau-pression 14 avril 10:57

                                                                                        @Emma Shell

                                                                                        Merci pour vos suggestions.. Ce type de musique (même celle produite par Schubert) ne peut être appécié qu’avec un entrainement que je n’ai pas, mais puisque vous qui n’avez pas l’air snob me le conseillez, je referai un essai.

                                                                                        J’avais déjà écouté le quatuor de Schubert joué en l’honneur des enfants morts dans un accident près de chez moi.

                                                                                        J’ai l’impression que les émotions évoquées se succèdent à un rythme trop rapide pour que mon système hormonal les accompagne. Je dois pas être assez cérébral.

                                                                                        Par chance, le message « on ne voit bien qu’avec le coeur » dit bien qu’il ne faut pas être trop cérébral. Il faudra que vous écriviez votre version « princesse » et la tester sur vos enfants ou les petits enfants des particpants à Avox de mon âge. Ils s’identifieront automatiquement au personnage et on verra bien leur réaction. Ne mettez pas un adulte à la place de l’enfant : les animaux font très bien la différence.

                                                                                        Je ne vous en voudrai pas si vous affectez votre temps à cet exercice plus qu’à répondre à un retraité qui néglige ses vignes en vous baratinant.

                                                                                        Un petit blasphème quand même : en tant que conseiller du prince, peut-on comparer Attali à Voltaire ?


                                                                                      • Emma Shell Emma Shell 17 avril 08:20

                                                                                        @eau-pression
                                                                                        Cher vénérable et sympathique correspondant, tout en vous incitant à soigner vos vignes au plus vite car, ma foi, il ne faudrait pas compromettre la genèse de quelque savoureux nectar, une brève réponse : je n’ai pas lu Attali et m’en tiens pour l’instant à Machiavel et Voltaire dans ce registre. Est-ce bien ?
                                                                                        Pour ce qui est de la petite princesse, je ne sais si c’est une bonne idée car elle ne paraîtrait que la petite soeur de son frère. Et puis, il y a déjà Mafalda, héroïne mondiale, qui fait que je me demande si le principe de vie est bien aussi dissymétrique qu’il en a l’air. Il est peut-être juste à éclairer dans sa diversité ?


                                                                                      • Octave Lebel Octave Lebel 11 avril 20:35

                                                                                        Comment faire avec des classes dirigeantes qui semblent ne pas vouloir admettre la possibilité d’un monde multipolaire.

                                                                                        Espérons que de l’intérieur montera comme pour le Viêt-Nam, de la part de générations plus jeunes,la conscience d’une spirale infernale dont il s’agit de se sortir. 


                                                                                        • Gerald 12 avril 19:08

                                                                                          Parcourir l’histoire du monde, c’est aussi parcourir un champ de batailles, le bruit et la fureur, le sang et les larmes en sont la toile de fond. Vouloir isoler des populations vertueuses  qui auraient été victimes de conquérants, tyrans,etc., et porteuses de sagesse  relève de l’utopie. Et ceux qui ont été à un moment ou un autre, soit soumis soit conquérants, l’ont été en fonction de circonstances diverses. La colonisation n’est qu’un épisode parmi d’autres. Il fait tout prendre de l’histoire avec la volonté d’apaiser le conflits actuels... en sachant que l’histoire ne nous apportera jamais de solutions. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité