• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Pensez le monde aujourd’hui avec Peter Dale Scott et l’État (...)

Pensez le monde aujourd’hui avec Peter Dale Scott et l’État profond

 Parapolitique, gouvernements de l'ombre... s'il n’y a de science que du caché… (Gaston Bachelard), de même n'y a-t-il de politique que du dissimulé.

 

Docteur en sciences politiques et ancien diplomate canadien, Peter Dale SCOTT est l'auteur de nombreux ouvrages qui analysent la politique étrangère américaine, les narcotrafics et les opérations secrètes. Ces recherches et écrits mettent en lumière le concept de ce qu'il définit comme le « supramonde » ou l’État profond dissimulé au sein de l'État Public.

Porte-parole du mouvement anti-guerre contre le conflit US au Vietnam, et plus récemment contre les guerres en Irak et en Afghanistan, il cofonda le programme d'études « Paix et Conflit » de la prestigieuse Université de Berkeley, où il enseigna la littérature anglaise durant près de 30 ans.

Il est à la parapolitique des Etats ce que Noam Chomsky est à l'analyse des médias.

 

 

La Route vers le Nouveau Désordre Mondial

traduction française de l'ouvrage  : "The Road to 9/11"


Peter Dale Scott : En Route vers le Nouveau

 

  Interview de Peter Dale Scott à propos de son ouvrage La Route vers le Nouveau Désordre Mondial.vidéo à la 26e minute

 

 "Cet ouvrage est une étude ambitieuse, qui décrit avec précision la façon dont, depuis les années 1960, les choix en matière de politique étrangère états-unienne ont conduit à la mise en œuvre d’activités criminelles, et à leur dissimulation, tantôt partielle parfois totale.

Dans ses précédents essais, Peter Dale SCOTT a témoigné de l’implication de la CIA dans de graves exactions dont différents coups d’État, ou dans la mise en place d’une véritable géopolitique de la drogue et des guerres qu’elle permet de financer. Il sonde ici la manière dont les décisions, irrationnelles (voire paranoïaques) et à courte vue, prises par les Présidents américains depuis Nixon ont contribué à engendrer une plus grande insécurité mondiale, notamment en renforçant les réseaux terroristes responsables des attentats de 2001.

L’auteur montre comment l’expansion de l’Empire américain depuis la seconde guerre mondiale a conduit à ce processus de décisions iniques et dangereuses dans le plus grand des secrets, souvent à l’insu des responsables démocratiquement élus.

À partir d’exemples précis, (la « Surprise » et la « Contre-surprise » d’octobre, l’Irangate, la guerre froide en Afghanistan, la géopolitique du pétrole et de l’accès à l’Énergie, …) il illustre comment ces décisions « para-politiques » furent l’apanage de petites factions très influentes au sein d’un « supramonde » qui agit sur l’État public à travers des institutions secrètes (comme la CIA), au détriment de l’État démocratique et de la société civile. L’analyse de l’implémentation de ces programmes établit que les principaux services de renseignement des États-Unis ont collaboré pendant longtemps avec des groupes terroristes, qu’ils ont à la fois aidé à créer et soutenus, dont la fameuse organisation « nébuleuse » al-Qaïda. Dans un autre registre, parallèle et tout aussi fascinant, Peter Dale SCOTT explique clairement le danger que fait peser sur la démocratie l’instauration, sous l’administration Reagan, du programme ultra-secret de « continuité du gouvernement », qui existe toujours…

D’aucuns crieront sans doute à la « théorie du complot », mais la qualité de l’argumentation, étayée par une documentation encyclopédique fait de ce travail une magistrale et passionnante leçon d’histoire contemporaine, qui nous plonge dans les méandres des rivalités de ceux qui détiennent le vrai pouvoir, pour comprendre le monde tel qu’il est, et non tel qu’il paraît être."


Traduit de l'anglais par Maxime CHAIX et Anthony SPAGGIARI

 

***

 


JFK et l'État profond : entretien avec Laurent Guyénot

 

 

 "Dites-moi de qui et de quoi il ne faut surtout pas parler et je vous dirai qui vous emploie et qui il faut craindre"

 

 On ne manquera pas de noter que tous les acteurs de la dénonciation de la désinformation, des opérations clandestines ou sous " faux drapeau" et autres violations de l'Etat de droit et des constitutions des Etats, indisposent au plus au point toujours les mêmes ; les corporations, individus ou groupes d'individus et d'intérêts suivants :

 

 - Les journalistes des médias dominants et leurs rédacteurs en chef ; en effet, ils ne peuvent pas se permettre de telles investigations menant à de telles conclusions sans mettre en danger leur carrière professionnelle puisque cela n'aura échappé à personne : leurs employeurs-propriétaires (banque, armement et industrie du luxe) sont le plus souvent à la fois concernés et impliqués dans les agissements mis en cause, directement ou bien indirectement, ou bien à travers leurs clients - les marchés qui sont les leurs  : les gouvernements, les multinationales et l'oligarchie milliardaire.

Ces médias ont alors recours à la calomnie : l'accusation de "complotiste paranoïaque" sera la plus courante ; elle est destinée à disqualifier tous ceux qui souhaitent nous alerter à propos des agissements de la face cachée des Etats.

 

 - Les alliés sous-traitants des Etats incriminés car, rares sont les Etats directement mis en cause qui se chargent ouvertement de contrer leurs accusateurs ; à titre d'exemple : c'est la France sous un gouvernement UMP ou PS et des lobbys communautaires qui prendront ouvertement en charge cette contre-attaque (souvenons-nous des discours de Sarkozy, et plus récemment, de Valls, de la LICRA ou du CRIF) à l'endroit de tous ceux qui remettent en cause la politique des USA, de l'Otan et d'Israël.

 

 Et par extension...

 

 - Les universitaires et autres employés de l'Etat.

 

 - Ceux qui souffrent de ce qu'il est convenu d'appeler "le syndrome du larbin" : faibles au quotidien, formant le groupe le plus nombreux des quidams sans conscience politique ou citoyenne, impuissants, ils ne respectent que la force qui viendra pourtant demain les anéantir après avoir fait d'eux, jour après jour, des esclaves consentants ; et nul ne sait vraiment au prix de quelles humiliations s'est forgé en eux cet état d'esprit qui toujours nie la réalité des rapports de force, et leur statut de dominés... heureux de l'être, faute de courage.

 

 - La bourgeoisie des centres villes : pro-mondialisation, pétée de tunes, seuls le déni de la réalité et la réfutation de faits incontestables peuvent les sauver d'une culpabilité inexpiable car ils sont bien les derniers à ignorer que leur confort matériel repose à la fois sur la désinformation et la tyrannie du profit et de l'exploitation ; mode d'organisation de l'existence à l'origine duquel on trouvera les Etats les plus puissants militairement, économiquement et culturellement : les USA en tête.

 

 Et enfin...

 

 - Ceux qui n'ont que pour seule identité que leur appartenance communautaire ou nationale, adeptes de l'expression : "My country, my community... right or wrong !" Très influents, ils pratiquent un chauvinisme et/ou une solidarité communautaire à toute épreuve, même et surtout à l'épreuve de la vérité des faits ; chauvinisme et solidarité proches du niveau zéro de la pensée ; attitude redoutable sans laquelle aucun système corrompu ne peut survivre ; d'où la responsabilité majeure de tous ces individus dans l'asservissement de notre monde à la raison du plus fort porteur de tous les vices : voracité, avarice et domination.

 

______________________

 

Pour prolonger, cliquez : Penser aujourd'hui le monde avec...


Moyenne des avis sur cet article :  3.77/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • Christian Labrune Christian Labrune 13 septembre 2014 16:23

    Le monde serait gouverné par des puissances occultes vouées au Mal, dont l’objectif serait la destruction de toutes choses et l’organisation du malheur des hommes. Point de hasard en tout cela : derrière tant de politiciens qui ont conclu un pacte avec le diable pour assurer leur pouvoir, il faudrait nécessairement qu’il existât un principe métaphysique des plus pervers.
    Un personnage de Shakespeare définit la vie « une histoire pleine de bruit et de fureur, racontée par un idiot et qui n’a pas de sens ».
    Il a tort, ce rationaliste : il ne voit pas agir, en toutes circonstances, la main du Malin.

    Dans la religion catholique, probablement à cause du niveau intellectuel de nos contemporains qui a grandement « monté » depuis trente ans, on recommence à pratiquer des exorcismes. Aux lecteurs de cet article, qui ne manqueront pas de l’approuver, je conseille vivement de prendre contact avec un spécialiste de Satan. 
    Ah, mais non : je viens de dire une sottise : ce n’est pas ceux-là qui sont possédés ! Eux sont les bons petits saints et les malheureuses victimes dans l’éternel combat du Bien et du Mal !
    Le Diable se tient assurément dans les gouvernements occidentaux et plus encore dans les officines qui les commandent en sous-main : financiers, services secrets inconnaissables, tapis dans l’ombre et dans la plus profonde obscurité. Que faire dans ces conditions-là ?
     
    Vivement que le Calife Abou Bakr al-Baghdadi, avec ses grands couteaux, nous délivre de tout les suppôts de Satan ! Elle est bien là, la solution : le monde enfin libéré s’en trouvera tout de suite beaucoup mieux !
    Allah akbar !


    • Serge ULESKI Serge ULESKI 14 septembre 2014 19:13

      « Calife Abou Bakr al-Baghdadi »

      Si c’est le seul danger qui nous menace, alors on peut dormir tranquille, les portes ouvertes.

      La question est : à qui profite le crime ou bien plutôt... qui trinque ?

      Allez, encore un effort vous y êtes presque.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès