• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Pénurie de vaccins organisée !!!

Pénurie de vaccins organisée !!!

Depuis l'automne 2014, il est d'abord survenu des difficultés d'approvisionnement qui se sont vite transformées en ruptures totales d'approvisionnement des vaccins pentavalents (contenant les valences diphtérie, tétanos, coqueluche, polio et Hémophilus Influenzae b) couramment utilisés chez le nourrisson depuis des années. Ceci a d'abord touché l'Infanrix-Quinta, la spécialité du laboratoire GSK, puis très vite le Pentavac, copié-collé de son concurrent et néanmoins collègue Sanofi-Pasteur-MSD. Que signifie réellement cette arrêt de livraison qui est annoncé pour se prolonger jusqu'à la fin 2015 ?

 

Premier acte, la disparition programmée du vaccin DTPolio

Il faut savoir en premier lieu tirer les leçons de l'histoire vaccinale franco-française. Est-ce que l'on n'est pas en train de nous rejouer le coup de la suppression du vaccin DTPolio Mérieux (sans adjuvant aluminique). Celui-ci avait d'abord été déclaré "indisponible" pendant plusieurs mois pour également "rupture de la chaine de fabrication". Après ce ballon d'essai, un retour de quelques mois sur le marché l'avait rendu à nouveau disponible, peut-être pour écouler les restes non encore périmés du stock. Mais revirement brutal, en juin 2008, survient une mystérieuse apparition d'un "excès de réactions allergiques" pour un vaccin bien connu et commercialisé depuis plus d'une quarantaine d'années (1966). La commercialisation du DTPolio est brutalement interrompue par la pharmacovigilnace (ANSM) sur demande du laboratoire producteur Sanofi-Pasteur-MSD. Ceci permet de ne plus vendre que le seul vaccin Révaxis (avec adjuvant aluminique), seul sur le marché des DTPolio, en n'ayant plus ainsi qu'une seule chaine de production au lieu de deux. Il est vrai que le "vieux" DTPolio avait fait son temps et ne se vendait que 6,71 €. alors que le "jeune" Révaxis s'affichait à 67,30 €. 

Il est indéniable que les responsables de l'ANSM se sont fait plus ou moins manipuler dans cette fable "d'excès de réactions allergiques". Lorsque l'on regarde les chiffres exacts d'effets secondaires rapportés par le producteur, on a du mal à croire que ces chiffres n'ont pas été triturés. Sur les deux années 2007/2008, les pourcentages respectifs des doses vaccinales vendues sont de 72% pour 2007 et donc 28% pour 2008. Or les effets indésirables rapportées par le fabricant sur ces deux mêmes années sont inversés, respectivement 21% en 2007 et 79% en 2008. La probabilité statistique d'une telle répartition est de 1,16/100 000... Cherchez l'erreur, il est en fait probable que des allergies survenues en 2007 aient été décalées de quelques mois afin de venir gonfler les réactions allergiques du début de l'année 2008 comme l'ont bien repéré les responsables de l'association E3M (1).

 

 Deuxième acte, le défaut d’approvisionnement des vaccins pentavalents DTCoqPolio+Hémophilus Influenzae b (Infanrix-Quinta et Pentavac). 

Cette pénurie est bizarrement survenu quasiment en même temps sur les chaines de fabrications des deux industriels GSK puis Sanofi-Pasteur-MSD. On nous prédit "des tensions d’approvisionnement sur l’ensemble de l’année 2015 avec possibilité de ruptures de stock ponctuelles". En réalité, ces deux vaccins sont désormais introuvables.

Les pharmaciens nous proposent de les remplacer par leur petits frères tétravalents DTCoqPolio (Infanrix-Tétra et Tétravac) en les mélangeant si besoin avec la valence Hémophilus Influenzae b (Act-HiB). Mais ce sont désormais ces deux succédanés qui deviennent difficilement dénichables dans les officines et qui vont bientôt disparaitre totalement à leur tour de la circulation vaccinale.

Que disent les industriels du vaccin ? Selon le laboratoire GSK, il ne s’agit pas à proprement parler de ruptures de stock mais plutôt de « fortes tensions qui ne permettent pas de répondre à toutes les demandes de manière satisfaisante »... Ses responsables annoncent « s’attacher à allouer les doses disponibles, dans le respect du calendrier vaccinal de chaque pays ». Si on lit bien entre les lignes, le Comité technique des vaccinations recommandant le vaccin hexavalent (contenant la valence contre l'hépatite B) de façon systématique chez tous les nourrissons en France, nous nous engageons à vous délivrer que ce vaccin et rien d'autre. Vos voisins européens (2) où la vaccination contre l'hépatite B systématique n'est pas conseillée (Grande-Bretagne, Hongrie, Islande, Finlande, Norvège, Suède, Slovénie) pourront par contre bénéficier de cette exclusivité.
La raison résiderait en partie dans une hausse des demandes de vaccin coquelucheux cellulaire à l’échelle mondiale qui, pour le laboratoire Sanofi-Pasteur-MSD, conduit exceptionnellement « à des difficultés d’approvisionnement concomitantes pour les deux vaccins pentavalents ». Sauf qu'on ne peut s'empêcher de remarquer que le vaccin Infanrix-Hexa (visant 6 maladies dont la coqueluche) reste, lui, totalement disponible comme si cette difficulté ne le concernait pas. 

 

Comment respecter la sacro-sainte obligation légale vaccinale (les 3 valences contre DT et Polio) lorsque la pénurie fait rage ?

- Pour les injections du nourrisson, ou bien on attend le déluge... ou bien on achète le vaccin hexavalent, commercialisé sous le nom d'Infanrix-Hexa (DTCoqPolio + Hémophilus Influenzae b + Hépatite B) contenant donc la valence contre l'hépatite B que certains parents refusent d'injecter chez leurs enfants, ce qui est leur droit absolu (Pour ceux qui penseraient encore que la myéline n'existe pas chez le nourrisson et ne saurait donc pas être touchée, lire l'article "Le vaccin, la myéline et l'enfant" ).

 Troisième possibilité, d'après un communiqué du HCSP (Haut conseil de santé publique), "certains centres de Protection maternelle et infantile (PMI) ou d’autres centres publics de vaccination possèdent en stock des doses de vaccins pentavalents" (3). De façon très curieuse, ses responsables préconisent d'organiser un circuit parallèle de vaccination : "le HCSP recommande que les vaccins pentavalents ne soient plus disponibles en officine et qu’un circuit soit mis en place (par exemple via les grossistes répartiteurs) pour permettre l’accès au vaccin des populations prioritaires". Lorsqu'on lit cela, on se croirait revenu à l'époques des tickets de rationnement et on imagine facilement la mise en place d'un marché noir de vaccins vendus sous le manteau. En réalité, ce circuit officiel sera vite tari du fait des fameuse "tensions" dont souffrent nos pauvres producteurs de vaccins. 

 

 Bénéfices pour le Ministère de la santé, l'augmentation mécanique du pourcentage de couverture vaccinale contre l'hépatite B des nourrissons en forçant

les parents craignant de laisser passer l'heure de la vaccination protectrice à ne plus leur proposer la liberté de choix.

  

 Bénéfices pour les actionnaires de GSK : L'Infanrix-Hexa est vendu 40,04 € et l'Infanrix Quinta 27,21 €

 

- Pour le rappel de 6 ans 1/2, s'il n'y a plus de vaccin tétravalents DTCoqPolio, il reste à utiliser les présentaions adultes seules disponibles (Boostrix et Répévax) à valence diphtérique réduite et dont l'AMM a été avancé il y a peu de temps. 

   Bénéfices pour les actionnaires de GSK : Boostrix Tétra est vendu 25 € et Infanrix-Tétra 14,88 €. Bénéfices pour les actionnaires de Sanofi-Pasteur : Répévax coûte 24,13 € contre un Tétravac acellulaire à 14,88 €.

 - Perte et profits pour la CPAM : à vos calculettes, sachant qu'il y a environ 750.000 naissances par an en France.

 

Cette rupture de "coke en stock" sent l'entourloupe à plein nez. 

On comprend mal comment deux grands laboratoires internationaux producteurs de vaccins voient leurs chaines de fabrication du même produit se mettre en roue libre puis en panne sèche en même temps. L'objectif premier est très certainement de simplifier les processus de fabrication, de travailler "à flux tendu" (pour éviter les stocks et les pertes) afin d'améliorer la rentabilité financière des firmes. 

Il est vrai que nos pauvres "partenaires" de l'industrie subissent la crise de plein fouet lorsque l'on regarde leurs comptes. Pour info, les chiffres de Sanofi de 2013 avaient publié un chiffre d'affaire (C.A.) de 33 milliards € dont 3.7 milliards (11% du C.A.) pour la branche vaccins. Le résultat opérationnel est de 9.3 milliards € (28% du C.A.) dont les actionnaires se sont partagés 3.7 milliards (11% du CA). 


  Parmi les actionnaires qui reçoivent cette belle manne, il y a l'Oreal, propriété de la famille Bettencourt. L'Oréal détient 8,95% des actions et dispose de 16,26% des droits de vote de Sanofi (chiffres d'août 2014). Il s'agit de l'actionnaire principal avec ensuite beaucoup de fonds de pension. L'Oréal a créé la fondation Bettencourt. Celle-ci finance de manière très importante les travaux d'une équipe de l'hopital de la Salpétrière (Les Pr. Brücker, sa compagne Christine Katlama et Brigitte Autran, au travers de trois associations qui travaillent notamment à la recherche sur les vaccins, dont ceux contre le SIDA). Pour la petite histoire, le Pr. Brücker, ancien directeur général de l'INVS (Institut national de veille sanitaire), est le médecin qui a attesté de la bonne santé mentale de Mme Bettencourt, alors que ce n'était semble-t-il pas le cas... Quant à Mme Brigitte Autran, elle est membre éminent du Comité Technique des Vaccinations, qui conseille le gouvernement dans ses choix de politique vaccinale. On imagine facilement que les petits arrangemets entre amis sont facilités par ces intrications financières majeures (4).

  On peut lire avec intérêt un récent bulletin du "sous-traitant" Infovac (5). Ce consortium d'experts es-vaccinations se déclare totalement indépendant de l'industrie pharmaceutique mais il est en fait pieds et poings liés vis-à-vis de celle-ci. Il est financé par l'association ACTIV qui vit en très grande partie de subsides des laboratoires. On y lit une plaidoirie compatissante pour leurs partenaires de l'industrie mais aussi un aveu implicite. La demande mondiale oblige " les fabriquants à faire des choix sur les produits finis à privilégier." (Et donc en clair les plus rentables). Les experts acceptent cet état de fait sans trop s'en plaindre, vu l'augmentation du pourcentage de nourrissons qui recevront "à l'insu de leur plein gré" le vaccin de l'hépatite B. Il faudra faire avec, en rejetant la faute sur "les autorités de santé" qui n'ont qu'à se débrouiller : "Il va falloir malheureusement s’habituer aux difficultés d’approvisionnement et que les autorités de santé établissent des stratégies de remplacement rapidement".

 

  En 2013, la députée européenne Michèle Rivasi estimait alors en parlant du vaccin DTPolio qui avait été effacé des tablettes vaccinales : « Nous sommes ni plus ni moins dans un schéma de vente forcée et de désinformation du consommateur." Serait-on à nouveau dans le même cas de figure ?

 Dominique LE HOUEZEC

Conseiller médical du Revahb

 

PS : Vifs remerciements à Didier Lambert pour toutes ses données chiffrées.

(1) Association E3M " Des données falsifiées permettent de faire disparaitre le DTPolio sans aluminium. 16.01.2014
(2) 
European Centre for disease prevention and control. Vaccine schedule

(3) HCSPAvis relatif aux ruptures de stocks et aux tensions d’approvisionnement des vaccins combinés contenant la valence coqueluche. 25 février 2015
(4) Libération : Un couple de médecins bien soignés par Liliane Bettencourt. 7.09.2010
(5) Infovac. Bulletin Janvier N° 1/2015


Moyenne des avis sur cet article :  2.69/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • leypanou 13 avril 2015 11:25

    « Nous sommes ni plus ni moins dans un schéma de vente forcée et de désinformation du consommateur." Serait-on à nouveau dans le même cas de figure ? : pourquoi le point d’interrogation ?

    Vues les différences de prix, la réponse me semble évidente. Tant que l’état ne peut que compter sur les entreprises pharmaceutiques, qui sont des entreprises donc cherchent à faire le maximum de profit, pour fournir les vaccins, il ne faut pas s’étonner des résultats (la vaccination forcée sous prétexte de non disponibilité, quelle indisponibilité bien opportune !!!).

    Et ce n’est pas l’UMP, si elle revient au pouvoir, qui va changer cela.Au contraire.


    • njama njama 13 avril 2015 13:09

      La vaccination obligatoire fait aussi partie de ce schéma de ventes forcées, tout comme les vaccinations recommandées à l’échelon national.
      Globalement cela veut dire qu’on ne s’occupe plus d’endiguer des zones endémiques, locales , mais qu’on les préconise de façon globale. C’est non seulement un non-sens, mais aussi un gaspillage phénoménal d’argent, sans parler des risques associés aux vaccinations.
      L’OMS reconnaît elle-même que la vaccination de masse est inefficace et préconisait une stratégie de « SURVEILLANCE-ENDIGUEMENT »

      « Cette stratégie est développée dans un document de 135 pages, publié en 1980 par l’OMS et intitulé : « L’éradication mondiale de la variole – Rapport final de la commission mondiale pour la certification de l’éradication de la variole ». En voici quelques extraits :« Les campagnes d’éradication reposant entièrement ou essentiellement sur la vaccination de masse furent couronnées de succès dans quelques pays mais échouèrent dans la plupart des cas  ».L’OMS reconnaît que dans certains pays, même lorsque la couverture de vaccination, atteignait 90%,la maladie continuait à se propager. »

      http://blogs.mediapart.fr/blog/ishtar/031209/comment-fut-eradiquee-vraiment-la-variole


      • njama njama 13 avril 2015 13:23

        Le journal Le Monde du 21/12/1977 publiera un article de F.J. TOMICHE, chef des services de presse et de publications de l’OMS :

        « Sur le plan stratégique, l’abandon de la vaccination de masse en faveur de l’approche dite « de surveillance-endiguement » revêtit une importance capitale. Avec ce type d’approche on parvenait à faire complètement échec à la transmission, même lorsque l’incidence variolique était élevée et les taux d’immunisation faibles. La méthode consiste en la prompte détection de nouveaux cas, suivie de mesures d’endiguement immédiates, c’est-à-dire la recherche de tous les contacts possibles et leur isolement afin d’arrêter la transmission. »

        Comment on fait disparaître la méthode de la surveillance-endiguement

        Après cette date on va assister à la subtile occultation… de la méthode de surveillance-endiguement ! Tout ce qui n’était pas de la vaccination dans ce qui avait permis la victoire sur la maladie sera omis au profit de la vaccination massive et généralisée des populations. Les preuves de cette évolution ne manquent pas et chacun a pu en être le témoin voire le zélateur involontaire pour clamer haut et fort en toute occasion et sur tous les tons et encore aujourd’hui dans tous les médias, que

        « La variole a disparu de la surface de la terre grâce uniquement à la campagne de vaccination menée par l’Organisation Mondiale de la Santé ».

        Alors que ces grandes campagnes furent un échec cuisant et que la seule vaccination qui a pu être vraiment utile fut celle des équipes de santé qui avaient les malades en charge. Cependant, beaucoup de membres de ces équipes étaient recrutés parmi d’anciens varioleux. De plus, les récentes directives d’application du plan variole prévu par le ministère pour faire face à une attaque terroriste par la variole, tout en imposant cette vaccination au personnel d’intervention, recommande aussi le port d’une blouse, de gants et d’un masque afin de rassurer le dit personnel... Deux précautions valent mieux qu’une !

        Cependant, en octobre 2001, devant la menace supposée imminente et pourtant très hypothétique du retour de la variole, et devant la réelle menace de la reprise de sa très redoutable vaccination, des voix très autorisées tenteront de se faire entendre pour rétablir un peu de calme et de vérité au milieu de cette psychose organisée :

        Le 26 octobre 2001 [2] : le Directeur général de l’OMS, le docteur Gro Harlem Brundtland, déclarera en effet :

        « L’efficacité des vaccins existants est prouvée ; mais on observe une forte incidence des effets indésirables. La probabilité de ces réactions est suffisamment élevée pour ne pas procéder à la vaccination de masse tant que le risque d’exposition est faible, voire inexistant.
        L’OMS confirme que la meilleure méthode pour enrayer une épidémie de variole, si elle devait se produire, reste la même : recherche et confinement. Cela signifie de rechercher les personnes atteintes, d’identifier celles qui ont été en contact et de les vacciner. »



        • njama njama 13 avril 2015 13:35

          La vaccination de masse, un montage financier à la Madoff ?

          l’IFFIm (International Finance Facility for Immunisation) ,un mécanisme international de financement pour la vaccination qui soutient les programmes de Gavi par l’émission d’obligations sur les marchés financiers.

          l’IFFIm est tout simplement une machine de guerre capitaliste pour promouvoir la vaccination objectif 2015, 500 millions d’enfants vaccinés sans même voir si c’est nécessaire de vacciner !

          Nous sommes donc très loin d’objectifs purement sanitaires de santé publique qui supposeraient une stratégie de « SURVEILLANCE-ENDIGUEMENT » * en cas d’émergence d’une épidémie telle que prescrit pourtant par l’OMS, les vaccinations de masse étant inefficaces même lorsque le taux de couverture vaccinale est de 90 %

          De plus les méthodes de financements s’apparentent à du capitalisme sauvage qui est de l’escroquerie, puisque les détenteurs d’obligations seront rémunérés en utilisant les fonds des donateurs

          Financials

          Summary of key payment obligations and flows

           Donors make payments to IFFIm based on legally binding grants to the Gavi, the Vaccine Alliance, which intends to assign the right to receive such grants to IFFIm.
            IFFIm issues AA/Aa1/AA rated bonds in the international capital markets.
            The Treasury Manager, on behalf of IFFIm, will manage bond proceeds as liquid investments until they are needed for immunisation programmes in recipient countries. Funds flow from IFFIm to the GAVI Fund Affiliate and are disbursed as required for Gavi-approved programmes to procure needed vaccines and to support recipient countries through Gavi, for Gavi-approved programmes.
            IFFIm repays bondholders using funds provided by donors **  pursuant to the agreed and legally binding grant payment obligations.
          http://www.iffim.org/financials/

          ** traduction : IFFIm rembourse les obligataires en utilisant des fonds fournis par des donateurs ...
          ce n’est rien d’autre que le système Madoff, une escroquerie de type « Ponzi »
          ----------
          Un système de Ponzi (Ponzi scheme en anglais) est un montage financier frauduleux qui consiste à rémunérer les investissements des clients essentiellement par les fonds procurés par les nouveaux entrants. Si l’escroquerie n’est pas découverte, elle apparaît au grand jour au moment où elle s’écroule, c’est-à-dire quand les sommes procurées par les nouveaux entrants ne suffisent plus à couvrir les rémunérations des clients


          • njama njama 13 avril 2015 13:57

            Refus de vaccination, dictature de la pensée unique !
            Le Gouvernement australien envisage de supprimer les allocations aux familles qui refusent de vacciner leurs enfants, phénomène pourtant très marginal puisque il ne concernerait que 39.000 enfants, et que la couverture vaccinale est évaluée à 97 %

             Le Premier ministre conservateur invoque que « Le choix des familles de ne pas immuniser les enfants n’est pas soutenu par une politique publique et n’a aucun fondement médical, il ne devrait donc pas être soutenu par les contribuables ».
            http://www.pourquoidocteur.fr/Articles/Question-d-actu/10384-L-Australie-supprimen-les-allocations-aux-parents-anti-vaccination
            No jab - no play and no pay for child care
            http://www.pm.gov.au/media/2015-04-12/no-jab-no-play-and-no-pay-child-care-0
            Toujours est-il que ceux qui refusent de vacciner leurs enfants, sont aussi des contribuables qui financent à la fois la politique de vaccination, ainsi que la politique d’allocations familiales !
            double peine ?
            Jusqu’où ira la coercition ?


            • liebe liebe 13 avril 2015 15:35

              Je vois qu’il y a quelques personnes qui ne sont pas d’accord avec l’article, peuvent elles expliquer leurs raisons ? Car moi j ene vois qu’une chose, les laboratoires doivent absolument vendre des vaccins, il n’ont pas réussi à créer de blockbuster qui révolutionne le marché du médicament, aussi ils se rabattent sur la vente des vaccins. 

              Alors comme ils veulent vendre à tout prix même celui de la santé des personnes qui reçoivent leurs vaccins, ils organisent des pénuries, comme ils ont organisé sciemment le retrait du DTPolio sans aluminium ; ils organisent la vente forcée d’un vaccin hexavalent... 

              A partir du moment où, à la vente il n’y a que des vaccins hexavalent alors que ne sont obligatoires que 3 valence DTP, ne devrait plus pouvoir attaquer les familles qui refusent de faire vacciner leurs enfants. 
              Si vous allez dans un supermrché, vous ne voulez qu’un pot de yaourt (car vous souhaitez le manger de suite et que vous ne pouvez pas conserver les 3 autres) vous avez le droit de ne prendre que votre pot de yaourt. Pourquoi n’en est-il pas de même pour un produit que l’on injecte dans le corps ? 



              • leypanou 13 avril 2015 17:15

                @liebe
                Le meilleur exemple est amha ceci : le gouvernement vous oblige à acheter un yaourt ; les fournisseurs de yaourt prétendent qu’il n’y a plus de yaourt nature et vous propose un yaourt aux fruits à la place. Pour un besoin forcé de yaourt, vous êtes donc obligé d’acheter un yaourt aux fruits. (et je ne parle pas de l’équivalent d’adjuvant aluminium qui est dangereux pour le cerveau).


              • njama njama 13 avril 2015 18:00

                @liebe
                Dans l’état actuel des choses la vaccination obligatoire DTP est théorique puisqu’elle est inapplicable pour cause de rupture de stocks chez le fournisseur, et donc les sanctions coercitives pénales sont inapplicables.
                Le TGI a rejeté vers le Conseil Constitutionnel qui lui-même n’a fait que confirmer que la loi n’’était pas anticonstitutionnelle.
                Pour envisager que la vaccination serait obligatoire avec de nouveaux vaccins (v, w, x,y,z, ...), il faudrait redéfinir les besoins de santé publique à partir d’études, et, qu’il y ait des discussions dans des Commissions puis devant le Parlement le Sénat, et sollicité le Comité d’Éthique, ..., et que ce soit voté ... donc ce ce n’est pas pour demain. Sachant que de plus un certain nombre d’experts juge la vaccination obligatoire inappropriée ...
                C’est un peu cette quadrature du cercle qui explique le statu quo actuel et que rien ne bouge. Mais comme il n’y a plus d’unanimité sur ce sujet, sérieusement ça sent la fin de la vaccination obligatoire et ce ne sont pas des « anti-vaccins » qui le disent :

                « L’arrêt de la vaccination obligatoire est inéluctable »
                 20/03/2015
                Mais, « la fin de la vaccination obligatoire est inéluctable », juge Daniel Floret*, président du Comité technique des vaccinations (CTV). D’ailleurs, pour lui, la vaccination imposée contre le DTP a peu d’intérêt, notamment parce que « les pays qui laissent le choix aux parents ont un taux de couverture vaccinale à peu près similaire au nôtre ».

                « Cela fait plusieurs années que l’on se pose la question du maintien de l’obligation, souligne pour sa part François Vié Le Sage, pédiatre* expert d’Infovac. »Imposer certains vaccins et en recommander d’autres établit une hiérarchie qui n’a pas lieu d’être. Aujourd’hui, les vaccins contre la coqueluche, le pneumocoque ou la rougeole, sont seulement recommandés alors que ces maladies posent plus de problèmes de santé que la polio, la diphtérie et le tétanos !"

                * Les Dr Floret et Vié Le Sage sont également membres de la Société française de pédiatrie. Le Dr VIé Le Sage est aussi responsable du groupe vaccinologie à l’Afpa (Association française de pédiatrie ambulatoire)
                http://www.lexpress.fr/actualite/societe/sante/la-fin-de-la-vaccination-obligatoire-est-ineluctable_1662969.html

                Quoi qu’il en soit, obligatoire ou non, rien ne nous interdit de discuter du bien fondé d’une telle obligation à partir d’études scientifiques, ou de statistiques établies dans des pays où elle n’est pas obligatoire. La controverse subsistera encore longtemps et toujours si l’obligation est maintenue.


              • njama njama 13 avril 2015 18:18

                Même des institutions comme MSF ruent dans les brancards contre la politique de l’OMS !

                Le boycott du vaccin anti-polio, pas qu’une affaire d’obscurantisme
                27 Février 2013
                Magone, Claire
                http://www.msf-crash.org/sur-le-vif/2013/02/27/7216/le-boycott-du-vaccin-anti-polio-pas-quune-affaire-dobscurantisme/
                .
                Le dernier mile
                Faut-il encore croire en l’éradication de la poliomyélite ?

                par Claire Magone , le 22 octobre 2013
                L’éradication totale de la poliomyélite est-elle un but raisonnable ? Dans un article * paru sur La vie des idées, Claire Magone décompte les effets pervers d’une campagne qui n’a plus d’autre fin qu’elle-même et risque de porter préjudice à d’autres enjeux de santé mondiale.
                http://www.laviedesidees.fr/Le-dernier-mile.html

                C’est dire non seulement qu’une couverture vaccinale totale est quasiment impossible à réaliser, qu’elle n’empêche pas que des épidémies ressurgissent, mais aussi et surtout qu’elle a un coût énorme en logistique, en moyens humains, au détriment d’autres objectifs de santé publique qui seraient plus prioritaires, plus basiques souvent,, et qui se retrouvent délaissés faute de budget et de ressources humaines.


                • sophie 13 avril 2015 20:22

                  J’attends l’avis de Doctorix, pour moi les vax obligatoires c’est NON et NON


                  • Captain Marlo Fifi Brind_acier 14 avril 2015 07:50

                    @sophie
                    Liste des saloperies ajoutées aux vaccins.
                    Bon appétit, bien sûr !


                  • doctorix, complotiste doctorix 23 avril 2015 20:26

                    @sophie

                    La réponse est simple : étant donné que les vaccins penta et hexavalent sont du DTPolio aggravé de deux ou trois valences, il n’y a aucune raison que ces multiples soient moins allergisants que le DTPolio simple.
                    Comment la somme serait-elle moins dangereuse que la partie ?
                    Il s’agit donc d’un enfumage, et qui perdure. Il s’agit aussi de constater qu’on nous prend pour des imbéciles.
                    De 7 euros (DTPolio) à 40 euros (Infanrix Hexa), il y a 33 euros.
                    Chaque année, 750.000 enfants sont candidats à 2+1 de ces vaccins. Ce qui fait 100 euros de différence, soit 75 millions d’euros.
                    Un hôpital moderne de 3.000 m2 coûte 1.600 euros du m2.
                    En dix ans, ce sont quinze hôpitaux modernes dont les Français sont privés au profit des actionnaires GSK-Sanofi.
                    Cet argent volé ne tient pas compte des dégâts que vont causer chaque année ces deux millions de vaccinations, les enfants concernés étant appelés à être 5 fois plus souvent malades (asthme, allergies, bronchites, otites, épilepsie, diabète, la liste est infinie...) que s’ils étaient indemnes de toute vaccination. Double aubaine pour le médecin qui vaccine...
                    Payé pour injecter le poison, il sera encore payé pour en soigner les dégâts !
                    En fait, si on renonçait dès aujourd’hui à cette pratique barbare et moyen-âgeuse, on constaterait très vite que non seulement on ferait de fantastiques économies, mais qu’il n’y aurait plus de pénurie médicale.
                    Avec une population en parfaite santé, de surcroît...

                  • doctorix, complotiste doctorix 23 avril 2015 20:50

                    @doctorix

                    Je me réponds à moi-même : ce ne sont pas quinze hôpitaux tous les dix ans, mais bien chaque année qui nous sont ainsi volés !
                    Et cent cinquante en dix ans... Tellement énorme que ma plume se refusait à l’écrire...


                  • njama njama 14 avril 2015 12:25

                    Rien n’a été théorisé sur la vaccination depuis Pasteur, les méthodes de fabrication restent très empiriques, les vaccins peuvent transmettre la maladie, cas du DT Polio par exemple ...

                    L’innocuité du vaccin contre la polio mise à mal un mois après son lancement

                    Par Camille Lestienne Publié le 10/04/2015 à 18:44

                    ARCHIVES - Aux Etats-Unis, la campagne de vaccination contre la polio entamée le 12 avril 1955 est stoppée net quand des enfants vaccinés déclarent la maladie. Elle reprendra après le retrait des doses de vaccin suspectes.

                    Le 12 avril 1955, le professeur Jonas Salk déclare à la presse que le vaccin contre la polio qu’il a mis au point dans son laboratoire de l’univeristé de Pittsburg est efficace. L’annonce bien qu’attendue est fracassante et enthousiasme l’opinion américaine en attente d’un espoir face à la terrible maladie mortelle ou invalidante qui menace les jeunes enfants et dans une moindre mesure les adultes. Une campagne massive de vaccination est lancée dans la foulée. C’est une véritable douche froide quand à la fin du mois des cas de polio sont découverts chez des enfants tout juste vaccinés. Onze d’entre eux meurent et les trois quarts sont paralysés. La campagne de vaccination est suspendue jusqu’à ce que l’on identifie le laboratoire à l’origine des lots de vaccin dans lesquels le virus n’avait pas été suffisamment inactivé.

                    Article paru dans le Figaro du 7 mai 1955

                    La distribution de vaccin Salk suspendue aux Etats-Unis jusqu’à ce que soient connues les conclusions de la commission d’enquête

                    New-York, 6 mai. -
                    lire la suite : http://www.lefigaro.fr/histoire/archives/2015/04/10/26010-20150410ARTFIG00303-°l-innocuite-du-vaccin-contre-la-polio-mise-a-mal-un-mois-apres-son-lancement.php

                    22 mai 2008
                    L’OMS recommande la suppression rapide du vaccin polio oral
                    http://questionvaccins.canalblog.com/archives/2008/05/22/9277673.html


                    • REVAHB 21 avril 2015 11:55

                      Erratum : Il faut lire le prix du jeune revaxis était de 10,23€


                      • Pinkette234 Pinkette234 23 avril 2015 20:28
                        • je ne me fais plus vacciner contre la grippe depuis 2 ans et depuis je ne suis jamais « malade » .Ce qui n’était pas le cas avec le vaccin !

                        • yungmi 23 mai 2015 14:35

                          si il faut un an de fabriCation en labo pour le TETRAVAC c’est pour bientot mais quant ?!!!!!!!!!!!!!!!!!!


                          • kamekool 13 septembre 2015 20:54

                            @yungmi : on nous avait prédit Septembre 2015 dans les pharmacies, mais lorsqu’on les appelle aujourd’hui on est rendus à Janvier 2016...


                            Résultat notre petite de 16mois n’a toujours pas pu avoir de rappel du Tetravalent (une injection en mai (par je ne sais quel hasard on en a trouvé et on ne savait pas que ce ne serait plus le cas), rupture depuis.. La rentrée en crèche cette année a été refusée pour ce motif.

                            J’attends un retour de l’éducation nationale (mail il y a 13 jours avec A/R) et du ministère de la santé à qui l’on ne peut écrire que par voie postale.

                            • yosh-i 11 juillet 2016 10:24

                              Reprochez le prix de l’infanrix hexa et tout sera pire.


                              Les apparences sont trompeuses, on ne peut pas faire plus économique que l’infanrix Hexa : 1 seul conditionnement pour 6 valences, certaines valences étaient fabriqués à pertes, 2 injections en 1 ...infras etc...

                              Tant que les stocks d’infanrix hexa ne se seront pas assez écoulés, pas de retour du DTpolio

                              l’hexavalent est déjà le résultat d’un plan vaccinale économique.

                              Basé sur des mensonges et des erreurs scientifiques : aucune preuve qu’inoculer une bactérie atténuée protègera d’un virus en pleine expansion à son paroxysme

                              1918-1919 : épidémie de variole aux Philippines, nation la plus vaccinée du monde a frappée indistinctement vaccinés et non vacciné.

                              Je ne suis pas anti vaccin, mais qu’on m’apporte la preuve que cela fonctionne : Au moins on aura un recul clinique intéressant vu le nombre de gens vaccinés avec l’infanrix hexa.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité