• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Persister dans l’erreur, l’Union Européenne sans (...)

Persister dans l’erreur, l’Union Européenne sans frontières

 

Il eut été logique de penser que les dirigeants européens, tirant les leçons des erreurs commises dans le passé, modifieraient leur conception d’une Europe extensive, destinée à absorber, tel un trou noir, l’ensemble des pays qui la jouxtent, au fur et à mesure d’un mouvement d’élargissement illimité et permanent. Il n’en est rien. Tout au contraire.

 

Les dernières déclarations des Commissaires responsables des Relations Extérieures et de l’élargissement au sein de l’exécutif bruxellois confirment la ferme intention de la Commission de proposer aux Etats-Membres de l'Union, de décider l’ouverture des négociations d’élargissement avec l’Albanie, sans attendre que les problèmes politiques existant entre la Macédoine du Nord et ses voisins bulgares soient résolus, l’ouverture des négociations avec ces deux pays étant auparavant envisagée de façon simultanée.

Pourtant, plutôt que de plaider l’urgence d’avancer avec l’Albanie, la Commission devrait continuer à geler l’ouverture de toute nouvelle négociation d’élargissement pour des raisons évidentes :

  1. La leçon du Brexit dont chacun sait que l’une des raisons principales tient au malaise ressenti par les citoyens britanniques devant une Union trop ouverte à tous les mouvements de population, le UK perdant progressivement son indépendance et notamment le contrôle de ses frontières.
  2. La pandémie en cours qui démontre les dégâts qu’occasionnent l’ouverture mondialisée et non suffisamment contrôlée des échanges commerciaux et financiers, la délocalisation excessive de la production industrielle et la libre circulation des personnes.
  3. L’internationalisation du crime et du terrorisme qui profitent largement de la perméabilité de nos frontières pour s’établir partout en Europe et prendre le contrôle de pans entiers du crime organisé, de la traite d’êtres humains, de la prostitution, du trafic de drogues, de cigarettes, d’armes et autres joyeusetés. ( cf. les mafias albanaises, chinoises, russes et tchétchènes).
  4. Le travail de sape de nos démocraties, civilisations, valeurs et modes de vie par des organisations politiques et /ou religieuses qui entendent imposer leurs propres modèles et façons de vivre à nos populations, dans le cadre d’un véritable projet de domination et de colonisation de nos pays. (cf L’organisation des Frères Musulmans).
  5. La paupérisation croissante de nos populations affectées par la précarisation des emplois, le chômage, la baisse relative de leur niveau de vie, la dégradation de l’accès à des soins de santé appropriés, la rareté des logements décents et l’augmentation exorbitante des prix d’achat et de location.

Cette paupérisation naît de la concentration excessive et continue de la richesse créée dans nos pays entre les mains d’un nombre limité d’ultra-riches et de la priorité permanente accordée par le système économique à la rémunération des actionnaires, à la croissance des dividendes et à l'évasion fiscale des entreprises multinationales. Le système ainsi établi, compresse les coûts de la main d’œuvre, délocalise et détruit les emplois locaux, et substitue aux travailleurs européens, soit une main d’œuvre corvéable à merci composée de travailleurs immigrés souvent sans papiers et sans aucun pouvoir de négociation, soit des employés sous-payés, recrutés à l’étranger par des structures sous-traitantes établies dans les pays de l’Est ou en Irlande, où les droits sociaux sont minimaux. (cf. les firmes de travaux publics et de construction, ou les compagnies exploitant outrageusement la réglementation européenne comme Ryan Air).

  1. L’inopportunité d'aggraver le poids financier que devrait inévitablement assumer l'Union suite à l’élargissement à l’Albanie, à la Macédoine du Nord et aux autres pays de la région, car ces pays sont tous très pauvres et dans l’incapacité d’apporter aucun élément positif à l’Union Européenne pour les 30 ans à venir.
  2. Le danger d’importer dans notre Union, les conflits ethniques, religieux, militaires, territoriaux et les haines historiques et rancoeurs qui opposent depuis plus de 1000 ans les populations de ces pays balkaniques.
  3. Le danger de nourrir la sensation d’encerclement que ressent la Russie devant notre poussée inexorable vers ses frontières, d’autant que nos élargissements successifs s’accompagnent, en général, par l’adhésion simultanée ou consécutive des nouveaux pays admis dans l’Union à l’OTAN.

Toutes ces raisons militent non seulement pour la suspension mais pour l’arrêt total et immédiat de tout nouvel élargissement.

La priorité n’est pas à agrandir mais à consolider, à sauver et à réformer l’Union Européenne dont l’avenir est de plus en plus menacé et précaire face au scepticisme croissant de nos populations et au malaise permanent qu’elles ressentent, devant un exécutif bruxellois, lointain et incapable de résoudre les problèmes d’emploi, de sécurité, d’identité et de niveau de vie, qu’elles éprouvent au quotidien.

Il est clair que nos pays, pris isolément, seront incapables de peser dans le monde de demain face aux mastodontes US, chinois et indiens.

 Mais il est non moins clair qu’une Europe surdimensionnée, faible, ouverte à tous les vents, sans identité ni prospérité, composée d’une mosaïque hétérogène de pays aux intérêts divergents, n'apportera aucune solution à notre problème commun d’impuissance. Elle risque même de l’aggraver en limitant l’autonomie de décision, la capacité et la rapidité de réaction de chacun de nos pays européens.

Il serait temps que nos dirigeants aient l'honnêteté de reconnaître et de tenir compte de ces réalités.

Ils doivent signifier aux candidats actuels ou potentiels que l'Union renonce désormais à s'élargir pour se concentrer sur la consolidation et l'approfondissement des liens existant entre ses Etats-Membres.


Moyenne des avis sur cet article :  1.91/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • Clocel Clocel 14 mai 12:20

    L’UE est une déconstruction avant tout, tant qu’on n’a pas compris ça...


    • heber 16 mai 08:36

      @Clocel   L’Europe a quand même fait des choses positives:Airbus, l’ESA , l’euro, le programme Erasmus, etc.... Même si beaucoup d’erreurs et de décisions contraires aux intérêts de nos concitoyens ont été prises à cause d’un dogmatisme libéral et mondialiste débridé, tout n’est pas à jeter et puis nous avons la paix depuis plus de 75 ans , ce n’est pas rien .
      Il faut réformer en profondeur le modèle mais ne pas jeter le bébé avec l’eau du bain.


    • Clocel Clocel 16 mai 09:02

      @heber

      Vous aurez beaucoup de mal à trouver une balance positive, il y a assurément des gagnants en Europe, mais pas en France, ni dans le sud du continent.

      La gestion du COVID en particulier et de la santé en général, fait la parfaite démonstration de la nuisance de cette tumeur mafieuse qu’est l’UE.

      Nous avions les moyens de traiter ce genre de crise, ce sont les recommandations de la pieuvre qui a permis la destruction du système de santé que les français s’étaient offert.

      Au profit de qui ?


    • Clocel Clocel 16 mai 09:10

      @heber

      Pour ce qui est de l’Euro, allez voir votre banquier et demandez-lui de retirer l’intégralité de « votre » argent, vous reviendrez ensuite nous raconter comment s’est passé votre entretien...

      Courage !


    • Attila Attila 14 mai 12:55

      « Il est clair que nos pays, pris isolément, seront incapables de peser dans le monde de demain face aux mastodontes US, chinois et indiens. »

      Non, ce n’est pas clair du tout. Nos pays peuvent signer des accords gagnant-gagnant avec d’autres pays tout en conservant nos capacités de décider nous-mêmes de notre politique économique et sociale, ce que nous avons abandonné en entrant dans l’Union Européenne qui pratique une politique contraire à nos intérêts.

      .


      • Attila Attila 15 mai 10:02

        @Attila
        Même notre auto suffisance alimentaire est menacée par la politique de l’Union Européenne :
        La France a-t-elle troqué sa souveraineté alimentaire au profit du développement de l’agriculture européenne ?

        .


      • heber 16 mai 08:40

        @Attila

        Nos pays sont trop petits et trop faibles pour agir seuls ; c’est dommage mais c’est ainsi ; il y a 120 ans nous étions globalement la première puissance mondiale sur tous les plans , économique, militaire, politique etc ,et nos populations représentaient environ 1/4 de la planète ; le soleil ne se couchait jamais sur nos empires. Aujourd’hui .....


      • lisca lisca 14 mai 13:58

        D’accord avec une Europe (continent géographique, historique et culturel réel) forte, mais en tant qu’association librement consentie, économique principalement, de pays partageant des intérêts communs.

        Il faut donc commencer par virer cette UE d’imposteurs, bureaucratie qui ne fonctionne qu’en circuit fermé, pour l’intérêt exclusif de ses bureaucrates tirés d’un chapeau de lobbies.

        Retrouver nos frontières nationales et décisions nationales.

        Sans perdre de vue nos faiblesses actuelles : endettement plus ou moins forcé, affaiblissement voire anémie de nos cultures saccagées et de nos armées.

        S’entendre avec la Russie est capital.

        S’entendre avec des E-U-A débarrassés du bidon, tout aussi capital.

        S’entendre avec la GB brexitée, avec l’Allemagne, avec l’Espagne et l’Italie, par le développement du rail qui court partout, la restauration de la population européenne dans ses droits fondamentaux, y compris celui de vouloir vivre avec des Européens en Europe, et non des extra-continentaux.

        Il y a du pain sur la planche, et des ennemis vigilants.

        Prendre modèle sur Poutine  : si vis pace para bellum.

        Réindustrialiser, recommercialiser, rendre l’initiative aux individus et familles. cela rendra les gens plus intelligents. Réinstruire leurs enfants en français et en sciences dures.

        Dehors les parasites !


        • heber 16 mai 08:54

          @lisca   Je ne pense pas qu’il faille faire porter le poids des erreurs faites par l’Europe sur les fonctionnaires européens ; ce sont les dirigeants des Etats-Membres qui décident tout ; la Commission n’a qu’un pouvoir de proposition et d’exécution ; mais , par elle-même , elle ne peut rien décider sans l’accord des Etats-Membres et du Parlement Européen ; quant aux fonctionnaires européens, ils sont comme tous les fonctionnaires , partout dans le monde ; ils obéissent aux ordres des dirigeants politiques, c’est leur mission et ils n’ont pas d’autre choix.
          Le vrai problème se situe au niveau du Conseil Européen et du Conseil des Ministres, dans une configuration à 27 où il n’est plus possible de décider efficacement ni de concilier des intérêts trop divergents, avec le résultat inévitable , qui est d’arrêter des compromis insatisfaisants ou de ne rien décider de concret.
          A 6, 10, 12 ou 15 ça marchait encore, même si cela fonctionnait plus mal à chaque élargissement mais à 28 ou 27 , c’est impossible sauf à fusionner les pouvoirs de décision et de renoncer à l’indépendance de chaque Etat, ce qui est irréaliste et impensable sans qu’une réelle fusion et convergence des intérêts existent et ce n’est pas pour demain ni pour les 30 ou 50 ans à venir  ; d’où la nécessité d’avancer à quelques uns partageant des intérêts et défis réellement communs ( cf mes articles précédents sur l’Europe latine)


        • L'apostilleur L’apostilleur 14 mai 16:04

          L’Europe à plusieurs vitesses, une nécessité 


          • jjwaDal jjwaDal 14 mai 20:18

            @L’apostilleur
            On l’a déjà. Marche avant toute pour les 1% les plus riches et marche arrière (du pouvoir d’achat) pour tous les autres.


          • heber 16 mai 08:55

            @L’apostilleur C’est exact , c’est la seule solution ; je suis d’accord avec vous


          • jjwaDal jjwaDal 14 mai 16:43

            3 millions de personnes, avec un PNB par habitant valant les 2/3 de celui d’un chinois, une superficie valant 5% du territoire français. Oh, la belle prise !... Il va en falloir des euros pour amener le niveau de vie de ce pays au niveau français (en gros multiplier par 4 la richesse par habitant) et devinez qui va payer ?...
            En même temps si on veut relocaliser nos productions, des gens ayant probablement un salaire minimal inférieur au chinois sont une aubaine. Il faudra songer aussi à récupérer l’Ukraine dont le salaire minimal à 70 euros par mois doit faire saliver plus d’un chef d’entreprise européen.
            Intégrer des parcelles de Chine dans une zone d’échanges commerciaux commune est une excellente idée pour les actionnaires et une catastrophe pour les peuples européens. Par chance, la commission européenne n’a aucun compte à rendre aux seconds et doit son salaire mensuel aux premiers.


            • heber 16 mai 08:57

              @jjwaDal

              d’accord ; tout nouvel élargissement serait suicidaire pour une Europe déjà très mal en point qui craque de partout


            • Franchounet 14 mai 18:30

              Plus on sera nombreux, plus çà se dilue, moins on sera fort. Si seulement il n’y avait que L’UE à ne plus avoir de consistance, mais malheureusement tous ses adhérents, en particulier les premiers, perdent leur indépendance , leur force, leur souveraineté.


              • heber 16 mai 08:59

                @Franchounet

                exact, le nombre ne fait la force que si tout le monde regarde dans la même direction et unit ses efforts pour atteindre des objectifs communs et partagés ; ce n’est plus le cas dans l’Europe d’aujourd’hui


              • quijote 15 mai 10:16

                En tant qu’ignorant, et le sachant, quand on me dit « Albanie », je pense mafia albanaise. Trafic de drogue et d’êtres humains. Réputée pour sa sauvagerie.

                Je suis allé voir la religion majoritaire. Devinez...

                Les élites mondialistes sont les ennemis des peuples européens et utilisent l’immigration musulmane comme un outil de destruction de notre civilisation et le droitdelhommisme sans limite comme outil de propagande pour, à terme, nous soumettre et nous faire disparaître.

                Quel intérêt ? Les musulmans respectent la force brute. Ce sera plus facile à gouverner que ces connards de peuples un peu trop riches, un peu trop éduqués et un peu trop civilisés. Qui sont scandalisés quand il y a un peu de sang versé. L’idéal des élites mondialistes ? L’Arabie Saoudite... Vous croyez qu’ils se font chier, les Saoud ?

                A bas les mondialistes et leurs affidés, les droitdelhommistes. Qui utilisent l’immigration musulmane comme une arme contre les peuples européens.


                • heber 16 mai 09:02

                  @quijote Sans partager la totalité et l’expression virulente de vos jugements que je

                  trouve un peu excessifs, j’ai bien peur que votre analyse globale soit juste en grande partie

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité