• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Pétrole syrien : le pillage du pays continue

Pétrole syrien : le pillage du pays continue

En février-mars, les affrontements en Syrie ont repris pour le contrôle des champs pétroliers et gaziers et des raffineries. 

JPEG

La situation la plus tendue se déroule à Idlib et au nord de la province d'Alep, où les champs pétroliers et les raffineries sont contrôlés par l'Armée nationale syrienne (ANS) proturque. Cette dernière a organisé un approvisionnement stable et le raffinage du pétrole syrien, qui était ensuite acheminé par camion en Turquie pour être vendu à prix cassés. Cependant, depuis février, les raffineries et les convois de camions citernes subissent régulièrement des attaques massives de l'armée gouvernementale syrienne. L'ampleur des attaques grandissait et, le 11 mars, un bombardement a éliminé en une frappe 200 camions citernes, 20 raffineries et d'autres infrastructures. Dans un village proche de la ville de Jarablous des missiles ont atterri dans un entrepôt de carburant en provoquant un incendie avec des flammes atteignant 300 mètres de haut. Il a fallu plusieurs jours pour maîtriser l'incendie, les dégâts sont estimés à des millions de dollars. 

Le jour même a été lancée une frappe contre les raffineries de Tahrin, où un important incendie s'est également déclaré, dont la maîtrise a nécessité des centaines de volontaires et 50 équipes de pompiers. La région d'Alep n'a pas été choisie pour cible par Damas par hasard. C'est ici que se situe le dernier foyer de résistance des djihadistes. Près de 4 millions d'habitants vivent sur les territoires qu'ils contrôlent dans les provinces d'Alep et d'Idlib. La coupure de l'approvisionnement en carburant aggravera la situation dans les communes et entraînera une pénurie d'essence pour les combattants. 

D'après l'analyste israélien Seth Frantzman, ces attaques poursuivent également un but politique. Elles sont appelées à montrer que Damas accorde une attention prioritaire à l'évolution de la situation à Idlib et que la présence turque ici ne peut pas durer éternellement. Outre les raffineries, les attaques ont visé des bases et des camps djihadistes. 

Début mars 2020, quand les affrontements se sont intensifiés et l'armée gouvernementale a repoussé les djihadistes à Idlib, en occupant pratiquement la moitié de la "zone de désescalade", Vladimir Poutine et Recep Erdogan ont mis au point un cessez-le-feu. Sachant que le président syrien Bachar al-Assad a déclaré que si la Turquie et les Etats-Unis ne quittaient pas la Syrie, il continuerait d'utiliser la force. Les militaires russes ont projeté à al-Thawrah, près de Racca, des soldats de la 5e division blindée syrienne. Les Syriens ont repris le contrôle de deux champs pétro-gaziers et des raffineries. Ces gisements apportaient auparavant 6.000 barils de pétrole par jour, mais actuellement leur production a diminué jusqu'à 2.000. Cependant, sur fond de pénurie de carburant cette quantité représente tout de même une quantité significative pour la Syrie. Le champ gazier à cet endroit apporte 3 millions de mètres cubes de gaz par jour. 

Les provinces de Deir ez-Zor et de Hassaké, contrôlées par les Kurdes, sont les plus riches en gaz et en pétrole en Syrie. Après l'arrivée de l'administration Biden au pouvoir, les Etats-Unis ont envoyé dans ces régions du matériel et des forces supplémentaires. Un nouveau convoi de 45 camions militaires et de véhicules blindés est entré en Syrie le 13 mars en provenance de Turquie. Selon les représentants du Pentagone, les troupes se consolident afin d'empêcher la capture des champs pétroliers par des terroristes. 

Cependant, ces déclarations ne sont pas persuasives, compte tenu de l'aveu de l'ancien secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo que des compagnies pétrolières américaines travaillent au nord-est de la Syrie en coopération avec les Kurdes des Forces démocratiques syriennes (FDS). Cet aveu a indigné Damas, qui le qualifie de pillage des richesses nationales. Des médias ont rapporté que les Etats-Unis déplaçaient les camps de djihadistes prisonniers à la frontière syrienne, les considérant comme une réserve pour les futures attaques. En mars, selon l'agence de presse syrienne SANA, des convois américains transportant du blé syrien ont commencé à partir de la province de Hassaké en Irak sous la protection des Kurdes des FDS. De plus, les Etats-Unis ont placé sous leur contrôle l'aide humanitaire de l'Onu en Syrie et la répartissent entre les combattants de l'organisation islamiste radicale Takfiri. 

La situation autour du pétrole syrien continue de s'attiser. Apparemment, après l'élimination des terroristes dans la province d'Idlib, Damas fera face à la nécessité de régler le "problème kurde" avec le problème du pillage des richesses nationales syriennes par les patrons américains des Kurdes.

Alexandre Lemoine

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n'engagent que la responsabilité des auteurs

 

Source : http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=2545


Moyenne des avis sur cet article :  4.56/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 19 mars 16:16

    En fin de compte, pour vendre son pétrole à un prix correct aux Zétazuniens, il vaut mieux être une petite famille avec un troupeau de chameaux dans une péninsules désertique et faire un deal avec Texaco pour acheter des Rolls-Royce, des Jets et de la lingerie chez Hermès pour ces dames que d’être à la tête de pays comme l’Irak, la Libye ou la Syrie et s’entêter à vouloir commercialiser soi-même l’or noir.

    On epu même transporter des morceaux de journaliste dans une valise sans qu ça fâche tonton Sam.


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 19 mars 16:18

      @Séraphin Lampion

      Qu’est-ce qu’on va rigoler quand Israël va commencer à exploiter le pétrole palestinien offshore !


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 19 mars 16:37

      @Séraphin Lampion

      tu nous ennuies avec ton obsession smiley


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 19 mars 16:43

      @Olivier Perriet

      Les zobs, c’est Sion du Moyen-Orient ?


    • artheslichepèdetologue arthes 19 mars 16:49

      @Séraphin Lampion

      On epu même transporter des morceaux de journaliste dans une valise sans qu ça fâche tonton Sam.

      Exact, sa majesté le roi saoudien, bien que fortement soupçonné voire reconnu impliqué est absout, par les states,  et le cocasse est que Biden vient de traiter Poutine de tueur, rapport au soi disant empoisonnement de Navalny « comme venant de la part de Poutine lui même » affaire bizarre , empoisonnement étrange, et rien de prouvé et rien de public....Et le Navalny en question est bien vivant.

      Ahhh, ces russes, mais pourquoi ils lèchent pas les pompes à Biden et au grand modèle libéral mondialiste futuriste comme le font les zeuropéens , donc nous hein, faut pas être aveugles, et tant d’autres le font aussi !!! Pourquoi ils se couchent pas ?
      Il n’y aurait plus de sanctions contre eux !!! Et Poutine pourrait découper trankilou Navalny en morceaux...
      CQFD 


    • troletbuse troletbuse 19 mars 16:53

      @Olivier Perriet
      Ben alors. Qu’est-ce que tu fous ?
      Il y a un article sur Poutine. On attend avec impatience ton analyse.


    • OMAR 19 mars 19:34

      Omar9
      .
      Allez, @Olivier Perriet
      .
      Avouez que la pérennisation de la destruction et du pillage de pays comme la Syrie ou l’Irak perdure, cela vous comble !!!
      .
      Surtout quand les victimes sont arabes ou surtout musulmans...


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 19 mars 16:34

      Attendez, juste qu’on soit bien sûr :

      il y a du pétrole à Idleb ?


      • Attila Attila 19 mars 21:44

        @Olivier Perriet
        « il y a du pétrole à Idleb ?  »
        Dans les camions citerne probablement. Les raffineries peuvent être partout mais les champs pétrolifère se trouvent vers l’Est du pays.
        Effectivement, les champs pétrolifères à Idlib, c’est faux.

        .


      • Attila Attila 21 mars 17:09

        @Attila
        Un article de l’agence iranienne Parstoday parle des combats à Idlib en date de Janvier 2021 : ce sont bien des camions citerne qui ont été bombardés.
        Syrie : Idlib, bientôt dans le giron d’État

        .


      • Lonzine 19 mars 16:45

        Il y a donc des acheteurs, c’est eux qu’il faut frapper.


        • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 19 mars 16:47

          @Lonzine

          vous voulez vous faire hara-kiri ?


        • Lonzine 19 mars 16:54

          @Séraphin Lampion
          ce ne sera pas la peine, il suffit de connaitre l’endroit de livraison et là, c’est la cible.


        • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 19 mars 17:00

          @Lonzine

          ton réservoir !


        • Lonzine 19 mars 17:05

          @Séraphin Lampion
          Mais non, entre mon réservoir et les voleurs il y a bien des intermédiaires à commencer par les chauffeurs de camion.


        • Jonas 20 mars 18:49

          Bachar Al-Assad , ce dictateur et fils de dictateur à ravager son pays , pour se maintenir au pouvoir, grâce à la Russie , l’Iran et ses supplétifs du Hezbollah. Sans parler de la Turquie et les rebelles syriens ainsi que les Kurdes.

          La Syrie de Bachar Al-Assad est devenue un gruyère , où chaque intervenant militaire fait son trou.  

          En politique , comme dans d’autres domaines , il n’existe pas de repas gratuit , et le dictateur , un jour ou l’autre doit rembourser les parrains qui lui ont sauvé la mise. 

          Selon , le correspond du quotidien panarabe Asharq Al-Awsat , basé à Londres , en dix ans de guerre , le pays est en ruine. Presque 500 000 morts , 1,5 millions d’invalides , 200 000 disparus . 5,6 millions de déplacés à l’intérieur du territoire , dont un tiers d’enfants. 6,7 millions de réfugiés à l’extérieur du pays , 12 millions de syriens en insécurité alimentaire .

          Sur le plan économique la guerre a engendré 530 milliards de dollars de perte économique. Le PIB a été divisé par 3 , de 61 milliards de dollars , il est passé à 20 milliards de dollars.

          Et le plus grand drame pour la Syrie , c’est la mort et la fuite des meilleurs éléments, surtout à l’ère de l’Intelligence artificielle et de la haute technologie . 

           


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Patrice Bravo

Patrice Bravo
Voir ses articles



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité