• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Peuples d’Europe, soulevez-vous !

Peuples d’Europe, soulevez-vous !

Cette apostrophe, cette invite, ce cri de colère affiché sur l’acropole d’Athènes par les communistes grecs et les militants syndicaux du PAME est sans doute ce qui convient le mieux à la situation que nous connaissons aujourd’hui.

Peuples d’Europe soulevez vous, unissez vous non pas pour sauver l’Europe du capital en perdition mais pour recouvrir votre souveraineté et votre liberté !

A gauche cependant, pratiquement toutes forces confondues, tout se passe comme si une ligne rigoureusement tracée par les forces dominantes, empêchait une dénonciation claire, précise, sans équivoque de l’Europe fédérale et supranationale construite par les accords, les traités et les institutions politiques, financières et judiciaires.

Il faudrait en quelque sorte sauver l’Europe malgré elle !

Soumission à l’idéologie dominante !

Crainte d’être taxé de populiste, d’archaïque, d’enfreindre les dogmes libéraux ?

Car l’appel à changer l’Europe résonne comme un appel creux, bâti sur une illusion et ne peut donc conduire qu’à des impasses !

Par exemple dans le très récent appel publié dans l’Humanité du mardi 30 novembre on peut relever la formulation suivante :" L’Union européenne ne sortira de la crise que si elle s’affranchit de la pression des marchés financiers et si elle s’attelle à la construction d’une Europe sociale, solidaire et démocratique telle que le réclame la Confédération européenne des syndicats"

Et suffit-il de lancer "une grande initiative publique d’ampleur européenne pour obtenir cette taxation des mouvements de capitaux à l’échelle européenne" comme le propose Patrick le Hyaric, député européen ?

Car, comment ignorer que par construction institutionnelle et mise en œuvre des traités (Traité de Rome, Traité de Maastricht, Traité constitutionnel de 2005, Traité de Lisbonne …) sont instituées :

- la prédominance de la guerre économique et du dumping social ("concurrence libre et non faussée" )

  • la soumission des états à la dictature des marchés financiers par l’interdiction d’emprunter auprès de la Banque centrale, par le rôle dévolu à la dite banque, comme par la détermination de son statut d’indépendance par rapport à toute instance politique

Et, Les institutions européennes, la construction politique, le fonctionnement économique de la zone euro, la violation récurrente de la volonté des peuples qui composent l’Europe (le contournement des votes français, néerlandais et irlandais) donnent une cohérence massive au projet européen ; puisqu’il s’agit :

  • d’ une construction mise hors de portée de l’intervention populaire

  • d’une construction au service d’une minorité de privilégiés

  • d’une construction vassale soumise aux visées stratégiques de l’Empire état-unien au plan économique dans l’acceptation des instruments de la domination impériale (FMI, Banque mondiale …) comme au plan militaire (OTAN).

  • d’une construction qui dès le départ s’est fixé comme objectif l’affaiblissement des états et la prédominance des forces du marché ( Jean Monnet "plutôt unir les hommes que les états"

En conséquence la construction d’une "Europe sociale, solidaire et démocratique", l’appel à ce que l’Europe devienne l’affaire des peuples constituent une totale illusion SANS une remise en cause radicale de ses institutions, de ses traités comme de ses objectifs politiques.

Autrement dit sans un détricotage de la construction européenne actuelle et sans un retour à la souveraineté des peuples et des états.

Et qu’on ne nous "bassine " pas avec les dangers du repli nationaliste et du populisme !

Il n’y a pas plus internationaliste que les peuples cubain, vénézuélien, bolivien … et plus soucieux de construire une intégration économique régionale comme de participer à de réelles et efficaces actions de solidarité internationale !

Sauf qu’ ils construisent leur propre intégration régionale, la coopération économique entre leurs nations dans le respect de leurs souverainetés nationales et en s’étant attelés à la construction des outils politiques, économiques et médiatiques de leur indépendance et de leur liberté (Banque du Sud, Télésur …).

Autrement dit en se donnant les moyens d’un véritable projet d’émancipation et de progrès pour leurs peuples et pour l’ensemble du continent.

Et pour nous n’est-il pas temps de se donner le même type de perspective en n’hésitant pas à faire sauter les verrous que les puissants ont posé au libre déploiement de l’initiative de nos peuples ?

Décidément, l’heure est bel et bien à la résistance pour se dégager de la domination des marchés financiers comme des instruments politiques mis en place pour pérenniser cette domination !

Gilbert Rodriguez


Moyenne des avis sur cet article :  4.67/5   (36 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • Jean-paul 2 décembre 2010 13:50

    Meme Fidel castro a declare que le communiste ne marchait pas .


    • robin 2 décembre 2010 13:58

      Pour que les peuples d’Europe se soulève ils faudraient qu’ils aient les couilles de leurs aieux de 1789, on est hélàs loin du compte.

      Le nouvel ordre mondial a 3 fois le temps de nous esclavagiser avant que les moutons n’envisagent de commencer à penser se transformer en loups.


      • Jean-paul 2 décembre 2010 14:17

        Leurs aieux de 1789 etaient francais . L’histoire de France n’est pas l’histoire d"Europe .


        • Jean-paul 2 décembre 2010 14:19

          Les peuple de l’Europe de l’est sont contents d’etre sorti du communisme .


          • iris 2 décembre 2010 14:45

            communisme non stalinisme


          • xray 2 décembre 2010 15:13


            La misère est le fondement de la société de l’argent ! 
            (Le malade, l’industrie première.) 

            Les
            Européens sont revenus à la situation du début des « années 40 ». 
            Ils sont soumis à : 

            - Une monnaie d’occupation ; 

            - Des journalistes d’occupation ; 

            - Des mœurs judiciaires dignes du nazisme ; 

            - Des collabos financés et au service de qui ? L’Europe,  les Américains, ou le Vatican ? 

            Néanmoins, dans les moyens mis en œuvre par l’Europe pour asservir les foules on reconnaît les méthodes de curés : 

            - « Générer l’incompréhension, les désordres, la délinquance, la criminalité, l’injustice,  la misère, les maladies, les épidémies, les conflits,  les guerres, les famines, etc. » 
            Le tout reposant sur l’ignorance permanente et des flots de mensonges sous lesquels les médias noient les individus. 

            L’Europe est soumise au diktat de l’axe CIA-Vatican. 
            Seule la géographie distingue la CIA du Vatican. Pour le reste, c’est pareil. 

            - Les mêmes intérêts, les mêmes méthodes, les mêmes moyens, les mêmes personnes ! 

            - Les curés manipulent. Ils contrôlent le premier et le plus grand réseau de renseignement. Ils vivent de la misère qu’ils produisent. Ils gagnent à pourrir la vie du plus grand nombre. 

            - Les américains manipulent. Ils imposent aux pays européens tout ce qu’ils ne veulent pas chez eux. Etc. 

            Se sortir de l’Europe ! Et, vite ! 
            http://n-importelequelqu-onenfinisse.hautetfort.com/archive/2010/06/30/se-sortir-de-l-europe-et-vite.html 




            • LE CHAT LE CHAT 2 décembre 2010 15:51

              s’il faut refuser l’Europe ultralibérale à la solde du NWO&Bilderberg , ce n’est en aucun cas pour revivre les horreurs du communisme , dont on voit les derniers soubressauts en Corée du Nord !


              • kéké02360 2 décembre 2010 16:02

                Le combat n’est pas encore gagné, mais presque, car le temps use l’erreur et polit la vérité.


                • YVAN BACHAUD 2 décembre 2010 16:06

                  Bonjour,
                  Pour être efficace il faut disposer du référendum d’initiative citoyenne au niveau national et européen
                  Les Suisses le 07 MARS 2010 ont voté à 73% OUI à l’abrogation d’une loi de décembre qui allait entrainer une baisse des retraites.Cela en moins de trois mois et sans un jour de grève.

                  MAIS PAS UN SYNDICAT NE LE DEMANDE ET L ’OPPOSITION REFUSE DE METTRE UNE PROPOSITION DE LOI EN SA FAVEUR à l’ordre du jour de l’assemblée national ou du sénat.

                  Voir les vidéos chocs sur www.ric-france.fr c’est édifiant
                  A+


                  • zelectron zelectron 2 décembre 2010 17:42

                    Les communistes grecques ne prennent plus leurs ordres à Moscou, d’où alors ?


                    • chuppa 2 décembre 2010 18:21

                      NE PAS ATTENDRE la possibilité d’un référendum !!!
                      Utiliser la législation européenne par un acte d’initiative citoyenne !!!
                      TOUT CELA EST PREVU dans la constituion européenne.
                      Pourquoi les grands bavards de A.V. ne se lancent il pas dans cette opération.
                       

                      [1] Article I-47 -alinéa 4-

                      « Des Citoyens de l’Union, au nombre d’un million au moins, ressortissants d’un nombre significatif d’Etats-membres, peuvent prendre l’initiative d’inviter la Commission, dans le cadre de ses attributions, à soumettre une proposition appropriée sur des questions pour lesquelles ces Citoyens considèrent qu’un acte juridique de l’Union est nécessaire aux fins de l’application de la Constitution.

                      La Loi européenne arrête les dispositions relatives aux procédures et conditions requises pour la présentation d’une telle intiative citoyenne y compris le nombre minimum d’Etats-membres dont les citoyens qui la présentent doivent provenir. »


                      En un an, la commission du parlement européen à traité 1037 pétitions dont 744 ont été acceptées et présentées au parlement.



                      • sisyphe sisyphe 2 décembre 2010 21:43

                        C’est effectivement une opportunité. 


                        Mais je crois comprendre que la Commission ne peut statuer que relativement à la Constitution Européenne ; comment faire pour en changer des articles ? 

                        Mais c’est vrai que si c’estt multiplié, en focalisant sur les points délicats, ça peut faire bouger un peu les choses ; c’est mieux que de ne rien tenter. 

                        Il faut lire la Constitution Européenne, et examiner les points « d’entrée » possibles.. 

                      • JahRaph JahRaph 2 décembre 2010 18:22

                        Excellent article ! Effectivement, l’Europe qui a été construite est précisément celle dont nous ne voulons pas.


                        • sisyphe sisyphe 2 décembre 2010 18:28

                          Soutien total à ces mouvements de révolte des citoyens contre l’asservissement des mafias des « marchés » et de la finance. 


                          Effectivement, tout est à reconstruire ; l’Europe et le reste. 

                          Mais une mobilisation générale me semble difficile ; il faut en trouver les moyens. 
                          Ce ne sera pas dans la rue, ni, probablement par des grèves générales (il faut en avoir les moyens) ; alors, peut-être, par des mouvements généralisés de boycotts, de retrait d’argent des banques, de procédures en nom collectif des citoyens, l’organisation de banques coopératives, de réseaux d’échanges, de troc ; il faut tenter de les désarmer en attaquant leur arme principale ; l’argent ; résistance civile et civique, active et passive, refus de payer les crédits, les dettes, etc, etc .. 

                          • asterix asterix 2 décembre 2010 21:30

                            Ton bel internationalisme cubain et vénézuelien, la solution ?
                            Et tu te permets d’y ajouter la Bolivie qui est tout sauf un état policier.
                            Merde alors, je préfère encore le goulag d’ici !
                            Un goulag où les Grecs ont au moins chaud, du moins pas trop froid en hiver.
                            Multiplicité de fonctionnaires. Une armée hyper-chère. Entrée communautaire agréée par la Goldman-Sachs. Corruption sincère à tous niveaux. Exportation d’huile d’olive pour seul débouché et riches armateurs prudemment domiciliés à Londres.
                            Couic !
                            Ajoutez-y la future porte d’entrée des produits chinois et le flux migratoire via ses frontières totalement incontrôlables.
                            Faudrait peut-être veiller aussi à changer tout cela avant de faire appel à votre Super Chavez !


                            • easy easy 2 décembre 2010 21:35
                              Peuples d’Europe, soulevez-vous !

                              Il ya toujours eu des exhortations au soulèvement. C’était toujours contre un tyran ou un groupe de tyran. Donc contre des personnes physiques.

                              Et voilà que depuis l’Acropole des acropoles, on lance aujourd’hui une exhortation à se lever, à s’insurger contre...non pas une personne physique...non pas une personne morale...mais contre un système bancaire tentaculaire, abusif mais indissociable de chacun de nous, du plus riche au plus pauvre. 




                              Il y a 60 ans, en pleine Glorieuses, tous les Bidochons d’Europe et d’Amérique réclamaient de pouvoir eux aussi voyager comme les charmantes hôtesses de l’air et prendre, comme elles, leur pied autour de toutes les piscines du Monde.
                              « Yen a marre de moisir sous les guitounes Trigano, passons au Club Med du même vacanciste »

                              Bidochon, pour la première fois de l’humanité, devenait assez riche pour se payer du superflu, des congés payés et surtout des voyages.

                              Dans sa cité, Bidochon était respecté, chacun savait que Bidochon avait la considération de son banquier et quelques avoirs.

                              Le problème, quand Bidochon a commencé à voyager et à sortir un peu le nez du Club Med, c’est que personne ne reconnaissait sa valeur faciale, pécuniaire, son crédit. « Franc ? pas connét missié »

                              Tous les Bidochons d’Europe avaient donc réclamé à leur banque de mettre rapidement en place un réseau international avec des guichets partout, des DAB partout et des lecteurs de carte bancaire partout.


                              Ah ces pubs, rappelez-vous, où l’on voit un aventurier en sueur au fin fond de l’Atacama, obtenir de la part d’un hôtelier, la meilleure de ses chambre rien qu’en posant sur le comptoir une carte plastifiée. Même pas de photo sur la carte, carrément. 


                               

                              En quelques années, les banques ont réalisé une toile géante et ont permis que n’importe où dans le Monde, Bidochon puisse se faire ouvrir n’importe quel entrepôt, n’importe quelle échoppe et n’importe quelle chambre.

                              Ici et là, on croyait depuis l’aube des temps, aux colliers de coquillages, aux colliers de fleurs, aux griffes de lion, aux briques de thé, au corail et aux turquoises.
                               
                              Mais Bidochon voulait que partout on se mette à croire au drachme, à la lire, à la livre, au mark, au franc, au dollar, à l’euro. Du papier imprimé en Europe par des Blancs devait devenir la contrevaleur de toutes les valeurs existant au Monde.

                              Quand une marchandise traverse les océans, qu’elle soit constituée de téléviseurs ou de canard laqués, de Rolex ou de statuettes de jade, elle devait se règler en monnaie occidentale, aujourd’hui en dollar ou en euro.

                              De plus, Bidochon voulait que la reconnaissance de ses avoirs soit effective en permanence, décalages horaires obligent. N’importe où et n’importe quand, sans délai ni tergiversation, un restaurateur servant du nid d’hirondelle à Bidochon dans la baie d’Halong, devait accepter d’être payé en papier imprimé quelque part en Occident.

                              Mais ce n’est pas tout. Bidochon considérait qu’il n’était pas normal qu’un tapis nécessitant 100 jours de travail d’un Indien lui soit cédé contre l’équivalent de 100 jours de son travail de garagiste, à lui, Bidochon.

                              En aucun cas, son morceau de papier gribouillé d’encre indiquant 100 F ne devait valoir moins que 10 000 piastres.

                              Le monde entier s’est incliné devant le marketing des banques qui ont fait la tournée de tous les hôtels lointains « Si vous acceptez la carte plastique marquée Visa, vous aurez des clients, sinon rien... »

                              Les hôteliers étaient payés en dollars reconnus partout et payaient leur personnels en dirhams de plus en plus méprisés. Bidochon le savait et trouvait ça très bon pour lui donc très juste. Ca faisait de lui un prince quand il sortait de sa cité, quand il flambait à Bangkok ou Médine. Il trouvait ça normal.

                              Bidochon avait fantasmé d’un réseau bancaire colossal faisant de lui un homme crédible partout sur la planète, et même plus crédible que dans sa propre cité. Les banquiers ont réalisé ce fantasme.


                              50 ans plus tard, partout dans le monde on ne marchande plus qu’en monnaies occidentales. Tout s’est aligné dessus. Le moindre coquillage vaut désormais plusieurs billets américains, le moindre service de pute vaut plusieurs billets européens et Bidochon se sent rabaissé au niveau où il avait laissé les autres croupir quelques décennies plus tôt

                              Plus exactement, sur 50 ans, ce n’est pas vraiment le même Bidochon qui vit les deux situations. C’est Bidochon senior qui avait vécu l’heureuse première période. Et c’est Bidochon junior qui subit maintenant la pénible seconde période, sans comprendre ce qui lui arrive ni pourquoi c’est ainsi.




                              Oui peuples d’Europe, levez-vous. Tuez ce tyran qui désormais vous opresse. Tuez ce monstre dont vous êtes le carburant et le comburant, l’arbre et le fruit, le sang et la moelle, le père, le fils et le saint esprit !



                              • BA 2 décembre 2010 22:09

                                L’Espagne emprunte des milliards d’euros sur les marchés internationaux.

                                Jeudi 7 octobre 2010, l’Espagne avait lancé un emprunt à trois ans. L’Espagne avait dû payer un taux d’intérêt de 2,527 %.

                                Deux mois plus tard, jeudi 2 décembre 2010, l’Espagne a dû payer un taux d’intérêt de … 3,717 % !

                                (Par comparaison, pour un emprunt à trois ans, la France doit payer un taux d’intérêt d’environ 1,272 %, l’Allemagne doit payer un taux d’intérêt d’environ 1,069 %.)

                                Plus les jours passent, plus l’Espagne emprunte à des taux d’intérêt de plus en plus exorbitants.

                                Plus les jours passent, plus l’Espagne se surendette.

                                Plus les jours passent, plus l’Espagne se rapproche du défaut de paiement.


                                • herope herope 3 décembre 2010 04:24

                                  Le capitalisme mondial dirigé par « l’empire » (USA) impose sa norme au monde voir le chemin que prend la Chine. Mais c’est en choyant les classes supérieures et moyennes sa police, son armée qu’elle impose une dictature de fait à la planète. Plus aucun leader charismatique n’émerge aussi bien au niveau mondiale que national les populations espèrent un miracle du système. Une minorité se bat pour que l’espérance renaisse dans les esprits.

                                  www.fa-heropelyon.fr.gd


                                  • kitamissa kitamissa 3 décembre 2010 11:17

                                    en somme d’après les voeux des Grecs,quitter la dictature des banques pour revenir à la dictature Communiste ?


                                    belle proposition en effet ..........on échange la vérole contre le cancer !

                                    • Nikopol Nikopol 3 décembre 2010 11:22

                                      Il est temps de réaliser que la résistance ne se fera pas sans violence. La violence contre les peuples est quotidienne, économique, sociale, politique, la démocratie n’existe pas en Europe, pour preuve combien de référendum ces 30 dernières années ? 

                                      Les peuples doivent faire entendre leurs voix, quelle qu’en soit la manière, tendre la joue droite quand on s’est fait giflée la gauche n’est peut-être pas une bonne stratégie à long terme, surtout face à des boxeurs professionnels...


                                      • Talion Talion 3 décembre 2010 19:06

                                        Mis à part par l’organisation d’un « apéro-guillotine » devant l’Élysée via facebook je vois mal comment nous sortir de l’impasse actuelle...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Auteur de l'article

rodrigue


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires