• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Peut-on concilier écologie et politique ?

Peut-on concilier écologie et politique ?

Introduction ; copie d'une lettre de protestation adressée à une revue d'information et de réflexion

Je ne regrette pas de m'être abonné. Belle réussite sur la forme, sur le fond, ce qui ne devrait pas tarder à fédérer différentes couches de notre société.

Juste un bémol à propos du nucléaire : comment pouvez-vous citer Jean Marc Jancovici (bardé du titre d'ingénieur) sans faire la moindre allusion à la supercherie qui présente le nucléaire comme "décarboné" ?

Avec 10 ou vingt ans de retard dans leur construction, les EPR sont champions dans le recours aux énergies fossiles. Si vous rajoutez à cela l'impasse des déchets (cf 24000 ans nécessaires pour réduire de moitié la radioactivité du plutonium) et enfin et surtout le lien congénital avec l'usage militaire de l'atome, vous ne pouvez pas renvoyer dos à dos "deux pragmatismes", celui des fondateurs radicaux, les verts opposés structurellement à cette énergie, et celui de Jancovici qui prône l'usage de l'électricité comme "moyen de décroissance" !

Par définition quand on est dans le nucléaire on ne peut plus en sortir.

Le cordon électrique est la dépendance absolue et finale.

JPEG - 390 ko
La Pub vous fait Dé-penser
Placards publicitaires tagués à Grenoble

 

Concilier (ou réconcilier) politique et écologie ?

Défendre les classes opprimées est une noble cause.

S'imaginer que la terre est une ressource infinie, que le travail pourra toujours libérer l'homme et que les besoins sont illimités, débouche sur une impasse. Nous nous y engouffrons.

Les animaux, les gisements miniers, les fleurs...n'ont pas de pouvoir. Nous devons non seulement les protéger (c'est loin d'être automatique), mais aussi leur reconnaitre des droits

Pour tenter de concilier la première démarche (historique), celle des syndicats ou des partis avec celle

- plus récente - de défense de la terre, il y a sans doute peu de possibilités.

Essayons pourtant de proposer quelques pistes.

 

La valeur travail 

Que reconnaît-on comme "travail" ? La sueur ou la pensée ? L'objet matériel ou l'idée ? etc

Quelle doit être la place (rémunération, prestige etc...) du travail et du loisir ?

Faut-il pénaliser les "non travailleurs" ?

Faut-il toujours plus de division du travail ? Sous quelles formes (machines ? entre-aide ?)

 

La monnaie et le crédit  :

Formidable concentré de pouvoir. En démocratie un réel contrôle politique est indispensable (cf le Front Populaire face au "Mur de l'argent" de la Banque de France privée à l'époque)

Monnaie et crédit mettent en jeu la confiance dans l'émetteur (stabilité, consensus politique), mais aussi paradoxalement la limitation de ce pouvoir dans l'espace (cf les "devises"). D'ailleurs une seule monnaie universelle n'arrangerait rien car il ne serait plus nécessaire de la contrôler, d'où risques d'inflation .

Limitation aussi de ce pouvoir dans le temps. Acceptons nous des taux d'intérêt ? (Un taux d'intérêt offre la possibilité d'enrichissement sans travail !).

Les taux représentent aussi le degré de perception du temps (élevés = signe de dépréciation du futur ;

si je prête à 3% ou à 10% d'intérêts c'est que dans le deuxième cas je n'ai pas confiance).

Plus une société doute de son avenir, plus elle a peur de son avenir moins elle veut s'engager ; cette dépréciation du futur fait s'envoler les taux d'intérêt et les prix (risques d'hyper inflation).

 

D'autres verrous existent

Par exemple le langage conditionne la culture. Le "langage publicitaire" fera-t-il encore longtemps des ravages ?

On peut échanger sans s'étriper !

A vous de jouer / débattre !


Moyenne des avis sur cet article :  1.29/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • Joséphine Joséphine 21 janvier 13:59

    Nos grands parents faisaient du bio sans le savoir, un peu comme Monsieur Jourdain faisait de la prose. La question de l’écologie ne se posait même pas tant elle était intrinsèque à la condition humaine Quand on aime sa terre, on la respecte. .Aujourd’hui il n’y a plus cet attachement, ce patriotisme, cet amour inconditionnel de son pays et de sa terre, c’était un rapport quasi charnel pour nos anciens qui sont morts pour elle.

    Actuellement l’écologie se résume à des taxes carbone, ce qui signifie que la plèbe achète le droit de polluer en payant des taxes. Nous vivons une époque grotesque, insensée, absurde. Plus personne n’est prêt à mourir pour sa terre. La France ne représente plus grand chose . « La France n’est plus qu’une arrière cour de Washington, le paillasson d’Erdogan, l’hôtel de l’Afrique » a dit justement Jordan Bardella. Dans un monde où l’amour de la terre et de la patrie n’existe plus, l’écologie n’est plus. 


    • sylvain sylvain 21 janvier 17:07

      tout dépend de ce qu’on appelle écologie et politique .L’écologie politique en tout cas semble batifoler dans le milieu de la politique comme un canard dans sa mare.

      Par contre concilier recherche obsessionnelle du pouvoir et respect du vivant, des autres, altruisme ne parait pas évident .Autrement dit on ne risque pas de préserver nos écosystèmes, sociaux comme sauvage, dans un monde de guerre et de concurrence


      • Si vous ne comprenez pas alors vous , vos enfants et petits enfants êtes 

        bon pour l’esclavage, POUR VIVRE UNE VIE DE MERDE .

        https://twitter.com/MathieuSlama/status/1484463781992402945

        Dans cette crise, Emmanuel Macron a inventé une nouvelle méthode de gouvernement : le chantage à la liberté.

        C’est un bouleversement politique majeur, et la mort de la liberté telle que nous la connaissions.


        • ah ouais , ben j’espère que votre culture est suffisamment conséquente pour un jour nous écrire un texte sur les projets suivants ;

          Popeye.
          Argus .

          Nous faire un vrai topo scientifique sur les ceintures de Van Allen, cible préférée de l’armée américaine, ce pourquoi& comment ....


          • Esprit Critique 22 janvier 00:32

            Une éolienne dans l’anus pour tous, Tout le monde il est bio, toule mond il est gentil.

            La France aproduit des genies comme jean Yanne , et des monstre pervers comme Macron.

            Faut Choisir !


            • @Esprit Critique

              Un vobromasseur a eoliene , voila un concept qui depote ...

              on va se poiler autant en les voyant passer dans la rue qu’ avec coluche et ses plumes pour sa candidature .


            • zygzornifle zygzornifle 22 janvier 09:24

              Tant que l’écologie ramène du pognon a l’état elle est la bienvenue, mais quand elle commence a en couter on la vire .....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité