• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Pic Pétrolier : virus energy19

Pic Pétrolier : virus energy19

 

Je vais essayer de préciser ma compréhension du pic pétrolier, car je crois qu’il joue le rôle principal dans tous les événements qui se produisent. Cette conviction n’a cessé de se renforcer depuis 20 ans et le pic pétrolier me permet d’expliquer de façon logique et parfois même de prévoir des évènements. Il existe peut être de meilleurs points de vue, mais je n’en connais pas pour l’instant. Je n’essaye pas non plus ici de convaincre, car chacun suit son chemin dans la vie, mais j’apprécie de pouvoir exposer le fond de ma pensée et de mon raisonnement.

Il me semble d’abord que la pleine compréhension du pic pétrolier et de toutes ses conséquences échappe à la plupart des gens. On peut leur dire très tranquillement : C’est le pic pétrolier ! sans qu’ils en comprennent les implications, de la même façon qu’on pourrait annoncer à un patient qu’il a un cancer, sans qu’il connaisse le sens de ce mot. Il partirait rassuré chez lui, pour essayer de mener la vie d’avant.

Pour commencer, je dirai que le Pic pétrolier ressemble à un pic de haute montagne : L’atteindre est très difficile. Pour y arriver, nous avons employé tous les moyens possibles. Nous avons été chercher la ressource dans les endroits les plus inaccessibles de la planète. Nous avons créé des monceaux de dette pour pouvoir continuer à l’acheter et nous avons fait la guerre aux quatre coins du globe. Nous avons ainsi détruit des pays et nous avons gagné le privilège de consommer le pétrole à leur place. Nous continuons à sanctionner des pays producteurs très durement, afin que leur économie dépende davantage de leurs exportations, et qu’ils soient ainsi obligés de produire et d’exporter davantage tout en consommant eux mêmes moins à cause de ces sanctions. Cela nous a permis d’avoir davantage de pétrole. Nous avons enfin manipulé les prix, de manière à rendre le pétrole moins cher, pour continuer la vie d’avant qui nous plaisait tant, même si nous savions que cette mesure accélérait évidemment la déplétion. Nous avons fait beaucoup d’autres choses encore, mais ce n’est pas le sujet de ce post. Mais au final nous avons juste gagné du temps, car le Pic Pétrolier se moque bien de tous ces efforts. La géologie finit toujours par l’emporter. Et enfin, nous y voilà ! Apres une longue escalade de plus de 150 ans, et l’effort final du pétrole de schiste, nous sommes arrivés au sommet, essoufflés mais euphoriques. Au sommet de notre production et donc de notre consommation, au sommet de ce que nous appelons notre civilisation. Mais comme dans toute longue expédition, le Pic Pétrolier est bref : A peine a-t-on le temps de profiter de la vue, de faire quelques selfies, que déjà, le soleil se couche : il est plus que temps de rentrer. La descente est rapide. Elle est même vertigineuse. Parfois, c’est la chute.

Dans ma compréhension du Monde, le Pic pétrolier implique la destruction rapide de toutes les choses qui nous sont chères, et qui ont rythmées ces dernières décennies : Les grandes vacances, le tourisme de masse, le travail dans les bureaux, les courses au supermarché, les longues promenades dans les centres commerciaux en portant des sacs contenant des choses inutiles mais agréables, le week-end à Deauville, les cocktails d’après boulot, les 15 chemises suspendues dans le dressing, les deux voitures. Tout ceci est déjà en train de disparaitre. Et pour certains, c’est déjà le dénuement. On peut masquer cette réalité derrière des masques justement. Mais une chose est sûre : Notre monde n’a tout simplement plus assez d’énergie pour fonctionner. Jancovici nous assure que l’on va tous retourner dans les champs, et je suis assez d’accord avec lui. Mais il y aura d’autres maux avant, qui sont plus inquiétants, et qu’il vaut mieux ne pas évoquer : ils s’appellent crise systémique, spoliations, répression, voire même guerres.... Notre ancien Premier ministre nous a un peu annoncé les choses : Il a dit troubles sociaux et politiques. C’est le début d’un diagnostic. On n’annonce jamais d’emblée toute la vérité à un patient.

Bien entendu, j’entends ici et là ceux qui disent : mais il y a le nucléaire, le gaz, le projet Iter, l’Hydrogène, les énergies vertes, les météorites ! que sais je… Ceux-là n’ont juste pas suffisamment réfléchi au problème. On ne peut pas leur en vouloir, car en voilà un vrai. En fait, le pic pétrolier est terrible, car il implique le pic de toutes les autres formes d’énergie. Et cela pour deux raisons : la première est évidente : il faut du pétrole pour miner de l’uranium, il faut du pétrole pour construire et entretenir un barrage Hydro électrique ou un parc éolien. Il faut du pétrole pour extraire du pétrole. Il faut du pétrole partout. Le pic pétrolier, c’est donc d’abord le pic de tout.

La deuxième raison est plus profonde : imaginez une ville que l’on alimente entièrement à partir d’une énergie nouvelle, abondante et bon marché. La ville se met a prospérer. Sa population se développe et son activité manufacturière et commerciale augmente. Des lors, les habitants de plus en plus nombreux et riches éprouvent le besoin de se nourrir davantage, de s’habiller davantage, de se déplacer davantage. Ils veulent aussi davantage de loisirs, des grands huit pour jouer à se faire peur. Bref, ils consomment ! Or, tous ces besoins ne peuvent être couverts facilement que par le pétrole. Engraisser les sols, épandre, récolter, élever des animaux, préparer la nourriture, fabriquer des vêtements, tout ceci implique l’utilisation du pétrole qui est irremplaçable par sa simplicité. On se rend compte alors que toute forme d’énergie, même la plus renouvelable et la plus infinie, favorise au final une augmentation de la consommation de pétrole et tout simplement car il n’existe pas d’energie aussi commode, aussi facile a utiliser que le pétrole. Mais cette augmentation est hélas impossible dans le cas du Pic Pétrolier. Et donc, logiquement, toute utilisation d’une nouvelle énergie, conduit in fine, à une accélération de la chute.

Le fait d’ajouter du nucléaire, du gaz, de l’éolien, du solaire… au mix énergétique ne contribue qu’à rendre le pic pétrolier plus vertical. Nous pourrions sans doute utiliser une autre energie de base, mais alors, tout devrait être different : il faudrait réorganiser le monde. C’est ce qui va se produire.

Aussi, pour l’instant, il faut se rappeler de cela : toute énergie disponible accélère les effets du pic pétrolier. Comprendre cette logique imparable, c’est comprendre le Pic.

Confrontés au pic pétrolier, les dirigeants actuels n’ont donc d’autre choix que de limiter désormais l’accès à l’énergie en général. Car la meilleure façon d’accompagner le pic pétrolier tout en réduisant la verticalité de sa pente, est de réduire la consommation de toute forme d’énergie au plus vite. Et comme nous l’avons vu, toutes les énergies sont concernées. Cet aspect purement logique des choses est essentiel à comprendre, pour appréhender ce qui se passe dans notre monde.

Aujourd’hui, nous ne pouvons désormais que constater que nous sommes fortement limités dans nos déplacements. La plupart des avions sont cloués au sol. Les Français n’ont plus le droit de voyager. Notre pouvoir d’achat (qui est un pouvoir d’achat avant tout énergétique) est fortement impacté. Nos libertés se restreignent chaque jour. On peut donc dire que le Pic Pétrolier dirige déjà nos vies et cela ne fait que commencer. J’en déduis donc qu’il n’y a pas a espérer de sortie rapide de la crise actuelle. Le Monde parallele, sans virus, et dans lequel nous retrouverions une vie normale n’existe pas : les mesures actuelles servent simplement à masquer la pénurie physique de pétrole. Nous n’avons tout bêtement plus assez de carburant pour avancer.


Moyenne des avis sur cet article :  3.09/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • tinga 23 février 11:11

    Si on veut éviter ça, ya ça...


    • Decouz 23 février 12:09

      Et le plastique ? Quel produit de remplacement pour récipients, vêtements, mobilier, électro-ménager, électronique, récipient, meubles, composants de véhicules, jouets etc ?

      Certes il existe pour certains produits des alternatives biologiques, mais peut-être plus chers, en tout cas nécessitant un changement important de mode de vie.


      • Spartacus Lequidam Spartacus Lequidam 23 février 15:18

        Quel drame ce monde qui ignore le cornucopien et Julian Simon.

        Le « pic pétrolier » était déjà annoncé pour l’an 2000. Il n’a pas eu lieu.

        Et pourquoi ? Parce que les matières premières ne sont pas un jeu a somme nulle et que tout laisse a penser que tout fonctionne dans un jeu à somme nulle et que nous sommes culturellement orientés a penser en jeu à somme nulle.

        Pour un lambda, il vous argumentera que la terre est plate, puisque le niveau a bulle est au milieu, et que lorsqu’il lance la bille, elle s’arrête, et que si nous étions une terre ronde, elle continuerait à rouler.

        Mais en fait nous savons tous que c’est faux. Nous avons des notions de cosmologie.

        Il en est de même pour le pic du pétrole. 

        Lambda explique que c’est la terre, c’est fini, donc limité, donc un pic. Donc pénuries, retour à la diète et au moyen âge.

        Sauf que c’est faux, mais là personne ne le sait si on a pas des notions de cornucopien.

        Le pétrole a été découvert sous forme de Kerozène, pour remplacer l’huile de baleines dans les lampes a huile.

        Et bien le pic de pétrole, c’est comme en 1850 exposer que l’on retourne au moyen age avec la fin des baleines.

        Le cornucopien démontre que les matières premières ne sont pas « épuisables » mais en expansion par alternatives.

        C’est la demande qui crée l’abondance, et l’alternative. La demande incite a la technique, la recherche plus loin et l’optimisation comme l’alternative.

         

        Il y a du pétrole en Alberta, qui n’était pas comptabilisé en ressources il y a 30 ans, mais on a sorti du pétrole de la roche mère. Ce sont les techniques d’extraction qui ont évolué et qui a fait augmenter la ressource et l’alternative. En fait c’est pas du « pétrole » mais du kérogène une alternative du pétrole.

        On réalise du pétrole de synthèse à partir du charbon, mais la technique est chère, mais demain, un procès plus facile et moins cher ?

        Titan, dispose d’océans d’hydrocarbures. Compliqué en 2020 d’aller le chercher mais en 2100 ?

        C’était compliqué il y a 80 ans d’imaginer qu’en 2020, nous aurions 3 satellites sur Mars.


        Julina Simon a gagné son pari sur Paul Erlich disciple de Malthus, sans que ses théories cornucopiennes ne soient enseignées comme Aristote avait démontré que la terre était ronde mais que son savoir fut oublié.

        Le moyen Age les gens croyaient dur comme fer que la terre était plate, bien que démontré par Aristote, comme le pic du pétole bientôt a venir en 2020 par les Malthusiens.


        • samuel 25 février 15:19

          @Spartacus Lequidam

          N’essayez pas d’utiliser des exemples qui touchent de près ou de loin à la science. C’est d’un pathétique... Que des contres vérités :

          Pour ce qui est du sens logique, vous êtes juste irrécupérable mais par pitié, faites au moins l’effort d’être exacte dans les « faits » que vous utilisez. Une simple connexion internet y suffit !

          https://www.inrap.fr/magazine/Idees-recues-sur-le-Moyen-Age/Balivernes/On-croyait-que-la-terre-etait-plate#.YDexjuhKg2w


        • Decouz 23 février 16:41

          J’oubliais un autre usage très important dérivé du pétrole dans le monde actuel : le revêtement des routes, le bitume.

          Il y aura aussi un épuisement du gaz naturel plus lointain et du charbon.

          Le problème du plastique est à la fois son origine et la pollution qu’il entraine, une partie de cette pollution étant liée aux modes de consommations (emballages uniques, produits vendus non pour leur utilité mais pour leur attrait visuel/marketing).


          • joletaxi 23 février 16:55

            @Decouz

            une partie de cette pollution étant liée aux modes de consommations (emballages uniques, produits vendus non pour leur utilité mais pour leur attrait visuel/marketing).

            ben voyons
            c’est surtout du à cette idée imbécile du recyclage, qui n’a aucune utilité, mais un cout certains
            la place des plastiques ,c’est dans la poubelle,et incinérateur, ça brule très bien... c’est du pétrole
            le recyclage produit des montagnes de ballots de plastiques, qui finissent dans des pays qui ne sont pas équipés pour les utiliser, et finalement en décharge et dans les fleuves, 95 % dans les grands fleuves d’Asie


          • Decouz 23 février 18:00

            @joletaxi
            je n’ai pas parlé du recyclage, mais de l’utilisation du plastique dans la commercialisation des produits, il y a aussi ce qui se trouve dans les océans et dans la nature.


          • Decouz 23 février 18:15

            @Decouz
            une partie flotte et est encore visible, une partie va sur les côtes, une partie se dissout en plus petites particules qui sont absorbées par les animaux marins et entrent dans la chaine alimentaire puis absorbées par les humains, menaçant leur santé et leur système immunitaire.


          • I.A. 23 février 19:00

            Mais c’est bien sûr !! Comment n’y ai-je pas pensé plus tôt ??

            ... Qu’on se comprenne, cependant : je suis, comme vous (sauf que vous, ça se voit comme le nez au milieu de la figure !), convaincu que nous polluons par trop cette Belle Maison qu’est la Terre, et qu’il faut que ça cesse... assez urgemment d’ailleurs.

            Mais de là à prendre vos désirs pour des réalités ?! Quand même… !?

            Non seulement il y a encore trop de pétrole, mais figurez-vous que les réserves mondiales ne cessent d’augmenter, les innovations technologiques permettant la découverte et l’exploitation de nouveaux gisements d’accès difficiles !

            Je sais qu’ils ne sont pas très futés – pour ne pas dire franchement cons – mais de là à attendre le Shtok-Paf-Poum-Pic-Pétrolier pour dire « stop ! Que tout le monde vive désormais au rythme des petits vieux, c’est un ordre ! Vos plaisirs seront essentiellement virtuels à partir de… 0, 1 , 3… maintenant !! »

            Je ne sais plus où j’ai lu ça sur Agoravox, donc qu’on m’excuse pour l’emprunt, mais oui, les membres des Conseils Scientifiques, des différents gouvernements occidentaux, ainsi qu’une grande partie des médecins en exercice – ne sont plus que de vulgaires VRP travaillant sous le manteau pour le lobby pharmaceutique, comme d’autres le firent en son temps pour le lobby de la cigarettes (ou le font toujours pour le lobby des armes, aux E-U). Il n’est pas difficile de supposer qu’ils sont très bien rémunérés pour détruire la santé des peuples… !

            C’est l’argent, encore et toujours lui, qui perdra l’humanité. Le pognon, le flouze, le fric...


            • biquet biquet 24 février 09:56

              @I.A.
              Le pic pétrolier, le pétrole facile à extraire, a déjà été dépassé. J’ai assisté à une conférence de l’ancien PDG de Total (décédé). Comment sont attribués les quotas de production au sein de l’OPEP ? Tout simplement par des déclarations des Etats qui font une estimation de leurs ressources restantes. Alors tout le monde surévalue ses ressources afin d’obtenir les quotas de production les plus favorables.


            • Alex Alex 24 février 03:19

              Vous avez peut-être raison, mais du coup est-ce que ça ne procède pas d’une forme de stupidité de la part de ceux qui vendent les renouvelables ? On ne peut pas gagner sur les deux tableaux : soutenir les renouvelables et crier au loup du pic pétrolier (vous n’avez pas évoqué l’Arctique au passage...). Vous ne donnez pas de chiffres, des chiffres qu’on attend depuis longtemps, et qui refletent le coût réel des renouvelables en termes d’énergie fossile. Par ailleurs, oui évidemment ou utilise le pétrole partout, les plastiques, les cosmétiques, .... Et donc oui quand le pétrole, matière organique, disparaîtra il va y avoir un petit problème. C’est assez evident. En ce qui concerne l’énergie en soi, elle est partout, et il n’y a aucune raison de se culpabiliser d’en générer et d’en utiliser toujours plus. C’est une des conditions de la colonisation de l’espace. A moins que vous pensez que l’humanité va soit s’autodetruire intégralement soit se mettre à lire des livres devant un thé bio équitable en chantant kumbaya a la lueur d’une bougie en cire de palme. En gros c’est quoi votre vision suite à ce constat ?


              • Keppeler 24 février 08:22

                @Alex Bonjour : Ma vision est que le virus sert a cacher la grosse M... sous le tapis. Que les ressources planétaires ont été gérées de manière catastrophique. Lorsque on se gare dans un parking, les voitures ont tellement enflé que les places sont si étroites, qu il faut sortir de sa voiture par le coffre arrière. Maintenant c’est trop tard : il va falloir gérer la descente, et le virus est la seule façon qui existe pour gérer cette descente, en confinant tout le monde, (dans les pays développés et/ou fortement dépendants du pétrole) et en fermant tout, en baissant la natalité et en augmentant la mortalite, sans avoir a passer par des guerres. Bien sur, en tant qu’organisme vivant, nous avons cherche a user le plus rapidement possible le plus d’énergie possible. C’est notre forme de vie, et nous n’y pouvons rien. Je n’ai pas de chiffres, car il y a des chiffres partout, mais rien ne garantit qu’ils sont vrais. De toutes façons, ce texte est plus un constat légèrement ésotérique qu’une analyse technique. C’est un ressentit. C’est pourquoi il ne prétend a rien d’autre qu’a prolonger la réflexion chez ceux qui l’ont lu. Comme je le vois dans les commentaires, il y a un rejet fort chez de nombreuses personnes, ce qui est normal, Car le pic pétrolier n’est décidément pas une bonne nouvelle. Et les renouvelables ne sont qu’une façon que notre forme de vie cherche, pour réussir a consommer davantage d’énergie, quand celle ci devient de moins en moins disponible. 


              • yvesduc 24 février 06:40

                Parallèle surprenant mais pas dénué d’intérêt !


                • Keppeler 24 février 08:32

                  @yvesduc
                  Merci ! Je precise que selon de nombreuses sources, le pic est sans doute intervenu en 2019....mais nous ne le saurons definitivement que plus tard.


                • Montag Montag 24 février 11:13

                  [...]Nous avons enfin manipulé les prix, de manière à rendre le pétrole moins cher[...].


                  Aucune manipulation dans la tendance générale à la baisse du prix du pétrole. L’avis de Gail Tverberg est intéressant à ce sujet : https://ourfiniteworld.com/

                  Sinon oui le pic énergétique est en principe juste derrière nous. Fini la croissance économique, à présent place à la descente...


                  • Keppeler 24 février 14:15

                    @Montag En fait, ce n’est pas si simple. Si on devait payer le pétrole, en fonction des services que celui ci nous rend, 500 euros le baril d’énergie pure ne serait pas scandaleux. Imaginez ce que vous pouvez faire avec un litre d’essence : Monter Mamie et toute sa petite famille en haut d’une cote de 3 kilometres dans une voiture de 1 tonne et demie, sans oublier de refroidir tout le monde avec la clim. Mais grâce aux marchés financier, on peut facilement contenir le prix entre deux bornes, a l’aide d’une bonne maitrise a la fois des nouvelles et des médias (par exemple l’opep pense augmenter sa production, ce qui est une nouvelle baissière) et par la maitrise des figures graphiques du cours, ou l’on peut intervenir pour faire monter ou descendre le prix. Nous n’avons jamais payé le prix réel du pétrole, sinon nous n’aurions jamais eu a faire la guerre pour l’obtenir. 


                  • Montag Montag 24 février 15:53

                    @Keppeler

                    Le prix réel du pétrole est celui fixé et échangé sur les marchés financiers, je n’en vois pas d’autre. Oui le pétrole c’est une densité énergétique incroyable et facilement stockable mais son prix réel reste celui fixé par le marché.

                    A 500 euros le baril, il n’y a plus de système économique viable. Le cours du pétrole donne le la pour l’ensemble des énergies. Un cours de pétrole 10x plus chère, cela donne de l’électricité 10x plus chère, des couts de production pour l’industrie 10x plus chère, transport des marchandises 10x + chère, etc.

                    Qui va pouvoir consommer à ce tarif là ? Déjà qu’à 60$ le baril ce n’est déjà pas très brillant... (en comparaison du pouvoir d’achat de la population mondiale)


                  • Keppeler 24 février 16:59

                    @Montag Vous avez raison bien sur, en ce qui concerne le prix du Baril. 500 est disons une valeur d’usage imagée, et nous n’aurions rien pu construire a ce prix la. Mais au début, le pétrole affleurait a la surface, et les fondements de notre civilisation industrielle se sont élevés sur un pétrole extremement abondant et réellement peu cher, c’est au fur et a mesure de sa déplétion, que l’on a été obligé de manipuler les prix.
                    On assimile souvent les marchés a un marché aux poissons, ou c’est le plus offrant qui remporte la mise, a un prix que le pêcheur estime forcement juste, la loi donc de l’offre et de la demande. Le vrai prix.
                    Mais les marchés financiers n’ont rien a voir avec cela.
                    Lorsque vous tradez le pétrole, vous n’êtes absolument pas un acheteur de pétrole et vous ne sauriez pas quoi en faire ! Les grandes institutions financieres, ainsi que des milliers de particuliers ou de petits fonds spéculatifs, representant ensemble un poids considérable, achètent ou vendent du pétrole en fonction des profits qu’ils comptent réaliser a sa revente (en cas d’achat long), ou empruntent ce pétrole a un prix élevé, de manière a le racheter a un prix plus bas, et ainsi spéculer a la baisse, lors d’un short.
                    Ainsi, le prix du pétrole a au final assez peu a voir avec l’offre et la demande, mais plutôt avec le sentiment du marché, la forme des graphiques, et les profits que l’on peut réaliser.
                    Pour en revenir au marché au poisson, c’est comme si ce n’étaient pas seulement les acheteurs de poissons qui proposaient leur prix au pêcheur devant son chalutier, mais tous les gens de la ville, qui se mettraient a parier si le prix va monter ou descendre, en fonction de pleins d’éléments disparates, qui n’ont rien a voir avec l’abondance ou pas du poisson. 
                    Bref, les gens pensent souvent que les marches financiers sont leurs ennemis, mais ils ne se rendent pas comptent que c’est grâce a eux que le prix des matières premières est si bas, et que l’on peut ainsi exploiter la moitié de la planète, sans payer le prix juste ni pour le pétrole, ni pour le sucre, ni pour le café, ni pour le blé, ni pour l’argent, le platine, le nickel ou l’or, ni pour rien en fait de ce qui fait le cout réel de nos vies.


                  • pierrot pierrot 24 février 11:41

                    Le pic de production d’hydrocarbure est variable car il est le reflet du niveau des ressources de ces dits hydrocarbures.

                    Mais ces ressources dépendent du prix d’achat de la ressource.

                    Lorsque le prix du pétrole augmente, les huiles de schistes deviennent rentables ainsi que les extractions en très grandes profondeur et d’autres origine (sables bitumineux etc.) mais à un cout d’extraction et donc de vente plus élevé.

                    C’est la même chose pour les métaux : zinc, cuivre, aluminium, uranium, fer, nickel etc. dont les ressources dépendent aussi du cout d’achat et de l’évolution technique.

                    Par exemple pour l’uranium aux prix bas actuels les mines ferment et le « pic » serait dans 40 ans, avec une augmentation du prix, les mines nouvelles s’ouvrent et le « pic » est de 60 à 80 ans, avec le recyclage de combustible MOX c’est plusieurs siècles, avec les surgénérateurs nucléaires c’est quelques milliers d’années, avec la fusion nucléaire c’est quelques millions d’années (lithium et tritium très abondants, quasi inépuisables.

                    ETC.


                    • Florian LeBaroudeur Florian LeBaroudeur 24 février 12:53

                      @pierrot

                      Vous oubliez l’EROI, le taux de retour énergétique. Quand il faut utiliser de l’énergie pour extraire autant d’énergie, alors cela n’a plus aucun intérêt.
                      Combien faut-il de carburant pour aller extraire du pétrole dont la grande majorité des découvertes actuelles se trouvent à plusieurs kilomètres sous terre ou au fond des océans ?
                      Sans oublier la loi de la thermodynamique, plus une machine est performante, plus elle consomme.
                      Le nucléaire lui-même a besoin de pétrole.


                    • pierrot pierrot 24 février 13:49

                      @Florian LeBaroudeur

                      Il n’y a pas de problème d’énergie à long terme, mais des crises économiques.

                      Le solaire (thermique et photovoltaïque), le nucléaire avec surgénération et de fusion (deutérium/tritium), la géothermie est inépuisable mais à couts variables à long terme.


                    • Géronimo howakhan Géronimo howakhan 24 février 12:00

                      Salut, ce coup d’état en cours est mal en point, malgré qu’il paraisse tres fort, eux là haut savent que ils mentent sur 95% de ce qui est dit et affirmé, et de suite là ne voient pas comment se sortir de cette merde sans être arrêtés et juger façon Nuremberg mais cette fois ci sans article 19 et 21..je sais le Nuremberg médical avait une base différente.Comprenne qui pourra, enfin voudra .

                      Il est donc grand temps de faire pression sur d’autre point de pression sur les masses....

                      Celui ci pic ou pas en est un...surtout que le climat froid fait que cette petiote c...... de Greta ne sort pas de chez ses parents donc pas possible de jouer cette carte, attendre le moi d’août et les « moustoques » il faut..

                      Dans une humanité intelligente ( rien à voir avec un QI) donc en paix donc qui en a finie avec la compétition qui élimine entre tous et est donc juste, coopérative, partageuse, équitable etc bien sur volontairement, ce que quasiment personne ne veut si tant est que cela soit même compris, sautons donc de la falaise est notre devise, dans une telle humanité tout probleme solvable l’est, en harmonie et paix...

                      mais dans une humanité qui par choix millénaires à la con, genre y’a un précipice sautons dedans, genre tous en compétition donc en conflit donc on s’élimine, etc donc qui par choix est devenue débile et perverse entre autre, mais aussi mauvaise, en souffrance etc tout probleme devient majeur et insoluble même si il est mineur car ce qui est en jeu est de garder cette oppressante société verticale de valeur financière qui écrase et détruit...le reste importe peu..

                      dans une telle humanité alors si pic il y a , ce qui n’est pas du tout prouvé, or dans tout sujet concret la preuve définitive doit être là, admettons, il est alors indispensable de rallumer des contre feux pour essayer de sortir ce guêpier de coup d’état menteur où se sont fourrés les crétins arrogants qui nous gouvernent...avec un QI de 10 ou de 1000 un crétin le reste..avec un QI de 10 un humain intelligent, je sais c’est un mythe mais supposons, un humain intelligent avec un QI de 10 le reste...et il est donc en paix avec lui et avec les autres...donc il sait vivre, nous ? pas du tout, ou plus exactement plus du tout

                      Nous avons cru au QI, encore une erreur ce n’est que un moyen..l’essentiel du fait de vivre est ailleurs bien sur..

                      respects et robustesse sed etiam alea jacta est..

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Keppeler


Voir ses articles



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité