• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Pierre Janet et la page blanche d’Etienne Bonnot de Condillac

Pierre Janet et la page blanche d’Etienne Bonnot de Condillac

Pierre Janet nous a donc expliqué que, pour pratiquer la psychologie expérimentale, il est nécessaire de faire varier les phénomènes à observer chez les individus et donc les conditions dans lesquelles ces phénomènes peuvent être produits. 

Que le haschich ait pu être utilisé à cette fin par Moreau (de Tours), cela ne semble pas l’enchanter particulièrement. Pour sa part, il a trouvé autre chose :
« […] il est un état facile à provoquer et qui n’est point dangereux, dans lequel les modifications morales sont obtenues très aisément et que Moreau aurait préféré à tout autre s’il l’eût bien connu, c’est l’état de somnambulisme provoqué.  » (L’automatisme psychologiqueIntroduction)

Evoquant quelques-uns de ces prédécesseurs sur ce terrain, Janet écrit :
« Les sujets sur lesquels ces études ont été faites étaient presque tous, sauf des exceptions que nous signalerons, des femmes atteintes de maladies nerveuses plus ou moins graves, particulièrement de cette maladie très variable que l’on désigne sous le nom d’hystérie. » (Idem, Introduction)

Nous sommes donc indirectement reconduit(e)s à Freud, mais dans un contexte complètement différent : lui ne cherchait pas à mettre en oeuvre tel ou tel phénomène… Il avait toutes les peines du monde à trouver le moyen de remédier aux variations d’une symptomatologie qui ne lui devait rien…

Mais Pierre Janet – qui n’est pas médecin et qui ne souhaite pas l’être – a donc trouvé ce qu’il lui fallait :
« Ces névroses, ayant comme caractère principal une grande instabilité mentale, nous offrent, et par les accidents naturels qu’elles occasionnent et par la prédisposition au somnambulisme qu’elles engendrent, le champ le plus favorable aux études expérimentales de psychologie et surtout aux études sur l’automatisme. » (Idem, Introduction)

Ayant sélectionné vingt-sept individus (donc cinq hommes), il va se concentrer sur les sujets véritablement les plus intéressants et, en quelque sorte, les plus fiables :
« […] la plupart des faits signalés ont été décrits d’après quatre sujets principaux que nous désignons par des prénoms plutôt que par des lettres, Léonie, Lucie, Rose et Marie  » (Idem, Introduction)

Nous quittons alors l’Introduction pour entrer aussitôt dans la question de la définition des outils théoriques à utiliser en présence du matériel humain si libéralement mis à la disposition de ce chercheur qui porte les espoirs de quelques-uns de ses grands anciens parmi lesquels nous avons vu qu’il fallait compter Jean-Martin Charcot… dont nous savons comment, dans son propre pays, Sigmund Freud n’a pas hésité à longtemps porter la bannière au détriment de ses intérêts professionnels et même carrément vitaux.

Pierre Janet prend immédiatement appui sur ce qu’il y a alors sans doute de plus solide en France du point de vue des fondements philosophiques de l’expérimentation psychologique telle qu’il souhaite la pratiquer :
« Condillac, lorsqu’il entreprit d’analyser l’esprit humain, imagina une méthode ingénieuse pour éclaircir et simplifier un peu les phénomènes si complexes qui se présentent à la conscience. Il supposa une statue animée capable d’éprouver toutes les émotions et de comprendre toutes les pensées, mais n’en ayant aucune au début, et, dans cet esprit absolument vide, il voulut introduire chaque sensation l’une après l’autre et isolément. » (L’automatisme psychologique, page 27)

Page blanche… On sent immédiatement que René Descartes est un peu passé par là… Mais Pierre Janet ne s’y trompe cependant pas :
« Malheureusement cette méthode théoriquement si belle était complètement impraticable, car le philosophe ne possédait pas la statue dont il parlait et ne savait pas réduire une conscience à ses phénomènes élémentaires. » (Idem, page 27)

Or, c’est ici que se produit un rebondissement tout à fait inattendu :
« Eh bien, l’expérience que rêvait Condillac et qu’il ne pouvait essayer, il nous est possible aujourd’hui de la réaliser presque complètement. Nous pouvons avoir devant les yeux de véritables statues vivantes dont l’esprit soit vide de pensées et, dans cette conscience, nous pouvons introduire isolément le phénomène dont nous voulons étudier le développement psychologique. » (Idem, page 28)

Nous pressentons aussitôt que Léonie, Lucie, Rose et Marie vont y être pour quelque chose…

NB. Pour comprendre comment ce travail s'inscrit dans une problématique générale de lutte des classes...
https://freudlacanpsy.wordpress.com/a-propos/


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (2 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 2 mars 2018 12:59

    Le somnambulisme comme les cas d’amnésies totales (Les voyageurs sans bagages) m’ont toujours fascinées. Mais ils sont de moins en moins fréquents. Par contre, il paraît que je parle beaucoup la nuit. Devrais mettre un enregistreur, mais cela coûte un peu cher,...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès


Derniers commentaires