• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Pitié ! Ne votez pas Hollande au premier tour !

Pitié ! Ne votez pas Hollande au premier tour !

Revenons aux élections de 2007.

 Il y a bien dû y avoir alors, comme aujourd’hui sur Agoravox, des débats passionnés entre pro et anti Sarkozy. Chacun défendant son favori. Il y a certainement eu de longs articles expliquant « Pourquoi je vais voter Sarkozy », écrits d’une main digne par des gens éduqués et conscients. Il y a tout de même eu en France 53,6% d’électeurs qui ont trouvé Sarkozy formidable, quel mec moderne avec tellement d’allant, d’énergie, de bonnes idées, de belles phrases ! Et quand on leur disait : « Attention c’est une taupe de l’Otan qui vendra notre pays à la Finance », on se faisait traiter de fou. 

Ils l’ont sous les yeux maintenant leur Sarko. A poil. Sans sa rollex.

 Et alors ?

Comment se fait-il qu’il n’y ait pas des ex-Sarkozistes honnêtes pour se couvrir de cendre et se promener dans les rues en se jetant à terre tous les trois pas comme les pèlerins tibétains ? C’est tout de même leur vote qui nous a mis dans un tel marasme ! C’est tout de même leur absence totale de jugeote, leur refus d’apprendre les leçons du passé, de voir qui était Sarkozy, cet ambitieux sans foi ni loi, d’où il venait, comment il était arrivé au pouvoir, c’est tout de même cette non-volonté d’aller au-delà d’une impression et de beaux discours qui nous ont fait perdre des milliards et ont jeté notre pays dans la guerre et le chômage ! Merci les électeurs de Sarkozy !

Et à présent rebelote !

On a beau dire sur tous les tons qu’Hollande ne vaut pas mieux, qu’il est le candidat de la finance, qu’il ne va pas tenir trois mois sans céder à ses maîtres, lesquels, le clan DSK-Fmi en tête, le tiennent au chaud, non, rien n’y fait.

Les fadaises qu’on peut entendre sont les mêmes que celles qui ouvraient un boulevard à Sarkozy : « C’est un rassembleur, c’est un homme de gauche, c’est lui qui décide. »

 Mes pauvres amis, mes pauvres agneaux…

Vous recommencez comme en 2007 ! Vous allez, comme en 2007 vendre notre pays parce que vous ne savez pas vous extirpez de schémas dépassés (Hollande est de gauche. La gauche est bonne pour le peuple.) Non !

Le reproche le plus noir que j’adresserai au parti « socialiste », parti de centre-droit, c’est cet abus de confiance, ce mensonge éhonté qui consiste à porter un nom qui ne représente en rien ses opinions. Qu’ils changent de nom ! On ne dit pas qu’on est végétarien quand on vend de la viande à la cave !

Mais vous n’avez pas d’yeux les Hollandais ? Vous ne savez pas tirer les conclusions de l’abstention du PS au Sénat pour le MES ? Là, ils ont laissé glisser leur culotte sur les chevilles ! Ils se baladent en petite tenue ! Ils sont comme ces prisonniers dont on nous dit qu’ils ont lancé la mode des pantalons à mi-fesses parce que cela signifiait qu’ils étaient offerts à toutes les volontés !

Vous ne voyez pas que cette campagne est trafiquée avec des sondages qui vous disent depuis le début : « C’est Hollande ! Votez Hollande ! » (Parce que le refrain « C’est DSK ! Votez DSK », manque de bol, il est resté en rade sur la moquette du Sofitel.) « Si vous voulez quitter Sarkozy, choisissez Hollande ! Il est en tête ! Attention il est un peu moins en tête ! ». Et la une de Libé, hier, avec le Pen pour faire peur aux électeurs de Mélenchon !

 Vous ne les voyez pas à la manœuvre, les medias alignés, avec leurs gros sabots ? Que hier, le meeting de Mélenchon à Paris devant 60 000 personnes n’ait été retransmis sur aucune chaîne, vous, les grands démocrates, ça ne vous questionne pas ? Que ce matin sur France Inter ils parlent des meetings de Bayrou , de Hollande et ce soir de Sarkozy, sans un mot pour la porte de Versailles, c’est normal en démocratie ?

Ils vous ont beurré la cervelle avec ça « vote utile » et c’est vrai que pour les marchés, Hollande est un vote utile !

 

Ne vendez pas notre pays aux marchés parce que vous avez la flemme de réfléchir, de vous renseigner. Vous ne voyez pas que votre candidat est porté par la presse du lobby des armes, ça ne vous met pas la puce à l’oreille ? Vous ne voyez pas que son porte-parole est Valls, l’Atlantiste, le premier « socialiste » à avoir déclaré qu’il était pour la règle d’or ? Vous ne voyez pas qu’ils sont copains avec tous les gouvernements « socialistes » d’Europe qui font crever leur peuple dans la rue ! Vous ne savez pas qu’en Espagne Jorge Fernandez Diaz, le ministre de l’Intérieur, propose que le fait d’organiser des rassemblements protestataires par internet soit qualifié de « délit de participation à une organisation criminelle ? Qu’une autre propositions est de qualifier la résistance passive ou fortement active de « délit d’attentat contre l’autorité » ? Vous ne la voyez pas venir leur dictature ? Et vous allez voter pour eux !

http://realinfos.wordpress.com/2012/04/17/la-sentez-vous-approcher-la-vague/

-Oui, je veux éviter le Pen !

Mais elle est en carafe le Pen ! Grâce à Mélenchon !

-Oui, mais je veux éviter Sarkozy !

Mais il est en rade, Sarkozy !

Au fait, pourquoi ne voulez-vous pas le dire nettement, vous qui allez voter Hollande au premier tour, que vous n’êtes pas plus de gauche que lui. Que vous êtes centriste. Que le peuple, ça vous fait peur. Que Mélenchon il est un peu too much . Là on comprendrait ! Il n’y aurait plus rien à dire !

 

Que c’est lassant de savoir et d’avoir raison ! Je me retrouve avec ce désespoir horrible des jours qui ont suivi l’élection de Sarkozy et je me dis : « Ca va recommencer ! Encore une clique au pouvoir alors qu’un candidat a pour slogan : « Prenez le pouvoir ! » « Le pouvoir au peuple ! » Et eux ils vont voter pour quelqu’un dont le slogan est « Votez pour l’oligarchie ! »

 Et il faudra supporter leur contrition pendant des années quand on roulera dans l’enfer du libéralisme à qui ils auront donné les clefs de nos vies. Ce n’est pas possible !

Mais à ce moment-là, ils auront une réponse toute trouvée : « C’est la crise ! »

Ils s’en excusent avec Sarkozy, ils s’en excuseront avec Hollande et quand le front de gauche sera sur les barricades, ils seront chez eux à attendre qu’on fasse le boulot pour eux qui ne savent que voter sans réfléchir. Et dire « C’est la crise » ! Oui, c’est la crise de la pensée, de l’intelligence.

 

Oui, je suis vénère.

J’ai le ventre noué.

Vous allez me dire que je m’y prends mal avec les Hollandais . Que je les secoue trop. Qu’ils vont se vexer. Mais les bonnes manières de l’archiduchesse dont les chaussettes sont sèches c’était dans une autre vie ! Ils ont fait des études, bon sang ! Ils sont capables de lire ! On ne les fait pas voter en signant avec leur pouce !

Et s’il n’y avait aucune alternative !

Mais le destin leur offre, à eux qui sont de gauche, un véritable homme de gauche. En ces temps de retour à la barbarie, c’est comme trouver un diamant dans les égouts ! Il suffit de lire et d’écouter pour comprendre. C’est une chance pour notre pays et notre monde. Elle ne se reproduira pas avant dix mille ans car elle est insensée !

Un homme de gauche a cavalcadé des profondeurs de l’anonymat jusqu’à la place de Bastille, un homme sans concession aucune, prônant un amour des uns et des autres qui a gommé tous les relents de racisme, qui promet un avenir à tous, un homme sain dans un monde fou et vous ne voteriez pas pour lui ?

Oh ! Les Ponce-Pilate, elles ne sont pas usées, vos mains, à force de les laver à travers les siècles des siècles ?

 

Pitié les Hollandais de bonne foi ! Les Hollandais qui ont encore le coeur à gauche ! Votez Mélenchon au premier tour ! Il est assez haut votre candidat. Il ne risque rien. Donnez une chance à la gauche véritable, rejoignez-nous sur la dernière barricade ! Ne tremblez pas !

Et surtout pensez au second tour.

Car si les candidats en présence sont Sarkozy-Hollande et si Hollande continue à le prendre de haut avec le Front de Gauche, ajoutant 2euros par ci, puis 40 euros en une nuit parce qu’il faut acheter des voix, il perdra beaucoup. Ce sont des purs, des passionnés, les Front de Gauche, et les magouilles politiciennes, ça n’est pas tellement leur fort.

Mélenchon leur dira de voter Hollande ?

Voilà, à ce sujet, sa dernière déclaration :

Lui et moi représentons deux visions de la gauche. Il est candidat, je suis candidat. Je m’inclinerai devant la décision des urnes. Une fois élu, il nous dit qu’il fera ce qu’il veut. Très bien. Mais quand la finance va attaquer, sur qui s’appuiera-t-il ? Sur l’appareil institutionnel ? Ou sur les dynamiques populaires ? Comment les créer s’il ne donne pas à la population les moyens de respirer ? Mais si on réussit à battre Sarkozy, sa défaite sera un encouragement pour le mouvement social et il va rebondir. Et dans l’Europe entière. Hollande le sait. Il abuse de la situation car il a conscience qu’en majorité, les gens qui votent Front de gauche voteront à gauche le 6 mai. Si c’est lui le candidat je lui dis : débrouille-toi pour les convaincre.

Et ça, ça n’est pas gagné, M. Hollande.

 

Votez Mélenchon et le second tour sera Hollande-Mélenchon et là nous aurons, visage contre visage, parole contre parole, projet contre projet, les débats qui nous ont été volés !

Ne nous faites pas rater ça !

Et si c’était Sarkozy qui l’emportait ? Il n’aurait pas de majorité. Il ne pourrait rien faire sinon prendre Mélenchon comme premier ministre.

 

 La gauche a gagné ! Vous comprenez cela ?

 Dès à présent la vraie gauche a gagné grâce à la campagne fulgurante de Mélenchon, réveillant dans la France entière les socialistes désespérés, les abstentionnistes endormis, les gens de droite amoureux de justice, tout un peuple qui se retrouve malgré les medias qui l’ont écarté du débat démocratique. Pas de bâillon pour le cri du peuple ! 

Ne laissez pas passer l’histoire devant vous en disant : « Je n’ai pas compris ! »

 

Ce matin le Japon annonce qu’il arrêtera ses derniers réacteurs nucléaires le 6 mai. http://www.stumbleupon.com/su/71hV9c/inhabitat.com/japan-to-shut-down-last-operating-nuclear-reactor-on-may-6th/&nbsp ;

Un nouveau monde commence. Embarquez ! Le poids des fautes est trop lourd pour qu’il n’engendre pas, inévitablement, les talons touchant le fond, le souffle étant près d’exploser, l’élan vers l’air et la lumière. Un peu de conscience, un peu de morale, un peu d’humanité !

C’est à portée de main !

Offrons-nous, nous les Français que le monde entier regarde : un second tour : Hollande-Mélenchon !

 

Et que le meilleur gagne !

 

Cadeau : le meeting de Mélenchon à Paris. Un moment de grandeur et de communion populaire comme vous n’en avez jamais vu. (On n’en parle pas à la télé !)

Photo : Stéphane Burlot. Place au peuple.


Moyenne des avis sur cet article :  3.93/5   (199 votes)




Réagissez à l'article

444 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 20 avril 2012 12:43

    Perso, je réfléchis à mon vote en fonction de mes idées et de mes convictions, pas en fonction de l’hypothétique score du parti pour lequel j’ai porté mon choix. Je soutiens avec force que si chacun raisonnait de cette manière, les scores du PS et de l’UMP seraient bien inférieurs à ceux attendus..........
    http://2ccr.unblog.fr/2012/04/14/pourquoi-jirai-voter-pour-le-npa/


    • xray 20 avril 2012 16:21


      Dans les dix candidats qui se présentent,  il y en a deux pour lesquels il ne faut surtout pas voter.  
      Naturellement, les électeurs vont suivre les médias et vont se précipiter pour élire un des ces deux candidats.  

      Se sortir de l’Europe ! Et, vite ! 
      http://n-importelequelqu-onenfinisse.hautetfort.com/archive/2010/06/30/se-sortir-de-l-europe-et-vite.html 

      Les tueries de Montauban-Toulouse 
      (Une tricherie électorale à l’américaine) 
      http://n-importelequelqu-onenfinisse.hautetfort.com/archive/2012/04/10/mohamed-merah-une-tricherie-electorale-a-l-americaine.html 




    • Jean_R Jean_R 20 avril 2012 16:45

      @ ROBERT GIL Tes copié collé ça suffit. La peste soit des pollueurs/spammeurs. Tes propos manquent-ils de fond à ce point que tu doives les placarder partout de peur de ne pas convaincre ?


    • bigglop bigglop 20 avril 2012 19:58

      Bonsoir à tous,
      Je souhaite ardemment qu’au soir du 6 mai, nous n’ayons pas dire le sinistre TINA, autrement dit There Is No Alternative de M Thatcher et repris par superMario Draghi quand il affirmait que le modèle social européen était mort

      L’interview de Mario Draghi par le WSJ

      Questions & Réponses : au Président de la BCE, Mario Draghi

      Mario Draghi, le président de la Banque centrale européenne, a accordé une interview à Brian Blackstone, Matthew Karnitschnig et Robert Thomson, du Wall Street Journal, le 22 février, sur l’importance de l’austérité en Europe, le plan de sauvetage de la Grèce et la récente décision de la BCE de refuser toute perte sur son portefeuille obligataire grec.

      Wall Street Journal : Combien de tours de batte [O.B. : = image empruntée au baseball ; en français on parlerait de manches ou de mi-temps] faudra-t-il avec la Grèce avant que nous sachions si nous en sommes enfin à la résolution qui mettra fin à toutes les résolutions ?

      Mario Draghi : Je ne connais pas le baseball. Mais si nous n’avions pas finalisé ce package, on aurait cessé de jouer. Donc, ce pourrait être le début d’un nouveau monde pour la Grèce où les problèmes de financement en suspens ont été réglés. Maintenant, les réformes devront être adoptées. Le gouvernement grec a pris des engagements très sérieux en termes de politique fiscale et dans le domaine des politiques structurelles. Mais il y a des risques concernant leur mise en œuvre et à cause des élections qui approchent. L’Eurogroupe a calculé des probabilités raisonnables de réussite du programme si les mesures, en particulier les mesures structurelles, sont entreprises.

      Aussi on peut voir qu’il y a une prise de conscience différente dans l’opinion publique grecque, dans la mesure où ce qui se passe est douloureux, mais nécessaire. Les personnes, qui sont favorables au défaut, à l’inflation ou encore à la sortie de l’euro ne semblent pas largement majoritaires en Grèce.

      WSJ. : Pensez-vous que la phase aiguë de la crise est passée ? Nous n’avons pas observé cette semaine, lorsque la transaction a été décidée, le genre d’exaltation que nous avions pu remarquer avec les plans précédents.

      M.D. : Il est difficile de dire si la crise est terminée. Penchons-nous sur les changements positifs des derniers mois. Il y a une plus grande stabilité des marchés financiers. De nombreux gouvernements ont pris des décisions concernant l’assainissement budgétaire et les réformes structurelles. Nous avons un pacte budgétaire où les gouvernements européens commencent à se libérer de la souveraineté nationale dans l’intention commune d’être ensemble. Le système bancaire semble moins fragile qu’il ne l’était il y a un an. Certains marchés obligataires ont rouvert leurs portes.

      Mais la reprise se déroule très lentement et reste sujette aux risques baissiers. Je suis surpris aussi qu’il n’y ait pas d’exaltation après l’adoption du package, ce qui signifie sans doute que les marchés veulent voir la mise en œuvre des mesures politiques.

      WSJ. : Quand vous regardez le descriptif des risques du package et l’accord, quel est le plus grand risque ? Celui découlant de la rue grecque, ou celui résultant d’une absence de croissance en Grèce ?

      M.D. : En fin de compte il semble que le plus grand risque soit le manque de mise en œuvre. Certaines mesures visent directement à améliorer la compétitivité et la création d’emplois. D’autres prévoient une consolidation budgétaire radicale. Les deux sont très complémentaires pour assurer un retour à la croissance après la contraction inévitable de l’activité économique.

      WSJ. : Mais certaines personnes [sic.] disent que la Grèce souffre vraiment de conditions similaires à la dépression, avec un écart de PIB de 15% ou 16% depuis le pic. Quel est votre point de vue sur ces politiques d’austérité dans la stratégie plus globale du moment, ce qui oblige à l’austérité à tous les niveaux de coûts afin de réduire les déficits budgétaires ?

      M.D. : C’est effectivement une question d’ordre général sur l’Europe. Existe-t-il une alternative à l’assainissement budgétaire ? Dans notre cadre institutionnel, les ratios dette/PIB étaient excessifs. Il n’y avait pas d’alternative à l’assainissement budgétaire, et nous ne devrions pas nier que c’est récessif à court terme. À l’avenir, il y aura ce que l’on appelle la voie de confiance, qui va réactiver la croissance, mais ce n’est pas quelque chose qui se produit immédiatement, et c’est pourquoi les réformes structurelles sont si importantes, parce que la contraction à court terme ne sera remplacée par une croissance durable à long terme que si ces réformes sont en place.

      WSJ. : L’austérité signifie des choses différentes, alors qu’est-ce qu’une bonne et qu’est-ce qu’une mauvaise austérité ?

      M.D. : Dans le contexte européen, les taux d’imposition sont élevés et les dépenses publiques se concentrent sur les dépenses courantes. Une “bonne” consolidation est celle où les impôts sont plus bas et les dépenses réduites du gouvernement portent sur ​​les infrastructures et autres investissements.

      WSJ. : et la mauvaise austérité ?

      M.D. : La mauvaise consolidation est en fait la plus facile à obtenir, parce que l’on pourrait produire de bons chiffres en augmentant les impôts et réduire les dépenses en capital, ce qui est beaucoup plus facile à faire que de couper dans les dépenses courantes. C’est la voie facile en un sens, mais ce n’est pas une bonne solution. Cela déprime la croissance potentielle.

      WSJ. : Quelles sont, selon vous les réformes structurelles les plus importantes ?

      M.D. : En Europe ce sont d’abord les réformes des marchés des produits et des services. Et la seconde est la réforme du marché du travail qui prend des formes différentes selon les pays. Dans certains d’entre eux il faut rendre les marchés du travail plus flexibles également plus équitables que ce qu’ils ne le sont aujourd’hui. Dans ces pays, il existe un double marché du travail : très souple pour la partie jeune de la population, où les contrats de travail sont de trois mois, six mois, des contrats qui peuvent être renouvelés pendant des années. Le même marché du travail est très rigide pour la partie protégée de la population, où les salaires suivent l’ancienneté plutôt que la productivité. Dans un sens, les marchés du travail à l’heure actuelle sont injustes dans un tel contexte, car ils mettent tout le poids de la flexibilité sur la partie jeune de la population.

      WSJ. : Pensez-vous que l’Europe va devenir moins sociale que le modèle qui l’a définie ?

      M.D. : Le modèle social européen est déjà mort, quand nous voyons les taux de chômage des jeunes qui prévalent dans certains pays. Ces réformes sont nécessaires pour accroître l’emploi, l’emploi des jeunes en particulier, et donc les dépenses et la consommation.

      WSJ. : L’emploi à vie …

      M.D. : Vous savez qu’il y a eu une époque où (l’économiste) Rudi Dornbusch avait coutume de dire que les Européens étaient si riches qu’ils pouvaient se permettre de payer tout le monde pour ne pas travailler. Ce temps est révolu.

      WSJ. : Avec la Grèce il y a eu beaucoup de concentration sur la réalisation des objectifs numériques. Maintenant, si vous prenez des pays comme le Portugal ou l’Espagne, s’ils parviennent à réaliser ces grandes réformes économiques structurelles, devraient-ils être aussi concentrés sur la satisfaction d’objectifs de déficit spécifiques ?

      M.D.  : Il n’y a pas de compromis possible entre les deux. L’assainissement budgétaire est inévitable dans la présente configuration, et il donne le temps nécessaire aux réformes structurelles. Faire marche arrière sur ​​les objectifs budgétaires serait provoquer une réaction immédiate du marché. Les spreads souverains et le coût du crédit vont augmenter. Nous avons tous connu cela.

      WSJ. : Pensez-vous que le Portugal aura besoin d’un autre plan de sauvetage ?

      M.D. : Non, nous considérons que le programme est sur la bonne voie.

      WSJ. : Où voyez-vous le marché interbancaire aujourd’hui ? Est-il guéri ? Est-il encore dysfonctionnel ?

      M.D. : Ce que nous avons vu c’est qu’après la première opération de refinancement à plus long terme, le marché obligataire senior non garanti a rouvert. Dans les deux derniers mois, nous avions quelque chose comme 40 Md€ de nouvelles émissions, ce qui est aussi à peu près autant ou plus que dans les six derniers mois. Nous avons également vu 30 Md€ de nouvelles émissions d’obligations couvertes. Mais pour que les marchés interbancaires fonctionnent, nous avons besoin d’un retour à la pleine confiance en contrepartie. Nous pouvons régler les aspects de liquidité du problème. Mais c’est alors que les perspectives de croissance doivent prendre la relève. Après un quatrième trimestre très faible, l’activité économique dans la zone euro se stabilise progressivement à des niveaux faibles.

      WSJ. : Il semble pourtant aussi que le crédit s’est tari en Espagne, en Italie et ailleurs.

      M.D. : Notre dernière enquête sur le crédit bancaire a été effectuée entre le moment où la première LTRO (opération de refinancement à plus long terme) a été décidée et le moment où elle a été exécutée, et ne donne donc qu’une image partielle de ce qui se passe. Cette image n’a pas été positive. Le crédit était resserré sur toute la zone euro à des degrés divers d’intensité, et de façon plus spectaculaire dans les régions méridionales. Nous devons nous demander pourquoi il en est ainsi. L’opération LTRO (en décembre) a atteint 490 Md€. Le retour des liquidités à court terme du système bancaire avant la LTRO était d’environ 280 Md€, de sorte que l’injection nette s’est seulement montée à 210 Md€. Et les obligations bancaires venant à échéance au premier trimestre étaient également d’environ 210 Md€. Par conséquent, il est probable que les banques ont tout simplement racheté leurs propres obligations venant à échéance. Nous avons évité un resserrement encore pire du crédit.

      WSJ. : Seriez-vous prêt à faire plus, ou plus d’opérations de refinancement en cas de besoin ?

      M.D. : Vous savez comment nous répondons à ces questions. Nous ne prenons jamais d’engagement précoce.

      WSJ. : La BCE a protégé ses avoirs en obligations grecques en échangeant des obligations pour de nouvelles. Des analystes disent que la BCE devrait subir le même sort qu’ont subi les détenteurs d’obligations du secteur privé. Quelle est votre réaction à cela ?

      M.D. : Le Programme de Marché des Valeurs mobilières (SMP) a acheté ces obligations parce que les canaux de transmission des politiques monétaires ont été brisés. L’achat de ces obligations a été effectué pour des raisons d’intérêt public. Aussi les gens ont tendance à oublier que cet argent de la BCE n’est pas de l’argent privé. C’est de l’argent public, ce sont des capitaux que la BCE s’est engagée à protéger, c’est l’argent des contribuables.

      WSJ. : Est-ce que cela réduit l’impact des futurs achats, ou êtes-vous prêts à réduire progressivement le SMP ?

      M.D. : Le fonds de SMP sont de petite taille si on les compare à la taille des marchés obligataires européens, et les interventions sont devenus de plus en plus rares, ces derniers temps.

      WSJ. : Pouvez-vous exclure les restructurations de la dette à venir ? Certains analystes disent qu’un pays comme le Portugal pourrait en avoir besoin.

      M.D. : Nous sommes confiants sur le fait que les pays de la zone prendront des mesures appropriées et que les objectifs de leurs programmes sont réalisables et réalistes.

      WSJ. : Il y a eu de nombreuses discussions quant à savoir si les Chinois vont s’impliquer, si la Chine va acheter des obligations. Que pensez-vous de la participation institutionnelle chinoise sur les marchés financiers européens ?

      M.D.  : Jusqu’ici, je ne vois aucune participation officielle sur les marchés financiers publics européens. Il y a eu beaucoup de discussions et de conversations. J’en entends parler, mais je n’ai vu aucun investissement officiel sur les marchés financiers européens.

      WSJ. : Au cours de la dernière année deux hauts responsables allemands de la BCE ont démissionné. Le président actuel de la Bundesbank s’est opposé à l’échange d’obligations et a parlé des risques associés aux opérations de refinancement à trois ans. Y a-t-il un risque que l’Allemagne soit isolée au sein de la BCE ?

      M.D. : Le vote pour les opérations de refinancement à trois ans a été unanime. Étant donné la nature particulière de la BCE, l’un de mes objectifs est que nous ayons, tant que possible, un consensus. Nous devons faire les bons choix, et nous devons les faire ensemble.

      WSJ. : Quand on regarde la crise de la dette depuis l’extérieur, les gens voient toutes ces réunions de crise et même si l’Europe a beaucoup de richesses, elle ne semble pas être en mesure de canaliser l’argent et a dû s’en remettre trois fois au FMI. Que voulez-vous dire aux non-Européens ? L’Europe semble être un risque majeur et ne semble pas pouvoir résoudre ses problèmes toute seule.

      M.D. : Je n’aurai pas un point de vue si négatif. Beaucoup de choses ont eu lieu en Europe depuis un an et demi. L’Europe est composée de différents pays : des pays qui possèdent des conditions initiales de dette forte, des pays à faible croissance et des pays à faible dette et à forte croissance, et se pose alors la question fondamentale de savoir comment nous allons faire une union budgétaire. Nous ne pouvons pas avoir un système qui vous permette de dépenser ce que vous voulez, puis demander d’émettre une dette commune. Vous ne pouvez pas avoir un système où vous dépensez et où je paie pour vous. Avant de passer à une union financière, nous devons avoir en place un système où les pays peuvent montrer qu’ils peuvent se tenir debout seuls. Et c’est la condition sine qua non pour que les pays fassent confiance aux autres. Ce soi-disant traité budgétaire est en fait une réalisation politique majeure, car c’est le premier pas vers une union fiscale. Il s’agit d’un traité par lequel les pays perdent une part de souveraineté nationale dans le but d’accepter des règles budgétaires communes qui sont particulièrement contraignantes, d’accepter la surveillance et d’accepter d’avoir ces règles inscrites dans leur Constitution afin qu’elles ne soient pas faciles à changer. Donc, c’est le début.

      WSJ. : Vous êtes en fonction depuis maintenant quatre mois. Y a-t-il quelque chose qui vous a surpris ? Regrettez-vous d’avoir pris ce travail ?

      M.D. : Vous le dirais-je si c’était vrai ? Non, je ne regrette pas d’avoir pris ce travail. J’ai été membre du Conseil d’administration pendant six ans, alors certes cette nouvelle partie du poste est axée sur le mécanisme interne de la BCE. Mais des décisions de politique monétaire et les décisions connexes ont fait partie de mes fonctions, même avant, parce que nous avons partagé des décisions qui ont été prises dans le passé.

      WSJ. : Vos premiers mois à la tête de la BCE ont été marqués par beaucoup d’activité. La BCE peut-elle faire beaucoup plus quand il s’agit de la stabilité financière et la croissance économique ? A-t-elle fait à peu près tout ce que faire se peut ?

      M.D.  : Ce que je vais dire ne concerne que les futures décisions de politique monétaire. Par son mandat principal, la BCE fera tout son possible pour assurer la stabilité des prix à moyen terme et il est de la compétence du traité de favoriser la stabilité financière.

      WSJ. : Quelle est les premiers chiffres vous regardez le matin ?

      M.D. : les marchés boursiers.

      WSJ. : Vous regardez le taux de change de l’euro ?

      M.D. : Pas au petit matin.

      Source : Wall Street Journal



    • Croa Croa 21 avril 2012 00:57

      C’est pour ça que ça fait plus d’un an qu’ils construisent ce second tour Hollande-Sarkozy (sur les plans initiaux c’était DSK-Sarkozy). Au départ les sondages étaient pure construction, puis l’effet mouton agissant c’est plus réel que jamais !

      Bien sûr que si les Français osaient suivre leurs convictions au lieu de se résoudre à l’utile ils voteraient différemment ! smiley


    • Chien Guevara Chien Guevara 22 avril 2012 01:23

      Tout à fait d’accord, Robert :

      On entend toujours parler de « vote utile » partout. Mais vous êtes-vous demandé, peuple français : utile pour qui ? Certainement pas pour la démocratie en tous cas !

      Si on ne vote pas ses convictions au premier tour, c’est quand qu’on pourra les exprimer ? Voter « utile », c’est résumer une élection présidentielle à un seul tour : le deuxième !

      Et plus de détails ici : Le vote « utile »


    • Lamouet 20 avril 2012 12:59

      Avant de voter pour Mélenchon, écoutez-le :

      http://www.youtube.com/embed/8GIRPIHfiYE

      L’ensemble est intéressant.
      Pour ceux que la question de l’immigration intéresse plus particulièrement, placer le curseur à 40:30.


      • Lamouet 20 avril 2012 19:09

        Score à -16 ! Alors que je ne fais que donner une info sans aucun commentaire !
        Là, il faut vraiment le faire !
        La Pensée Unique en marche...
        Cela fait vraiment Peur !!!!


      • stereo 20 avril 2012 20:05

        Il y a des logiques implacables !!!


      • ottomatic 20 avril 2012 13:08

        Allez, votons mélanchon histoire d’éviter que la gauche n’accède au second tour !


        • ottomatic 20 avril 2012 13:09

          Et son ami serge dassault est bien d’accord !


        • onvalefaire onvalefaire 20 avril 2012 15:06

          C’est très con, ça, comme phrase...


        • lemouton lemouton 20 avril 2012 17:27

          à ottomatic

          Allez, votons mélanchon histoire d’éviter que la gauche n’accède au second tour !

          —> trés bon, mais trés trés bon conseil que vous donnez là, à vos amis ump-istes..

          comme cela nous aurons un 2ème tour Hollande <—> Mélenchon.. smiley


        • Carida 20 avril 2012 23:19

          Ah oui ! Hollande est à gauche, j’avais oublié !
          Mais faut pas le dire trop fort, sinon les banquiers de la City vont gueuler !


        • hulou 20 avril 2012 13:14

          Super article à diffuser dans tous vos carnets d’adresse, la différence entre Mélenchon et Hollande, Mélenchon est socialiste !

          http://youtu.be/pB3BjA6XqMY

           


          • Txotxock Txotxock 20 avril 2012 13:33

            Oui mais c’est quand même Hollande qui est le plus à même de nous débarrasser de Sarkozy. Après pouvoir UMP, pouvoir PS, pouvoir Front de gauche, le plus emmerdant dans tout ça, c’est plus le pouvoir que l’étiquette.

            Sarkozy, lui, contrairement à la famille de comique troupier Le Pen, a une majorité pour mettre en place ce que même la fifille au cimentier n’aurait oser penser.


          • Ariane Walter Ariane Walter 20 avril 2012 13:47

            Tx : oui, mais si c’est pour faire pareil...Pire sans doute même car il lui faudra museler l’opposition du FDG. Sarko n’avait pas ce genre d’opposition.


          • Dolores 20 avril 2012 20:24


            Bravo Ariane !

            Votre article reflète très exactement mes propres pensées !

            Je répète depuis des lustres que le PS usurpe sa dénomination de socialiste.
            C’est un parti qui camoufle ses idées de droite sous un discours qui se veut socialiste.
            Mis au pied du mur, ses actes sont de droite.
            Hollande chaussera les bottes de Sarko, il n’a pas assez d’imagination créatrice pour se comporter autrement.
            Ce sont des traîtres et leur seul but est le pouvoir et ce qu’il leur apportera personnellement.
            Le peuple et l’intérêt général, ils ignorent ce que c’est (sauf pour se faire élire).

            Ne laissons pas échapper la chance qui s’offre à nous d’un changement tant attendu mais qui,paradoxalement, fait peur à beaucoup tant ils craignent le bouleversement de leurs habitudes.

            Il faut saisir la chance qui nous est donnée de rompre avec cette société devenue folle, égoïste et inhumaine qui regarde avec indifférence s’appauvrir et sombrer dans la misère près de 14% de ses concitoyens.

            Oui, il faut voter Mélenchon dimanche pour que s’ouvre de nouvelles perspectives d’avenir pour les êtres humains et pour le pays.

            Ne laissez pas passer la chance, il faudrait attendre et continuer à courber l’échine
            pendant encore 5 ans en voyant chaque jour s’enfoncer la France dans un marasme toujours plus grand.

            Voter utile, pour vous et pour nous tou,s en votant Mélenchon !


          • Catart Catart 22 avril 2012 14:18

            C’est quand même incroyable que gens qui veulent le changement vous refusiez les avis des autres.
            Voter Mélenchon au 1er tour c’est bien et utile... Mais c’est halucinant car les mêmes personnes qui encore aujourd’hui nous disent que Hollande n’est pas la gauche (ce qui est vrai), que c’est un homme sans parole (ce qui est vrai) vont nous dire demain votez Hollande... c’est le meilleur socialiste et avec lui demain la France sera sauvée... ???
            Mensonge demain la France vivra dans le même cauchemard. et si Mélenchon fait un appel à voter Hollande ce sera un traître...comme ses copains...s’il résiste ce sera un brave, celui qui dirigera la révolution.

            N’en déplaise au pseudo intelo de Agora... ??? Notre mouvement fait un appel au VOTE BLANC massif pour le 2ème tour et refuse la trahison faite au Peuple...

            Je rigole et ceux que vous appelez les « trolls » (nom que vous donnez à ceux qui, je m’excuse, ont le droit de ne pas avoir le même avis que vous), aussi déjà à lire vos articles de demain qui diront le contraire de ce que vous nous avez hurlé depuis des mois, car faire un appel à Hollande est mentir et renier ses idées.

            http://www.indigne-je-propose.fr/


          • Line Yoblin d’Hividu 20 avril 2012 13:27

            Je te rassure tout de suite, Ariane, toi la groupie de Mélenchon, je ne vais surtout pas voter Hollande au premier tour !
            Ce sera Bayrou qui aura ma voix, même s’il n’a pas plus de chance de passer que ton idole.


            • Ariane Walter Ariane Walter 20 avril 2012 13:32

              Bayrou est un lbéral. Comme sarko , comme Hollande.
              C’est la France des classes moyennes, la France du Centre qu va le plus paumer si sarko ou Hollo passent.
              On se retrouvera dans les rues ou dans les caves.
              A bientôt.


            • latortue latortue 20 avril 2012 13:55

              Ariane je vous cites
              Comment se fait-il qu’il n’y ait pas des ex-Sarkozistes honnêtes pour se couvrir de cendre et se promener dans les rues en se jetant à terre tous les trois pas comme les pèlerins tibétains .
              vous allez le faire vous si Mélenchon n’est pas au deuxième tour et appel a voter pour Hollande hein vous allez le faire ?????????ou alors si le FN est devant Mélenchon .toute cette diatribe pour rien mon dieu quelle tristesse hein !!!!!!
              quand même je suis beau joueur et vous souhaites bonne chance pour Dimanche .
              bonne journée


            • Ariane Walter Ariane Walter 20 avril 2012 14:01

              la tortue : vos propositions ne sont pas bonnes.
              Il faudrait dire « allez-vous le faire si Mélenchon est au pouvoir et trompe le peuple » ?
              Et je vous répondrai « oui ».


            • latortue latortue 20 avril 2012 14:47

              Ariane :
              voulez vous que je vous dise une chose ,je n’en doute pas je vous crois sincèrement car j’ai lu tous vos articles et l’admiration sans borne que vous portez a Mr Mélenchon m’attriste ,cela m’attriste pour vous car je vous vois sincère ,et vous allez être déçu encore et encore tel est faite la politique les promesses les promesses .j’ai 63 printemps et je j’ai participé a pas mal d’actions qui n’ont rien a voir avec le FN ,j’ai adhéré et milité a la cgt ,j’ai TOUJOURS été déçu toujours .maintenant je m’occupe d’associations et là au moins pas de désagrément .les promesses c’est moi qui les fait et je les tiens rien d’autre .
              tout ces gens sont des carriéristes rien d’autre le peuple leur sert que pour monter sur la plus haute marche .
              bonne journée Ariane .


            • colza 20 avril 2012 17:04

              @ latortue
              Désolé, je ne suis pas d’accord avec vous, les hommes (femmes) politiques sont ce qu’ils sont parce que nous les laissons faire ce qu’ils veulent.
              Ils sont pourtant nécessaires à la vie de la nation. Je crains bien que leur moteur soit le pouvoir, certains pour l’exercer au profit du plus grand nombre, d’autres pour des buts personnels de gloire et de fric.
              C’est à nous de faire le tri.
              C’est nous qui les élisons ou non, pour le plus grand bien ou le plus grand mal.
              Ceux qui s’abstiennent au prétexte de « tous pourris » sont les plus fautifs, car il cautionnent « de facto » les plus mauvais en ne votant pas contre eux.


            • Dolores 20 avril 2012 20:36

              Pépé latortue

              J’ai 66 ans et je suis toujours idéaliste. J’ai toujours cru qu’on pouvait changer le monde s’ il y avait la volonté pour le faire.
              Malheureusement, jusqu’ici aucun politicard ne s’est préoccupé du peuple.
              Aujourd’hui, enfin nous avons enfin un espoir et vous jouez les blasés.

              Vous m’attristez !!!


            • Prismo Esse Prismo Esse 20 avril 2012 22:58

              Merci pour ce bel article Ariane... Viscéral ! Quant à Bayrou, savez vous que c’est le petit fils de la dette publique ?

               D’où vient elle cette maladie qui nous ronges tous tel un cancer ?

              La Dette publique (qu’il est impossible de rembourser dans l’état actuel des choses puisque nous ne remboursons que les intérêts) est née en 1973 par la loi Pompidou/Rothschild et son Ministre des finances Valérie Giscard D’ESTAING.

              Par cette loi, l’État à perdu son droit absolu d’emprunter de l’argent à la Banque Centrale et s’est privé de la création monétaire... C’est à dire qu’à partir de ce moment, l’État a été contraint d’emprunter aux marchés financiers contre intérêts ! Sachez que Pompidou avant de devenir Président de la République était le Directeur Général de la banque Rothschid ! Devinez à qui l’État français s’est mis a emprunter une fois cette loi votée ?
               A la banque Rothschild...


            • Ariane Walter Ariane Walter 20 avril 2012 23:15

              Merci prismo pour ce dernier détail qui est pétant de vérité. On s’en doutait un peu mais quand même !!!
              Et merci de tes appréciations !


            • Croa Croa 21 avril 2012 01:18

              « C’est la France des classes moyennes, la France du Centre qu va le plus paumer si sarko ou Hollo passent. »

              Tout a fait mais ces gens, surtout ceux pour qui ça va encore bien, ont peur.... Et ça, ça ne se contrôle pas !


            • bernard29 bernard29 20 avril 2012 13:38

              Sans doute le dernier bourrage de crâne avant inventaire. On donne tout : baratin en boucle, passion et haine mélangées, chantage, catastrophisme, emphase gogolisante, propagande « vénére », mais aussi invectives inconvenantes. Pour des gens qui sont sensés considérer la présidentielle comme le dernier des avatars de la démocratie , c’est un peu la soupe à la grimace .. Mais c’est vrai que c’est l’Humain d’abord !!! .. alors on comprend ou on excuse...

              Avez vous écouté le discours d’Eva Joly au Cirque d’hiver, Mercredi soir. , c’est quand même d’une autre tenue que ceux du front de gauche. ??


              • Nanar M Nanar M 20 avril 2012 13:42

                Avez vous écouté le discours d’Eva Joly au Cirque d’hiver ?
                Oui et je me suis demandé ce qu’elle allait foutre avec les socialos.
                Sa place est au FDG.


              • Ariane Walter Ariane Walter 20 avril 2012 13:48

                Absolument exact.


              • frugeky 20 avril 2012 13:49

                Eva Joly est très bien. Elle ne se serait pas fait déglingué par son parti, qui a abandonné ses convictions sur le nucléaire pour quelques sièges peut-être accordés par le PS, je n’aurais pas été m’intéresser au programme du Front de Gauche.


              • Ariane Walter Ariane Walter 20 avril 2012 13:55

                EELV s’est déglingué avec des magouilles politiciennes. Tant pis pour eux.


              • lemouton lemouton 20 avril 2012 17:32

                EELV s’est déglingué avec des magouilles politiciennes. Tant pis pour eux.

                —> et surtout grâce à Cécile Duflot,

                que des fois je me suis même demandé si elle n’était pas un sous marin sarkozyste.. smiley


              • Croa Croa 21 avril 2012 01:30

                à Nanard :
                « Avez vous écouté le discours d’Eva Joly au Cirque d’hiver ?
                Oui et je me suis demandé ce qu’elle allait foutre avec les socialos.
                Sa place est au FDG.
                 »

                - Les socialistes aussi tiennent souvent de beaux discours vraiment « à gauche » !

                - Les Verts savent parfois se lâcher en d’audacieuses apologies réformistes, surtout Dany (plus qu’Eva.)

                Non, EELV & les Socialos vont bien ensembles je trouve. Surtout pour se partager les postes qu’offre la collaboration au système !


              • @SENILO-FASCISTES COMMENTATEURS

                allez vous faire foutre....bande de senilo-fascistes anti gauche

                QUAND ON GAGNE MOINS DE 2000 EUROS MOIS...ON NE VOTE PAS POUR LA DROITE POPULAIRE FN-UMP

                a moins que vous fassiez partie des 200 familles comme bettencourt ou touchiez 100000 euros mois dans une entreprise du CAC 40

                BANDE DE BEAUFS.......


              • agent orange agent orange 22 avril 2012 08:36

                Eva Joly n’est pas douée pour la politique.
                Sa vraie place est au ministère de la justice comme Garde des Sceaux, pour instruire les nombreuses affaires du sarkozisme... une vraie écurie d’Augias.


              • Emmanuel Aguéra LeManu 22 avril 2012 16:51

                Oui. Eva à la justice et à la répression des fraudes. Je le pensais aussi. Meluche on verra bien, vu l’environnement... m’enfin ça m’étonnerait qu’il choppe pas une miette, c’est con, je l’aurais bien vu 1er ministre, mais ni lui ni Hollande ne le veulent. Ça nous aurait changé du fantôme.


              • Expat2011 20 avril 2012 13:49

                parce que vous croyez peut-être que les classes moyennes ne seront pas plumées par Mélenchon si il passe ? 


                Les riches, ils sont déjà partis, et si pas encore, ce sera vite vu. 

                Quand on aura augmenté les impôts sur les gens normaux, donc la classe moyenne comme moi, les entreprises - tous des salauds les patrons, comme moi avec mes trois petits merdiques salariés - les retraités, les pme, les pmi, et tous ceux qui produisent de la richesse et donc paient des impôts pour redistribuer un gâteau n’existe plus, on fera quoi ? 

                Ce qui nous attend, quel que soit l’heureux (se) élu(e) le 6 mai, ce sont dix ans de récession, de croissance zéro, de fermetures d’entreprises oarce qu’ailleurs, là où la misère est immense, on travaille pour moins cher pour avoir un espoir de nourrir sa famille, d’exode des jeunes diplômés qui iront chercher ailleurs une vie dans un cadre social et économique non sclérosé par des idéaux certes généreux, mais impraticables et surtout moins finançables que jamais aujourd’hui. La France ne vit pas dans un bocal, un aquarium : le monde autour de nous change, nous ne sommes plus qu’une puissance à peine régionale, et demain nous serons à peine une province européenne.

                Ceux qui croient que la révolution Mélenchon va changer quelque chose sont soit naifs, soit démagogues et populistes. Il n’y aucune marge de manoeuvre, les économies sont trop liées les unes aux autres. 

                Je ne voterai ni pour FH, ni pour Mélenchon, ni pour aucun de ceux qui font des promesses intenables financièrement. Et encore moins pour que la France soit totalement rouge après les législatives. Donner le pouvoir à un crypto communiste qui s’apparente aux Linke en Allemagne, jamais.

                Besser tot als rot. 


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès