• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Point de vue d’un expatrié au Québec sur la politique française et (...)

Point de vue d’un expatrié au Québec sur la politique française et les élections

Expatrié en Amérique du Nord depuis 2001, je contemple les élections françaises et je constate, à l’image des présidentielles américaines, que les français sont plus enthousiastes à ternir la réputation des présidentiables adverses que d’apporter des arguments pour soutenir leur propre candidat. Depuis plusieurs années, on vote contre le plus mauvais au lieu de voter pour le meilleur. Comme d’habitude, les français chialent et comme d’habitude, rien de change car d’habitude, voter pour la gauche ou pour la droite revient à voter pour le même système oligarchique. En effet, nous ne sommes que des esclaves ayant le sentiment de liberté dans une démocratie illusoire. Hors, depuis l’avènement des nouvelles sources d’information, les gens ne sont plus dupes et commencent à comprendre ce qu’ils n’avaient jamais compris. Il existe maintenant de vraies alternatives, et les citoyens le comprennent.

On croit à tort qu'une élection ne sert qu’à élire un nouveau président. En revanche, on oublie le parti ou l’idéologie derrière l’homme – ou la femme. Bien entendu, il est beau et jeune, a du charisme, parle bien, se défend bien, a toutes les qualités pour être un bon président et donc pour être le meilleur des bouffons pour représenter le parti ! Les élections sont remplies de promesses électorales, et sans vouloir choquer personne, les promesses électorales sont des appâts et nous sommes des poissons. On se rassasie le temps d’une année de quinquennat, jusqu’à s’apercevoir qu’on se sera fait leurrer et qu’on leur aura accordé le droit de nous éventrer, afin de récupérer l’appât qu’on n’aura pas terminé de digérer, et de nous éviscérer au passage. Pour rester dans les allégories d’animaux, essayez aussi d’imager le cochon complaisant dans ses excréments, ou encore le mouton mené à l’abattoir.

Je suis désolé d’être cru envers mon pays, que j'aime tant mais que je vois dépérir à distance, et foncer droit contre un mur dont il ne soupçonne même pas l'existence. Compatriotes français, vous êtes victimes d’un système qui vous gangrène depuis plusieurs générations. Vous savez que la situation empire d’année en année, mais vous vous efforcez encore, tels des masochistes, à donner votre confiance à ces criminels afin qu’ils continuent de vous tourmenter.

Parlons idéologie

Je me rends compte que le débat pour les présidentielles françaises tourne encore et toujours autour de futilités sociales, et que l’économie est secondaire. On discute encore des 35 heures, de l’âge minimum de la retraite et du nombre de semaines de vacances. On se chamaille à qui donnera, accordera, distribuera, gaspillera le plus. Or, réfutez-moi si je me trompe, mais pour pouvoir donner, il faut d’abord posséder. Or, le socialisme, qui est une doctrine qui ne peut fonctionner que grâce à un capitalisme performant, n’a eu cesse de nous empiffrer sans limite. Mais quand la compétitivité a pris le pas face aux pays émergents et que la productivité n’a pas tardé à diminuer, nous nous sommes endettés afin de pouvoir conserver le rythme de vie effréné auquel nous nous sommes habitués. A croire que nous méritons de recevoir sans jamais être redevable. La logique est claire : on ne peut faire de social sans entrée d’argent, c’est à dire sans programme économique créateur de richesse.

Et je m’excuse après des gauchistes communistes et des droitistes socialistes de faire exploser leur bulle, mais les concepts de taxation des plus riches, de diminution des dépenses publiques et de modification de paliers d’imposition, ne sont pas des vecteurs créateurs de richesse mais plutôt recycleurs de richesse. Un déplacement de la masse monétaire ne fait augmenter que temporairement la consommation de certains au dépend d’autres. A fortiori, taxer le riche - je ne parle pas du 1% - l’appauvrie et le décourage d’investir, d’innover, de produire et donc de créer des emplois. Pire encore, ça l’encourage à pratiquer l’évasion fiscale et à fuir le pays pour payer moins d’impôts. C’est une attitude malsaine et insensée que de vouloir rabaisser le riche au niveau du pauvre, dans le but de raccrocher ce dernier au chevet de l’État-providence, au lieu de hisser le pauvre au niveau du riche en encourageant l’entrepreneuriat.

Vous ne pouvez pas tenir le riche pour responsable de votre pauvreté, car vous en êtes vous-même le responsable. Vous êtes comme un enfant qui tend la main à celui qui vous donnera le meilleur cadeau, sans savoir que vous devrez le payer de votre poche tôt ou tard. On vous a déjà offert un vélo et un scooter, mais vous quêtez une voiture : une Lamborghini, évidemment ! Nous savons bien que la « gratuité » a un coût. « Oui, mais le pauvre ne pourrait pas se le payer autrement », me diriez-vous. « Alors encouragez-le en lui donnant les moyens de se trouver un boulot pour qu’il puisse avoir un revenu décent et se le payer ! », répondrais-je. Les « Oui, mais » sont des freins au développement. L’exception confirme la présence d’une règle, mais on ne fait pas de règles à partir d’exceptions. Tout le monde veut des faveurs, mais personne n’est prêt à les payer. On s’indigne que l’État a une dette atteignant des sommets, et on chiale quand il nous taxe pour la pouvoir la contenir. Eh bien taxons les riches… Non ! Au lieu de cela, cessons d’être émotionnel et commençons à être rationnel. Troquons notre mentalité d’arrogant perdant pour celle d’un fier gagnant. Arrêtons de croire que les mesures sociales sortent une société de la misère. Cessons d'être égoïste à vouloir satisfaire notre estomac et commençons à panser l’avenir de nos enfants. Ne votons pas pour une promesse électorale seulement mais pour une idéologie salvatrice.

Je donne mon vote à Marine Le Pen

En considération de tout cela, je ne surprendrai personne en disant que mes opinions politiques sont de droite, que certains qualifieront d’extrême, mais que je considère raisonnable. Ceux qui me connaissent ne seront pas surpris d’apprendre que j’ai une préférence pour le FN de Marine Le Pen. Je constate que depuis longtemps, le spectre politique a viré totalement à gauche, à tel point que la gauche est devenue extrême gauche, que la droite est devenue gauche et que l’extrême droite est devenue la droite raisonnable. Avec le Brexit et Trump, l’équilibre est en train de revenir à la normale.

Même si les merdias ne cessent de diaboliser le FN en continuant de l’assimiler à la faction haineuse, xénophobe et intolérante de son parti, je constate que le discours de Marine Le Pen n’en reflète rien puisqu’elle condamne fermement ces agitateurs marginaux et ultra-dogmatiques. Comme toujours, les soit-disant tolérants progressistes gueulent plus fort que les autres et la majorité silencieuse a peur de s’exprimer publiquement au risque de passer pour des traîtres à la nation. Personne n’ose approuver publiquement Marine Le Pen, et tout le monde s’étonne qu’elle récolte autant d’appuis dans les sondages. Fait non surprenant, elle attire les plus jeunes car ces derniers sont plus connectés et informés grâce à l’ère des nouvelles communications, et donc moins endoctrinés que leurs prédécesseurs. Par-dessus tout, son plan de redressement économique - qui quoi qu'on en dise est plus libéral qu’étatique, bien que protectionniste - est tout à fait brillant, et je ne trouve rien d’extrême ou régressif quand elle propose : 1 - de sortir de l’UE pour se réapproprier une devise souveraine afin de redresser une productivité et une économie en déclin depuis 20 ans ; 2 - de se dissocier de l’OTAN pour pouvoir prendre des décisions internationales sans attaches avec Washington ; 3 - de réinstaurer un contrôle aux frontières, de sélectionner les immigrants, et de renforcer la sécurité des citoyens, tout comme l’ont toujours fait la plupart des pays à travers le monde, dont le Canada et les États-Unis.

Un tour d’horizon subjectif des autres principaux candidats

La presse s’acharne sur François Fillion et le ridiculise pour le rendre coupable aux yeux de l’opinion, sans procès légal. Tous ceux qui le traînent dans la boue sont évidemment irréprochables, mais n’ont aucun autre argument contre lui. Il détient un excellent programme économique créateur de richesse, bien que limité car toujours attaché à l’UE et donc enchainé à la Banque Centrale Européenne, mais il ne l’appliquerait pas s’il venait à être président puisqu’il fait partie du Système. Il a déjà eu la chance de gouverner le pays pendant 5 ans sous l’ère Sarkozy sans amélioration. Je ne vois pas ce que son parti ferait de mieux avec lui comme président. Son programme n’est que de la poudre aux yeux. Par ailleurs, on se rend bien compte qu’il n’est pas le chouchou des oligarques.

A la vue du désastre économique et social de ces 5 dernières années, donner son vote au socialiste Benoît Hamon serait comme cautionner le mandat catastrophique de Hollande, qui n’a fait que servir les intérêts de ceux qui l'ont corrompu. Quitte à me répéter, on vote pour un système, et non pas un sauveur de la nation. Les socialistes auraient pu instaurer le revenu universel pendant leur mandat, mais ils ont préféré attendre les élections pour en parler. Probablement parce que cette mesure aurait été irréalisable sans l’endettement à sang des contribuables. Encore du bonbon pour les pauvres.

L’histoire d’Emmanuel Macron est sortie tout droit d’un film de science-fiction. Tel David Copperfield, il est apparu de nulle part et a réussi à recueillir l’appui des oligarques et des plus puissants en un temps record. Considérant que Macron a couché toute sa vie avec le PS, et que les plus influents vautours du PS sont à ses pieds pour convoiter un potentiel poste de ministre, c’est à jurer que le PS s’est organisé un recyclage interne, comme une façon détournée pour faire oublier la mauvaise réputation que François Hollande a légué au PS. Ce truand a aussi grandement bénéficié de la campagne de souillage de Fillion. C’est une grotesque mascarade et il faut être un suiveur pour ne pas le percevoir, comme un mouton qu’on mène à l’abattoir.

L’autre candidat antisystème, avec Marine Le Pen, qui mérite d’être écouté est Jean-Luc Mélenchon. Il est de la même trempe que Bernie Sanders et ne mâche pas ses mots dans son élocution. Sa vision de la politique étrangère est juste et rationnelle. Malheureusement, son programme économique, émanant de ses racines communistes, est utopique et voué à faire de la France un pays du tiers-monde.

En dehors des cinq ténors, il y a bien un certain François Asselineau, qui propose un programme attirant, mais il est encore loin dans les sondages. Laissons le temps au temps afin que les français lui donnent une chance dans le futur.

Compatriotes français, faites le bon choix !


Moyenne des avis sur cet article :  1.3/5   (30 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Jeussey de Sourcesûre 5 avril 2017 11:39

    « Or, le socialisme, qui est une doctrine qui ne peut fonctionner que grâce à un capitalisme performant, n’a eu cesse de nous empiffrer sans limite. »


    J’ai arrêté là !

    • Alren Alren 5 avril 2017 12:57

      @Jeussey de Sourcesûre

      Même au Québec, ce type doit passer pour un débile !

      Sûr que le débat sur les 35 heures et l’âge de la retraite, le nombres d’annuités, c’est anecdotique pour les travailleurs !

      De la blague la règle d’or qui dit qu’il ne faut pas prendre à la planète plus qu’elle ne peur reconstituer, risible cette prétention à mettre fin au nucléaire uranium et aux énergies carbonées !
      Fermez le ban !


    • Poly 6 avril 2017 03:56

      Malheureusement, le Québec est presque aussi socialiste que la France, et prend la France pour exemple, un très mauvais exemple. Il est aussi vérifiable que les québécois sont moins riches et plus mal en point comparativement aux autres grandes provinces telles que l’Alberta, la Colombie Britannique et l’Ontario. Et détrompez-vous, Marine Le Pen a séduit le coeur des québécois quand elle y a mis les pieds en 2016.


    • MagicBuster 5 avril 2017 11:43

      Le canada ça fait rêver ????

      http://ici.radio-canada.ca/regions/special/2017/espionnage-parlement-ottawa/

      Passe le bonjour à Justin.


      • LE CHAT LE CHAT 5 avril 2017 13:02

        vous êtes une exception dans votre genre , le Fn ne fait pas grand chose dans les votes des expatriés en règle générale ..


        • Paul 6 avril 2017 04:05

          En effet, mais le bien d’une nation passe avant le bien d’un individu.


        • Descartes Descartes 5 avril 2017 14:33

          elle n’a jamais dit sortir de l’UE
          elle n’a jamais dit vouloir une monnaie souveraine
          elle n’a jamais dit vouloir quitter l’OTAN

          ou si elle l’a dit, elle se contredit.

          1. vouloir renégocier, ce n’est pas vouloir sortir.
          2. ne pas vouloir de la Turquie en l’UE, c’est bien vouloir y demeurer.
          3. avoir une monnaie pour les entreprises et une autre pour les populations sans parler de mettre en place un euro monnaie commune alors que c’est déjà le cas..., pas très compréhensible.
          4. rester dans l’UE, c’est être de fait sous la dépendance à l’OTAN.
          5. elle ne propose que de sortir du COMMANDEMENT INTEGRE de l’OTAN, ce qui n’est pas en sortir. on me dira que de Gaulle avait fait de même mais il y avait l’URSS en face. de nos jours, la menace est terroriste et je doute qu’en balançant une bombe atomique sur des séparatistes régionaux ou des islamistes, on règlera le problème.


          • Paul 6 avril 2017 04:03

            Ce n’est pas parce qu’elle ne l’a pas dit que ce n’est pas son intention. Il faut voir plus loin que le programme électoral. C’est comme dire que le socialisme veut votre bien alors que sa vraie intention est de vous appauvrir. Désolé de vous le dire ainsi.


          • Descartes Descartes 6 avril 2017 11:40

            @Paul
            procès d’intention ?
            et quand vous donnez votre assentiment à un contrat, vous faites de même ou bien vous lisez attentivement avant ?
            pardon d’être rationnel.


          • Paul 6 avril 2017 19:47

            On ne parle pas de contrat ici, mais de donner le pouvoir à un parti politique. Pas seulement le pouvoir du mandat pour lequel il aura été élu, mais aussi celui de faire ce qu’il veut. Si par chance, ou par malchance, le peuple accorde à un parti la majorité absolue, soyez assuré qu’il ne s’empêchera pas de faire avancer son agenda, que son programme électoral en fasse partie ou non. On ne vote pas pour une personne mais pour un parti et une idéologie, rappelez-vous de cela.


          • Descartes Descartes 6 avril 2017 19:51

            @Paul
            On parle de contrat.
            pourquoi ?
            je vous cite : « Pas seulement le pouvoir du mandat pour lequel il aura été élu »
            quelqu’un d’élu à une abstention moindre est d’autant plus légitime pour faire ce qu’il veut.
            or de tout ce que j’ai vu, ce « ce qu’il veut » ne me semble pas aller dans le sens du peuple français.

            comptez pas sur moi.


          • Paul 6 avril 2017 20:02

            Dans quel monde vivez-vous ? La France est gouvernée par une oligarchie élue démocratiquement, ce qui veut dire que le peuple a donné le pouvoir à un petit groupe d’individus de décider du sort de tous. Votre SEUL pouvoir en tant que citoyen est d’élire ces individus.


          • Descartes Descartes 6 avril 2017 22:29

            @Paul
            et si je ne vote pas, je le délégitimise (d’un point de vue certes formel).
            être élu à 70% d’abstention (chiffres purement farfelus, j’en conviens) pour une élection présidentielle, ça la fout mal.

            donc c’est Asselineau au premier pour moi car il est le seul à être CLAIR. preuve ? demandez à ses véritables soutiens (et non des trolls) : tous vous diront la même chose à savoir qu’on quitte UE/EURO/OTAN.
            faites de même avec Mélenchon ou Le Pen. tenez, voici un aperçu.

            et au second, abstention. je ne fais que des votes d’adhésion désormais. vivement la reconnaissance du vote blanc révocatoire, d’ailleurs.


          • foufouille foufouille 5 avril 2017 16:20

            "Je me rends compte que le débat pour les présidentielles françaises tourne encore et toujours autour de futilités sociales, et que l’économie est secondaire. On discute encore des 35 heures, de l’âge minimum de la retraite et du nombre de semaines de vacances."
            retournes en 1910, c’était une époque de rêve pour toi : 8% des sans dents avaient une retraite.


            • Paul 6 avril 2017 04:17

              Quand tu auras trouvé une machine à voyager dans le temps, tu me le diras. Je t’inviterai aussi à voyager dans le futur pour voir l’état de la France.


            • foufouille foufouille 6 avril 2017 10:26

              @Paul
              il existes des pays dans lesquels tu pourras trouver ton délire libertaryen.
              la somalie, entre autres.


            • sls0 sls0 5 avril 2017 17:07

              En tant qu’expatrié j’ai la même impression quand je regarde la France mais je n’arrive pas aux mêmes conclusions.
              Je ne suis pas en zone à mentalité anglo-saxonne où si t’es pauvre c’est de ta faute, ça explique peut être le fait que je n’arrive pas aux mêmes conclusions.


              • demissionaire bonalors 5 avril 2017 22:02

                Bonjour
                J’ai vecu 3 ans au Quebec et revenu en France car c’est le pays que j’aime et aussi les fucking francouse et leur putain de culture car c’est la mienne

                Je me permets donc, excusez le gaulois -
                Vous dites « je suis désolé d’être cru envers mon pays » ne vous excusez pas il faut toujours etre dur avec les siens c’est une preuve d’amour ...
                Sinon le Quebec versus Canada ou l’immigration est welcome tant que les dents sont saines et le diplome d’ingenieur authentique, pas vrai ? oui c ’est vrau j’ai la residence permanente mais j’ai du me faire authentifier le dentier comme les chevaux,
                Alors il est vrai qu’il est tjrs opportun de braire pour avoir du foin mais il y a qd meme des putains de limites HI HAN HI HAN AH AH AH AH
                Bon courage mon Frere

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Paul


Voir ses articles



Publicité




Palmarès



Publicité