• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Pompeo à Kaboul pour relancer le processus de paix

Pompeo à Kaboul pour relancer le processus de paix

Lundi, le secrétaire d'État américain Mike Pompeo est arrivé à Kaboul pour une visite urgente pour tenter de faire avancer un accord de paix américain signé le mois dernier avec les talibans, un voyage qui survient malgré la pandémie de Covid-19, à un moment où les dirigeants mondiaux et les hommes d'État réduisent officiellement leur voyage.

JPEG

Depuis la signature de l’accord, le processus de paix est au point mort dans l’agitation politique en Afghanistan. Les dirigeants du pays se disputent sur le fait de savoir qui a été élu président.

Le président Ashraf Ghani et son principal rival, son ex-chef de l’exécutif, Abdullah Abdullah, se sont tous deux déclarés président du pays lors de l'élection présidentielle du 28 septembre 2019.

Pompeo rencontrera séparément Ghani et Abdullah avant de se réunir avec les deux. Ghani et Abdullah devraient aussi se réunir pour une réunion en tête-à-tête, probablement pour discuter d'un compromis possible.

Les États-Unis versent chaque année des milliards au budget afghan, y compris aux forces de défense du pays. L'Afghanistan lève à peine un quart des revenus dont il a besoin pour faire fonctionner le pays. Cette situation donne à Pompeo un levier financier considérable pour forcer les deux leaders se trouvant en conflit pour sortir de l'impasse.

L'agitation politique a provoqué la suspension du début des pourparlers de paix interafghanes qui incluraient les talibans. Ces pourparlers sont considérés comme une prochaine étape cruciale de l'accord de paix qui a été négocié pour permettre aux États-Unis de ramener leurs troupes et de donner aux Afghans les meilleures chances de paix .

Les États-Unis et l'Otan ont déjà commencé à retirer certaines troupes d'Afghanistan. Le retrait définitif des forces américaines ne dépend pas du succès des négociations interafghanes mais plutôt des promesses faites par les talibans de refuser l'espace en Afghanistan à d'autres groupes terroristes comme le groupe rival de l'État islamique des insurgés.

Quelques jours après la signature par les États-Unis et les talibans de l'accord de paix au Qatar le 29 février, l'Afghanistan a sombré dans une crise politique avec Ghani et Abdullah se disputant les résultats des élections et avec Ghani refusant de remplir sa part d'une promesse faite aux États-Unis de libérer jusqu'à 5 000 prisonniers talibans. Les insurgés ont pour leur part libéré 1 000 officiers et soldats afghans qu'ils détenaient. L'échange devait être un geste de bonne volonté des deux parties pour entamer les négociations.

L’urgence de la visite surprise de Pompeo a été soulignée par le fait que le Département d’État a mis en garde les citoyens américains contre tous les voyages internationaux, en raison de la propagation du Covid-19. Pompeo a annulé au moins deux voyages intérieurs aux États-Unis en raison de l'épidémie, dont un à une réunion des ministres des Affaires étrangères du G7 qui devait maintenant avoir lieu à Pittsburgh cette semaine. Cette réunion aura désormais lieu par vidéoconférence.

Le dernier voyage de Pompeo à l'étranger fin février a été à Doha, au Qatar, pour la signature de l'accord de paix américano-taliban qu'il tente maintenant de sauver.

Alors que la pandémie de virus s'est aggravée, obligeant de nombreux pays à fermer leurs frontières et leurs aéroports et à annuler des vols internationaux, Pompeo et le Département d'État sont de plus en plus critiqués pour ne pas en faire assez pour aider les Américains bloqués à l'étranger à rentrer chez eux.

Samedi, quelques heures avant son départ pour son voyage inopiné en Afghanistan, Pompeo a été violemment attaqué sur les médias sociaux pour des photos publiées sur son compte Twitter de son fils, Nick, et de sa femme, Susan, à la maison en train de monter un puzzle intitulé « Politics » avec, en arrière plan sur un écran de télévision, une scène du film Tom Cruise « Top Gun ». « Susan et moi restons et faisons un puzzle cet après-midi. Conseil de pro : si la plage vous manque, mettez simplement Top Gun ! », peut-on lire sur son Twitter.

A l'encontre de Pompeo, de nombreuses critiques ont été émises pour n'avoir rien fait pour aider des milliers d'Américains à rentrer chez eux aux Etats-Unis. Ces citoyens américains ne trouvent pas un moyen de transport. 

L'envoyé de paix de Washington, Zalmay Khalilzad, qui a tenté de relancer les pourparlers entre les Afghans des deux côtés du conflit a tweeté dimanche qu’il était « urgent » de mettre en place cette libération de prisonniers, alors que le nouveau coronavirus rend les échanges diplomatiques de plus en plus difficiles.

Les négociations interafghanes n'auront jamais été faciles, mais depuis que Washington a signé l'accord de paix avec les talibans, il a eu du mal à amener le gouvernement afghan à au moins offrir une position unifiée.

La visite de Pompeo est également extraordinaire pour le fait que les États-Unis, comme les Nations Unies, avaient précédemment déclaré qu’ils ne seraient pas de nouveau entraînés dans la médiation entre les politiciens afghans qui sont en conflit. Alors que le comité électoral afghan a cette fois donné la victoire à Ghani, Abdullah et la commission des plaintes électorales ont accusé l'existence de nombreuses irrégularités pour contester la victoire de Ghani.

Lors des précédentes élections présidentielles en Afghanistan en 2014, également marquées par une fraude généralisée et des résultats profondément contestés, Ghani et Abdullah ont émergé comme les principaux candidats. Puis le secrétaire d'Etat américain, John Kerry, a servi de médiateur entre les deux et a finalement concocté un soi-disant gouvernement d'unité, avec Ghani comme président et avec Abdullah occupant le poste nouvellement créé mais à statut égal du président.

Le partenariat Ghani-Andullah a été difficile et a, pendant une grande partie de ses cinq années, déclenché une paralysie parlementaire menant au scrutin de septembre dernier.

 

 

Source : http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=1470


Moyenne des avis sur cet article :  1/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Jeekes Jeekes 24 mars 19:24

    Pompeo, les ricains, processus de paix ?

    MOUARFFF !

     

    La paix des ricains, les accords, les traités ?

    Mais ils ne savent même pas comment ça s’écrit !

     

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Patrice Bravo

Patrice Bravo
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès