• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > « Populisme de gauche », un miroir aux alouettes ?

« Populisme de gauche », un miroir aux alouettes ?

 

Resurgi du passé, investi de contenus ou d’interprétations qui lui étaient étrangères à l’origine, et repris jusqu’à l’indigestion par les politologues et les tribuns têtes d’affiches, le mot « populisme », comme tous les concepts fourre-tout à la mode voit son sens altéré, ce qui rend son usage ambigu, le dernier avatar étant la notion étrange et paradoxale de « populisme de gauche ». Mais ce glissement ne doit rien au hasard.

Sans s’appesantir sur ses origines historique, on peut constater qu’une caractéristique du mot « populisme » tient dans le fait qu’il peut avoir une connotation positive ou négative selon le locuteur, ce qui n’est pas rare pour un mot, mais qu’en outre, cette bivalence peut s’observer souvent chez le même orateur ou rédacteur, à droite et à gauche (pour autant que ces deux notions aient encore un sens).

La mode a commencé quand le terme « populiste » a été utilisé par la presse bien-pensante pour dénoncer la montée de la xénophobie d'extrême droite et ensuite, par capillarité, contre la « gauche » non libérale et non marxiste, comme substitut à l’adjectif « démagogique », par souci d’éviter les répétitions.

Se trouvent donc taxés de « populistes » tous propos hostiles aux politiques prônées par les partisans de la « mondialisation », qu’il s’agisse du parti Démocrate aux Etats-Unis ou des partisans de l’UE dans les pays européens. Ce qui est considéré comme « populiste » n’est pas le propos, mais le locuteur : la même idée concernant le flux migratoire et le contrôle des frontières sera qualifiée ou non de populiste selon l’orateur concerné.

Du coup, la récupération va bon train et, pour montrer son opposition aux politiques impopulaires de l’Union Européenne, des mouvements comme Podemos, Die Linke et maintenant la FI se réclament d’un « populisme de gauche ». L’étiquette semble aussi convoitée que le label « bio » dans l’agro-alimentaire, et partager avec ce succès marketing tous les ingrédients du faux-nez. Comme dans la grande distribution, le but essentiel du marketing politique est de capter une « clientèle » (comme par hasard, le terme convient aux deux domaines, commerce et électoralisme) qui a tendance à se fidéliser chez le concurrent, une stratégie dangereuse s’appuyant sur une analyse fausse qui consiste à croire que les électeurs « populaires » du PS ou du Parti Démocrate, déçus par l’inflexion droitière persistante, se seraient réfugiés chez Marine Le Pen ou Donald Trump.

Or, les « pauvres » ne votent pas pour les républicains ou le RN, ils ne votent plus du tout. L’erreur des stratèges qui remplacent un programme politique par un catalogue de produits promotionnels est de vouloir grappiller quelques voix égarées dans le camp adverse plutôt que de convaincre les nombreux abstentionnistes d’aller voter en proposant une véritable alternative.

Au lieu de cela, la « gauche », tente de se refaire une santé en retirant de sa vitrine tous les accessoires traditionnels de son fonds de commerce : on est insoumis et non plus révolutionnaire ou réformiste, on chante la Marseillaise et non plus l’Internationale, on arbore le drapeau tricolore et plus le drapeau rouge (par contre, on ressort le bonnet phrygien de 1789).

Le fondement idéologique des nouveaux « les populistes de gauche » en Europe reposent sur l’idée de remplacer la lutte des classes marxiste par la rivalité entre les personnes d'en bas et les « élites » d'en haut (idéologie d’ailleurs partagée par Macron lui-même), les riches contre les pauvres, 99% contre les 1% ». 

Ce changement d’attributs a été rendu nécessaire par la disparition de sens du mot « gauche » lui-même, phénomène lié à l’identification progressive des partis « réformistes » européens avec les idéologies et les systèmes économiques qu’ils prétendaient combattre.

Reste à savoir si une politique se construit sur la base de sondages d’opinions. Vouloir gommer la notion même de « classe sociale » pour la remplacer par « les gens » risque d’amener les orphelins de la classe ouvrière à grossir encore les rangs des abstentionnistes plutôt que de les attirer vers les chasseurs « de gauche » peu adroits et même un peu gauches dans le maniement des leurres.


Moyenne des avis sur cet article :  4.15/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

36 réactions à cet article    


  • jakem jakem 18 septembre 2018 13:31
    J’aime particulièrement votre 6ème paragraphe ( « Or, les pauvres ... » --- et me permets de vous tirer ostensiblement mon large chapeau à plume car vous êtes une des rares personnes à ne pas offenser mes pupilles en confondant « hors » et « or » )

    Vous donnez une explication du « populisme » et c’est pas facile ! Votre explication à propos à propos de l’infection et la contamination eurokraturistes ( ce sont là mes mots ) est pertinente.
    Pour rigoler, jaune parfois, il faut relire « Le bêtisier de Maastricht » et pour mettre des politicards dans l’embarras il faudrait relire leurs affirmations à haute et intelligible voix devant eux pendant qu’ils sont sur scène à réinterprêter quelques uns de leurs fameux mensonges.

    J’étais étonné de lire quelques mots d’un honorable Insoumis, ici sur un autre fil, qui affirmait que son parti n’est pas révolutionnaire mais keynésien.

    Du coup, puisqu’on peut dire tout et n’importe quoi et aussi le contraire opposé à l’équivalent démenti, je me suis dit que j’arriverais peut-être à me faire reconnaître comme le fils unique et naturel d’un quelconque cardinal riche ; ça me serait utile pour les l’avenir.


    • JL JL 18 septembre 2018 13:53

      @jakem

       
      ’’’un honorable Insoumis, ici sur un autre fil, qui affirmait que son parti n’est pas révolutionnaire mais keynésien.’’
       
      Vous pourriez nous dire pourquoi la FI ne pourrait pas de définir comme un parti keynésien ? C’est quoi selon vous, un parti keynésien ?

    • Cateaufoncel3 Cateaufoncel3 18 septembre 2018 13:56
      @jake

      « ..et pour mettre des politicards dans l’embarras il faudrait relire leurs affirmations à haute et intelligible voix... »

      Pour le cas où vous ne connaîtriez pas :


    • jakem jakem 18 septembre 2018 14:53

      @JL

      Cher Monsieur JL ( ou Madame, ou Mademoiselle ou Mondemoiseau ), vous m’accordez bien d’honneur en me demandant pourquoi la FI ne pourrait pas s’affirmer keynésienne.
      Car je m’en fous.
      Je m’en suis étonné puis quelque peu amusé car le Camarade Mélenchon agite depuis ... quelques années le caractère révolutionnaire de sa démarche et non pas l’aspect redistributif en tant que tel.

      Keynes pour moi ? je ne suis pas économiste mais je sais que pour redistribuer il faut avoir de quoi. Personnellement j’aimerais bien 100 ou 200 balles de plus sur ma pension. J’en demande pas plus.
      Mais qui les paierait ?
      Les créanciers ? 
      Les fortunés ?
      La prospérité ?
      la planche habillée ? laquelle ? la nôtre ( que LE camarade a accepté de bon et grand coeur de voir disparaître au profit de celle de la BCE ?) ou celle de Francfort ?

      J’oublie sans doute des aspects techniques et politiques ( environnement eurokraturiste ) que j’ai lus un jour sans les mémoriser.

      Je me souviens de Mitterrand ( j’avais voté pour lui ) et de Mauroy qui n’a pas « fait de tournant politique ».

      Je me souviens de Chavez, une des idoles du camarade Mélenchon, qui a certes sorti de la misère je-ne-sais combien de ses compatriotes mais qui a aussi terriblement appauvri son pays au point de le mettre à genoux. C’était pas une attitude responsable et digne envers les siens.





    • JL JL 18 septembre 2018 19:36

      @jakem

       
       foin de politesses,
       
       deux choses :
       
       La première : ce n’est pas vous faire violence que de vous demander des comptes sur un jugement négatif que vous portez sur le pari politique pour lequel il m’arrive de voter.
       
       La deuxième : pour faire simple, je fais une différence entre le keynésianisme de la droite - qui pratique une politique de l’offre caractérisée par des subvenions en tous genres - et celui de la gauche, laquelle pratique une politique de la demande, basée en effet sur une meilleure justice sociale.
       
       Mélenchon prône une politique une meilleure justice sociale est keynésien de gauche, au contraire des keynésiens de droite, et aussi des libéraux qui eux, s’en remettent à la magie du ruissellement.

    • Attilax Attilax 18 septembre 2018 21:35

      @JL


      Certes, mais l’arnaque vient qu’on nous vend du rose pâle pour du rouge ou du noir.

    • jakem jakem 19 septembre 2018 10:00

      @JL

      Cher Monsieur JL, vous ne me faites pas violence, même en me demandant mon avs sur un parti pour lequel je n’ai jamais voté et ne voterai jamais.

      Ah ! si vous faites une différence entre keynésianisme de droite et de gauche ... vous avez demandé son avis à ce monsieur Keynes ?

      Si ma mémoire ne me trahit pas, et là elle est fidèle, je me souviens avoir lu que Keynes n’aurait certainement pas approuvé cette théorie du ruissellement, imaginée par des escrocs et intellectualisée par leurs laquais serviles ( vous voyez que j’ai du vocabulaire de gauche !) chargés de la propager. Il a aussi insisté sur l’aspect absolument nécessaire de la prospérité non étatique mais surveillée voire conduite par l’Etat. Ce qui me séduit beaucoup. En somme c’est ce que l’Allemagne avait fait à partir des années 60, Sozialdemokratie ; une espèce de capitalisme socialiste.

      Bref : affirmer qu’on est keynésien de gauche plutôt que révolutionnaire modéré ( belle catégorie ! ) dans la mesure où on ne fera pas passer les possédants et tricheurs et exploiteurs sur la bascule à Charlot me semble d’une esthétique verbale douteuse. Autant me demander d’apprécier les jolies sandales argentées ou dorées que vous portez ( je vous suppose viril ou au moins officiellement masculin ).

      Je ne dénie nullement au Camarade Mélenchon le droit de changer d’avis et de renouveler sa devanture, d’autres le font et parfois c’est une démarche tout à fait sincère.
      Mais certaines opportunités m’amusent ; modérément !

      Afin d’élargir votre vue d’ensemble ( et je vous le suggère sans la moindre ironie ), en ne la limitant pas au plan économique, et parce que vous êtes sympathisant de la FI où s’affrontent doucement des opinions antagonistes à propos de nous et des autres, je vous invite de lire quelques articles très intéressants de Manent en commençant par une discussion entre lui-même et Michéa ; sur le site du Figaro. ( dire qu’il-y-a ... 40 ans j’avais trouvé incongru de voir un type lire Le fig en terrasse d’un café sans même se cacher ! )

      Avec mes salutations républicaines françaises (puisque nous sommes en France ).

      PS : à mes aimables admirateurs je demande quelques étoiles négatives supplémentaires car je fais une étude approfondie et secrète sur leur capacités de rayonnement.
      Merci beaucoup d’avance de bien vouloir recevoir ma supplique avec bienveillance, et d’y donner suite favorablement !


    • JL JL 19 septembre 2018 11:56

      @Attilax

       
      cela ne parait être du rouge ou du noir que pour les daltoniens éblouis pas le néolibéralisme. cf. 
       
      « Les diatribes de Mitterrand sur les « maîtres de l’argent » étaient plus violentes que les prises de position actuelles de Besancenot » François Ruffin, dans là-bas si j’y suis
       

    • JL JL 19 septembre 2018 12:02

      @jakem

       
       Cher Monsieur jakem ( ou Madame, ou Mademoiselle ou Mondemoiseau ),
       
      je ne vous ai pas demandé votre avis, c’est vous qui lavez spontanément donné. Je ne me suis permis que de vous demandez quelques précisions.
       
       Pour ce qui concerne le keynésianisme, bien des choses seraient à dire, qui nous mèneraient loin. Vous citez Pierre Manent. Le considérez vous comme un keynésien ?
       
       Avec mes salutations, blablala.

    • jakem jakem 19 septembre 2018 12:53

      @JL

      Cher Monsieur JL ( content de voir que vous me copiez), j’avais mal lu !

      Considérer Manent comme un keynésien ? j’en sais rien et je m’en fiche. C’est un penseur qui explore nos tourments et nos organisations.
      Je ne me souviens pas avoir lu un article de « Manent le keynésien » .

      Vous attachez une sacrée importance à cette théorie économique.
      Un souvenir d’enfance, chaleureux et obsédant, que vous avez peut-être expérimenté avec des camarades ( en jouant aux billes ou à pisse- sur- les- araignées ; gagner des araignées est moins intéressant que gagner des billes ; mais on peut les échanger contre des billes en terre à 1 centime de franc qui permettent de continuer une partie quand on n’a plus de billes en verre ; on peut aussi en donner en gage en échange de billes en verre avec lesquels on peut en gagner puis rendre les « prêtées » et récupérer ses « en terre » ; et puis on fabrique un grand circuit dans du sable sur lequel faire rouler les billes, avec des ponts et des tunnels etc... ) sans savoir que c’était une vision organisationnelle de la société ?

      Avec tous les salamalecs habituels !

    • JL JL 19 septembre 2018 13:07

      @jakem

       
      ’’Vous attachez une sacrée importance à cette théorie économique.’’
       
       Non !
       
       

    • JL JL 18 septembre 2018 13:34
      Rosanvallon dit « les populisme haïssent les contre-pouvoirs ». A quoi je réponds : N. Sarkozy qui haït la Justice est donc un populiste ?
       
      « Entre le fort et le faible c’est la liberté qui opprime et la loi qui protège ». Rosanvallon a tout faux. CQFD

      • JL JL 18 septembre 2018 13:50

        Le populisme c’est un discours de dominant avec des mots de dominés.

         Selon Serge Tisseron, il y a deux sortes d’empathie : l’empathie cognitive, et l’empathie affective. Seule la seconde est authentique. L’empathiste est celui qui parle et agit sous couvert d’une empathie affective qu’il décrète mais n’éprouve pas. Le populisme c’est de l’empathisme.
        « La langue politiquement correcte contribue à l’édification d’un vaste discours anonyme qui discipline la pensée de tous, tout en faisant taire la singularité de chacun… Le pouvoir symbolique, c’est d’abord le pouvoir d’amener les dominés à prévoir et à décrire les choses comme ceux qui opposent des positions dominantes ont intérêt à ce qu’ils les voient et les décrivent. En d’autres termes : celui qui impose à l’autre son vocabulaire, lui impose ses valeurs, sa dialectique et l’amène sur son terrain à livrer un combat inégal…. Selon Philip K. Dick, l’instrument de base de la manipulation de la réalité est la manipulation des mots. Certains termes sont dépréciés ou sont connotés négativement : tout ce qui gravite autour du peuple par exemple, à un point tel que l’on serait tenté de croire que le changement de conjoncture politique et intellectuelle invite à voir dans le peuple le principal problème à résoudre et non plus une cause à défendre. Le recours à l’adjectif populiste permet de stigmatiser toute référence au peuple, un adjectif qui a par ailleurs perdu toute signification à cause de sa sursaturation médiatique... La novlangue, ce jargon des propriétaires officiels de la parole se compose de généralisations et d’expressions toutes faites et entraîne un appauvrissement sémantique qui lui-même induit un conformisme idéologique. » (Les mots détournés, outil de propagande

        Chantal Mouffe : « Il me semble urgent et nécessaire de promouvoir un populisme de gauche » Chantal Mouffe est écrivain philosophe et inspiratrice de Podemos et de la France insoumise.

      • Séraphin Lampion Gwynplaine 18 septembre 2018 19:04

        @JL

        « Chantal Mouffe est écrivain philosophe et inspiratrice de Podemos et de la France insoumise. »

        En effet, cette personne est bien l’égérie de Mélenchon qui lui doit ce glissement risqué vers un terrain dont il n’a peut-être pas mesuré tous les pièges. Je n’ai voulu nommer ni l’un ni l’autre dans l’article pour m’en tenir à un débat d’idées indépendant des personnes, ce que je craignais qui ne fût interprété comme des attaques personnelles.

        Que cette personne soit « écrivain » (je crois que le mot « écrivaine » est usité également) est indéniable puisqu’elle a publié des livres. Pour ce qui est du qualificatif de « philosophe », il serait bon de définir quelles caractéristiques justifient ce terme en la circonstance.

        En dernière analyse, cette mode n’est rien d’autre qu’une énième tentative pour présenter le centre (qui en fait est à droite) comme la troisième force. Après avoir été situé à l’extrême gauche, FI a donc fait un long chemin. Ruffine doit avoir du mal à s’endormir, certains soirs.

      • JL JL 18 septembre 2018 19:41

        @Gwynplaine

         
        ’’ cette personne est bien l’égérie de Mélenchon qui lui doit ce glissement risqué vers un terrain dont il n’a peut-être pas mesuré tous les pièges.’’
         
        Je ne crois pas qu’on puisse parler d’égérie : d’abord elle est bien plus que cela ; d’autre part Mélenchon n’a pas besoin d’égérie ni e maître à penser.
         
         Je ne comprends pas le reste de votre post : Que vient faire le centre ici ? De quelle mode parlez vous ? Qui est Ruffine ?

      • Cateaufoncel3 Cateaufoncel3 18 septembre 2018 13:52

        « Le fondement idéologique des nouveaux « les populistes de gauche » en Europe reposent sur l’idée de remplacer la lutte des classes marxiste par la rivalité entre les personnes d’en bas et les « élites » d’en haut (idéologie d’ailleurs partagée par Macron lui-même), les riches contre les pauvres, 99% contre les 1% ». »

         

        Leur problème, c’est qu’ils sont confrontés à une réalité qu’il leur est impossible de prendre en compte, tant elle détruit de dogmes de leur credo. En dépit de l’accumulation de résultats électoraux convergents, il leur interdit de constater qu’en maints endroits, la lutte des races a remplacé la lutte des classes.

         

        Avec leur honnêteté et leur haut degré de professionnalisme coutumiers, les gazettes n’ont retenu que la progression des Démocrates de Suède n’avaient pas été au niveau de leurs espérances, et que la formation d’un nouveau gouvernement ne serait pas aisée.

         

        Mais si on analyse quelques détails des résultats qui nous sont parvenus, il y a tout de même des enseignements à tirer. Dans le vote masculin, les DdS sont devenus premier parti, avec 24 % des voix, contre 16 % en 2014, devant les socialistes 23 % des voix, contre 30 % en 2014. Dans la catégorie « Entrepreneurs et fermiers », le DdS est en deuxième position, avec 25 % des voix, contre 8 % en 2014, derrière les Modérés, avec 26 % des voix, contre 35 % en 2014.

         

        Chez les cols bleus, les DdS sont également en deuxième position, avec 26 % des voix, contre 11 % en 2014, derrière les socialistes avec 31 % des voix, contre 39 % en 2014. Et même chez les cols blancs, le DdS ont passé de 8 à 14 %.

         

        Sur le plan national, alors qu’après les élections de 2014, une commune ayant voté DdS à 20, était considérée comme un des ses fiefs, il y en a eu trois cette année à voter DdS à pèse de 40 %.

         

        Un survol des 21 comtés du pays, montre que les populistes ont recueilli :

        - + de 25 % des suffrages, dans 3 d’entre eux, dont celui de Malmoë, 28.82 %

        - + de 20 % dans 6 d’entre eux

        - + de 19 % dans 6 d’entre eux également.


        • Cateaufoncel3 Cateaufoncel3 18 septembre 2018 14:54

          @zzz’z

          « Diviser pour mieux régner… »

           "Diviser : Séparer (une chose, un ensemble de choses, un groupe de personnes) en plusieurs unités ou parties."

          Cela précisé, je ne peux être divisé ni avec ces gens-ci

           https://twitter.com/i/status/1033396105910906881

           …ni avec ces gens-là ::

          https://www.youtube.com/watch?v=tyk6n4INegI

           


        • Séraphin Lampion Gwynplaine 18 septembre 2018 15:53

          @zzz’z et @Cateaufoncel3


          autrement dit, pour évacuer les vrais enjeux et faire en sorte d’avoir une part de la gamelle électorale, on remplace les conrontations sociales par des « sujets » sociétaux

          les américains appellent ça des « wedge issues », des os à ronger, des pommes de discorde, etc...
          on jette un morceau de poumon à la meute et elle se bat pour le dévorere pendant que les vrais prédateurs mangent le gigot

        • Cateaufoncel3 Cateaufoncel3 18 septembre 2018 16:27

          @Gwynplaine

          « autrement dit, pour évacuer les vrais enjeux… »

          Les vrais enjeux ? Quels vrais enjeux ? Les vôtres assurément. Moi, je n’ai pas les mêmes. Je fais partie de cette catégorie de gens dont Orwell disait qu’ils ont « des valeurs  (patriotisme, religion) qui ont des racines plus profondes que la raison économique. »

          Ces gens existent, si, si, je vous assure, et ils ont autant le droit d’être représentés politiquement que ceux qui n’ont que la raison économique, et qui ne sont certainement pas plus respectables que ceux que vous prenez pour des c…


        • Cateaufoncel3 Cateaufoncel3 18 septembre 2018 17:10

          @zzz’z

          « Reste à entourlouper les gogos qui ne comprennent pas pourquoi. » 


          Mais ceux qui entourloupent ne sont pas pires que ceux qui promettent du gigot pour tout le monde

        • Cateaufoncel3 Cateaufoncel3 18 septembre 2018 17:12

          @zzz’z

          « ... les choix des gouvernements que sur la chose publique limitée aux principes régaliens. »


          Et c’est le peuple qui détermine les choix sociétaux par son vote.

        • Séraphin Lampion Gwynplaine 18 septembre 2018 18:13

          @Cateaufoncel3

          « Ces gens existent, si, si, je vous assure »

          Je sais qu’ils existent, et les politologues aussi le savent.
          Ils sont même nombreux, ces « gens ».
          C’est justement ce segment de clientèle électorale que les experts du marketing politique essaient de décortiquer pour élaborer le discours qu’ils ont envie d’entendre afin de capter leurs voix.
          Ils sont même prêts à se contredire tous les jours et à trahir leurs amis pour ça.

          Le conditionnement pavlovien d’un électorat consiste à jouer la musique qui déclenche le bon réflexe dans l’isoloir. Les virtuoses des tribunes et des talk-shows sont capables de déchiffrer une nouvelle partition et fournir une interprétation audible en lecture à vue. Très fort !

        • Cateaufoncel3 Cateaufoncel3 18 septembre 2018 18:44
          @Gwynplaine

          « Le conditionnement pavlovien d’un électorat... »

          Vous-même vous votez ou vous vous abstenez pour vous démontrer à vous-même que vous échappez aux conditionnements pavloviens ?

          Si c’est trop indiscret, vous ne répondez pas

        • Séraphin Lampion Gwynplaine 18 septembre 2018 19:09

          @Cateaufoncel3

          je me suis abstenu aux dernières consultations, depuis 2012. Une fois j’ai voté blanc, et une fois j’ai voté Chirac et je me suis fait couillonner comme un débutant. Je me suis juré, mais un peu tard, qu’ion ne m’y prendrait plus. Je vote aux municipales. Je ne sais pas si je voterai aux Européennes.

          Pour moi, un vote utile est tout simplement un vote qui sert à quelque chose.

        • William 20 septembre 2018 09:20

          @Gwynplaine
          On peut s’abstenir occasionnellement parce qu’aucun candidat ne représente un choix que l’on considère acceptable, mais de manière générale, le « plateau » est suffisamment vaste pour pouvoir faire un choix, si possible « au mieux », éventuellement « au moins pire », car faire de l’abstention un principe, c’est laisser les autres opter pour soi. Ainsi -mais cela n’engage que moi- Hollande a été en 2012 un moins mauvais choix que Sarko, et le bilan du quinquennat de chacun d’eux le montre, avec le recul. Le plateau de 2017 était d’une autre nature, et le résultat était connu à l’avance donc le choix était soit de renforcer le triomphe du vainqueur annoncé, soit de montrer des réticences, j’ai opté pour la seconde solution en ne votant pas (peut-être aurait-il même fallu un « vote du pire » juste pour baisser son score, mais je n’ai pas franchi le pas ...cette fois).


        • Attila Attila 20 septembre 2018 19:47

          @William
          « car faire de l’abstention un principe, c’est laisser les autres opter pour soi »
          Globalement d’accord avec votre message. Étant donné qu’aujourd’hui les informations les plus importantes sont disponibles et permettent à chacun d’évaluer la politique des candidats , chaque électeur est responsable des conséquences de son vote.
          L’abstention a des conséquences elle aussi, notamment de renforcer le résultat de celui qui est en tête. L’abstentionniste est responsable des conséquences de son abstention.

          .


        • Cyril22 18 septembre 2018 14:33
          le terme « populisme » a pris une signification péjorative, mais au sens strict il s’agit d’un mouvement basé sur les aspirations populaires par rapport à un « despotisme éclairé » que veulent insuffler les élites. Il peut donc y avoir un populisme de gauche, s’éloignant des idéologies universalistes certes éthiquement louables, mais éloignées des réalités de terrain.
          La question de l’identité est un aspect important, la preuve en est que ceux là même qui réfutent celle des pays d’accueil promeuvent au contraire celle des nouveaux arrivants. Racine, souche, tronc commun, tous ces termes arboricoles recouvrent en fait une même réalité, l’attachement aux valeurs et traditions du groupe.

          • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 18 septembre 2018 14:52

            Vaut mieux lire Michea pour comprendre. Pour les amateurs vidéo il y a quelques interventions de lui (rares) sur Youtube .


            • jakem jakem 19 septembre 2018 10:55

              @Aita Pea Pea

              « Ce qui commence par Kouchner finit toujours par Macron » : J-C. Michéa, dans son dernier livre.

              Le Figaro publie un entretien de lui avec Manent ( de droite ) à propos de la modernité.

            • Attila Attila 18 septembre 2018 15:27

              Après l’effondrement du Parti Communiste, il n’y a plus de mouvement politique qui représente et défend les classe populaires, comme le confirme Christophe Guilluy.
              Les débris de ce qui reste de la gauche sont tous d’inspiration trosse-kyste. Et traiter de nigauds les ouvriers qui viennent manifester pour défendre leur emploi, est-ce populiste ? Lien.

              .


              • malitourne malitourne 18 septembre 2018 22:29

                @Attila
                Magnifique le travail de Guilluy. La France perdante de la mondialisation, lui, il l’a saisi par une observation objective géographique. Cette France périphérique qu’il a observé, majoritaire, est bien réelle. La gauche intellectuelle est en retard d’un wagon et ferait bien de le lire afin de réactualiser des idées poussiéreuses.


              • Attila Attila 19 septembre 2018 00:06

                @malitourne
                Sur le plan intellectuel, je crains que ce qu’il reste de la gauche ne soit complètement cuite. Les classes populaires, les sans-dents, les illaytrés, les gens de rien et les nigauds ont intérêt à s’organiser de manière indépendante.

                .


              • William 20 septembre 2018 09:27

                @Attila
                Il a existé jusqu’aux années 80 une véritable « classe ouvrière » avec une conscience de classe. Désormais avec la désindustrialisation massive liée à la mondialisation, les ouvriers des grandes entreprises sont moins nombreux, et les classes populaires sont très morcelées (commerce, services, TPE, etc.). Si bien que l’électorat structurel des partis de gauche sont surtout dans la fonction publique et les entreprises parapubliques, et défendent surtout les spécificités de leur propre statut.


              • pallas 18 septembre 2018 18:38
                Gwynplaine
                Bonjour,

                Le populisme de gauche, c’est un peut les manifestants de la fac de Tolbiac, ou ceux allant faire des festivals et parlant d’écologie, voir faire la fete de l’humanité.

                Sa n’est que de l’hypocrisie, tous des fils et filles à papa, ne vivant que par le crochet du pognon qui les gaves comme une oie, sans en connaitre ça réel signification d’où il arrive.

                Voila La France d’aujourd’hui auquel des petits bourges, parle de pauvreté, tout en ce droguant et faisant dans le sexe en étant camé évidemment, ah oui sa discute d’amour aussi, en fumant du cannabis, acheté au préalable envers un dealers des cités.

                Notre nation n’est que stupidité, et apres ça pleure qu’il y est un nombre grandissant d’incivilités et de violence.

                Les bourges se déguisant en pauvre, comme si c’était la fête Halloween pour eux toute l’année.

                Ils sont écœurants de suffisance et de lâchetés, digne de leurs papa bourrer aux as et se tapant des prostitués.

                 smiley

                Salut

                • jakem jakem 19 septembre 2018 11:07

                  @pallas

                  Pallas, vous brouillez les cartes en associant le populisme de gauche au comportement des gauchistes que vous dénoncez ; et je vous rejoins pour leur balancer des tomates et des oeufs pourris.

                  Je pense qu’il faudrait plutôt parler de bien-pensants de gauche ou de bien-séants ou de gauchistes conformistes ( conformes à l’image qu’on a d’eux et qui devenue aussi dure et emblématique qu’un vitrail ).

                  Parce que le populisme de gauche est déjà utilisé pour désigner « Aufstehen ! » ( debout !) de S. Wagenknecht.

                  A mon avis c’est aussi inapproprié et on devrait parler de gauche réaliste dans le cas de Wagenknecht. Mais confusion possible en Allemagne où on trouve encore des « Realos », c’est-à-dire des verts aptes à gouverner ( opposés aux « Fundis », les fondamentalistes ).

                  Je partage totalement votre avis concernant les « étudiants » de Tolbiac et tant d’autres sites ruinés par leurs occupations destructrices.
                  Ces nuisibles ne savent pas ce qu’est le travail ; ils méprisent en réalité les travailleurs les plus humbles et plus mal payés, ceux qui nettoient leurs merdes.

                  Ils ont énormément de chance que je ne sois pas au pouvoir. (j’ai un côté facho-nazi-frontiste-autoritaire-antidémo-réac- et j’en oublie, qui ne leur plaît pas du tout)

                • Reiki 18 septembre 2018 21:11

                  Effectivement la politique de gauche comme de droite es arriver a la limite du crédible. Faudrais une Democratie direct , supprimez les intermediaire , redonnez légitimité et pouvoir au Dirigeant . Ainsi on ne debaterais que sur des resultat obtenu ou pas ...... NI de Gauche, Ni de Droite Je suis d Ici ;)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès