• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Pour en finir avec le gauchisme !

Pour en finir avec le gauchisme !

De nos jours, une qualification politique péjorative se répand dans la sphère politique, et notamment sur Internet, de manière phénoménale. Il s’agit de l’insulte “gauchiste”. Le plus souvent employée par des militants d’extrême-droite pour discréditer leurs adversaires politiques, il n’y a pas une personne qui s’intéresse à la politique en France qui ne l’ai pas entendu. Car le quolibet est répandu bien au delà des frontières de la “fachosphère” pour se retrouver dans la bouche de François de Rugy lorsque celui-ci quitte les Verts, dans celle de certains altermondialistes pour se démarquer des Black Blocs ou encore dans celle de militants du Pôle de Renaissance du Communisme en France (PRCF) pour disqualifier les communistes non orthodoxes. Les activistes d’extrême-droite y voient certainement une preuve que la gauche vole des termes et des idées à la droite tout en la critiquant très fermement par ailleurs. Rien n’est plus faux. Le terme de gauchisme a été employé par la gauche, surtout par les communistes, bien avant que l'extrême-droite n’ait conscience de l’existence de ce mot. Il y a environ un siècle, Lénine s’en prenait vigoureusement à ce qu’on nomme la “gauche communiste”, c’est à dire l’ensemble des courants communistes qui refusent le léninisme et ses mensonges, dans son livre “Le gauchisme, la maladie infantile du communisme”. Par la suite, le brocard a été en possession presque exclusive du Parti communiste français (PCF) qui a contribué à en assurer la pérennité. En effet, il l’a utilisé à tout bout de champ pendant environ une trentaine d’années pour dévaloriser les courants communistes contestataires qui proposaient des alternatives au léninisme et à l’URSS. Ce n’est qu’après la chute du Mur de Berlin et l’effondrement de ce qu’on a appelé le “socialisme réel” que l’invective “gauchisme” est récupéré par l’extrême-droite qui dès lors n’hésite pas à la ressortir à toutes les sauces pour toute sorte de choses qui lui déplaît. François Hollande ? “Gauchiste !” Les mass-médias ? “Gauchistes !” Christiane Taubira ? “Gauchiste !” Mélenchon ? “Gauchiste !” etc… Pour certains, dont le youtuber Daniel Conversano, qui entre temps se réclame ouvertement du fascisme, l’insulte sert même à déshonorer d’autres membres de la soi-disante “résistance”, comme Alain Soral par exemple. Ainsi, on assiste à une entreprise de récupération d’un terme provenant de la gauche radicale par une extrême-droite qui en même temps la critique. Nos fameux activistes de la pseudo-e-résistance n’ont donc pas l’appartenance de ce mot, ce qui soulagera certains. De plus, comme à chaque fois que l’extrême-droite emploie un concept ou un terme, une immense confusion s’est répandue autour du gauchisme. Il a tellement été exploité par la droite réactionnaire qu’il a perdu son sens originel. Il nous faut donc clarifier cette expression et lui redonner un sens. “Les mots sont des armes” comme disait Pierre Bottero, des outils qu’il est nécessaire de manier correctement et objectivement. C’est ce que je me propose de faire ici, une renaissance du mot “gauchisme” afin de pouvoir l’utiliser de manière réellement appropriée à l’avenir.

 

Tout d’abord, avant de s’intéresser aux différentes caractéristiques du gauchisme, il convient de le distinguer de concepts qui, dans la bouche de l’extrême-droite, sont similaires, mais qui dans la réalité désigne deux choses différentes. Une entreprise de déminage du terme est indispensable avant de s’attaquer en profondeur à sa signification. A droite, on aime mélanger pour la cause ce qui n’a rien à voir ensemble. De fait, le gauchisme est assimilé au concept de bourgeois-bohème (“bobo”) ou de cosmopolite. L’amalgame démarre ainsi pour nos champions de la culture française. Or, le gauchisme n’a rien à voir avec la bobocratie et est également différent du cosmopolitisme. Car les bobos ne sont pas des gauchistes, que cela plaise ou non. D’une part, les gauchistes se prétendent révolutionnaires là où les bourgeois-bohèmes se veulent réformistes ou conciliateurs. Pour un bobo la violence est bien souvent à rejeter car il a un goût aigu pour le dialogue social et le compromis. Cependant, il nous faut d’abord définir ce qu’est le phénomène du bobo. Ensuite, cela nous permettra de le distinguer du gauchisme. Le bobo désigne des individus appartenant aux nouvelles couches moyennes (cadres et professions intellectuelles élevées au service des intérêts de la classe dominante) apparues dans les années 70 avec le néo-capitalisme, qui se veut dans le camp du progrès et du bien, tout en étant conservateur économiquement car s’en prendre au système politique et économique va à l’encontre de ses intérêts de classe. Les bourgeois-bohèmes sont donc apparus avec le néo-capitalisme, c’est à dire lors de l’explosion du marché des loisirs, du désir et des activités tertiaires au détriment des industries (souvent délocalisées). Ils accompagnent ce phénomène bien particulier et le renforcent. En effet, le néo-capitalisme a compris que le système fordiste, conservateur et autoritaire n’était plus tenable et il a donc insufflé un nouvel esprit au capitalisme teinté de liberté. Notre bobocratie s'enthousiasmait (et s’enthousiasme toujours) des conquêtes sociétales et de la fin du conservatisme au moment même où la contre révolution néo-libérale se mettait en place et précarisait les travailleurs. En fait, cette réaction économique ne déplaît nullement aux bobos car, appartenant aux couches moyennes, ils ont des intérêts de classes proches de ceux de l’oligarchie. Par conséquent, un bobo est à gauche sur le plan sociétal et à droite sur le plan social. Or, le gauchisme, s’il est à gauche sur le plan sociétal, il l’est aussi sur le plan social. Il se veut révolutionnaire. Alors que le bobo se voue dans le culte des nouvelles technologies et cherche toutes sortes de bonnes idées pour réformer le capitalisme et le rendre plus tendance, plus juste. Le gauchiste lui veut détruire le capitalisme, là où le bobo veut le renforcer en le réformant. C’est complètement différent. Quant au cosmopolitisme, ce terme est réducteur. Le fait que le gauchiste soit un mondialiste est vrai, mais c’est loin d’être assez ! Bref, distinguer le phénomène gauchistes de groupes sociaux, comme la bourgeoisie-bohème, et d’autres phénomènes, comme le cosmopolitisme, est primordial pour éviter toute confusion.

 

Maintenant, il nous faut étudier les principales caractéristiques du gauchisme afin de pouvoir le définir clairement à l’avenir. Tout d’abord, le gauchisme en tant qu’individu et en tant que groupe préfère toujours l’agitation à l’action. Un gauchiste n’agit pas, il s’agite, s’insurrectionne sans cesse tout en se croyant dans le même temps à la tête de la Révolution. Cette agitation excessive est la conséquence d'un autre phénomène propre au gauchisme, sans lui être exclusif, le manque de théorisation. L’individu gauchiste ne doit certainement pas connaître l’adage “réfléchir avant d’agir”. Alors que la Révolution doit immanquablement s’appuyer sur une base théorique comme le remarquait judicieusement Marx, le gauchiste pense au contraire qu’on peut s’en passer et que ce n’est qu’une perte de temps. Mieux vaut se montrer à l’opinion publique que de rester dans son coin à théoriser croient les gauchistes. Or, en réalité les gauchistes se montrent à l’opinion publique en manifestant et en s’agitant, mais à cause du manque de théorisation sur la manière de se présenter devant elle, celle-ci les rejette ou passe à côté d’eux sans les voir, alors qu’ils auraient pu réfléchir à une manière efficace de se présenter aux yeux des travailleurs. Voilà ce qu’est la véritable action politique, une mise en pratique d’une pensée théorique. Sinon, on se cantonne comme le NPA à de l’agitation, on manifeste et on ne dépasse pas les 2% aux élections, bien que les élections ne soient pas représentatives de la volonté du peuple, loin s’en faut. Mais le NPA est tout entier tourné vers l’agitation, y compris son symbole, un haut-parleur, servant simplement à faire du bruit et non pas à se cogiter sur la manière dont le bruit diffusé pourrait être audible à l’oreil des travailleurs. De même, leur programme dans lequel on parle de taxer les riches, au lieu d’apporter une méthode, que l’on a théorisé auparavant, pour faire en sorte qu’il n’y en ait plus. Au contraire de ce parti libertaire, il faut absolument préparer la Révolution par une théorisation adéquate au réel. D’ailleurs, Lénine disait bien “sans théorie révolutionnaire, pas de pratique révolutionnaire", ce qui démontre que la théorie et la pratique vont de pair et qu’il faut toujours les confronter l’une à l’autre pour avancer dans le projet révolutionnaire. La bourgeoisie, elle, quand elle a mené la Révolution face à la noblesse et à l’aristocratie s’est appuyée sur une base théorique considérable. En témoigne le courant des Lumières qui permit de diffuser dans la société des idées allant à l’encontre du féodalisme et de l’absolutisme ou encore la philosophie et l’économie anglaise qui, à l’instar des travaux d’Adam Smith, vinrent justifier et assister la politique libérale conduite par la bourgeoisie une fois au pouvoir. Il faut donc, contrairement à ce dont sont convaincus les gauchistes, théoriser avant d’agir. En outre, les gauchistes de par leur manque de réflexion non seulement s’agitent bêtement, mais en plus le font sans même comprendre véritablement ce contre quoi il croient combattre. En effet, sans activité intellectuelle, on ne peut pas comprendre le monde qui nous entoure. Il faut analyser et comprendre les bases et les mécanismes de la société avant de se dresser contre elle. De fait, si l’on connaît les failles du mode de production capitaliste et des instances politiques, juridiques et économiques de notre époque mondialiste, on peut mieux affronter les tenants de ce système en les mettant face à leurs contradictions et en appuyant là où ça fait mal. Mais cela, le gauchiste semble l’ignorer. Malheureusement, l’ignorance semble être omniprésente parmi la société et elle est une des causes de l’apparition de mouvements gauchistes. Néanmoins, il ne faut pas avoir l’idée saugrenue de jouer dialectiquement en se faisant l’antithèse du gauchisme et en se limitant au plan théorique sans jamais entrer dans la pratique. Il ne faut pas non plus théoriser tout seul dans son coin et garder pour soi ce qu’on a théorisé. C’est une grave erreur. Comme disait Marx “une idée devient une force lorsqu’elle s’empare des masses”. Outre le fait de confirmer que l’on a besoin de théoriser et de réfléchir à des idées viables et révolutionnaires avant de les partager à la majorité des travailleurs, cette phrase prévient également le risque inverse, celui de ne point partager ses réflexions théoriques et donc de rester affaibli. Il ne faut rejoindre aucun de ces deux travers, ni celui de l’intellectuel isolé, ni celui du gauchiste ignorant.

 

 Autre caractéristique du gauchisme, celle de voir certains révolutionnaire qui, par manque de théorisation, tomber dans les pièges de l’idéologie dominante en reprenant certains combats qui dans la manière dont ils sont menés au sein de la société capitaliste servent les intérêts de la classe dominante. Ces combats, qu’ils soient bons ou mauvais, là n’est pas le problème n’ont au premier abord aucun lien avec le renforcement de l’oligarchie capitaliste, sinon même un gauchiste ignorant ne serait pas assez bête pour les reprendre. Il s’agit d’un certain nombre de luttes, qui menées dans la société capitaliste renforce celle-ci. Tout d’abord, on y trouve le vaste ensemble des luttes sociétales qui, je le répète, même si au premier abord on ne s’en rend pas compte, affermissent la domination oligarchique. En effet, le principe des combats sociétaux de nos jours est non seulement d’être ultra-conformistes car avec le temps le conservatisme culturel a été vaincu, mais surtout de masquer le véritable problème actuel par des problèmes secondaires, ce qui arrange évidemment les salauds au pouvoir. En déplaçant sans cesse le débat sur des questions sociétales au lieu de s’intéresser au social et au politique on noie la lutte des classes derrière un brouillard gauchiste qui n’est en rien anticonformiste. Le sociétal, indubitablement, prend à coeur les individus bien au delà du camp progressiste. Des fondateurs de start-up aux bobos en passant par les capitalistes “à gauche sur les moeurs”, personne ne s’oppose, tout le monde approuve, à part peut-être quelques vieux bourges rabougris du XVIe arrondissement de Paris. Mais là le problème n’est plus qu’une question de temps. Il suffit d'attendre la prochaine canicule. Plus important, le grand problème du sociétal est qu’en plus de masquer les intérêts de classes en opposant les individus sur des critères de sexe ou d’orientation sexuel (dont on n’en a rien à foutre normalement), il est souvent récupéré par le néo-capitalisme, le capitalisme du marché des loisirs et des désirs. Cela a notamment été le cas des avancées sociétales post-soixante-huitardes. Les verrous culturels conservateurs empêchant le néo-capitalisme en devenir d’accélérer son expansion ont été brisé suite à Mai 68. L’héritage sociétale soixante-huitard est rapidement récupéré par le néo-capitalisme, ce qui fait advenir le marché du désir. Evidemment, la libération sexuelle mute en libéralisation sexuelle et il en est de même pour beaucoup d’autres changements sociétaux. Le désir, synonyme pour beaucoup de liberté, est en réalité une aliénation perfide de l’homme. De plus en plus la société capitaliste, néo-capitaliste, dit à l’individu de se laisser aller à ses envies, d’abandonner sa conscience de classe car après tout il n’y a pas de classe parmi les consommateurs. Tout est permis pour le consommateur, mais rien n’est possible en réalité pour les travailleurs, comme l’indiquait judicieusement Michel Clouscard. Car encore de nos jours, si les classes et les couches moyennes ainsi que ceux qui vivent de la propriété lucrative ont accès à une forte consommation, ce n’est pas le cas des travailleurs, ouvriers, salariés, paysans et “professions intermédiaires”. Pire, dans le néo-capitalisme on est permissif avec le consommateur (le client est roi) et répressif avec le producteur qui continue à subir l’exploitation comme lors du capitalisme pré-soixante-huitard. La conséquence de toutes ces mutations est simple. Au lieu de s’effondrer avec la crise du capitalisme traditionnel, le mode de production capitaliste a trouvé des ressources dans le néo-capitalisme. Mai 68 accompagne et fortifie ce mouvement. Voilà donc un exemple de tous les artifices du capitalisme qui fait des combats sociétaux autant de fortifiants pour sa domination. Et c’est pourquoi j’appel à recentrer le débat sur le politique les rapports de production et de classes. La Révolution politique et sociale qui jahira entraînera immanquablement le progrès sociétal alors que l’inverse n’est pas vrai et entraîne un phénomène contre-révolutionnaire.

 

En outre, il nous faut voir un autre combat mené par les gauchistes et qui lui aussi sert les intérêts des oligarques, mais cette fois de manière directe. Au nom d’un Internationalisme révolutionnaire mal compris les gauchistes croient de bon goût s’en prendre à ce qu’ils considèrent à tort comme des carcans : les frontières et les nations. L’internationalisme gauchiste, celui qui justifie la libre circulation des personnes entre nations et la disparition de ces dernières, est en réalité un mondialisme de gauche. Ce mondialisme, et il ne faut pas être très intelligent pour s’en rendre compte, fortifie nettement la classe dominante. Premièrement, cela coupe ces pseudos-révolutionnaires des travailleurs français qui, que cela leur plaise ou non, sont patriotes et sont attachés à la Nation française. De plus, s’attaquer aux nations, cela veut dire s’attaquer à l'identité des peuples, et donc les affaiblir. Des masses sans identités, perdues dans le mondialisme et le multiculturalisme sont beaucoup plus facilement malléables que des masses qui prennent consciences qu’elles forment un peuple qui doit entrer en action pour s’emparer du pouvoir par la Révolution. Les élites, que ce soient les bobos ou les oligarques, sont toutes mondialistes de nos jours parce que cela convient à leurs intérêts. Le problème des gauchistes sans théorisation révolutionnaire est qu’ils sont restés fixé dans les vieux schémas pour lesquels l’Etat-nation est un outil aux mains de la bourgeoisie pour se maintenir au pouvoir. Or, de nos jours, au contraire, les capitalistes (tout comme les gauchistes donc) s’en prennent aux États-nations afin de renforcer des superstructures supranationales sur lesquelles elles ont plus de mainmise. Par ailleurs, Michel Clouscard expliquait que “alors que l'Etat-Nation a pu être le moyen d'oppression d'une classe par une autre, il devient le moyen de résister à la mondialisation. C'est un jeu dialectique”. Comme quoi le gauchisme peut sur certains points être exactement du même avis que l’oligarchie capitaliste. C’est le principe de l’idiot utile.

 

Pour conclure, on en arrive à la définition suivante du gauchisme : Ensemble des mouvements se voulant révolutionnaires mais qui par leur manque de compréhension du réel mènent des combats qui servent à la classe dominante et à la contre-révolution. C’est contre ce gauchisme que j’appel tous les révolutionnaires à combattre par la pensée. Il faut absolument que les militants gauchistes soient formés à la théorie révolutionnaire afin de pouvoir optimiser les actions révolutionnaires. Le gauchisme est une plaie mauvaise sur le corps du camp révolutionnaire français. Il faut la brûler au fer rouge.


Moyenne des avis sur cet article :  3.25/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

121 réactions à cet article    



    • Zolko Zolko 21 mai 2018 15:36

      @Montdragon : excellent, merci


    • Trelawney Trelawney 22 mai 2018 09:29

      @Montdragon
      L’histoire ne fait que se répéter.

      En 68 des « gauchistes » ont allumé des feus un peu partout et puis ces même « gauchistes » se sont intégrés (amalgamés histoire d’être subversif) à la société pour devenir nos élites que l’on a retrouvé un peu partout dans les gouvernement, les médias, les partis politiques (Cohn bendit, Dray, etc).
      Ensuite le FN a grignoté sa part de fromage avec comme slogan : « on n’a pas à rougir de ce que l’on est ». Ou pour faire simple, l« e facho n’est pas mauvais en soit ». Il occupe tranquilou des places dans les médias, les partis politique et même au gouvernement et ont évincé les anciens gaucho les traitant de hasbeen.
      Il est normal que les nouveau gaucho viennent occuper le terrain pour remplacer les anciens. Regardez bien les lanceurs de cailloux du black blocs, ou la petite nana de l’unef qui met son foulard pour parler à la TV. Ce sont eux qui dans 10 ans rouleront en BMW et iront en vacances au club med. Et tout ça payé par le contribuable

    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 22 mai 2018 09:33

      @Trelawney


      Exactement : de victimes ils sont devenus les bourreaux. Schéma classique du sado-masochisme. Simple inversion de tendance. Mais le fond est le même. Avoir le pouvoir.

    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 21 mai 2018 11:39

      Et l’auteur tombant dans le même travers consistant à traiter toute personnes qui critiquent l’adulescence socialiste ou communiste de fachos. 


      • Dictature du peuple Dictature du peuple 21 mai 2018 11:51

        @Mélusine ou la Robe de Saphir.
        A quel endroit ? « Fachosphère » était ironique...


      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 21 mai 2018 11:56

        @Dictature du peuple

        D’accord pas encore réveillée. A la relecture,.... On reconnaît parfaitement le gauchiste à sa manière de traiter tout contradicteur de fachos. Ainsi, on évite le conflit,.... seule porte d’entrée vers la maturité. Je fus moi aussi en mes phases de sortie du cocon familial, ce que l’on appelait une « gauchiste ». Je suis ainsi parfaitement en position de faire mon auto « critique ». On étaient un peu cons. Mais pour sortir de la coquille, il fallait bien des coups de becs,... 

      • Samson Samson 21 mai 2018 13:33

        @Mélusine ou la Robe de Saphir.
        « Je fus moi aussi ... »

        « Celui qui n’a pas été anarchiste à 20 ans est un imbécile, celui qui l’est toujours à 40 en est un autre. » (Georges Clémenceau)

        Autant pour moi ! smiley


      • Onecinikiou 21 mai 2018 23:19

        @Dictature du peuple


        Définition du gauchisme : mouvement de pensée dont les membres, revendiqués ou non, sont généralement des individus gagnant moins de 3000€ par mois (souvent beaucoup moins) mais qui typiquement adoptent des postures intellectuelles, idéologiques et morales : sur l’immigration, les frontières, l’Union européenne, l’Euro, le protectionnisme, la politique étrangère, la mondialisation, l’antiracisme, l’autorité, le féminisme, le gender etc.., qui sont celles qui servent exclusivement les intérêts de ceux qui en gagnent mille fois plus.

        En cela ce mouvement de pensée est intrinsèquement bien-pensant et politiquement correct, ce faisant une des composantes majeures de l’idéologie dominante, et constitué essentiellement d’alliés objectifs de la ploutocratie cosmopolite transnationale, c’est à dire in fine d’éternels idiots utiles.

      • leypanou 21 mai 2018 12:41
        Au nom d’un Internationalisme révolutionnaire mal compris les gauchistes croient de bon goût s’en prendre à ce qu’ils considèrent à tort comme des carcans : les frontières et les nations. L’internationalisme gauchiste, celui qui justifie la libre circulation des personnes entre nations et la disparition de ces dernières, est en réalité un mondialisme de gauche : vous avez parfaitement raison sauf que mondialisme ne veut rien dire.

        D’ailleurs, en terminologie anglo-saxonne, c’est le terme globalism qui est utilisé, et cela reflète le vrai sens de la financiarisation sans frontières, mais pas seulement. Soros ainsi que les associations véritables suppôts tels « Open arms » et « SOS Méditerranée » promeuvent cette idée. Tous les bras cassés qui débarquent en France ne cherchent qu’une meilleure vie ici, au lieu de se battre dans leurs propres pays contre l’oligarchie locale, profitant des lois débiles comme la protection des mineurs isolés ou de l’enfant.

        Cet excellent article de Diana Johnstone sur les trotskystes pour compléter la lecture intéressante de l’article.

        • Dictature du peuple Dictature du peuple 21 mai 2018 12:47

          @leypanou
          Mondialisme a le même sens que globalisme : mondialisation économique = libre échange total + poids des multinationales + dépérissement des états-nations au profit de structures supranationales


        • Areole 21 mai 2018 12:47

          Bon si j’ai bien compris :

          - Il existe deux gauchisme un bon (le vôtre) et un mauvais (« plaie qu’il faut brûler au fer rouge »)
          - Le mauvais gauchiste « comprend mal l’internationalisme » qu’il confond avec « un mondialisme de gauche »
          - le bon gauchiste sait qu’ il faut caresser le prolétaire (bêtement nationaliste) dans le sens du poil afin qu’il se sacrifie pour la bonne cause.
          - une fois la victoire du peuple sur l’oligarchie acquise, il sera toujours temps de créer des camps de rééducation populo-révolutionnaires. 
          Vos connaissances des théories révolutionnaires est impressionnante.
          Puis-je, cependant, me permettre de vous donner un conseil :
          marchez à gauche mais surtout à l’ombre, le soleil tape fort en ce moment.

          • Dictature du peuple Dictature du peuple 21 mai 2018 12:50

            @Areole
            Non, le but n’est pas d’installer une caste de révolutionnaires bolcheviques au pouvoir. L’objectif est que les travailleurs français, le peuple français, prennent conscience de leurs intérêts, qui ne sont pas bêtement nationalistes, et s’emparent du pouvoir de manière organisée. Le gauchisme et ses pratiques anarchiques est un obstacle à cet objectif, c’est tout. 


          • Areole 21 mai 2018 14:01

            @Dictature du peuple


            « L’objectif est que les travailleurs français, le peuple français, prennent conscience de leurs intérêts.... et s’emparent du pouvoir de manière organisée »

             Qu’est-ce le « peuple français » ?  Qui sont les « travailleurs français », qui auraient des « intérêts » communs ?
            Le français de papiers des quartiers nord de Marseille a-t-il le moindre intérêt commun avec le paysan d’Epied en Beauce ? A part celui de servir d’idiot utile à la révolution.
            Quant aux « travailleurs » c’est une catégorie en voie d’extinction qui dispute les aides d’état aux « chômeurs » et autres inactifs, plus nombreux qu’eux, pour survivre.
            Vous voudriez faire une lutte de classe avec cette armée mexicaine ? 
            Bon courage !



          • Dictature du peuple Dictature du peuple 21 mai 2018 14:17

            @Areole
            Le peuple est en sens courant les classes sociales les plus nombreuses, s’opposant aux élites, la minorité favorisée.

            Le peuple, dans un pays capitaliste, se compose de l’ensemble des travailleurs : employés, agriculteurs modestes (ou paysans) ouvriers et professions intermédiaires (ingénieurs, techniciens...). Les élites sont composés de l’oligarchie (bourgeoisie politicienne + hauts fonctionnaires-bureaucrates + classe capitaliste) et des nouvelles couches moyennes : cadres sup et professions intellectuelles supérieures. 
            Les chômeurs sont des travailleurs forcés à l’inaction par l’économie capitaliste. 

          • révolQé révolQé 22 mai 2018 09:44

            @Areole
            Je plussois pour votre connaissance du village d’Epied en Beauce.  smiley


          • Blé 21 mai 2018 13:01

            En 1789, le peuple a changer de Maître mais pas ses chaînes. La République a élaboré les droits de l’homme hors sol, elle a refusée les droits de l’homme naturels, c’est à dire le droit de vivre autrement que sous le joug d’un pouvoir hiérarchique. Que le roi soit de sang bleu ou de sang bleu-blanc-rouge, cela ne change rien à l’exploitation de l’homme par l’homme dans les deux cas, ces princes ont jours besoin de chair à canon et des bras pour produire des richesses.

            La dictature qu’elle soit du peuple ou d’une autre entité restera une dictature et je ne me sentirai pas du tout libéré de quoi que ce soit.

            Je reste persuader que la solution n’est pas dans une dictature mais dans un partage de pouvoirs accepté par tous et pouvant être remis en cause dans le cadre de règles qui seraient élaborées par le peuple et pour le peuple.


            • Dictature du peuple Dictature du peuple 21 mai 2018 13:29

              @Blé
              La dictature du peuple, c’est la démocratie, c’est l’émancipation du peuple et surtout... la disparition de toute classe dominante, de tout maître. 

              « qui seraient élaborées par le peuple et pour le peuple. » Des règles élaborées par le peuple et pour le peuple = le peuple totalement souverain = le peuple contrôle l’économie et la politique = dictature du peuple = on vise le même objectif.

            • Zolko Zolko 21 mai 2018 15:23

              @Dictature du peuple : « la disparition de toute classe dominante, de tout maître »

              Ça c’est la définition de l’anarchie (an-archos, absence de chef). Et la dernière chose que des anarchistes voudraient est une quelconque dictature. Même (surtout) si elle se prétend au nom du peuple (Staline se faisait appeler « le petit père du peuple »)


            • Dictature du peuple Dictature du peuple 21 mai 2018 18:52

              @Zolko
              Non, détrompe toi. L’objectif communiste est d’advenir à la société sans classe. Les marxistes pensent y parvenir via la dictature du prolétariat et les anars directement par l’autogestion immédiate. 

              La dictature du peuple, ne doit pas être la dictature au nom du peuple, mais véritablement la dictature du peuple, c’est à dire la démocratie complète. 

            • Zolko Zolko 21 mai 2018 20:17

              @Dictature du peuple : hum ... et comment faire la différence entre « autogestion » et « démocratie complète » ? Et quelle est la différence entre « autogestion » et « souveraineté » ? Et entre « démocratie complète » et « souveraineté populaire » ?


            • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 21 mai 2018 20:24

              @Zolko Bonsoir. Faut aller musarder du côté d’Orwell.


            • Dictature du peuple Dictature du peuple 21 mai 2018 22:25

              @Zolko
              L’autogestion anarchiste est la disparition immédiate de toute autorité. Le pari anarchiste est que par cette méthode on arrivera d’un seul coup à la société sans classe où l’Homme se réalise pleinement. 

              Je pense qu’il faut d’abord une transition, où les travailleurs, le peuple, impose leur dictature et qu’une Révolution des consciences se mette en place. Or, la dictature du peuple, qui s’appuie sur la totale souveraineté de celui-ci, n’est rien d’autre que la démocratie complète. 

            • Zolko Zolko 22 mai 2018 12:50

              @Dictature du peuple : "le peuple, impose leur dictature et qu’une Révolution des consciences se mette en place. Or, la dictature du peuple, qui s’appuie sur la totale souveraineté de celui-ci, n’est rien d’autre que la démocratie complète. "
               
              rassurez-moi, vous étiez bourré quand vous avez écrit ce gloubiboulga de niaiseries qui ne veut rien dire !


            • Dictature du peuple Dictature du peuple 22 mai 2018 19:04

              @Zolko
              Dictature du peuple = pouvoir politique populaire via des assemblées locales à l’image des soviets ou des sections révolutionnaires lors de la Révolution française + pouvoir économiue aux travailleurs : pas aux actionnaires, possession et contrôle des entreprises par les travailleurs. + pouvoir juridique populaire : en finir avec le droit actuel.
              Ce n’est pas dur à comprendre pourtant, la dictature du peuple n’est que le principe démocratique poussé à l’absolu.


            • Jonas Jonas 21 mai 2018 13:11
              "François Hollande ? “Gauchiste !” Les mass-médias ? “Gauchistes !” Christiane Taubira ? “Gauchiste !” Mélenchon ? “Gauchiste !” etc…« 

              Oui, ce sont des gauchistes.
              Des gens qui sont pour l’immigration de masse, la tolérance, le vivre-ensemble, le métissage, le multiculturalisme, l’Islam...mais pour les autres !

              Jean-Luc Mélenchon, pour qui »la France n’a pas d’avenir sans les Arabes et les Berbères du Maghreb« ,  »les occidentaux, ça n’a pas de réalité« , méprise les »blancs catholiques« , se réjouit de l’éradication de la race blanche par le métissage, ne supporte plus de vivre avec des »blonds aux yeux bleus« , et méprise les habitants du pays de Caux en Normandie, qu’il traite d’ »alcooliques épouvantables« , lorsqu’il se rend en banlieue »bigarrée" qu’il affectionne tant,...évite les jeunes, le peuple qui vient à sa rencontre, et est obligé de fuir en cachette !
              SALE GAUCHISTE !!!

              • Dictature du peuple Dictature du peuple 21 mai 2018 13:25

                @Jonas
                La parenté du terme gauchiste ne te revient pas, elle est de Lénine. Le vivre-ensemble, le cosmopolitisme sont des composantes du gauchisme, mais cela ne veut pas dire que tous ceux qui portent ces « valeurs » sont des gauchistes.
                N’oublie jamais que le gauchisme est rattaché à l’idée de Révolution, contrairement à Taubira ou à Hollande. 


              • Jonas Jonas 21 mai 2018 15:39
                @Dictature du peuple « N’oublie jamais que le gauchisme est rattaché à l’idée de Révolution, contrairement à Taubira ou à Hollande. »

                Le gauchisme est une forme de révolution, en effet, idéologie qui déclare la toute puissance sans limites de l’homme (« il est interdit d’interdire ») sur Dieu et la Nature qu’il a créé (destruction en masse des forêts, annihilation des espèces végétales et animales en recouvrant la Terre de milliers de km2 de bitume, mariage pour tous, tentative de légalisation de la pédophilie, génocide de masse à l’échelle industrielle avec 220 000 avortements chaque année en France, pornographie sans limites sur Internet, pollution et empoisonnement sans limites de la nature et de la nourriture avec pesticides, gaz nocifs, édulcorants, émulsifiants, exhausteurs de goûts, colorants, polyphosphates, etc...).

                Lénine était un communiste, il voulait mettre fin à la propriété privée et exterminer physiquement toute la classe bourgeoise par la révolte armée :
                « Le pouvoir des Soviets a agi comme auraient dû agir toutes les révolutions prolétariennes : il a cassé net la justice bourgeoise, instrument des classes dominantes. Les soldats et les ouvriers doivent comprendre que personne ne les aidera s’ils ne s’aident eux-mêmes. Si les masses ne se lèvent pas spontanément, nous n’aboutirons à rien. Tant que nous n’appliquerons pas la terreur vis à vis des spéculateurs, une balle dans la tête sur place, nous n’arriverons à rien ! »
                Lénine devant une assemblée d’ouvrier début 1918 - « Le livre noir du communisme » p86


              • Dictature du peuple Dictature du peuple 21 mai 2018 18:54

                @Jonas
                Lénine était un bourgeois, membre de l’Intelligentsia. Son action, qui n’a rien de communiste contrairement à ce que prétend la propagande soviétique, a fait substituer la classe capitaliste par la bureaucratie. 


              • Jonas Jonas 21 mai 2018 20:15
                @Dictature du peuple « Lénine était un bourgeois, membre de l’Intelligentsia. Son action, qui n’a rien de communiste »

                Vous plaisantez j’espère. Lénine appliquait à la lettre la doctrine communiste telle qu’édictée par Karl Marx, ce qu’il appelait la « dictature du prolétariat » : la fin de la propriété privée, l’assassinat par tous les moyens possibles des exploitants agricoles (koulaks), des bourgeois, chefs d’entreprise et capitalistes.

              • Dictature du peuple Dictature du peuple 21 mai 2018 22:28

                @Jonas
                Ah ouais. T’oublies que pour Marx il fallait la dictature des ouvriers, du prolétariat, ce que Lénine n’a jamais fait. Il faut être naïf pour croire qu’en URSS les prolétaires étaient au pouvoir. C’étaient des bourgeois, des intellectuels, puis des bureaucrates (Marx était anti-bureaucratie) qui gouvernaient...au nom du prolétariat. 


              • Jonas Jonas 22 mai 2018 23:14
                @Dictature du peuple « T’oublies que pour Marx il fallait la dictature des ouvriers, du prolétariat, ce que Lénine n’a jamais fait. I »

                Vous rigolez ou quoi ? Il a passé les 6 dernières années de sa vie à liquider les bourgeois, les propriétaires par tous les moyens possibles !

              • Dictature du peuple Dictature du peuple 23 mai 2018 07:22

                @Jonas
                Ce n’est pas pour autant qu’il a mis les ouvriers russes au pouvoir. Le léninisme c’est une caste de révolutionnaires au pouvoir, et non pas le prolétariat comme le pensait Marx. Lénine n’était donc pas communiste. 


              • Jonas Jonas 27 mai 2018 12:49
                @Dictature du peuple "Ce n’est pas pour autant qu’il a mis les ouvriers russes au pouvoir. Le léninisme c’est une caste de révolutionnaires au pouvoir, et non pas le prolétariat comme le pensait Marx. Lénine n’était donc pas communiste. « 

                Pour installer la »dictature du prolétariat", il faut une obligatoirement équipe dirigeante, ne serait-ce que pour créer les polices politiques de censure, diriger les armées, construire les camps de concentration, mettre en place les surveillants, pour mâter les récalcitrants qui refusent de se plier à la révolution communiste.

              • Dictature du peuple Dictature du peuple 27 mai 2018 15:15

                @Jonas
                Non, ce n’est pas du communisme. Marx et les communistes disaient « l’émancipation des travailleurs doit être l’oeuvre des travailleurs eux-même » Rien à voir avec le léninisme !


              • Jonas Jonas 27 mai 2018 18:41
                @Dictature du peuple "Non, ce n’est pas du communisme. Marx et les communistes disaient « l’émancipation des travailleurs doit être l’oeuvre des travailleurs eux-même »"

                Pour la mener à bien votre révolution par la dictature du prolétariat, il faut bien embaucher des gens qui se chargent d’éliminer ou d’emprisonner les chefs d’entreprise, les exploitants agricoles.
                Cela demande toute une logistique : matériaux et main d’oeuvre pour la construction des camps de concentration et des fosses communes, achats d’armes, mise en place de la police politique (Tchéka/Gépéou/NKVD/KGB) pour commanditer les arrestations et les assassinats.

                Comment vous la mener votre révolution sinon ?

              • foufouille foufouille 21 mai 2018 13:42
                un petit oubli de l’islamophilie et de l’immigration de masse.
                le gauchiste a aussi peu d’électeurs chez les prolos.


                • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 21 mai 2018 14:36

                  Excellente lecture que celle de l’Empereur Julien qui aurait de belles leçons de vertus a nous donner. Que les démunis envient les possédants, cela se conçoit. Mais en possédant n’a plus rien à envier que d’être aux faîtes de la vertu. Péférant de loin le Maât ou les vertus démocratiques prônée par Raymond Queneau, je me méfierai toujours de ceux qui veulent donner le pouvoir au peuple. Je prendrai ainsi comme exemple celui des abailles et du peuple des fourmis. Au nombre, je préférai topujours la vertu. Mais comme pour mopi, la richesse est parfois vertueuse, mais le plus souvent fraudeuse, je préfère laéisser à l’histoire choisir le cours de son destin. Plaçant les plus vertueux au sommet et huilant de temps à autre l’ascenseur social. Quant à savoir si Macron est vertueux, nous verrons à l’usage. Le Rouge et le Noir me semble un choix peu judicieux en matière d’éthique ;,


                  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 21 mai 2018 14:52

                    Un oligarque est souvent un ancien pauvre qui a réussi. Suffit de remonter dans la généalogie de Macron (vient de Macquart). Les pires. la vengeance est un plat qui se mange très froid,...


                    • Dictature du peuple Dictature du peuple 21 mai 2018 18:58

                      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                      Les pauvres devenant des oligarques se comptent sur les doigts de la main. Macron est un fils de riche, qui a fait l’Ena...


                    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 21 mai 2018 20:36

                      Je parle surtout de pauvreté au sens spirituel. Pour tant investir l’argent, il faut être assez bas de plafond.


                    • Dictature du peuple Dictature du peuple 22 mai 2018 07:27

                      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                      Faut préciser du coup. On a plus le sens économique du mot en terme. 


                    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 22 mai 2018 09:01

                      @Dictature du peuple

                      Macron petit fils de cheminot. En Belgique : Charles Michel (on a fait son arbre généalogique : ancêtres, de sans-dent comme aurait dit Hollande, lui-même descendant de boulangers et meuniers). DIDJIE REYNDERS (représentant parfait du libéralisme : fils de boutiquiers), Thatcher : idem,.... Rothschild, des pauvres devenus riches grâce à un pigeon. Quand la grenouille veut se faire aussi grosse que le boeuf.... Le peuple, notion dont j’ai un peu tendance à me méfier.

                    • Dictature du peuple Dictature du peuple 22 mai 2018 20:53

                      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                      Des exceptions. Pour trancher, il nous faudrait des chiffres, mais je ne sais pas où les trouver. 


                    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 22 mai 2018 21:02

                      @Dictature du peuple


                      La bourgeoisie dans laquelle j’ai baigné dans mon enfance (surtout du côté paternel) a perdu tout sens des valeurs ou vertu selon Platon qui plaçait la richesse financière à l’extérieur de l’individu. Mais bon ! c’étaient plutôt des protestants. L’argent devait être MERITE. Rien à voir avec ces boursoufflures actuelles. 

                    • Dictature du peuple Dictature du peuple 22 mai 2018 21:45

                      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                      Mouais. Disons que la bourgeoisie traditionnelle et paternaliste a laissé la place à une classe capitaliste sans foi ni loi. Et encore, on a rien vu. Ces salauds n’ont pas fini de détruire la vie des français. 


                    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 21 mai 2018 15:01

                      Souvenez-vous de ce feuilleton : https://fr.wikipedia.org/wiki/Trepalium_(s%C3%A9rie_t%C3%A9l%C3%A9vis%C3%A9e). Le sourire du « révolutionnaire » quand il s’assied dans la chaise du boss. A mon tout maintenant de faire chier le monde.


                      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 21 mai 2018 15:02

                        Souvenez-vous de ce feuilleton : https://fr.wikipedia.org/wiki/Trepalium_(s%C3%A9rie_t%C3%A9l%C3%A9vis%C3%A9e). Trepalium. Le sourire du « révolutionnaire » quand il s’assied dans la chaise du boss. A mon tour maintenant de faire chier le monde.


                        • Gollum Gollum 22 mai 2018 12:06

                          @Mélusine ou la Robe de Saphir.


                          A mon tour maintenant de faire chier le monde.

                          Bravo. Réussite totale et objectif atteint. Félicitations. smiley

                        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 22 mai 2018 12:16

                          @Gollum


                          J’avais prévenu. Vous allez me détester (pas tous,...). Mais vous remarquerez que je n’ai pas fait comme Brel qui signait de son nom. 

                        • Zolko Zolko 21 mai 2018 15:18

                          Ça s’écrit « gôchiste »


                          • pallas 21 mai 2018 16:49
                            Dictature du peuple
                            Bonjour,

                            Saviez vous que le nombre des suicides d’enfants explosent ?

                            Il est fascinant de regarder la nature humaine, et de leurs désirs, sachant la perte du systeme cognitif, c’est un monde parfait, un simulacre de paradis.

                            Nous vivons dans une société auquel les émotions sont bannies, ça n’est pas une loi, uniquement une convenance, un consensus, la conscience étant un ennemi, c’est merveilleux.

                            Mais, dans un tel monde, il n’y a pas de survie possible.

                            Il serait bien de chérir les émotions, son intimité, laissez libre court à votre instinct de survie.

                             smiley

                            Salut

                            • Dictature du peuple Dictature du peuple 21 mai 2018 18:56

                              @pallas
                              Ok, mais quel est la rapport avec l’article ? 


                            • pallas 21 mai 2018 19:18

                              @Dictature du peuple


                              L’heure est à la guerre.

                              Je ne serais pas la honorer contrat car trahis de vos actes.

                              Vous êtes désormais seul, vous allez perdre.

                              Il n’y a nul allié dorénavant, le contrat est rompu, vous êtes seuls, je n’engagerai pas mes forces.

                              Je m’amuse bien smiley

                              Salut

                            • Dictature du peuple Dictature du peuple 21 mai 2018 22:31

                              @pallas
                              Visiblement agoravox est un repère de décérébrés mentaux dans votre genre. 


                            • Captain Marlo Fifi Brind_acier 21 mai 2018 18:36
                              Ce que la Gauche sait faire de mieux, c’est de se diviser, comme les amibes, en chapelles et en haines cuites et recuites... C’est open bar !
                              Je ne sais pas si le Français lambda est capable d’y retrouver ses petits...

                              - Le PCF était contre l’ Union européenne jusqu’aux années 80, depuis il est pour.

                              - Le NPA prône la révolution, mais il a été « retourné » pour vanter les mérites des révolutions colorées. Il voit des révoltes populaires partout où l’OTAN répand des false flags pour « régime change », en Ukraine, en Syrie etc 

                              Eux, confondent la mondialisation avec de l’ Internationalisme...

                              - Une autre partie de Gauche, ( ou la même, allez savoir ?) suit les conseils de Terra Nova : abandonnez les classes populaires au profit des femmes, des minorités, des migrants et des homos...

                              - Quant aux Anarchistes, il y a autant de chapelles que vous voulez...





                              • Dictature du peuple Dictature du peuple 21 mai 2018 19:05

                                @Fifi Brind_acier
                                Je ne me considère pas de gauche, justement parce que le français lambda ne comprend pas ce que c’est et se sent trahi par elle, ce qui en soi est vrai (par la droite aussi).


                              • Captain Marlo Fifi Brind_acier 21 mai 2018 19:20

                                @Dictature du peuple
                                D’accord avec vous !


                              • Christian 22 mai 2018 07:43

                                @Fifi Brind_acier

                                Excellent...
                                J’ajoute que pour ma part le gauchisme est à la gauche ce que le fascisme est à la droite, en clair tout extrémisme est dangereux pour la société.

                              • capobianco 23 mai 2018 13:14

                                @Christian
                                On en apprend des choses sur avox !!!! Passionnant, si, si vraiment !?!?


                              • Odin Odin 21 mai 2018 20:30

                                Le gros problème de la base des gauchistes c’est qu’ils détestent la finance transnationale et ne savent pas que c’est cette même ploutocratie qui finança le bolchevisme, principalement via Lénine et Bronstein (Trotsky).

                                Les gauchistes souffrent donc du syndrome de Frankenstein.

                                Cela se soigne facilement, pour ceux qui peuvent encore réfléchir. 


                                • Dictature du peuple Dictature du peuple 21 mai 2018 22:33

                                  @Odin
                                  Oh là là. Le retour du conspirationniste anti-juif. 
                                  J’ai un scoop pour toi : Hitler a été financé par des sionistes pour effrayer les juifs d’Europe et les pousser jusqu’en Israël. 


                                • Odin Odin 22 mai 2018 11:06

                                  @Dictature du peuple

                                  « Oh là là. Le retour du conspirationniste anti-juif. »

                                  C’est par une telle réponse que l’on peut constater votre formatage politique. La révolution bolchevique n’a pu se faire que par une aide financière importante, le nier démontre votre aveuglement sectaire.

                                  Vous niez cette réalité en utilisant, de suite, le terme de conspirationnisme et de plus en utilisant anti-juif en faisant un amalgame volontaire entre anti-juif et anti-sionisme.

                                  Il serait préférable que vous vous informiez sur les travaux réalisés sur le sujet, comme ceux du professeur Antony Cyril Sutton, en autres, sur le rôle de la Garanty Trust Compagny de la firme J.P. Morgan et sur Olof Aschberg en Suède avant de faire une telle réponse qui vous discrédite totalement par votre ignorance.


                                • Dictature du peuple Dictature du peuple 22 mai 2018 22:13

                                  @Odin
                                  Non, elle s’est faite grâce à l’action des ouvriers, trahis par la suite par les bolcheviques.
                                  Mais, il est vrai que Lénine a reçu de l’argent ....des allemands, pas des banquiers juifs. Pourquoi ? Tout simplement parce que l’Allemagne espérait que les bolcheviques mettent un terme à la guerre à l’Est ce qu’ils ont fait. 

                                  Et citer des conspirationnistes notoires ne fait pas de toi quelqu’un d’intelligent, mais de naïf... 


                                • Odin Odin 23 mai 2018 12:42

                                  @Dictature du peuple

                                  Si comprendre l’histoire réelle en fonction de l’analyse de documents déclassifiés « confidentiels ou secrets » est pour vous du conspirationnisme, je vous laisse dans vos rêves et utopies.

                                  En espérant que votre candeur disparaîtra avec le temps. 


                                • Dictature du peuple Dictature du peuple 23 mai 2018 14:53

                                  @Odin
                                  Mais oui mon grand. Maintenant va mater du Soral...


                                • Hervé Hum Hervé Hum 21 mai 2018 22:48
                                  C’était bien, sauf pour votre dernier paragraphe, là, vous tombez dans le panneau.

                                  Vous réagissez en tant que réactionnaire et non en tant que progressiste.

                                  Pour réfléchir et théoriser en évitant les chausses-trappes de la réaction, il faut s’appuyer uniquement sur la raison et elle seule, car celle-ci repose sur ses propres postulats et non sur l’affect humain.

                                  Je vous invite à lire mes deux derniers articles « essai sur la société des citoyens responsables -de la relation entre coopération et compétition » puis « de la prédation humaine », Le prochain traitera tout particulièrement de l’anti-mondialisme. Le suivant parlera des conditions nécessaires à la mise en place d’un système politico-économique basé sur la responsabilité et les autres, de sa mise en place pratique.

                                  Votre critique est fortement la bienvenue !

                                  Mais, pour tout « gauchiste » qui se respecte, il n’y a de révolution du peuple que mondiale où le cadre national ne peut être qu’une étape y menant, sans cela, la « dictature du peuple » ne peut advenir. Limité au cadre national, le peuple réclamera toujours des chefs pour les mener. Historiquement, il n’y a aucun contre exemple.

                                  C’est là, la contradiction fondamentale du capitalisme, le fait que si son inertie le pousse à la mondialisation économique, il ne peut l’atteindre sans s’effondrer et est la raison pour laquelle, il doit toujours procéder au reflux pour revenir au cadre national du point de vue sociétal. Ici, tous les oligarques n’en ont pas forcément conscience, mais les stratèges, si.

                                  La preuve en est que le conflit entre les dirigeants occidentaux et russes n’a aucun sens en lui même, puisque tous partagent la même idéologie économique, sauf que le système capitaliste a un besoin vital de maintenir l’état d’urgence permanent et pour cela, il faut un ennemi extérieur crédible. Et il n’y a que la Russie ou/et la Chine dans ce rôle.

                                  Bref, désolé, l’idiot utile... C’est vous !


                                  • Dictature du peuple Dictature du peuple 22 mai 2018 07:33

                                    @Hervé Hum
                                    « Alors que l’État-nation a pu être le moyen d’oppression d’une classe par une autre, il devient le moyen de résister à la mondialisation. C’est un jeu dialectique. » Clouscard

                                    Non, le capitalisme est fait pour s’étendre, s’étendre et s’étendre. Il ne reviendra pas de lui-même au stade de la Nation, tout simplement parce que les tenants de l’économie mondialisée n’en ont aucun intérêt. Les crises économiques ne feront pas revenir le capitalisme à son état impérialiste. Seul le peuple, les travailleurs français peuvent reprendre le pouvoir via la Nation. 
                                    La Révolution mondiale est une idiotie, un fantasme gauchiste, qui n’adviendra pas. 

                                  • Hervé Hum Hervé Hum 22 mai 2018 08:25

                                    @Dictature du peuple


                                    Dites moi donc pourquoi il faudrait croire Clouscard ?

                                    Il y a d’argument valable que celui qui suit la raison et non prétend la détenir.

                                    Relisez mon commentaire, je ne ni pas que l’inertie du capitalisme vise à « s’étendre, s’étendre », je n’ai attendu personne pour le comprendre, et surtout pas pour voir qu’il touche là surtout ses propres limites intrinsèque, c’est à dire, qu’il ne peut pas atteindre le stade final qu’est la globalisation réelle sur le plan sociétal sans s’effondrer. Et les faits tant historiques que présent le prouve et votre imbécile de Clouscard ni la réalité par réaction.

                                    Orwell l’avait très bien compris avec son livre 1984, parce que l’argument central du capitalisme, c’est le principe d’un monde en compétition, surtout pas en coopération, qui fait appel à l’anarchisme, au communisme, socialisme ou encore, le libéralisme véritable. Le tout pouvant se synthétiser avec le principe de responsabilité.

                                    Lisez les deux articles mis en liens et posez une réfutation, plutôt que de répéter votre litote comme un idiot.



                                  • Hervé Hum Hervé Hum 22 mai 2018 08:29

                                    @Dictature du peuple


                                    « Alors que l’État-nation a pu être le moyen d’oppression d’une classe par une autre, il devient le moyen de résister à la mondialisation. C’est un jeu dialectique. » Clouscard

                                    exemple type, voir caricatural de la pensée réactionnaire !!!

                                    aucune analyse de fond, juste de forme, conjoncturelle et qui permet une manipulation aisé des citoyens, puisqu’il suffit de lui dire de tourner à gauche, pour le faire tourner à droite. Plus idiot utile, connais pas !

                                  • Hervé Hum Hervé Hum 22 mai 2018 12:04

                                    @arioul


                                    ton avis me va droit au coeur !

                                  • Sparker Sparker 22 mai 2018 12:48

                                    @arioul

                                    « sinistre censeur »
                                    Il me semble que vous vous posez bien là comme sinistre censeur distribuant les bons points de ci de là. Ca va les aisselles pas trop enflées ?

                                  • Dictature du peuple Dictature du peuple 22 mai 2018 22:47

                                    @Hervé Hum
                                    Vous pensez donc que, de par ses dynamiques internes, le capitaliste ne peut pas supporter la mondialisation économique, qu’il est poussé à s’effondrer de lui-même pour revenir à un stade national. Alors le libre-échange et le globalisme laisseront la place à l’impérialisme de nations capitalistes adverses. 

                                    Donc, il faudrait pour cela anticiper cet état post-mondialiste et impérialiste en prônant la mondialisation socialiste. J’espère avoir bien compris, mais ce n’est pas mon avis.
                                    Je pense plutôt que le capitalisme va sur une dynamique mondialiste jusqu’à son terme et que seul le stade socialiste peut permettre de revenir (provisoirement) à l’échelle nationale. En effet, certes le libre-échange du XIXe a laissé la place suite à la crise de 1873 à l’impérialisme, mais la situation était différente. De nos jours, la classe capitaliste, a dépassé l’Etat-Nation (anciennement bourgeois). Les traités et les structures supranationales (TAFTA, CETA, EU...) en sont le plus parfait exemple. La financiarisation, l’accélération des échanges, les multinationales plus puissantes que les états, tout dans le capitalisme actuel fait qu’il ne peut pas revenir à son stade national, qu’il doit dépérir en pleine dynamique mondialiste. C’est pourquoi, il faut s’appuyer sur les valeurs profondes du peuple, souvent patriotiques et souverainistes, pour renverser les tenants mondialistes du capitalisme actuel. 

                                  • Dictature du peuple Dictature du peuple 22 mai 2018 22:48

                                    @Hervé Hum

                                    Je lirai vos articles demain.

                                  • Hervé Hum Hervé Hum 23 mai 2018 09:09

                                    @Dictature du peuple


                                    le capitalisme ne peut pas supporter la mondialisation.... Sociale !

                                    L’impérialisme est le stade ultime du nationalisme, mais cela implique qu’il existe au moins deux empires antagonistes dans la conscience du peuple.

                                    Il n’y a pas d’état « post-mondialiste », puisque par définition, l’état ultime est la mondialisation au sens de la planète sur laquelle toutes les nations vivent. A ce que je sache, nous partageons la même planète Terre !

                                    Le capitalisme est fondamentalement une cavalerie économique ou mieux connu sous le nom de pyramide de Ponzy, son effondrement est systémique, sauf de passer à un mode de gestion socialiste. C’est ce que les dirigeants actuels voudraient faire au niveau des propriétaires économiques, laissant l’illusion de la nécessité de la compétition aux seuls citoyens. L’UE sert de laboratoire !

                                    Ce qu’il faut bien comprendre, c’est que depuis plusieurs décennies déjà, tant la politique que l’économie n’ont pas besoin de chefs, mais uniquement de gens responsables à leur poste d’activité. Or, c’est parler de prise de conscience des citoyens, laquelle est savamment maintenue dans l’ignorance par une propagande médiatique et le maintien de l’’état d’urgence permanent. Condition absolue pour justifier la nécessité de chefs et in fine au niveau économique, de la ploutocratie.

                                    Il vous échappe que les traités ou structures supranationales dont vous parlez, sont des traités ne liant pas toutes les économies, mais des blocs de nations, face à des traités d’autres blocs.

                                    Mais surtout, tout le monde semble oublier que la réalité de la mondialisation économique ne date pas d’hier, mais existe déjà depuis le XVIIIème siècle au moins dans sa structure moderne.


                                    Sauf que le citoyen de base n’en avait pas conscience et qu’il fait intervenir le début de cette réalité à sa prise de conscience et non sur la base de la réalité des faits. En effet, ce ne sont pas les barrières douanières qui sont le moment de la réalité, mais l’existence des flux tant de marchandises, des capitaux que des êtres humains.

                                    Pour finir, il n’y a de peuple au sens économique et social, que mondial et de peuples différents, qu’au sens culturel, y compris religieux. A ce que je sache, partout où vous irez sur terre, vous trouverez les mêmes impératifs économiques et sociaux. La preuve en est que si vous interrogez n’importe qui dans n’importe quelle contrée, vous trouverez une très large majorité de gens d’accord avec la charte universelle des droits humains. Lorsqu’on dit « être humain », on ne désigne pas une race, une couleur de peau, une culture ou religion en particulier, mais tout être humain.

                                    la mondialisation placé sous la « dictature du peuple », ne détruit pas la diversité culturelle, c’est celle qui en garantie la sauvegarde.


                                  • Dictature du peuple Dictature du peuple 23 mai 2018 12:28

                                    @Hervé Hum
                                    D’accord, mais ce que je ne comprend pas c’est pourquoi réfuter mon dernier paragraphe. J’y explique que la mondialisation, en cours depuis le XVIIIe siècle, fait partie des dynamiques capitalistes intrinsèques. 

                                    « Il vous échappe que les traités ou structures supranationales dont vous parlez, sont des traités ne liant pas toutes les économies, mais des blocs de nations, face à des traités d’autres blocs. » —> La dynamique de ces traités semblent claires : lier toutes les économies occidentales (UE, TAFTA, CETA). Et, surtout, par un certain nombre de mesures, il y a une volonté de la part de la classe dominante de s’affranchir du poids de l’Etat-Nation. En effet, on essaye de plus en plus d’affaiblir les états et les nations pour les noyer dans la mondialisation. Par exemple, les tribunaux privées permettant à des multinationales d’attaquer et de faire sanctionner des états. Il est clair que les gros capitalistes dominants ont pour but de faire disparaître les Nations, de les annihiler. 
                                    D’où la pensée libertarienne soutenue par quelque uns des plus gros capitalistes du monde : Peter thiel, Keith Murdoch...
                                    Bref, voilà pourquoi je pense que les socialistes doivent se servir de l’Etat-nation comme d’un rempart, d’un outil au service des travailleurs. 

                                  • Hervé Hum Hervé Hum 23 mai 2018 14:21

                                    @Dictature du peuple


                                    L’Etat-nation ne peut pas servir « d’un rempart, d’un outil au service des travailleurs », c’est totalement faux et illusoire. Parce que construit par et pour permettre la prédation humaine. L’Etat-nation ne commence pas avec la révolution bourgeoise, mais avec les cités Etats et surtout, avec les royaumes et la noblesse. De même, le capitalisme en son principe commence avec la propriété particulière de l’espace dans le but de s’emparer du temps de vie d’autrui et qui conduit au royaume et à la nation. Diviser les citoyens en groupes antagonistes, permet de les contrôler et l’histoire ne raconte que cela. Seule l’union permet de s’affranchir de la prédation humaine, de la maîtriser.

                                    Vous raisonnez en réaction, c’est à dire, de manière conjoncturelle au lieu de réfléchir de manière structurelle ou d’action directe découlant de vos propre principes de bases.

                                    Peu importe ce que font les plus gros capitalistes du monde, d’autant qu’il ne faut pas se fier aux apparences. Il y a ce qu’ils montrent, ce qu’ils veulent faire voir et ce qu’ils dissimulent. Là encore, cela n’a pas d’importance, ce qui compte, c’est de réfléchir selon son propre agenda et non de suivre celui de son ennemi comme un mouton de Panurge.

                                    Encore une fois, la volonté de la classe dominante, super prédatrice humaine, ne vise pas à supprimer le nationalisme sur le plan sociétal, mais uniquement sur le plan économique. On a pas affaire à des simples d’esprits, des honnêtes gens, mais des experts en manipulation des cogitos.

                                    Ainsi, remarquez comme d’un coté ces traités semblent affaiblir le pouvoir de la décision politique des dirigeants supposés défendre les intérêts de tous et de l’autre, comment l’idéal nationaliste est sans cesse exacerbé auprès des citoyens de bases, via la multiplication de menace extérieure et intérieure via le terrorisme.

                                    Le problème insurmontable de ces gens là, c’est que les citoyens de bases restent quasiment hermétique à l ’idée d’un système où les forces de l’ordre dépendent d’organisations privés, ils restent attachés à des forces de l’ordre publiques. Même aux USA, ils n’arrivent pas à inverser cet attachement de la société. Et ne peuvent pas y arriver, sauf par la destruction pure et simple de la cohésion sociale et l’émergence d’une société totalement chaotique, mais qui aboutira au retour en force de doctrine totalitaire menaçant leur propre liberté.... C’est une impasse logique insurmontable !

                                    Bref, de quel coté que l’on regarde, il n’y a pas de solution à l’intérieur du système ou l’opposition systématique ne consiste pas à en sortir, mais à y rester. Revenir au cadre national, c’est rester avec le même système, car il est impossible de retrouver la situation politico-économique d’après 2ème guerre mondiale. L’unique manière d’en sortir, c’est la mondialisation sociale, donc, qui ne soit pas celle proposé par la classe dominante actuelle, qui est de constituer de faux blocs antagonistes pour maintenir l’état d’urgence permanent.

                                    Un monde en paix où les citoyens prennent conscience de leur capacité à gérer l’économie sans besoin de chefs leur est fatal, l’état d"urgence permanent est leur seule chance de se maintenir au pouvoir et continuer leur prédation de la vie.






                                  • Dictature du peuple Dictature du peuple 23 mai 2018 19:37

                                    @Hervé Hum
                                    « L’Etat-nation ne peut pas servir « d’un rempart, d’un outil au service des travailleurs », c’est totalement faux et illusoire. Parce que construit par et pour permettre la prédation humaine. » :: :: : Complètement abstrait. On sait depuis Hegel et Marx que l’Etat-Nation fut un outil de la bourgeoisie, de la classe dominante. On parlait d’état bourgeois. Donc, l’Etat, l’instance politique existant depuis fort longtemps comme tu le précises, est l’outil idéal a été pour la bourgeoisie révolutionnaire face à la noblesse. C’est pourquoi, il est l’outil idéal pour les travailleurs, pour le « prolétariat ». Et puis c’est beaucoup plus efficace de s’emparer du pouvoir sur le plan national que d’attendre une hypothétique prise de conscience planétaire qui n’arrivera pas de toute façon. 


                                    « Encore une fois, la volonté de la classe dominante, super prédatrice humaine, ne vise pas à supprimer le nationalisme sur le plan sociétal, mais uniquement sur le plan économique. On a pas affaire à des simples d’esprits, des honnêtes gens, mais des experts en manipulation des cogitos. » :: :: :: Non son action antinationale se place également sur le plan culturel, afin de s’extraire des contraintes et des menaces que peuvent poser le suffrage universel, et sur le plan culturel, afin d’affaiblir les peuple en niant leurs racines, leurs constructions et leurs identités.

                                    « Ainsi, remarquez comme d’un coté ces traités semblent affaiblir le pouvoir de la décision politique des dirigeants supposés défendre les intérêts de tous et de l’autre, comment l’idéal nationaliste est sans cesse exacerbé auprès des citoyens de bases, via la multiplication de menace extérieure et intérieure via le terrorisme. » :: :: :: Faux. Au contraire. La déviation par le terrorisme n’a rien de nationaliste. Elle sert juste aux élites de bouc-émissaire pour dévier le débat du plan social ou plan sécuritaire, ainsi que de prétexte pour renforcer les lois répressives. 
                                    Et puis, même si la classe dominante n’abandonne pas le plan national, ce serait sa mort immédiate, elle vise quand même à le dépasser. Les discours des élites n’ont RIEN de nationaliste, c’est même tout le contraire. Macron et Cie se disent européistes, fustigent ceux qui veulent le retour à la Nation. Mentir est inutile pour vous, c’est FAUX. Tout le discours européen dominant s’est construit sur la négation à tel point qu’on parle de peuple européen, ce qui est une ridicule abstraction. 

                                    « L’unique manière d’en sortir, c’est la mondialisation sociale, donc, qui ne soit pas celle proposé par la classe dominante actuelle, qui est de constituer de faux blocs antagonistes pour maintenir l’état d’urgence permanent. » : :: : Cette mondialisation sociale est une abstraction. Il faut d’abord que le peuple travailleur se soit instauré en classe dominante (sous le principe d’une sorte de démocratie soviétique respectant les traditions révolutionnaires des pays où elle est appliquée, celle des sans-culottes en France par exemple) et qu’il est mis en place une économie socialiste. Ensuite, les dynamiques mondialistes des travailleurs se poseront en contradictions avec celles des bourgeois il y a plusieurs siècles. Dans un premier temps la coopération entre les états sera de mise, alors que les bourgeois à leur débuts ont préféré la compétition (qui a donné l’impérialisme), puis ensuite les Etats dépériront d’eux mêmes, alors que les capitalistes eux les font disparaître par la force. 

                                  • Dictature du peuple Dictature du peuple 23 mai 2018 19:40

                                    @Dictature du peuple
                                    Faute au deuxième paragraphe. Sur un plan politique dans un premier temps


                                  • Hervé Hum Hervé Hum 24 mai 2018 00:14

                                    @Dictature du peuple


                                    si l’Etat-nation était l’outil idéal, il y a longtemps que le prolétaire aurait pris le pouvoir, mais cela n’est jamais arrivé. Et pour cause, c’est le moyen idéal pour attiser les haines entre prolétaires. L’actualité le démontre clairement chaque jour et seul le déni permet de soutenir le contraire. Le cas grec tout récent, le Venezuela, etc. Comment Macron succède à Hollande, qui succède à Sarkozy et où les gens hésitent avec le FN. Quand à la FI, encore une fois, cela ramène au cas grec.

                                    Alors, désolé, mais si la conscience planétaire n’arrive pas, c’est qu’il n’y aura jamais de prise de pouvoir du prolétariat au plan national et d’ailleurs, chaque fois que cela est arrivé, le résultat fut la guerre. Comprendre que le cadre national ne peut être une fin en soi, mais uniquement l’étape menant à la prise de conscience planétaire, sans cela, il s’effondrera systématiquement. Ce n’est pas moi qui le dit, mais la raison elle même, suivant la relation dynamique décrite dans l’article que vous avez lu et qui décrit un principe universel, conditionnant la réalité physique, où aucune observations, quel que soit le domaine ne l’invalide.

                                    Je ne ni d’ailleurs pas qu’il faille d’abord en passer par le cadre national, mais uniquement pour aller vers le cadre mondial, c’est la condition pour que la prise de pouvoir mène à ce que vous nommez « la dictature du peuple ».

                                    Bref, c’est un outil qu’il faut prendre des mains des bourgeois pour pouvoir s’en débarrasser et surtout pas le garder. Essentiellement, parce que le prolétariat s’oppose au bourgeois dans sa fonction, alors que le bourgeois s’associe au noble dans sa fonction d’exploiteur du prolétariat. Autrement dit, le prolétariat ne peut pas exploiter une autre classe qu’elle même, contrairement aux autres. Je vous apporterai d’autres arguments dans mes prochains articles.

                                    Non son action antinationale se place également sur le plan culturel, afin de s’extraire des contraintes et des menaces que peuvent poser le suffrage universel, et sur le plan culturel, afin d’affaiblir les peuple en niant leurs racines, leurs constructions et leurs identités.

                                    On ne sera pas d’accord, mais vous faites une confusion, car le suffrage universel n’a rien à voir avec le culturel, mais tout à voir avec l’économie. Tout comme ce n’est pas la culture qui affaiblit les peuples au sens politique, rien de plus absurde, mais c’est tout le contraire, c’est la culture qui permet d’affaiblir les peuples en fonction de leur classes sociales. De faire s’entretuer des centaines de millions de personnes au nom de la défense de leur culture nationale. Cette même culture nationale qui avant de s’imposer, à vue des millions de personnes s’entretuer au nom de la défense de leur culture régionale. Plus stupide, connais pas !

                                    Les dirigeants utilisent la culture pour distraire et maintenir les peuples dans l’ignorance et la bêtise (du pain, des jeux et du sexe). Pour cela, ils choisissent la culture la plus stupide qui soit. Autrement dit, tout comme c’est la culture qui leur a permis de diviser les peuples tout en les cimentant afin de servir leurs intérêts, c’est toujours elle qui leur permet d’abrutir toujours plus les citoyens et leur ôter toute véritable conscience et volonté de prise de pouvoir. Bref, la culture reste toujours un formidable outil pour occuper le cerveau disponible, que ce soit celle de vos racines ou non. Vous savez, parler de peuple de France à une époque était aussi une ridicule abstraction avant de devenir réalité.
                                    Et ne vous en déplaise, avant que les gens ne doutent des buts de l’UE, une majorité de citoyens européens aimaient l’idée de peuple européen, d’autant plus que les peuples d’Europe partagent de nombreuses racines culturelles. Le déni ne fera pas changer la réalité de l’histoire et de la culture Le hic, c’est que parler de culture européenne ne change rien à son formidable pouvoir de manipulation des peuples. Le fait que les dirigeants veuillent souder les peuples autour d’une même culture européenne et même occidentale en y incluant l’Amérique du nord importe peu, ce qui compte, c’est le fait qu’il veulent diviser le monde en blocs antagonistes pour maintenir l’état d’urgence. Et à l’intérieur, motiver la répression contre ceux qu’on appelle déjà les identitaires et auxquels vous vous identifiez aussi. résultat, vous tombez dans le piège !

                                    Mais là encore, ce n’est pas la culture, des racines ou non qui importe, c’est de changer de modèle économique. La culture sert donc autant d’instrument d’abrutissement que de raison de répression et de maintien de l’état d’urgence.


                                    Ensuite, le terrorisme, si cela peut servir à détourner le débat, cela sert fondamentalement à maintenir l’état d’urgence et faire appel à l’union sacrée autour de la nation. Maintenant, que cette union sacrée fasse appel à l’uion sacrée de l’Europe ne change rien à son usage comme moyen de maintenir l’état d’urgence et l’union sacrée.

                                    La France, comme beaucoup d’autres pays, s’est construite en fédérant des régions, l’Europe, c’est juste la même chose, mais un cran plus haut. L’UE des nations européenne, c’est une nation en tant que telle, comme le dit Macron à juste titre. Autrement dit, Macron n’abandonne pas le plan national, il dit simplement que ce plan se situe au niveau de l’Europe et non plus de la France, sous l’argument que la France est plus forte au sein de l’Europe que dehors. Tout comme il dit que l’Europe est plus forte avec les USA, mais il faut toujours un ennemi extérieur à combattre. C’est cela qui importe, le fait qu’il faille toujours un ennemi extérieur à désigner pour maintenir la soumission du peuple.Autrement dit, s’il n’y a plus d’ennemi extérieur, il faudra qu’il y ait un ennemi intérieur, mais là, ce n’est plus la même histoire. Cet ennemi intérieur est déjà l’identitaire, le religieux, l’immigration massive a déjà préparé le terrain.

                                    pour la fin de votre commentaire, pour que cela puisse advenir, il vous manque l’essentiel... Le modèle en question, car il ne s’agit pas de dire il faut que ou yaka, ilfaut dire comment on procède de manière pratique.


                                  • Dictature du peuple Dictature du peuple 24 mai 2018 17:42

                                    @Hervé Hum
                                    « si l’Etat-nation était l’outil idéal, il y a longtemps que le prolétaire aurait pris le pouvoir, mais cela n’est jamais arrivé. Et pour cause, c’est le moyen idéal pour attiser les haines entre prolétaires » Cela n’est jamais arrivé non plus d’un autre moyen, ce n’est pas un argument. Le fait que la classe dominante arrive toujours en dernière instance à s’en sortir en est l’exemple le plus frappant. L’Etat-Nation n’en reste pas moins la structure politique la plus accessible pour le peuple français et surtout la plus efficace pour contrer les multinationales et les structures supranationales aux mains de l’oligarchie. De haine entre les prolétaires ? Autant on essaye de diviser les travailleurs sur des critères ethniques, sociétaux...oui, mais pas du tout sur des critères nationaux. Tu ne vis pas dans le même monde que moi, parce que l’actualité ne souligne pas du tout ta thèse. Au contraire, je me répète, mais on essaye plutôt de s’affranchir des nations en unissant les peuples différents entre eux : l’UE en est le plus parfait exemple ! La Grèce et le Venezuela n’ont rien à voir avec ça, ce sont juste des cas où les politiciens socialistes ont trahis le peuple. Cela ne prouve rien du tout. 


                                    « Comprendre que le cadre national ne peut être une fin en soi, mais uniquement l’étape menant à la prise de conscience planétaire, sans cela, il s’effondrera systématiquement » Qui a dit le contraire. Le socialisme sur le plan national n’est qu’une transition nécessaire pour atteindre la communauté universelle, le communisme.

                                    « On ne sera pas d’accord, mais vous faites une confusion, car le suffrage universel n’a rien à voir avec le culturel, mais tout à voir avec l’économie. » J’ai corrigé en-dessous, le suffrage universel est un lien avec le POLITIQUE, pas du tout avec l’économie, rien à voir. Et ce que vous n’avez pas compris, c’est que le suffrage universel, rattaché à la base nationale, gène les oligarques car il reste une menace (voir ITALIE), ils veulent donc s’en affranchir. Voilà une des raisons de leurs luttes contre les nations. Et vous vous les renforcez avec ce genre de discours. 

                                    « De faire s’entretuer des centaines de millions de personnes au nom de la défense de leur culture nationale. » Vous êtes dans le passé, passéiste. La classe dominante ne veut plus faire s’entretuer des peuples, elle n’en a plus besoin puisqu’elle s’affranchit des nations. LE capitalisme a perdu sa base nationale, c’est tout. On est plus au temps de l’impérialisme est des guerres mondiales. A cette époques les capitalistes avaient une base économique nationale, maintenant leurs monopoles sont internationaux, voir les multinationales, ils n’ont donc plus d’intérêt à faire des guerres impérialistes. Et puis, de grands patriotes comme Jaurès étaient aussi internationalistes, donc ce sont des arguments fallacieux. 

                                    « Les dirigeants utilisent la culture pour distraire et maintenir les peuples dans l’ignorance et la bêtise (du pain, des jeux et du sexe) » Mais RIEN à voir avec la culture nationale d’un peuple. C’est du bas de gamme. Au contraire, cette pseudo-culture se construit sur la ruine des cultures nationales, avec notamment le tout-anglais, permis par un recul de la culture française. Et votre action renforce ces dynamiques mondialistes permettant de maintenir les peuples dans l’ignorance, vous êtes donc un idiot utile.

                                     « etat d’urgence. Et à l’intérieur, motiver la répression contre ceux qu’on appelle déjà les identitaires et auxquels vous vous identifiez aussi. résultat, vous tombez dans le piège ! » Vous tombez dans le déni. J’ai écrit un article contre les identitaires et leur pensée, alors n’écrivez pas de conneries : https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/les-identitaires-au-service-de-l-204049 

                                    « Ensuite, le terrorisme, si cela peut servir à détourner le débat, cela sert fondamentalement à maintenir l’état d’urgence et faire appel à l’union sacrée autour de la nation. » Pas forcément, la nation n’a rien à voir la-dedans. La lutte contre le terrorisme est une lutte pour l’état d’urgence, mais rien à voir avec la nation. Encore des mensonges. 

                                    « L’UE des nations européenne, c’est une nation en tant que telle, comme le dit Macron à juste titre. » Pas du tout, il veut une Europe Fédéraliste, pas une Nation Européenne, un peu de bon sens !


                                    Vous ne semblez pas voir compris que les oligarques sont désormais mondialistes, qu’ils veulent (et qu’ils sont en train de) dépasser les nations. Regardez les leaders politiques qui soutiennent la classe dominante : Macron, Hollande, Fillon, tous sont pour l’UE, aucun pour lEtat-Nation. Ils sont du même avis que vous visiblement. 

                                  • Legestr glaz Ar zen 24 mai 2018 17:52

                                    @Dictature du peuple

                                    Très beau plaidoyer. J’approuve. Merci de cette intervention lucide.

                                  • Dictature du peuple Dictature du peuple 24 mai 2018 20:55

                                    @Ar zen
                                    Merci également !


                                  • Hervé Hum Hervé Hum 24 mai 2018 22:09
                                    @Dictature du peuple

                                    Pour votre 1ère remarque, si la classe dominante s’en sort toujours, c’est parce qu’elle utilise la division du prolétariat, tantôt à l’intérieur, tantôt vis à vis de l’extérieur. C’est selon la conjoncture du moment. Et les avancées sociales sont le fait de l’union des travailleurs au niveau international, pas au niveau national, qui s"est appuyé sur l’internationale. La division des travailleurs au niveau national existe depuis le début, renforcé après la 2ème guerre mondiale. Cela s’appelle le corporatisme. Il y a ainsi le corps des  fonctionnaires (eux mêmes divisés en grades), les artisans, les agriculteurs, les ouvriers par branches d’activités, les différents services de sécurités, etc. Effectivement, on ne vit pas dans la même réalité !

                                    D’ailleurs, la solidarité avec les cheminots des autres travailleurs est vraiment fantastique, le syndicalisme se porte à merveille. L’exemple de la Grèce, entre autres, montre tout simplement qu’une fois au pouvoir, la pression est telle, que même sincère, la volonté s’effrite face aux menaces économiques. Sans compter qu’on se laisse facilement persuader moyennant quelques avantages. Puis aussi, parce que les recettes pour soi disant sortir du capitalisme, sont les mêmes que celles du système en place. C’est à dire... Le capitalisme ! Votre réponse à spartagus le laisse malheureusement penser. En effet, une coopérative dont les salariés sont propriétaires de l’outil de production et cherchant à faire du profit, cela reste du capitalisme dans son principe directeur. Vous avez changez un peu la forme, mais pas le fond. Et pour parer aux dérives prévisibles, vous n’aurez de choix que la dictature des technocrates.


                                    Pour le suffrage universel, je note votre correction, sauf que si je vous lis, on ne vote pas pour une question de choix économiques ? C’est donc que tout le monde est d’accord sur le plan économique ! Mais alors, de quoi parlons nous ici ?Le but de l’UE, c’est d’ailleurs cela, ne plus parler de choix économique, la chose étant entendu, il n’y a plus rien à discuter, comme disait Coluche « allez hop, circulez y a rien à voir ». On peut toujours discuter de savoir s’il faut ou non donner une poupée aux garçons, ou comme vous l’écrivez dans votre article sur les identitaires, question sociétales hors l’économie. Désolé, mais parler de politique, c’est parler d’économie, sinon, c’est disserter sur le sexe des anges. Ou aujourd’hui, savoir qui aura l’honneur d’appliquer la même politique.. Economique, mais pas sur le sexe des anges !

                                    Ensuite, vous me sortez l’argument supposé imparable des anti-mondialistes, sauf un détail, c’est que toute leur argumentation repose sur le système actuel et s’effondre dès qu’on en sort. Autrement dit, si vous voulez continuer à pouvoir argumenter, il ne faut surtout pas sortir du système actuel ! La culture, cher monsieur, dépend de ceux qui l’a font et de ceux qui l’adoptent. comme disait encore Coluche "et pourtant, il suffirait que personne n’en achète pour que cela se vende plus". Et vous pensez convaincre comment les gens de plus en acheter ? Avec la kalachnikov ou le famas ?

                                    Vous défendez l’Etat-nation français, sa culture comme finalité, puisque vous niez l’existence d’une culture mondiale, mais vous n’êtes pas un identitaire au sens nationaliste ? Ah oui, vous dites que les identitaires défendent la culture de l’Europe, du blanc, alors que vous NON, c’est celle de la France. Dites, vous n ’avez pas peur du ridicule ? Surtout que dans votre article, vous reprenez mes propres arguments, mais sans en tirer les conclusions qui s’imposent, c’est à dire, le fait que l’oligarchie ne renonce pas au principe de l’opposition nationaliste, mais qu’elle le déplace au niveau de blocs dits impérialistes. Or, l’impérialisme est tout simplement le stade ultime de la nation, tout comme l’empereur était le stade ultime du monarchisme avec ses royaumes. C’est que pour comprendre ce que j’écris, il faut quitter la forme pour passer au fond, Mon article traitant du rapport entre coopération et compétition l’explique, mais vous préférez regarder ailleurs. Pourtant, la preuve irréfutable est faites via la création de l’Etat-nation français lui même, car constitué de régions qui furent longtemps en conflits, appartenant à d’autres royaumes, avec des cultures propres et ne voulant pas de la France, avant d’y être rattaché, de gré ou de force et donnant naissance alors à la culture française. La dynamique est la même au niveau européen et jusqu’à la planète entière, tout simplement, parce que nous sommes tous des humains. Chose que vous reniez d’un coté, tout en faisant semblant de le soutenir de l’autre. Mais cette contradiction, vous la niez en noyant votre discours, ce qu’on appelle du sophisme.

                                    Si le terrorisme n’a rien à voir avec l’union sacrée de la nation, il faudra que vous l’expliquiez à la majorité des citoyens, de quelque nationalité que ce soit. Le déni est de votre coté !

                                    Quand à la différence entre nation européenne et union fédéraliste, elle se situe surtout dans les mots utilisés. Ainsi, faut t’il dire que les USA sont une nation ou bien une union fédéraliste ? Et la suisse, une nation ou bien une union fédéraliste ? Ridicule !


                                    Pour votre conclusion, je vous renvoi à votre propre lien. Pourquoi ? Parce qu’il soutient le fait que les oligarques ne sont pas mondialistes, mais impérialistes, c’est à dire, d’un monde divisé en quelques blocs antagonistes. Le mondialisme, cher monsieur, c’est par définition l’union de toutes les nations et non pas la division en quelques blocs de nations. Un empire, c’est une nation dont les nations qui l’a composent son, para rapport à elle, des régions. Principe de division fractale ! Il n’y a changement de sens que lorsqu’il y a singularité, c’est à dire, comme expliqué dans l’article traitant de la relation coopération/compétition, quand il n’y a plus de compétition entre au moins deux blocs antagonistes, mais union, c’est à dire, la mondialisation.

                                  • Dictature du peuple Dictature du peuple 25 mai 2018 07:32

                                    @Hervé Hum
                                    Tu restes bloqué de ton idéologie de la coopération-compétition, c’est débile. Ni l’un ni l’autre, ils ne veulent pas l’union de toutes les nations, ils veulent leur dépassement aux profits des superstructures et des multinationales. Tu n’as rien compris des dynamiques capitalistes actuelles. 


                                    Pour les identitaires je critique leur racialisme et leur européisme, ce que tu n’as pas compris. 

                                    Bref, vous n’avez aucune conscience des problématiques actuelles. Avec vos projets mondialistes, vous vous coupez des masses, des travailleurs, qui sont patriotes, et non pas identitaire.
                                     Tu comprends même pas que le culture ce n’est pas la race. 

                                    Donc, tu es un gauchiste, un ennemi du peuple...HORS DE MA VUE !


                                  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 22 mai 2018 09:06

                                    Le peuple va là où se trouve le blé, peu importe la couleur (nazionnnnnnnale socialisme). Et souvent, elle vire populiste, la frontière est mince.


                                    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 22 mai 2018 09:16

                                      J’au une grande admiration pour les travailleurs manuels autant que pour les intellectuels. Mais le peuple comme masse me fait peur. Lire Durkheim.


                                      • Dictature du peuple Dictature du peuple 22 mai 2018 22:35

                                        @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                                        Moi, au contraire, cela m’enthousiasme. Voir la masse populaire arriver avec fracas au centre du débat collectif est un sentiment quasiment jouissif. 


                                      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 22 mai 2018 09:25

                                        Relisez : l’Univers contestationnaire de Belà Grunberger, il avait parfaitement analysé et vu la montée des extrêmes-droites aujourd’hui. J’ai toujours tendance à me fier aux clairvoyants. Ils n’ont pas besoin d’Affelou. https://www.cairn.info/revue-francaise-de-psychanalyse-2006-3-p-831.htm. Robert Merle, proche du parti communiste aussi. Lire : Derrière la vitre.


                                        • Ben Schott 22 mai 2018 09:34

                                          @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                                           

                                          Vous souffrez de graphorrhée, entre autres.
                                           


                                        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 22 mai 2018 09:41

                                          J’aurez au moins la conscience tranquille avant la catastrophe finale. Et ainsi quitterai ce monde en paix.



                                          • Spartacus Lequidam Spartacus 22 mai 2018 12:13

                                            Imaginez donc qu’on applique les conneries de l’auteur aux relations sexuelles :


                                            L’auteur vous exposerait que le viol est normal, car ceux qui attendent le consentement sont des cons...

                                            En résumé, la révolution violente pour instaurer la dictature étatique d’une classe de pseudo intellos gauchistes qui croient avoir la science infuse sur une masse que ces gens considèrent tous comme des cons....

                                            Violence justifié par des luttes contre des ennemis immatériels, (bourgeois, capitalisme, etc..) chez les cocos on ne nomme pas les gens qu’on jalouse et qu’on doit martyriser.

                                            Bref le gauchisme des cocos se résume a des frustrés qui rêvent de casser, de tuer, soumettre des gens plus riches que eux et qui ne sont en rien responsables de leurs frustrations de n’avoir jamais rien créé, tenté, risuqé ou essayé a titre personnel de s’enrichir par soi-même...

                                            Des gens incapables de créer, sans talents individuels et jaloux de la réussite des plus riches que eux...
                                            Tristes gauchistes. Triste secte.




                                            • Sparker Sparker 22 mai 2018 13:01

                                              @Spartacus


                                              Mon dieu (! !) que vous pouvez être bête, c’est un gage de votre réussite ? ou peut-être votre meilleur talent ?
                                              Heureusement que vous ne servez à rien de constructif on se poserait des questions, point de vue nuisible en revanche vous décrochez la timballe...
                                              Qu’est ce qui peut bien pousser une grande personne à l’immense talent et pour laquelle la vérité révelée de son génie à faire du fric (du moins qui le dit), à venir poster des imbécilités aussi grotesques sur un média comme Avox et ce avec force constante depuis un bon moment et alors que tout le monde s’en tape tellement c’est nul et que ça sert à rien, ça m’intrigue cette propension à déverser une obsession sans aucun recul, doit y avoir kekchose de paclair dans c’t’affaire voir même de pas propre du dedans, mais bon je m’égare...
                                              A moins que vous ne soyez tout simplement que bête comme tous les obsédés du pognon. Vous avez prévu une place pour la cagnotte dans votre cercueil, on sait jamais...
                                              Enfin je dois être un jaloux selon vos dire/délire, c’est tellement évident... smiley

                                            • Hervé Hum Hervé Hum 22 mai 2018 13:05
                                              @Spartagus

                                              Il faudra songer à te réserver une place au zoo...

                                              si je comprend bien, les bourgeois, le capitalisme cela n’existe pas, par contre, les « cocos » ils existent et y en a partout !!!

                                              je vois que t’aime toujours autant dire des conneries, cela fait plaisir à voir. Surtout, ne change rien !

                                            • Spartacus Lequidam Spartacus 22 mai 2018 13:58

                                              @Sparker


                                              Tu te prends pour « tout le monde » pour t’exprimer au nom des autres ?
                                              Mais t’es pas tout le monde, t’es un gauchiste d’une caste. 

                                              Tous ces gauchistes qui se prennent pour tout le monde et qui considèrent tous les autres comme des poules incapables de penser et qui croient qu’ils ont la science infuse.

                                              Jamais des réponses sur le fond....


                                            • Hervé Hum Hervé Hum 22 mai 2018 14:13
                                              @Spartagus

                                              comment ça il n’y a pas de réponses sur le fond ?

                                              relis le commentaire, il parle du fond, le tien, ce qui hélas ne vas pas plus loin.

                                              Ainsi, c’est toi qui écrit que le bourgeois et le capitaliste sont immatériels et que seul le coco est matériel. Et que répondre face à une telle ineptie où il n’y a pas de fond ?


                                            • Spartacus Lequidam Spartacus 22 mai 2018 15:20
                                              @Herve hume la merde et qui pue

                                              Tu permets forcement que moi aussi par réciprocité, m’abaisse à ta vulgarité, que je taquine ton pseudo, vu que tu es limité à l’insulte et l’attaque personnelle...

                                              Allons allons faut pas transformer ce que j’écris en ce que tu voudrai que j’écrive....
                                              Relis donc, je n’ai pas écrit « le bourgeois », mais « bourgeois », qui est employé dans le sens « groupe social immatériel et indéfini ». 

                                              Désolé de t’apprendre que les mots ont plusieurs sens et interprétations.

                                              Encore un coco incapable de répondre sur le fond, et tout juste bon à manipuler pour n’avoir que des attaques minables ad personnam.

                                              Triste caste.

                                            • Hervé Hum Hervé Hum 22 mai 2018 16:42
                                              @Spartagus

                                              ah bon, il y a une différence entre écrire « le bourgeois » et « bourgeois » !!!

                                              t’es fort toi. Va donc lire la définition du mot bourgeois, avec ou sans article et dis moi où il y a écrit le sens que toi, tu lui donne.

                                              mettre ou non l’article ne définit pas le sens du mot, sauf chez les sophistes dans ton genre, manipulateur par nature.

                                              Surtout que donner à un même mot un double sens, contraire qui plus est, consiste précisément à permettre la manipulation par la technique de la confusion. Ce à quoi, en bon sophiste, tu t’adonne avec médiocrité d’ailleurs.

                                              Ecrire ,bourgeois, le bourgeois ou un bourgeois, cela reste un bourgeois selon sa définition propre, sauf quand on veut, euh, noyer le poisson comme on dit, mais chez toi, c’est surtout dire de grosses conneries.


                                              Quand à répondre sur le fond, il faudrait que ton commentaire en ait un, mais avec du vide, il n’y a pas de fond...

                                              Pour finir, j’ai juste attaqué ton commentaire pour en montrer l’absence de fond. Que cela touche à ta personne j’en suis désolé, mais c’est bien toi qui écrit ce genre d’inepties.



                                            • Dictature du peuple Dictature du peuple 22 mai 2018 19:09

                                              @Spartacus
                                              En fait, ta tactique est de truster les commentaires pour caricaturer les textes et se foutre de la gueule des gens sans apporter aucun argument. Où as-tu lu que je veux une dictature d’intellectuels ? C’est tout le contraire que je souhaite : un pouvoir populaire !


                                            • Spartacus Lequidam Spartacus 23 mai 2018 10:51

                                              @Dictature du peuple


                                              Ha ! Oui un « pouvoir populaire » , évidemment qu’est ce que c’est différent !  smiley

                                              Un « pouvoir populaire » désolé de traduire cette belle métaphore immatérielle idéologique par le concret...

                                              « une dictature étatique d’une classe de pseudo intellos gauchistes qui croient avoir la science infuse sur une masse que ces gens considèrent tous comme des cons »....
                                              C’est pas cela que terminent toutes les révolutions rouges ?

                                            • Dictature du peuple Dictature du peuple 23 mai 2018 12:35

                                              @Spartacus
                                              Non, les intellectuels rouges se sont juste démerdés pour liquider les tentatives populaires d’établir le socialisme : la Commune de Kronstadt et la Makhnovtchina en 1920-21 par l’armée rouge, les communes libertaires d’Aragon de 1936-37 par les staliniens du PCE, les conseils ouvriers d’Hongrie en 1956 par les bureaucrates dits « communistes »...

                                              Dans d’autres cas les insurrections et révolutions populaires se sont fait réprimés par le pouvoir bourgeois : Commune de Paris, Révolution russe de 1905, Révolution allemande de 1919-20, République des conseils d’ouvriers et de paysans des Asturies en 1934...

                                              Le pouvoir populaire c’est avant tout le contrôle de l’économie par ceux qui travaillent, donc la gestion collective des entreprises directement par les travailleurs, le communisme en quelque sorte. 

                                            • Spartacus Lequidam Spartacus 23 mai 2018 17:05

                                              @Dictature du peuple

                                              Ha oui, la gestion par « ceux qui travaillent »... 

                                              C’est beau la foix au collectivisme et le comportement altruiste inné de chaque individu dans ta secte...

                                              Un remake des 1er villages Pilgrims lorsqu’ils se sont installé aux USA, des Kolkhozes Russes ou des Kibboutz Israéliens.

                                              Va comprendre le gauchiste, tous ce sont écroulés sous leur propre poids selon la théorie de la tyrannie des communs....
                                              Pourtant ils répondaient tous à tes chimères sur le papier.

                                              Allez par sympatrie et pitié, et si tu est capable de comprendre l’anglais je vais te donner une leçon d’économie de base et de la théorie des commun qui démontre que cette idéologie utopiste n’est pas viable...
                                              1000 fois essayée, 1000 fois n’a jamais marché



                                            • samuel 23 mai 2018 17:46

                                              @Spartacus

                                              « sous leur propre poids  » ou sous la violence et les coups de l’ordre bourgeois. Ces pourritures qui envoient l’armée se salir les mains au nom de leur droit...



                                            • Hervé Hum Hervé Hum 23 mai 2018 17:49

                                              @Spartagus


                                              évidemment, pour prouver que tu as raison, il suffit de prendre seulement les exemples qui le démontre et d’oublier tous les autres.

                                              Par exemple, l’exemple du communisme guarani, les Kibboutz israéliens justement qui ne se sont pas écroulé par inefficacité, mais par isolement.

                                              En fait, il faut étudier chaque cas et regarder les conditions dans lesquelles la collectivisation a eut lieu, mais évidemment, si tu veux démontrer une chose à l’avance, faut surtout pas faire cela !

                                              Alors, il y a effectivement une forme de tyrannie du commun, mais il y aussi et surtout la tyrannie des particuliers sur le commun et c’est celle ci qui fait systématiquement s’écrouler le commun... Pour pouvoir instaurer sa tyrannie particulière sur le commun, il faut d’abord détruire l’idée même de commun. A ce moment là, il s’adjoint toujours l’aide des parasites et autres charognards, qu’il nourrit d’ailleurs, des fois que l’idée de commun referait surface.

                                              Les choses ne sont donc pas aussi simpliste...





                                            • Hervé Hum Hervé Hum 23 mai 2018 17:59

                                              @Hervé Hum


                                              j’oubliai, dans l’exemple du lien, le vers était déjà dans le fruit, car quel que soit le système, donc, y compris communiste ou anarchiste, le principe du mérite personnel ne peut pas être supprimé. Or, en parlant de donner à chacune la même part égale sans considération du travail de chacun, alors même que les migrants (et non pas des pélerins comme le dit l’article à mauvais escient), se sont exilé précisément pour conquérir ce nouvel espace vendu comme moyen de devenir riche, cela démotivait totalement les migrants.

                                              L’égalité absolue est une iniquité relationnelle, qui favorise le parasitisme et est surtout un bon moyen pour discréditer le principe du bien commun.

                                              L’équité seule est une égalité sociale et repose sur le principe du mérite personnel, mais ce n’est pas celui qui permet d’accaparer ce même bien commun et de faire des autres ses esclaves.

                                              Nul ne peut exiger plus de droits qu’il n’accomplit de devoirs et nul ne peut se voir exiger plus de devoirs qu’il ne réclame de droits. Cela, c’est la règle d’or du communisme ou de l’anarchisme et se fonde sur une société responsable, n’ayant pas besoin de propriété privé sur le bien commun.

                                              Euh, j’écris pas ça pour spartagugus !




                                            • Dictature du peuple Dictature du peuple 23 mai 2018 19:41

                                              @Spartacus
                                              Rien à voir. Dans un contexte socialiste dominant, la gestion collective d’une entreprise n’a rien à voir avec une colonie agricole collectiviste où tous partagent le même mode de vie en commun. 


                                            • Spartacus Lequidam Spartacus 24 mai 2018 11:07

                                              @Dictature du peuple


                                              Ha oui « rien a voir »....Evidemment
                                              Dans le capitalisme, personne n’interdit la « gestion collective ». C’est la liberté, liberté totale de choix.
                                              Pas besoin de faire une révolution à la con.

                                              Va y donc, prend tes potes et monte donc une Scoop. La nouvelle fumisterie subventionnée à la mode actuelle. 
                                              Y’a plein de pognon des autres à dilapider en illusions en ce moment.

                                              Et puis dans ton usine de minitels, quand il faudra licencier les « camarades », que pour passer a une usine d’ordinateurs sans capital risque, que la réticence aux changements de poste de lieux, de manière de travailler est impossible pour les branleurs collectivistes, tu voudra peut être plus de la gestion collective, ou tout le monde est joyeux quand ça va bien et personne n’est responsable et ne veut payer quand ça va mal...

                                              Tu découvrira le drame de la tyrannie des communs....

                                            • Spartacus Lequidam Spartacus 24 mai 2018 11:48

                                              @Hervé Hume la merde et qui pue


                                              Dans la vidéo, les pèlerins sont là pour illustrer la tragédie des commun. Ce n’est pas là l’intérêt.

                                              L’important c’est le jeu au milieu de la vidéo, qui démontre la supériorité de la propriété privé au collectivisme..

                                              Dans un cercle sont jeté des pièces, si elles sont laissées, chaque pièce sera doublée.
                                              Mais une personne prend une pièce, puis l’autre, puis tous les autres, car dans un bien collectif, chacun se sert aux dépens des autres et aucun ne veut être le dindon de la farce....
                                              Le bien commun ne produit plus.

                                              Ensuite on sépare devant chaque personne un triangle qui devient la propriété. Alors les pièces ne sont plus prises et elles restent pour fructifier...

                                              A moins d’être con, la tragédie des communs se vérifie tous les jours.
                                              Le locataire n’entretien pas son logement comme un propriétaire.
                                              Personne ne ramasse la canette par terre en ville pour la mettre dans la poubelle, mais immédiatement quand quelqu’un en a jeté une dans son jardin...

                                              Le médecin, il y a toujours qui y vont 5 fois, c’est gratuit. Celui qui a de la famille en Algérie demande une prescription de paracétamol pour envoyer au pays, c’est gratuit et commun.
                                              Le cheminot, ne voudrait surtout pas abandonner son régime spécial identitaire corporatiste pour aller dans un droit commun pour sa retraite.

                                              Le collectivisme ne fonctionne que pour des groupes limités, famille, amis, mais passé 7 à 10 personnes, c’est une illusion, une chimère....
                                              Le communisme ne fonctionne pas en fonction des lois suivantes
                                              La tyrannie des communs
                                              L’asymétrie de l’information
                                              La dynamique du capital (ou dynamique des valeurs).

                                              C’est comme lancer une pomme en l’air, avec la gravité sur terre, ça retombe toujours, toujours....
                                              C’est comme ça !
                                              Le pire c’est que c’est démontré
                                              Mais comme les fous se tapent la tête sur un mur pour démontrer que ça peut servir de perceuse pour le « bien commum », les cocos renouvellent leurs révolutions et et a chaque fois, misère, terreur, totalitarisme, queues, exils encore et toujours a chaque expérience qui a chaque fois devait être le « vrai communisme » et qui explique que l’ancien n’était pas le bon.





                                            • foufouille foufouille 24 mai 2018 12:53

                                              @Spartacus

                                              « Le locataire n’entretien pas son logement comme un propriétaire. »
                                              c’est normal car il paye un loyer, pauvre débile !!!


                                            • Hervé Hum Hervé Hum 24 mai 2018 13:39
                                              @Spartagugus, dont le pseudonyme est déjà une insulte, alors, me traiter de « merde qui pue » me conviens très bien, surtout si elle sent fort chez toi. J’espère qu’après ce commentaire, cela va puer encore plus, c’est le but !

                                              Mon précédent commentaire répond a ton exemple, totalement biaisé, inutile de me répéter.

                                              Car ce sont les conditions de l’expérience qui définissent le résultat. En effet, si chacun est responsabilisé vis à vis des autres, personne ne prendra le risque de détruire le bien collectif. Ton expérience donne le résultat voulu à l’avance que si personne est responsabilisé dans ses actes, autrement dit, s’il se comporte en bon capitaliste et non en partenaire social. C’est à dire, de manière égoïste où la seconde expérience ne fait que remettre les conditions de sa nature propre.

                                              Comme le dit foufouille, si le locataire se fout du logement, voir le pourri, c’est qu’il paie un loyer au propriétaire. D’ailleurs, la propriété de son bien ne garantie pas que la personne en prendra soin, c’est une question d’in.dividus. Certains laissent totalement dépérir leur propriété, voir même, la pourrissent totalement. Pour éviter qu’une personne pourrisse quoi que ce soit, il faut qu’il en soit responsable vis à vis des autres et d’être menacé de mise sous tutelle dans le cas contraire.

                                              De plus, les plus grandes destructions et pollutions environnementales, sont le faits de propriétaires qui exploitent celle ci pour faire de l’argent dès lors où ils n’y vivent pas et se foutent totalement des conséquences sur les populations locales. C’est notamment le cas des régions forestières, des océans, d’une urbanisation incontrôlé, etc. Exemple classique en France, c’était une pratique courante que d’acheter un terrain, créer une société anonyme, récupérer les déchets polluants des entreprises, les enfouir dans le terrain en question et lorsque celui-ci était plein et que certains riverains commençaient à s’inquiéter de ce qui se passait, se mettaient en faillite et laissaient toute la merde aux, euh, propriétaires malchanceux. Bref, c’est ton expérience à la con grandeur nature, mais avec le principe de la propriété...

                                              La propriété ne rend pas responsable vis à vis des autres, mais au contraire, vise à ne pas devoir répondre de ses actes vis à vis des autres. Et la responsabilité vis à vis de soi, cela n’existe pas, c’est une ânerie, car vis à vis de soi, on est souverain, c’est à dire, juge et partie.

                                              De plus, c’est toi qui parle de gratuité et certainement pas moi. Mais prêter à l’autre des propos contraire à ce qu’il dit, permet de lui reprocher des propos qu’il ne tient pas. Tu crois tromper qui là ?

                                              En économie, la gratuité n’existe pas, sauf chez les capitalistes, cela s’appelle la charité, la pitié, ce sont les pseudos oeuvres caritatives des riches, selon la théorie du ruissellement. La gratuité médicale, c’est le résultat du système capitaliste, certainement pas communiste. Fait pour maintenir les gens dans l’irresponsabilité pour justifier leur maintien sous tutelle d’une élite elle même irresponsable, mais doté du savoir faire pour donner l’illusion contraire.

                                              Bref, ça, c’est plus que démontré, c’est la société actuelle avec les conséquences que l’on sait.

                                            • Dictature du peuple Dictature du peuple 24 mai 2018 17:09

                                              @Spartacus
                                              Non, pour généraliser le principe de la gestion collective, il faut d’abord exterminer la classe capitaliste dans son ensemble afin de récupérer leurs capitaux. C’est sur ce génocide social (d’une minorité oisive) que se construira le socialisme. 


                                            • Dictature du peuple Dictature du peuple 24 mai 2018 17:15

                                              @Spartacus
                                              Et puis tu connais mal ta propagande néo-classique. En tout cas, je la connais mieux que toi. C’est la tragédie des biens communs, et non pas la « tyrannie des communs ».


                                              Surtout que les travailleurs d’une grande entreprises autogérée, puisque ce sont eux qui la gèrent, ont tout intérêt à l’entretenir pour ne pas qu’elle s’effondre et qu’ils perdent leurs revenus. Cela ne change rien. Ils ont même plus intérêt à le faire quand elle leur appartient que quand elle est à un patron car dans tous les cas ce sont des travailleurs qui l’entretiennent par le travail, soit en obéissant à des ordres (entreprise capitaliste), soit de leur propre chef (coopérative). Le dernier cas est plus efficace. Après tout, comme tu le dis toi-même, "le locataire (ou salarié) n’entretient pas son logement (entreprise) comme un propriétaire (travailleurs auto-gérant l’entreprise). Tu t’invalides toi-même, quel crétinisme exemplaire !

                                            • Spartacus Lequidam Spartacus 24 mai 2018 23:31

                                              @Dictature du peuple

                                              Récupérer les capitaux....Mais que c’est con et décalé.
                                              Vaste blague incompatible avec la dynamique du capital. 

                                              Tu veux prendre la place de Drahi ? 10eme fortune de France.
                                              La valeur de ses actions sont de 10 milliards. Sa société a 55 milliards de dettes.
                                              On lui prête uniquement parce que c’est lui et qu’il a acheté plusieurs sociétés et qu’il a le talent de toujours rembourser.
                                              Tu le spolie, tu récupère rien. La valeur de ses parts sociales tombe à 0.
                                              Le capital n’est pas un jeu à somme nulle. 

                                            • Spartacus Lequidam Spartacus 24 mai 2018 23:38

                                              @Dictature du peuple

                                              Le salarié n’a comme principal intérêt que de préserver son salaire contractuel.
                                              Ce n’est en aucun cas l’intérêt de l’entreprise. 
                                              S’il est spécialiste peinture à la main, il ne proposera pas de se faire remplacer par un robot qui permettra de faire baiser les coûts et donc de préserver l’entreprise sur le long terme.

                                              Les co-propriétaires n’entretiennent pas comme les propriétaires.

                                              Va y monte ta scoop, qu’on se mare

                                            • Dictature du peuple Dictature du peuple 25 mai 2018 07:27

                                              @Spartacus
                                              Récupérer les capitaux, c’est récupérer les entreprises crétin ! leur direction et leurs investissements. « 


                                               »Les co-propriétaires n’entretiennent pas comme les propriétaires." Sauf qu’actuellement les propriétaires n’entretiennent pas, ils font entretenir par des travailleurs. Les travailleurs seraient bien plus motivés s’ils possédaient l’entreprise, tu l’as expliqué toi-même. 

                                              Les coûts, la croissance, on s’en branle. De toute façon les matières premières et l’énergie ne sont pas infinis....

                                            • zygzornifle zygzornifle 22 mai 2018 14:19

                                              Votons pour ma machine a laver car elle a un programme propre.....


                                              • Christian 22 mai 2018 17:26

                                                @zygzornifle

                                                Oui c’est d’ailleurs une des caractéristiques des gauchistes de se prendre pour une machine à laver.

                                                 


                                              • zygzornifle zygzornifle 27 mai 2018 10:12

                                                Macron est la pour cela accompagné par l’UE ....


                                                • yvesduc 27 mai 2018 17:34
                                                  J’avoue avoir un peu de mal à vous suivre dans toutes vos circonvolutions…

                                                  La forme « -iste » (ou « -isme ») d’un terme désigne sa version radicale. Ainsi, un pacifique désigne une personne non-violente, tandis qu’un pacifiste est un militant de la non-violence.

                                                  Un gauchiste est quelqu’un qui est très à gauche. Tout simplement…

                                                  L’illustration de votre article, les Black Blocs, n’est pas gauchiste puisque ces derniers sont anarchistes. Les Black Blocs détestent la police (ils l’écrivent suffisamment sur les murs !), alors que la gauche veut au contraire davantage de police, d’état de droit et de services publics. Black Blocs (anarchistes) et gauche s’opposent donc pour ce qui est de définir le rôle de l’État. Accessoirement, ils pourrissent le mouvement social et sont un allié objectif de l’oligarchie, mais ceci est une autre histoire.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité