• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Pour en finir avec le racisme

Pour en finir avec le racisme

L'hystérie "antiraciste" ayant de nouveau frappé cette semaine, nous voulons encore une fois lui répondre, en espérant parvenir à calmer les esprits surchauffés qui enfument l'espace du débat public...

Dans un précédent article écrit en réponse à la nouvelle doxa issue de la propagande maçonnique voulant faire admettre par des arguments pseudo-scientifiques que « les races n’existent pas », article intitulé «  Critique de l’antiracisme psychotique  », nous soulignions les causes de l’hystérie déclenchée par le mot race dès qu’il est employé, alors que l’existence des races est un fait qui tombe sous le sens et il n’est donc nullement honteux d’en faire état.

Nous montrions ensuite que le racisme n’existe que parce que les races existent, et que d’autre part ce racisme trouve son origine dans l’antiquité : En effet, il constitue la pensée la plus ordinaire qui soit dans le monde antique, c’est-à-dire antérieur au christianisme, où chaque race s’estime touchée par la préférence divine, ce qui l’amène à considérer le reste de l’humanité comme une engeance inférieure dont la dignité n’a pas à être prise en considération : Voilà le fondement du racisme. Il prend sa source dans les mythes fondateurs que les peuples antiques se forgeaient pour justifier leur existence et la consolider par la construction de croyances visant à exciter une fierté nationale disposant le peuple à combattre de manière solidaire pour assurer sa survie en tant que groupe homogène.

C’est le Christ qui, en affirmant, après sa résurrection, que son message est destiné à toutes les nations sans exception, met fin aux mythes de supériorité raciale et, en offrant l’élection divine à tous les peuples de la terre, fonde la condamnation du racisme. Son Apocalypse indique à plusieurs reprises que toutes les races sont bénies de Dieu (voir notre article précédent).

Maintenant, il faut voir clairement ce qu’est une race et ne pas en avoir peur.

 

1 – Hérédité simple : race familiale

La race est une des propriétés les plus fondamentales de la vie ; elle résulte d’une sorte d’entropie des espèces, qui veut qu’une espèce donnée se subdivise progressivement en groupes présentant des caractères distinctifs d’ordre secondaire issus de la nécessité d’adaptation au milieu, tout en appartenant toujours à la même espèce en raison d’un principe d’héritage, ou hérédité. C’est cette combinaison apparemment contradictoire de l’entropie et de l’hérédité qui s’appelle la race, à savoir que ce couple de parents non seulement donne la vie en engendrant un individu nouveau et unique en raison de l’entropie, mais qu’il la donne à sa ressemblance en raison de l’héritage, conférant à son descendant non seulement les caractères de l’espèce, mais aussi un ensemble de particularités distinctives que détiennent ces parents, acquises au cours des générations et conservées par la transmission héréditaire. Nier cette notion, c’est nier l’existence même de la science génétique : c’est absurde ! Et comme de toute absurdité, la source de celle-ci ne peut être que la bêtise ou l’hypocrisie.

Au sens le plus étroit, la race est donc la descendance d’un homme. C’est ainsi que les Juifs se disent « race de Jacob », et les Arabes « race d’Ismaël ». Nous pouvons appeler « protorace » ce premier type, familial, de la transmission raciale, qui fait de chaque père (ou mère) la racine de sa descendance.

 

2 – Hérédité multiple : race nationale

Dans un second temps, on remarque que l’accouplement sexué se fait nécessairement dans un voisinage géographique. Cet isolement pratique du groupe produit comme une sorte d’incubation génétique qui va, sous l’effet de l’entropie de l’espèce, distinguer ce sous-groupe humain par un ensemble de caractères communs qui se forment au fil des générations : De là vient la seconde acception du terme « race », que l ‘on peut appeler « nationale » puisqu’elle forme en premier lieu une nation, c’est-à-dire une parenté génétique lointaine mais certaine entre individus d’un groupe de peuplement nombreux, possédant entre eux un patrimoine de ressemblances, toujours en raison de la loi d’héritage des caractères de la vie : Durant des millénaires, les Blancs ont vécu en Europe et en Afrique du Nord, les Noirs en Afrique Centrale et Australe, les Jaunes en Asie, les Arabes dans leur vaste péninsule etc…

Ainsi, toujours en raison du principe d’hérédité, de même que le visage du fils, dans la race familiale, ressemble à celui de son père (ou de sa mère), des caractères moins précis mais tout aussi prévisibles s’imposent dans la race « nationale », comme la couleur de la peau, la texture des cheveux, le niveau de pilosité, la forme et la couleur des yeux et des pommettes, la taille moyenne des individus... Un couple de parents à peau noire ne peut avoir d’enfant à peau blanche et réciproquement.

Mais attention ! La génération n’est pas limitée par la monotonie industrielle, qui veut que chaque objet fabriqué soit strictement identique aux autres, telle une série de moulages sortis d’une matrice unique : Le caractère entropique de la transmission génétique fait qu’un nouvel individu n’est jamais la copie conforme d’aucun individu précédent, bien qu’il présente infailliblement les caractères généraux de l’espèce et les caractères particuliers de sa race, familiale et nationale : En effet, ces caractères sont transmis non de façon identique entre les individus, mais selon une distribution d’écarts aléatoires par rapport à une moyenne (taille plus ou moins grande, cheveux plus ou moins crépus, peau plus ou moins claire etc…) : C’est cette entropie qui distingue la réplication du vivant de celle des fabrications humaines.

 

3 – Formation des peuples

De plus en plus nombreux, le groupe national occupe des territoires de plus en plus vastes : Il en vient alors, par un nouveau processus fatal d’éloignement géographique, à se scinder en plusieurs foyers de culture se divisant par la suite en peuples distincts : On voit alors apparaître la diversification des langues et des cultures politiques, religieuses et intellectuelles, dont la cause est uniquement l’éloignement, poussant les régions du globe à l’isolement : Ainsi, les Chinois et les Japonais formaient à l’origine une seule race nationale, puis sont devenus deux peuples distincts par suite de l’isolement géographique du Japon.

Dans ce deuxième temps, la nation raciale se divise alors en peuples, qui se distinguent non plus par leurs caractères physiques, mais par leurs langues et leurs cultures. On constate ici que le principe d’entropie génétique se retrouve dans la formation culturelle, puisqu’ainsi le latin s’est diversifié pour former le français, l’italien, l’espagnol, le portugais et le roumain (sans parler des innombrables dialectes sous-jacents).

Les peuples, après une période d’isolement « diversifiant », ont ensuite cherché à tisser des liens avec leurs voisins, faisant malgré leur séparation linguistique une communauté de civilisation par le truchement d’une culture scientifique et/ou religieuse réunifiée : Ainsi de l’Europe médiévale, mais aussi de la Chine, qui noua également des relations commerciales et culturelles étroites avec ses voisins, dont elle influença les cultures.

A ce stade, on pourrait mentionner les travaux de l’anthropologie, de l’ethnologie et de la philologie, qui sont parvenues à dessiner la parenté des peuples à partir de leurs langues et de leurs patrimoines génétiques, parenté dont la plus célèbre est l’indo-européenne, qui montre que le sanskrit présente de nombreuses racines communes au latin et au grec, malgré l’apparente séparation historique des civilisations qui ont forgé ces langues.

Tout cela découle du principe d’hérédité entropique sur lequel repose la vie animale : Toute espèce se subdivisera en races, dont la diversité provient de la nécessité de s’adapter aux différents milieux qu’elle conquiert. Cette diversité qu’offre la nature est assurément une chose plus belle que honteuse.

 

4 – Pour en finir avec le racisme

Maintenant, affirmons à nouveau ce qu’est le racisme : il ne consiste nullement à reconnaître l’existence des races, mais il consiste, pour un individu donné, à considérer que sa race est supérieure au point qu’elle aurait des droits sur les autres races, auxquelles pourrait être contestée jusqu’à la reconnaissance de la dignité humaine.

Pour le raciste, sa race englobe toute la dignité de l’espèce humaine, et les autres races humaines n’ont été placées là par les dieux que pour lui servir d’animaux domestiques, dont les races inférieures peuvent prendre avantageusement la place, puisqu’on peut leur donner des ordres en langage humain, donc les utiliser à de nombreux travaux inaccessibles aux animaux. Ainsi, le raciste assimile sa seule race à l’espèce humaine tout entière, et considère les races étrangères comme une sorte de bétail humanoïde.

Cela, c’est ce que pensaient les Grecs, les Romains, les Egyptiens, les Chinois et les Hébreux : « notre race est l’élue, la seule digne d’être appelée humaine, et les étrangers sont des barbares destinés à nous servir d’esclaves ».

Précisons toutefois, dans le cas des Hébreux, que la libération chrétienne était contenue en germe dans l'Ancien Testament, puisque dans la Genèse, Dieu dit à Abraham : 

Toutes les nations de la terre seront bénies en ta postérité, parce que tu as obéi à ma voix. " (Genèse, 22:18)

Cette parole divine n'a cependant pas empêché certaines interprétations talmudiques d'enfourcher sans vergogne la thèse raciste exposée plus haut. Le monde Juif est donc partagé à ce sujet.

Voilà donc ce qu’est le racisme, et voilà ce que le Christ a définitivement condamné.

En revanche, dire « les Noirs courent plus vite que les Blancs », c’est affirmer une simple vérité statistique prouvée par les performances enregistrées dans les annales sportives, une chose vraie en général, et rien de plus. Cette banale vérité statistique ne signifie rien d'autre que ce qu’elle dit, et notamment elle ne signifie pas que tout Noir court plus vite que tout Blanc, car ce n’est qu’une généralité, et elle ne signifie surtout pas que cette supériorité physiologique des Noirs dans la course à pied induirait en quoi que ce soit une supériorité en dignité ou en droit humain.

Reconnaître les caractères raciaux des groupes humains ne doit nullement conduire à une hiérarchie juridique des races, car celle-ci a été définitivement condamnée par le message évangélique. En revanche, la race prise en tant que nation a le droit de s’affirmer comme identité, sans que cela constitue une offense envers les autres races.

Ainsi, il n’est nullement criminel d’affirmer qu’à l’origine, le peuple français est de race blanche, même si aucune constitution de notre pays n’a jamais précisé qu’il fût nécessaire d’appartenir à cette race pour avoir le droit de devenir français : étant d’origine chrétienne, la France est tout sauf raciste. Il n'en demeure pas moins que son peuple est originellement de race blanche, et c’est insulter son histoire que d’interdire de proclamer cette évidence.

Nier l’existence des races par crainte de voir rétablir la hiérarchie juridique induite par le racisme est stupide et puéril, mais surtout méprisant envers les citoyens auxquels on prétend interdire de s’exprimer, voire de penser, en raison de cette prétendue crainte : Peut-être cette apparente stupidité de l’antiracisme psychotique cache-t-elle en réalité quelque intention politique inavouable, tant il est vrai que la classe politico-médiatique française manifeste, avec une rage si indécente qu’elle en devient suspecte, cette psychose qu’elle cherche à tout prix à communiquer à notre peuple...

Nous affirmons pour notre part que l’Evangile est un rempart nécessaire et suffisant contre le racisme. La meilleure preuve de cette nécessité, c’est que ceux qui entendent combattre le racisme en occultant cette référence primordiale sont obligés de recourir au déni de réalité, ce dont il est aisé de prophétiser que cela ne mènera pas très loin. Pourtant, il n’y a pas besoin de fermer les yeux pour ne pas sombrer dans l’inhumanité, vers laquelle nous plongeons, au contraire, lorsque nous faisons profession de mépriser nos racines.

Pierre Mellifont.

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.78/5   (40 votes)




Réagissez à l'article

60 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion M de Sourcessure 5 octobre 2015 08:55

    « ...calmer les esprits surchauffés qui enfument l’espace du débat public... » , dîtes-vous ?


    Alors pourquoi souffler sur la braise et participer à cet enfumage ?

    • pascalmontfort 5 octobre 2015 09:54

      @M de Sourcessure

      L’enfumage, c’est la langue de bois, qui consiste à proférer doctement des mensonges. Ici, l’auteur cherche à rétablir la vérité, il ne s’agit donc pas d’enfumage mais de rhétorique : Pouvez-vous comprendre la différence ?


    • Séraphin Lampion M de Sourcessure 5 octobre 2015 10:29

      @pascalmontfort

      la rhétorique et ses frères et sœurs casuistique et syllogisme ne sont que les instruments de l’enfumage. 

      Chacun prêche pour sa paroisse en prétendant détenir LA VERITE ; 
      Vous connaissez la vérité, vous ? , 

    • pascalmontfort 5 octobre 2015 10:47

      @M de Sourcessure
      Qui peut prétendre connaître toute la vérité ? Sûrement pas moi en tout cas. Cependant, je vois dans cet article des éléments de vérité indéniables. 


      Donc, si vous n’êtes pas d’accord avec l’auteur, ce qui est votre droit, vous devez réfuter ce qu’il présente comme juste et qui vous semble faux, en montrant ce qui vous permet de le considérer comme faux : Voilà le vrai débat.

      En revanche, dire « c’est autant de l’enfumage que la thèse contraire » est un peu facile quand vous ne vous sentez pas le devoir de démontrer en quoi : Dans ce cas, il vaut vraiment mieux ne rien dire.

    • Séraphin Lampion M de Sourcessure 5 octobre 2015 10:54

      @pascalmontfort

      attention : d’après l’auteur, votre esprit est surchauffé...
      et ça va fumer, et polluer...

    • Laurent 47 5 octobre 2015 18:31

      @M de Sourcessure
      L’enfumage n’est qu’un mot ! Pas un argument.

      Donc : définition argumentée de l’enfumage, s’il vous plaît !

    • mmbbb 5 octobre 2015 18:46

      @pascalmontfort La casuistique la rhéthorique sont des gros mots Je suis trivial l’elite veut nous imposer cette mixite sociale et cela ne marche pas . La methode consistant à casser le thermometre comme tente de le faire les politiques les associations et les faiseurs d’opinions à sa propre limite.. La realite ne peut être indefiniment cachée. In fine la realite s’impose C’est aussi simple 


    • VanessaKlondike 6 octobre 2015 00:01

      @mmbbb
      Je suis d’accord ! la marmite de la vérité, qui bout de plus en plus, finira par exploser pour dégager le couvercle du mensonge. Mais ce jour-là, il faudra bien se protéger...


    • Jonas Jonas 6 octobre 2015 00:08

      @M de Sourcessure
      « Chacun prêche pour sa paroisse en prétendant détenir LA VERITE ; Vous connaissez la vérité, vous ? »

      Si on ne la connaît pas, on peut au moins tenter de l’étayer par des arguments.
      La doctrine totalitaire socialiste des années 1980 et ses multitudes d’associations anti-racistes ont lobotomisé les cerveaux des français en leur expliquant ce qu’ils devaient penser, leur faisant croire que la France est un pays multiculturel, sans race, sans religion.
      Avant cette période, les ouvrages décrivaient parfaitement les races. Comme le Larousse (1971-1976), qui décrivait scientifiquement la notion de races humaines.
      http://www.larousse.fr/archives/grande-encyclopedie/page/11394

      Dans l’Histoire de France, tous nos rois (Clovis, Charlemagne, Saint-Louis, Philippe-le-Bel, Henri IV, Louis XIII, Louis XIV...), écrivains, poètes, architectes, peintres, scientifiques... sont chrétiens ou de culture chrétienne, et de race blanche.
      Si vous regardez les vidéos d’archive de la France et de Paris dans les années 1920-1950, il n’y a que des français de race blanche :
      https://www.youtube.com/watch?v=SDlVcMl6oQ8
      http://www.youtube.com/watch?&v=wy7lNJ7jrYg
      http://www.youtube.com/watch?v=AuLQ6C243X8

      Ce n’est qu’à partir du début des années 1970, avec la poussée de l’immigration extra-européenne et le regroupement familial imposé par Giscard d’Estaing, que le Grand Remplacement a débuté :
      https://www.youtube.com/watch?v=0QITxZjSa0k

      Christiane Taubira a elle même dit qu’elle est de « race créole », une « guyanaise de souche » qui protège son identité et sa culture, personne ne l’a traité de raciste pour ça.
      https://www.youtube.com/watch?v=5UWHkY59Edk
      http://www1.rfi.fr/fichiers/MFI/PolitiqueDiplomatie/2068.asp
      Tout comme le poète et homme politique antillais Aimé Césaire, militait contre le « génocide par substitution » de la population de la Martinique, était-il un raciste pour avoir tenu ces propos ?
      Tout comme personne ne fait un scandale lorsque des associations dites anti-racistes comme le CRAN (Conseil Représentatif des Associations Noires de France) promeut et défend la race noire.

      La propagande totalitaire socialiste vise à qualifier de raciste, fasciste les français de souche de race blanche, déshumaniser l’homme blanc, son Histoire, ses racines, qui doivent disparaître afin de faire place à la « diversité » défendue sous toutes ses formes, comme le préconise clairement le think tank Terra Nova, proche du gouvernement socialiste.
      http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/09/18/01016-20140918ARTFIG00316-quand-terra-nova-conseillait-au-ps-d-investir-sur-le-vote-des-immigres-francais.php


    • jfortains 6 octobre 2015 08:19

      @pascalmontfort
      A propos de langue de bois, il y a sur Agoravox, le même jour, un autre article, en acajou massif, celui-là, qui parle du même sujet, mais quelques étages en-dessous, si je puis dire : Une jeune furie s’en prend à Nadine Morano sur l’air de la vertu offensée, car il est toujours utile de bien hurler avec les loups, comme ces hommes qui étaient pro-allemands en juin 43 et résistants en juin 44...


      Soit dit en passant, rendons hommage à Agoravox, qui est certainement la seule plate-forme journalistique assez libre pour publier sur un même sujet deux papiers aussi différents.

    • howahkan Hotah 5 octobre 2015 09:22

      rien a voir..le pseudo racisme est bien sur et encore un faux sujet totalement superficiel et mensonger de ceux qui ne savent rien du tout de ce qu’ils sont...
      l’ignorance est a son comble avec nous, plus on a des machines plus on est débile...

      je n’explique car comme je me suis acheté un violon, je vais aller pisser dedans...car a ce stade d’autisme volontaire...il n’y a plus rien a faire...que les soins palliatifs....

      demain tous identiques ce pseudo problème de haines des autres resterait car la vérité je vous la donne,c’est la haine de ma non vie qui me fait si mal et dont je ne saisis rien qui me fait haïr les autres par une tentative d’exorcisme inversé...m’en prendre aux autres me soulage quelques secondes pendant lesquelles j’ai la haine...mais la haine est une drogue dure...alors je dois augmenter la dose, je pense haïr les autres mais c’est moi que je déteste...

      la haine des autres est fuite de soi meme...encore..c’est une manie...

      c’est juste que la parole est donné aux plus haineux d’entre nous par le pouvoir du moment..


      • Garance 5 octobre 2015 10:05

        Il est évident que la sortie de Nadine Morano et l’utilisation qui en a été faite c’est de la manipulation politicienne


        Sarko l’a montée en épingle en « sanctionnant la Morano pour masquer le fait qu’il fait tout pour s’attirer les voix du FN : il est à craindre pour lui l’effet boomerang : ça lui fera les pieds à ce manipulateur

        Quand Sarko sort qu’il n’ira jamais dans ce genre d’émission c’est qu’il craint la possibilité de se faire »pièger " reconnaissant par là qu’il à toutes les raisons de l’être


        Quand aux Gauches elles n’allaient pas rater l’occasion , une fois de plus , de se poser en parangon de vertu , idem pour elles , l’effet boomerang leur est à craindre à elles aussi

        Quand à l’article ; je le plusse parce qu’il est excellent

        • sleeping-zombie 5 octobre 2015 11:06

          Hello,

          Je sais que vu la teneur de l’article, je ne serais pas compris mais :
          1. hérédité simple
          assimiler la race à la descendance familiale, ok, c’est faisable, mais si je remonte sur à peine 10 génération, soit 300 ans, j’ai 1000 ancêtres. Sur 20 générations, environ 600 ans, c’est un million d’ancêtre. Sur 40 génération, ce qui me ramène à Charlemagne, c’est 1000 milliards. Sachant qu’a l’époque l’humanité ne devait probablement pas compter plus d’un millards d’individu, je suis statistiquement descendant direct de tout être humain ayant vécu à cette époque...
          L’hérédité simple ne conduit qu’a une seule conclusion raisonnable : il n’y a qu’une race humaine.

          2. hérédité multiple
          Les gens s’accouplent parce qu’ils sont proches les uns des autres, et les enfants ont tendance à ressembler aux parents. C’est vrai, mais il y a un petit soucis : A peut être proche de B, B proche de C mais A loin de C. Sur quel critère objectif choisir de regrouper A et B dans la même « race » mais de ne pas y inclure C ? A part bien sûr l’argument « c’est A qui fait la liste, et C qui la subit ». Avec cette façon de penser, on retombe dans la pensée binaire « il y a moi et tout ceux qui me ressemblent d’un coté, et tous les autres de l’autre ».

          3. formation des peuples
          C’est le même argument que le 2. avec la même réponse.

          Et au final, une seule conclusion : le concept de « race » n’est pas réel, sauf à considérer qu’il se confond avec celui « d’espèce ».
          C’est un objet culturel : chacun le voit à sa guise, et à la liberté de choisir les groupes qu’il veut pour découper l’humanité. Et comme tout objet culturel, il n’existe que si on y croit. A titre personnel, je rajouterais « pourquoi y croire ? », sachant que « pour faire comme tout le monde » n’est pas une réponse valable.

          L’exemple de ma précédente intervention sur votre précédent article reste valide :
          ...faites donc une liste totale des races existantes, ainsi que des critères physiques formels qui permettent de determiner la race d’un individu.

          Je ne vois vraiment pas quelle richesse on retire à découper l’humanité en sous-groupes arbitrairement choisis.


          • pascalmontfort 5 octobre 2015 11:59

            @sleeping-zombie
            C’est amusant, cette pseudo-réfutation des critères qui ne pourraient être objectifs : Quand j’ai débarqué à Shanghaï, j’ai constaté que presque tous les hommes autour de moi avaient le teint jaune, les yeux bridés, les cheveux noirs et raides, les yeux marrons, le système pileux moins développé que celui des Parisiens... Et des sophistes de quatre-sous voudraient me dire : « Vous n’avez rien vu de particulier, parce que les races n’existent pas » ??? 

            Je préfèrerais en rire, si cela n ’était pas si consternant ...

          • sleeping-zombie 5 octobre 2015 13:29

            @pascalmontfort
            Le problème avec les mots, c’est que la plupart des gens les utilisent sans en connaître le sens.

            On confond ainsi « journaliste » et « vendeur de papier » ou « vendeur » et « conseiller ».
            On arrive ainsi dans un monde où les gens paient une assurance sur un emprunt, et ou des gens, a priori pas trop con, parlent de race comme s’il était pertinent.

            Mais éclaire-moi : quelle partie de ma réfutation des propos de l’auteur est invalide ?

            Et épargne-moi un « ça se voit », parce qu’on ne voit souvent que ce qu’on cherche...


          • pascalmontfort 5 octobre 2015 14:46

            @sleeping-zombie
            Soit, je vais donc réfuter ton raisonnement, ou plutôt le compléter, parce que tu n’as pas su le mener jusqu’au bout :

            Supposons 3 générations par siècle, ce qui n’est pas exagéré : Nous avons donc bien 2x2x2 =8 ancêtres, il y a 100 ans, 64 il y a 200 ans, 512 il y a 3 siècles, et ainsi de suite : 8^n (« 8 puissance n »), n étant le nombre de siècles, soit sur 1000 ans, 8 ^ 10 = 1 073 741 824 ancêtres, soit plus de 1 milliard.
            Or, comme tu le soulignes, il n’y avait pas 1 milliard d’hommes sur terre il y a 1000 ans.

            Jusque là, tu as bon. 

            Et tu conclus : Donc nous sommes tous de la même race.

            C’est là que tu t’es trompé : malgré le milliard d’ancêtres théoriques, il se trouve que si tu es blanc, c’est que probablement tes ancêtres étaient tous blancs, même s’il n’y avait pas plus de 120 millions de Blancs à cette époque : Où sont les 970 millions d’autres ?

            Eh bien, ces 970 millions d’ancêtres manquants ne sont que des positions théoriques sur ton arbre généalogique, et non des personnes distinctes : Elles ne seraient distinctes que s’il n’y avait jamais eu aucun cousinage : C’est cela qui est impossible.

            Si, par exemple, ta mère a épousé son cousin germain, cela signifie que sur tes 8 bisaïeux théoriques, tu n’en as que 6, car 2 d’entre eux occupent chacun 2 positions sur ton arbre. Par ce simple fait, tu n’as plus 1 millliard d’ancêtres il y a 1000 ans, mais 720 millions environ. Si ce phénomène se répète une fois par siècle, tu dois multiplier ton milliard par (6/8) ^ 10 : il ne te reste donc plus que 0,0563135 * 1073741824 ancêtres distincts, soit 60 millions environ. Tu peux donc en déduire que la moitié des Blancs de l’époque peuvent être tes ancêtres, sans qu’il y ait parmi eux un seul Jaune ni un seul Noir.

          • cevennevive cevennevive 5 octobre 2015 14:57

            @pascalmontfort, Sleeping,


            Bonjour, juste pour sourire :

            Votre démonstration souffre d’un oubli, c’est le nombre des fratries !

            Si j’ai douze frères et soeurs (ou même plus) nous avons les mêmes ancêtres, non ? Avec un nouveau calcul sur cette observation, le compte devrait y être...

            Cordialement.

          • Pere Plexe Pere Plexe 5 octobre 2015 18:36

            @sleeping-zombie
            merci pour cette démonstration par l’absurde.

            L’auteur à tout simplement oublié qu’une race c’est un socle génétique.
            Chevaux chiens chat et autres mammifère sont d’une race quand ils ont des caractéristiques physiques bien définies.Ces races sont issu d’élevage qui ont recherché et fixé ces caractéristiques.
            Ce qui n’existe pas chez l’homme.

          • sleeping-zombie 5 octobre 2015 19:34

            @pascalmontfort
            ... tu joues avec l’exponent, mais tu ne fais que gagner du temps. Ca ne change rien à mon propos.
            Ici, l’auteur prend prétexte de pseudo « frontières » géographique et culturelles d’il y a des siècles (en les supposant étanches, ce qui est grandement faux, les chiffres arabes/indiens nous en donnent la preuve), pour construire un concept qu’il aimerait voir pertinent aujourd’hui. Mais l’est-il encore ?
            A titre d’exemple, quand on me demande d’où je viens, qu’est-ce que je suis censé répondre ?
            Né en Bretagne, grandi vers Orléans, études à Nantes, bosse maintenant à Paris. De quelle région viens-je ? d’aucune. Parce que le concept de régions en France, même s’il a pu être pertinent à une époque de notre histoire, ne l’est plus maintenant. Et c’est pareil pour les « races ».

            La seule façon de le rendre pertinent, ce serait de le forcer en enfermant les gens dans des cases et les empêcher d’en sortir.
            Mais prendre prétexte d’un concept fumeux pour établir artificiellement les conditions qui le rende pertinent, c’est confondre la fin et les moyens...


          • sleeping-zombie 5 octobre 2015 19:40

            @cevennevive
            Pas vraiment un oubli, juste un simplification.
            Au lieu de prendre une puissance de 2 pour connaître ton nombre d’ancêtres, il suffit de prendre une puissance d’un nombre un peu inférieur.

            Mais pour rappel, l’humanité a plus de 100 000 ans. La colonisation de l’Amérique (la 1ere, il y a 15 000-25 000 a donc été faite par un de mes ancêtres. Probablement jaune/brun de peau).

            Vouloir croire que tous mes ancêtres étaient blancs parce que je le suis, c’est me restreindre à un nombre très faible de générations. Et comment justifier cette restriction ? A part justement garder l’uniformité chromatique de la peau ? C’est complètement fallacieux...


          • Daniel Paruzzi 5 octobre 2015 22:50

            @Pere Plexe
            Désolé de vous décevoir, mais vos propos sont consternants. Ramener la race à l’élevage, c’est prétendre que seul l’homme peut créer des races et pas la nature : c’est un mensonge ahurissant, vous avez dû fumer beaucoup de joints pour en arriver là...


          • sleeping-zombie 5 octobre 2015 22:59

            @Daniel Paruzzi
            Croire que les animaux n’ont pas de culture, et imaginer que l’homme est un cas unique dans la nature, c’est une ineptie comme seul le légendaire orgueil des religieux peut en produire.


          • LucDolmont 5 octobre 2015 23:25

            @sleeping-zombie
            Un cas désespéré : « Sleeping » est ta devise ? C’est juste, car tu n’es pas très éveillé, en effet. Intellectuellement, en tout cas, on est proche de l’encéphalogramme plat, ça sent le cannabis à plein nez...


          • sleeping-zombie 6 octobre 2015 08:30

            @LucDolmont
            Ce que j’aime bien avec ce pseudo, c’est qu’il me permet de trier très rapidement mes contradicteurs en deux catégories :
            -ceux qui ont des arguments, et qui les exposent
            -ceux qui n’en ont pas, et tentent une pirouette pas drôle sur le « sleeping » ou le « zombie ».

            La seconde catégorie arrive souvent quand l’article traite de l’Islam ou du racisme, va savoir pourquoi.
            A titre personnel, je me suis toujours demandé ce qui pouvait pousser les gens à poster alors qu’ils n’ont absolument rien à dire. Tu pourrais m’éclairer ?


          • jfortains 6 octobre 2015 09:39

            @sleeping-zombie
            T’éclairer ? facile : Il ya un certain « sleeping-zombie », par exemple, qui n’a rien à dire d’intéressant, mais qui pointe son nez sur tous les articles où il s’agit d’islam ou de racisme, bien qu’il ne comprenne vraiment ni ce qu’est l’islam, ni ce qu’est le racisme.


          • jfortains 6 octobre 2015 09:46

            @sleeping-zombie
            pourquoi « pseudo-frontières » ? C’est aujourd’hui qu’il y a des pseudo-frontières, pas dans les siècles passés, où les frontières étaient tout à fait réelles. Quant aux « chiffres arabes/indiens », ce n’est pas parce qu’il y avait certaines communications entre chrétiens et musulmans qu’ils faisaient société commune pour autant. Vous êtes un grand simplificateur, vous ne mesurez pas beaucoup ce que vous dites, beaucoup moins que l’auteur de cet article, en tout cas...


          • sleeping-zombie 6 octobre 2015 10:35

            @jfortains
            Un grand homme a dit :
            C’est aujourd’hui qu’il y a des pseudo-frontières, pas dans les siècles passés, où les frontières étaient tout à fait réelles
            Et je suis heureux qu’il soit d’accord avec moi : les frontières n’existent plus, et les constructions culturelles issues de ces frontière n’ont donc plus lieu d’être, a savoir : races, peuples et ethnies.
            Merci de ton soutien :D


          • cevennevive cevennevive 5 octobre 2015 11:31

            Il existe sur la terre plusieurs races :


            - La race humaine,
            - La race canine,
            - La race chevaline,
            - La race ovine,
            - La race bovine,
            - Etc,

            Toutes races dont on peut améliorer l’espèce par les métissages entre mêmes familles d’individus.

            Le métissage humain donne donc un excellent résultat par la conjonction de tous les gènes des divers individus originaires des multiples continents et latitudes.

            Comment, donc, peut-on être « raciste » ? 

            Et pourquoi vouloir supprimer le mot « race » des dictionnaires ? C’est on ne peut plus stupide...

            Bon article Monsieur Mellifont. Merci et cordialement.


            • pascalmontfort 5 octobre 2015 16:21

              @cevennevive
              Victime du matraquage de la propagande maçonnique, vous confondez le sens des mots « espèce » et « race », qui ne signifient pas la même chose : 


              Une espèce est en ensemble d’individus capables de se reproduire entre eux. Une race est un sous-groupe de l’espèce, présentant des caractères communs qui distinguent ce sous-groupe du reste de l’espèce :

               Il n’y a qu’une espèce humaine, mais elle contient une grande variété de races. C’est simple, et c’est irréfutable. 

              Le racisme, c’est de dire que les autres races ne sont pas vraiment humaines : Voilà le coeur du problème tel que l’expose l’auteur.

            • cevennevive cevennevive 5 octobre 2015 16:48

              @pascalmontfort,


              A la réflexion, votre raisonnement se tient...

              Mais alors, je fais partie, moi aussi, de ces « sous-groupes » présentant des caractères communs qui me distinguent de mes concitoyens, fussent-ils blanc et Français : je suis Cévenole depuis plusieurs générations et je n’aurais donc rien à voir avec un Alsacien ou un Breton ?

              Bon, cela c’était pour sourire...

              Mais je suis bien d’accord avec vous, le mot « race » est inoffensif, et le « racisme » est inique et ne s’applique pas seulement à des individus de couleurs différentes. Certains détestent les catholiques, ou les protestants, ou les athées, ou les gros, ou les roux, etc... J’ai bien peur que ces haines ne soient semblables au racisme proprement dit.

              Bien à vous.



            • pascalmontfort 5 octobre 2015 17:08

              @cevennevive
              Je souscris tout à fait à votre dernière remarque : L’islamisme, par exemple, est une forme de péri-racisme, pour laquelle les caractères physiques sont remplacés par l’adhésion religieuse : Celui qui adhère à l’islam est digne d’humanité, celui qui n’y adhère pas est un fils de chien qu’il faut éliminer.


              Cela n’est pas mieux, en effet, qu’un groupe de Blancs racistes qui voudrait éliminer les Noirs (ou un groupe de Noirs racistes qui voudrait éliminer les Blancs) : Qu’il nous suffise de voir ce qui se passe en Syrie en 2015, ou ce qui s’est passé en Turquie en 1915...

            • Laurent 47 7 octobre 2015 20:34

              @cevennevive
              Faux !

              On ne dit pas race, mais espèce humaine, canine, chevaline, ovine, bovine, etc.
              Par exemple pour l’espèce canine : races labrador, teckel, chihuahua, chowchow, etc.
              Pour l’espèce bovine : races blonde d’Aquitaine, limousine, charolaise, salers, etc.
              Il n’existe qu’une seule espèce humaine ( nous ne sommes que des mammifères bipèdes omnivores ) qui se subdivise en plusieurs races d’origine ( noire, jaune, et blanche ), qui deviennent de plus en plus difficiles à distinguer du fait des métissages au cours des siècles.
              A la limite, il y a beaucoup plus de races humaines qu’au départ, mais toujours une seule espèce !
              Chez les canidés, les chiens issus de ces métissages sont appelés des corniauds.
              Bien entendu ce terme ne s’applique pas à l’espèce humaine...quoique !

            • Brice Bartneski bartneski 5 octobre 2015 11:49

              race ou pas race ?

              Comment déclarer ne pas être raciste en classant les différences humaines en races tout en admettant qu’il n’y a qu’une seule espèce humaine ?
              S’il n’y a qu’une seule espèce humaine, alors nous sommes tous égaux. Pourquoi devoir nous différencier si ce n’est pour hiérarchiser l’espèce ?
              Il y a des humains dominants et des humains dominés comme il y a des humains honnêtes et d’autres malhonnêtes. 
              Je considère que chaque humain est UNIQUE. Tellement unique qu’il rêve à son âme soeur pour ne plus être unique et seul mais humain. C’est à dire intégrer un groupe d’individus uniques ayant les mêmes besoins.
              Mon humanité m’interdit de classifier les humains de quelque façon que ce soit. Car même les dominants sont dominés, même les dominés sont dominants, même les humains honnêtes sont malhonnêtes, même les humains malhonnêtes sont honnêtes. 
              con ou pas con ?
              Je suis convaincu qu’un humain n’est : qu’une personne comme moi. Ni plus, ni moins. 
              Tu manges, tu bois, tu pisses, tu chies, tu pètes, tu ris, tu pleures, tu réfléchis, tu t’occupes, tu sais que tu vis, tu sais que tu vas mourir, tu baises, tu fais des gosses, tu fais la gueule.
              Voilà ce que je suis, voilà qui tu es. Nous sommes égaux. Nous sommes des ETRES
              A quoi sert de différencier l’humain si ce n’est pour le diviser ? Et pourquoi vouloir la division ?
              Je suis con. 
              Eclairez moi.

              • pascalmontfort 5 octobre 2015 12:09

                @bartneski
                Votre objection, c’est justement ce que réfute l’auteur : Différencier ne veut pas dire hiérarchiser ; Dans l’antiquité, chaque race, constatant la différence, estimait que ses caractères propres étaient supérieurs à ceux des autres races : Cette différenciation hiérarchisée, c’est le racisme. Le racisme n’est pas dans le constat de la différence, il est dans la hiérarchie de dignité tirée de ce constat. C’est ce qu’explique l’auteur et à mon sens il a raison.


              • howahkan Hotah 5 octobre 2015 12:37

                @pascalmontfort

                tout étant différent ,nous pouvons alors passer une vie entière a cataloguer des différences qui sont le fondement meme de tout ce qui est....tout est différent en surface

                c’est pour moi de la bêtise de la pensée à l’état pur...

                le vrai but cacher de tout cela est bien sur de mettre l’accent sur ce qui différencie les gens et tout et tout pour séparer et non unir .... les peuples pour les voler ....pour éviter que la masse abrutie par elle meme avant tout ne voit ce que nous avons en commun et devons faire en commun..

                ce genre de sujets bateau est issue bien sur de la propagande des voleurs qui dirigent cette planète depuis disons 4000 ans et qui ont un besoin impératif que nous nous battions sur tout plutôt que nous nous unissions sur ce qui est vital pour a survie ,et qui par collaboration volontaire et partage égal est une chose + que simple a réaliser en paix..mais là il n’y aura alors aucune place pour le mafieux voleur qui dirige....


              • toubab 11 octobre 2015 17:26

                @pascalmontfort

                 Supprimer le mot Race parce que des ségrégationnistes en dévoient la compréhension est tout aussi indigent que de supprimer le mot Noir car utilisé dans la langue française comme d’avoir des idées noires,voir l’avenir en noir, broyer du noir...« noir c’est noir, il n’y a plus d’espoir »(chanson de J. Hallyday) .....

                 Par contre plus généralement on peut sur le plan anthropologique prendre en considération l’évolution différente des sociétés humaines et les différences qui se ressemblent dans la Culture.

                 


              • Iren-Nao 5 octobre 2015 12:59

                Cet article est excellent et remet bien les pendules a l’heure.
                Tout ce bordel autour du mot race est un enfumage de plus pour occuper le gogo pendant qu’on le plume.
                Si il y a des mots comme espèce et race, c’est bien parce que ils décrivent une réalité au moins apparente et constatable par tous, même un bobo reconnait un suédois d’un sénégalais, et le fait d’avoir un passeport de ceci ou cela n’a rien a y voir.
                Au surplus, le fait de reconnaitre l’existence des races ne signifie pas nécessairement des jugements de valeur.
                Que les soit disant scientifiques prétendent le contraire, ça ne vaut pas plus qu’une soit disant preuve religieuse.
                Iren-Nao


                • aimable 5 octobre 2015 13:13


                  De toutes façons ceux « qui subissent le racisme » , sont racistes eux aussi envers des gens qui ne sont pas comme eux , par exemple , ceux qui crient le plus fort que les autres sont des racistes


                  • Claudec Claudec 5 octobre 2015 15:13
                    Il n’y a pas que le mot race qu’il va falloir sortir des dictionnaires ! « Couleur », « Métissage » et bien d’autres sont tout autant condamnables, pour nos égalitaristes forcenés, qui touchent aux limites de leur phobie quand elle aboutit à la peur des mots.

                    Quand une compassion dévoyée aboutit à l’obscurantisme le plus profond, pire que celui des religions les plus intégristes, ça devient vraiment grave. Et le fait que certains le fassent sous couvert d’une générosité intellectuelle qu’ils voudraient faire passer pour de l’humanisme, n’y change rien.

                    • cathy30 cathy30 5 octobre 2015 15:25

                      M. Mellifont

                      Dans Genese 1.28, Dieu demande à l’Homme de remplir la terre.
                      Et Dieu les bénit ; et Dieu leur dit : Croissez et multipliez, et remplissez la terre, et l’assujettissez, et dominez sur les poissons de la mer et sur les oiseaux des cieux, et sur tout animal qui se meut sur la terre.

                      Lors de la période antédiluvienne, les hommes parlaient le même langage et appartenaient à la même race. Ils se sont tous ligués contre Dieu avec beaucoup de facilité, a part Noé et sa famille.

                      Noé avait 3 fils, ils étaient de la même race que lui, donc se sont ces belles filles qui étaient de races différentes (déduction logique) Cela a été voulu par Dieu. Pour que les hommes se séparent sur la terre. Qu’ils croissent et se multiplient.

                      Mais lors de la reconstruction après le déluge, malgré les races différentes, les hommes avaient toujours le même langage et ils se sont réunis une nouvelle fois pour se liguer contre Dieu en construisant la tour de Babel. Dieu a donné a chaque races différentes un langage propre, et ils se sont enfin dispersés sur la terre et ils ont fait comme Dieu a demandé, remplir la terre.

                      Sem a eu 5 fils de race blanche. (Logique)
                      3 de ces fils et un petit-fils vont construire des empires babyloniens (confusion dans l’adn et la culture par le métissage)
                      Elam qui va donner le 2e empire babylonien. La Perse (élamites)
                      Assur qui va donner le 1er empire babylonien. Les Assyriens.
                      Lud qui va donner le 3e empire babylonien. Les grecs, ou la lydie.
                      Aram aura 4 fils, le dernier de ses fils s’appelle Mash, il donnera le dernier empire babylonien Rome. Le père de Rome s’appelle Mash, on le connait encore aujourd’hui sous le nom de Maciste.
                      Le 3e fils de Sem, Arphaxad donnera plusieurs générations suivante Abraham, le père des hébreux, (totalement disparus aujourd’hui).

                      Les 3 autres fils d’Aram sont uts, Hul, Gether. Ceux là iront vers l’occident. Ils seront les peuples européens.


                      La fondation des 70 nations voulu par Dieu. http://nabataea.net/foundingnations.html








                      • cathy30 cathy30 5 octobre 2015 15:25

                        Suite :
                        Nous sommes à nouveau dans un 5e empire babylonien, la réunification de toutes les hommes pour se liguer contre Dieu. 

                        Comment sait-on que les sémites sont blancs. Et bien parce que la bible nous le dit : 1 Samuel 17.42
                        Alors le Philistin regarda, et vit David, et le méprisa ; car c’était un jeune homme, blond et beau de visage.
                        (Un africain et un asiatique non métissés ne sont pas blonds). 


                        Oui Jésus est mort sur la croix à notre place pour tous les hommes que Dieu à créé, pour toutes les races puisque c’est sa création. La seule réunification qui peut tenir entre nous, c’est celle par le sang du fils, Jésus, Dieu manifesté en chair. 


                        • MagicBuster 5 octobre 2015 16:09

                          @cathy30

                          « Un africain et un asiatique non métissés ne sont pas blonds »
                          Pour quelles raisons Jésus ne serait-il pas albinos ??

                          Pour quelles raisons Jésus ne serait-il pas une femme ??
                          Pour quelles raisons Jésus ne serait-il pas un alien ??
                          Pour quelles raisons Jésus ne serait-il pas un singe ??

                          Quand on voit le niveau de certains croyants .... il y a quelques doutes à avoir.
                          NB : En théorie - Les croyants intelligents ne se reconnaitrons pas, à bon entendeur ...


                        • pascalmontfort 5 octobre 2015 16:23

                          @MagicBuster
                          Pour quelle raison poseriez-vous des questions intelligentes ?


                        • cathy30 cathy30 5 octobre 2015 17:34

                          @MagicBuster
                          Pourquoi les hommes ne sont pas des singes. Parce que nous avons été créés à l’image de Dieu : Homme, et que Jésus lui même est l’image de Dieu. 


                        • pemile pemile 5 octobre 2015 17:15

                          « Il n’en demeure pas moins que son peuple est originellement de race blanche »

                          Que depuis 8000 ans, assez récemment donc, comparé à notre phylogénétique d’espèces, non ?

                          Race familiale ! Race nationale ! Jusqu’où ira l’anti-anti-racisme !!

                          Sur ton modèle d’entropie génétique d’espèces, d’après les généticiens et anthropologues, il y aurait autant de races que d’individus.

                          Bizarrement, les anti-anti-racistes de ton espèce, n’utilisent la génétique pour « classifier » l’espèce humaine qu’en se fondant sur quelques gènes (allèles), ceux qui codent des caractéristiques physiques bien visibles à l’oeil nu, comme la couleur de la peau, why ?

                          Si tu veux utiliser la génétique pour classifier l’espèce humaine en sous races, et pas uniquement en critères visibles comme la couleur de la peau (dominance d’allèles), va falloir lâcher ton blabla famille/nation et approfondir ta génétique coloniale !


                          • pascalmontfort 5 octobre 2015 17:25

                            @pemile
                            Tiens ! un « scientifique » ! ça manquait ! Vous allez sûrement nous fournir la définition scientifique de la « génétique coloniale », docteur ? Nous serons curieux d’apprendre de quoi il s’agit...


                          • pemile pemile 5 octobre 2015 19:01

                            @pascalmontfort
                            Après toi, tu te permets de nous pondre deux articles de théorie génétique, précise nous un peu pourquoi ta génétique du temps des dominations coloniales base sa classification uniquement sur quelques gènes ?

                            Et sur des caractéristique physiques non présentent dans une société de référence. Avec tes deux articles de bouillie pseudo-scientifique, il est possible de démontrer que la couleur des cheveux défini une race, la couleur des yeux, la taille, etc, etc.


                          • pemile pemile 5 octobre 2015 19:38

                            @pemile tu m’énerves et je ne me relis pas avant de poster, à ta bouillie pseudo-scientifique je réponds par une bouillie orthographique  !
                            présentes
                            définit


                          • pascalmontfort 5 octobre 2015 22:36

                            @pemile
                            D’abord, je n’ai pas « pondu » deux articles de théorie génétique, je n’ai même pondu aucun article, je me contente d’apporter des commentaires sur les articles qui m’intéressent.


                            Ensuite la « génétique du temps des dominations coloniales » n’a rien à voir avec les propos tenus ici, ni ceux de l ’auteur, ni les miens.

                            La génétique coloniale, précisément, était raciste, prônant la « supériorité de la race blanche » qui aurait « des droits sur les autres races » (dixit le franc-maçon Jules Ferry, Assemblée Nationale, 28 juillet 1885) : Les propos de Jules Ferry sont donc aux antipodes de ceux du Christ, et les propos tenus ici ne sont pas racistes. Ils affirment l’existence des races, non une hiérarchie de dignité dans leurs différences.

                            Il n’est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre...

                          • pemile pemile 5 octobre 2015 19:26

                            @Pierre Mellifont « Un couple de parents à peau noire ne peut avoir d’enfant à peau blanche et réciproquement. »

                            SI, les mystères de la génétique et des mutations

                            Deux normands blonds aux yeux bleus donnent naissance à un enfant noir

                            la naissance d’un bébé blanc surprend ses parents noirs


                            • arthes arthes 5 octobre 2015 19:53

                              @Pascalmonfort : Différencier ne veut pas dire hiérarchiser 


                              Mais on differencie toujours par rapport à une valeur de jugement, donc arbitraire, purement intellectuelle, il est alors fatal que distinguer des races ne sert qu’à établir un échelle de valeur selon laquelle certaines seront supérieures ou inférieures...Alors que partant du principe que nous faisons tous partie du règne humain nous pouvons au moins constater que nous avons tous un corps, une âme, un esprit sans aucune autre distinction que la conscience individuelle d’être soi même, donc unique . La couleur de peau ainsi que les origines ethniques,ce sont des differences visibles à notre perception du monde sensible qui ne doivent pas être considérées comme des éléments constitutifs de races, donc diviseurs car comment parler de vraie Fraternité envers l’autre que je considère comme étant une race differente de la mienne ? Comment me rapprocher de lui quand j’estime que nous sommes irreconcilliables ? 

                              Tant qu’on y est pourquoi ne pas parler de race homme et de race femme ?



                              • pascalmontfort 5 octobre 2015 22:26

                                @arthes
                                C’est vous qui jugez arbitrairement en voulant absolument faire des procès d’intention à ceux qui dérangent vos leçons apprises, alors que ce que vous croyez fondamentalement vrai est justement ce que vous explique l’auteur : Il vous dit qu’il n’y a pas de hiérarchie dans la différence, et vous répondez qu’il ne faut pas faire de hiérarchie dans la différence : ça fait un peu dialogue de sourds...


                                Quant à la race homme et la race femme, oubliez tout de suite cet argument qui n’en est pas un...



                                • TREKKOTAZ TREKKOTAZ 5 octobre 2015 22:33

                                  Heureusement qu’ il y avait des racistes contre les boches en 40 et les arabes en 472 !! Des millions d’ africains n" attendent que de déferler sur notre sainte France ! C’ est la guerre au sens le plus strict du terme !! Tous ces dégénérés lobotomisés par le système ne le voient pas !Peu importe le mot,race, ethnie on s’ en bat : une question, y’ a il des noirs, des jaunes, des blancs ? L’ allemand est il plus proche du suédois,du touareg ou de l’ inuit ?Donc fermez la, je clos le débat qui n’ a aucun intérêt, sauf de diviser le peuple de France dans une crise socio-économique sans précédent.


                                  • Daniel Paruzzi 5 octobre 2015 22:56

                                    @TREKKOTAZ
                                    Les pieds dans le tapis, ami primate (d’après la photo !) ! 472, c’est les Huns, pas les Arabes : Les Arabes, c’est 732...


                                  • soi même 8 octobre 2015 02:44

                                    @TREKKOTAZ, je crains que la liste à la Prévert et loin d’être clause , nous somme rentré de plein pied autant dans les jérémiables  que dans les plus abjectes brutalités.


                                  • Sozenz 5 octobre 2015 23:31

                                    le problème n est pas un problème de race , mais de culture.
                                    d incompréhension des cultures .
                                    des fonctionnements de vies différentes . qui sont compatibles (ou pas)
                                    Si chacun respecte la bulle de l autre normalement , y a pas de souci .
                                    Si chacun reste à sa place sans déranger l autre en « imposant » son propre mode de vie , gouts . rythme etc ....vivre la vraie liberté de chacun « sans chier dans les godasses » des autres.pourquoi y aurait il un problème ?
                                    Le faux problème des races ne rentrera plus en compte si on part sur cette base toute bête.
                                    Oui il y a des races . et la diversité est bonne et enrichissante quand elle est bien partagée .
                                     


                                    • soi même 9 octobre 2015 13:51

                                      @Sozenz, oui est non à la fois, c’est avant tous un problème de moralité et dignité, et ce n’est pas ce que notre gros Homnibus a dit que l’on pas en parler que cela n’existe pas, se fait.....
                                      Il existe, et c’est la où tout le Tact Morale est requit , le fait de l’évoquer nous engages à être solidaire d’eux par une véritable tolérance et un véritable respect à compensé que l’on née pas égalitaire dans notre incarnation physique.

                                      Quand à la Sardine Élyséenne , avant de nous faire la morale à deux sous qu’il balayait le perron de ses complaisances pour l’escroquerie politique. 


                                    • toubab 12 octobre 2015 13:13

                                      La question est également de savoir que les Monothéismes sont codifiés et diffusés par l’Ecriture.

                                      C’est par des conquêtes impérialistes qu’elles se sont imposées aux populations de traditions orales. Il s’agissait de détruire le polythéisme .

                                      Grecs, Romains ,arabes, africains, sud-américains .............

                                       

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès