• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Pour l’anglais, langue de la république française

Pour l’anglais, langue de la république française

Make English Our Official Language !

Nos élites préparent un coup en douce, s'octroient un privilège de plus : ils pouvaient déjà financièrement se permettre d'engager pour leurs enfants d'authentiques nannys, puis inscrivaient leurs enfants dans des écoles dotées de cours d'anglais par des natifs, et pour finir les orientaient vers des filières bilingues français-anglais type classes européennes, à quoi peut-on ajouter, au gré des évènements mondiaux (comme le sacre d'Obama), un weekend à New-York ou à Londres.

Mais à une époque où tout le monde, peu ou prou, parle anglais et lit MacDo dans le texte, cela ne suffisait plus à donner à leurs rejetons un avantage concurrentiel. Voilà donc qu'ils viennent de créer discrètement une nouvelle filière élitiste : l'école maternelle et primaire EN anglais ! Vous pouvez toujours essayer de téléphoner : y a plus de place ! Pauvres et habitants des cités, on peut vous inscrire en liste d'attente, genre pour la rentrée 2028...

L'Essonne, qui possède déjà un lycée international, va ainsi devenir dans la plus grande discrétion un incubateur d'élite ! Heureusement que le Parisien veillait, la vigilance de la presse va faire du bruit, fissurer le silence autour du mur de Babel – ou l'inverse.

L'Académie a involontairement trahi ce complot : « Notre but est de généraliser le bilinguisme en élémentaire et en maternelle à l’ensemble du département. » Pas toute la France, non : seulement ce département, qui va devenir le tuteur des petits NAP (les fameux Neuilly-Auteuil-Passy). Eux seuls pourront devenir PDG d'entreprises du CAC 40, banquiers ou présidents. Pour les autres, il restera l'épanouissement, le bonheur, l'accomplissement, et tous les lots de consolation pour ceux à qui PDG évoque seulement Prends ça Dans la Gueule.

L'égalité républicaine, la vraie, l'égalité des chances, doit passer par l'offre d'un enseignement de même niveau pour chacun des petits Français, qu'ils soient à Paris ou au fond de la cambrousse. Pour cela, une seule solution : faire de l'anglais la langue de la République, officiellement, l'inscrire dans la constitution.

D'ailleurs, qui regarde encore des films en français ? Les petits Français sont les seuls en Europe à regarder encore des dessins animés dans leur langue natale ! Les pays nordiques, eux, enseignent déjà en anglais à l'université, ils ont abandonné sans regrets leur langue dépassée, quand nos intellectuels en sont encore à réclamer du latin et du grec – qui plus est du grec ancien ! Tant qu'on y est, pourquoi pas le bac dans la langue de Rabelais ? « (...)Tu es à Paris, tu as ton precepteur Epistemon, dont l'ung par vives et vocales instructions, l'aultre par louables exemples te peult endoctriner. » Au 21e siècle ! Ou leur faire étudier la poésie médiévale en langue d'oil ? On trouve encore chez nous des pédagogues pour dire qu'imposer l'anglais à de très jeunes enfants c'est faire d'eux des cobayes, c'est leur enlever la possibilité de choisir, en faire des spécialistes à un âge de découverte de la diversité.

Non, soyons sérieux : au 21e siècle, la pédagogie, c'est Facebook à l'école et les smartphones partout. Il faut suivre son temps. Notre président, jeune et transformateur (on ne peut réformer la France, mais il faut la transformer), l'a bien compris, qui a donné le la de la modernisation. Pétitionnons pour qu'il s'attaque à cette injustice nouvelle, une discrimination dès la petite enfance qui trie les enfants entre élite mondialisée et laissés-pour-compte. Que nos écoles passent toutes en anglais, virons les vieux ringards, recrutons des anglophones natifs par milliers – nous attirant au passage la reconnaissance des USA et surtout de la GB, en difficulté économique avec le Brexit. L'exportation de sa langue a toujours été une source de revenus plus importante que le pétrole de la mer du Nord.

Une pétition, oui, mais également des actes. Comme pour l'écologie, chacun d'entre nous peut faire un geste, même modeste : renonçons dès aujourd'hui au français, écrivons à nos administrations en anglais (après tout, c'est le ministère de l'Éducation qui a montré ce courage), adressons-nous en anglais aux commerçants, fini le bonjour-bonsoir à nos voisins, place au hello !

Tex Avery, ce visionnaire le disait déjà : Hello, happy taxpayers !

Mieux encore, inspirons-nous des 3000 Argentins qui ont renoncé au baptême suite au scandale dans l'Église, écrivons au Président que nous renonçons définitivement au français. Si nous sommes suffisamment nombreux, la victoire est au bout ! Make France Great Again !


Moyenne des avis sur cet article :  3.57/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

73 réactions à cet article    


  • Raymond75 7 septembre 2018 08:34
    L’anglais est de fait LA langue internationale, et donc celle du commerce, de la science et de la technique.C’est aussi la seule langue qui permet aux Européens, notamment les jeunes, de se parler car l’Europe c’est 28 langues !!!

    Tout ce qui favorise la bonne pratique du bilinguisme est donc une très bonne chose, et n’est en rien une démission ou un abaissement de notre culture. Et de nos jours c’est une nécessité tout simplement.

    Et si en plus vous voulez apprendre le breton, le corse, le javanais ou le volapuk, rien ne vous l’interdit.

    • Arthur S Joker 7 septembre 2018 08:51

      @Raymond75

      tous les arrivistes sont arrivé aux mêmes conclusions que vous :


    • Krokodilo Krokodilo 7 septembre 2018 09:27

      @Joker Bien vu, j’étais même pas au courant. A l’heure du brexit, l’anglais devient pourtant toujours plus la langue de l’UE (du moins de ses dirigeants et structures communes), toujours plus loin de l’idéal annoncé d’égalité des peuples et des langues, et du compromis théoriquement toujours en vigueur de trois langues de travail, français, anglais, allemand.


    • Fergus Fergus 7 septembre 2018 09:31

      Bonjour, Raymond75

      Bien que très attaché au français, je partage totalement votre commentaire.

      On ne peut pas se lamenter sur la faiblesse de notre influence internationale et condamner - en même temps - les initiatives qui visent, non à affaiblir l’enseignement du français, mais à renforcer les capacités de nos élèves, et futurs professionnels, à échanger avec des étrangers.

      Pour l’anecdote, j’ai accompagné des jeunes footballeurs au Danemark et en Norvège pour participer à des tournois internationaux où étaient inscrites de nombreuses équipes de filles dans les tableaux féminins. Entre les matches, la drague allait bon train, sauf pour nos Français, incapables de s’exprimer en anglais là où les Allemands et les Néerlandais - et même les Italiens ! - se débrouillaient très bien. La chose a eu du bon : nos gamins ont beaucoup plus travaillé leur anglais par la suite. smiley


    • L'Astronome L’Astronome 8 septembre 2018 07:40

       

      @Raymond75
       
      « L’anglais est de fait LA langue internationale, et donc celle du commerce, de la science et de la technique.C’est aussi la seule langue qui permet aux Européens, notamment les jeunes, de se parler car l’Europe c’est 28 langues !!! »
       
      Ou, pour paraphraser François Taillandier, l’anglais est devenu la langue internationale de la connerie
       

    • Doume65 8 septembre 2018 11:03

      @Raymond75

      « Et si en plus vous voulez apprendre le breton, le corse, le javanais ou le volapuk, rien ne vous l’interdit.  »
      Je parle couramment le javanais mais me sens un peu seul.

      @l’auteur
      Merci pour ce billet... au français impeccable.

    • Krokodilo Krokodilo 8 septembre 2018 12:36

      @Doume65 je cale sur l’accord des verbes pronominaux ! Du coup j’approuve sans réserve la proposition récente des deux profs belges de réformer l’accord du participe passé - d’ailleurs approuvée par des pointures comme Pivot et Brighelli, entre autres. L’usage tranchera, comme d’hab, c’est déjà l’erreur la plus fréquente à la radio et à la télé de gens dont le français est pourtant l’outil de travail.


    • Michel078 8 septembre 2018 15:34

      @Krokodilo  
      La proposition de faire de l’anglais la langue de la République est totalement ridicule et irréaliste, d’autant plus que l’anglais va voir son poids géopolitique s’effondrer en Europe suite à sa disparition des institutions européennes en 2019. En effet, l’Irlande a choisi l’irlandais comme langue de communication avec l’UE et Malte le maltais. Seul le Royaume-Uni a choisi l’anglais. Cela signifie que lorsque ce pays sortira de l’UE, l’anglais perdra automatiquement son officialité, et ceci au regard des textes en vigueur (un pays, une langue). Cette disparition est d’autant plus logique que, dans la nouvelle Union européenne qui naîtra le 30 mars 2019, le poids géopolitique de l’anglais sera quasiment nul. Il ne sera plus la langue de communication d’aucun pays et ne sera parlé en tant que langue maternelle que par cinq millions d’habitants (les Irlandais). Il aura ainsi moins de locuteurs de langue maternelle que le hongrois ou le slovaque et a donc vocation à disparaître. Et le français est très bien placé pour reprendre le flambeau. Dans une dépêche de l’AFP publiée dimanche dernier, il est mentionné que 80% des employés de la Commission européenne connaissent déjà le français. Ainsi, la disparition de l’anglais profitera fortement au français, qui deviendra mécaniquement la langue véhiculaire au sein des institutions européennes, et par ricochet celle des Européens, car les trois capitales de l’Europe (Bruxelles, Luxembourg et Strasbourg) sont francophones et de nombreux pays européens font partie de l’Organisation internationale de la Francophonie ou veulent en faire partie. Voir la jolie carte suivante :

        
      L’enseignement du français va ainsi fortement se développer en Europe et, par ricochet, dans les zones limitrophes de l’Europe. L’anglais, quant à lui, sera définitivement marginalisé en Europe, tant par le retrait du Royaume-Uni de l’UE que par la politique isolationniste de M. Trump.
        
            
      Le français va ainsi acquérir beaucoup plus de prestige, avec toutes les conséquences positives que l’on imagine sur son enseignement et même sur le budget de la France. Car je rappelle que l’hégémonie actuelle de l’anglais en Europe rapporte dix milliards d’euros par an au Royaume-Uni. Voir l’entretien du professeur Grin :
      https://www.letemps.ch/societe/2005/06/22/anglais-mauvaise-solution
       
      Ces dix milliards, ce serait bien que ce soit la France qui les reçoive à l’avenir.
         

    • Alren Alren 8 septembre 2018 19:35

      @Raymond75


      L’usage de l’anglais rapporte des milliards de dollars aux USA et à la GB chaque année.

      Et il faut bien des pigeons pour les leur donner !

    • Arthur S Joker 7 septembre 2018 08:46

      Les mêmes familles faisaient apprendre l’Allemand à leurs enfants entre 1939 et 1945... et ce sont leurs ancêtres qui ont appris le Latin pour pouvoir servir de régisseurs aux Romains qui avaient accaparé les meilleures terres et créé de grands domaines agricoles en même temps qu’ils avaient imposé la religion d’état (catholicisme), vecteur d’alphabétisation et diffuseur de connaissances à travers les bibliothèques des abbayes. C’est comme ça qu’est née la langue française ; d’un mélange de Francique germanique, de Latin et très peu de Gaulois (vocabulaire des ou tils agricoles et de travail du bois).


      La langue est un signe qui permet de localiser le pouvoir et sans doute de l’imposer : entre 1870 et 1918, les enfants alsaciens étaient punis s’ils parlaient Français à l’école. 

      Mais ils ne faut pas se tromper de stratégie : ce n’est pas en boycottant l’usage de l’Anglais que l’empire américain perdra son hégémonie et sa puissance. Il n’y a d’ailleurs qu’à laisser les choses se faire : le vers est dans le fruit et c’est de l’intérieur qu’il pourrit, comme l’empire romain. Mais l’échéance est suffisamment proche pour que le contact des langues n’ait pas produit un nouveau sabir. Le Franglais est limité à une classe sociale et à des pratiques professionnelles. Pour le reste, toute langue évolue.

      • Dantès 7 septembre 2018 19:35

        @Joker

        Merci pour ce commentaire lucide ! N’oubliez pas ; toutes les raisons sont bonnes pour arriver à ses fins...

        L’excuse principale de l’Union (anti) Européenne pour l’utilisation universelle de la langue anglaise pour toutes les affaires administratives était la présence du Royaume-Uni dans l’Union. Suite au départ (brexit) elle se rabattait sur l’Irlande, qui lui fait un pied de nez en reprenant sa propre langue originelle, le gallois !

        Mais la langue anglaise reste néanmoins omni-présente...


      • Alren Alren 8 septembre 2018 19:37
        @Dantès

        Parce que la langue anglaise est celle des USA, d’abord et avant tout !

      • ZEN ZEN 7 septembre 2018 10:23

        Bonjour Kroko,


        Il est utile de rappeler qu’une langue n’est pas seulement un outil de communication, souvent utile (Il m’arrive de pratiquer un globish de base dans mes voyages et mes contacts et la langue anglaise a plus d’une richesse, souvent méconnue), mais elle contribue à structurer la pensée , le « génie » d’un peuple.
        Le pire est l’utilisation de l’anglais dans le monde des affaires français, souvent sans nécessité. Dans les instances européennes, elle est plus qu’en déclin, malgré les règles.

        • Krokodilo Krokodilo 7 septembre 2018 11:25

          @ZEN Bonjour, tu me rassures, j’ai cru que ça structurait la connerie d’un peuple !


        • JL JL 7 septembre 2018 11:29
          @ZEN 
           
          « On ne peut rien exprimer de très clair en anglais«  » (Jack Kérouac)
           
           Est-ce pour cela qu’on dit »la perfide Albion" ?

        • Fergus Fergus 7 septembre 2018 13:32

          Bonjour, JL

          En l’occurrence, Kerouac a dit une ânerie, ou plus probablement voulu plaisanter. Il suffit pour s’en convaincre de se référer à la liste des Prix Nobel de Littérature. Parmi les primés figurent :

          Rudyard Kipling, William Butler Yeats, George Bernard Shaw, Sinclair Lewis, Eugene O’Neill, Pearl Buck, Thomas Stearns Eliot, William Faulkner, Bertrand Arthur William, Winston Churchill, Ernest Hemingway, John Steinbeck, Samuel Beckett, Patrick White, Saul Bellow, Czeslaw Milosz, William Golding, Joseph Brodsky, Nadine Gordimer, Derek Walcott, Toni Morrison, Seamus Heaney, Vidiadhar Naipaul, John Maxwell Coetze, Harold Pinter, Doris Lessing, Alice Munro, Bob Dylan.

          28 Prix Nobel sur 113 écrits en anglais, et beaucoup par de très grands nom de la littérature. Pas mal pour une langue obscure, non ? smiley


        • JL JL 7 septembre 2018 13:37

          @Fergus

           bonjour,

          la littérature n’est pas un domaine où la précision de l’écriture est la plus cruciale : je pense au commerce, au droit des affaires etc ...
           
           L’art est avant tout impressionniste. La littérature est un art.

        • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 7 septembre 2018 13:49

          @Fergus

          Bonjour. Y’a pas Dos Passos ...mais Steinbeck...lol


        • Fergus Fergus 7 septembre 2018 14:09

          @ JL

          « la littérature n’est pas un domaine où la précision de l’écriture est la plus cruciale »

          Certes, l’on ne peut comparer une œuvre littéraire avec un manuel de droit. Néanmoins, décrire la psychologie d’un personnage ou les sentiments qu’il éprouve requiert de la précision dans la rédaction.

          Et j’imagine que Winston Churchill a dû recourir à des mots précis dans ses ouvrages, et notamment dans ceux qu’il a consacrés à la 2e guerre mondiale.


        • JL JL 7 septembre 2018 14:34

          @Fergus

           
           « décrire la psychologie d’un personnage ou les sentiments qu’il éprouve requiert de la précision dans la rédaction. » Non, ce n’est pas évident.
           
          Et je ne vois pas pourquoi Winston Churchill aaurait dû recourir à des mots précis dans ses ouvrages, et notamment dans ceux qu’il a consacrés à la 2e guerre mondiale.

        • skirlet 7 septembre 2018 14:41

          N’importe quelle langue aide à structurer la pensée. L’anglais n’est point supérieur de ce point de vue.


        • Fergus Fergus 7 septembre 2018 15:55

          @ JL

          « je ne vois pas pourquoi Winston Churchill aaurait dû recourir à des mots précis dans ses ouvrages, et notamment dans ceux qu’il a consacrés à la 2e guerre mondiale. »

          Si, sur les matériels militaires, sur les services de renseignement, sur la diplomatie, etc.


        • JL JL 7 septembre 2018 20:56

          @Fergus

           
          ne confondez pas syntaxe précise et vocabulaire précis.
           
          Le vocabulaire anglais est très étendu : « si l’on ne se base que sur le nombre d’entrées dans le dictionnaire, l’anglais est en pole position des langues les plus riches, avec plus de 200 000 mots recensés dans l’Oxford English Dictionary, dont 171 476 mots en usage et 47 156 mots »
           
           

        • phan 7 septembre 2018 10:34

          Les deux tiers du vocabulaire anglais viennent du français.
          Le français est aujourd’hui la 5e langue la plus parlée au monde avec 274 millions de locuteurs.

          La langue anglaise est langue officielle dans plus d’une cinquantaine d’états et la langue française est langue officielle dans 34 états.
          La langue des signes est une langue qui existe depuis très longtemps et elle est universelle, on peut communiquer même avec les ours ou les singes !

          • Krokodilo Krokodilo 7 septembre 2018 11:29

            @phan la langue des signes n’est pas universelle : ce ne sont pas les mêmes signes, Sauf erreur les sourds ne se comprennent pas d’une langue à l’autre. Par contre, les Indiens ( américains natifs)des plaines avaient autrefois une langue des signes commune qui leur permettaient de se transmettre les informations principales d’un peuple à l’autre.


          • phan 7 septembre 2018 12:29

            @Krokodilo
            La langue des signes internationale (LSI) est une langue des signes utilisée par les sourds du monde entier. Elle est distincte lexicalement de toutes les langues des signes spécifiques, car elle intègre des éléments provenant d’une variété de différentes langues des signes (essentiellement européennes). Elle est utilisée principalement dans les conférences internationales des sourds et aux rassemblements tels que les Jeux olympiques des sourds.


          • Krokodilo Krokodilo 7 septembre 2018 12:44

            @phan je l’ignorais. Ces conférences devraient donc se tenir sans interprètes de chaque langue ? Est-ce qu’elle permet de traduire toute phrase de ces langues nationales ? Est-ce que tu aurais sous la main des références, un ou deux articles linguistiques ou techniques sur le sujet ? Ca m’intéresse.


          • Krokodilo Krokodilo 7 septembre 2018 12:46

            @phan Elle serait donc plus adaptée que l’anglais comme langue internationale ! Hormis l’impossibilité de l’écrit évidemment.


          • phan 7 septembre 2018 13:24

            @Krokodilo

            C’est la définition d’une langue maternelle : vous pratiquez déjà à la sortie du ventre maternel et la langue des signes : des siècles d’histoire.

          • skirlet 7 septembre 2018 14:44

            Le français n’est pas la 5e langue la plus parlée. C’est un leurre que certains francophones affectionnent tant : compter tout un tas de pays africains dans les locuteurs, bien que la majorité de ces locuteurs ne connaissent que quelques mots de français. N’oublions pas que « langue officielle » n’égale pas « langue parlée par toute la population ».


          • cyborg 7 septembre 2018 10:53

             
            Qui veut que ses enfants apprennent le sms booba du multi-akulti gôôôcho ?

             
            La culture ex-française c’est dorénavant Hanouna comme dit Gégé...
             
            PISA
            1980 : FRANCE 4ème
            2000 : BOOBALAND 10ème
            2017 : BOOBALAND 27ème

             
            10% d’analphabètes...
            Chute niveau math
            Chute niveau formation
            Chute QI
             
            http://www.midilibre.fr/2017/12/31/dimitri-casali-historien-nous-sommes-en-pleine-regression-intellectuelle,1608805.php
            https://francais.rt.com/france/46220-ecoliers-francais-ont-baisse-lecture-dictee-quotidienne
            http://www.geombre.fr/2016/11/timss-2015-la-france-chute-dans-le-classement-des-mathematiques.html&nbsp ;
             


            • Boezman 7 septembre 2018 11:43

              L’auteur utilise tant de degrés seconds qu’in ne sait plus quel est le premier... Les lecteurs ont choisi pour lui : de bouter à nouveau le feu de la guerre de cent ans. Je prend le parti de mettre les pieds dans le plat, même si c’est aussi utile que de pisser dans un violon.

              Il n’est question que d’un seul département ; je ne vois pas en quoi ça ravagerait la langue française. D’ailleurs, l’auteur axe son discours sur ce point : les énarques voudraient faire de l’Essonne le département de l’élite. Comment ? En leur faisant apprendre l’anglais dès la primaire. D’après mon expérience, parler un bon anglais 1) ne nécessite pas de commencer en primaire 2) est bien loin d’être suffisant pour devenir PDG. Tu peux bien parler 36 langues, si t’as pas les bons pistons, tu finiras au mieux salarié-traducteur (pensez tout de suite à trouver un autre métier, les intelliphones traduisent déjà les conversations à la volée, ce n’est qu’une question de temps avant qu’ils le fassent mieux que vous) le pognon et le réseau, c’est ça qui assure un bon avenir.

              Et pour en rajouter une couche : si la réforme avait été annoncée pour la France entière, on aurait eu le droit à une nouvelle joyeuse cacophonie pendant bien 3 semaines, tout le monde y aurait été de son commentaire sur la fin de la langue française, sur l’injuste hégémonie de la perfide Albion et de ses rejetons, sur le fait que, oui mais est ce qu’il vaudrait mieux pas dépenser plus d’heures sur les subtilités de l’orthographe de la France,ou celles de sa géographie (Auteuil et passy sont dans les Yvelines, Neuilly dans les hauts de Seine, aucun des 3 dans l’Essonne) au lieu de polluer l’esprit de nos chers bambins avec ces affreux langages métèques ?

              On n’est pas des gaulois réfractaires, nous me faisons de plus en plus penser à une adolescente pourrie gâtée en pleine crise d’hystérie le jour de l’anniversaire de sa petite soeur 😂


              • Krokodilo Krokodilo 7 septembre 2018 12:33

                @Boezman OK pour la géographie, NAP était plutôt une métaphore de l’élite en référence au sketch chanté des Inconnus.
                Sommes-nous si cons et si réfractaires qu’on doive toujours nous infliger des réformes en nous mentant grossièrement ? La réforme de l’école primaire, manifestement conçue pour y introduire l’anglais (prévu en clair dans l’avant-projet) fut hypocritement appelée « DES langues au primaire ». L’UE, idem. Et maintenant des cours EN anglais. Belote, rebelote et dix de der ! Le peuple serait donc effectivement trop con pour qu’on lui dise la vérité ? D’ailleurs, Voltaire lui-même avait des doutes quant à la démocratie...


              • Krokodilo Krokodilo 7 septembre 2018 12:36

                @Boezman Tout à fait d’accord sur l’apprentissage des langues, j’en ai souvent fait des articles, nul besoin d’avoir des cours EN anglais au primaire pour atteindre un bon niveau (celui d’un cadre relativement à l’aise en réunion), sous réserve d’y consacrer beaucoup de temps plus tard et d’une grande motivation )


              • ZEN ZEN 7 septembre 2018 11:56

                Ce n’est pas l’anglais qui est à critiquer, ni même le globish en usage dans les aéroports ou dans certaines transactions internationales (sous -langue que parlent plus ou moins bien nos élites), mais l’anglomanie en vogue, jusque chez mon coiffeur..

                Kroko avait raison : Comme disait Churchill : l« anglais est facile à parler...mal.

                (Ce que l’on peut entendre ou presque)- »C’est aussi indispensable dans un brainstorming que pour un one to one au desk du boss. En effet, si vous ne comprenez pas les résultats du benchmarking sur le B to C offshore, gare au downsizing. Une place dans l’open space, ça se mérite. Vous devez être simply the best. Mais no stress : avec un bon coach, sky is the limit quel que soit votre background. Travaillez straight to the point pendant les jours en day off et vous serez on top.« 

                -«  L’anglais est la langue du vainqueur. »(général Jean Béca)

                - »L’anglais est l’avenir de la francophonie
                " (B.Kouchner)

                -Dans son rapport de 1987/88, le directeur du British Council écrit «  Le véritable or noir de la Grande-Bretagne n’est pas le pétrole de la Mer du Nord mais la langue anglaise . Le défi que nous affrontons est de l’exploiter à fond »


                • skirlet 7 septembre 2018 14:54

                  Bien dit, ZEN ! Une petite illustration d’anglomanie : Franglais chez les ploucs . Sinon, pour illustrer à quel point les Français sont « nuls en anglais », on brandit tout le temps l’Allemagne (où l’anglais est certes obligatoire, mais son niveau dans la population n’est pas si fameux que ça) et les pays nordiques (vu la quantité de leur population, c’est comme féliciter les Catalans, les Bretons etc. pour leur bon français).


                • L'enfoiré L’enfoiré 7 septembre 2018 15:42
                  @ZEN

                   N’y a-t-il pas une francomanie ? (pas chez mon coiffeur, il est d’origine libanaise et parle un français tout à fait dans nos normes d’échanges de communications sans aucun moyen d’en ressentir la nationalité).
                   Défendre une langue, c’est défendre sa culture et quelque part renier les autres.
                   Tout s’apprend avec le temps dans la douleur et le recueillement pour n’importe qui 
                   Tout se perd aussi par manque d’utilisation.
                   La parole de Chriuchill peut très bien se dire vis-à-vis du français.
                   Question ; vaut-il mieux connaitre une langue parfaitement ou en connaitre plusieurs partiellement ?
                   Moi, j’ai choisi.


                • L'enfoiré L’enfoiré 7 septembre 2018 16:12

                  « Chriuchill » un néologisme nominatif... évidemment ... smiley


                • Michael Gulaputih Michael Gulaputih 7 septembre 2018 17:38

                  @skirlet


                  Merci pour cette franche rigolade à la lecture de Franglais chez chez les Ploucs !
                  Je transmets d’urgence à ma liste de diffusion.

                • skirlet 7 septembre 2018 19:53

                  @Michael Gulaputih
                  De rien smiley C’est pas moi l’auteur, mais le texte est bien.


                • ZEN ZEN 8 septembre 2018 10:09

                  @L’enfoiré

                  Il y eu bien une francomanie, surtout dans certaines cours européennes au 18° siècle notamment
                  Mais c’est révolu.
                  Il existe encore une petite franco-folie très marginale dans certains milieux snobs de l’Est américain . One touch...

                • L'enfoiré L’enfoiré 7 septembre 2018 15:31
                  Salut Krokodilo,

                   Et bien cela faisait un certain temps ou un temps certain, depuis un de vos billets sur l’espéranto.
                   Votre intervention chez mon compatriote à la suite de mon commentaire ou d’autres à la suite de son article vous a donné de nouvelles ailles pour la défendre.
                   Et je ne peux vous donner tort.
                   Je ne vais pas changer mon opinion pour autant, moi qui l’ai étudié il y a dix ans au moins.
                   Je ne peux évidemment pas parler de la part d’autres pays.
                   En tous les cas, je n’ai pas eu la moindre occasion d’exercer les quelques notions de départ, même si j’ai encore les leçons d’esperanto sur mon PC.
                  . A Bruxelles, c’est peine perdue.
                   L’anglais que vous le voulez ou non, est utilisé comme langue de passage au travers des 120 nationalités qui transite par ma ville.
                   Le centre de l’Europe est une position stratégique de la langue avec la CE et l’OTAN.
                   Les traducteurs sont et restent très prisés.
                   Là, où j’habite, la CE a ses centres de traductions dans toutes les langues et enrichissent par la même, les langues, leurs utilisateurs et ... leurs traducteurs.
                   Comme je disais à Philippe, nous ne savons plus vraiment quelle langue nous parlons en mélangeant les trois langues : français, flamand et anglais.
                   Et pourtant on se comprend sans avoir à se construire l’édifice des idées au travers des bribes de mots dont il faut se rappeler toujours le départ avant de leur ajouter des affixes de circonstances.
                   C’est dire si la mémoire est toujours nécessaire même si une langue est facile à apprendre et que les règles ne se compliquent pas par des orthographes douteuses comme pour le français.. ..
                   Toutes les lettres ne s’y prononcent pas en français, comme en anglais d’ailleurs.
                   Le pluriel et le genre des mots ne font pas partie du jeu de « l’ortograf » oral.

                  Bien à vous....


                  • L'enfoiré L’enfoiré 7 septembre 2018 15:35
                    J’ai une question :

                     Dans mon dernier billet sur les langues que j’avais mentionné, il était question de défendre une langue ou un dialecte....
                     Y a-t-il des dialectes en espéranto ?

                  • Krokodilo Krokodilo 7 septembre 2018 17:42

                    @L’enfoiré Pas que je sache. En un siècle, il est resté assez homogène.


                  • L'enfoiré L’enfoiré 7 septembre 2018 17:50

                    @Krokodilo

                     Ma réaction est de dire que c’est déjà anormal depuis le temps que l’esperanto existe..
                     

                  • Krokodilo Krokodilo 7 septembre 2018 18:30

                    @L’enfoiré Oui et non, cette langue est structurellement différente puisque conçue pour être régulière, et donc de préférence pour le rester ! On peut supposer que ses locuteurs en comprennent l’idée et y adhèrent. Après, savoir si vraiment un succès plus large entrainerait une dialectisation, je n’ai pas de boule de cristal. ce serait à mon avis à la marge, bien loin de la différenciation actuelle de l’anglais en anglo-américain, Afrique du sud, indien, etc.


                  • Ruut Ruut 7 septembre 2018 15:41
                    L’anglais est une langue vicieuse difficile a maîtriser totalement et pleine de faux amis.
                    Dans les institutions Européennes en cas de doute c’est TOUJOURS la Version Française qui fait autorité, le Français étant moins enclin a une mauvaise interprétation.

                    Car la langue anglaise souffre d’un mal aussi dangereux que vicieux, c’est le contexte qui donne sens au mots.
                    CAD, les mêmes mots hors contexte ont un sens totalement différent.

                    La règle d’OR, ne signez jamais un document dans une langue qui n’est pas votre langue maternelle, surtout si c’est en anglais.


                    • L'enfoiré L’enfoiré 7 septembre 2018 16:09
                      @Ruut,

                       Il faut que vous donniez des exemples sur la viscosité de l’anglais.
                       Bien sûr qu’il y a de faux amis.
                       Ne traduisez pas « Il pleut des cordes » mais dites « It’s raining cats and dogs ».
                       Prenons les conjugaisons.
                       A par les verbes auxiliaire « avoir » et « être » aucune différence en dehors du sujet pour déterminer de qui ou de quoi il est question.
                       Je dirais que je ne signerais jamais un document, je ne ferais jamais jugé, dans toutes les autres langues qui ne soient pas totalement maitrisées.

                    • Krokodilo Krokodilo 7 septembre 2018 18:34

                      @Ruut Oui, et son deuxième vice c’est sa phonétique irrégulière, disons même irrationnelle. Nous c’est la grammaire, les conjugaisons, mais ça nous mettrait plutôt à égalité de difficulté, ni plus ni moins.


                    • Ruut Ruut 8 septembre 2018 22:58

                      @L’enfoiré

                      dites : i think i sink.

                      switch
                      off
                      on

                      take
                      off
                      on

                      pull
                      off
                      on

                      Attention il y a un piège
                      etc...

                      have fun...
                       smiley


                    • VICTOR Ayoli VICTOR Ayoli 7 septembre 2018 16:15

                      L’anglais, bien loin d’être la langue universelle qu’on nous présentait jusqu’alors, l’anglais, la langue de Shakespeare, n’est rien d’autre que du français mal prononcé :

                       - Ail ou radis ? Are you ready ? Êtes-vous prêt ?

                       - Saintes salopes - Thanks a lot - Merci beaucoup

                       - Débile - The bill - L’addition

                       - Mords mon nez - More money - Plus d’argent

                       - Marie qui se masse - Merry Christmas - Joyeux Noël

                      - Oui Arlette - We are late - Nous sommes en retard

                       - Mais dîne Franz - Made in France - Fabriqué en France

                       - Y s’pique Germaine - He speaks German - Il parle allemand

                       - Ahmed a l’goût de tripes - I made a good trip - J’ai fait un bon voyage

                      - Six tonnes de chair - Sit on the chair - Asseyez-vous sur la chaise

                      - Les slips tout gais serrent - Let’s sleep together - Dormons ensemble

                       - Guy vomit sous mon nez - Give me some money - Donne-moi un peu d’argent

                       - Âme coquine - I’m cooking - Je cuisine

                       - Deux bouts de chair - The butcher - Le boucher

                       - C’est que ça pèle - Sex appeal - Attirance sexuelle.


                      • L'enfoiré L’enfoiré 7 septembre 2018 17:20
                        @VICTOR Ayoli

                         Cela s’appelle comme il est dit l’effet mirage

                      • Fergus Fergus 7 septembre 2018 18:55

                        Bonsoir, VICTOR Ayoli

                         smiley 

                        Vous avez oublié « Chauffez les gamelles  » (You really got me) : Bouchitey dans le film "Lune froide .


                      • Désintox JPB73 7 septembre 2018 16:54
                        Bof, les tablettes comprennent déjà le langage parlé et il ne faudra plus attendre très longtemps pour que les smartphones servent de traducteurs simultanés automatiques.

                        Ce sera la fin de l’apprentissage utilitariste de l’anglais.

                        • ZEN ZEN 7 septembre 2018 17:11

                          @JPB73

                          On y va, on y va...
                          Essayez l’application Google traduction, vous verrez
                          Vous pouvez vous faire servir chez un pharmacien japonais sans difficulté.

                        • L'enfoiré L’enfoiré 7 septembre 2018 17:57
                          @ZEN,

                           STOP. J’utilise cela depuis des années et donc je vois les résultats qui s’améliorent.
                           Tous mes billets donnent un potentiel de traduction en anglais et en néerlandais.
                           Et c’est à 90% bien compréhensible. 
                           Bien sûr que se fournir chez un pharmacien japonais n’est pas aisé.
                           Avez-vous déjà essayé de le faire dans une autre langue ?
                           Je me souviens de tellement de cas dont un français me demanda un jour, une banale....
                          - Une banane ?
                          - Non une banale.
                          - Qu’est-ce que c’est ça ?
                          - Ben une banale, une bande qui ne contient pas de données.
                          - Ah, bon, une scratch... Ok....

                        • L'enfoiré L’enfoiré 7 septembre 2018 18:01
                          Dans peu de temps, qu’on se le dise, on pourra parler par téléphone interposé avec n’importe qui dans le monde en parlant chacun dans sa langue propre de manière automatique.
                          Même les expressions idiomatiques sont déjà traduites.
                          Essayez et vous verrez


                        • L'enfoiré L’enfoiré 7 septembre 2018 18:05
                          « La goutte d’eau qui fait déborder le vase » traduit en « The straw that breaks the camel »
                          « Se noyer dans un verre d’eau » traduit en « To be confounded by the simplest problem »

                          Il y en a plein comme ça...

                        • skirlet 7 septembre 2018 20:08

                          @L’enfoiré
                          « Banale » serait un francisme ? Jamais entendu.


                        • dr.jambon-beurre dr.jambon-beurre 7 septembre 2018 22:18

                          La langue maternelle est l’élément majeur et central d’une culture, l’abandonner c’est renoncer à qui l’on est, à notre spécificité, à notre originalité.

                          On est soumis économiquement et diplomatiquement, mais tant que l’on parlera français en France, nous survivrons en tant que peuple à cette tentative de domination.

                          La destruction finale de la France approche... et la langue en sera le point de bascule.


                          • Krokodilo Krokodilo 8 septembre 2018 10:12

                            @Fergus « battez-vous pour le français » Justement, outre une absurdité pédagogique, l’introduction de l’anglais obligatoire au primaire, voire à la maternelle, est en quelque sorte de la part de la France une reconnaissance d’un statut de langue internationale, langue de communication privilégiée. Et parallèlement une acceptation de notre déclin (aux JO, dans l’UE initialement multilingue).
                            Qui plus est au moment où la GB quitte l’UE et où les USA , restant une puissance militaire jamais vue auparavant, semblent obligés de composer avec d’autres puissances et en rabattre un peu de leur arrogance. Un monde multipolaire comme on dit.


                            • Fergus Fergus 8 septembre 2018 11:30

                              Bonjour, Krokodilo

                              « l’introduction de l’anglais obligatoire au primaire, voire à la maternelle »

                              C’est faux !!!

                              Ce qui devient obligatoire en primaire, et fortement encourage en élémentaire, c’est l’enseignement d’« une langue étrangère ». Mais nulle part, il n’est écrit que l’on parle de l’anglais, même si cette langue a des chances de recueillir - fort logiquement - la préférence des parents et des enseignants pour les raisons pratiques déjà évoquées.

                              Le nouveau cadre éducatif pour l’année 2018-2019 est d’ailleurs très bien résumé sur le site du ministère : éducation.gouv.

                              Maladresse de votre part ? Ou bien manipulation ?


                            • Krokodilo Krokodilo 8 septembre 2018 12:17

                              @Fergus J’ai déjà fait plusieurs articles à ce sujet. C’était clair dans l’avant-projet de loi, mais pour faire passer la pilule on a écrit « les langues » tout en sachant parfaitement que ce serait l’anglais à 95%, et pas seulement par le choix des parents, dont je reconnais évidemment qu’il serait majoritairement l’anglais. Tout simplement parce qu’il n’y a aucun choix possible, hormis quelques régions frontalières comme l’Alsace qui proposent l’allemand selon les disponibilités de profs. Quand structurellement il n’y a pas de choix, j’appelle ça imposé.
                              Il y aurait pourtant possibilité d’une réforme des langues combinant une véritable liberté de choix à partir de la sixième, tout en faisant une initiation AUX langues au primaire pour profiter de leur aptitude musicale plus grande (seule chose prouvée en faveur de l’enseignement précoce des langues)


                            • Fergus Fergus 8 septembre 2018 13:22

                              @ Krokodilo

                              « tout en sachant parfaitement que ce serait l’anglais à 95%, et pas seulement par le choix des parents, dont je reconnais évidemment qu’il serait majoritairement l’anglais. »

                              Et alors ? Si cela correspond à la volonté de la majorité des Français, pourquoi voudriez-vous aller contre ce choix logique car pertinent dans une optique professionnelle future pour les enfants ?

                              « hormis quelques régions frontalières comme l’Alsace qui proposent l’allemand »

                              « Quelques » est un peu faible : de très nombreux établissements scolaires proposent par exemple l’espagnol en Occitanie et Nouvelle Aquitaine. Et dans les communes à fort taux d’immigration, différentes langues non européennes ont enseignées. Sans oublier le mandarin qui trouve de plus en plus d’adeptes hors des communautés asiatiques. Bref, il existe une offre alternative à l’anglais plus large que vous le suggérez. 


                            • Krokodilo Krokodilo 9 septembre 2018 12:02

                              @Fergus Vous persistez à utiliser le terme « choix » alors même que cela suppose de choisir, ne serait-ce qu’entre deux options ! J’ai justement connu le démarrage de cette réforme en Languedoc-Roussillon (absurdement nommée Occitanie) (je parle du primaire), une pagaille totale, une improvisation faute de réflexion structurelle, un peu d’occitan, de catalan, deux heures d’allemand essayées, on a même parlé de mettre à contribution des parents natifs (naturellement seule une anglophone a été essayée, nulle en pédagogie). Tout ça pour aboutir à ce qui était hypocritement le but : 95% d’anglais. Statistique à la louche car l’EN ne communique pas à ce sujet, en supposant qu’elle ait elle-même des chiffres. Quant àla 6e, souvent pas de choix non plus en 1ere langue. C’est tout l’enseignement des langues qui marche sur la tête,cumulant contrainte et inefficacité - sans que les profs y puissent rien puisque le problème est structurel..


                            • Krokodilo Krokodilo 9 septembre 2018 12:21

                              @Fergus Question manipulation, y a pas photo :les gouvernements successifs et l’EN sont des maîtres en la matière ! Qui choisit les langues proposées ici ou là, les enfants, leurs parents ? Non, c’est l’EN qui gère l’offre par le biais du recrutement à vie des profs de langue, qui ont pour la vie entière contractuellement et légitimement le droit d’enseigner dans leur domaine. Un système d’une lourdeur inouïe à gérer et très rigide.


                            • malitourne malitourne 8 septembre 2018 11:09

                              L’anglais est la langue de la mondialisation : faisons du français la langue de la résistance à la mondialisation :)


                              • Michel078 8 septembre 2018 15:40
                                @malitourne
                                L’anglais n’est aucunement la langue de la mondialisation vu qu’elle n’est parlée en tant que langue maternelle que par 7% de la population mondiale et que 90% de la population mondiale l’ignore. De plus, cette langue va voir son poids géopolitique s’effondrer en Europe vu qu’elle disparaîtra des institutions européennes en 2019. Le français reprendra le flambeau et son retour en force sera encore accentué par les deux éléments géopolitiques suivants :
                                 
                                1)
                                Le nombre de locuteurs du français dans le monde ne cesse d’augmenter et atteindra 700 millions en 2050, entre autres du fait de la démographie africaine et des progrès de la scolarisation. Peu de gens savent, par exemple, que le pays francophone le plus peuplé au monde n’est plus la France mais la République démocratique du Congo, avec 85 millions d’habitants (180 millions en 2050).
                                 
                                2) S
                                elon l’’institut de conjoncture économique allemand de Cologne, la France supplantera l’’Allemagne sur le plan économique au plus tard en 2035, grâce à sa croissance démographique. Cette enquête montre également que la population française devrait atteindre la barre des 78,9 millions d’habitants à l’horizon 2050 alors que celle de l’Allemagne ne dépassera pas 71,4 millions d’habitants :
                                http://www.jeuneafrique.com/Article/ARCH-LIN25027parisnenilr0.xml/

                              • malitourne malitourne 9 septembre 2018 09:23

                                @Michel078
                                L’anglais n’est pas la langue du monde, je le sais bien Michel. Par contre c’est la langue de la mondialisation. Pour faire du business international c’est mieux que le pachtoune pour le moment.


                              • Oceane 11 septembre 2018 18:01

                                @malitourne

                                Tout le monde ne fait pas du « business international » pour que l’anglais - sans oublier le français - devienne une nécessité pour les peuples, qui, majoritairement,communiquent localement ou regionalement.

                                Je comprends mal cette obsession des langues dites « internationales ».


                              • JC_Lavau JC_Lavau 11 septembre 2018 18:32

                                @Oceane. En sciences, on n’a pas le choix.
                                Avant la 2e GM, le plus gros de la physique avancée était en Allemagne. On ne peut lire Erwin Schrödinger ou Carl Ramsauer qu’en allemand.

                                Depuis la 2e GM, l’empire scientifique est aux U.S.A.
                                P.A.M. Dirac ou Arthur H. Compton n’ont jamais été traduits en français, car chacun est censé les lire en anglais.
                                Louis de Broglie n’a presque pas été traduit en anglais, aussi les américains en ignorent tout.

                              • Oceane 12 septembre 2018 08:07

                                @JC_Lavau

                                Bonjour.

                                « ...car chacun est censé les lire en anglais ».

                                Ce qui signifie que lire et comprendre l’anglais soit une évidence pour l’Anglais. N’est-ce pas aussi une évidence que de traduire d’une langue à une autre ?

                                Les savants allemands et américains communiquaient dans quelle langue. N’y a-t-il pas eu lieu à des traductions de l’allemand à l’anglais des travaux pour s’approprier les connaissances scientifiques allemandes ? Allemand 》anglais 》 français ou chinois, etc. Je pense qu’il s’agit d’une défaite assumée.


                              • JC_Lavau JC_Lavau 12 septembre 2018 09:50

                                @Oceane. Il y a plus grave encore, et Anatole Abragam s’en vante pages 67-68 de « De la physique avant toute chose » : plus personne sauf les historiens ne lit les mémoires originaux. Ils se contentent de la rumeur, et des manuels, puisque par hypothèse, la rumeur a déjà tout compris, compris juste, et rien massacré ni rien censuré, et il n’y a plus rien à apprendre à lire les auteurs pionniers.

                                La directive est simple : ne lisez surtout pas de Broglie, ni Ramsauer ni Schrödinger dans le texte ! Contentez vous de croire que votre professeur bien aimé a tout compris. S’il a énergiquement dé-Schrödinguér-isé l’équation de Schrödinger et censuré tout ce qui ne va pas avec la mythologie corpusculiste, il a forcément raison, puisqu’à votre examen, il sera juge-et-partie.

                                Pour arriver à lire Schrödinger dans le texte, c’est un parcours du combattant. Il faudra demander à la B.U. qu’ils aillent en fond de cave chercher les comptes-rendus de l’Académie des Sciences de Berlin, et vous pourrez photocopier les pages. Schrödinger a été vaincu en 1926-1927, par violence pure, et malheur aux vaincus !

                                Tandis qu’on peut encore lire de Broglie, car une chapelle ardente d’admirateurs maintient l’accès électronique à sa thèse de 1924 et quelques autres articles.

                                La guerre de l’anglais contre le reste du monde se double de guerres territoriales féroces. Ce sont des animaux territoriaux et narcissiques comme les autres.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès