• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Pour l’Europe, la Seconde guerre mondiale aurait-elle pu prendre fin (...)

Pour l’Europe, la Seconde guerre mondiale aurait-elle pu prendre fin en 1943 ?

Pour certains, la guerre aurait pu s'achever bien plus tôt.

D'autres estiment qu'elle aurait pu durer au moins un an encore...

Changement de perspective

Les politiques et les militaires occidentaux s'étaient penchés sur la question de la durée du conflit dès 1941, quand la grande majorité des hommes d'Etat, dont Franklin Roosevelt et Winston Churchill, estimaient que l'Union soviétique tiendrait au maximum de quatre à six semaines. Seul Edvard Benes affirmait que l'URSS résisterait face à l'invasion nazie et finirait par écraser l'Allemagne.

Ensuite, lorsqu'il s'est avéré que ces calculs étaient erronés, quand l'Allemagne a subi devant Moscou (octobre 1941-janvier 1942) son premier revers stratégique dans la Seconde Guerre mondiale, les points de vue ont brusquement changé.
En Occident d'aucuns ont commencé à redouter de voir l'Union soviétique sortir trop forte de la guerre. Car si effectivement elle était trop forte, c'est elle qui déterminerait le visage de la future Europe. Ainsi parlait Adolph Berle, le sous-secrétaire d'Etat américain chargé de la coordination des services de renseignement US.

C'est ce que pensait aussi l'entourage de Churchill, dont des gens fort compétents qui avant et pendant la guerre avaient élaboré la doctrine des actions des forces armées britanniques et de toute la politique britannique. Cela explique dans une grande mesure l'obstination de Churchill à ne pas vouloir ouvrir le second front en 1942.

Possibilité d'intervention immédiate

Et ce alors que Beaverbrook et Cripps au sein de la direction britannique et, surtout Eisenhower et d'autres concepteurs des plans militaires américains estimaient que des possibilités matérielles et autres existaient pour infliger aux Allemands une défaite dès 1942.

Selon eux il fallait profiter que le gros des forces armées allemandes se trouvait sur le front oriental et que 2.000 kilomètres de littoral français, néerlandais, belge, norvégien et aussi allemand étaient ouverts aux armées alliées. A cette date les nazis ne possédaient aucuns ouvrages défensifs permanents le long du littoral atlantique.

Qui plus est, les militaires américains s'employaient à convaincre Roosevelt (Eisenhower
avait adressé plusieurs mémorandums à ce sujet au président américain) que l'ouverture du deuxième front raccourcirait de beaucoup la guerre en Europe et obligerait l'Allemagne à capituler. En 1943 au plus tard.

Cependant, de tels calculs n'étaient pas faits pour convenir à la Grande-Bretagne et aux conservateurs qui ne manquaient pas aux Etats-Unis.

Les idées de Churchill.

En vertu de l'idéologie de Churchill et de ceux qui la partageaient à Washington il fallait "contenir ces barbares russes" le plus loin possible à l'Est. Car si l'on ne peut briser l'Union soviétique, il faut au moins l'affaiblir. Par Allemands interposés. C'est ainsi que la tâche était posée.

Ce dessein avait toujours obnubilé Churchill. Il avait développait cette idée avec le général Koutiepov dès 1919. Les Américains, les Anglais et les Français subissent des revers et ne sont pas en mesure de se rendre maîtres de la Russie soviétique, disait-il. Il faut confier cette mission aux Japonais et aux Allemands. Churchill avait tenu le même langage en 1930 avec Bismarck, le premier secrétaire de l'ambassade d'Allemagne à Londres. Pendant la Première Guerre mondiale les Allemands avaient vraiment manqué de jugeote, affirmait-il. Au lieu de concentrer leurs forces en vue de défaire la Russie, ils avaient engagé la guerre sur deux fronts. S'ils ne s'étaient occupés que de la Russie, alors l'Angleterre aurait neutralisé la France.

Pour Churchill il s'agissait moins de la lutte contre les bolcheviks que de poursuivre la guerre de Crimée de 1853-1856, au cours de laquelle la Russie s'était efforcée tant bien que mal de mettre un coup d'arrêt à l'expansion britannique.

Les Américains

 Par exemple, le Département d'Etat au complet, dirigé par Cordel Hull, était farouchement hostile à l'URSS. Cela explique pourquoi Roosevelt ne s'était pas fait accompagné par son secrétaire d'Etat à la conférence de Téhéran et que les procès-verbaux de larencontre des "Trois grands" lui avaient été communiqués six mois après Téhéran.

Pour la petite histoire, disons que les services de renseignement politique du Reich avaient déposé ces documents sur le bureau d'Hitler trois ou quatre semaines après. La vie est pleine de paradoxes.

Churchill et Roosevelt

Après la bataille de Koursk, en 1943, qui s'était soldée par une défaite de la Wehrmacht, les chefs d'état-major des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne, ainsi que Churchill et Roosevelt s'étaient réunis le 20 août à Québec. A l'ordre du jour figurait le retrait éventuel des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne de la coalition antihitlérienne et leur entrée en alliance avec les généraux nazis pour combattre ensemble l'Union soviétique.

Les différentes façons de faire la guerre à l'Allemagne nazie

Naturellement, il ne faut pas oublier la diversité des comportements vis-à-vis de la philosophie d'alliance, des engagements que l'Angleterre et les Etats-Unis avaient pris devant Moscou.

 Au sein de la coalition antihitlérienne les rapports d'alliés rappelaient un peu un caprice angélique, pour ne pas dire un baiser de Judas. Les promesses étaient sans engagements ou, ce qui était pire, quand il y en avait c'était pour induire en erreur le partenaire soviétique.

Cette tactique, rappelons-le, avait torpillé des pourparlers de l'URSS, de la Grande-Bretagne et de la France au mois d'août 1939, alors qu'il était encore possible de faire quelque chose pour empêcher l'agression nazie.

Les dirigeants soviétiques avaient donc été contraints de conclure démonstrativement un traité de non-agression avec l'Allemagne. Nous avions été désignés comme cible privilégiée de la machine de guerre nazie.

Je me réfère à la situation telle qu'elle avait été formulée au sein du cabinet Chamberlain : "si Londres ne peut éviter un accord avec l'Union soviétique, la signature britannique que comportera le document ne devrait pas signifier que les Anglais prêteront assistance à la victime de l'agression et déclareront la guerre à l'Allemagne. Nous devons nous réserver la possibilité de déclarer que la Grande-Bretagne et l'Union soviétique interprètent les faits différemment".

Les "tories" pensaient que le rouleau compresseur allemand prendrait la direction de l'Oural. Et qu'ensuite il n'y aurait plus personne pour dénoncer la perfidie d'Albion.

Pourquoi le débarquement programmé en1944 ?

 Il est curieux que personne ne mette l'accent sur ce fait. Or, cette date n'avait pas du tout été choisie au hasard. En Occident on avait pris en compte que devant Stalingrad nous avions perdu une énorme quantité de soldats et d'officiers et aussi de matériels. D'immense sacrifices aussi avaient été consentis sur le saillant de Koursk... Les pertes soviétiques en chars avaient été plus importantes que les allemandes.
En 1944, le pays mobilisait déjà des gars de dix-sept ans. La campagne avait pratiquement été dépeuplée. Les jeunes nés en 1926-1927 étaient épargnés uniquement dans les usines de guerre, les directeurs ne les laissaient pas partir.

En évaluant les perspectives, les services de renseignement américains et britanniques estimaient qu'au printemps de 1944 le potentiel offensif de l'Union soviétique serait épuisé. Que ses réserves humaines seraient entièrement taries et que l'Union soviétique ne serait pas à même de porter à la Wehrmacht un coup de la puissance de ceux qu'elle avait assenés lors des batailles de Moscou, de Stalingrad et de Koursk. Il s'avère donc qu'au moment du débarquement des alliés dans la guerre contre les nazis nous avons abandonné l'initiative stratégique aux Etats-Unis et à la Grande-Bretagne.

Le débarquement des troupes alliées sur le continent a coïncidé avec le complot contre Hitler. Les généraux arrivés au pouvoir dans le Reich devaient dissoudre le front occidental et ouvrir devant les Américains et les Anglais un espace pour l'occupation de l'Allemagne et la "libération" de la Pologne, de la Tchécoslovaquie, de la Hongrie, de la Roumanie, de la Bulgarie, de la Yougoslavie, de l'Autriche... L'Armée Rouge devait être arrêtée aux frontières de 1939.

La manière américaine

Après l'attentat Hitler était toujours en vie, Rommel, grièvement blessé, était sur la touche, et ce alors qu'en Occident on misait beaucoup sur lui. Les autres généraux avaient manqué de courage. Il s'est passé ce qui s'est passé. Pour les Américains il n'y a pas eu de marche en fanfare à travers l'Allemagne. Ils se sont engagés dans des combats, parfois durs comme ceux qu'ils ont livrés pendant l'opération des Ardennes. Quoi qu'il en soit, ils ont mené à bien leurs missions. Parfois même avec assez de cynisme.

Un exemple concret. Les troupes américaines étaient arrivées aux approches de Paris. Une insurrection avait éclaté dans la ville. Les Américains s'arrêtèrent à une trentaine de kilomètres de la capitale de la France et attendirent que les Allemands liquident les insurgés parce que la plupart d'entre eux étaient des communistes. Selon diverses estimations, les pertes ont été de 3 à 5.000 morts. Mais lorsque l'insurrection a triomphé, les Américains ont pris Paris. La même chose s'est produite dans le midi de la France.

Et pourquoi et comment la contre-offensive hitlérienne des Ardennes ?

En automne 1944, plusieurs conférences avaient eu lieu en Allemagne, animées par Hitler et placées ensuite sous la présidence Jodl et de Keitel. Les dirigeants allemands pensaient que si une bonne correction était infligée aux Américains, les Etats-Unis et l'Angleterre seraient plus enclins à reprendre les pourparlers qui avaient été menés en 1942-1943 à l'insu de Moscou.

L'opération lancée dans les Ardennes avait été conçue par Berlin non pas en vue d'obtenir la victoire dans la guerre, mais comme une opération destinée à saper l'alliance entre l'Occident et l'Union soviétique. Les Etats-Unis devaient comprendre que l'Allemagne était encore suffisamment forte et que pour les puissances occidentales elle présentait un avantage dans leur confrontation avec l'Union soviétique. Elle devait aussi montrer aux alliés qu'ils n'auraient ni les forces, ni la volonté suffisantes pour arrêter les "rouges" aux approches de l'Allemagne.

Hitler avait souligné que personne ne discuterait avec un pays se trouvant dans une situation difficile. On ne prendra langue avec nous que lorsque la Wehrmacht aura montré sa force.

L'atout décisif était l'effet de surprise. Les alliés avaient pris leurs quartiers d'hiver, ils estimaient que l'Alsace et les Ardennes étaient de magnifiques endroits pour la détente et convenaient très mal à des opérations de guerre. Pendant ce temps, les Allemands s'apprêtaient à percer en direction de Rotterdam et à priver les Américains de toute possibilité d'utiliser les ports néerlandais. Ce qui devait décider de toute la campagne occidentale.

Le début de l'opération des Ardennes fut reporté à plusieurs reprises. L'Allemagne manquait de forces. Elle fut lancée à un moment où en hiver 1944 l'Armée Rouge livrait de durs combats en Hongrie, dans le secteur du lac Balaton et devant Budapest. Ce qui était en jeu, c'étaient les dernières sources de pétroles en Autriche et quelque part en Hongrie, contrôlées par les Allemands.

C'était là une des raisons pour lesquelles Hitler avait décidé de défendre la Hongrie coûte que coûte. C'est à ces fins qu'au plus fort de l'opération des Ardennes et avant le début de l'opération d'Alsace il avait commencé à prélever des forces sur l'axe occidental pour les transférer sur le front soviéto-hongrois. Le fer de lance de l'opération des Ardennes - la 6-e armée blindée SS, avait été retirée des Ardennes et transférée en Hongrie...

Quant à Hitler, il pensait - des preuves existent pour confirmer ce que je dis - que si nos alliés avaient tant de fois livré l'Union soviétique aux coups et attendu ouvertement dans l'espoir de voir Moscou et l'Armée Rouge s'effondrer, nous pourrions nous aussi avoir le même comportement. Comme en 1941 ils avaient attendu la chute de la capitale de l'URSS, comme en 1942 non seulement la Turquie et le Japon, mais encore les Etats-Unis avaient attendu la chute de Stalingrad avant de décider de réviser leur politique. Car les alliés ne nous communiquaient même pas les informations collectées par leurs services de renseignement, par exemple concernant les offensives allemandes du Don vers la Volga et plus loin en direction du Caucase, etc., etc...

Le plan Rankine et le plan Overlord.

Les Américains ne nous transmettaient aucune information alors qu'ils en avaient en profusion.

Evidemment, nous étions fondés de surveiller dans quelle mesure nos alliés savaient se battre, dans quelle mesure ils voulaient le faire et étaient disposés à réaliser leur plan principal sur le continent, le plan Rankine. Car le plan essentiel ce n'était pas Overlord, mais Rankine, qui prévoyait l'instauration d'un contrôle anglo-américain sur l'ensemble de l'Allemagne, sur tous les Etats d'Europe orientale, de manière à ne pas nous y laisser entrer

Quand il avait été nommé commandant des forces du deuxième front, Eisenhower avait reçu cette directive : préparer Overlord, mais sans jamais perdre de vue Rankine. Si des conditions favorables se présentent pour la réalisation du plan Rankine, alors laissez tomber Overlord et lancez toutes les forces dans la réalisation du plan Rankine. C'est dans le cadre de ce plan que l'insurrection de Varsovie avait été déclenchée. Et beaucoup d'autres choses avaient suivi.

A cet égard 1944, la fin de 1944 et le début de 1945 ont été des moments de vérité. La guerre était menée non pas sur deux fronts, oriental et occidental, mais pour deux fronts. Formellement les alliés menaient des opérations de guerre importantes pour nous, elles immobilisaient des forces allemandes non négligeables, c'est incontestable. Cependant leur dessein majeur était d'arrêter l'Union soviétique dans la mesure du possible, comme le disait Churchill, et de "stopper les descendants de Gengis Khan" pour reprendre le langage plus imagé de certains généraux américains.

Au demeurant, cette idée avait été formulée dans des termes antisoviétiques grossiers par Churchill au mois d'octobre 1942, avant le début de notre contre-offensive le 19 novembre devant Stalingrad : "Il faut arrêter ces barbares le plus loin possible à l'est".

Lorsque nous évoquons nos alliés, en aucun cas je ne voudrais amenuiser les mérites des soldats et des officiers des troupes alliées qui ont combattu tout comme nous, sans être au courant des intrigues politiques et des machinations de leurs dirigeants. Ils se sont battus honnêtement et avec esprit d'abnégation. Je ne voudrais diminuer en rien la portée de l'aide accordée dans le cadre de Land Lease, même si ce n'est pas nous qui en avons profité le plus. Je voudrais simplement dire combien notre situation avait été complexe, contradictoire et dangereuse tout au long de la guerre. Et combien il était difficile parfois de prendre des décisions. Lorsque non seulement on nous menait par le bout du nez et aussi quand on continuait de nous livrer à tous les coups.


Compte-rendu d'un entretien du commentateur militaire de l'agence RIA Novosti Viktor Litovkine avec le docteur ès sciences historiques Valentin Faline.

http://fr.ria.ru/discussion/20050315/39934519.html


 


Moyenne des avis sur cet article :  3.92/5   (37 votes)




Réagissez à l'article

61 réactions à cet article    


  • eric 5 février 2013 09:57

    Copie colle d’un speaker du régime de Poutine il y a quelques années. On sait qu’il n’y a jamais eu d’histoire en Russie, tout régime confondu. Il est neanmoins interessant de savoir ce que dit sa propagande officielle. Quelques précisions, quelques commentaires critiques auraient ete les bienvenus.


    • philippe913 5 février 2013 10:13

      magnifique article de propagande !


      • Taubrouk 5 février 2013 10:14

        J’essaye, j’essaye. Est ce assez convainquant et globalisant ?


      • julius 1ER 5 février 2013 11:01

        je ne vois pas la propagande dans cet article par contre je la vois dans vos cerveaux formatés et conditionnés depuis 70 ans et plus avec les bons d’un côté (les américains et les mauvais de l’autre les soviets) c’est sûr qu’à la lumière de ce prisme, toute lecture de l’histoire est grandement simplifiée et surtout cela est bien plus confortable, cela évite de se poser trop de questions !!!!!!!!!!!!!

        un seul exemple de ce grand formatage, c’est l’étude d’un historien canadien qui expliquait que les usines Ford et Général Motors présentes en Allemagne n’avaient jamais été bombardées car lorsque l’on voit des photos de la Rhur et des bombardements subies du fait de l’aviation alliée entre 1943 et 1945, on peut s’en étonner , à ce jour personne n’a vraiment creusé le sujet et pour cause car avouer que ces usines fabriquaient des moteurs et du matériel militaire pour l’armée allemande et que le produit financier de ces ventes d’armes transitait par la Suisse, alors que dans le même temps les américains criaient à la spoliation nazie, avouons que là il y a matière à se poser des questions, mais encore faut-il avoir le courage de se poser les vraies questions aussi dérangeantes soient-elles ?????????????
         

      • Anonymous Republic Punisher Anonymous Republic Punisher 5 février 2013 15:00

        regardez la vidéo sur Dailymotion le « mythe de la bonne guerre », tous vous sera expliquer, on peut aussi parler de la synarchie en France qui a financé L’Allemagne Nazie...


      • lionel 5 février 2013 16:32

        On peut aussi citer sans se tromper Anthony C Sutton :




        et aussi Christopher Simpson et en particulier dans ce cas, « The Splendid Blond Beast, Money Law and Genocide ». En voici une présentation



      • Taubrouk 5 février 2013 16:34

        MerCI Yo/LIO, déjà j’aime quand ça parle de mes CHAUSSE ETes


      • titi 6 février 2013 00:47

        « c’est l’étude d’un historien canadien qui expliquait que les usines Ford et Général Motors présentes en Allemagne n’avaient jamais été bombardées car lorsque l’on voit des photos de la Rhur et des bombardements subies du fait de l’aviation alliée entre 1943 et 1945, on peut s’en étonner »

        Ford avait deux usines en Allemagne avant guerre :
        - L’une à Cologne... qui n’est pas dans la Ruhr, même il s’agit du même Land.
        - L’autre à Berlin... qui a été vendue à GAZ et donc à l’URSS en 1937

        Donc c’est plutot le fait que les bombardements de la Rhur aient détruit les usines qui m’aurait étonné.
        Votre historien canadien aurait il des lacunes géographiques ?


      • titi 6 février 2013 00:49

        Et concernant l’usine de Cologne, le gouvernement US a versé plus d’un million de $ de l’époque pour les dommages subis lors des bombardements.

        Pour une usine soit disant épargnée c’est étonnant.


      • julius 1ER 5 février 2013 10:38

        merci Dwaabala, toujours intéressant d’apporter des éclairages nouveaux à des moments ou des documents déclassifiés permettent une relecture de l’histoire, personnellement je pense que c’est l’anti-communisme qui a été le moteur depuis 1917 de toute la politique occidentale, maintenant ce sera l’anti- islamisme dans la même logique, créer un ennemi de manière à mobiliser toutes les forces contre lui au prix de tous les excès, dépenses en armement surdimensionnées, restriction des libertés démocratiques, tout cela contrôlé par la finance mondiale aux ordres de la FED et des multinationales, nous ne sommes pas au bout de nos peines car dans le même temps nous n’avons jamais été aussi divisés pour demander une autre logique et une autre politique économique. !!!!!!!!!!!!!!!


        • Tall 5 février 2013 10:46

          L’auteur écrit >

          Après la bataille de Koursk, en 1943, qui s’était soldée par une défaite de la Wehrmacht, les chefs d’état-major des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne, ainsi que Churchill et Roosevelt s’étaient réunis le 20 août à Québec. A l’ordre du jour figurait le retrait éventuel des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne de la coalition antihitlérienne et leur entrée en alliance avec les généraux nazis pour combattre ensemble l’Union soviétique.


          • julius 1ER 5 février 2013 11:09

            Intox... c’est l’exact contraire de la réalité. C’est lors de ces réunions qu’ont été justement décidé les débarquements de Sicile et de Normandie

            @tall

            je ne vois pourquoi tu parles d’intox, car ce n’était pas un retrait du conflit qui était envisagé mais un renversement d’alliances ce qui fait une grande différence,,,,,,,,,, ???????????????et à ce jour 
            c’était envisagé et par les alliés, et par les généraux allemands putshistes !!!!!!

            • Tall 5 février 2013 11:44

              Les alliés n’ont rien programmé sur un renversement de Hitler par l’intérieur. C’était bien trop aléatoire.

              Et de fait.

              Mais de toute façon, le problème n’est pas là.
              Car cette relecture de l’Histoire n’est que de la propagande post-soviétique classique, catégorie roman de gare.
              Juste bonne à enfumer les ignorants.


            • heliogabale heliogabale 5 février 2013 11:14

              S’il est vrai que les Alliés n’avaient aucun intérêt stratégique à aider des combattants communistes dans leur progression, il en était de même pour l’armée rouge qui n’est pas allée au secours des résistants lors du soulèvement de Varsovie en 1944. A Paris, les Américains ont finalement aidé les troupes françaises même si ce fut difficile à arracher.

              Staline n’avait également aucun intérêt à aller trop rapidement vers l’Ouest. Il voulait consolider chaque territoire reconquis et être certain que ces territoires seraient sous son giron.

              Il est possible que si la tentative de coup d’état contre Hitler avait réussi en 1944, il aurait pu être tentant pour les Alliées de signer séparément un traité d’armistice. Cependant, cela aurait été hasardeux et ça aurait pu se retourner contre eux : l’Allemagne aurait tenté de garder l’Alsace-Moselle, les Soviétiques auraient pu chauffer les opinions occidentales et internationales avec la découverte des camps etc.


              • lulupipistrelle 5 février 2013 13:58

                C’est ça oui... et l’épuration des généraux en 1937 était une vision géniale du Grand Guide Joseph Vissarionovitch Djougachvili dit Staline ? Quelle intuition d’ envoyer au lager Toukhatchevski, et tous les types qui avaient la moindre compétence... allez allez, on a d’autres sources et on sait comment les nazis ont baladés les soviétiques... 


                Au fait vous ne savez pas que les Allemands auraient pu gagner le guerre ? 


                J’adore les uchronies, et Robert Harris a bien du talent. 



                • CN46400 CN46400 6 février 2013 11:24

                  Il est temps d’essuyer les esgourdes ! Depuis l’ouverture des archives Soviétiques, allemandes et Britaniques on sait que le 4° procés de Moscou nétait pas, contrairement aux autres, fabriqué pour un usage de politique intérieure publique. Il fût secret parcequ’il sagissait du démontage d’un complot véritable, celui-là, monté pour échanger avec Toukatchevski la chute de Staline contre le rattachement de l’Ukraine au Reich. C’est Benes, le président Tchécoslovaque, qui avait averti Staline et un diplomate soviètique en Angleterre, Pudna, qui avait négocié avec les nazis.


                • Anonymous Republic Punisher Anonymous Republic Punisher 5 février 2013 15:16

                  Je trouve cet article intéressant mais pourtant les américains ont été l’usine de chars des sovietiques, à un moment crucial de la guerre les usines américaines ont fournis des centaines de chars aux russes.


                  • Tall 5 février 2013 16:08

                    Exact, et pour être précis >

                    - 15.000 avions
                    - 7.000 chars
                    - 375.000 camions
                    - 50.000 jeeps
                    - 8.000 canons
                    - 130.000 mitrailleuses
                    ....etc ...



                  • Avic Avic 5 février 2013 21:46

                    Et que faisaient-ils pendant qu’ils livraient du matériel contre monnaie trébuchante et que les russes étaient eux engagés à fond ?


                  • Tall 5 février 2013 22:13

                    3 fois rien ...

                    Après avoir battu la flotte japonaise à Midway, 6 mois après Pearl Harbor ( où ils n’ont perdu aucun porte-avion ) ils on entamé la re-conquête des îles du Pacifique contre les Japonais. Ile par île. Au prix de combats très durs ( Mac Arthur ).

                    Du côté atlantique, ils aidaient les anglais à combattre les U-boots et les cuirassés allemands ( Bismarck, Sharnhorst ) afin d’amener à bon port les grands convois de matériel vers l’Angleterre.

                    Et pendant ce temps, sur le territoire US, c’est toute l’industrie qui s’était reconvertie à marche forcée pour fabriquer à la chaîne : avions, camions, bateaux, tanks, etc ... une colossale production qui a été l’élément déterminant de la guerre.

                    Et enfin, en Europe, les bombardiers US relayaient de jour les bombardiers anglais qui bombardaient l’Allemagne de nuit. L’aviation alliée n’ayant jamais laissé de répit à l’Allemagne. Tandis que le blitz de Londres n’a duré que quelques mois.

                  • Taubrouk 5 février 2013 22:25

                    Ca m’a pas l’ait d’une tende cet atavic, Tall smiley


                  • CN46400 CN46400 5 février 2013 22:58

                    Sauf que le carburant soviétique de l’époque ( pétrole de Bakou faiblement raffiné pour des moteurs diésel type T34) ne convenait pas aux moteurs américains qui marchaient à l’essence. Par contre des armes antiaériennes avec munitions etaient appréciées, ainsi que les rations alimentaires !


                  • ARMINIUS ARMINIUS 6 février 2013 09:29

                    @Tall
                    Merci pour vos réactions fort bien documentées, c’est du véritable travail d’historien : les chiffres ne mentent pas ; et cela corrobore les récits du beau-père de ma belle fille qui à « fait » en tant que jeune « marine » la guerre du pacifique...je n’ai plus de témoins coté Allemand car mon beau-père qui a servi sous Rommel dans l’Afrika Korps est mort depuis quelques années...tout cela pour vous dire que le travail des historiens continue et qu’ils se dépêchent de recueillir les derniers témoignages directs de façon à rester au plus près de la seule vérité historique...


                  • Tall 6 février 2013 11:37

                    Arminius

                    J’ai aussi le souvenir de quelques témoignages oraux de gens qui ont vécu la guerre. Dont un justement qui a été sur le front de l’Est. C’était un camionneur de la Wehrmacht.

                    Il a raconté que c’est en voyant un jour un camion russe de marque FORD dans le fossé qu’il a compris que l’Allemagne serait battue.

                  • Shawford 6 février 2013 11:44

                    Camion russe de marque FORD ?


                    Il était choix ou froid ?

                    C’était bien un camion, pas un avion ou un sous marin ?

                    Il ne devait être que l’ombre de lui même, comme dans tous les grands évènements historiques

                  • Tall 6 février 2013 11:52

                    Les ricains ont livré 375.000 camions aux russes, shawford


                  • Shawford 6 février 2013 11:56

                    Des SHADOW FORD ?


                    You STILL NOX see my point ?

                  • ARMINIUS ARMINIUS 5 février 2013 15:22

                    Votre article commence très mal : quand vous dites qu’ en 1941 Roosevelt et Churchill ne voyaient pas l’union soviètique tenir plus de quelques semaines c’est complétement contradictoire avec le prêt bail de 44milliards de dollars accordé par Roosevelt dont le principal bénéficiaire était l’URSS ! Et ça continue quand vous annoncez que la guerre aurait pu se terminer plus tôt : le haut commandement allié voulait une reddition sans condition de l’Allemagne malgré les tentatives de paix « dans l’honneur » réclamée par les responsables de l’opération Walkyrie, qui ont réellement manqué du soutien extérieur...cela a eu pour effet de prolonger le conflit. Les Américains ne pouvaient en aucun cas considérer les Ardennes comme « terre de détente » ils n’avaient pas oublié que l’offensive de 1940 avait eu lieu , contre toute attente, à cet endroit. Rommel était plus que sur la touche après Walkyrie qu’il a soutenu il a été contraint au suicide pour éviter un procès déshonorant, Hitler ne pouvant se permettre de toucher à un personnage aussi emblématique.
                    De plus il est très difficile de savoir ce qui se passait dans la tête d’Hitler et des nazis mis à part quelques évidences tactiques, les historiens reconnus spécialistes de la période nazie ne s’aventurent pas aussi loin...


                    • Laulau Laulau 5 février 2013 17:39

                      Votre post commence très mal.

                       L’U.R.S.S. fut admise au bénéfice du prêt-bail en juin 1942 et pas en 1941. La première défaite des allemands devant Moscou en décembre 1941, six mois avant le début du prêt bail.


                    • ARMINIUS ARMINIUS 5 février 2013 19:17

                      Loi votée en Mars 1941 et appliquée à l’URSS en Juin 1942 qui en fut quand même le principal bénéficiaire...


                    • Avic Avic 5 février 2013 21:49

                      Que les élus américains votent des lois n’empêche pas les calculs politiques des dirigeants.


                    • Laulau Laulau 6 février 2013 08:11

                      Loi votée en Mars 1941 et appliquée à l’URSS en Juin 1942 qui en fut quand même le principal bénéficiaire...

                      Il n’empêche qu’en juillet 1941 la loi ne s’appliquait pas à l’URSS et quand vous écrivez :

                      quand vous dites qu’ en 1941 Roosevelt et Churchill ne voyaient pas l’union soviètique tenir plus de quelques semaines c’est complétement contradictoire avec le prêt bail de 44milliards de dollars accordé par Roosevelt dont le principal bénéficiaire était l’URSS !

                      Vous tordez la vérité pour avoir raison. La loi votée en mars 1941 ne pouvait pas s’appliquer à l’URSS puisqu’elle n’était pas en guerre contre l’Allemagne. L’auteur a donc raison lorsqu’il écrit que les anglo-saxons croyaient en une victoire rapide des allemands en URSS. C’était d’ailleurs leur avis depuis longtemps : du temps de la politique Chamberlin la Grande Bretagne fut très conciliante avec Hitler dans l’espoir de le voir continuer ses agressions vers l’Est.


                    • ARMINIUS ARMINIUS 6 février 2013 09:38

                      @ Laulau,
                      La politique Chamberlain ( et non Chamberlin) était la politique de« l’Apeasement » : opposée à celle de Vansittart secrétaire du Foreign Office jusqu’en 1937 et qui lui était conseiller de Winston Churchill, fermement opposé à Chamberlain... et heureusement ! C’est Vansittart qui relança dès 1935 la fabrication d’avions pour la RAF .Cette fameuse RAF qui quelques années plus tard empêcha , bien seule, que l’offensive Nazie ne tourne à la victoire totale...


                    • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 5 février 2013 16:07

                      La doctrine de Churchill consistait à dire que comme les Allemands gagnaient en été et les Russes en hiver, il suffisait d’attendre qu’ils se soient entre tués pour débaquer en France pour avoir moins de pertes.

                      C’est un peu cynique, mais d’autre part, Churchill était responsable des vies anglaises.

                      De plus, pour ceux qui l’auront ou non remarqué, le but de l’offensive allemande des Ardennes consistait à reprendre Anvers et pas Rotterdam qui était toujours entre les mains des boches pour que les armées anglaises se retrouvent encerclées en Hollande ce qui aurait provoqué une crise entre les Anglais et les Américains et qui les aurait incité à négocier une paix acceptable pour l’Allemagne pour pouvoir ensuite regrouper toutes les forces boches contre les Russes et les acculer à négocier également.

                      Seulement, les boches ils se sont bien ramassés dans les Ardennes et plus particulièrement les SS qui se sont vautrés dés le début de l’offensive ( crète d’Elsenborn
                      et la Gleize http://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_des_Ardennes#Les_20.2C_21_et_22_d.C3.A9cembre_1944 ) tandis que leurs homologues de l’armée sont tombés en pannne d’essence pas trop loin de la Meuse, ce qui en dit long sur le manque de sérieux de la préparation ce cette bataille...

                      http://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_des_Ardennes#Les_23.2C_24_et_25_d.C3.A9cembre

                       Pour ceux que ça intéresse : http://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_des_Ardennes


                      • Taubrouk 5 février 2013 16:09

                        Tiens Aloïs, dis-moi si il faut que j’aille ou pas chercher mon Elric ?


                      • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 5 février 2013 16:56

                        Chais pas de qui que tu causes, mais s’il est rigolo pourquoi pas ?

                         smiley smiley smiley smiley smiley smiley
                         smiley smiley smiley smiley smiley smiley
                         smiley smiley smiley smiley smiley smiley


                      • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 5 février 2013 17:00

                        Ah ouais, tant que j’y suis et qu’on est dans les messages à la cantonade, ce serait bien qu’Agoravox puisse nous permettre d’utiliser les smileys diablotins et les smileys metal pour agrémenter la prose.

                        Ainsi que les smileys animés si ce n’est pas trop demander, comme chez PCimpact par exemple.


                      • Taubrouk 5 février 2013 17:03

                        Très bonne suggestion que ma guitare va retransmettre de ce pas au Taulier.


                        Carlo, alors ces smileys, c’est pour quand ?

                        Surtout celui du diable pour l’instant smiley

                      • joletaxi 5 février 2013 17:37

                        hein ? la guerre est finie ?
                        salauds, ils ne m’ont rien dit, c’est dit je sors de ma cave.


                        • Taubrouk 5 février 2013 17:40

                          Nice, ça tombe bien, c’est open bar dans un de mes deux greniers smiley smiley smiley


                        • Avic Avic 5 février 2013 21:52

                          @ joletaxi
                          Et, oh joie, le mur aussi est tombé.


                        • nightwings nightwings 5 février 2013 18:50

                          je suis désolé mais refaire l’histoire est un peu facile avec des si ... vous oubliez un peu le front dans le pacifique où rien n’était fait les américains n’ont pu réellement stopper les japonais qu’à la bataille de Midway qui ouvrait la porte aux japonais sur la côte ouest.

                          Le ravitaillement anglais est gravement menacé par les U-boot qui coulent deux fois plus de navire qu’en 1941, ...

                          j’aime bien les romans uchroniques mais encore faut-il qu’ils soient plausible, post ridicule qui n’a aucun intérêt.


                          • Taubrouk 5 février 2013 18:53

                            Rien ne vaut le Maître du Haut Château de Dick et sa guère à où transe !! smiley


                          • Pelletier Jean Pelletier Jean 5 février 2013 19:53

                            Merci pour ce long article, documenté et sans doute portant à controverse.

                            Comme vous le dites cette periode a été complexe, et il ne faut pas être tout à fait naïf, les politiques ont souvent du génie mais aussi des idées tout aussi tordues..


                            • Dwaabala Dwaabala 5 février 2013 20:18

                              Merci. Hélas ! chez moi le lien ne marche pas.


                            • louphi 5 février 2013 21:06

                              Dwaabala


                              Bel article ! Des révélations qu’on n’a pas l’habitude d’entendre sur la perfidie des américains et des anglais à propos de la IIe guerre mondiale. Votre article prolonge celui de ROBERT GIL le week-end dernier. Félicitations !

                              • Avic Avic 5 février 2013 22:04

                                Quels que soient les critiques que l’on peut avoir sur cet article, il est avéré que Churchill était viscéralement anti-soviétique, que c’était un manœuvrier d’un cynisme redoutable et qu’il était capable d"imaginer et d’appliquer tout ce qui dit ici. Il est indéniable aussi que la guerre froide a débuté bien avant la guerre 39-45, du fait de cet anti-bolchévisme teinté de racisme. Il est difficile d’admettre que l’on nous a raconté des choses pas tout à fait exactes, mais ainsi va l’Histoire. Plus ça ira, plus nous en saurons de choses, qui divergeront parfois de ce que nous avons appris.

                                http://avicennesy.wordpress.com/2013/02/05/poutine-prix-nobel-de-la-paix-3013/


                                • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 5 février 2013 22:31

                                  Vive Winston !!!!
                                  Fuck la république démocratique socialiste française !
                                  Et pour la libération de Paris ,avé prépondérance des cocos ,storytelling .....


                                  • CN46400 CN46400 5 février 2013 22:50

                                    Sauf que le carburant soviétique de l’époque ( pétrole de Bakou faiblement raffiné pour des moteurs diésel type T34) ne convenait pas aux moteurs américains qui marchaient à l’essence. Par contre des armes antiaériennes avec munitions etaient appréciées, ainsi que les rations alimentaires !


                                    • titi 6 février 2013 00:16

                                      Bah moi j’aime bien les sI...

                                      Alors si les Russes n’avaient pas lachement abandonné leurs alliés en 1917,
                                      l’Allemagne aurait été vaincue disons 1 an plus tot (j’ai aucune preuve mais j’affirme : c’est normal je suis sur AV).
                                      Du coup :
                                      1. La paix aurait été beaucoup plus favorable à la France : on aurait surement annexé la Sarre et la rive gauche du Rhin (j’ai toujours pas plus de preuves, mais je suis toujours sur AV)
                                      2. Puisque le nazisme est né de l’esprit de revanche, qui s’appuyait lui même sur le mythe du « coup de poignard dans le dos », qui lui même partait du constat que l’allemagne avait battu la russie et était privée de sa victoire par le traité de Versailles, alors on aurait évité le nazisme. (même remarque que précédemment).

                                      Conclusion : quels salauds ces russes.


                                      • Magnon 6 février 2013 01:06

                                        @Dwaabala

                                        C’est bien de réécrire l’histoire !
                                        Mais débarquer en 1943, eut été une pâtée assurée pour les alliés !
                                        Répétons le contexte
                                        Juin 1940, défaite de la France
                                        Juillet 40 Mai 41 Bataille d’Angleterre
                                        Aout 40 prise du Somaliland Britanique par les Italiens
                                        Mai 41 occupation de la Grèce
                                        Mai 41 Reconquete alliée de la corne de l’Afrique
                                        Juin 41 Attaque de l’URSS
                                        Juillet 41 campagne de Syrie
                                        Août 41 Invasion de l’Iran et de l’Irak par les Britanniques et par l’URSS
                                        Mars 41 Mai 43 guerre du Désert
                                        Décembre 41 Pearl Harbor
                                        Aout 42 Décembre 1943 Arrêt de l’avancée Japonaise vers l’Australie et la Nouvelle-Zélande.
                                        Novenbre 1942 Prise du Maroc et de l’Algérie !
                                        Juillet Aout 43 Prise de la Sicile etc.

                                        Bref après les défaites de 1940, les alliés mettent 2,5 ans pour se rétablir, d’abord sur les théâtres périphériques, avant de pouvoir attaquer !


                                        • Laulau Laulau 6 février 2013 08:22

                                          Un oubli révélateur dans votre post, vous écrivez « Décembre 41 Pearl Harbor ». Pourtant quelques jours avant les allemands étaient arrêtes devant Moscou. Ce fut la première défaite allemande avec, en janvier, la destruction quasi totale des « panzers » qui avaient vaincu tout le reste de l’Europe.
                                          Oui c’est bien de réécrire l’Histoire quand la propagande masque les éléments essentiels. Vous parlez de la guerre du désert, de Pearl Harbor de la Grèce ..... qui n’étaient que des escarmouches relativement aux engagements sur le front de l’Est, front dont vous ne parlez pas.


                                        • louphi 6 février 2013 11:16

                                          Laulau

                                          Vos remarques sont très exactes. Magnon n’a fait qu’aligner une succession de dates qui n’on pas la même portée quant au déroulement de guerre. Lorsque Magnon parle des alliés qui mettent 2 à 5 ans pour se rétablir après la défaite de 1940, de quels alliés parle t-il ? Dès juin 1940, l’Alliance n’existait presque plus, étant réduite aux USA et à l’Angleterre, tout le reste de l’Europe occidentale étant couchée sus les bottes de Hitler. Et les Etats-Unis à ce moment-là attendaient tranquillement la suite des événements, se contentant de commercer ses armes, refusant l’alliance avec l’URSS par anticommunisme primaire. C’est seulement l’attaque de l’URSS par Hitler, l’opération BARBAROSSA, qui réveillera les USA et l’Angleterre pour les obliger à faire alliance avec l’URSS.

                                          Si les USA et l’Angleterre avait accepté de s’allier avec l’URSS comme le leur proposait l’URSS auparavant, la guerre serait terminée peut-être même avant 1943.


                                        • Mmarvinbear Mmarvinbear 6 février 2013 13:41

                                           Et les Etats-Unis à ce moment-là attendaient tranquillement la suite des événements, se contentant de commercer ses armes, refusant l’alliance avec l’URSS par anticommunisme primaire.


                                          Normal. A ce moment là, l’ URSS était encore l’alliée des nazis !

                                        • Mmarvinbear Mmarvinbear 6 février 2013 01:43

                                          Encore une prétendue analyse pondue par je ne sais quel mariole russe qui ferait mieux de prendre des cours de stratégie au lieu de venir essayer de nous enfumer.


                                          Débarquer en 43 au lieu de 44 était une chose impossible. Il fallait avant tout nettoyer l’ Atlantique Nord des U-boot nazis qui faisaient des ravages. Ce n’est que lorsque les sonars ont été améliorés et que le « trou noir » ( une zone ou les avions alliés ne pouvaient intervenir en raison de leur rayon d’action ) entre le Groenland et Terre-Neuve a été comblé que la Kriegsmarine a pu être vaincue.

                                          Il fallait ensuite acheminer assez de matériel en Angleterre et d’hommes pour Overlord. Ce qui prit encore des mois.

                                          • louphi 6 février 2013 13:15

                                            Mmarvinbear

                                            « Encore une prétendue analyse pondue par je ne sais quel mariole russe qui ferait mieux de prendre des cours de stratégie au lieu de venir essayer de nous enfumer. »

                                            C’est vous qui venez faire de l’enfumage en tant que marionnette lobotomisée par la propagande anti-russe churchillienne.

                                            « Débarquer en 43 au lieu de 44 était une chose impossible ».

                                            Et pour cause ? Quand Hitler préparait la guerre et lançait ses diatribes contre le monde entier à partir de 1933, que faisaient les Etats-Unis, l’Angleterre, la France et leurs alliés ? Eh bien, ils étaient en accointance avec Hitler pour le lancer en premier contre l’URSS. Par anticommunisme viscéral, ces pays de l’Alliance occidentale refusaient de former alliance avec l’URSS contre l’Allemagne Hitlérienne.

                                            Ce refus constant des pays de l’Alliance est même d’ailleurs la raison pour laquelle l’URSS fut finalement obligée de conclure un pacte de NON-AGRESSION avec HITLER en août 1939. Au moment de la signature de ce pacte, Hitler avait déjà envahi l’Autriche 18 mois auparavant, plus exactement le 12 mars 1938.

                                            Au courant de l’année 1940, Hitler et son allié Mussoloni s’emparent presque de toute l’Europe de l’ouest continentale y compris la France. L’Angleterre est aux prises avec Hitler.

                                            Pendant ce temps-là, que font les pays de l’Alliance ou ce qui en restait ? Eh bien, malgré les défaites successives face à Hitler, ces pays refusent toujours de faire alliance avec l’URSS. Pendant ce temps, que font les Etats-Unis d’Amérique ? Eh bien, les Etats-Unis restent dans l’arrière-cour en train de s’enrichir vendant des armes à leurs alliés, plutôt que de s’engager dans la guerre contre Hitler.

                                            Le 22 juin 1941, Hitler envahit l’URSS, Opération BARBAROSSA. L’ampleur de la puissance de l’Allemagne et la perspective de sa totale domination sur l’Europe et sur le monde commencent alors seulement à réveiller les Etats-Unis sur le danger de l’Allemagne. Ainsi, l’invasion de l’URSS par Hitler oblige les Etats-Unis, loi lend-carry, à ouvrir son commerce d’armes à l’URSS qui devient alors un pays allié. Jusque-là, il ne s’agit que de vente d’armes et non d’intervention des Etats-Unis dans la guerre aux côtés de ses alliés.

                                            Il faudra attendre la destruction de sa flotte marine à Pearl Harbor par les japonais le 7 décembre 1941 pour voir les Etats-Unis d’Amérique s’engager dans la guerre.

                                            Voilà comment les Etats-Unis d’Amérique et leurs alliés occidentaux ont contribué à entretenir la guerre, à la faire perdurer. Il est clair que n’eut été les intrigues des alliés avec Hitler ainsi que le mercantilisme et l’attentisme des Etats-Unis d’Amérique, la guerre serait bien terminée avant 1943.

                                            Voilà la réalité que la propagande pondue par les marioles du capitalisme occidental brouille par anticommunisme primaire.


                                          • Mmarvinbear Mmarvinbear 6 février 2013 13:57

                                            Par anticommunisme viscéral, ces pays de l’Alliance occidentale refusaient de former alliance avec l’URSS contre l’Allemagne Hitlérienne.


                                            Faux. Les pays occidentaux ont cherché une alliance avec les russes, mais les négociations n’ont jamais aboutis pour deux raisons :

                                            - les accords de Munich ont montré à Staline qu ’anglais et français n’étaient pas fiables quand à la validité de leurs promesses. Laisser se faire dépecer la Tchécoslovaquie a fait perdre toute crédibilité diplomatique. De plus, les occidentaux ont vite compris qu’une alliance avec l’ URSS se ferait au prix de la Pologne, ce qu’ils refusaient totalement.

                                            - les anglais ont conclu, de leur côtés, une alliance avec la Pologne afin de garantir les frontières du pays, dont l’ URSS revendiquait les territoires perdus après 1918. Cela rendait de fait impossible une alliance entre russes et anglais, et cela avantageait Staline, puisque cela obligeait les anglais à entrer en guerre les premiers contre les allemands en cas d’invasion de la Pologne.


                                            De plus, à ce moment là, les USA étaient eux farouchement isolationnistes. Hors de question pour eux de se mêler des affaires politiques européennes.



                                            Au courant de l’année 1940, Hitler et son allié Mussoloni s’emparent presque de toute l’Europe de l’ouest continentale y compris la France. L’Angleterre est aux prises avec Hitler.


                                            Pour être plus exact, c’est surtout Hitler tout seul. L’armée des Alpes a repoussé les assauts italiens et Mussolini a failli se faire foutre dehors par les Grecs en Albanie...


                                            Pendant ce temps-là, que font les pays de l’Alliance ou ce qui en restait ? Eh bien, malgré les défaites successives face à Hitler, ces pays refusent toujours de faire alliance avec l’URSS.

                                            Normal, le pays était encore allié avec les nazis !


                                            Voilà la réalité que la propagande pondue par les marioles du capitalisme occidental brouille par anticommunisme primaire.

                                            Le mariole, c’est le gugus pravdé de frais qui s’imagine grand défenseur du Marxisme Flamboyant en alignant les âneries dans ton genre.




                                          • louphi 6 février 2013 17:49

                                            Mmarvinbear


                                            Allez au diable avec vos affabulations sataniques !!!

                                          • Mmarvinbear Mmarvinbear 7 février 2013 00:59

                                            Waou.


                                            Ca, c’est un argumentaire !

                                            Au moins, tu auras prouvé à tout le monde que tu n’es qu’un abruti décervelé et imbu de ta petite personne. Ce qui illustre la pertinence de ton argumentaire précédent.

                                            Je n’aurai pas fait mieux !

                                            Encore merci !
                                            ^^

                                          • Laulau Laulau 6 février 2013 12:16

                                            @ ARMINIUS

                                            Votre post est pertinent sur un point : l’orthographe de Chamberlain.

                                            Pour le reste vous éludez ma remarque sur le prêt bail. C’est vrai qu’en 1940 la Grande Bretagne était bien seule. Elle l’aurait été moins si elle n’avait pas refusé toute alliance avec l’URSS en 1939 et saboté les réunions préparatoire à ce traité d’alliance.


                                            • titi 6 février 2013 22:04

                                              Faudrait pas oublier que le pacte Germano Soviétique ne « tombe » pas du ciel.

                                              Bien avant ce pacte, et avant l’arrivée des Nazis au pouvoir, l’Allemagne et l’URSS pratiquaient des relations d’excellent voisinage.
                                              Ainsi pour contourner le traité de Versailles, les troupes allemandes s’entrainaient en URSS.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès