• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Pour la Gauche la fête pourrait être finie dans quelques mois

Pour la Gauche la fête pourrait être finie dans quelques mois

Mai 1968 fut à la fois en France un émerveillement pour de grands enfants (on jette l'autorité à la poubelle, on fait la fête et l'amour sans penser aux parents ni au travail), un raout d'étudiants (on sèche les cours et on immole les profs), une libération sociale et sexuelle (plus rien n'est interdit, drogue comprise) et l'installation dans le paysage français d'une pseudo doctrine politique de gauche appelée socialisme, doctrine faite de naïvetés sociales, d'approximations économiques et d'un formidable déni de la réalité (dénoncé en son temps par une seule personnalité : Raymond Aron).

De mai 68 à mai 2012

Mai 1968 permit à la Gauche d'accéder au pouvoir 13 ans après l'extinction des lampions : en mai 1981 un vieux lettré de Droite qui voulait cherchait depuis 1958 à prendre sa revanche sur De Gaulle trouva dans le socialisme une raison d'espérer et une opportunité de régler ses vieux comptes.

Mai 2012 fut bien évidemment tout au autre chose car le second François socialiste (on doute que François Ier fut socialiste) n'était évidemment pas de niveau pour prendre les rennes d'une ancienne nation percluse d'archaïsmes, effrayée par la mondialisation et nostalgique des 30 glorieuses (quand un PC stalinien pesait 25 % de l'électorat).

Le Président élu en mai 2012 avait presque tous les défauts des hommes d'appareil et absolument aucun leadership (capacité d'entraîner les hommes dans des aventures, bonnes ou mauvaises)

Ce simple apparatchik (un Brejnev à la française) démonétisé jusque dans son parti symbolisa jusqu'à plus soif le Principe de Peter (principe qui veut que dans toute organisation à un moment ou à un autre, un incapable accède à un haut niveau de responsabilité, responsabilité qu'il est bien évidemment incapable d'assumer).

Aux USA dans les années 70 ce fut Jimmy Carter un gentil planteur de cacahuète, aujourd'hui aux USA Donald Trump, un homme d'affaire qui a emporté la présidence comme on emporte un terrain dans l'immobilier.

La Gauche libérale est un phantasme

Pour tenter de contrecarrer la tendance des socialistes à rêver dans leur coin un monde qui n'existe pas (et n'a jamais existé) d'intrépides (et naïves) personnalités comme Macron, Attali, Valls, Coulomb ou DSK tentent depuis des lustres d'acclimater la gauche française à la réalité, celle d'une planète qui se fiche comme d'une guigne du socialisme et autres trouvailles du XIX ème siècle

La Gauche libérale a peine perdue

Tout à son souci d'être responsable et digne du pouvoir (ne pas naufrager le pays par ses naïvetés) la Gauche libérale (ou responsable) oublie de prendre en compte certains faits :

- une planète et 7 milliards de terriens qui a 99% ne veulent pas du communisme car soit il les a soit ruiné, soit enfermés dans des camps soit enfin il a promu un modèle de société où la médiocrité la disputait à la destruction de la famille, des consciences et de la propriété privée (la propriété privée est une liberté fondamentale n'en déplaise aux révolutionnaires d'opérette qui en France se drapent encore de rouge)

- une planète qui se développe désormais avec des outils totalement inédits et où l'Occident perd progressivement tout ce qui lui permettait de dominer le monde depuis la Renaissance (avec Internet n'importe quel individu, organisation ou pays peut se hisser au premier rang en quelques années, laissant sur le côté du chemin toute l'histoire de la vieille Europe et de ses conquêtes passées)

La gauche a perdu en 1989, elle ressemble à une gardienne de musée

La gauche a perdu la partie depuis la chute du mur de Berlin (le mur de la honte) et le seul avenir de la planète est libéral, environnemental et responsable, loin des conflits sociaux du démarrage de la société industrielle dans les mines et ateliers décrits par Zola (et qui ne reviendront jamais en Europe de l'Ouest).

Si la gauche a perdu la partie, 2 choix s'offrent à elle désormais

- accepter d'évoluer et d'abandonner ses rêves d'enfance ou d'adolescence

- casser le jouet qu'elle ne peut plus obtenir avec un nihilisme politique fait de politique du pire, des extrêmes qui prône la fuite en avant : abandon de l'Euro, de l'Europe ou du capitalisme car ils pourraient peut être émerger du champ de ruines.


Moyenne des avis sur cet article :  1.46/5   (48 votes)




Réagissez à l'article

85 réactions à cet article    


  • Ben Schott 29 novembre 2016 12:29

     
    « Mai 1968 fut [...] l’installation dans le paysage français d’une pseudo doctrine politique de gauche appelée socialisme »
     
    Un « média citoyen » doit-il forcément publier des articles écrits avec les pieds par d’incultes notoires ?
     


    • titi 29 novembre 2016 14:52

      @Ben Schott

      Un média citoyen doit publier toutes les opinions.

      Pas que des articles cirages de pompes de Melanchon ou de Poutine.


    • Ben Schott 29 novembre 2016 16:12

      @titi
       
      « Un média citoyen doit publier toutes les opinions »
       
      Écrire que Mai 68 a installé dans le paysage français une « pseudo doctrine politique de gauche appelée socialisme » est une ânerie, pas une opinion.
       


    • Ben Schott 29 novembre 2016 16:14

      @Etbendidon
       
      « décidemment les panards excitent notre ben schott »
       
      Pourtant, pas de fétichisme chez moi !  smiley
       


    • titi 29 novembre 2016 20:57

      @Ben Schott

      De qui tenez vous mandat pour décider ce qui vaut opinion et ce qui ne vaut pas ?

      Vous avez été élu ?
      Vous avez obtenu un titre universitaire particulier ?


    • velosolex velosolex 29 novembre 2016 22:02

      @Ben Schott
      Ce type se réclame du « monde réel », après avoir jeté ses chaussons par la fenêtre, première supercherie..

      .Vision donc d’un cyclope à l’usage des aveugles, ou plutôt de ceux qui veulent bien retirer leurs lunettes, pour regarder ce qui serait une réalité en 3D augmentée, avec Tonton et sa clique vue comme la famille Adams, pour nous expliquer l’histoire, par la lunette des cabinets. 
      Je ne sais pas si ça peut convaincre. Mais en ces temps sédatifs, ou le bon docteur Fillon « la dépression pour les nuls » veut nous imposer la purge de l’abbé jouvence, et fait des convertis, il faut s’attendre à tout.


    • jmdest62 jmdest62 30 novembre 2016 07:06

      @velosolex
      « purge de l’abbé jouvence, »
      je crois que vous confondez avec les « dragées Fuca » smiley (à 6mn 15)
      @+


    • Ben Schott 30 novembre 2016 07:18

      @titi
       
      « De qui tenez vous mandat pour décider ce qui vaut opinion et ce qui ne vaut pas ? »
       
       Vous jouez au con ou c’est naturel chez vous ? Vous avez besoin d’un mandat pour affirmer que deux et deux font quatre ?
       
      Je répète que la phrase en question est une ânerie, pas une opinion, dont on pourrait discuter. Le socialisme n’a pas été installé en France par Mai 68 !
       


    • Le421... Résistant Le421 30 novembre 2016 18:25

      @Ben Schott
      Et encore faudrait-il que le socialisme genre solférino soit de gauche...
      Oui, effectivement, j’ai lu 4 lignes de l’article... Et j’ai tiré la chasse ! 
      Voyons le suivant.


    • titi 30 novembre 2016 21:17

      @Ben Schott

      « Vous jouez au con ou c’est naturel chez vous ? Vous avez besoin d’un mandat pour affirmer que deux et deux font quatre  »

      Un pays ou 57% de la richesse est captée par la puissance publique est plus proche du socialisme que du libéralisme.
      Donc oui, c’est une opinion recevable.

      Enfin.. avec votre autorisation bien sûr, puisqu’en la matière vous êtes le spécialiste.


    • Ben Schott 1er décembre 2016 07:46

      @titi
       
      « Donc oui, c’est une opinion recevable. »
       
      Encore une fois non. Vous portez un jugement de valeur sur ce que vous pensez être le socialisme, et on peut avoir toutes les opinions à ce sujet, mais dire que « Mai 68 a installé dans le paysage français une pseudo doctrine politique de gauche appelée socialisme » est historiquement faux, le socialisme a existé en France bien avant mai 1968.
       
      Voilà voilà.
       


    • izarn izarn 29 novembre 2016 12:48

      Vous devriez consulter un ophtalmo.
      Parceque figurez vous l’état ou se trouve l’occident aprés la glorieuse mondialisation.... ?!?
      Bien entendu la France archaique socialisante est la toute seule, sur son ile socialiste à n’avoir rien compris...Révassant à Mai 68...
      Pendant que les USA vont de sommet en sommet...Et que Trump symbole de la réussite capitaliste globalisée arrive au pouvoir.

      Bon je vous laisse dans vos délires !
      Ciao !

      PS :
      Combien de fric a mis la Federal Reserve pour sauver les USA depuis 2008 ?
      La dette US en temps réel :
      http://www.usdebtclock.org/
      Elle baisse d’après vous ?


      • Trelawney Trelawney 29 novembre 2016 13:00

        @izarn
        La dette US est à moins de 100% de son PIB et la dette française est à plus de 100% de son PIB

        La dette publique française ne baisse pas et n’a jamais baissé depuis 1978.


      • lautrecote 29 novembre 2016 13:46

        @lautrecote
        Et si la dette publique française ne baisse pas depuis 1978, celle des états-unis non plus, depuis la même période :
        https://fr.wikipedia.org/wiki/Dette_publique_des_%C3%89tats-Unis#.C3.89volution


      • baldis30 30 novembre 2016 10:39

        @izarn
        bonjour,

        oui elle baisse .... culotte ... et tellement bas que son pays va se retrouver à poil


      • Laulau Laulau 29 novembre 2016 13:00

        A la télé, dans l’excellente série Kaamelot j’adore les conneries proférées par un certain Perceval le gallois, parce que lui au moins, il est marrant.
        Mais alors la nullité, l’ignorance, la niaiserie de l’article de ce Perceval là, c’est bête à pleurer.


        • pemile pemile 29 novembre 2016 13:03

          @Perceval « libéral, environnemental et responsable »

          Ah, la poésie oxymorique !


          • Enabomber Enabomber 29 novembre 2016 13:09

            @pemile
            La main verte du marché smiley


          • pallas 29 novembre 2016 13:11

            Bonjour,

            Il n’y pas que la Gauche qui est foutu, c’est surtout la nation entière et cela est irréversible.

            L’état actuel de nos centrales nucléaires qui sont dangereuses et absolument pas possible les maintenir.

            La totalité de nos fleuves, rivières, étang, lac, polluer.

            Le littoral marin qui est tout aussi polluer, ainsi que nos sols.

            Pour le coté éducatif, La France est devenu l’avant dernier sur l’échec scolaire dans la CEE, avec la violence à toute azimut qui va de pair dans les établissements, digne des ghettos américains (voir film « Le Proviseur »).

            En matière il y a tout plein de bidonvilles, maintenant faisant du territoire une zone d’une extrême pauvreté.

            Le coté économique.

            La faillite de totalité des entreprises françaises, actuellement EDF et Airbus, hier c’était Areva et Alstom.

            La médecine, trouver un simple médecin c’est la croix et la baniere, les hôpitaux deviennent plus des hospices que des lieux de guérison, quand tu est malade tu est seul, absolument, priant que cela ne soit pas grave.

            Ces choses là étaient de tout manière inéluctable et parfaitement visible à cette fameuse révolution Mai 68, mais l’aveuglement de l’appât du gain immédiat sans prendre en considération quoi que ce soit, fait que le prix est cher..

            Pour finir, La France est détesté par l’ensemble des nations africaines, américaines, et franchement rejeté par les autres.

            Salut


            • vachefolle vachefolle 29 novembre 2016 17:58

              @pallas
               Est-ce qu’au moins nos pompes funèbres fonctionnent, parce qu’il va falloir, avec tout votre optimiste démesuré.....


            • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 30 novembre 2016 00:02

              @pallas
              Photo parfaite, tous les détails y sont.
              On ne se décourage pas. On se mobilise et on répare !
              Cordialement,
              Renaud Bouchard


            • Trelawney Trelawney 29 novembre 2016 13:15

              Monsieur Perceval, vous oublie un principe fondamental propre à tous les humains de la planète.A partir du moment où une idée s’imprime dans la tête d’un humain. Et à partir du moment où le temps qu’elle a mis pour s’imprimer est long, elle ne peut plus en sortir. C’est valable pour Dieu, Jésus Marie, Alla , Moise et toutes ces conneries. C’est valable aussi pour Marx, Lennine, Mao, Keynes, Smith, et toutes ces conneries. 

              Et pendant ce temps, l’humain évolue sans même s’en rendre compte. mais il évolue avec des principes fondamentaux hors d’âge

              Le socialisme est un épiphénomène qui va disparaîre comme a disparu le PASOK en Gréce

              • lsga lsga 29 novembre 2016 13:18

                @Trelawney
                le socialisme n’est pas une idée. Il est le système économique qui suit le Capitalisme. Si tu veux le voir en action, regarde le fonctionnement du logiciel libre. 


              • lsga lsga 29 novembre 2016 13:25

                Pour être plus clair : Marx, Mao, & co ont tenté de comprendre ce que pourrait-être le socialisme, et comment faire la transition vers le socialisme. Mais le socialisme ce n’est pas la somme de leurs théories, le socialisme, c’est cet objet futur que ces théories tentent d’appréhender. 


                Donc soit vous pensez que le Capitalisme est éternel, et que dans 1000 ans nous auront toujours un petit nombre de personnes qui décideront pour tous les autres la manière dont on organise l’appareil de production, soit vous savez qu’il existe un système économique qui lui succédera. 
                 
                Ce que sera exactement ce système économique est difficile à dire, mais il porte un nom : socialisme. Le Socialisme, c’est simplement le fait qu’à un moment donné, il n’y a plus qu’une petite minorité de personnes qui décident pour tous les autres ce que l’on produit. 

                ça va ? C’est plus clair ? 

              • Trelawney Trelawney 29 novembre 2016 13:49

                @lsga
                Le seul système économique que l’humain connait et utilise, c’est « l’échange ». Car l’homme est un animal grégaire qui a besoin des autres pour vivre. Il ne sait pas se fabriquer une paire de chaussure et, avec le cordonnier, il en échange une paire contre du poisson qu’il vient de pécher. C’est immuable, universel et tant que l’humain sera sur terre ça ne changera pas.

                Certain on cru bon modifier ce mode de fonctionnement avec des concepts comme le collectivisme, le libéralisme et même le pillage. Mais dans une société apaisé on en revient toujours au principe de l’échange.
                L’homme a évolué lorsqu’il a cessé d’être chasseur cueilleur. Il a adopté le principe de la propriété privé. (mes chaussures m’appartiennent car je les ait échangé contre du poisson)
                Une minorité qui s’accapare la totalité des richesses, c’est du pillage
                Une collectivité qui oblige à tout partager est contraire au principe de la propriété privé
                Ce qui fait fonctionner l’humain et l’aide à vivre, c’est propriété privée et échange





              • lsga lsga 29 novembre 2016 14:05

                @Trelawney
                100% d’accord. Je pense aussi que l’échange ne disparaîtra pas, et le commerce non plus d’ailleurs (à mon avis, le commerce ne sera plus au centre de l’économie, mais les gens auront toujours du plaisir à commercer : c’est la gamification). Tu vois, on débat de ce que sera la socialisme. 

                Ce qui disparaîtra, c’est le fait qu’une petite minorité possède l’appareil de production et prennent toutes les décision concernant celui-ci. Le jour où ce ne sera plus le cas, on sera dans la société socialiste. 

                Penses-tu que cet état dans lequel un petit nombre de personnes prennent toutes les décisions concernant la production ne finira jamais ? 

              • Sparker Sparker 29 novembre 2016 14:06

                @Trelawney
                Mais dans chaque être humain vivent les deux dimensions, elle ne sont pas fondamentalement opposées, privé/publique dans le principe. C’est juste que des privés ayant subodoré l’extraordinaire puissance du publique se l’ont approprié au détriment de tous.
                Il faut rendre au public ce qui appartient au public et au privé ce qui lui appartient.
                La propriété privée ne peut être qu’une propriété d’usage pour que ça soit constructif à long terme, maintenant qu’il y a du monde partout, seulement transmissible par perpétuation de l’usage.
                Posséder en propre et de plus transmissible est has-been à l’orée des 10.000.000.000 d’habitants.
                Coopération et mutualisation sont les deux mamelles de l’avenir...


              • lsga lsga 29 novembre 2016 14:23

                @Gatinais33 Oui j’ai vu ça.... les joies des exceptions à la double negation...


              • titi 29 novembre 2016 14:55

                @lsga
                « Si tu veux le voir en action, regarde le fonctionnement du logiciel libre.  »

                Un truc coupé de la réalité, doublé d’une escroquerie intellectuelle.

                En effet.


              • titi 29 novembre 2016 14:56

                escroquerie intellectuelle et économique


              • alinea alinea 29 novembre 2016 17:59

                @lsga
                «  il n’y a plus qu’une petite minorité de personnes qui décident pour tous les autres ce que l’on produit. »
                très ambigu, je propose : ce ne sera pas qu’une petite minorité...
                parce que maintenant, il n’y a qu’une infime minorité qui décide pour tout le monde !


              • Pyrathome Pyrathome 29 novembre 2016 22:28

                @Trelawney
                Une minorité qui s’accapare la totalité des richesses, c’est du pillage
                .
                c’est le système actuel depuis plus d’un siècle.....

                Mais dans moins de 15 ans, le capitalisme n’existera plus....


              • Trelawney Trelawney 30 novembre 2016 09:12

                @Michel Maugis
                Ne le prenez pas mal, mais vous vous trompez en opposant des « classes » ou catégories par rapport à d’autres.Prenez l’exemple de mon cordonnier. tant qu’il est artisan et qu’il travaille correctement il aura des clients qu’il lui échangeront des produits ou services contre des chaussures et ce système ne sera pas problématique pour la vie en société. Le jour où il décide de s’agrandir de créer un usine qui rend ses produits compétitifs, il va acquérir un pouvoir qui engendrera forcément un déséquilibre pour la société. C’est ce que la capitalisme nomme « abus de position dominante ». Le problème vient donc bien des gens qui s’accaparent une grande partie des richesses et ne les redistribuent pas dans le système. Dans les temps anciens, le seigneur du coin réglait le problème en tuant ou emprisonnant la personne et en récupérant sa fortune. Aujourd’hui c’est à l’état de régler ce problème et aucun état ne le fait. Si le capitalisme disparaît (ce qui est à mon avis fort probable), ce n’est pas le communisme qui le remplacera mais la barbarie.

                Le communisme existe toujours depuis l’origine dans les diverses autres mode de production C’est ce que l’on appelle les castes, les kolkhozes, les kibboutzs ou même les communautés. Ca ne fonctionne pas pour un état ou un empire

              • Christian Labrune Christian Labrune 30 novembre 2016 11:23

                Cette propriété qui était collective , et ne pouvait être qu’ainsi, au début de l’humanité est devenue aliénante en passant dans des mains privées.
                -----------------------------------------------------------

                @Michel Maugis
                Si vous tenez à dresser un historique des concepts, il vaudrait mieux utiliser les termes consacrés par l’usage. Dans les sociétés primitives que vous évoquez (« communisme primitif ») on ne peut absolument pas parler de « propriété collective » puisque la notion de propriété n’existe même pas. Dans le Second discours, Jean-Jacques Rousseau parle de « possession » et il a raison.

                J’ai planté des choux sur ce bout de terre qui ne m’appartient pas il est bien normal que j’empêche quiconque de piétiner la parcelle jusqu’à la prochaine récolte. Mais une possession qui se prolonge d’année en année finira par devenir propriété, c’est-à-dire que pour être plus tranquille, je planterai des piquets formant clôture, et quiconque franchira cette frontière aura affaire à moi. D’où les vociférations du début de la seconde partie du discours : « Le premier qui, ayant enclos un terrain, s’’avisa de dire : Ceci est à moi, et trouva des gens assez simples pour le croire, fut le vrai fondateur de la société civile... ». Et d’approuver immédiatement le geste révolutionnaire de qui se fût fait un devoir de détruire une pareille clôture.

                La distinction entre possession est au fond très simple : dans l’autobus, je peux dire c’est MA place -le temps d’un trajet - mais je ne peux pas démonter le siège et l’emporter, ou le lacérer à coups de cutter puisque je n’en suis jamais le propriétaire. C’est une simple possession transitoire. Dans mon salon, en revanche, je peux éventrer mon canapé, et même brûler à la lampe à souder telle peinture de Renoir(*) que j’aurai achetée à Drouot ou Sotheby"s. On ne pourra jamais me traîner pour ça devant les tribunaux.

                (*) Si j’en avais les moyens, je le ferais assurément : j’ai horreur de la mauvaise peinture  !


              • Christian Labrune Christian Labrune 30 novembre 2016 11:26

                ERRATUM
                3e paragraphe : il manque deux mots.
                La distinction entre possession ET PROPRIETE est au fond...
                Excuses


              • Christian Labrune Christian Labrune 30 novembre 2016 11:41

                . Si le capitalisme disparaît (ce qui est à mon avis fort probable)

                @Trelawney

                Si la société devait rester ce qu’elle est actuellement, le capitalisme qui apparut au XIIIe siècle dans les riches cités italiennes et quelques villes hanséatiques pourrait très bien survivre éternellement malgré les crises qu’il finit toujours par surmonter.
                Cela dit, ce qui va disparaître, c’est le travail salarié ; partant, les discours tout à fait pertinents de Marx sur l’extraction de la plus-value n’auront plus guère de sens. Au milieu de ce siècle, plus de la moitié des emplois auront disparu, et on ne pourra même plus parler de chômage puisqu’il sera devenu la norme. Il faudra bien instituer le salaire universel à vie, du moins dans les sociétés développées.
                Dans les cinq années qui viennent, les systèmes de production entièrement automatisés vont connaître une évolution fulgurante. L’idéologie du travail humain positif et libérateur (absolument contraire aux conceptions propres à la Cité antique comme aux classes privilégiées de l’ancien régime) aura duré un peu plus de deux siècles, ce qui, sur la longue durée historique, est absolument négligeable.


              • Spartacus Lequidam Spartacus 30 novembre 2016 14:08

                @lsga
                une petite minorité possède l’appareil de production....

                Pas besoin de « posséder l’appareil de production » pour produire
                C’est déjà le cas.
                Bien au contraire, le posséder entraîne des coûts, des charges des immobilisations.

                Un appareil de production se loue. 
                L’entreprise de commercialisation n’a pas besoin de posséder un appareil de production. L’entreprise de service n’a pas besoin de posséder ce qu’elle utilise pour produire.
                Une marque n’a pas besoin de disposer d’un appareil de production...Sa simple notoriété suffit.
                Avec 30 à 40% des nouvelles productions immatérielles. Un simple ordinateur suffit.
                Une simple l’imprimante 3D suffit pour tout produire...

              • samuel 30 novembre 2016 14:40

                @Spartacus


                La parfaite négation des rapports sociaux de production.

                In fine, il y a toujours la classe des possédants (de machines, d’homme, de capital intellectuel ou monétaire) qui font produire aux autres ce qu’ils seraient incapables de produire seuls et la classe des exploités qui dans le pire des cas se soumettent à cet ordre social pour manger et dans le meilleur se prennent en charge et quittent le système.

                En général ils fuient en ardèche, dans le causses ou encore ailleurs...

                Vous êtes un cuistre à la pensée économique extrêmement rétrograde. Et lorsque le travail des enfants sera de retour vous n’y trouverez rien à redire...
                 Et comme c’est la main invisible du marché qui commande, pas d’affreux bourreaux à dénoncer. 

                Vous vous cacherez derrière le petit doigt invisible de la main invisible en disant : « mais c’est le marché qui veut ça ! »

              • hervepasgrave hervepasgrave 1er décembre 2016 10:56

                @Christian Labrune
                Bonjour,
                vos propos approche la réalité ,du moins en parlant du principe de propriété.Chose qui est le nœud coulant que la révolution Française n’as pas réussit a détacher autour de notre cou !
                Déjà deux siècles que ce nœud se resserre et nous étrangle . C’est bien là pourtant que l’avenir de l’humanité se joue.Je crains qu’il faille de sacrés cataclysmes apocalyptiques ,pour un jour corriger cette erreur fondamentale. Car c’est devenu tellement ancré dans nos manières de pensées, de se défendre, que je vois pas comment cela pourra changer un jour.Même moi ,la dessus si je trouve cela logique et fondamentale, cela me fait quelques peu flipper.
                Slt


              • ZenZoe ZenZoe 29 novembre 2016 14:35

                En tout cas, le socialisme n’a pas permis de sauver la France jusqu’à maintenant, la faute peut-être aux 2 présidents qui l’ont incarné ?
                1) Mitterrand, dont le rêve secret était d’arriver à la cheville de De Gaulle,
                2) Hollande, dont le rêve secret était d’arriver à la cheville de Mitterrand.
                ...
                S’il vous plait, faites qu’il n’y ait pas de 3ème président socialiste !


                • Christian Labrune Christian Labrune 29 novembre 2016 18:25

                  @ZenZoe
                  Quand vous dites « Mitterand », vous voulez parler du linguiste Henri Mitterrand ou bien de l’homme à la francisque ? Par égard pour Henri Mitterrand qui est un honorable savant, je préfère personnellement utiliser toujours, pour l’autre, la périphrase. Au reste, elle est sans ambiguïté et tout le monde comprend immédiatement.


                • velosolex velosolex 29 novembre 2016 22:29

                  @ZenZoe

                  Fillon en tout cas vient de rallier Giscard et les volcans d’Auvergne éteints à sa cause.....Il lui a promis de nommer le musée d’Orsay à son nom. (sans blague)

                  Le Musée d’Orsay rebaptisé Musée Giscard d’Estaing ? - Exponaute..Normal, Giscard, un musée à son nom, autre que le musée Grevin, c’était son rêve secret de Toutankhamon , surtout depuis que Chirac a crée le musée des arts premiers....( Jalousie rance !)
                  J’ai bien peur donc que la connerie ne soit pas que socialiste !.
                  Et c’est un euphémisme, une évidence ! La connerie est en fait le premier mouvement international !...
                  Les cons seraient puissants s’ils s’unissaient..... Mais impossible : Pour s’entendre, il leur faudrait à chacun un musée, et pourquoi pas une Joconde gironde dans le pageot tant qu’à faire !.... 
                  Léonard de Vinci ne pourrait pas fournir..... 
                  C’est donc mathématiquement impossible à les satisfaire tous...Même un clampin du front comprend de telles évidences..... Le parti des cons, c’est le parti des frustrés par définition...Un con au sommet qui s’appelle le père Ubu, sa bonne femme, et dessous tous ceux qui veulent prendre sa place, et qui fayotent en attendant de lui planter un couteau dans le dos....
                  On peut exiger un camembert d’appellation contrôlée, de marque Président par exemple, mais pour les présidents de la république, la norme de qualité n’existe pas...En conséquence méfiez vous des imitations !
                  ....En France j’ai bien peur que ça fait un moment qu’on s’enfonce, un peu comme pour le classement Pisa des élèves qui va de mal en pis. ..Nous v’là bons derniers, au fond de l’encrier...Par contre au niveau des joueurs de foot, on exporte à fond....
                  Moralité : Mis à part le ballon, y a quelque chose qui ne tourne pas rond dans le pays....Peut être la sécu tout de même..
                  .Ah, mais voilà que Fillon arrive, et va nous envoyer en enfer, à coups ce grippes mal soignées, attrapées dans tous ces courants d’air !

                • Osis Osis 30 novembre 2016 07:59

                  @ZenZoe

                  Il n’y a plus de nécessité d’avoir un parti socialiste en France.
                  La fonction essentielle du PS étant de contrer et détruire le parti communiste ou tout élan contestataire réellement et dangereusement anticapitaliste.

                  Le but étant atteint dans toute l’Europe le Ps peut rentrer en veille en attendant une autre alerte...
                   
                   


                • Christian Labrune Christian Labrune 30 novembre 2016 15:20

                  @Michel Maugis
                  C’est le nom qui est écrit sur ma carte d’identité.
                  Et la photo du boucher à côté du nom Michel Maugis, c’est celle de votre maître à penser ?


                • Christian Labrune Christian Labrune 29 novembre 2016 15:31

                  à l’auteur

                  LU et APPROUVE !!!

                  Une seule réserve. Vous écrivez :
                  « La gauche a perdu en 1989, elle ressemble à une gardienne de musée »

                  Permettez-moi d’ajouter : une gardienne de musée qui aurait fait un stage du côté de Nimrod ou de Palmyre, sous la direction des gentils organisateurs de l’Etat coranique !
                  Après tant d’années de décervelage socialiste, il ne reste plus grand chose du patrimoine intellectuel français ravagé par le captagon de la Bêtise géante. Pour s’en convaincre, il suffit de voir ce qu’auront été les réactions ici même, après la crevaison d’un boucher cubain.


                  • velosolex velosolex 29 novembre 2016 22:33

                    @Christian Labrune
                    Je vois que vous êtes mûr pour nous ouvrir une musée de l’art dégénéré, comme à la glorieuse époque du grand reich, où vous seriez l’inspirateur et le gardien.....

                    Décidément les temps sont de plus en plus bruns.

                  • Christian Labrune Christian Labrune 29 novembre 2016 23:47

                    @velosolex

                    Quand on en arrive à considérer que vitupérer l’Etat coranique et immédiatement après, dans un autre paragraphe, la dictature cubaine, lesquels sont des totalitarismes du même tonneau que tous les fascismes, c’est soi-même être un fasciste, il faut vraiment qu’il y ait quelque chose qui ne tourne pas bien rond.
                    Il aurait donc perdu une roue, le vélosolex ? Peut-être bien les deux, voire en même temps le guidon et les pédales !!!
                    Un pareil naufrage est toujours bien triste. J’ai fait des centaines de photos de vélos ou de motos abandonnés au bord des trottoirs dans des postures surprenantes et tragiques, enchaînés souvent à une grille ou à un réverbère, comme les martyrs du christianisme dans la peinture du XVe siècle, amputés bien souvent de leurs organes les plus essentiels. Cela m’émeut toujours, rien que d’y songer.
                    Il faudra penser un jour à créer une SPDDR (Société Protectrice Des Deux-Roues).


                  • velosolex velosolex 30 novembre 2016 00:47

                    @Christian Labrune

                    Que des abrutis s’en prennent à des vélos sans défenses est bien révélateur de la perte de toutes valeurs. Pour ma part j’ai grande affection pour ces engins . Depuis que je ne suis plus dans le métier du soin, j’ai reporté tout mon zèle sur les gueules cassées à roulements à billes. Pas plus tard qu’hier, j’ai fini de remettre en état un vieux Mercier rouillé, souillé, trouvé pour quelques sous dans une brocante.
                     L’ajout d’une selle « brooks » anglaise, tout en cuir, a été le parachèvement de l’oeuvre, une fois repeint !
                    Le vélo est un objet définitif, fait d’acier, d’engrenages et de mouvement, tenant debout grâce à un équilibre fragile, en osmose avec son cavalier, qu’on appelle « rider »en anglais, indistinctement, quelle que soit la monture, montrant par là que la même idée est à l’oeuvre. 
                    Il est bien dommage que l’on organise pas le monde à partir de quelque objets définitifs, où le presse purée à manivelle aurait aussi sa place, ainsi que le moulin à eau, la cage à écureuil. 
                    Rien à voir avec le perchoir de l’assemblée nationale. Je rêve d’un monde utopique où les égos seraient gommés, ainsi que la gomme des pneus de bagnoles de course chers à Fillon. 
                    Qu’un type qui veut diriger le pays soit timbré de bagnole de ce type n’est pas un bon pronostic, au vue des caps qui se profilent, et du vent force 6
                    Mon royaume pour un vélo !


                  • Christian Labrune Christian Labrune 30 novembre 2016 10:35

                    @velosolex
                    Nous sommes nombreux, assurément, à nous sentir terrassés par l’émotion devant le spectacle de ces vieux vélos abandonnés, infirmes, supportant stoïquement une agonie qui peut quelquefois durer fort longtemps, et sans jamais se plaindre. Un tel abandon, une telle déréliction, sont un spectacle insoutenable. J’ai vu durant des mois, près de l’hôpital Saint-Louis tel vieux vélo cassé par les rhumatismes rendre l’âme. Des dizaines d’ambulances passaient là chaque jour, forcément. Eh bien, le croira-t-on ? leurs conducteurs faisaient semblant de ne rien voir. J’ai vu tout cela, hélas, clairement et distinctement, et je puis en porter témoignage.
                    Je tiens à rendre hommage ce matin à tant de vélos tombés depuis le début de ce siècle dans le canal Saint-Martin et qu’on vit réapparaître l’an passé éclopés, couverts de rouille et de boue, émergeant de la vase au fond du canal qu’on venait d’assécher, ce qui ne se fait jamais qu’une fois tous les quinze ou vingt ans. On n’imagine guère, quand on n’a pas de coeur, ce que peut être la vie quotidienne de ces pauvres êtres oubliés tant d’années dans la profondeur des eaux où la respiration aérienne est impossible, où il faut tout apprendre, à demi-mots, du discours silencieux et prudent des carpes et des silures.

                    Au fait, vous ne m’avez pas du tout expliqué en quoi mes propos féroces concernant l’Etat coranique et la dictature cubaine faisaient de moi un « fasciste ». Si je tenais maintenant un discours sévère - et il serait nécessairement plus que sévère ! - sur un certain Erdogan, le Mussolini des Turcs, serais-je un fasciste ? Si je fustige l’islamo-nazisme iranien, comme je viens de le faire encore à propos du dernier article de Jeussey de Sourcesûre, suis-je un fasciste ? SI je citais encore une fois (et ça ne serait pas la première !) le septième article de la charte du Hamas, serais-je un fasciste ?

                    Les mots ont-ils le même sens pour tout le monde, ou faut-il allègrement s’affranchir désormais des définitions que les dictionnaires en donnent, et puis-je sans inconvénient appeler TGV ou « train à grande vitesse » un vélosolex, et inversement ?

                    Peut-être aurez-vous longuement médité la leçon inaugurale au Collège de France de Roland Barthes, où fut prononcée telle formule paradoxale restée dans la mémoire de tous les auditeurs, et que vous allez nécessairement me citer. Eh bien, citez-là, je l’attends de pied ferme, très solidement arc-bouté au guidon de la dialectique.


                  • velosolex velosolex 30 novembre 2016 17:03

                    @Christian Labrune

                    Au moins je l’admet vous écrivez bien. ce qui vous apporte une seconde qualité, la première étant cette empathie aux gueules cassées pourvues de deux roues. Tout est question de point de vue, et celui ci varie, selon que l’on né dans un quartier délaissé de la Havane dans les années 40, sous la férule de Batista, ou comme wasp aux states.Dans cet univers hostile et corrompu, où les gamins n’avaient le choix que se prostituer ou se faire exploiter dans les champs de canne à sucre, la révolution cubaine se fit dans un univers hostile, improbable, car circonscrit dans le périmètre des états unis, ce qui fit que dés le début, les choses se caricaturèrent, définit par les notions impérialistes des intérêts yankees. 
                    C’est ainsi que Castro qui ne connaissait rien au communisme le devint par nécessite. Toute révolution fait des exilés, retourne les cartes, et il est sûr qu’on n’a pas la même opinion, selon qu’on soit issue de la bourgeoisie, ou des favelas. Quoique Castro était d’origine bourgeoise, comme la plupart des révolutionnaires français en 89...Mais il est sûr que l’histoire de Cuba, quoi qu’on en pense, les a dépassé eux mêmes, est devenue un mythe, et même a revigoré les genre cher à Rolland Barthes, avec son che au béret étoilé, portant l’éternelle jeunesse des militants en arme.
                    En tout cas, l’histoire de cette ile baigne tant au départ dans la corruption, et part de si bas au niveau économique et social, qu’il était difficile de faire pire au niveau de l’histoire. Que Cuba ait formé assez de médecins et de professeurs pour apporter une aide gratuite à ses habitants, et fournit des aides au tiers monde en niveau substantiel, a ajouté forcément à sa légende, quel que soit le bilan économique, le miroir déformant de notre époque....Qu’elle soit le pays qui a provoqué la chute d’un régime aussi corrompu et archaïque que celui des afrikaners a encore ajouté à sa légende. Ne parlons pas de celle du petit village gaulois qui résiste face à César.. 
                    Le mot fasciste ne veut pas dire grand chose, surtout quand il est développé hors de son contexte, car étymologiquement il fait le culte de la force brutale, de celui qui agit, qui se moque du discours et des lois de la démocratie.....On en a perdu un peu l’usage, à part sur ce site. Il me semble que dans les années 70 on s’envoyait sans cesse du « faciste » et du réactionnaire" à la gueule. Je pense qu’il faut assumer sa réaction, qui est une simplement une opposition choisie et critique, quand les idées du monde moderne ne vous conviennent pas. Moderne, un mot lancé à l’usage des nigauds.

                  • alinea alinea 29 novembre 2016 18:03

                    La propriété c’est le vol
                    la terre à ceux qui la travaillent
                    démocratie dans l’entreprise, donc, coopératives.
                    alors on pourra parler de socialisme.


                    • Christian Labrune Christian Labrune 29 novembre 2016 18:20
                      La propriété c’est le vol
                      la terre à ceux qui la travaillent

                      démocratie dans l’entreprise, donc, coopératives.

                      alors on pourra parler de socialisme.

                      @alinea

                      Tous ensemble ! Tous ensemble ! Ouais !
                      Quand je pense que la Russie a déjà fait et très bien réussi sa révolution dès 1917...
                      Et nous qui n’en sommes pas même arrivés encore à la très sage et si salutaire répression de 1921 à Cronstadt. Quel retard !
                      Où est notre Loubianka ? Où sont nos goulags ? Questions sans réponses, atroces à l’image d’une situation politique et sociale sans issue.
                      C’est vraiment à désespérer de l’avenir et de l’humanité.


                    • alinea alinea 29 novembre 2016 22:39

                      @Christian Labrune
                      Je dis juste que le socialisme, c’est ça !


                    • velosolex velosolex 29 novembre 2016 22:43

                      @alinea
                      Parfois j’ai envie de prendre ce genre de formule au pied la lettre et de m’enfoncer dans la forêt. Car mis à part faire du vélo, et lu jusqu’à plus soif, des après midi entières accroché dans les arbres, qu’est je fais de mes rêves de jeunesse ?

                      Robin des bois me semble une option intéressante. Après, il faut construire son arc, ses flèches, et surtout trouver la bonne forêt. Non, pas la Corrèze....
                      A Notre Dame de la lande par exemple. Pendant qu’il est encore temps. Avant que Fillon ne veule accueillir son pote Vladimir qui arrivera en Tupolev, version hydravion...
                      .Ben oui, Notre dame des landes, avant ça s’appelait Notre dame des marais....Les ingénieurs de Vinci, qui voient les choses de haut, n’avaient pas étudié le terrain ; 
                      Il parait que les piste s’enfonceraient sous le poids du béton....Devra t’on faire un sarcophage la bas, comme à Tchernobyl. Peut être pourrait on enterrer Giscard comme un pharaon. Ca donnerait une utilité au cite. 


                    • Et hop ! Et hop ! 29 novembre 2016 23:02

                      @alinea : La propriété c’est le vol
                      la terre à ceux qui la travaillent
                      démocratie dans l’entreprise, donc, coopératives.
                      alors on pourra parler de socialisme. 


                      En France, 
                      les paysans sont propriétaires de leurs terres,
                      les centrales d’achat de la grande distribution sont des coopératives,
                      elles volent aux paysans les récoltes dont ils sont propriétaires.

                      Donc nous sommes déjà un pays socialiste.


                    • alinea alinea 30 novembre 2016 11:31

                      @Et hop !
                      À ma connaissance, il n’y a que Super U qui porte encore le nom de coopérative ! mais elle fonctionne exactement comme une entreprise libérale, aussi faut-il dorénavant, et pour tout, se méfier des mots !
                      Quant aux paysans propriétaires, comme c’est bizarre, ils sont de moins en moins nombreux ! et ils ne sont pas « propriétaires » de leur travail, de la façon de faire leurs gains ! En réalité, ce sont les banques les vrais propriétaires. ou l’industrie agroalimentaire ou chimique, et oui, la grande distribution. Ils ne sont considérés comme propriétaires que pour payer leurs impôts.


                    • alinea alinea 30 novembre 2016 18:07

                      @oncle archibald
                      Ces coopératives-là, il y en a encore ici, et les viticulteurs sont encore propriétaires de leurs terres et libres de faire le vin qu’ils veulent. Mais sur l’ensemble du territoire, cela fait peu, car dans les régions de grand cru, on sait bien à qui appartiennent les « châteaux » !!
                      J’ai toujours tendance à exagérer le trait mais c’est parce que ce qui est vrai, de plus en plus, aujourd’hui, n’était pas vrai du tout il y a ne serait-ce que trente ans !
                      Il est grand temps de réorganiser le foncier, et de diminuer les taxes sur l’achat des terres ; les taxes sur les terres agricoles sont peut-être dix fois plus chères que sur le terrain à bâtir !


                    • pallas 29 novembre 2016 18:37
                      Perceval,

                      La France est la dernière dans le classement scolaire sur La Mathématique et de très loin, au sein de l’Union Européenne, ce qui veut dire qu’en terme Mondial, La France est dans les derniers.

                      Cela va avoir un impact immédiat sur le recrutement de futur employé dans l’international, ainsi qu’un rabaissement de la réputation du pays dans le concert des nations ou plutot une confirmation de l’animosité auquel nous sommes l’objet.

                      Les chiffres sont catastrophiques et cela rajoute encore la honte.

                      La nous sommes considéré comme un peuple de dégénéré qui ne sait n’y lire, n’y écrire et n’y compté, de manière Officiel.

                      La boucle est bouclée.

                      Salut


                      • pemile pemile 29 novembre 2016 18:53

                        @pallas « La France est la dernière dans le classement scolaire sur La Mathématique »

                        Comme j’ai la note d’information de la DEPP sur l’étude internationale TIMSS2015 dans un autre onglet je le mets en lien :

                        http://cache.media.education.gouv.fr/file/2016/81/9/depp-ni-2016-33-TIMSS-2015-mathematiques-sciences-evaluation-internationale-eleves-CM1_672819.pdf


                      • pemile pemile 29 novembre 2016 18:58

                        PS : pas mal d’autres études et de statistiques de la DEPP

                        http://www.education.gouv.fr/pid25496/etudes-et-statistiques-de-la-depp.html


                      • chantecler chantecler 30 novembre 2016 07:52

                        @pemile
                        Normal !
                        Les mathématiques servent à truquer les chiffes comme ceux du chômage et faire croire qu’ils sont justes à la populace .
                        Donc un mathématicien , ou un logicien est quelqu’un de potentiellement dangereux, subversif .
                        Une personne qui cherche à comprendre , à vérifier .
                        Et puis l’école ça ouvre à quoi aujourd’hui pour une majorité ?
                        S’il y avait de l’espoir, des créneaux , des perspective d’emploi , pour gagner sa vie beaucoup réinvestiraient l’école en se disant :« plus j’apprends , meilleure est ma chance d’ y arriver »...
                        Mais aujourd’hui : arriver , ça concerne quel pourcentage ?
                        L’avenir c’est l’esbroufe : suffit d’observer par exemple ceux qui travaillent dans les médias , le soi disant contre pouvoir : à 90 % nuls, baratineurs , provocateurs , endoctrinés, ignorants, dépassés , chroniqueurs indéboulonnables mais appartenant à une caste d’intouchables , cooptés , servant de relai et de faire valoir aux politiques , eux même d’une grande médiocrité .
                        Et cette incompétence on la retrouve à tous les niveaux de décision, d’encadrement qui sert « le système »et donc les CSP+
                        C’est que la politique pour encore une majorité c’est un métier et très lucratif .


                      • julius 1ER 29 novembre 2016 18:41

                        et dire que ce Perceval a été Prof ????

                        pauvres élèves comme ils ont dû se faire « chier » avec un con pareil !!!!!!!!!

                        • Christian Labrune Christian Labrune 29 novembre 2016 19:41

                          pauvres élèves comme ils ont dû se faire « chier »

                          @julius 1ER
                          En tout cas, lorsque je lis une intervention de moins de dix lignes, sans argumentation et assortie de termes injurieux, je n’ai absolument aucun doute sur la qualité très particulière de qui a pu l’expédier.
                          Vous ne vous rendez même pas compte, semble-t-il, que l’indigence et la grossièreté d’un tel procédé annule radicalement tout prétention que vous pourriez avoir à exprimer quoi que ce soit Non seulement vous ne dites rien mais, qui pis est, vous vous crachez dessus et vous nous rendez témoins de cette scène masochiste et dégoûtante.
                          Ca me donne la nausée.
                           


                        • Ben Schott 30 novembre 2016 10:45

                          @Christian Labrune
                           
                          « En tout cas, lorsque je lis une intervention de moins de dix lignes, sans argumentation et assortie de termes injurieux, je n’ai absolument aucun doute sur la qualité très particulière de qui a pu l’expédier. »
                           
                          Et quand ça fait moins d’une ligne, il en pense quoi, le Labrune ?

                          « abruti toi-même, pauvre connard. »... c’est pas de Labrune ?
                           


                        • Christian Labrune Christian Labrune 30 novembre 2016 15:33

                          « abruti toi-même, pauvre connard. »... c’est pas de Labrune ?

                          @Ben Schott

                          Merci de me permettre de compléter utilement mon propos, et pouvoir faire d’une pierre deux coups. Quand on cite, il faut citer intégralement, une honnêteté minimale l’impose. Ce message d’une particulière grossièreté, en réponse à un intervenant qui s’impatientait en des termes vulgaires de me voir si souvent recourir à l’antiphrase, se trouvait explicité et commenté par un autre envoyé peu après et que vous m’obligez à recopier.
                          C’est facile à retrouver, c’est à cette page, et l’heure d’envoi est indiquée. Il manquait un mot, dans une phrase, que je restitue entre crochets dans cette copie, laquelle, à ce détail près, est parfaitement conforme à l’original.
                          La lutte contre la bêtise continue !

                          http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/fidel-l-humaniste-186925#forum4737341
                          ------------------------------------------------------------------------------------
                          Christian Labrune
                          27 novembre 14:40

                          abruti toi-même, pauvre connard.

                          Et comme ça, sans ironie et sans antiphrase, c’est mieux ?
                          Si c’est mieux, moi je veux bien continuer de cette manière un peu brutale : envoi direct et sans emballage à déficeler. A celui qui écrit, [cela] demande infiniment moins d’efforts intellectuels et c’est plus vite fait.
                          Mais je suis comme Valéry, j’aime bien les complications stylistiques ; il appelle ça des « gênes exquises ». Tous ceux qui sont civilisés ont ces sortes de penchants que des sauvages ne peuvent guère comprendre.
                          Cela dit, dans un monde aussi primaire et borné qu’AgoraVox peut-être bien qu’il faut y aller à la hussarde !



                        • Ben Schott 1er décembre 2016 14:51

                          @Christian Labrune
                           
                          « Quand on cite, il faut citer intégralement, une honnêteté minimale l’impose »
                           
                          C’est ce que j’ai fait :
                           
                           
                          ––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

                          Christian Labrune 27 novembre 14:11

                          abruti toi-même, pauvre connard.

                          ––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
                           
                          C’est facile à trouver, c’est deux commentaires plus haut que celui auquel vous renvoyez.
                           


                        • julius 1ER 29 novembre 2016 18:51

                          en tous cas Perceval n’a été ni prof d’histoire , ni d’économie sinon çà se saurait !!!

                          rien que des clichés à la Sparagus !!!

                          c’est sûr que l’avenir du monde sera merveilleux avec un immense consortium banco-industriel qui décidéra de tout dirigé par quelques gérontocrates faschisant !!!

                          le socialisme alternatif et la coopération sont l’avenir du monde hors de cela....cela continuera avec la prédation et les guerres 
                          faut-il être complètement neu-neu pour ne pas comprendre cela !!!

                          • Christian Labrune Christian Labrune 30 novembre 2016 10:54

                            en tous cas Perceval n’a été ni prof d’histoire , ni d’économie sinon çà se saurait !!!

                            rien que des clichés à la Sparagus !!!

                            @julius 1ER

                            Et Julius 1er, de quelle dynastie est-il le fondateur ? Dans les familles aristocratiques, autrefois, on numérotait les ancêtres porteurs du même prénom. François VI de La Rochefoucauld, c’est l’auteur des Maximes. De ses prédécesseurs numérotés de 1 à 5 on aura conservé un souvenir moins précis. Mais gageons que le lecteur ordinaire sera peu au fait de ces subtilités socio-historiques. Pour lui Julius I sera probablement un roi.
                            Il se posera donc nécessairement la question suivante.
                            De qui, de quoi, Julius I est-il le roi ?
                            Etant sceptique autant qu’on peut l’être, à l’égal de Pyrrhon , je me garderai bien d’orienter vers une quelconque réponse ! Restons comme Sextus Empiricus, dans l’épochè qui est suspension du jugement.


                          • Ben Schott 30 novembre 2016 11:04

                            @Christian Labrune
                             
                            « Restons comme Sextus Empiricus, dans l’épochè qui est suspension du jugement. »
                             
                            Qu’est-ce qu’il peut être agacé, le gros pédant !
                             
                            (Toute ressemblance avec une contrepèterie existante ou ayant existé serait purement fortuite)
                             


                          • julius 1ER 30 novembre 2016 11:30

                            @Christian Labrune


                            en quoi mon pseudo peut -il emmerder la peste labrune ???? 

                            je ne le sais ni et qui plus est je n’en ai rien à foutre car tu es hors sujet de plus un individu comme toi admirateur des régimes faschistes et dictatoriaux ne me fait même plus gerber, j’en ai tellement rencontré mais avec constance il n’y pas plus d’humanité dans les pensées de Labrune que dans celles de ses penseurs qui ont été ses maîtres à penser !!!!

                          • Christian Labrune Christian Labrune 30 novembre 2016 18:51

                            comme toi admirateur des régimes faschistes et dictatoriaux

                            @julius 1ER
                            De quels régimes fascistes et dictatoriaux Labrune pourrait-il être l’admirateur ? De l’Italie mussolinienne ? Mais comparerait-il si souvent l’abject Erdogan à Mussolini pour mieux le stigmatiser ?
                            Serait-il un admirateur de l’Allemagne nazie ? Mais il n’a de cesse de faire remarquer la présence à Berlin du mufti de Jérusalem pendant la guerre, pour le stigmatiser aussi, et tout aussi bien l’héritage collaborationniste du FN en France.
                            Labrune, de même, ne cesse de dire l’horreur et le mépris que le régime des mollahs iraniens lui inspire. Aujourd’hui même encore. Et Il appelle ça un régime islamo-nazi.
                            Serait-il, un fervent admirateur du communisme stalinien ? Point du tout. il est un anticommuniste aussi viscéral et radical qu’on peut l’être. Il crachait même encore, naguère, sur l’effroyable engeance des Castro à Cuba.
                            Il vient encore d’écrire aussi une dizaine de longues interventions sur une autre page, pour faire apparaître que l’islamisme est un totalitarisme particulièrement atroce.

                            Bref, l’ennemi du personnage en question, mon ennemi, donc,c’est le totalitarisme, quelle que soit la forme qu’il peut prendre : communistme, nazisme, islamisme. Si vous ne comprenez pas le sens du mot totalitarisme, et par voie de conséquence ce qui est de nature à relier les trois idéologies que je viens d’évoquer, je peux vous expliquer : je ne suis pas à une demi-heure près.

                            Le meilleur chemin pour éviter de tomber dans ces ornières funestes, c’est la culture. Savoir lire, d’abord, et ne pas comprendre de travers ce qu’on lit, c’est bien le moins. Savoir résister aussi aux « démangeaisons qui nous prennent d’écrire », comme dit Molière, quand on n’a ordinairement rien à dire ou seulement des insultes de charretier à proférer comme c’est votre cas et celui d’un certain nombre d’individus incapables d’argumenter, lesquels paraissent s’être mis d’accord pour détruire ce forum et y parasiter tout débat sérieux.

                            Enfin, dernière remarque : les gens qu’on ne connaît pas, on les voussoie. Le tutoiement ne se justifie que pour ceux qui ont de vieux de vieux copains avec qui ils ont pu garder les cochons à la campagne quand ils étaient enfants. C’est une question d’éducation, mais l’éducation, plus élémentaire que la culture, fait elle aussi défaut. La barbarie progresse.


                          • pallas 29 novembre 2016 19:14

                            Messieurs,

                            Le Concert des Nations, ça n’est rien d’autre qu’un simple Jeu d’Échec, La France est en Échec et Mat, et non pas en Échec et Pat.

                            La partie est terminée.

                            Si vous saviez comment la France est considérée dans Le Monde, vous crierez à l’infamie, au racisme, vous seriez choqué.

                            Malheureusement cela vous ne le voyez pas.

                            La France est considérée comme telle et il faudra vous y faire, et chaque jours passants, Les Nations nous le ferons comprendre d’une manière ou d’une autre.

                            La réalité est là.

                            Salut


                            • ddacoudre ddacoudre 29 novembre 2016 19:58

                              bonjour perceval
                              difficile de te suivre sur ce déroulement schématique. globalement il me semble comprendre que pour toi la naïveté est vouloir se civiliser et renier le rapport toujours sous-jacent dominant/dominé.
                              sauf que ce rapport n’est pas fait pour prendre le dessus sur l’autre et le soumettre a sa tyrannie mais d’être le meilleur géniteur. il y a longtemps que par la création de nos mythes nous avons abandonné cette fonctionnalité de reproduction. ce qui fait que ta vison n’est également qu’une vision idéologique, le capitalisme ou le libéralisme sont aussi mythique que le judéo christianisme et autres concepts comme le communisme. la lutte contre l’exploitation de l’homme par l’homme est un concept de socialisation des individus pour qu’ils ne s’entre tuent pas par la concurrence naturelle qui est innée d’être le plus beau et le meilleur pour se taper les femelles.
                              cordialement http://ddacoudre.over-blog.com/2016/11/le-reniement-de-son-pouvoir-il-n-est-pas-un-debat-depuis-1989-qui-n-oppose-les-citoyens-a-leur-pouvoir-commun-d-une-autre-maniere-le.


                              • jeanpiètre jeanpiètre 29 novembre 2016 20:37

                                C’est beau comme un sketch de Gerra le verrat, ça a du bien plaire à haute voix devant les vainqueurs de la primaire des tout pourris , c’est un peu risqué de tirer sur les ambulances quand on roule pour des agonisant.


                                • Jean Pierre 29 novembre 2016 21:02

                                  « La tendance des socialistes à rêver dans leur coin d’un monde qui n’existe pas (et n’a jamais existé) » (dixit Perceval).


                                  Résumons la pensée de Perceval :
                                  1/ Le socialisme a été partout un échec flagrant.
                                  2/ le socialisme est un rêve et n’a jamais existé.

                                  Un tel niveau de cohérence intellectuelle méritait d’être signalé.



                                  • Pyrathome Pyrathome 29 novembre 2016 22:49

                                    le seul avenir de la planète est libéral....
                                    .
                                    Arrête de faire du bruit avec tes grosses bottes, ton gros drapeau et ta langue de vipère.....Et ne confond pas « libéralisme » avec liberté, c’est antinomique....
                                    .
                                    (Perceval ...Après la mort de son père et de ses frères chevaliers, sa mère l’élève donc dans l’isolement de la forêt (ce qui le rend naïf, faisant de lui la figure archétypale de l’idiot des histoires du Graal, d’où son surnom de « Perceval le nice » — le naïf.........
                                    .
                                    On avait « Brice de Nice », maintenant on a « Perceval le nice »
                                    Rigolo plein de poils, va... ! . smiley smiley


                                    • Et hop ! Et hop ! 29 novembre 2016 22:53

                                      «  - une planète et 7 milliards de terriens qui a 99% ne veulent pas du communisme car soit il les a soit ruiné, soit enfermés dans des camps soit enfin il a promu un modèle de société où la médiocrité la disputait à la destruction de la famille, des consciences et de la propriété privée (la propriété privée est une liberté fondamentale n’en déplaise aux révolutionnaires d’opérette qui en France se drapent encore de rouge) »


                                      ou

                                       - une planète et 7 milliards de terriens qui a 99% ne veulent pas du capitalisme libéral car il les a, soit ruiné, soit enfermés dans des camps, soit enfin il a promu un modèle de société où la médiocrité la disputait à la destruction de la famille, des consciences et de la propriété privée (la propriété privée des moyens de production est une liberté fondamentale n’en déplaise aux multinationales qui monopolisent tout)

                                      • sweach 30 novembre 2016 09:47

                                        Ha la la !


                                        Le Socialisme est une idéologie qui est combattu farouchement depuis toujours.

                                        Pourtant, c’est la meilleur des solutions, car elle tant vers la justice sociale et fonctionne sur le principe de robin des bois, prendre aux riches pour donner aux pauvres.

                                        Mais l’idée de robin des bois ne plait pas à tout le monde et certain réagissent en disant que :
                                        - Si on prend aux riches, il n’y aura plus de riche. 
                                        - Si on donne aux pauvres ils ne se bougeront plus le cul pour s’en sortir tout seul.

                                        Blablabla

                                        Le socialisme est pourtant obligatoire, sinon c’est la loi du plus fort qui règne et le résultat est une société qui s’enrichie sur le dos des autres et il est impossible de pouvoir s’élever socialement.

                                        Regardez : Nous avons tout, la nourriture, l’énergie, les matières premières, les compétences
                                        Avec les machines nous avons le temps et les moyens de faire de notre société un endroit où il fait bon vivre. Mais sur l’hôtel du dieu « argent » on interdit à beaucoup trop de gens de simplement vivre une vie que notre société à parfaitement les moyen de donner.

                                        • Eric F Eric F 30 novembre 2016 10:06

                                          « 7 milliards d’humains qui à 99% rejettent le communisme ». Reste à savoir combien de ces 7 milliards approuvent le libéralisme financier mondialisé...


                                          • Jean Pierre 30 novembre 2016 12:01

                                            @Eric F
                                            Dans la pensée Percevalienne il n’existe que deux systèmes : soit la dictature dite communiste sur le modèle de la Corée du Nord, soit le libéralisme financier mondialisé. « There is no alternative » disait cette saloperie de Thatcher. Face à la peste et au choléra nous n’aurions plus qu’a choisir « le moins pire ».

                                            L’idée qu’il puisse exister autre chose, par exemple des systèmes démocratiques ayant gardé le pouvoir de réguler, de redistribuer et d’éviter certains excès du libéralisme financier mondialisé est totalement exclue des schémas de pensée de Perceval. C’est bien dommage pour lui et cette façon de penser systématiquement de travers pourrait être juste risible. Ce qui est plus grave c’est que ce genre de fanatisme libéral prétends en plus, par l’insulte, par l’amalgame, par le rapprochement stupide social=Corée du Nord par exemple, nous interdire de penser autrement que lui.
                                            Paradoxalement la pensée qui se croit et se dit libérale tente d’interdire toute réflexion, tout choix et toute alternative. Par la domination culturelle qu’elle impose à tous, la pensée néolibérale vise à rien moins qu’a l’hégémonie politique et économique. Très curieusement, et ce paradoxe est difficile à percevoir et à élucider, ce néolibéralisme devint insensiblement un totalitarisme, culturel d’abord (valorisation forcenée de l’individualisme et du chacun pour soi), économique ensuite (en passe de réalisation), avant de devenir politique. En effet nous passons progressivement à une dictature des marchés dans lequel l’action politique devrait se résumer strictement à adapter (en douceur par la ruse, par le mensonge, par la manipulation, ou par la force comme au Chili de Pinochet) les sociétés humaines au marché mondialisé. La démocratie devrait pourtant avoir le role inverse c’est à dire celui d’ imposer aux marchés de s’adapter aux sociétés humaines.

                                          • Christian Labrune Christian Labrune 30 novembre 2016 19:18

                                            ce néolibéralisme devint insensiblement un totalitarisme, culturel d’abord (valorisation forcenée de l’individualisme et du chacun pour soi),

                                            @Jean Pierre
                                            Là, vous poussez trop loin le bouchon. Je comprends parfaitement que vous puissiez vouloir stigmatiser un individualisme forcené qui est prôné par le libéralisme, mais vous ne pourrez jamais dire que c’est un « totalitarisme » puisque l’individu en question, même s’il peut exister un conformisme social qui lui fasse désirer la même chose que son voisin n’en est pas moins libre, au moins théoriquement, de choisir ses désirs.
                                            Dans un système totalitaire, cette liberté n’existe pas dans la réalité, et encore moins au plan théorique. Qu’il s’agisse du communisme, du nazisme ou de l’islam, il faut confesser la doxa imposée par le système, et si vous vous y refusez, il vous en cuira. Le totalitarisme n’est pas seulement un système où le pouvoir, d’en haut, contrôle tout, c’est un type de structure où chacun, horizontalement, est sous la surveillance des autres, où toute déviance doit faire l’objet d’une dénonciation et sera sanctionnée par le groupe avant même l’intervention répressive de l’Etat. Dans la Chine de la Révolution culturelle, l’enfant était programmé pour dénoncer ses parent, cela dût-il leur coûter la vie. Dans nos banlieues, on surveille si les voisins font bien le ramadan, et si les femmes portent le voile, c’est qu’elles ne peuvent plus faire autrement si elles ne tiennent pas à se faire insulter au bas des escaliers. Le totalitarisme, c’est ça, et ce type de système est admirablement décrit dans « Une journée particulière », l’excellent film d’Ettore Scola. 
                                            L’ individualisme totalitaire, c’est donc un paradoxe tout à fait insoutenable.


                                          • Bombe Bombe 30 novembre 2016 11:32

                                            La gauche n’a rien à voir avec le socialisme. La première a absorbée le second, mai 68 est au contraire une victoire de la gauche, la vraie, face au socialisme.


                                            • PrNIC PrNIC 30 novembre 2016 11:53
                                              Pour la Gauche la fête pourrait être finie dans quelques mois....

                                              Quelle fête ? pourrait .... ? (vous avez encore de l ’espoir ? ) Le problème ( à vous lire) est de découvrir que vous parlez d’une Gauche qui n’est pas votre idéologie . Essayer de changer de lunettes !


                                              • egos 30 novembre 2016 22:10

                                                Drôles de moeurs. Ils vous arrive de penser à qui, durant l’acte, Perceval ?

                                                « on fait la fête et l’amour sans penser aux parents »

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité