• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Pour que vive la France, vive les régions !

Pour que vive la France, vive les régions !

La France et la République

 

On dirait que tout à été fait afin de diluer la France dans la République. Et cela à partir du nom officiel de la France, qui n’est ni « République de France », ni « France républicaine », mais bien République française. La France vient alors après la République, laquelle se révèle être le vrai sujet, le soulignant avec un grand « R », tandis que la France devient un attribut, avec un petit « f ».

Cette surprenante « exception française » a fait peu d’émules dans le monde. La petite Géorgie, par exemple, se nomme République de Géorgie et non pas « République géorgienne ». Le Mali se nomme République du Mali et non pas « République malienne ». Le Brésil s’appelle République fédérative de Brésil et non pas « République fédérative brésilienne ». Ces trois exemples, qui sont loin d’être des exceptions, nous montrent que c’est le pays qui devrait primer sur le régime qui le sert et non pas l’inverse, tandis qu’en France la nation est strictement subordonnée au régime républicain. Autant dire que la France serait née en 1792, et que les Français aiment tellement la République qu’ils ont en voulus pas une, pas deux, mais cinq, et que certains en voudraient même une sixième. Ah, ces Français ! Jacques Bainville n’en pensait pas moins quand il écrivit, dans son magnifique Histoire de France  : « Il y a toujours eu, en France, des éléments d’anarchie. D’époque en époque, nous retrouvons de ces violentes poussées de révolution, suivies, tôt ou tard, d’une réaction aussi vive. » (p. 67).

Et pourtant, la France n’a pas toujours été une république, loin de là. Elle fut également royaume et empire, devenant ainsi l’un des seuls pays au monde à avoir connu ces trois régimes politiques au cours de son histoire. Mais la République, avec ses valeurs régulièrement brandis à tort et à travers, ne détient pas le monopole de l’Histoire. Il y a une autre histoire de France que la République née des convulsions de 1789 a toujours tenté d’occulter pour mieux se légitimer – celle des régions qui font la France.

 

Eradiquer

 

L’argument des contre-révolutionnaires est connu. Pour asseoir son pouvoir, se légitimer et éviter le retour de la monarchie, les révolutionnaires républicains auraient détruit les provinces historiques et centralisé les pouvoirs à Paris. Cette version est en partie vraie, mais simpliste. Le processus de centralisation français a débuté bien avant la république, et on peut affirmer qu’il fait partie de l’histoire du pays, notamment de celle de la dynastie des Capétiens. Chaque roi a contribué à centraliser pouvoirs et culture sur la capitale afin de mater les frondes, les tentatives de sécession et les fiefs vendus aux puissances étrangères. Louis XI utilisa la diplomatie et les traités, François I la langue de l’administration, Louis XIV construisit Versailles pour y enfermer la noblesse.

La centralisation monarchique ne visait cependant pas les coutumes locales et les langues régionales, mais plutôt l’administration et la défense de l’intégrité territoriale. Les régions historiques de France ne furent effectivement démantelées qu’avec la création, en décembre 1789, des départements. Ce fut la fin des autonomies locales ; le décret disloqua les populations dans le but de les déraciner et, une fois la monarchie abolie, mieux les assimiler à la République des Jacobins. C’est là que débute la guerre de la République aux régions.

 

Des découpages déracineurs

 

La bataille entre les centres et les périphéries fait rage depuis. La IIIème République se donne comme objectif d’accomplir ce que la Ière n’avait pas eu le temps et les moyens pour le faire : bâtir une France homogène. Jules Ferry arrache de force les enfants aux parents et aux curés pour les scolariser dans les écoles républicaines. Ils y apprennent non seulement à lire, écrire et faire de comptes mais également à être de bons républicains en une France où les langues régionales, mauvais souvenirs des monarchies, doivent disparaître. C’est la fin du XIXème siècle, et la situation est admirablement décrite par Maurice Barrès dans son Les Déracinés.

Aujourd’hui la bataille n’est pas terminée. Les héritiers des Jacobins mènent une guerre contre la France et ses régions historiques au nom d’une conception détournée de l’universalisme des Lumières. Pour beaucoup d’entre eux, le Français vivant en province n’est qu’un bœuf dont il est tout à fait légitime de se moquer et méfier – on l’a bien vu avec la crise des Gilets jaunes. Alors, pour éviter qu’il parle et répande son ignorance, autant le faire disparaître ou le réduire à une caricature folklorique à prendre en photo lors d’un weekend en famille. Autrement dit, le rendre inoffensif et docile.

L’énième et très contestable redécoupage territorial, celui voulu par François Hollande en 2014 et effective depuis janvier 2015, est un exemple très clair de cette démarche visant à abolir toute sorte d’identité régionale et, donc, de sens d’appartenance. En 2019 il n’y a plus de Picardie, d’Alsace, de Provence ou de Languedoc-Roussillon. Ces régions ont été assassinées après des années de tortures. Tout d’abord, moquées à cause des accents de leurs gens, de leurs coutumes jugées rétrogrades, de leur éloignement de la capitale. Ensuite, vidées de leurs populations. Enfin, leurs cadavres dépecés et rebaptisés avec les noms les plus gris et moches possibles. Il n’y a plus de Picardie ni de Flandres : c’est le Hauts-de-France. Il n’y a plus d’Alsace et Lorraine : c’est la Région Grand Est. Il n’y a plus de Limousin : il a été liquéfié dans la Nouvelle Aquitaine.

La réforme, ont-ils argumenté, avait comme objectif de rendre plus dynamiques et compétitives les nouvelles régions afin de peser davantage au niveau européen et de faire des économies. François Hollande rêvait, avec la légèreté que nous lui connaissons, et rien n’a fonctionné, à commencer des dépenses publiques.

 

Sauver les régions pour sauver la France

 

Mais alors que sera la France ? Un ramassis de cadavres, un pays de tourisme et de villes-monde gentrifiées, un pays difforme et où les seules manifestations culturelles locales admises seront celles décidées par les conseils départementaux, qui seront devenus entre-temps des fiefs du pouvoir parisien ? Une France caricaturale et aux campagnes en carton-papier, celle de Michel Houellebecq dans son La carte et le territoire. Vidées de ses communautés, avec des régions administratives froides et sans âme.

La réforme du lycée voulue par le ministre de l’Education Jean-Michel Blanquer va dans cette direction, défavorisant l’enseignement des langues régionales, jugées désormais dépassées et anachroniques en un monde dominé par l’anglosphère. Classées pour la plupart en danger par l’UNESCO, elles ne semblent pas être parmi les préoccupations des gouvernements qui se sont succédés aux manettes de la République.

C’est pour cela que nombre d’associations, mouvements et partis politiques se sont mobilisés dans toute la France. Samedi 30 novembre, plusieurs centaines de militants et sympathisants d’associations pour la sauvegarde du patrimoine culturel et linguistique de la Provence se sont donnés rendez-vous à Arles, ville chère à Frédéric Mistral, prix Nobel de littérature en 1904 et auteur de l’inoubliable épopée Mirèio.

Organisée par le Collectif Prouvènço, l’Union provençale et la Confrérie des gardians, la manifestation a vu la participation également du parti politique Prouvènço Nacioun, dont les membres militent pour l’autonomie de la Provence.

Car cette Provence-là n’en finit plus d’être attaquée, tout comme le sont les autres régions aussi. Sa Côte-d’Azur suffoque sous les coulées de béton. Les périphéries de ses villes et villages sont défigurées par la laideur des grandes surfaces et des HLM. La création de crèches provençales, avec leurs précieux santons, dans les espaces publiques est toujours source de débats épuisants et creux.

La tauromachie, enfin, court actuellement un réel danger de disparition à cause des coups de marteau des névrosés antispécistes et prétendus progressistes de tout acabit qui, sous couvert de protection de l’enfance, veulent interdire aux mineurs d’assister aux corridas. Ce projet de loi est porté notamment par Mme Samantha Cazebonne, députée LERM qui affirme agir pour éviter que les enfants soient traumatisés. Ah bon ? Cachez-moi ces taureaux que je ne saurais voir ! Touche pas à mon moustique  ! Nous ignorions que les adolescents étaient obligés à participer aux corridas afin de les traumatiser…

Ainsi va la France, on bombarde certains pays au nom des sacrosaints Droits de l’Homme et on interdit les corridas et, demain, les courses camarguaises et landaises au nom de la protection de l’enfance.

Mais que veulent-ils, enfin ? Une Provence en carton papier ? Une Camargue vidée de ses manades, où seules les visites guidées au milieu des marécages sont admises. Des Alpes aux sentiers pavés et aux villages certifiés bio et végans. Des champs de lavande en fleur été comme hiver. Des crèches bien cachées au fond des jardins pour ne pas déranger la sensibilité des non-croyants. Un peuple mou, souriant et folklorique. Une Provence pour les touristes et les riches.

Mais si la Provence eût été ainsi, elle n’aurait pas pu produire Frédéric Mistral, Paul Cézanne, Edmond Rostand, Joseph d’Arbaud, Marcel Pagnol, Alphonse Daudet, Darius Milhaud, Pierre Magnan et toute la longue liste d’artistes qui ont tant donné à la France.

Non. La Provence et les autres régions historiques de France méritent mieux que ces larves qui prétendent dicter leurs lois apprises par les bouches d’autrui. Ils veulent laisser crever le picard, le provençal, le breton, le gavot, le chti, le béarnais pour mieux les remplacer avec un français appauvri et truffé de globish ? C’est leur affaire. Nous, on n’en veut pas de ce pays-là, de cette idée biscornue et sans saveur d’une France vide et individualiste, nombriliste et déracinée, sans histoire et, donc, sans futur.

C’est alors aux peuples des nations de France de prendre leur destin en main, de relever le flambeau de ces régions historiques et de se réapproprier leurs traditions. Il est alors nécessaire de reconnaître et valoriser les langues et cultures régionales afin de revaloriser la France. Car préserver les régions historiques équivaut à faire vivre la France.

 

JPEG - 114.8 ko
Rassemblement à Arles, 30 novembre 2019 (photo de l’auteur)
JPEG - 180.1 ko
Une tradition toujours vivante (photo de l’auteur)
JPEG - 121.8 ko
Déclaration du Collectif Prouvènço (photo de l’auteur)

Moyenne des avis sur cet article :  2.1/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

78 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 2 décembre 09:58

    ou comment démanteler un état-nation pour le plus grand profit du capital européen, au nom de l’identité culturelle de pseudo-régions refabriquées : une partie de la Lorraine est en Allemagne, la Vésubie est italienne, la Catalogne devrait chevaucher les Pyrénées et la Bretagne fusionner avec la Cornouille d’où sont venus les Bretons bretonnants au cinquième siècle après Jean-Claude.

    Comme qui les arguments des « européistes » peuvent avoir recours au même pathos identitaire que les « populistes », nouvelle appellation de la droite maurassienne


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 2 décembre 10:02

      @Séraphin Lampion

      en plus utiliser le terme « peuple nation » pour saper l’« état-nation » est clairement une mystification qui n’a pour but que de justifier la destruction de l’état au profit de la technocratie non élue de Bruxelles.


    • Cadoudal Cadoudal 2 décembre 10:02

      @Séraphin Lampion
      Et le Saindenisistan est français...lol...


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 2 décembre 10:24

      @Cadoudal

      si tu vas du c^té du Boukistan, tu seras accueilli à Brasouver, la capitale


    • Cadoudal Cadoudal 2 décembre 10:35

      @Séraphin Lampion
      Je connais pas le Boukistan.

      C’est à coté du Vivrensemblistan ?

      Les violences à la machette et au sabre sont caractéristiques des bandes sri-lankaises.

      https://www.liberation.fr/france/2019/12/01/tamouls-de-paris-gangs-opaques_1766674

      J’ai vu que les anglais avaient mis un embargo sur la livraison de missiles anti camions au Belgistan, encore une opportunité à saisir pour vous...lol...

      Ces migrants se sont alors retournés contre le chauffeur : « Ils l’ont attaqué avec des lances, des cannes et des machettes

      https://sceptr.net/2019/11/trucker-aangevallen-door-asielzoekers-met-speren-en-machetes/


    • @Séraphin Lampion
       Comme c’est bizarre , on m’a pourtant affirmé récemment que la capitale du Boukistan était Viagra ....mais bon !  smiley


    • eau-pression eau-pression 2 décembre 11:37

      @Armand Griffard de la Sourdière
      Désolé, le Viagra, c’est la monnaie.
      La capitale : Constance.
      La devise nationale : à nos femmes, à nos chevaux, et à ceux qui les montent !


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 2 décembre 12:12

      @Armand Griffard de la Sourdière

      Vous confondez : le mont Viagra est le principal sommet dont l’extrémité est formée d’une calotte de neige éternelle d’où sortent d’immenses volcans crachant uniquement de la fumée blanche. Le mot boukistanais signifiant éruption est « ejaculacion ». Les parties inférieures du mont Viagra sont riches en gisements de Viazac, un euphorisant naturel (tu bandes mou, mais tu t’en fous). C’est d’ailleurs cette ressource qui permet au Boukistan d’avoir une excellente balance commerciale.

      L’architecture traditionnelle de Brasouver est caractérisée par de nombreuses tours bien droites. La station d’assainissement est située dans la banlieue, dans le petite bourgade de Bitoku où les eaux usées et les denrées indigestes sont recyclées.

      La seconde ville du pays est Biroute (comme la capitale du Liban, mais avec une orthographe différente). La pratique du nudisme y est très répandue

      La rivière Dipsraute offre des gorges profondes plus spectaculaires que celles du Verdon ou du Tarn. Elle se perd curieusement dans un delta qui débouche sur le désert aride de Tabitsan (sans doute une ancienne mer évaporée ?).


    • Attila Attila 2 décembre 16:38

      @Armand Griffard de la Sourdière
      Viagra . . . c’est pas une rue glissante ?

      .


    • JL JL 2 décembre 10:40

      L’URSS c’était l’union des républiques socialistes soviétiques : des peuples parlant des langues différentes mais unis par un même régime politique.

       

      Les États-Unis sont une république fédérale composée de cinquante États partageant une langue commune.

       

      L’UE c’est une fédération unie par une monnaie commune et unique.

       

      Je propose que l’UE devienne l’union des républiques laïques européennes.


      • eau-pression eau-pression 2 décembre 11:45

        @JL
        Il faudrait garder l’idée de « régime » sans évoquer la république bananière.

        Je verrais bien le « Continent Ecu Libre »


      • MagicBuster 2 décembre 11:50

        @JL

        Je propose que l’UE devienne l’union des républiques judéo-chrétiennes laïques européennes.

        L’histoire bégaye mais l’Histoire est têtue,


        Il n’y a pas de pays musulmans en Europe, ni de pays bouddhistes ou Hindouistes.

        L’Europe c’est l’Europe L’Afrique c’est l’Afrique.

        Si on souhaite l’Europe aux Africains, pourquoi pas l’inverse  ?

        Avant aux USA , il y avait des indiens ( pas chrétiens, pas civilisés, arriérés, croyant en des trucs ridicules ).

        Si on nettoie l’Afrique de la gangrène islam ; cela pourrait devenir un endroit correct, propre, civilisé.


      • JL JL 2 décembre 13:04

        @MagicBuster
         
        ’’républiques judéo-chrétiennes laïques’’
         
         précision inutile : il y a tout dans la Constitution pour évincer les religions qui ne respecteraient pas toutes les lois de la République.
         


      • MAUGISMICHEL MAUGISMICHEL 2 décembre 17:19

        @JL

        depuis un bout de temps déjà je propose pour l’UE Otanazie. C’est très près de la réalité. 


      • Attila Attila 2 décembre 17:26

        @JL
        « Je propose que l’UE devienne l’union des républiques laïques européennes.  »
        Pas possible, il y a une religion d’État : l’écologie, le culte de la Nature !
        La Planète, mon culte ! Sainte Greta !

        .


      • Lugsama Lugsama 2 décembre 19:35

        @MagicBuster

        Déjà il y a beaucoup de monarchie en Europe, et si, en Europe de l’Est il y a des peuples musulmans qui ne viennent pas de l’immigration..


      • JL JL 2 décembre 20:47

        @Attila
         
        Ce sont les escrocs qui amalgament écologie et escrologie. 
         
        L’écologie est naturellement de gauche : la gauche est naturellement écologique.
         
        L’écologie n’est pas une religion mais une volonté politique.
         
        Mais si vous voulez, on peut parler de la religion du profit.

         


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 2 décembre 22:25

        @JL
        la gauche est naturellement écologique.

        En voilà une drôle d’idée, pourquoi la Gauche serait naturellement écolo, alors qu’elle soutient l’UE foncièrement destinée aux profits des multinationales qui détruisent la planète ?? Vous choisissez bizarrement vos alliés.

        Déclaration d’une ancienne ministre travailliste :

        "On peut comprendre pourquoi la droite corporatiste trouve l’ »Europe » sympathique. Le mystère, c’est pourquoi la gauche non seulement s’associe à cette idéologie contre ses propres intérêts, mais elle le fait avec une ferveur absolutiste."


      • JL JL 2 décembre 22:37

        @Fifi Brind_acier
         
         ’’ pourquoi la Gauche serait naturellement écolo,’’
         
        parce que la gauche est opposée à la toute puissance du capital. Le capital est la cause de la ruine écologique. Par conséquent la gauche est écologiste.
         
         CQFD


      • Attila Attila 2 décembre 23:31

        @JL
        « L’écologie n’est pas une religion »
        Dans vos rêves !
        Gross affirmation péremptoire fondée sur rien d’autre que votre analphabétisme. Vous me donnez l’occasion de redonner mes sources, bien fait pour vous.
        Les travaux du sociologue français Émile Durkheim sont une référence en la matière. Dans son ouvrage « Les formes élémentaires de la vie religieuse », il a montré que les phénomènes religieux étaient basés sur un même ensemble d’éléments de base que l’on retrouve dans l’écologie.
        Comme d’habitude, vous prenez vos désirs pour la réalité.
        .
        « L’écologie est naturellement de gauche »
        Dans les années 1970-80, les écologistes se disaient ni de gauche ni de droite. Au début, le dirigeant du parti « les Verts » était Antoine Waechter.
        Ce parti a été infiltré par des militants d’extrême gauche. Antoine Waechter a été mis en minorité et il est parti.
        Pourquoi des militants d’extrême gauche ont infiltré les Verts ? « Parce que nos électeurs y sont. »
        C’est la seule explication que j’ai trouvé.
        Source : « Les écologistes » de Patrick Salmon aux éditions l’Harmattan. C’est une thèse en science de l’information et de la communication.
        C’est à partir de là que les Verts se sont positionnés à gauche.
        .
        Au cours de leurs recherches, des chercheurs ont constaté des liens entre la doctrine écologiste et les idéologies d’extrême droite :
        Paul Yonnet : « Jeux, modes et masses », chapitre sur l’automobile. L’auteur s’est aperçu que, sur la question de la mobilité, l’écologie avait la même conception que le pétainisme.
        Georgette Mouton : thèse de doctorat d’histoire « Jeunesse et genèse du nazisme ». Elle constate que de nombreux thèmes sur la Nature et sa protection sont communs à l’écologie et au nazisme. Elle a même fait état de témoignages dans les années 1970. A Strasbourg, lors de réunions politiques , de vieux alsaciens ayant connu l’occupation allemande, ont publiquement traité les orateurs écologiste de nazis : ils avaient reconnu dans le discours des écologistes des mots et des phrases entières identiques à la propagande nazie qu’ils avaient subi des années avant.
        Luc Ferry : « Le nouvel ordre écologique ». Dans les années 1990, des article faisaient état de liens idéologiques entre l’écologie et l’extrême droite. Luc Ferry a fait une recherche. Il a étudié toute la littérature écologiste d’importance puis il a consulté les archives allemande de la période nazie et il a comparé. Conclusion : les propositions des nazis en matière de protection de la Nature, nos modernes écologistes les signeraient des deux mains tellement elles sont similaires.
        Attention, Luc Ferry nous met en garde : ce n’est pas parce qu’il y a des similitudes entre l’écologie et le nazisme que l’on peut faire l’amalgame écolos=nazis. Il y a des différences importantes, par exemple, il n’y a pas le mythe du surhomme dans l’écologie.

        .


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 3 décembre 08:26

        @JL
        CQFD

        Justement, le meilleur moyen de contrarier le capitalisme, c’est de lui enlever son outil de domination.


      • JL JL 3 décembre 15:43

        @Fifi Brind_acier
         
         L’outil domination du capitalisme c’est le fric, le pognon,le pèze, le flouze, les picaillons !!!
         
        Avec ça on peut tout acheter : le beurre l’argent du beurre et le cul de la crémière. Surtout le cul de la crémière, au nez et à la barbe de son amoureux.
         
         Vous êtes de sacrées pointures à l’UDF, avec des gugusses comme celui du dessus qui invoque Durkheim, un homme du 19è siècle, au secours de sa conception haineuse de l’écologie au 21ème. Et ça parle de CNR ! Et ça parle de communisme !

         Je t’en foutrais, moi, de ces saboteurs de la cause du peuple !
         
         smiley


      • JL JL 3 décembre 15:44

        @Attila
         
        (Durkheim " a montré que les phénomènes religieux étaient basés sur un même ensemble d’éléments de base que l’on retrouve dans l’écologie.’’
         
         Pfff ! Dukheim ne connaissait pas ce concept d’écologie !!!
         
         Eh ça parle d’analphabétisme ! Et ça donne des leçons de réalisme !
         
         Je me demande pourquoi je réponds à ces imbécillités.


      • Attila Attila 3 décembre 16:15

        @JL
        «  Pfff ! Dukheim ne connaissait pas ce concept d’écologie !!! »
        Il va faire la leçon à Emile Durkheim, maintenant : il ose tout.
        D’abord, l’écologie n’est que le dernier avatar à la mode d’une très vieille pensée : le naturalisme. Apparu il y a 2500 ans en Grèce au sein d’un ensemble d’intellectuels : les philosophes.
        Émile Durkheim a comparé toutes les religions connues et a trouvé quelques points communs qui forment la structure de base de toutes les religions. Ses travaux ont fait leurs preuves et sont reconnus par la communauté scientifique. Les avis des analphabètes malhonnêtes, on s’en fout !
        La structure de base des phénomènes religieux découverte par Émile Durkheim s’applique parfaitement à l’écologie.

        .


      • Attila Attila 3 décembre 16:18

        @JL
        Vous touchez le fond :
        Vous êtes de sacrées pointures à l’UDF, avec des gugusses comme celui du dessus qui invoque Durkheim, un homme du 19è siècle, au secours de sa conception haineuse de l’écologie au 21ème. Et ça parle de CNR ! Et ça parle de communisme ! "

        .


      • Attila Attila 3 décembre 16:26

        @Attila
        Le judaïsme, le christianisme, l’islam, revendiquent le fait d’être des religions, il n’y a rien d’infamant la-dedans.
        En quoi montrer que l’écologie est une religion serait du dénigrement ?
        A moins qu’il y ait au sein des écologistes une stratégie cachée pour faire croire qu’ils détiennent la Vérité Universelle et Absolue qui, bien sûr, doit s’imposer à tous.

        .


      • JL JL 3 décembre 18:42

        @Attila
         
         vous êtes vraiment idiot au point de ne pas voir que vous faites un énorme sophisme ?
         
        Le naturalisme ? Durkheim a dit que le naturalisme est une religion ?
         
        Vous êtes sûr ? Pfiou !!!
         


      • JL JL 3 décembre 18:42

        Vous êtes de sacrées pointures à l’UPR


      • JL JL 3 décembre 18:48

        @JL
         
        l’écologie est l’ennemi juré du capitalisme.
         
         Les capitalistes ne s’y sont pas trompé, eux qui sont en train de repeindre toutes leurs activités en vert. C’est ça qu’on appelle l’escrologie.
         
         Quelqu’un a dit que la plus grande ruse du diable c’est de nous faire croire qu’il n’existe pas. Erreur : la vraie plus grande ruse du diable c’est de nous faire croire que le diable c’est son pire ennemi.


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 3 décembre 19:39

        @JL
        l’écologie est l’ennemi juré du capitalisme.

        Et les Traités européens sont les ennemis jurés de l’écologie !
        Démonstration : « UPR-Le Frexit écologique »


      • Attila Attila 3 décembre 20:23

        @JL
        «  Durkheim a dit que le naturalisme est une religion ? »
        Lisez-le, vous verrez bien.

        .


      • Attila Attila 3 décembre 20:27

        @JL
        C’est bizarre que vous montiez sur vos grands chevaux à propos de la religion, je pensais que le plus problématique pour l’écologie était ses liens idéologiques avec l’extrême droite.

        .


      • Attila Attila 3 décembre 20:30

        @JL
        « vous êtes vraiment idiot au point de ne pas voir que vous faites un énorme sophisme ?   »
        Le mec qui fait des affirmations péremptoires sans avoir rien lu et qui accuse les autres de sophisme : honte de rien !

        .


      • JL JL 3 décembre 20:37

        @Fifi Brind_acier
         
         ’’Et les Traités européens sont les ennemis jurés de l’écologie !’’
         
         La France politiques et lobbyistes confondus a été l’un des artisan les plus farouches de la rédaction de ces traités.
         
         Lisez ça, et dites moi si c’est l’UE tient la barre dans cette affaire.
         
        Ce n’est pas l’UE qui freine les réductions de pesticides en France, c’est la FNSEA.

        L’UE n’a jamais imposé l’utilisation des pesticides : elle ne les a pas interdits. ça fait une sacrée différence, non ? Ce n’est pas l’UE qui impose ces pesticides, c’est la concurrence internationale. Sortez de l’UE, vous ne sortirez pas du monde occidental.
         
         Asselineau n’est pas Fidel Castro, Fifi Brindacier n’est pas Che Guevéra.


      • JL JL 3 décembre 20:43

        @Attila
         
         sophisme :
         
         Durkheim a décrit les caractéristiques des religions ;
         Attila estime dans sa petite tête que l’écologie possède ces caractéristiques ;
         Attila en infère que l’écologie est une religion, c’est Durkheim qui l’a dit !
         
         Mdr


      • Attila Attila 3 décembre 21:14

        @JL
        Vous n’avez pas lu « Les formes élémentaires de la vie religieuse » d’Émile Durkheim. Vous n’êtes pas en mesure de savoir si les conclusions d’Émile Durkheim s’appliquent à l’écologie ou non.
        En fait, vous êtes en plein déni de réalité.
        Et les liens idéologiques entre l’écologie et l’extrême droite, ça ne vous gêne pas ?

        .


      • Attila Attila 3 décembre 21:39

        @Attila
        Et puis il n’y a pas que Émile Durkheim. Dans les conclusions d’un colloque en 1985 sur la protection de la Nature, son histoire et son idéologie, l’auteur a écrit : « Plus que d’histoire ou d’idéologie, il aura été question de religion . . . »
        Vous êtes en plein déni de réalité. Un pov’ petit n’enfant perdu dans ses rêves à qui on met la réalité sous le nez : nous sommes méchants !

        .


      • JL JL 3 décembre 23:10

        @Attila
         
         
        L’amalgame est l’arme des fascistes, c’est bien connu :
         
        On vous voit venir : écologie = religion = secte = interdiction !
         
         
        « 
        Une religion est un système de pratiques et de croyances en usage dans un groupe ou une communauté. Il n’y a pas de définition qui soit reconnue comme valable pour tout ce qu’il est permis aujourd’hui d’appeler religion »
         
         Si on dit que l’écologie est une religion, alors il faut dire que le capitalisme aussi est une religion. Si toutes les idéologies sont des religions, alors ce mot n’a plus de sens.


      • JL JL 3 décembre 23:26

        @Attila
         
         Maintenant, recentrons le débat dans le débat, que vous vous même initié en disant : ’’(en France), il y a une religion d’État : l’écologie, le culte de la Nature ’’
         
         Pas besoin de démontrer que l’écologie est ou n’est pas un religion  :  L’écologie peut bien être qualifiée de tout ce qui vous amuse, ce n’est pas pour autant que la France serait une république écologique. On en est loin. Si cela était, le capitalisme en serait banni pour cause d’incompatibilité.
         
         Vous vous êtes couvert de ridicule en convoquant des auteurs prestigieux que vous n’avez surement pas plus lu que le pékin de base, parce que dans le cas contraire, on pourrait dire que vous avez perdu leur temps.


      • Attila Attila 3 décembre 23:38

        @JL
        « On vous voit venir : écologie = religion = secte = interdiction ! »
        Vous êtes en plein procès d’intention, vous ne vous préoccupez même pas de savoir ce que disent ou pensent les personnes à qui vous vous adressez.
        Manque de pot, sur ces questions et contrairement à vous, moi je lis. Les sociologues des religions m’ont appris que la liberté religieuse était précieuse comme les autres libertés.
        Visiblement, votre notion de la secte est plus proche de celle des politiciens ignares que de celle des sociologues des religions. Politiciens ignares qui mette dans la catégorie secte des groupes qui sont de simples entreprises d’escroquerie et n’ont rien de religieux.
        Parmi les libertés précieuses, il y a celle de ne pas se voir imposer des croyances dont on ne veut pas. Pour l’instant, c’est l’écologie qui veut s’imposer et nous avons le droit de nous y opposer.
        .
        Vous essayez misérablement de vous dépatouiller avec les conséquence de vos affirmations péremptoires : «  L’écologie n’est pas une religion  » et «  L’écologie est naturellement de gauche » . Vous vous êtes piégé vous même et ce n’est pas la première fois . . . ni la dernière.
        Je vois que vous n’êtes absolument pas gêné par les liens idéologiques entre l’écologie et l’extrême droite.

        .


      • Attila Attila 3 décembre 23:45

        @JL
        Vous vous êtes couvert de ridicule en convoquant des auteurs prestigieux que vous n’avez surement pas plus lu que le pékin de base "
        Cela fait 30 ans que je lis et que j’apprends sur ces questions, d’abord en raison de responsabilités associatives au siècle dernier.
        Vous ne savez plus comment vous sortir du piège dans lequel vous vous êtes mis et vous racontez n’importe quoi.

        .


      • Attila Attila 4 décembre 00:51

        @Attila
        Vous vous êtes couvert de ridicule en convoquant des auteurs prestigieux que vous n’avez surement pas plus lu que le pékin de base « 
        En voilà un beau de sophisme, c’est le sophisme de l’homme de paille.
         » quelqu’un qui argumente contre un homme de paille argument juste contre un adversaire imaginaire n’existant que dans sa tête. "
        .


      • JL JL 4 décembre 09:54

        @Attila
         
         ’’ « L’écologie n’est pas une religion » et « L’écologie est naturellement de gauche »

        ’’
         
         Il faut être particulièrement de mauvaise foi ou pire pour voir dans cette phrase une contradiction. Remplacez y le mot écologie par par égalité ou fraternité. Ou justice sociale ; et revenez me dire ce que vous en pensez.
         
        Mais auparavant, vous devriez apprendre à penser et à écrire, puisque vous affichez la prétention de lire beaucoup. Dans un monde où toute la substance des grands auteurs est accessible sur un simple clic, se vanter de les avoir lu ne procure que les oripeaux du pédantisme. Un comble !
         
         
         « Ce sont les fascistes qui crieront « il y a des fascistes » » (Orwell)
         
        Remplacez dans cette phrase, le mot fascistes par escrologistes, et réfléchissez y si vous en êtes capable.
         


      • Attila Attila 4 décembre 10:34

        @JL
        «  Dans un monde où toute la substance des grands auteurs est accessible sur un simple clic »
        Émile Durkheim nous guide pas à pas pendant 300 pages pour nous faire comprendre les conclusions auxquelles il est arrivé et vous croyez qu’en quelques clics vous allez pouvoir arriver au même résultat ?
        Vous n’êtes qu’un fumiste prétentieux.

        .


      • Attila Attila 4 décembre 10:42

        @JL
        Vous êtes comme l’aviateur sarladais, quand vous n’avez plus rien à répondre vous invoquez le fascisme.

        .


      • JL JL 4 décembre 12:09

        @Attila
         
         ’’ les conclusions auxquelles il est arrivé’’ 
         
        Wiwi on sait : le naturalisme est une religion !
         
         Ouarf !
         
         smiley


      • Attila Attila 4 décembre 12:39

        @JL
        Vous ne comprenez rien non plus à la notion d’idéologie.
        « Si toutes les idéologies sont des religions, alors ce mot n’a plus de sens. »

        La philosophie examine les pensées de humains comme de pures constructions intellectuelles qu’elle nomme : idées.
        Un assemblage d’idées avec une structure s’appelle une idéologie.
        Les religions ne sont pas de pures construction intellectuelles : il y a aussi de la chair et des sentiments. Les sciences sociales décrivent mieux et plus complètement les religions, comme Émile Durkheim dans son ouvrage de référence « Les formes élémentaires de la vie religieuse ».
        Il n’empêche que le philosophe peut très bien examiner les religions en tant que pure construction intellectuelle, en faisant abstraction de tout le reste. Le résultat de son travail s’appelle l’idéologie de telle religion.
        L’idéologie du christianisme a été étudiée par Frédéric Lenoir dans son livre « Le Christ philosophe ».

        .


      • Attila Attila 4 décembre 12:43

        @JL
        Pour un mec qui n’a plus que l’accusation de fascisme à la bouche, vous êtes étonnamment silencieux sur les liens idéologiques entre l’écologie et l’extrême droite.

        .


      • JL JL 4 décembre 12:49

        @Attila
         
         je ne connais pas ces liens. Et si vous nous en parliez ?


      • Attila Attila 4 décembre 12:55

        @JL
        «  je ne connais pas ces liens. Et si vous nous en parliez ? »
        On voit votre sérieux, c’est dans le message plus haut.

        .


      • JL JL 4 décembre 13:18

        @Attila
         
         toute discussion avec vous sur ce sujet sera vaine aussi longtemps que vous amalgamerez écologie et escrologie : Tous ces liens dont vous me parlez de l’écologie avec les fascismes, qu’ils se disent de droite ou de gauche (rappelez vous Orwell) n’ont d’autres buts que de discréditer l’écologie.
         
        Tous ceux qui s’en servent adoptent ces mêmes buts, sont donc les mêmes que les pourrisseurs. Vous n’êtes clairement ni de gauche ni écologiste.
         
         CQFD
         
         Merci quand même, d’avoir contribué malgré vous, à démasquer l’UPR.
         Je ne vous répondrai plus : vous n’avez fait montre au cours de ce trop long échange, aucune lueur ni de bon sens ni de bonne foi.


      • Attila Attila 4 décembre 14:15

        @JL
        C’est c’là, oui, on n’a pas le droit de dire certaines choses concernant l’écologie, ce sont de petits anges.
        Tous ces liens dont vous me parlez de l’écologie avec les fascismes, . . . n’ont d’autres buts que de discréditer l’écologie. "
        Ils sont méchants !
        Ce sont des scientifiques qui ont découvert ces liens avec l’extrême droite tout à fait par hasard au cours de recherches sur un autre sujet et à leur grand étonnement. Pour vous, ils auraient dû cacher le résultat de leur recherche : dans vos rêves !

        .


      • JL JL 4 décembre 14:31

        @Attila
         
         « Pour les écosocialistes, la logique du marché et du profit […] est incompatible avec les exigences de sauvegarde de l’environnement naturel. Une première affirmation de l’écosocialisme est que le capitalisme est incompatible avec l’écologie et la protection de l’environnement car l’expansion du capital, à travers l’augmentation des profits, bute nécessairement sur le fait que les ressources de la nature sont limitées. La promesse de justice basée sur la croissance et donc sur l’accumulation infinie de capital ne peut plus résister aux désastres sociaux et environnementaux actuels. »
         
         http://www.contretemps.eu/ecosocialisme-alternative-capitalisme/
         
         https://www.cahiersdusocialisme.org/capitalisme-de-desastre-ou-ecosocialisme/


      • Attila Attila 4 décembre 14:55

        @JL
        «  Je ne vous répondrai plus  »
        Moi, ça fait longtemps que je ne vous répond plus, je donne des éléments factuels pour les lecteurs adultes d’Agoravox.
        Vous êtes incapable d’affronter les réalités qui vous déplaisent comme un enfant de 10 ans.

        .


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 2 décembre 13:25

        Revoilà les ennemis de l’unité française, diviser pour mieux régner, à la solde de l’oligarchie européenne & mondialiste ! Puigdemont sait bien qui sont ses maîtres, il est allé se réfugier.. à Bruxelles !

        .

        Haro sur les Etats Nations, et vivent les régions, leur charme, leurs traditions, leurs folklores, leurs langues minoritaires, si utiles pour faire croire qu’une région peut mieux se défendre qu’un pays entier...

        .

        C’est d’autant plus faux cul, que les régionalistes doivent tout à la République, leur santé, leur scolarité gratuite, leurs acquis sociaux, leurs budgets par répartition de la richesse nationale et les voilà qui crachent dans la soupe !

        .

        C’est vrai qu’un Etat souverain, c’est super dangereux, pensez donc, il peut faire des lois contre la finance, séparer les banques, lutter contre les multinationales, dévaluer la monnaie, défendre les services publics et les lois sociales, légiférer contre l’immigration de masse, bref, une horreur !

        .

        Les régions c’est vachement mieux, surtout, si au final, on les rattache directement à Bruxelles : direct du législateur aux mougeons régionaux !

        « UPR-Les euro-régions, allons-nous laisser détruire la France ? »


        • Cirrhose (Droll de Crane) Cirrhose (Droll de Crane) 2 décembre 18:56

          @Fifi Brind_acier

          L’ unité francaise , ne concerne que les francs.
          L’ unitée d’ auvergne ne concerne que les avernes .
          ... and else ...

          Europe ... enarque autopromus ...comunautarisme invasif ...
          Refuse/resist chaos AD


        • Maxence Smaniotto Maxence Smaniotto 2 décembre 23:17

          @Fifi Brind_acier Bonjour, tout d’abord, lisez un peu mieux l’article. Je ne prône ni les sécessionnismes (je suis totalement contre), ni les hystéries à la Puigdemont, ni la suprastructure bruxelloise. Je suis pour la souveraineté des pays européens et pour l’autonomie des régions de ces états, pour que les cultures locales soient préservées. Je pense qu’une France nivelée, sans ses régions historiques, serait un pays vide et sans âme, exactement ce que les mondialistes veulent. Un certain degré d’autonomie aurait pu peut-être éviter la désindustrialisation de certaines régions, voulue par Bruxelles et actée par leurs larbins à Paris, par exemple. Et éviter également la création des abominables eurorégions. Bonne journée.


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 3 décembre 08:34

          @Maxence Smaniotto
          Je suis pour la souveraineté des pays européens


          C’est une excellente idée, moi aussi ! Commencez donc par dire que vous êtes favorable à la sortie de la France de l’ Union européenne, ce sera plus clair.
          Car il n’y a pas d’autre moyen pour retrouver la souveraineté.
          .
          Il n’est pas possible de changer les Traités, à cause de l’unanimité nécessaire.
          Et il n’est pas possible non plus de les violer.
          .
          Alors commençons par le début : le FREXIT.
          Rassemblons-nous provisoirement pour sortir de l’ UE.
          .
          Ensuite, les Français disposeront du Référendum d’ Initiative Populaire, et s’ils veulent plus d’autonomie régionale, ils le diront. Il ne faut pas prendre les problèmes à l’envers, si nous restons dans l’ UE, alors, à terme, ce seront les euro-régions.


        • MagicBuster 2 décembre 16:03

          https://blogs.mediapart.fr/ker-beirhos/blog/050711/il-est-interdit-de-cracher-par-terre-et-de-parler-breton

          La France est plus grande que les régions.

          La mise en avant des régions c’est seulement le déclin de la France.

          Précédemment on punissait ceux qui ne parlait pas le français ( breton , corse ... ) désormais , ça parle en arabe partout et tout le temps ! ! !

          Et ça se revendique Français !!!!!
          ON CROIT RÊVER.

          Des babouches restent des babouches ( en France on dit « Charentaises » )


          • @MagicBuster

            En 1793 la France faisait front à l’Europe ; la Vendée tenait tête à la France .
            La France était plus grande que l’Europe ; la Vendée tenait tête à la France !

             Pour l’affiche « recherchée » par Médiapart ,ça doit être çà


          • Sparker Sparker 2 décembre 16:09

            Si la corrida définit une exception culturelle, s’cusez de pas vous suivre dans vos régionalisations.

            Déjà la nationalisation pèse son pesant réducteur et nombriliste présentant le béret, la baguette de pain et le litre de rouge, alors s’il faut se régionaliser et ressortir les costumes du 18ème siècle, les coiffes et sabots, vous n’allez pas trouver beaucoup de monde pour vous suivre.

            Le folklore c’est cool tant que ça reste du folklore et historique, si c’est pour de « l’identitaire » c’est hasbeen.

            La société de demain ne sera pas la société de la terre et du sang, ça c’est fini.

            Retrouvez votre imaginaire et nourrissez vous des échecs des sociétés pour lui donner un cadre, bien des choses sont encore à inventer pour ne pas avoir besoin de faire marche arrière. C’est d’ailleurs bien le problème, on ne peut jamais revenir en arrière mais on peut toujours aller de l’avant.


            • Lugsama Lugsama 2 décembre 19:39

              @Sparker

              On peut être contre la régionalisation et pour la corrida. Le folklore est identitaire par nature et c’est has been pour les déracinés ou les neuneus qui voient la giga-droite derrière tout ce qui est identitaire.


            • Sparker Sparker 2 décembre 23:37

              @Lugsama

              « Le folklore est identitaire par nature » et c’est bien suffisant, on va pas en faire une politique.
              Pour les neuneus qui voient ce qu’ils voient, je ne vois pas... il y une gauche identitaire ?


            • Sparker Sparker 2 décembre 23:43

              @Sparker

              Et le folklore, comme bien d’autres choses, ce n’est pas par ce que ça existe que c’est forcément bien.
              Moi aussi, comme tous, je viens d’une région avec son folklore, sa mentalité, ses traditions, c’est marrant quand t’es gosse...


            • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 3 décembre 00:02

              @Sparker

              C’est bien. T’es mur .


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 3 décembre 09:18

              @Sparker
              Le fin du fin des capitalistes mondialistes, ce sont les libertariens.
              « Le déclin de l’ Etat Nation ». Ils expliquent clairement que l’Etat Nation est imaginaire, ne sert à rien, et qu’il faut passer à autre chose.
              .
              Ils disent la même chose que la France Insoumise qui refuse la souveraineté. Ce qui devrait allumer quelques clignotants rouges, car vous êtes sur la même ligne politique que « le progressisme » capitaliste ....
              .
              " Bien évidemment, cela n’aura aucun effet à long terme. On n’arrête pas durablement les développements de l’intelligence humaine en renforçant l’adhésion à un ordre imaginaire ancien.
              .
              Si celui-ci s’effrite parce qu’un autre est en cours d’élaboration, tous les discours politiques et toutes les promesses démagogiques ne pourront rien pour maintenir une construction intellectuelle qui ne reçoit plus l’adhésion de tous.

              .

              Le modèle de l’État-nation va donc évoluer fortement puis être remplacé par un autre ordre imaginaire, dont nous ne savons encore rien. Nous ignorons également tout de la durée de cette transition, qui peut prendre des siècles.

              .

              L’Union européenne en construction est sans doute le meilleur exemple de dépassement institutionnel de l’État-nation. Chacun peut observer que depuis le traité de Rome de 1957, il a fallu beaucoup de ténacité et de pragmatisme pour construire une entité politique sui generis.

              .

              Le nationalisme ne se console pas de cette réussite : Trump veut la détruire et les brexiters britanniques veulent la quitter. Ce ne sont là que les débuts des grands conflits qui ne manqueront pas de parsemer le déclin de l’État-nation.


            • Sparker Sparker 4 décembre 23:08

              @Fifi Brind_acier

              Trop binaire la Fifi...


            • Sparker Sparker 4 décembre 23:28

              @Fifi Brind_acier

              « la France Insoumise qui refuse la souveraineté »

              C’est ce genre de connerie qui fait que tout le monde vous laisse parler et ne relève pas souvent vos propos.
              Vous finissez pas traîner dans la bouse aussi en racontant n’importe quoi. Mais bon je comprend, tenir le crachoir demande de la ressource et quand on en à plus on en invente, classique... mais sans intérêt.
              Comparer la FI avec les libertariens étasuniens, MDR comme dirait l’autre et complètement décrédibilisant pour vous. 
              La FI et JLM kings of grand écart entre le Vénézuela et les libertariens, chapeau les artistes...
              Je savais pas que je soutenais des gens aussi balèzes...
              Et je vous met au défi de trouver un discours aussi profond que celui-ci sur la souveraineté du peuple :

              https://www.youtube.com/watch?v=4Xi2ubO4yI8&feature=emb_logo

              Ressaisissez vous, comme Dugenet vous fielez grave... le dérapage vous guette...


            • damocles damocles 2 décembre 21:39

              Parler les langues regionales , c’est la loose , c’est hasbeen et c’est pas cool !

              Dailleurs je les kiffe pas ces raloufs borderline !

              Moi je les traite ces tarbas de zeubous ! je ni*** leur race ! 

              ....peuvent pas parler français !


              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 2 décembre 22:18

                @damocles
                Ils sont priés désormais d’être trilingues : français, régional, mais surtout anglais !!
                .
                Clinton est un Mickey, il a reçu le Prix Charlemagne en 2000, pour services rendus à l’Europe (oui, l’ UE qui nous protège des USA, c’est du pipeau), il est venu recevoir son prix à Aix la Chapelle, et saluer la reconnaissance par l’ UE des langues minoritaires. Ollé !
                .
                L’ennui, c’est qu’aux USA, les langues minoritaires des Amérindiens... ne sont pas reconnues. Fait ce que je te dis, mais pas ce que je fais.


              • dr.jambon-beurre dr.jambon-beurre 2 décembre 22:28

                @damocles
                Parler les langues regionales , c’est la loose , c’est hasbeen et c’est pas cool !

                Eh oui, c’est pourquoi elles ne seront tolérées qu’au supermarché, à la piscine et jusqu’au collège, après il faudra utiliser la langue des bouseux de l’aut’ côté de la manche.


              • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 2 décembre 22:38

                @dr.jambon-beurre

                C’est Jack Lang ministrre de l’éducation qui a supprimé la charge picarde au niveau de l’université d’Amiens. Putain de socialos !!!


              • dr.jambon-beurre dr.jambon-beurre 2 décembre 22:23

                Merci M. l’étranger de dire aux Français comment détruire leur pays, maintenant vous pouvez rentrer chez vous et commencez par détruire le votre avant de vouloir s’en prendre à celui des autres, on serait tenté de vous prendre pour un agent subversif, médiocre au demeurant.

                Ce texte n’est qu’une énième propagande pour les euro régions qui vont démanteler les états européens au bénéfice de l’allemagne, verstehen sie ?

                Voilà vers quoi on se dirige : http://www.cercledesvolontaires.fr/wp-content/uploads/sites/2/2013/09/4-carte-d-europe-sans-nations.gif

                https://ruptures-presse.fr/wp-content/uploads/2017/04/Carte-Europe-des-r%C3%A9gions-945x445.jpg


                • Sparker Sparker 2 décembre 23:58

                  C’est sur que de la relocalisation sera nécessaire et la « gestion » direct sur le terrain va devoir se renforcer.

                  Les régions avait une réalité « biotopique » on fabriquait et vivait de ce qu’il y avait sur place et les mœurs se partageaient de gré à gré, moi qui vit en Auvergne c’est encore assez marqué.

                  Démocratiquement ça doit être plus simple aussi (démocratie directe), a voir. Il faudra bien faire une concorde entre le local et le global un jour. Je ne pense pas et je n’espère pas que ce soit les traditions (en perte de vitesse ??) qui seront la référence de l’union locale

                  Il est assez clair que la dimension nationale vit ses dernières décennies, cote bâtarde et mal taillées pour les peuples, l’unité sera peut-être par la langue parlée donc par la culture. 


                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 3 décembre 08:53

                    @Sparker
                    Il est assez clair que la dimension nationale vit ses dernières décennies


                    On avait bien compris que la souveraineté n’était pas le souci de la France Insoumise... Quand Cuba échange des médecins contre du pétrole avec le Venezuela, c’est de l’Internationalisme, c’est à dire un accord de coopération gagnant/gagnant entre deux pays souverains.
                    .
                    Ce que n’est pas l’ UE, qui met en concurrence européenne & mondiale les salariés et les entreprises...
                    .
                    Ce que la FI appelle « Internationalisme », ou « alter mondialisme », c’est la fin des frontières, et donc des Etats nations, exactement ce qui convient au capitalisme et au Nouvel Ordre Mondial.
                    .
                    Avec un Etat minimum, histoire d’assurer la paix civile propice au commerce, et lui faire les poches quand c’est nécessaire... Félicitations !
                    .
                    Heureusement que les Français sont beaucoup plus attachés à leur pays que la Gauche & la Droite, qui nous vendent, depuis Pompidou, à la finance et aux multinationales pour un plat de lentilles...


                  • Sparker Sparker 4 décembre 23:03

                    @Fifi Brind_acier

                    La nation politique n’a aucune force, vous n’avez pas le monopole de la souveraineté.
                    L’avenir est aux peuples pas aux nations, vous avez pris le mauvais train. 
                    Un peuples est une somme de gens qui se reconnaissent, forme un « corps » solidaire, une nation est une somme de gens sous la même contrainte bourgeoise manipulatrice.
                    La souveraineté d’un peuple est dans son unité, sa force collective et l’esprit qui l’anime.
                    La souveraineté de la nation est une phrase creuse inventée pour de la pure manipulation, tout le 20ème siècle en témoigne.

                    Faut tuer le père et sortir de chez mémé, un jour...


                  • Sparker Sparker 4 décembre 23:07

                    @Fifi Brind_acier

                    La nation n’a jamais fait l’unité sauf à être appelée « aux sursauts nationaux » pour défendre le capital à coup de millions de morts.
                    Vous nous en avez assez abreuvé en liens.


                  • dr.jambon-beurre dr.jambon-beurre 3 décembre 05:04

                    Je ne pense pas et je n’espère pas que ce soit les traditions (en perte de vitesse ??) qui seront la référence de l’union locale


                    Inutile de préciser, c’est tout à fait redondant avec votre avatar, mais merci d’avoir participé. Promos de nutella en vue, restez dans les parages.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès