• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Pourquoi, finalement je ne suis pas complètement Charlie !

Pourquoi, finalement je ne suis pas complètement Charlie !

Que cela soit bien clair, refuser d'endosser ces trois mots « Je suis Charlie » ne signifie pas que je sois insensible à la mort de ces braves journalistes de Charlie Hebdo, massacrés par ces terroristes djihadistes du 7 janvier dernier. Ce funeste jour, à 14h45, lorsque je suis parti du travail pour rejoindre mon domicile, j'ai allumé machinalement la radio, sur France Inter. J'avais été comme hors du monde, jusque-là, car, j'avais fait passer des examens à des étudiants. J'entends alors : « Ce qui s'est passé à Paris, à 11h30, est une tragédie ». J'ai eu le sang glacé et mon imagination s'est mise en branle. De quelle catastrophe s'agissait-il ? La suite tombe, brutale, au flash de 15 heures : « La conférence de rédaction de Charlie Hebdo a été décimée par une attaque terroriste ; sont tués : Wolinski, Charb, Cabu, Tignous... ». J'arrive chez moi après une demi-heure de route et me mets à mon PC à la recherche de précisions. Là, j'apprends, avec encore plus de stupeur, que Bernard Maris, un de mes journalistes préférés, mais dont j'ignorais l'appartenance à Charlie Hebdo, fait partie des victimes. C'est aussi un économiste brillant dont j'appréciais la réflexion, la modestie et l'humanisme. Les autres victimes sont, à mes yeux, tout aussi estimables mais j'ignore leurs opinions philosophiques et militantes, n'étant pas un « grand » lecteur de l'hebdomadaire satirique. Je suis juste abonné à sa news letter.

Rien qu'en étant solidaire avec les défunts et leurs proches dévastés, je pourrais être Charlie et je le suis d'une certaine manière. Mais je n'ai pas manifesté en brandissant un écriteau « Je suis Charlie » et je ne l'ai passé à mon répertoire téléphonique sous forme de chaîne. Quitte à être dans le camp des non Charlie avec des « cons » dont je me sens éloigné à des milliers de lieues : je veux parler de tous ces fachos qui versent des larmes de crocodiles, de ces intégristes obscurantistes, de ces incultes et tous ceux qui sont pétris de cette maladie des faibles qu'est le ressentiment...

Moi, je ne suis pas d'emblée Charlie, car j'ai du mal à définir ma position au moment où l'émotion est encore grande et submerge la conscience et la raison, empêchant toute intellection. C'est la raison pour laquelle, j'ai décidé de ne pas aller manifester, au risque de passer pour un sans cœur. Je ne suis pas resté inactif, cependant. En tant qu'éducateur, je me suis évertué à provoquer des discussions et des occasions de débattre tant avec les ados dont j'ai la charge qu'avec mes collègues ; tout cela dans le but d'arriver à une compréhension de ces événements, qui semblent a priori, défier toute rationalité. Je suis les informations avec mes enfants et discute avec eux sur l'humanisme, l'altruisme, la liberté, l'égalité, la fraternité, la liberté d’expression et de conscience, la laïcité, la compassion mais aussi l'inhumanité, la haine maladive, l'ignorance crasse, la barbarie humaine, telles qu'elles s'offrent à voir dans ce massacre et dans tant d'autres. Pour cela, je pourrais légitimement être Charlie. Mais je ne le suis pas pour autant entièrement, car, en tant que libre penseur et citoyen critique, je refuse, en toute occasion, que l'on m'impose une façon de réagir aux événements, une façon d'apprécier les bons livres, les bons films... Ce sont les raisons pour lesquelles, je n'ai pas encore lu les Harry Potter ni vu le film le Titanic. Je n'aime pas faire les choses par mode ou par mimétisme. Pareillement, je ne suis pas prompt non plus à hurler avec les loups parce que telle ou telle célébrité a pu déraper en parole ou en acte. Je suis contre la police de la pensée comme je suis contre la pensée unique et la bien-pensance triomphante des temps actuels. L'anticonformiste me convient bien. Ce qui est l'esprit Charlie ! Donc, je suis Charlie.

Et pourtant je ne dois pas être totalement Charlie, car je suis pour la satire, l'humour, même noir, et bien sûr pour la libre pensée, mais avec une limite qui est l'impact que cela peut avoir sur les simples gens. Blesser les gens par pure impertinence ne me semble pas une chose bonne ni suffisante. De la même manière que j'ai trouvé choquante, a posteriori, la Une de Hara-kiri, en 1970, lors du décès De Gaulle : « Balle tragique à Colombey : un mort », j'ai trouvé que les publications insistantes des caricatures de Mahomet n'étaient pas si fabuleuses que cela. « L'excès nuit en tout », dit l'adage. C'est pourquoi, je comprenais, à l'époque, que des citoyens français musulmans soient choqués et en colère au point d'ester en justice pour demander que cela cesse. Même si dans l'un comme dans l'autre cas, je ne soutiens pas l'interdiction d'un organe de presse et encore moins le massacre de caricaturistes et de journalistes par des crapules fanatisées. Pour cela aussi, je pourrais être Charlie.

Et malgré tout, je ne peux être Charlie libre et esprit critique si je marche en communion avec des gens qui ont une indignation et une défense sélectives de la liberté d'expression. Je ne peux pas me sentir Charlie, quand je défile à côté de tous ces ennemis de la liberté et de la liberté d'expression, de la laïcité, quand je défile à côté des autocrates sanguinaires qui oppriment férocement leur peuple, chez, eux, tout en ayant le toupet de venir défendre ces droits et libertés pour Charlie à Paris. Je suis contre les hypocrites et les opportunistes de tous bords. Cela aussi c'est l'esprit Charlie. Cela seul aurait pu faire de moi un des millions de Charlie à l'honneur ce 11 janvier 2015.

Mais à cause des gens que je citerai ci-après, je n'ai pas été ce Charlie défilant et communiant avec ses compatriotes. Le premier qui m'arrive à l'esprit est Philippe Tesson. Se prévalant du caractère exceptionnel de la Shoah, il a qualifié Dieudonné de « bête immonde » et a souhaité sa mort. « Sa mort par exécution me réjouirait profondément » a-t-il lâché le 9 janvier 2014, lors d'un débat. Or cet appel au meurtre n'est pas si différent des fatwas lancées par les mollahs iraniens contre Salman Rushdie ou l'appel à la vengeance des terroristes d’Al-Qaïda contre Charlie Hebdo. Mais contrairement aux fatwas des intégristes contre Rushdie et Charlie, celle du Mollah Tesson contre Dieudonné n'a ému personne. Aujourd'hui, cela me fait doucement rigoler, quand le même Tesson se croit en guerre parce que ses alter ego islamistes ont exécuté les dessinateurs qu'ils accusent, bien évidemment à tort et de vile façon, de crime impardonnable de blasphème contre l'Islam. Seul un croyant, effectivement, peut blasphémer contre sa propre religion, en en trahissant les principes. C'est le même Tesson qui se targue de défendre le pseudo-historien et sulfureux idéologue Zemmour, qui rêve de déporter les musulmans français, et dont Tesson pense qu'il est « la victime d'une censure d’État ». Et pourtant nul n'a autant la parole en France que ce haineux personnage. Décidément, je ne peux être Charlie et défiler aux côtés ni de Tesson ni de son protégé Zemmour.

En seconde position, vient Patrick Cohen, celui-là même qui rendait un vibrant hommage aux suppliciés de Charlie Hebdo, récemment, au nom de la sacro-sainte liberté d'expression et du droit à caricaturer. J'étouffe de rire devant son audace. En effet, celui qui se pose en parangon de la liberté d'expression, aujourd'hui, est le même qui se posait, hier, en police de la pensée et dressait la liste des « cerveaux malades » auxquels il fallait interdire l'accès aux médias : Dieudonné, Soral, Nabe, Ramadan... On le voit, la liberté d'expression à la Cohen est à géométrie variable. Comme Tesson, Cohen a le culot, dans le même temps, de trouver que Zemmour est quelqu'un avec qui on peut débattre. Vis-à-vis des musulmans, des Arabes, des Noirs, des étrangers, des homosexuels, des femmes, on pourrait, conformément à la loi Cohen, classer Zemmour parmi les « cerveaux malades » de la République. Dans l'esprit de Cohen, Zemmour doit encore être dans la limite de l'acceptable... J'aurais sans doute vomi sur tout le trajet à défiler avec Patrick Cohen. Voici pourquoi aussi je n'ai pas été Charlie, en ce dimanche qui grandit pourtant le peuple français.

Troisième personnage, Philippe Val, l'ex-directeur de France Inter. Ce type, qui se pose aujourd'hui en chevalier blanc de la liberté d'expression, en a été aussi l'inquisiteur. Charlie Hebdo, sous sa houlette, n'a pas été que le défenseur de la libre pensée et de la liberté d'expression. Il en a été aussi le fossoyeur. Voici ce que Guy Bedos, ami et se réclamant de l'esprit Charlie originaire, disait, en 2012, opposé qu'il était à l'hebdo lors de la publication des caricatures de Mahomet et suite à l'éviction de Siné : « Charlie Hebdo, ce ne sont pas mes copains. Qu'ils crèvent ! Je ne suis pas d'accord avec eux. Ils ont pris des risques sur la peau des autres. » et d'ajouter à propos d'un certain nouvel esprit à Charlie Hebdo : « Je n'ai pas de leçons d'insolence à recevoir de gens qui se sont couchés devant Philippe Val, qui s'est couché devant Sarkozy pour devenir directeur de France Inter. Dans la résistance, on n'aurait pas été dans le même réseau. » Soulignons que Guy Bedos regrette, aujourd'hui, le « qu'ils crèvent » et pleure la disparition de ses copains d'impertinence. Mais il n'enlève rien à la charge qu'il avait sonnée contre certains de l'équipe Charlie, au premier rang desquels P. Val. En voici sans doute la raison : en 2002, dans le contexte explosif de l'après 11 septembre, le journal a donné une tribune à l’islamophobie la plus abjecte, notamment à ce livre raciste, titré : La rage et l'Orgueil. Un livre de la journaliste et essayiste italienne Oriana Fallaci, qui sous prétexte de combattre l'intégrisme islamiste, vilipende, et c'est peu dire, les musulmans et les Arabes. Lisez plutôt ces extraits édifiants : « Au lieu de contribuer au progrès de l'humanité [les fils d'Allah] passent leur temps avec le derrière en l'air à prier cinq fois par jour », « se multiplient comme des rats  », « il y a quelque chose dans les hommes arabes qui dégoûte les femmes de bon goût ». Le chroniqueur qui a fait l'éloge de ce livre, dans l'hebdo, s'appelle Robert Misrahi. Charlie Hebdo a fini, à force de protestations des lecteurs, par désavouer le chroniqueur, mais le mal était fait. Et pourtant, les responsables de l'hebdo ne pouvaient pas ne pas avoir perçu qu'ici il ne s'agissait plus d'humour ni de satire mais d'idéologie. J'ai en effet du mal à être Charlie avec un tel personnage.

Qui plus est, les fameuses caricatures de Mahomet ont une origine douteuse, pour ne pas dire fascisante. En effet, elles ont été reprises par Charlie Hebdo d'un journal d'extrême droite danois au nom, semble-t-il, de la liberté d'expression et de la satire anti-religion. Or,Val et certains camarades de l'hebdo, entre autres, la très en verve Caroline Fourest, ont été à l'avant garde de l'excommunication de Dieudonné de l'ensemble de l'espace médiatique français, au départ, pourtant, pour avoir parodié un colon intégriste juif. En témoigne cette Une du Charlie Hebdo n°662, qui présente Dieudonné avec un cerveau minuscule, avec le titre « Le cerveau de Dieudonné ! Un détail ». Cela faisait écho aux propos de l'auto-proclamée police de la pensée, Patrick Cohen, sur les cerveaux malades de Dieudonné, Nabe, Soral et Ramadan... Bref, les mêmes qui revendiquent à cor et à cri le droit au blasphème contre l'islam, dénient ce droit à Dieudonné lorsqu'il brocarde un colon intégriste juif. Cela s'apparente très clairement à du deux poids deux mesures. Souvenez-vous, c'est le même Philippe Val qui excommuniera Siné de l'hebdo en l'accusant d’anti-sémitisme juste parce qu'il a commis une blague qu'on peut qualifier de foireuse en écrivant : « Jean Sarkozy vient de déclarer vouloir se convertir au judaïsme avant d’épouser sa fiancée juive et héritière des fondateurs Darty. […] Il fera du chemin dans la vie, ce petit ! » (Siné, Charlie Hebdo n°837). Philippe Val, et à sa suite, l'inénarrable Caroline Fourest, a beau tenter de convaincre que c'est parce que le journal risquait un procès pour anti-sémitisme, procès perdu d'avance selon eux, personne n'est tombé dans le panneau. La suite judiciaire (prud’homale) de cette affaire et des agissements de P. Val, patron de France Inter, démontreront que lui, Fourest et d'autres nous ont pris pour des pigeons. De Charlie à France Inter, le prétendument anarchiste-gauchiste s'est bien mué en censeur invétéré au service de ses nouvelles amitiés politiques, à l'opposé des valeurs de gauche et de l'esprit Charlie. Plusieurs membres du journal ont dénoncé la dérive dans le sillage de l'affaire Siné.

A France Inter, la première victime de Val a été Frédéric Pommier qui présentait la revue de presse. Ce dernier est renvoyé deux heures seulement après la nomination de P. Val au poste de directeur. Sa faute : avoir cité Siné Hebdo à la revue de presse.Val s'en défendra sans vraiment convaincre. Le 23 juin 2010, ce sera au tour des humoristes Stéphane Guillon et Didier Porte d'être licenciés. Ces derniers ont payé sans doute leur impertinence face au pouvoir de l'époque. Leur gauchisme était dénoncé depuis un moment par les zélateurs du pouvoir. Le nettoyage ne s'arrêtera pas là, puisque en octobre 2010, l'humoriste Gérald Dahan est, lui aussi, viré pour crime de lèse-majesté à l'égard de Michèle Alliot-Marie . Des licenciements tous injustifiés. En effet, en 2011, les prud'hommes de Paris qualifient l'éviction de Guillon d'irrégulière et condamne Radio France à lui verser 212 000 euros de dommages et intérêts, somme augmentée de 23 000 euros par la Cour d'Appel de Paris au titre du préjudice moral. En 2012, Radio France est également condamnée par le même conseil de prud'hommes à verser 252 000 euros à l'humoriste Didier Porte pour « licenciement sans cause réelle et sérieuse ». Enfin, en décembre 2012, Charlie Hebdo est condamné par la Cour d'Appel de Paris à verser 90 000 euros de dommages et intérêts à Siné pour licenciement abusif. Bref, comme vous le voyez, les pleurs de Val sur la liberté d'expression, pas sur la mort de ses amis heureusement, manque de sincérité. C'est pourquoi, bien que d'accord souvent avec l'esprit Charlie, en la matière, je ne nourris aucune fierté à marcher aux côtés de P. Val pour la défense des libertés qu'il a plusieurs fois foulées au pied.

Je ne peux être un Charlie sincère non plus à défiler aux côtés des représentants des princes saoudiens, ceux-là qui amputent des mains, lapident les femmes, condamnent à 10 ans de prison et à recevoir mille coups de fouets un simple blogueur dont le tort a été de plaider pour la Saint Valentin et réclamer des mesures politiques libérales, ceux-là même qui poussent le ridicule jusqu'à considérer le bonhomme de neige comme objet de blasphème. Être Charlie est tout à fait honorable, mais pas avec ces gens-là, vous en convenez ?

Des tas d'autres personnes, qui se sont invitées à cet élan populaire salutaire ne m'ont pas donné envie de marcher à leur côté : Benyamin Netanyahou, chef d'un gouvernement qui pratique la loi du talion en rasant les maisons des familles des kamikazes palestiniens ou en bombardant sans discernement les populations civiles de Gaza, les représentants de Poutine, ce despote contemporain qui embastille à tour de bras les journalistes et les opposants, Ali Bongo qui ignore tout de la liberté, Viktor Orban, le premier ministre Hongrois, qui pactise avec l'extrême droite populiste... Vous avez dit Charlie ? Mais quels Charlots, ces gens !

 

Et pourtant, je suis Charlie en solidarité avec les morts, en soutien aux survivants de Charlie Hebdo ainsi qu'à l'égard des familles et pour la défense des principes et des valeurs de la République mais j'exècre de devoir défiler aux côtés de tous ces faux amis de la liberté d'expression, pour ne pas dire de la liberté tout court, dont j'ai fait cas ci-dessus. Voici pourquoi, bien que n'ayant pas porté le fanion ni défilé le 11 janvier dernier, je pense, moi aussi, être Charlie. Amplement ! Et je pense être dans l'esprit Charlie pour autant. Le dessinateur néerlandais de Charlie Hebdo, Willem, traduit succinctement ce sentiment de dégoût qui m'anima en ces termes : « Nous vomissons sur ceux qui, subitement, disent être nos amis ».


Moyenne des avis sur cet article :  4.26/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • JL JL 16 janvier 2015 10:19

    Bonjour Tao David,

    un grand bravo pour cet article bien écrit, délicieusement factuel et qui, malgré sa (toute relative) longueur offre encore un vrai bonheur de lecture au milieu de cette pléthore d’articles sur ce sujet des Charlie’s followers.


    • Tao David Tao David 17 janvier 2015 09:25

      @ JL,

      merci pour ce joli compliment qui me va droit au cœur.

      Bien à vous


    • Robert GIL Robert GIL 16 janvier 2015 11:11

      Dois-je être Charlie parce que les victimes étaient l’incarnation suprême de la liberté d’expression, comme l’a déclaré le Président de la République ? Suis-je Charlie, non seulement parce que je suis un laïc athée, mais aussi du fait de mon antipathie fondamentale envers les bases oppressives des trois grandes religions monothéistes occidentales ... ou lire la suite


      • mayabis 16 janvier 2015 14:01

        parfait je plussoie smiley


        • Lezara 16 janvier 2015 14:19

          Cher Tao David,

          Je suis éblouie par votre réflexion sur l’ensemble de la question, votre style et sa clarté.
          C’est la première fois que j’entends (je lis !) des propos aussi sensés et si bien étayés.
          Je me suis fais insulter quand j’ai dit, à l’époque, que Dieudonné ne faisait que se moquer d’un colon israélien. Et pourtant, il était très mesuré si l’on se réfère aux propos haineux de certains d’entre eux !
          Dans cette époque de grande « remise à plat », notamment des musulmans de France, j’espère que l’on comprendra que l’on ne peut faire l’économie de la remise en question(s) des juifs de France.
          Leur cautionnement de la politique d’Israel depuis 65 ans, à l’exception de Michèle Sibony, me semblant être une des 1ères causes de l’anti-sémitisme en France. Comment peuvent-ils vouloir, dans le même temps, que tous les jours depuis 70 ans on pense à la Shoah et qu’ils passent sous silence le quasi-génocide du peuple palestinien ?
          Comment peut-on parler des dérives islamiques sans parler de la LDJ ?
          Moi non plus, je ne me suis pas tout à fait senti « Charlie » à cause de toutes les personnes au langage bifide sur la liberté d’expression.
          Un grand MERCI à cette liberté d’expression, enfin à double sens !

          • velosolex velosolex 16 janvier 2015 15:27

            On peut être charlie un jour, celui de l’empathie. 

            Ce n’est pas pour ça qu’on doit être charlie toujours,
            slogan d’ailleurs peu compatible avec l’esprit de Charlie

            • 65beve 65beve 16 janvier 2015 17:12

              Bonjour l’auteur,

              En 1970, ce n’était pas « balle tragique » mais « bal tragique à Colombey »
              Voilà un malentendu de 45 ans qui s’estompe.
              Sinon, je partage votre analyse : être Charlie sans être un Charlot.
              cdlt.


              • Tao David Tao David 17 janvier 2015 09:22

                Bonjour 65beve

                @65beve

                Bien vu. C’est sans doute un lapsus persistant, indépendamment de ma volonté donc. J’ai lu et relu le texte sans jamais m’apercevoir de cette erreur, ce que vous appelez avec humour le malentendu de 45 ans.

                 Merci.


              • anny paule 16 janvier 2015 17:13

                Merci d’alimenter aussi brillamment notre réflexion ! En toute modestie, vous avez écrit ce que j’aurais aimé écrire !

                Comme vous, je me suis abstenue, dimanche tout en me torturant l’esprit sur mon choix. Une partie connue juste avant de la liste des participants m’a confortée dans ma décision, au même titre qu’une « invitation » personnelle de Cambadélis, arrivée sur mon ordinateur à 0 h 33, dans la nuit du 10 au 11 alors que je ne suis pas au PS, ou encore que ce slogan ait été le fait d’un publiciste !
                Mes craintes, en ce moment, se tournent vers la récupération qui en est faite !!!
                 

                • franck milo franck milo 16 janvier 2015 21:54

                  « ...La juge des référés du tribunal de Metz a enjoint vendredi les Arènes de Metz à ouvrir leurs portes au polémiste Dieudonné... »
                  C’est un nouveau métier ça, polémiste ? Il est plus humoriste Dieudo ? Effectivement les temps changent, ainsi on ne devrait plus parler de journalistes mais de propagandistes.


                  • Cicciolina :— Cicciolina :— 16 janvier 2015 22:18

                    Un imam en visite chez sa fille qui vit à paris, s’étonne du luxe dans lequel elle vit. 
                    Il lui demande 
                    -Ma fille, quel métier fais tu ? 
                    -Je suis prostitué ! 
                    -Quoi !!! je te renis tu es une honte pour moi , je rentre au pays !!! 
                    Elle lui dit : 
                    -Papa, tiens 15000 euro, tu en donnera 10 000 à maman et 5000 à ma petite soeur ! 
                    Le père change de ton et lui dit 
                    -Ma fille excuse moi , tu m’a dit que tu étais quoi déjà ?Prostitué, c’est un bon métier 
                    j’avais entendu protestante !!!

                    Plus de blagues sur : www.blague-drole.net


                    • Michel Maugis Michel Maugis 16 janvier 2015 23:16
                      @Tao David

                      C’est dommage pour votre texte de mettre dans le même sac Poutine.

                      « les représentants de Poutine, ce despote contemporain qui embastille à tour de bras les journalistes et les opposants, »

                      C’ est ce que disent les journalistes français qui ASSASSINENT en Syrie et ASSASSINERENT et CONTINUENT DE LE FAIRE en Libye.

                      Et le despote Hollande qui tue a tout de bras, en écoutant Obama, qui vient d’ affirmer vouloir former des terroristes contre la Syrie ?

                      La participation de la Russie à la manif est pour recevoir des coups, inférieurs à ce qu’ ils auraient été si elle n’ avait pas participé. Elle a choisi la la possibilité du moindre coût politique

                      Quoiqu’ elle fasse, elle sera la victime de la russophobie à laquelle vous participez volontairement, pour être exactement comme ceux que vous fustigez.

                      Allez défendre les Femen aussi, au nom de la liberté d’ expression.

                      et c’ est au non de cette liberté que vous n’ osez dire la vérité que la FRANCE n’ existe plus, elle est gouvernée par un clique SIONISTE ET FASCISTE au nom du Grand Capital.



                      • Tao David Tao David 17 janvier 2015 09:14

                        Bonjour Michel Maugis,

                        je n’ai pas bien compris ce que vous me reprochez exactement. Voulez-vous dire que j’ai malencontreusement placé M. Poutine dans le camp des ennemis de la liberté et de la liberté d’expression ? Si c’est le cas, vous avez sans doute oublié de convoquer les faits qui en font
                        un défenseur attitré de la liberté. Personnellement, je ne vois que des faits attestant le contraire.
                        Concernant les femen, dans une démocratie, on peut avoir une opinion contraire à leur manière d’agir
                        mais je ne crois pas que les envoyer au goulag soit particulièrement juste. Pareillement, les opposants de Poutine font régulièrement des séjours en prisons pour des raisons politiques.
                        Quand à la fin supposée de la France, je ne vous suis pas, à moins que vous n’avanciez des arguments imparables.
                        Cordialement.


                      • Michel Maugis Michel Maugis 17 janvier 2015 15:49


                        Ce que je reproche est de faire de la liberté d’ expression un principe sacré, qui vous permet de mettre Poutine dans le même sac.

                        Le danger ce n’ est pas Poutine c’ est fondamentalement les USA.

                        Les défenseurs attitrés de la liberté d’ expression n’ existent tout simplement pas.

                        Même Voltaire était un de ses plus grands ennemis.

                        Ce qui existe est la lutte pour un autre monde, et dans ce sens Poutine en est uni défenseur attitré.
                        Et les USA l’ ennemi le plus acharné de TOUS les peuples, mêmes de ceux qui lui font la courbette.

                        Seuls les USA ont le droit de vivre sur Terre.

                        Il faut résister. C’ est ça la vraie guerre.



                      • Tao David Tao David 17 janvier 2015 18:28


                        Et vous me traitez de russophobe parce que j’émets une petite critique contre Poutine ?
                         Que faudrait-il dire vous concernant par rapport aux USA que vous décrétez comme étant le MAL sur terre ? En toute chose, je crois, qu’il faut savoir raison garder.


                      • Michel Maugis Michel Maugis 18 janvier 2015 15:51

                        @Tao David


                        « Et vous me traitez de russophobe parce que j’émets une petite critique contre Poutine ? »

                        je ne vous ai pas traité de russophobe, et vous n’ avez pas émis une petite critique contre Poutine.

                        Vous avez montré que vous NE VOULEZ PAS ADMETTRE L’EVIDENCE pour des raisons idéologiques, celle de maintenir ce monde de profiteurs égoïstes petits blanc misérables que sont la GB, la France, les Etats Unis etc. qui exploitent le reste du monde. Vous avez dit VIVE LE CAPITALISME qui tue.

                        Votre texte ne sert qu’ à vous justifier devant ce monde. Vous mettez dans le même sac les tueurs et ses victimes.

                         votre sortie sur Poutine en est une démonstration.

                        Arrêtez de chialer sur votre « liberté de la presse » et continuez à soutenir l’ empire du MAL, les USA !..

                        Donc il vous fallait à tout prix relativiser cette grande ORDURE que sont les USA depuis des siécles, et que vous savez comme tel.

                        Durant toute la guerre froide les USA ont réalisé des attentats sous fausses manières partout dans le monde et particulièrement en France et en Italie, pour éviter que les communistes se renforcent politiquement ( stay behind, Gladio etc..)

                        Maintenant, ils continuent avec les islamistes en profitant l’ idée plausible que ceux ci se vengent des guerres qu’ ils mènent dans le monde. 

                        Maintenant vous posez une question saugrenue,sans réponse.
                        Vous osez dire que les USA ne sont pas le MAL sur Terre !!!


                        SI MONSIEUR, ILS LE SONT, et vous le savez !!




                      • Tao David Tao David 18 janvier 2015 21:46

                        Vous savez, qu’il s’agisse du grand méchant yankee ou de l’ogre rouge, l’enfer est toujours pavé de bonnes intentions. USA et Russie, CIA et KGB sont, tous les deux, les deux mamelles du même monstre froid qui se nourrit du sang des autres peuples. Ce sont les plus grands vendeurs d’armes et aussi les plus grands trafiquants d’influence. 

                        Je voudrais quand même vous dire que contrairement au préjugé que vous nourrissez à mon égard, je ne suis ni un affidé du capitalisme ni des USA. Contrairement à vous qui semblez rouler pour  Poutine. 

                        De mon point de vue, les deux super puissances ont besoin l’une de l’autre pour exister et conduire des peuples entiers à se faire la guerre pour elles. De la même manière que l’Irak, l’Afghanistan et certains pays d’Amérique latine maudissent l’Amérique, d’autres comme la Syrie, l’Ukraine, la Tchétchénie ou même la Géorgie exècrent la Russie.

                         Tout cela pour vous répondre que le manichéisme dont vous faites montre, en ce domaine, n’est pas de bon aloi. Je vous le dis sans doute pour la dernière fois parce que, contrairement à moi, vous avez un parti pris qui vous interdit toute analyse des faits.  Qui plus est, votre dernier poste me semble nous amener sur le terrain glissant de la théorie du complot. Sans dénier le fait que les services secrets occidentaux aient eu, dans l’histoire, à commettre des actions de diversions, les services soviéto-russes pareillement d’ailleurs, je ne vous suivrai pas dans cette voie quelque peu hasardeuse où vous voulez m’amener. Autrement dit, je lâche le morceau à partir de maintenant, avant que l’on ne soit entièrement dans l’impasse.

                        Merci dans tous les cas de cet échange.

                        Cordialement.

                         


                      • Michel Maugis Michel Maugis 19 janvier 2015 12:41


                        Vous avez aussi votre camp, mais vous en avez honte, car c’ est celui des crimes sur les peuples.

                        Vous en êtes tellement persuadé qu’ il vous faut imaginer que le camp adverse est similaire, pour tranquilliser votre petite conscience égoïste.

                        Vous roulez pour l’ Impériialisme, c’ est à dire la pérennité du capitalisme.

                        Vous êtes un négationniste de la réalité du monde depuis la fin de la 2GM, parce que cela satisfait votre conscience.

                        Et si pour vous les USA et la Russie c’ est kif-kif, je me demande à quoi vous servez à essayer de nous convaincre de cette similitude ?

                        Oui monsieur, Les victimes haïssent leurs bourreaux .. et vice versa.

                        Vous avez fait une grande découverte !!
                        Vous pouvez continuer à soutenir les guerres de l’ Empire US et ses toutous européens et usez de votre liberté d’ expression pour ne pas appeler un chat un chat, et Hollande une ORDURE.

                        Et maintenant vous serez heureux d’ apprendre que les supposés islamistes ont fait l’ attentat de Charli pour redonner à Hollande 40% d’ approbation !

                        Sont bien cons ces islamistes.

                        C’ est quand que nous français allons recoloniser ? qu’ est ce qu’ il manque ?

                      • Crab2 30 mai 2015 10:44

                        Point de liberté ni de fraternité en ce monde, sans la critique athée et féministe des religions

                        La France n’est pas le pays de Voltaire ni de François Hollande mais de Jean Meslier et de Sophia Aram
                        Il n’y a que la barbarie la plus sauvage, il n’y a que la plus insigne fourberie, il n’y a que l’ambition la plus la plus aveugle qui

                        Suite :

                        http://laicite-moderne.blogspot.fr/2015/05/sophia-aram-et-jean-meslier.html

                        .

                        http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2015/05/30/sophia-aram-et-jean-meslier-5631174.html

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès