• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Pourquoi je vote pour le retour à la monarchie, en 4 actes

Pourquoi je vote pour le retour à la monarchie, en 4 actes

Démocratie et ignorance politique : un paradoxe a l’Occidental

 

Comment se peut-il dans une république comme la nôtre, qu’il y ait autant de « citoyens » qui se désintéressent complètement de la politique, et encore plus qui ne se laissent guider que par les grands médias sans jamais faire preuve du moindre esprit critique, n’approfondissant jamais le moindre sujet ?

 

 « Machin il a fait ça ! »

 « Comment tu le sais ? »

 « Je l’ai entendu sur BFMTV »

 

Qui fait l’info ? Qui met en lumière les candidats ? Qui influence le vote ? Il serait peut-être bon de se poser régulièrement ce genre de question parce que force est de constater que nous sommes gouvernés en dépit du bon sens et que cela ne semble pas près de s’arrêter. Nos intérêts passent au second plan et les écarts se creusent à une allure effroyable. Pourtant malgré toutes ces constatations, malgré tout ce marasme, je me rends bien compte à quel point il est difficile d’intéresser les gens à ces sujets qui pourtant nous concernent tous ; combien il est difficile de les faire sortir des opinions toute faite qui leur sont servis sur des plateaux et rabâchées en longueur de temps quels que soient leurs bords politiques. N’est-ce pourtant pas un devoir citoyen que d’être au fait des décisions importantes qui sont prises ? N’est-ce pas le propre de la démocratie que chaque citoyen participe aux évolutions de son pays et influence les orientations que celui-ci doit prendre ?

Si la démocratie consiste à mandater un type qui va devoir obéir aux ordres d’institutions internationales qui n’obéissent à aucune démocratie ; qui va tenter de faire passer ses réformes auprès d’une assemblée de corrompus…

 « T’accuse mais t’as des preuves ? »

 « Ah je ne sais pas moi, paraît qu’il faut les augmenter pour éviter la corruption ! »

 « Il ne faut pas mettre tout le monde dans le même panier. »

 « Certes mais il faudrait mettre tout les fraudeurs, les profiteurs, les tricheurs et les voleurs au gniouf costard ou pas costard au lieu de penser à les augmenter. »

 

…Si la démocratie c’est laisser aux banques le pouvoir d’assécher nos finances avec des intérêts honteux acquis à coups de magouilles, produit sur de l’argent fictif qui nous imposent une dette réelle monstrueuse, (je ne rentre pas dans le détail ce n’est pas un court d’économie), alors oui nous sommes en démocratie…Une belle escroquerie.

Tout est fait pour laisser la populace dans l’ignorance, tout est fait pour diviser, tout est fait pour masquer les crimes de l’Occident. Et le drame c’est que ça marche avec parfois les conséquences les plus désastreuses.

La propagande fait son office et transforme l’utopie républicaine née dans le sang de la terreur en oligarchie où le talent monétaire fait fondre toutes les nobles idéologies au profit de la création d’un marché si vaste et si puissant qu’aucun état ne sera plus en mesure de protéger ni la moindre histoire, ni la moindre identité. Un monde où les conseils d’administration auront le champ libre laissant les États et le petit peuple asservis aux taux d’intérêt décidés par les banques elles-mêmes et agissant en dépit de toute législation et de toutes lois et pour qui nos cultures ne sont que des marchés à exploiter. Un monde comme l’Occident telle qu’elle est de nos jours.

Mais que vient faire la monarchie là-dedans ? Tout simplement garantir l’unité d’un peuple dont l’histoire complexe a fait jaillir une nation dont l’impact sur le monde aura été et est toujours considérable. Nous votons pour des escrocs que nous méprisons, les peuples ayant préféré la monarchie constitutionnelle à la république sont fiers de leur monarchie car elle leur rappelle à tous pourquoi ils sont un peuple et cela n’empêche en rien la démocratie. Bien sûr la Reine d’Angleterre elle-même ne peut pas grand-chose contre les méfaits de la finance mais elle a permis aux Britanniques de conserver leurs cultures et leurs esprits souverains, et je reste persuadé que c’est ce qui les a poussés à toujours ce méfier de l’Union Européenne et à s’en libérer avant tout le monde.

Puisque ceux qui ont le droit de vote ne se préoccupent pas ou mal de la politique, nous avons besoin que quelqu’un qui ne soit pas issu d’un cursus électif classique avec suffisamment de pouvoir pour contrer les malversations gouvernementales tout en assurant la liberté de son peuple. Un président ne pourra jamais remplir cette fonction car il n’a réellement de légitimité que sur son électorat et encore elle est dégressive fonction des années de mandats, tandis qu’un monarque lui exerce son influence sur l’ensemble de son royaume.

Malheureusement l’ignorance nous a collé un bonnet phrygien sur le crâne et la monarchie est devenue synonyme de tyrannie. Comme quoi la diabolisation n’est pas un concept nouveau chez les « républicains ». Si seulement les gens savaient à quel point Louis XVI était bon et à quel point cette révolution n’aura été qu’une hérésie conduisant à un véritable génocide. Le mensonge et la propagande ont fait leurs offices, la monarchie et morte et depuis nous sommes livrés à une caste de politicards véreux qui n’ont jamais et ne ferons jamais la gloire de ce pays. Les seuls qui y soient à peu près parvenu (de Gaulle, Mitterrand…) avaient acquis une position de quasi-monarque.

Chacun a le devoir de ne pas se laisser influencer bêtement. Nous devons tous prendre connaissance de notre histoire et des comportements de nos politiques, il en va de la qualité de notre vote et donc de notre qualité de vie.

 

À voter dans l’ignorance, nous choisissons à l’aveugle. Ce n’est plus de la démocratie mais de la loterie. Nous ne sommes plus des citoyens, nous sommes les électeurs du mensonge et du j’enfoutisme. 

« Henri d'Artois apporte des précisions sur sa propre conception : un suffrage large mais à plusieurs degrés. « Le suffrage universel n'est absurde que dans son application, il ne l'est certainement pas dans son principe. Je veux dire que, philosophiquement parlant, il n'est pas absurde que les membres du corps social prennent part au gouvernement de ce corps. [...] Que chacun vote, mais seulement sur ce qu'il est capable d'apprécier, et que l'on n'ait un suffrage que là où on est capable d'avoir un avis. » Henri d'Artois-Comte de Chambord, source wikipédia.

 

La république Française : une monarchie élective qui ne s’assume pas.

Qu’est-ce que la république française au fond ? N’oublions pas que le dernier Empire ne c’est effondré qu’en 1870 et que ce n’est qu’à la faveur du refus du Comte de Chambord, Henri d’Artois de régner sous bannière tricolore que la république a été proclamée :

« Je n'ai pas à justifier la voie que je me suis tracée. [...] Je ne laisserai pas porter atteinte, après l'avoir conservé intact pendant quarante années, au principe monarchique, patrimoine de la France, dernier espoir de sa grandeur et de ses libertés. [...] Je n'arbore pas un nouveau drapeau, je maintiens celui de la France [...]. En dehors du principe national de l'hérédité monarchique sans lequel je ne suis rien, avec lequel je puis tout, où seront nos alliances ? [...] Rien n'ébranlera mes résolutions, rien ne lassera ma patience, et personne, sous aucun prétexte, n'obtiendra de moi que je consente à devenir le roi légitime de la Révolution. » Henri d'Artois-Comte de Chambord, source wikipédia.

Bon nombre de grands acteurs des débuts de la troisième république étaient au départ, tout à fait royalistes et connaissaient parfaitement les enjeux pour le futur de la France que représentait la couronne. Mac Mahon aura été lui-même un fervent partisan de la restauration jusqu’à ce qu’il goûte au pouvoir et qu’il fasse voter la prolongation de son mandat.

 La première république est le fruit de magouilles extrêmement manigancées, qui ont conduit à un véritable massacre, humain bien sûr et déplorable avec plus de trois mille têtes tombées en à peine deux mois en autres et je ne parle pas des Vendéens. Mais la Révolution française c’est aussi un massacre culturel où tout a été mis en œuvre pour effacer la mémoire royale de ce pays, en abusant de propagande afin de discréditer la noblesse et de porter à la gloire leurs amis de la révolution. Des criminels et des traîtres à la nation. La famille royale a été massacrée, le roi assassiné en public et nos livres d’école actuelle appelle encore ça : « une exécution », alors que nous savons pertinemment que non seulement son procès et celui de la reine ensuite ont été truqués, les preuves trafiquées mais qu’ils n’avaient même pas lieu d’être. Ce sont les pires révolutionnaires qui soit car ils déguisaient leurs simples soifs de pouvoir en idées humanistes manipulatoire qui apportaient un peu de rêve à une population crédule (comme aujourd’hui) et qui s’est laissé emporter par la folie. Pour trouver un mémoricide plus efficace dans l’histoire du monde il faut remonter aux origines du christianisme. Cela a tellement bien marché que parler de monarchie en France est devenu une hérésie, il est plus compréhensible d’être frontiste que monarchiste dans ce pays. Comme si les révolutionnaires avaient voulu chasser le Roi, non il était bel et bien inclus dans la première constitution puisque Louis XVI a été fait Roi des Français en 1791 et bon nombre de rescapés de la révolution ont bien des années plus tard, participés à la restauration.

La monarchie c’est un aimant qui nous attire inexorablement. La troisième république est une farce durant laquelle notre pays a été dirigé par une cohorte de bourgeois déconnectés, vils et arrogants qui nous ont conduits à deux guerres mondiales. Une époque où il ne faisait pas bon être prolétaire. C’était la France des colonies. Le général de Gaulle l’avait bien compris et ne pouvant rétablir lui-même la couronne, il l’a substitué par un système de monarchie élective et constitutionnel : la cinquième république. C’est plutôt fin comme idée à ceci près que cela fonctionne uniquement dans le cas où le président élu se pose lui-même comme l’homme à la tête de la nation, ce qui était bien le cas du général qui avait tout le charisme pour, ce fût le cas aussi pour Mitterrand et dans une moindre mesure pour Chirac, en revanche Sarkozy lui c’est posé en P.D.G. de la France et hollande…ben c’est Hollande quoi ! Résultat avec le mandat réduit à cinq ans, le président de la République n’a plus qu’à faire briller la vaisselle, lui qui devrait être le phare de la nation, le premier des citoyens n’est plus qu’un triste étendard, en berne qui ne fait même plus illusion face à la puissance du mondialisme.

C’est pourquoi je pense que plutôt que de se réunir tous les cinq ans pour choisir le pantin des instances internationales qui nous condamnera un peu plus à la misère, décidons une bonne fois pour toute de qui sera notre leader et votons ensemble pour un chef de gouvernement qui lui devra rendre des comptes à de vraies assemblées populaires et au Roi. Nous ne pouvons plus nous réunir derrière un drapeau né dans le sang et qui s’est fait acheter par le drapeau aux douze étoiles. Les symboles allégoriques de la république ne sont que les reliques du mensonge qui a décapité la monarchie et s’est laissé abuser par Napoléon 1er. Ce n’est pas notre histoire, nous avons besoin d’un homme ou d’une femme auquel nous raccrocher. Un symbole fait de chair et d’os et imprégné de l’essence de ce pays. Un peuple ne peut se référer seulement à de grands principes, il y a des conflits d’intérêts qui dépassent les considérations humanistes, c’est pourquoi nous devons pouvoir nous réunir sous un chêne que nous respectons tous en sa qualité et la seule qui prévaut dans ce cas : c’est celle de Roi. Roi de France, il va de soi.

 

Suède, Pays-Bas, Danemark : des monarchies qui fonctionnent

Regardons un peu autour de nous puisque c’est une tradition dans ce pays que de se comparer aux autres. Que pensons-nous en tant que Français de pays comme l’Espagne, le Danemark ou la Suède ? Nous avons plutôt une image positive de ces pays. Les libertés ne semblent pas être trop mises à mal, en Espagne les indignés manifestent pacifiquement, aux Pays-Bas il y a beaucoup moins d’interdit qu’en France, la Suède à l’une des économies les plus stables d’Europe, quant au Danemark il paraît que c’est carrément le pays où les habitants sont les plus heureux du monde ! Et pourtant ce sont bien là toutes des monarchies et plus que ça : des monarchies populaires, très populaires. Insulter Élisabeth II est un blasphème en Angleterre. Il n’y a pas de honte à vivre en monarchie, nous sommes des animaux qui avons pour habitude de vivre en troupeau et tout troupeau se doit d’établir une hiérarchie, il en va de la survie et de la stabilité du groupe.

La monarchie fonctionne et elle a fait de grandes choses à travers l’histoire. La France ne brillera jamais autant que par le reflet d’un ou d’une monarque. La couronne de Charlemagne est le symbole de ce que nous avons été. La république a été instaurée provisoirement le temps que la France soit en mesure de rétablir la monarchie selon la volonté d’Adolphe Thiers. C’était il y a 147 ans et il serait de trouver enfin quelqu’un à la mesure de cette responsabilité pour s’asseoir sur le trône de France et rétablir le lien qui a fait de toutes ces régions un peuple uni.

Nous pouvons aussi faire une halte auprès des bilans de différents monarques sans rentrer dans le détail mais je vous invite à vous y pencher, force est de constater qu’il y a eu de grandes avancées sous la monarchie, à commencer par les deux derniers Empereur qui, s’ils ont été catastrophiques en matière de politique extérieure, l’un étant trop porté sur la guerre et l’autre pas assez, ils étaient incontestablement géniaux en matière de politique intérieur. Les monarques et autres noblesses ont énormément contribué au rayonnement de la France à l’image de François 1er et Louis XIV. Sans l’histoire du royaume de France, la république française ne serait qu’un pays de moindre importance et certainement pas un membre permanent du conseil de sécurité de l’O.N.U., peu être même asservie à une autre couronne. Je préfère que nous réendossions la nôtre.

Il suffit de regarder les autres monarchies Européennes pour constater que république n’est pas forcément signe de progrès et monarchie d’obscurantisme.

 

Le culte de l’égalité : au-delà du mythe une réalité s’impose

Pour terminer mon argumentation en faveur de la monarchie, j’aimerais revenir sur une notion qui fait débat : l’égalité. Le mythe de la table ronde fait des ravages en oubliant qu’assit à cette même table était un Roi et onze de ses nobles les plus valeureux. L’égalité est un concept abstrait qui ne peut se concevoir autrement que par l’anarchie la plus totale car elle est écartée de facto dans un concept organisationnel. Considérer que chacun puisse jouir des mêmes droits fondamentaux que les autres et ce quel que soi son statut social est un rêve encore loin, merci à de la corruption généralisée, mais qui en revanche est compatible avec le principe de civilisation. Le droit à la santé, l’éducation, une justice équitable oui, mais concrètement en terme de responsabilité et d’importance utilitaire cela est absolument utopique. En effet pour qu’une société s’organise convenablement il faut de tout ! Du mécano au chirurgien en passant par le militaire, une nation a besoin de tout un tas de corps de métier et de responsables administratifs nécessaires à son bon fonctionnement. Le problème c’est que dans une société juste, c’est la compétence et le niveau de responsabilité du travail effectué qui doit déterminer le revenu, (Je vous parle pas d’une société ou un sportif gagne cent mille fois plus qu’un chercheur en biomédecine comme la nôtre), et dans ce cadre, il me paraît assez évident qu’un type qui se débat huit ou dix heures avec un cœur humain, qui parvient à le réparer et à le remettre en place doit gagner plus que moi qui conduis ma grue ! Dans ce cadre-là il est utopique de penser que nous puissions tous être égaux.

Nous ne sommes pas égaux devant la nature, les qualités de chacun diffèrent d’un individu à l’autre et incontestablement il y a des Thomas Pesquet, des Claudie Haigneré et puis des types comme moi, utiles oui mais moins difficilement remplaçables. Il y aura toujours des dirigeants et des dirigés dans toutes les couches sociales, cela commence dès l’enfance avec les rapports enfants-adultes. Il faut cesser de voir la hiérarchie comme un outil de soumission, c’est un système qui permet à un groupe de coordonner ses compétences pour augmenter les capacités de l’ensemble. Comme tout outil la hiérarchie n’est pas un souci en soi, c’est comme toujours ce à quoi elle est employée qui pose problème, ainsi que la façon dont elle se décide. Dans ce monde c’est l’argent qui est Roi et en aucun cas il ne se soucie d’un quelconque du sujet, sa noblesse ne s’établit que grâce au pouvoir de la magouille et de la substitution de richesse. Un roi inéquitable et dangereux entre les mains de financiers sans scrupules.

Aucun président n’aura jamais valeur de Roi, aucun peuple ne pourra résister éternellement à l’absence d’un monarque. Même les États-Unis, république par excellence ont vu leurs institutions envahies par les lobbys au point que s’en est devenu une normalité. Ce sont les grands hommes ou femmes qui conduisent les destins et décide des grandes orientations de l’histoire et c’est un fait. Nos avancées en matière de technologie ou de santé sont le fruit du travail d’un gigantesque collectif mais les grandes décisions sont prises par des leaders dont tout le monde ne peut avoir la trempe. Dans toutes équipes il faut un coach et un capitaine. La France de par son histoire et sa culture je le pense, a besoin d’un ou d’une monarque auquel se raccrocher. Seul un Roi peut avoir conscience d’un peuple dans son unité, seul un Roi peut garantir la transmission des valeurs et préserver l’âme Française, sa culture et son art de vivre.

J’ai mis du temps à le comprendre, aveuglé par toute la propagande républicaine à laquelle je suis soumis depuis l’école et hypnotiser par une pensée humaniste que je croyais sincère. Aujourd’hui j’ai lu, maintenant que j’ai soulevé les voiles de la supercherie, j’estime qu’il est de mon devoir de militer pour un retour à la monarchie (pas de droit divin, je n’ai pas dit cela non plus). Même si j’ai bien conscience de prêcher dans le désert, je pense que ce n’est plus désormais une option à exclure. Un Bourbon, un Orléans, un Bonaparte ou bien une nouvelle dynastie pourquoi pas mais il faut une tête couronnée ou s’apprêter à voir fondre notre culture dans un bouillon de traités internationaux qui ne seront jamais, je vous l’assure, à notre avantage.

 

 « Celui qui ne craint pas le sort ne se soucis pas de la menace » Auteur inconnu


Moyenne des avis sur cet article :  1.69/5   (29 votes)




Réagissez à l'article

74 réactions à cet article    


  • Jeekes Jeekes 18 mars 17:17

    "La monarchie c’est un aimant qui nous attire inexorablement. La troisième république est une farce durant laquelle notre pays a été dirigé par une cohorte de bourgeois déconnectés, vils et arrogants qui nous ont conduits à deux guerres mondiales.« 
     
    Ben ouais, sans déc.
    Parce qu’à l’époque bénie de la monarchie, on vivait dans une paix... royale.

     

     »Une époque où il ne faisait pas bon être prolétaire.« 
     
    C’est clair.
    Alors qu’avant d’être de misérables prolétaires, on était tellement heureux d’être des cerfs !

     

     »Mais que vient faire la monarchie là-dedans ?« 

    Oh peu de choses.
    Juste rajouter une couche de parasites à celle existant déjà.
    Parce que franchement, il y croit l’auteur, que ces tarés de »nobles« pourraient se passer des enflures qui gnous gouvernent et nous sucent à mort aujourd’hui ?
    Ben, non. Trop feignants, trop cons, trop puants de prétention.

    T’as déjà vu bosser les »nobles" au fil de l’histoire ?

    Bon, je vais pas lister toutes les conneries/mensonges/branlettes/fantasmes et contre-vérités de ce délire. Ca f’rait trop long, beaucoup trop long.

    Allez, remballe-moi ça dans ta culotte et cou-couche panier !

    Heu, l’auteur quand même, donne-moi discrètement l’adresse de ton dealer, ça a l’air d’être de la bonne...


    • Chroniqueshumaines Chroniqueshumaines 18 mars 17:33

      @Jeekes Merci de ton commentaire qui n’est en rien une surprise je m’attendais à ce genre de propos. La question n’est pas de savoir ce qu’était la monarchie au temps de Louis XIV mais que serait-elle aujourd’hui et il ne me semble pas aujourd’hui que les belges ou les japonais vivent dans des conditions moyenâgeuses. D’autre part, ce qui fait office de noblesse aujourd’hui c’est la bourgeoisie et j’aimerais savoir en quoi leur comportement est meilleur que celui des nobles autrefois ? Parce que les chevaliers eux la guerre il la faisait, le Roi en personne combattait alors que dans notre belle démocratie ce sont nos gosses qui partent au front pendant que nos dirigeants se pavanent dans le champagne. 


      Dis toi bien que Louis XVI « le tyran » avait à quatre reprises divisé par deux le budget alloué au fonctionnement de Versailles tandis que Sarko l’élu s’est augmenté et a fait retaper l’avion. 

      Demande toi ce que nous apporte la république...ah oui la liberté ! C’est vrai ici on fait tout ce qu’on veut, t’as même pas le droit de choisir la couleur de ta maison, t’es assommés par l’impôt, y a des flics à tout les coins de rue, même pour avoir une télé faut payer la redevance, tu chasses, tu pêches, tu roules, tu peints, tu fumes comme ont te le dis où ont te le dis, oui la liberté quoi.

      Alors oui il y croit l’auteur. 

    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 18 mars 17:46

      @Chroniqueshumaines
      « Tout est fait pour laisser la populace dans l’ignorance », dites-vous...
      Pourtant, des gens comme Karl Marx l’ont éclairée... Non ?...

      Ah, la lucidité de Marx (et de tous ses disciples) ! ! !...
      Le Manifeste du Parti Communiste, en 1848, diagnostique l’évidence de la richesse « excessive », et donc inique, de la « Bourgeoisie » et en tire une conclusion simpliste pour remédier au mal : l’éradication de la bourgeoisie pour que seul le « Prolétariat » bénéficie des profits de l’économie !
      Marx, faisant le constat de la richesse de la bourgeoisie, n’a vu qu’un seul des deux termes de l’alternative qui se présentait pour résoudre le problème :
      1) Éradiquer la Bourgeoisie,
      2) Copier le mode d’enrichissement de la bourgeoisie au bénéfice du « Prolétariat », des Démunis.
      C’est la mise en œuvre du second terme de cette alternative,insoupçonnée de Marx et de ses disciples théoriques ou/et pratiques, depuis 170 ans, qui est donc proposée.
      1)
      Refondation du Capitalisme & Instauration d’un Dividende Universel par l’Épargne.
      http://www.sincerites.org/article-le-dividende-universel-83909790.html
      2)
      Des peuples socio-économiquement incompétents ne peuvent élire qu’un personnel politique socio-économiquement incompétent.
      http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/des-peuples-socio-economiquement-189741


    • sarcastelle sarcastelle 18 mars 17:38

      J’ai d’autant plus hâte de voir Louis XX sur le trône que le retour nécessaire des cendres de Charles X en France n’est pas imaginable avec une cérémonie qui serait républicaine. Vive le roi ! 


      • Chroniqueshumaines Chroniqueshumaines 18 mars 17:48

        @sarcastelle Le problème de Louis XX c’est qu’il ne conçois la monarchie que sous son aspect absolutiste et de droit divin. Quoi qu’on en dise la république fait aussi désormais partie de notre histoire, elle est elle-même plus vieille que certaines nations. Si nous voulons rétablir la monarchie cela ne pourra se faire et c’est ce que je voudrais, qu’en l’établissant de manière constitutionnelle, la monarchie ayant pour fonction de protéger l’ensemble de la nation sans pour autant avoir à maîtriser l’ensemble de son administration. L’avenir de la monarchie en France ne peut pas se concevoir en étant absolutiste, il faut l’adapter à son temps comme d’autres ont su le faire avant nous. Merci de votre lecture. 


      • sarcastelle sarcastelle 18 mars 17:54

        @Chroniqueshumaines

        .
        Qui déciderait qui doit devenir roi ? Personne n’en ayant le pouvoir, appliquons les lois fondamentales du royaume en portant sur le trône le descendant de Louis XIV, 

      • Vipère Vipère 18 mars 18:02

        @sarcastelle

        J’ai autant envie du retour de l’absolutisme que d’attraper un furoncle mal placé ! smiley

      • sarcastelle sarcastelle 18 mars 18:06

        @Vipère

        .
        Va pour le furoncle. Attention : la fistule mal placée est réservée au roi. 

      • sarcastelle sarcastelle 18 mars 18:12

        @Vipère

        .
        Vous êtes tellement hostile à la royauté que, avant-hier, dans un commentaire vous avez évoqué la monnaie suédoise en l’appelant euro ! La monnaie du royaume de Suède est la couronne, mais ça vous arracherait la bouche d’en convenir ? 

      • Vipère Vipère 18 mars 18:20
         smiley

        En disant que je n’ai pas envie du retour de la monarchie, pour autant je n’ai pas traité le fond de l’article, voici donc mes arguments en forme de questions  :

        Pourquoi devrions nous gaver une famille royale abhorrant le petit peuple de manants que nous sommes, en plus de la pléthore de politiciens feignants et cupides ? 

        C’est vous qui allez nourrir la famille royale qui ne fait rien de ses dix doigts, à part se balader en carrosse à travers le pays ?



      • Vipère Vipère 18 mars 18:29

        @sarcastelle

        A mettre sur le compte d’une étourderie et pourtant j’ai traversé la Suède, il y a dix ans en allant en Norvège ... 

        Que ne me l’avez vous dit hier, je n’aurai pas commis cette faute impardonnable !

        Ces pays n’ont effectivement pas adhéré à l’Euro, mais si mes souvenirs sont bons, leur monnaie est largement au dessus de l’Euro, vu leur niveau de vie et leur prospérité. 

      • Vipère Vipère 18 mars 18:46

        @Elric de Melniboné


        Je n’ai pas l’heur de vous connaître Monsieur de Melniborné ? smiley

         de quelle branche êtes-vous ? 

        Je ne puis satisfaire votre curiosité, Cher Monsieur. L’étiquette et la bienséance exige que je ne parlasse de ces vilaines maladie qu’avec mes docteurs ! 

        Je me suis laissée aller à de malheureuses confidences publiques que je vous serai grée de bien vouloir oublier ! 


      • Vipère Vipère 18 mars 19:02

        @Shawford


         J’y suis. vous êtes une vieille branche ! 

        De la branche des Shawford, une vieille famille bordelaise, quoique qu’un peu originale, mais drôle ! je trinque à votre santé ! 

        Santé (on m’a ramené un petit blanc qui se laisse boire, sans plus, pourvu qu’on ait l’ivresse) smiley

      • Christian Labrune Christian Labrune 19 mars 01:48

        @sarcastelle
        Quand Elizabeth II est venue à Paris, il y a deux ou trois ans, elle est allée visiter le Marché aux Fleurs dans l’île de la Cité (marché qui, désormais, porte son nom). Des Parisiens qui étaient là ont crié « Vive la Reine ! »

        Il y a très longtemps qu’on n’avait pas entendu ça à paris !

        Cela dit, Charles X a laissé un souvenir exécrable. Qu’on le laisse où il est !
        Ou bien alors, si le globe sur lequel repose le pied du génie de la Liberté, au sommet de la colonne de juillet est aussi creux que peuvent l’être toutes les statues en bronze coulées à la cire perdue, qu’on fasse un petit trou et qu’on les mette dedans. Ce serait vraiment farce !


      • Vipère Vipère 19 mars 09:27

        @sarcastelle

        La fistule étant du domaine royale, je me suis tout naturellement rabattue sur des maladies de seconde zone. Privilège au Roi Soleil ! smiley

         


      • Chroniqueshumaines Chroniqueshumaines 19 mars 13:07

        @Vipère @sarcastelle


        Les Bourbons refuse la monarchie constitutionnelle, l’absolutisme est un fardeau et qui dit hiérarchie dit de facto pouvoir dégressif. Nous pourrions le choisir nous-même ce roi à condition de la faire intelligemment. Merci de votre lecture. 

      • covadonga*722 covadonga*722 18 mars 18:06

        yep , personnellement j’en tiens pour une monarchie , tempérée par le régicide .


        • Vipère Vipère 18 mars 18:51

          @covadonga*722


          Voilà qui est bien parlé ! ce qui se conçoit bien s’énonce clairement smiley


        • Chroniqueshumaines Chroniqueshumaines 19 mars 13:14

          @covadonga*722 Si pour vous changer l’histoire se conçoit par le massacre de milliers d’innocents dont le roi, bravo vous avez bien mangez votre soupe républicaine. Merci de votre lecture.


        • covadonga*722 covadonga*722 19 mars 13:28

          @Chroniqueshumaines
          bonjour , outre que comme nationaliste je prend l« histoire de mon pays et la nation comme construit par des rois des empereurs des président du conseil et des présidents de la république.Il n’y a rien de mon commentaire qui laisse supposer que la » soupe républicaine" m’est totalement embrumée les synapse.

          Puis je vous rappeler que les Anglais et leur parlement ont l’antériorité du régicide .Dans le Léviathan
           Hobbes disait : la légitimité d’un État et de ses représentant tiens a leur capacité d’assurer la sûreté et la libre circulation du Peuple .Dés que celui ci est défaillant c’est le devoir du Peuple de prendre les armes et de se soulever. 
          de mon point de vue cela concerne aussi les rois et surtout dans le cas louis XVI la noblesse procédant de lui qui a l’époque refusant de plus en plus souvent l’impôt du sang et le service de l’état ne justifiait plus les privilèges dont elle jouissait 

        • Chroniqueshumaines Chroniqueshumaines 20 mars 02:18

          @covadonga*722 Louis XVI était le dernier roi à meriter la guillotine et ce n’est pas avec la barbarie que l’on fait renaître la civilisation. Et dans cas pourquoi ne pas inventer le bancoricide ? Les seigneurs d’aujourd’hui sont bien plus terribles qu’eux ceux d autres fois et ils non même plus le courage comme allié.


        • covadonga*722 covadonga*722 20 mars 06:38

          @Chroniqueshumaines
          yep , il a payé pour les fautes du groupe social dont il était le chef.

          C’est dans Shakespeare .
          « demain dans la bataille le Roi portera le poids des péchés de son armée . »


        • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 18 mars 19:59

          Oh oui, un roi ^^


          • rogal 18 mars 22:31

            Un roi entouré de curés ?


            • Chroniqueshumaines Chroniqueshumaines 19 mars 13:18

              @rogal Monarchie et religion peuvent se dissocier. Les empereurs de Chine avaient adopté le confucianisme comme doctrine philosophique mais quasiment chaque villages avaient ses propres rites. 


            • La Voix De Ton Maître La Voix De Ton Maître 18 mars 23:27

              Le problème c’est pas le monarque juste, bien intentionné, impartial... le problème c’est ses gosses.

              Vous pensez Saint Louis, moi je pense Charles VI


              • Chroniqueshumaines Chroniqueshumaines 19 mars 13:27

                @La Voix De Ton Maître Une dynastie par élection ainsi qu’une possibilité par pétition ou vote en assemblée de destituer le roi résout ce problème. En Angleterre depuis quelques années les Lords ne peuvent plus transmettre leur titre de noblesse, il se donne désormais au mérite même si j’admets qu’on le donne un peu à n’importe qui. Merci de votre lecture. 


              • pierre 23 mars 10:59

                @Chroniqueshumaines
                « Une dynastie par élection ainsi qu’une possibilité par pétition ou vote en assemblée de destituer le roi résout ce problème. », n’est ce pas le cas déja en France ?


              • JBL1960 JBL1960 18 mars 23:58

                Vous devriez relire le Discours de la servitude volontaire de M. Étienne de la Boétie pour tempérer votre envie de Monarchie. Je l’ai intégré si souvent dans mes petits billets de blog et d’ailleurs, je l’ai mis en lien, dans ce PDF de 21 pages qui devrait vous intéresser, sinon vous plaire car le Pr Demoule y a retrouvé l’Histoire de France ► https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2017/03/pdfjeanpauldemoule.pdf et présenté par ce billet ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2017/03/17/la-france-amnesique-au-passe-reglemente-par-jean-paul-demoule-fin-et-version-pdf/ Il est en page 5. Demoule nous dit ceci ; Nous n’avons pas besoin de mythes, nous avons besoin de savoir pourquoi nous vivons ensemble ; nous avons besoin de comprendre l’histoire du sol sur lequel nous vivons et, quels que soient les lieux où ont vécu naguère nos propres ancêtres biologiques, de connaître les impasses qui ont conduit à la catastrophe certaines des sociétés passées.

                Vous savez, nous les gueux et les gueuzes, nous sommes sans dents, comme Baudruche 1er dit François le Petit nous a nommé, mais pour autant nous ne sommes pas sans cervelle. Et concernant ce bon roi Louis XVI figurez-vous que nous sommes parfaitement capables d’analyser la Révolution de 1789 par les vrais amis du peuple que furent Marat, Roux, Varlet et les sections communales puis Kropotkine par la suite... On sait lire, voyez-vous et nous servir utilement d’Internet pour nous instruire et nous refiler, gratos, les infos ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2017/03/09/barnum2017-petit-rappel-sur-la-revolution-francaise-par-les-amis-du-peuple/ Alors oui, Kropotkine était anarchiste... Les « enragés » fonctionnaient déjà dans la société nouvellement « républicaine » s’ils n’avaient pas été politiquement purgés et Marat assassiné (les 2 étant liés à terme) la France serait sortie de la fange pseudo-républicaine de la vraie aristocratie bourgeoise.


                • Chroniqueshumaines Chroniqueshumaines 19 mars 13:44

                  @JBL1960 Et si je n’étais pas d’accord ni avec votre discours ni avec celui de M. de la Boétie ? Car tout cela ne tiens que si l’on est encore dans le fantasme d’un Louis XVI débile et d’un moyen-âge qui ressemblerait à ce que l’on voit dans les visiteurs (belle référence), mais si on cesse de croire que tout le monde à part la Bourgeoisie était malheureux avant d’être sauvé par cette escroquerie qu’est la révolution alors il y a beaucoup à redire sur la servitude parce qu’on tous tenue par les couilles par la république (demandez au passant qui ce sont fait gazer), et le système Européiste n’a absolument rien de démocratique, et pour tout dire c’est charlatans on plus de pouvoir qu’en avait Louis XVI « le tyran ». Merci de votre lecture. 



                • Hecetuye howahkan howahkan 19 mars 13:52

                  @Chroniqueshumaines

                  Salut, je suis assez d’accord sur le fond ici......Regine pernoud ,entre autre, que j’ai lu sur le sujet, notamment a bien remis en ligne le mensonge global sur le moyen age ..rien que l’évocation de son nom en fait bondir certains..

                  je suis aussi d’accord sur l’escroquerie de la pseudo révolution française que je nomme à présent révolution de couleur...et ceci pas du tout innocemment par plaisir intellectuel...car tous les mêmes ingrédients y sont....de même que au niveau des auteurs réels ..

                  je te salue..


                • JBL1960 JBL1960 19 mars 18:16

                  @Chroniqueshumaines Ah mais j’avais bien compris que vous n’étiez pas d’accord ni avec Étienne de La Boétie, et accessoirement avec moi... Cependant, je n’ai jamais prétendu que Louis XVI était « débible » et les travaux du Pr Demoule n’ont rien à voir avec la vision d’un Moyen-Age comme le voyait M. Ouille dans Les Visiteurs...

                  Alors sur la Révolution là encore vous n’avez pas lu le modeste PDF que j’ai réalisé à partir des textes de Marat, Roux et Varlet et de l’analyse de Kropotkine plus tard qui précisément analyse parfaitement les choses. C’est bien pourquoi je ne picole pas le 14 juillet moi ! Tenez, puis-je vous tirer l’œil, sans vous obliger, vers le texte de Kropotkine « La Morale Anarchiste » de 1889 qui m’a profondément touchée et qui peut-être en interpellera d’autres ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2017/03/19/la-morale-anarchiste-par-pierre-kropotkine-1889/ J’ai choisi une illustration qui ressemble à l’idée que je me fais du chemin tangent...

                  Résistance71 l’ayant publié en 2 parties le texte faisant 12 pages, je l’ai réunifié dans un PDF ► https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2017/03/pdfpkropotkinelamoraleanarch iste1889.pdf C’est du fait maison, mais tout est sourcé, et les illustrations m’ont été fournies par R71.

                  Tenez, ici ► https://jbl1960blog.wordpress.com/les-pdf-de-jbl1960/ Vous trouverez tous mes PDF, il y en a certains que vous pouvez lire, notamment sur les travaux du Dr Ashraf Ezzat.


                • Chroniqueshumaines Chroniqueshumaines 19 mars 18:24

                  @JBL1960 Je vais étudier ça ce soir et je promets de venir en reparler. 


                • Christian Labrune Christian Labrune 19 mars 00:58

                  A l’auteur,
                  Votre article est assez plaisant à lire, et il bouscule les idées reçues que l’école publique a mises dans les têtes des gamins depuis la troisième république : la monarchie, c’était l’horreur absolue, le servage, l’arbitraire des lettres de cachet, etc. C’est de cette manière que se représentaient l’histoire des élèves très bien crétinisés que j’ai pu avoir quelquefois en classe de seconde. Pour ces innocents, un La Fontaine (qui avait été l’ami du surintendant Fouquet !!!) dénonçait dans ses fables les horreurs de la monarchie, l’inégalité et les injustices. Bien avant la révolution, il était déjà révolutionnaire. Tout cela est comique et quelques remarques lues après l’article me paraissent procéder encore de cette vision de l’histoire aussi simpliste que les images d’Epinal.

                  En vérité, le petit peuple était assurément beaucoup moins malheureux sous le règne de Louis XV qu’après le passage de la révolution, la tyrannie de Napo qui en résulte et des tentatives de restauration de la monarchie qui furent autant d’échecs et doivent donner à réfléchir. Le seul qui ait voulu vraiment redonner son lustre absolutiste à la monarchie, c’est Charles X, et ça s’est très mal terminé. Louis XVIII, plus intelligent, avait su faire preuve d’une certaine souplesse ; quant au fils de Philippe Egalité, qui est pourtant très loin d’être un abruti malgré sa tête en forme de poire, il se contente de faire ce qui convient à la bourgeoisie et au monde de la finance. Avec la révolution industrielle, c’est tout de suite l’apparition d’un prolétariat misérable, et on voit bien que le bonhomme n’a pas su trouver les solutions. L’empereur qui lui succède, pourtant très préoccupé par « l’extinction du paupérisme », ne les trouvera pas non plus.

                  Si c’est une monarchie qui ressemble à celle de Louis-Philippe que vous voulez, nous venons d’en voir l’exact équivalent avec Monsieur Normal. Ca n’aboutira probablement pas aux mêmes événements qu’en 48 et il ne sera pas forcé de s’exiler en Angleterre, mais le résultat est à peu près aussi lamentable.
                  Les monarchies en Europe remontent à la période médiévale. La monarchie anglaise aura tenu le coup ; c’est le plus ancien modèle démocratique sur notre continent ; j’ai la plus grande admiration pour Elisabeth II, mais elle ne gouverne pas plus que l’Empereur du Japon. C’est une « vieille idole qu’on encense par habitude », comme disait Montesquieu à propos du pape, et la monarchie anglaise finira bien par disparaître elle aussi. Ca coûte cher au pays et c’est un luxe, comme de rouler en Rolls Royce. Autrement dit, des monarchies pourront encore se prolonger quelques temps si les peuples qui les entretiennent en ont les moyens, mais celles qui ont disparu ne réapparaîtront jamais, et il faut bien s’en faire une raison.


                  • Christian Labrune Christian Labrune 19 mars 01:23

                    ADDENDUM
                    Le principe monarchique suppose une transcendance. Le roi est en quelque sorte le vicaire de Dieu sur terre. Sacré à Reims, le roi de France devenait autre chose qu’un homme, d’où la thèse des deux corps du roi chère à Kantorowicz. Tout cela convenait très bien à des sociétés où la religion avait une grande place, mais aujourd’hui en France, il y a plus de la moitié des citoyens qui se déclarent « sans religion ». Les chrétiens eux-mêmes, comme dit Gauchet, sont « sortis du religieux » et n’entendent absolument rien à la théologie. La monarchie de droit divin chère à Louis-le-Grand, ça n’a plus de sens.
                    La monarchie bourgeoise, c’est le règne de la finance. On connaît déjà, et il n’y a pas à en attendre de miracles.

                    La solution que vous souhaitez, en revanche, pourrait venir de l’intelligence artificielle. Une machine qui connaîtrait en temps réel l’état du système économique et se proposerait d’optimiser les échanges économiques mondiaux en agissant sur une infinité de paramètres qu’une intelligence d’économiste est incapable d’appréhender, de sorte que les richesses soient à peu près correctement réparties, ce serait parfaitement envisageable.
                    Si on nous avait dit il y a cinquante ans que les voitures rouleraient toutes seules, qu’on donnerait une adresse et qu’elles se débrouilleraient pour nous y conduire, couché sur le siège arrière, on aurait dit « c’est de la science-fiction », mais on y est déjà, et il est certain qu’il y aura très vite beaucoup moins d’accidents. Pour l’instant, on n’utilise les machines informatiques performantes que pour faire du trading haute fréquence, ce qui est le comble de la sottise et de la perversion, mais tout ça devrait pouvoir changer assez vite. Au reste, dans un siècle, les machines fonctionneront si bien toutes seules qu’elles seront à peu près aussi loin au-dessus de l’homme que nous le sommes actuellement des primates qu’on va voir dans les zoos. Elles pourront très bien faire sans nous. 


                  • Christian Labrune Christian Labrune 19 mars 01:34

                    @Orange Skink 42
                    Il y a des expressions, en français, qui ont un sens global, lequel n’est pas la somme des significations des mots qui les composent. Quand je dis qu’il faut « s’en faire une raison », il n’y a pas à se demander « quelle raison » ?
                    Ca veut dire simplement qu’il faut se faire à cette idée, à cette situation, quelque déplaisir qu’on en puisse éventuellement concevoir. Notre auteur paraît très attaché à la monarchie ; je peux le comprendre : le XVIIe siècle français, par exemple, est une période tout à fait admirable, mais la monarchie ne reviendra jamais et il convient donc, lui dis-je, qu’il soit raisonnable, qu’il ne laisse pas son désir et les sentiments gouverner son jugement.
                    Est-ce clair, cette fois ? 


                  • julius 1ER 19 mars 08:19
                    Au reste, dans un siècle, les machines fonctionneront si bien toutes seules qu’elles seront à peu près aussi loin au-dessus de l’homme que nous le sommes actuellement des primates qu’on va voir dans les zoos. Elles pourront très bien faire sans nous. 

                    @Christian Labrune

                    Labrune pour un revenu citoyen..... c’est nouveau çà !!!!

                  • sarcastelle sarcastelle 19 mars 09:05

                    @Christian Labrune

                    .
                    Un élément peu évoqué agit en dissolvant de la monarchie. 
                    Elizabeth II est devenue reine parce qu’elle n’avait pas de frère, même cadet, qui eût ceint la couronne à sa place.
                    Or voici que dans un prurit moderne d’égalité des sexes, les Anglais ont décidé que la couronne reviendrait désormais à l’aîné même si c’est une fille ! Pratique jamais mise en oeuvre en France et expressément interdite depuis Philippe V. 
                    Or Louis XX a bien deux fils, mais une fille aînée. Gageons qu’en cas de restauration, le roi lui-même serait impuissant à contenir la fureur équalogenriste, et que sa fille lui succéderait. Les traditions du royaume mises à la sauce du jour, c’est tout l’inverse de la royauté. Tout est perdu.

                  • Vipère Vipère 19 mars 09:14

                    @julius 1ER

                    A force de côtoyer les gauchistes, Christian Labrune se serait il dévergrondé  ? smiley


                  • Vipère Vipère 19 mars 09:34

                    Le petit peuple était moins malheureux sous la royauté c’est connu, il mourait d’obésité et le RSA était de 50 % supérieur à celui d’aujourd’hui !

                    Quels ingrats ces révolutionnaires de les avoir zigouillés sans pitié !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès