• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Pourquoi l’Histoire choisira François Fillon président de la France, (...)

Pourquoi l’Histoire choisira François Fillon président de la France, le 7 mai prochain ?

 Comment comprendre le formidable déballage médiatique qui a frappé, à quelques mois d’intervalle, le candidat américain Donald Trump, devenu, en novembre 2016, le 45ème président des États-Unis, et le candidat aux élections présidentielles françaises, François Fillon. Empêtré dans plusieurs affaires d’emplois fictifs, Fillon est mis en examen, le 14 mars 2017, pour « détournement de fonds publics », « recel et complicité d’abus de bien sociaux  » et « manquement aux obligations déclaratives à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique ». (1) Pourquoi ce déballage n’a fait irruption que depuis qu’il a remporté la primaire de la droite et du centre en France, le 27 novembre 2017, avec 66,5 % des voix. Et qu’il n’a commencé qu’après que sa nomination fut validée, le 14 janvier 2017, par le conseil national des Républicains. En effet, le 25 janvier 2017, le Canard enchaîné révèle des affaires et controverses sur les emplois de sa famille comme assistants parlementaires. Les conséquences ont été désastreuses, l’image du candidat intègre a été abimé et a entraîné une diminution d’intention de vote en sa faveur.

Comment comprendre ce déballage médiatique sur la famille de François Fillon et sa mise en examen à un mois des élections présidentielles ? Il est évident, pour qu’une campagne contre le candidat de la droite et du centre ait pris une telle ampleur, que ce sont des intérêts majeurs qui sont en jeu en France et dans le monde. Et ces intérêts risquent d’être bousculés si le candidat Fillon est élu président de la république. Mais où sont les enjeux qui ont amené une levée de boucliers contre François Fillon ?
 

   1. La Syrie divisée en zones antagonistes. Des millions de réfugiés syriens éparpillés dans le monde par la guerre

 La situation est aujourd’hui à la croisée des chemins au Moyen-Orient. Pourtant, malgré le soutien militaire du Hezbollah libanais, et l’aide militaire iranienne aux forces loyalistes du gouvernement syrien, et la Russie pourvoie en armements, la rébellion syrienne était sur le point de l’emporter à l’automne 2015, n’était-ce, à l’appel du président syrien, l’entrée de la Russie dans le conflit syrien, le 30 septembre 2015, qui a changé les donnes. Entre cette date et aujourd’hui, la situation militaire a complètement changé. La plupart des villes ont été reprises dont Alep, la capitale économique. Il ne reste que quelques zones comme Idlib, Raqqa... Il est évident que le conflit ne cessera pas tant que les deux grandes puissances ne s’accordent pas sur une solution conjointe pour tous les belligérants en Syrie et en Irak. Aujourd’hui, la Russie a remporté de grands succès sur le théâtre de combat en Syrie, permettant au gouvernement loyaliste de conquérir ce qu’on appelle la Syrie utile, laissant la coalition internationale menée par les États-Unis soutenir les Forces démocratiques syriennes, fer de lance de la bataille contre l’EI, pour la prise de Raqqa et, ce faisant, freiner la progression des troupes du régime de Damas dans cette direction.

Il est évident que les temps sont comptés pour l’Etat islamique, dans quelques mois, la grande ville irakienne du nord, Mossoul, va tomber aux mains du gouvernement irakien. De même, la ville de Raqqa sera prise par les Forces démocratiques syriennes (FDS). Et l’Etat islamique en Irak et en Syrie cessera d’exister. Cependant, malgré ces succès, il y eut des failles délibérées dans la stratégie américaine et de leurs alliés dans l’éviction complète de l’Etat islamique. Si les Américains avaient lutté efficacement contre l’EI, ils n’avaient qu’à couper les voies d’approvisionnement. Mais une telle option aurait laissé le champ libre à l’axe Iran-Irak-Syrie-Hezbollah qui vont profiter pour renforcer leurs positions dans le conflit. Précisément l’intrusion de la Russie dans le conflit a changé les donnes.

D’autre part, les Kurdes ont joué un grand rôle dans les conflits armés en Syrie et en Irak, et ont beaucoup contribué aux succès obtenus contre l’EI. Ce qui pose un grand problème à la Turquie qui redoute d’avoir un Etat kurde dans le Nord-Est de la Syrie, et la peur de contagion sur les communautés kurdes en Turquie. D’autant plus que la Turquie a longtemps favorisé par le transfert d’hommes et de matériels et la vente du pétrole l’implantation de l’EI en Irak et en Syrie, en accord avec les États-Unis et leurs alliés.

Depuis les revers de l’Etat islamique et les succès de l’axe Russie-Iran-Irak-Syrie-Hezbollah, en Syrie, la Turquie a fait volte-face et, pragmatique, s’est ralliée à la Russie dans la lutte contre l’Etat islamique. Ce qui a amené l’EI à se retourner contre la Turquie, perpétrant des attaques terroristes sur les villes turques. Telle est à peu près la situation en Syrie et en Irak. Dès lors, peut-on dire que la Syrie s’est trouvée divisée en plusieurs zones, et les graves conséquences qui pèsent sur le peuple syrien. En plus de 300 000 morts, des millions de réfugiés déplacés à l’intérieur et à l’extérieur attendent une issue à leur sort. L’UNHCR (Agence nationale des Nations unies pour les réfugiés) comptabilisait, en 2016, plus de 4,6 millions de réfugiés syriens dans les pays limitrophes. A l'intérieur du pays, le Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l'Onu, l'Ocha, chiffre plus de 7,6 millions de Syriens déplacés. Au 7 février 2016, l’UNHCR répartit le nombre des réfugiés syriens par pays : 2503 539 réfugiés syriens pour la Turquie, 1 069 111 réfugiés pour le Liban, 635 324 pour la Jordanie, 245 022 pour l’Irak, 117 658 en Égypte, 28 027 en Afrique du Nord. En Europe, les médias font état de 1 million de réfugiés syriens.
 

 2. Vers la baisse de la violence. Début des conférences pour la paix en Syrie

 Cela étant, il reste qu’on ne peut penser que la guerre en Syrie va durer indéfiniment. Toute guerre a une fin. Comme il a été mentionné supra, toute guerre a un sens. De plus, on ne peut penser que l’intrusion de la Russie dans le théâtre syrien était dictée par le seul intérêt géostratégique de protéger sa base de Tartous. Il est clair qu’un changement de régime syrien favorable à l’Amérique et à Israël l’aurait obligée à évacuer cette base. Cependant, la Russie, qui a occupé et annexé la Crimée dans le conflit ukrainien, aurait pu choisir de rester sur ce succès et ne pas s’engager en Syrie. Ce qui était très possible, d’autant plus qu’elle ne s’est engagée en Syrie que lorsque le régime de Damas s’est trouvé dans une situation extrêmement difficile, malgré l’apport des forces extérieures régionales. Mais la marche du monde est compréhensive et compréhensible. Ce qui veut dire que l’intrusion de la Russie n’était pas seulement pensée par les stratèges russes, « mais était inscrite dans l’ordre même du devenir du monde. » Le monde doit être compris comme une réalité intelligente, comme une rationalité historique. Pour comprendre, la guerre est un événement horrible, destructeur en vie humaines et en bien matériels.

Prenons l’intrusion des États-Unis contre l’Allemagne hitlérienne pour libérer l’Europe des nazis entrait dans cette réalité du monde qui est intelligente. De même l’intrusion de la Russie contre les groupes islamiques entrait aussi dans cette réalité intelligente du monde. Parce que ces intrusions sont nécessaires et concourent au progrès du monde. Si les États-Unis ne sont pas entrés en 1941 contre l’Allemagne nazie, on aurait eu alors une race aryenne qui va gouverner l’Europe, la France, la Belgique, les Pays-Bas, l’Angleterre... puis le reste du monde. Le monde serait constitué d’hommes et de sous-hommes, d’esclaves pour d’autres hommes dits supérieurs. Et pourtant nous sommes créés identiques.

D’autre part, l’humanité a tellement évolué qu’il n’est plus possible à une partie du monde de l’emporter sur l’autre. Le monde a complètement changé, nous sommes à l’âge nucléaire, à l’âge de la physique quantique. L’intrusion de la Russie était nécessaire d’abord au regard de ses intérêts immédiats, mais surtout au regard de l’Histoire qui est l’essence même par laquelle est conduit le monde. Il est important de comprendre cet aspect métahistorique, pour comprendre l’évolution du monde. Précisément la Russie était le maillon qui manquait pour équilibrer les forces en présences. Et aussi le maillon qui a rendu la Turquie plus pragmatique.

Et ce n’est qu’après l’entrée en scène de l’aviation russe et les succès remportés sur le théâtre de combat, que le pouvoir loyaliste de Damas commença à regagner les villes perdues, et qu’enfin la raison a fini par l’emporter en Occident. Et débute, après l’intrusion de la Russie dans le conflit, un cycle de négociations parrainées par le secrétaire d'État américain John Kerry et le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov. La première conférence débute à Munich, sur invitation du ministre allemand des affaires étrangères, Frank Walter Steinemeier, avec l’envoyé spécial de l'ONU pour le règlement du conflit en Syrie, Staffan de Mistura, des représentants du groupe international de soutien à la Syrie, et des représentants des pays impliqués. Un premier succès, un accord sur l'approvisionnement humanitaire de plusieurs zones touchées par les combats et à l'étude d'un cessez-le-feu le 1er mars 2016 sort ce cette conférence.

Le 22 février 2016, une deuxième conférence parrainée par les États-Unis et la Russie qui présentent les modalités d'un cessez-le-feu entre les forces loyalistes et les rebelles, mais qui ne concerne pas l'État islamique, le Front al-Nosra et les groupes « considérés comme terroristes par le Conseil de sécurité de l’ONU ». Les parties en conflit acceptent le cessez-le-feu, bien entendu avec des difficultés qui sont somme toutes naturelles. Toujours est-il ce cessez-le feu est déjà une approche pour régler la crise syrienne, sur des bases équitables pour toutes les parties. Il y a des accords pour la libération de prisonniers, pour la livraison d’aides humanitaires, et d’autres points encore même s’ils ne sont pas tenus. Le cessez-le-feu entre en vigueur le 27 février à minuit. Ce succès a fait diminuer fortement la violence, ce qui est sans commune mesure avec les années précédentes. On est loin des tractations menées par le médiateur algérien Lakhdar Brahimi. Non pas que Lakhdar Brahimi a échoué, il a pris des risques, il a fait tout son possible, mais il était confronté à une impasse. Les pays occidentaux rejetaient tout compromis pour résoudre la crise syrienne parce qu’ils étaient convaincus qu’ils allaient faire tomber, via les djihadistes, le régime syrien. Les médias occidentaux rapportent que Laurent Fabius, à l’époque, ministre français des affaires étrangères, tenait des propos « Al-Nosra faisait du bon boulot en Syrie ». Mais c’est sans compter avec la marche de l’histoire.

Le 14 mars 2016, la conférence internationale s’élargit. Les rebelles syriens et les émissaires de Damas se retrouvent pour la première fois depuis la mise en place du cessez-le-feu à Genève pour 10 jours de pourparlers. Le secrétaire d'État américain John Kerry, pour appuyer la conférence, déclare « Le niveau de la violence a été réduit de 80 % à 90 %. » De son côté, Vladimir Poutine, le président de la Russie, annonce le début du retrait d'une partie des forces russes engagées en Syrie. Mais malgré la trêve, les combats vont reprendre. Il est évident que chaque partie se prépare à avoir les meilleures cartes pour la négociation finale. Et c’est ainsi que les forces loyalistes avec la Russie s’efforcent de conquérir toutes les villes aux mains des djihadistes. De leur côté les djihadistes cherchent à conquérir des villages prises par l’armée loyaliste. Les États-Unis s’efforcent, avec les FDS, de conquérir Raqqa, capitale de l’EI. Les forces kurdes cherchent à consolider leur position dans le Nord de la Syrie.
 

 3. Le processus vers la fin de la guerre civile en Syrie désormais engagé. Les défis qui attendent la Syrie

 Cependant la marche vers la paix est désormais engagée, combien même des affrontements persistent entre les différentes forces sur le terrain. Le plus difficile est passé. La situation commence à se décanter. Le 10 septembre 2016, un nouvel accord de trêve est conclu entre les États-Unis et la Russie. Il prévoit des corridors sûrs pour les opérations humanitaires. L’accord est salué par l’ONU, et par les grandes puissances et les puissances régionales (Turquie, Arabie saoudite...). La fin du conflit se rapproche. Une course contre la montre est engagée par les forces en présence. La trêve est rompue. Les forces loyalistes passent à l’offensive la ville d’Alep qui est reconquise, le 22 décembre 2016. Les insurgés qui ont capitulé sont évacués vers la zone proche Idlib, aux mains des rebelles.

Cette victoire met à néant les plans américains. Les rebelles sont divisés et lâchés par leurs soutiens sur le plan militaire. En réalité, la guerre a assez duré, plus de 10 millions de syriens sont déplacés à l’intérieur et à l’extérieur. Pourquoi ? Parce que la situation est à la fois complexe sur le plan régional et entre les grandes puissances, en particulier le couple israélo-américain qui veut toujours maintenir son diktat sur le Moyen-Orient, depuis la disparition de l’URSS, en 1991. On comprend l’importance de l’Iran et de la Russie dans le conflit.

Si pour la Russie, son intrusion est comprise, comme contrepoids réel à la superpuissance américaine, on ne peut oublier que l’Iran et la Syrie ont joué aussi de contrepoids à la puissance américaine dans la guerre menée contre l’Irak, en 2003, en apportant leur soutien à l’insurrection irakienne. Et c’est ce soutien constant qui a poussé à la fin les États-Unis d’évacuer l’Irak, en 2011. Et cette victoire bien que le couple Iran-Syrie ne constitue pas une superpuissance mondiale, est à attribuer surtout à la cause juste. Poursuivre une cause juste signifie avoir avec soi les forces de l’Histoire. On comprend dès lors l’importance du rôle de l’Iran et de la Syrie dans l’équilibre géostratégique au Moyen-Orient. On comprend dès lors que la guerre civile en Syrie apparaît à la fois comme une revanche américaine à l’échec enregistré en Irak et un prolongement de la guerre des États-Unis contre l’Irak. Donc une tentative de regagner ce qu’ils n’ont pu obtenir contre les Irakiens.

Mais c’est là où un camp, parti vainqueur, se retrouve contré par un nouvel adversaire, la Russie, et de nouveau perdant. Toujours est-il, l’évolution même des forces dans le théâtre de combat montre que le processus vers la fin de la guerre civile en Syrie est engagé. D’autant plus que la Russie de Poutine n’a pas attendu et s’est attelée avec la Turquie pour résoudre ce conflit régional. C’est ainsi que le 29 décembre 2016, prenant de court les Occidentaux, la Russie et la Turquie annoncent à Astana, au Kazakhstan, l'instauration d'un nouveau cessez-le-feu dans l'ensemble de la Syrie. Celui-ci est reconnu par le régime de Damas et une partie de l'opposition, il entre en vigueur dans la nuit du 29 au 30 décembre. Evidemment, les affrontements continuent mais baisse d’intensité.

De nouveau, face au vide diplomatique américain, la Russie avec la Turquie et l’Iran organise une conférence pour la paix, à Astana, au Kazakhstan. Elle s’ouvre le 23 janvier 2017. Plusieurs pays sont invités dont les pays arabes, les États-Unis qui sont représentés par leur ambassadeur au Kazakhstan. De nombreux groupes rebelles participent. Les négociations sont positives. Un mois après, le 23 février 2017, s’ouvre une nouvelle conférence pour la paix, Genève IV. La Russie a appelé le Parti de l’Union démocratique kurde de Syrie à participer aux pourparlers. La veille, le 22 février, Staffan de Mistura déclara que la conférence de paix serait basée sur la résolution 2254 du Conseil de sécurité des Nations Unies. Une résolution qui demandait la fin des attaques contre les civils, l'exclusion de l'Etat islamique d'Irak et du Levant et le Front al-Nosra, la création d'une société multiethnique comprenant tous les groupes religieux et ethniques en Syrie, la création d'une nouvelle constitution de la Syrie et la tenue d'élections libres et équitables dans un délai de 18 mois. Les négociations se terminent le 3 mars 2017.

Une troisième série de réunions tenues à Astana du 14 au 15 mars 2017 donne lieu à un nouvel accord entre toutes les parties à l'accord de cessez-le-feu en vigueur. L’Iran rejoint la Turquie et la Russie comme un État garantissant l’accord de cessez-le-feu. Cependant, les violations de l’accord se multiplient. Il y a une course contre la montre. Chaque partie cherche à gagner du terrain pour se conforter dans les négociations à venir. La ville de Palmyre est prise par les loyalistes, Raqqa est encerclé par les Forces démocratiques syriennes, aidés par les Américains. L’EI est dans ses derniers retranchements. L’armée turque cherche à progresser sur le territoire syrien pour annihiler les forces kurdes qui font partie des FDS. Une situation complexe mais qui est en train de se décanter progressivement.
 

 4. Fillon pourra-il aplanir les divergences entre les États-Unis et la Russie pour mettre fin à la guerre civile en Syrie ?

 Mais comment va-t-elle se décanter cette situation de guerre qui arrive à sa fin ? Par précisément, pendant que l’axe Russie-Iran-Irak-Syrie- Hezbollah activait au Moyen-Orient, les États-Unis et la France étaient en pleine campagne présidentielle. La classe politique de ces pays en ébullition contre deux candidats.

En Amérique une campagne hystérique a pris les classes politiques pour discréditer un candidat qui se prévalait de son « First America » (l’Amérique d’abord). Un slogan qui traduisait dans un certain sens ce qui était en puissance, le retour de l’Amérique vers elle-même passait par d’abord mettre fin aux conflits qu’elle a provoqué dans le monde. Pour cela, il faut un sang nouveau, précisément, un milliardaire que personne n’attendait, Donald Trump, qui se disait antisystème, s’est jeté dans la mêlée pour la magistrature suprême. Il fut l’objet d’une campagne de dénigrement médiatique incroyable. Jamais président américain n’a eu ce traitement de faveur des médias qui l’ont affublé de tous les noms. Le terme le plus usité est le « clown » ou le « bouffon » Trump. Tout a été mis pour le discréditer jusqu’aux accusations de femmes pour attouchements et agressions sexuels malgré le démenti catégorique du candidat. Tous les poids lourds du parti y allaient au point que Paul Ryan qui se disait « écœuré », était contre lui. (Voir article « Qui sera le nouveau président américain ?  », par Medjdoub Hamed. www.agoravox.fr et www.lequotidien-oran.com)

Le « Je me battrai pour vous, et je gagnerai pour vous », qu’il a crié, lors de son discours devant la convention républicaine réunie à Cleveland, s’est réalisé. Contre toute attente, Donald Trump est devenu, le 7 novembre 2016, le 45ème président des États-Unis. Qu’aujourd’hui, Donald Trump fasse des erreurs, c’est dans l’ordre des choses. Qu’il interdise aux Musulmans l’entrée aux États-Unis, qui d’ailleurs le décret présidentiel a été rejeté pour atteinte aux religions universelles, dénote simplement qu’il ne veut plus suivre la politique aventureuse de ses prédécesseurs dans le monde musulman. Il se déclare l’homme antisystème, et « montre ouvertement sa sympathie pour le président russe. Et surtout Trump, prônant l’isolationnisme, cherche à se retirer du conflit moyen-oriental. Ce qui est inacceptable pour le système. »

Reste cependant que Donald Trump ne peut l’emporter sur le système qui est très puissant et veut toujours perdurer la guerre en Syrie. Et c’est là où entre un autre Donald Trump en Europe, plus précisément en France. C’est François Fillon contre qui tous les coups sont permis pour qu’il n’arrive pas à présider la France. Le seul reproche qui n’apparaît pas est que lui aussi, est un candidat antisystème, et qu’aucun média français n’en fait état. François Fillon, dans son programme électoral, veut aller contre le système pro-guerre qui lui est pour la continuation de la guerre en Syrie, et dans tout le Moyen-Orient. Et cette guerre ne se fait pas au motif démocratique ou au motif de libérer le peuple syrien de l’autoritarisme du régime loyaliste de Syrie. Elle se fait pour le pétrole, et seulement pour le pétrole. Et le mécanisme monétaire qui lui est inhérent, et qu’on peut dénommer le « Bretton Woods-pétrodollar », le pétrole ayant remplacé l’or-métal. Que les autres grandes monnaies de réserve, affiliées au pétrodollar : euro, livre sterling et yen lui, forment avec le dollar le système monétaire international qui régit le monde.

Et qui détient la monnaie détient le monde. Précisément « détenir la monnaie du monde passe par détenir le pétrole du Moyen-Orient. » Le couple Dollar-pétrole, et étendu à l’euro-livre sterling-yen, est le vrai nerf de l’économie mondiale, le vrai nerf de la guerre qui fait rage dans le monde arabo-musulman. Un yuan qui est en train de talonner les grandes monnaies occidentales, et qui devient pétroyuan, affectera fortement la puissance financière et monétaire occidentale. Diminueront alors le financement des déficits américains et européens. On comprend pourquoi Donald Trump prône l’isolationnisme et veut faire payer à l’Europe le prix de leur sécurité contre les grandes puissances, précisément si le dollar perdra aura à perdre ou à diminuer ce privilège qu’il a sur le monde.

Et c’est la raison pour laquelle François Fillon, comme Donald Trump, par son programme électoral visant un rapprochement avec la Russie, et à nouer des liens commerciaux avec l’Iran. « Fillon est déjà un ami de Poutine, pour avoir été invité à plusieurs reprises par le président russe », comme le rapportent les médias européens. Ce qui explique la campagne médiatique contre lui pour qu’il n’arrive pas au pouvoir. Car s’il arrivait, avec Donald Trump, il remettrait en cause toute la stratégie occidentale, menée jusqu’à aujourd’hui. Dès lors, François Fillon élu, la crainte redoutée pour le système occidental est qu’il créé des passerelles entre les États-Unis et l’Europe sur la crise au Moyen-Orient. Aussi pose-t-on la question : « François Fillon élu président pourra-t-il aplanir les divergences entre les États-Unis et la Russie ? »

Il y a de grandes chances. Bien plus, le système du monde étant dual, le couple Donald-Trump contrebalancerait les forces occidentales pro-guerre. Par conséquent, il va s’opérer un grand tournant dans la géostratégie mondiale. Il y a cette sensation métaphysique qui ressort dans ces attaques tout azimut menées contre lui. C’est parce qu’il est bien incrusté dans l’histoire de la France, tel un tronc d’arbre qui a des racines profondes que probablement, c’est l’Histoire qui, à l’instar de Trump, va le choisir le 7 mai 2017. Sinon pourquoi toutes ces attaques qui ne s’arrêtent pas ? Il fait peur au camp de la Finance mondiale pro-guerre. Et surtout que Fillon cherche à grandir la France, il cherche même à amener la France à supplanter l’Allemagne, une puissance économique certes mais frappée par le vieillissement et le faible taux de natalité. Ce qui n’est pas le cas de la France et elle est surtout riche de ses grandes potentialités technologiques, scientifiques et sa puissance nucléaire que n’a pas l’Allemagne, dépendant du parapluie américain.

Pour terminer, le XXIe siècle va passer de la bipolarisation qui reste encore active à la mutipolarisation. Les grandes puissances mondiales qui seront maître du jeu doivent compter avec les puissances régionales. Mais, cela passe d’abord par la sortie de crise du monde musulman.

 

Medjdoub Hamed
Auteur et chercheur spécialisé en Economie mondiale,
Relations internationales et Prospective.
www.sens-du-monde.com

Note :

1. « Fillon mis en examen pour détournement de fonds publics et recel d'abus de biens sociaux », Le Point.fr. 14/03/2017
http://www.lepoint.fr/presidentielle/soupcons-d-emplois-fictifs-francois-fillon-a-ete-mis-en-examen-14-03-2017-2111750_3121.php


Moyenne des avis sur cet article :  1.8/5   (35 votes)




Réagissez à l'article

39 réactions à cet article    


  • Voldomir Olmoranz Voldomir Olmoranz 30 mars 2017 13:11

    Pourquoi Fillon ?
    Parce qu’il serait tout à fait à sa place à la tête d’une république bananière, où l’élection sous contrôle récompense à chaque fois des arrivistes corrompus, cupides, malhonnêtes, menteurs sans scrupules et sans honneur, prêts à toutes les trahisons ?
    Les deux derniers rois de la banane suprême étaient parfaitement à leur place...


    • Leonard Leonard 30 mars 2017 13:44

      @Voldomir Olmoranz

      +1


    • Le421... Refuznik !! Le421 30 mars 2017 18:43

      @Voldomir Olmoranz
      A noter cependant que le docteur Mélenchon, spécialiste dans l’étude des maladies débilitantes, a trouvé un vaccin contre le « syndrome du larbin ». La guérison est définitive chez plus de 350.000 français et nous continuons à opérer une vaccination générale de grande envergure.
      Se renseigner sur www.JLM2017.fr/
      C’est gratuit en plus !!  smiley


    • Leonard Leonard 30 mars 2017 22:40

      @Le421

      A t’il trouvé un vaccin contre la fâcheuse skyzophrénie qu’il a dans ces corrections de vote bruxellois ? 

      Bruxelles avec qui il voudrait apparement renégocier son salaire en organisant une réunion pour changez l’UE... le jour oú les poules auront des dents...

      J’ai bien ri !

      Merci !

    • JBL1960 JBL1960 31 mars 2017 00:14

      @Le421 Le syndrome du larbin est un comportement pathologique visant à prendre systématiquement la défense des classes les plus favorisées au détriment de celles dont il est issu. Ce syndrome diminue les capacités d’analyse du larbin et se traduit par un blocage psychologique l’incitant à agir préférentiellement contre ses propres intérêts au profit de ceux qui l’exploitent. ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/01/29/le-syndrome-du-larbin/ Je croyais que c’était les professeurs Jean Brouille, Jean Fume et Jean Cule qui avaient permis d’isoler la molécule du syndrome ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/07/05/la-theorie-des-3-jean/


    • jmdest62 jmdest62 31 mars 2017 11:00

      @Leonard

      « skyzophrénie » : vous êtres sûr de l’orthographe ? ...rapprochez vous de @Doctorix.
      Autre chose :
      Pourriez vous me rendre un p’tit service en demandant à François si il compte nous faire connaître bientôt son programme définitif . Merci d’avance !
      Copié-collé du site UPR aujourd’hui 31 mars 10 h 30...première page.
       »Version provisoire au 24 mars 2017 susceptible de subir encore quelques modifications "
      @+

    • MagicBuster 30 mars 2017 13:15

       Nième article (sans aucun intérêt) sur Fillon.

      Heureusement dans un mois , on n’entendra plus parler de lui (sauf dans les tribunaux).


      • velosolex velosolex 31 mars 2017 09:27

        @MagicBuster
        C’est l’offensive de printemps désespérée des jusqu’aux boutistes de FILLON. 

        Ils sortent des tranchées sous le tir de barrage des casseroles, et ont des boules kies pour ne pas entendre les blagues hilarantes. 
        Maigre protection, faut il qu’ils soient courageux ces hommes, ou inconscients, ou alors simplement stupides
        . Leur leader bien aimé leur a assuré qu’ils auront double ration de rata à midi. Mais seront ils encore en vie ?

      • Pseudonyme Pseudonyme 30 mars 2017 13:21

        Ce n’est pas l’Histoire qui va choisir Fillon, c’est les français. L’Histoire, elle, frappera de nouveau à la porte en 2022. Espérons juste qu’il ne soit pas trop tard  smiley


        • Et hop ! Et hop ! 31 mars 2017 07:54

          @Pseudonyme : 


          Fillon, c’est pas lui qui a été 5 ans chef du gouvernement, qui a mis l’armée française sous commandement de l’OTAN, qui a agressé et détruit la Libye (180 000 Tués, 1 million de réfugiés), qui a commencé les opérations de déstabilisation et de ravage de la Syrie (400 000 tués, 5 millions de réfugiés) ? 

        • LE CHAT LE CHAT 30 mars 2017 13:53

          Les français se contrefoutent de la Syrie , ça ne pèse en rien sur le vote Fillon en comparaison des emplois fictifs grassement payés pour les siens alors qu’il demande aux français de se serrer la ceinture !


          • Laulau Laulau 30 mars 2017 15:07

            @LE CHAT

            Oui et même que Fillon s’en contrefout aussi. Son discours en politique étrangère était surtout adressé à une certaine droite qui apprécie la politique russe en Syrie, c’était aux jolis temps de la primaire. Mais une fois au pouvoir il ferait comme il l’a déjà fait, il filerait doux devant les dictats des USA.


          • hunter hunter 30 mars 2017 15:13

            Visiblement l’auteur ne se rend pas compte que lire des textes longs sur un écran, peut être extrêmement fatiguant à lire pour certains.....enfin passons !

            Le texte a l’air pas mal, mais j’ai fait de la super diagonale, je l’avoue !

            Pour l’élection de Fion, je suis d’accord ; il sera élu car il sera face à MLP, et toute la clique gauchos+macron+ tutti quantti, appellera à voter pour le Fion !

            Le Fion est l’espoir des vioques qui ont de la thune, donc ils votent pour lui
            Le Fion est l’espoir des jeunes qui ne pensent qu’à la thune, donc ils voteront pour lui
            Le Fion est même un espoir pour certains pauvres, qui pensent que grâce à lui, la situation va s’améliorer, et qu’ils vont en profiter, plutôt que les racailles musulmanes (bon là ils se foutent le doigt dans l’œil, mais bon...), donc certains voteront pour lui.
            Le Fion est le plus en phase avec la haine des français envers les autres français, ceux un peu moins nantis !
            Le Fion utilise de vieilles recettes qui rassurent (combien de fois les merdias n’ont-ils pas fait l’éloge du « modèle anglais » ? ; et le Fion invoque Thatcher), et le français n’est pas d’esprit aventureux comme l’anglo-saxon, qui a osé envoyé balader l’UE, ou renvoyer chez ses médecins, la vieille peau cocue d’Hillary.
            Le Fion est assez transparent, ne montre pas trop d’audace, est très suiviste et conformiste, ce qui plaît beaucoup dans un pays très conformiste et suiviste.
            Le Fion est devenu cible des médias, et il atteint un statut de martyr ; ici, on aime les martyrs, donc il aura des voix en plus.
            Le Fion est propre sur lui, il présente bien, il rassure :encore beaucoup de suffrages qui vont tomber dans son escarcelle.
            Le Fion a de la thune, et le français de XXIème siècle, aime la thune : il n’aime même que ça, il adore le veau d’or, normal, il n’a plus aucune spiritualité.
            Le Fion ne fait pas trop preuve d’ostentation avec sa thune, et puis de toute façon, le français se fout de comment il l’a eu sa thune, l’essentiel c’est d’en avoir, c’est pourquoi il se fout de ce que disent les merdias que d’ailleurs il a appris à connaître pour ce qu’ils sont, des porteurs de propagande bien-pensante, droit-del’hommiste, et islamo-invasion compatible !
            Le Fion parle bien, il fait preuve d’une bonne éducation, il n’emploie quand même pas des concepts et des mots trop compliqués, là aussi, ça rassure.
            Le Fion donne une image de fermeté (là encore, les promesses n’engagent que les gogos qui y croient), face à l’invasion muzz, l’habitant de ce pays dit « de souche », hybride entre un être humain et un bisounours, a tendance à croire qu’au moins lui, Fion, appliquera des méthodes douces, pour le débarrasser des tumeurs islamiques !
            Le Fion fait sérieux, il a de l’expérience, il met le doigt sur les vrais problèmes et apporte des solutions raisonnables, ça, ça te fait rentrer des bulletins, en veux-tu en voilà !

            Bref, je pourrai en rajouter des lignes, mais je tomberai dans le travers que je reproche à l’auteur, donc arrêtons-la !

            Mais vous avez raison l’auteur, nous allons avoir le Fion, et on va en prendre plein la gueule, mais les vieilles peaux qu’on commence à voir émerger sur la Prom’, seront satisfaites, car leurs six chiffres en banque seront bien protégés !

            Quant aux autres qui y auront cru, que dire.......O Tempora, O Mores....

            Adishatz

            H/


            • Zolko Zolko 31 mars 2017 00:29

              @hunter : vous avez peut-être raison, mais on peut garder espoir et se rappeler du 29. mai 2005, qui a prouvé que les Français sont capables d’avoir des cojones. Ca fait longtemps, je sais, mais à l’époque déjà, on doutait, et pourtant les Français ne se sont pas laissé démonter et ont fait un choix contraire aux bonnes meurs.
               
              Donc tout espoir de voir Marine LePen ou Jean-Luc Melenchon (*) président ne sont pas perdus.
               
               
               
              (*) je m’en contrefout lequel des 2 pourvu que ce ne soit pas l’UMPS.


            • hunter hunter 31 mars 2017 10:21

              @Zolko
              Oui, vous avez raison de rappeler l’épisode de 2005 !
              Merci, c’est vrai faut essayer de ne pas perdre espoir !

              Adishatz

              H/

              PS : moi aussi, comme vous n’importe qui des deux, plutôt que les racailles habituelles


            • francesca2 francesca2 30 mars 2017 15:45

              François Fillon un candidat antisystème ? C’est bien ce que vous dites ?


              Excusez-moi, j’ai lu le reste en diagonale, vous êtes sûr qu’un emploi fictif n’est pas iilégal ?

              • Et hop ! Et hop ! 31 mars 2017 08:08

                @francesca2 : Pendant les 5 ans où François Fillou était payé comme premier ministre à Matignon, il extorquait pour sa femme 7 900  brut par mois à son suppléant Marc Joulaud, maire de Sablé-sur-Sartre devenu député, alors que la vraie assistante parlementaire Mme Robinson-Behre touchait que 850 EU (le budget total prévu pour les assistants parlementaires se montant à 9 561 ).


              • francesca2 francesca2 31 mars 2017 11:24

                Exactement. Je ne comprends pas que des gens, a priori honnêtes et intélligents, puissent encore envisager de voter pour cet hypocrite malfaisant.





              • Harry Stotte Harry Stotte 30 mars 2017 16:04

                Un complot international de grand style, pour expliquer ce qui n’est peut-être qu’une sordide magouille, montée par un rondouillard Machiavel corrézien dans le but de se venger, avec toute la mesquinerie dont il est capable, de farauds qui l’ont offensé, et dont Fillon n’est peut-être qu’une victime collatérale. Pourquoi pas Valls, en jetant Macron dans les pattes de ses vues sur le futur parti socialiste, escabeau pour la présidentiel 2022, après le fiasco des primaires ?


                Tant qu’on ne saura pas qui a remis des documents, au Canard enchaîné – lui-même ne le sait vraisemblablement pas, afin d’éviter tout risque de fuite -, avec instruction de publier le 25 janvier, en ayant l’assurance qu’un coup d’éclat judiciaire suivrait immédiatement, on ne comprendra rien à cette histoire et tous les scénarios seront imaginables, tant l’Elyséen est tordu sous airs bonhommes de scootériste à femmes.


                • Alren Alren 30 mars 2017 16:38

                  Bien des choses historiquement fausses dans cet article.

                  En particulier, il est faux que les USA ont eu une action décisive dans la victoire contre les nazis. Toutes les études, toutes les revues d’histoire et d’analyses stratégiques, acceptent, maintenant que la guerre froide est finie, l’idée que les Russes auraient remporté la victoire contre l’Allemagne avec la seule aide du RU qui, comme en 14-18, a empêché le ravitaillement de l’Allemagne par des cargos, en caoutchouc, en pétrole, en métaux, ce qui fût essentiel dans une guerre de matériel.

                  Les USA ont vaincu le Japon, ce qui n’était pas rien.

                  Si Fillon a vu s’opérer un grand déballage de ses magouilles, c’est que les Français ont le droit d’avoir un Président de la (cinquième) République, donc un roi élu, sur lequel l’étranger ne puisse pas se gausser de sa malhonnêteté. Ce qui serait le cas avec ce monsieur.

                  Dire que cet homme est le meilleur Président pour régler le problème syrien, alors qu’il se soumettrait à toutes les directives de l’OTAN qui ne veut pas d’une victoire du gouvernement légitime syrien en Syrie, c’est ou être de mauvaise foi ou ne rien connaître à l’idéologie de fonds de Fillon.

                  Poutine et ses conseillers ne sont pas intervenus en Syrie pour entrer dans l’Histoire avec un grand H, mais pour contrer la politique US de créer un maximum de chaos dans le monde pour que celui-ci ait besoin de la puissance militaire disproportionnée que les USA déploie afin de maintenir les monstrueuses inégalités sociales du capitalisme dont ils sont le modèle.

                  Bien sûr cette « aide » doit se payer d’une vassalisation totale qui permet de prolonger la situation artificielle de domination du monde qui s’est créée en faveur de « l’île »US totalement préservée au lendemain de la seconde guerre mondiale alors que l’Europe était dévastée l’Europe du fait du nazisme que les industriels et les banques US (et anglaises et françaises) avaient financés avant et pendant la guerre.

                  Fillon pourra-il aplanir les divergences entre les États-Unis et la Russie pour mettre fin à la guerre civile en Syrie ?

                  Alors là, on atteint au surréalisme dans l’analyse politique !!!

                  Les dirigeants cyniques des USA regrettent le temps de la guerre froide parce qu’avec le « parapluie atomique et les »peur des Rouges" ils tenaient en laisse les dirigeants allemands (RFA).

                  Recréer artificiellement une pseudo guerre froide avec la Russie capitaliste et oligarchique, est un préalable indispensable pour garder vassaux les pays de l’est de l’UE.

                  Ce n’est pas Fillon qui pourra entraver ce plan fondamental !!!


                  • sweach 30 mars 2017 16:42

                    Oula il est trop long ce poste.


                    On part de Fillon pour aller dans le conflit Syrien pour revenir sur Fillon.

                    On revient sur le titre :
                    *Pourquoi l’Histoire choisira François Fillon président de la France, le 7 mai prochain ?*
                    Bon déjà ce n’est pas l’histoire, mais le peuple Français qui choisira.

                    Ensuite Fillon ne comptera jamais sur mon vote, car pour moi il est le pire choix possible.
                    - Diminution du nombre de fonctionnaire
                    - Suppression de jour fériers
                    - Augmentation de l’age de départ à la retraite à 65 ans
                    - Baisse des charges sur les entreprises
                    - Augmentation de la TVA
                    - Fin des 35H
                    - Allégement du code du travail
                    - Plafonnement des indemnité chaumage et dégressivité
                    - Suppression de l’ISF
                    - Allonger les périodes scolaire
                    - ETC ...

                    Non ! non ! et NON !!!

                    Après il faut se rappeler que l’UMP avait 9 753 629 électeurs lors du premier tour en 2012, ils ont eu 4 404 812 électeurs lors des primaires dont 2 919 874 juste pour Fillon

                    Pour être au 2em tour le seuil a dépasser c’est 7 Millions d’électeur, avec déjà 3 Millions à son actif et 9.7 pour ce parti aux précédente élection, il est plus qu’en bonne vois, mais je pris pour qu’il n’y soit pas.

                    • fatizo fatizo 30 mars 2017 18:21

                      Parceque les français ne supportent pas que leur voisin gagne 1 euro de plus qu’eux, mais qu’ils admirent la racaille en col blanc qui se goinfre sur leur dos.


                      • hunter hunter 30 mars 2017 18:46

                        @fatizo

                        Voilà, exactement ! c’est parfaitement exact, je plussoie avec entrain non dissimulé !

                        Adishatz

                        H/


                      • mmbbb 31 mars 2017 20:28

                        @fatizo et ils adulent les footballeurs millionnaires !


                      • soi même 30 mars 2017 19:01
                        Pourquoi l’Histoire choisira François Fillon président de la France, le 7 mai prochain ?

                        C’est évidant les Français sont des fins gastronomes, ils aiment pardessus tout les casseroles .


                        • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 30 mars 2017 19:13

                          J’ai essayé d’activer une case qui serait « désastreux » pour la cocher et noter l’article, dommage que l’échelle la plus basse s’arrête à « Mauvais » !


                          Après 20 votes, je lis : 1,6/5 

                          Je comprends bien pourquoi mes articles ne passent pas au delà du Mur des Modérateurs !

                          • gaston gaston 30 mars 2017 19:55

                            Pourquoi les affaires sur fillon sortent juste avant les élections et depuis qu’il a gagné la primaire des véreux de droite ??? et bien parce qu’il est candidat à la présidence tout simplement !!!
                            il est tout à fait normal que le peuple sache pour qui il va voter !!!
                            Imaginé que ce scandale ne sorte pas et que fillon soit élu..... ,donc il faut remercier le canard enchaine d’avoir dénoncer cette racaille politico financière qu’est fillon !
                            Non seulement il va perdre , mais il va faire perdre son camp de ripouxblicain et sa carrière sera terminée cela fera une saloperie de moins « au service » du peuple !
                            il ira travaillé dans le privé si la justice ne l’envoie pas en prison , comme cela il apprendra ce qu’est le travail ,lui qui n’a jamais travaillé de sa vie et qui veut massacré le monde du travail et qui méprise profondément les ouvriers !


                            • Dom66 Dom66 30 mars 2017 20:27

                              Avec Fion nous serons dans la mouise


                              • Leonard Leonard 31 mars 2017 08:02

                                @Dom66

                                C’est l’inverse la mouise de trouve dans le fion

                              • alinea alinea 30 mars 2017 22:15

                                Mais qu’est-ce que vous avez tous aujourd’hui à parler de la rébellion syrienne ? pas pu aller plus loin.


                                • babelouest babelouest 31 mars 2017 08:20

                                  @alinea
                                  Exact : il s’agit seulement de mercenaires du couple Washington-Riyad, rien de plus.


                                • politzer politzer 31 mars 2017 07:11

                                  Mr du sang et des larmes pour les autres et des costards à 8000€ pour lui sera balayé !


                                  • Eric F Eric F 31 mars 2017 10:15

                                    Bonjour. Votre analyse concernant la question syrienne est très intéressante, mais cela n’a strictement rien à voir avec la question de l’élection présidentielle française, où la politique internationale a très peu de place. Fillon est certes un petit peu plus ’neutraliste’ que le reste de son parti et que l’actuel gouvernement, mais en réalité ce n’est qu’à la marge, car il était premier ministre lors de l’opération en Libye et de la prise de position contre le régime syrien au tout début de la guerre civile.

                                    Concernant les attaques contre Fillon, il ne faut pas chercher l’action de services secrets étrangers ou de cabinets occultes, il s’est aliéné ses concurrents à la primaire en se vantant d’être plus intègre qu’eux, et a attiré forcément la curiosité des média sur ce sujet. il leur a suffit de consulter des fichiers administratifs de l’assemblée pour trouver les contrats d’assistant(e)s, et ensuite, les journaliste d’investigation ont gratté du côté de ses fournisseurs et relations.
                                    Du reste, ils ont au passage accroché le Roux pour des pratiques semblables, il a éte lourdé le lendemain.
                                    « Mieux vaut ne pas la ramener sur ses vertus, si l’on ne veut pas mettre le projecteur sur ses turpitudes » (nouveau proverbe sarthois smiley


                                    • SavageAndCrazyHorse SavageAndCrazyHorse 31 mars 2017 10:54

                                      @Eric F
                                      Tout à fait d’accord, l’auteur oublie que F. Fillon à joué dès le début la carte de Mr Propre qui lave plus blanc que blanc avec les comparaisons au Général De Gaulle qui faisait la différence entre ses deniers personnels et la caisse de l’état. Pas de chance, le plan marketing a sauté très rapidement.

                                      Et aujourd’hui, le sarthois se retranche derrière son : « Et alors ! ».
                                      Tant de constance, ça donne envie.


                                    • julius 1ER 31 mars 2017 18:48
                                       Mieux vaut ne pas la ramener sur ses vertus, si l’on ne veut pas mettre le projecteur sur ses turpitudes » (nouveau proverbe sarthois

                                      @Eric F

                                      homme blanc ... parler sagement ,une fois n’est pas costume !! pardon coutume !!!

                                    • Djam Djam 31 mars 2017 12:13

                                      Qu’importe qui sera le prochain président... tant que la France sera prisonnière de toute indépendance quant à son destin national, le (la) prochain président sera à nouveau un gestionnaire de poste privatisée auquel on refilera dans la semaine suivant l’élection, sa feuille de route qui est accessible à quiconque cherche sur le net :
                                      l’Annexe 4 du Rapport d’orientation des politiques économiques et sociales concoctées par une poignée de technocrates surpayés installés dans le verre et l’acier bruxellois (rédigé en 2012, publié en 2014 et distribué aux « présidents » de chaque pays d’Europe dès 2015)
                                       
                                      Cette annexe contient la liste des « réformes » obligatoires parmi lesquelles est dictée :
                                      - le démantèlement de la Sécu
                                      - l’achèvement du contrat de travail
                                      - la libération (ubérisation) de tous les métiers considérés comme « protégés » par des règles spécifiques (notaires, avocats, dentistes, toubibs etc etc..)

                                      L’objectif est la pulvérisation de TOUS les états nations au profit de « grandes régions » mises sous tutelle de la Commission européenne, autant dire sous le commandement américain qui applique déjà son propre droit privé partout où on conteste son diktat. le tribunal qui arbitrera les contestataires sera comme celui de Nuremberg : parfaitement partisan, systématiquement gagnant pour le parti privé américain.

                                      Une seule solution : sortir de ce merdier comme l’ont fait les anglais qui ont parfaitement compris ce qui va arriver. Les Cassandres qui n’en peuvent plus d’annoncer la catastrophe d’un Frexit joue tout simplement sur le point faible de tout individu de cette post-modernité liquéfiée : la peur.

                                      Qu’ils le veuille ou non, l’éclatement de cette UE, véritable tumeur greffée sur des corps sociaux initialement équilibrés (du moins côté Ouest) est programmée. Les peureux peuvent stocker des boîtes de mouchoirs et si ce n’est nous, ce seront les enfants de la génération 3/4 ans qui vivront dans un monde à l’Américaine : lamentable, pauvre, déculturé, soumis et bête.


                                      • Titania Titania 31 mars 2017 12:23

                                        NON , M. Hamed ! la Russie n’a PAS « annexé » la Crimée, et encore moins « occupé » ! Je vous suggère de retourner à l’école pour apprendre l’histoire  ! A moins que vous fassiez partie de cette presse mensongère, falsificatrice, malhonnête et immorale !

                                        En Mars 2014, pour échapper au sort tragique qui est celui du peuple du Donbass, et que leur réservait la junte criminelle mise au pouvoir en Ukraine par les USA (et avec la complicité de leurs valets : les pays de l’U.E.), le peuple de Crimée avait choisi librement, démocratiquement : par référendum, -c’est à dire par l’expression de la volonté populaire la plus directe et démocratique qui soit ! et massivement à 97 % (96,77 très exactement), de revenir dans le giron de leur mère patrie. Ce sont les Criméens qui ont souhaité leur rattachement à la RUSSIE !
                                        Or cette volonté populaire qui s’est exprimée démocratiquement et qui a été respectée par le Président Vladimir POUTINE, est remise en cause principalement par ceux qui ne cessent de se gargariser avec le mot « démocratie », mais qui en bafouent les principes avec cynisme et arrogance, et au mépris des Règles internationales et du Droit les plus élémentaires. Il convient de rappeler à cet égard, que les sanctions décrétées contre la Russie ne reposant sur aucun fondement démocratique, elles sont depuis leur début, totalement ILLEGALES !
                                        En mars 2014, ce fut le retour d’un peuple auquel on n’avait pas demandé son avis lorsqu’il fut annexé à l’Ukraine en 1957. Donc je vous rappelle M. Hamed, vous qui faites partie des amnésiques occidentaux -ou qui faites semblant de l’être- : la Crimée a toujours été Russe et ne vous en déplaise, tant ça semble vous rester au travers de la gorge : elle le restera !


                                        • Claire29 Claire29 31 mars 2017 13:09
                                          Comme Fillon est opposé au mariage pour tous,PMA,GPA,etc.,je soupçonne les lobbys LGBT d’agir dans l’ombre pour répandre des saloperies sur Fillon comme celles que j’ai entendues dans la revue de presse dimanche sur France inter !
                                          Ce matin,dans un débat sur l’autisme sur Itélé,un autiste présent sur le plateau a précisé que les propos de Fillon dans une émission où il avait dit plusieurs fois « Je ne suis pas autiste ! » ne l’avait pas choqué puis il a ajouté que Pénélope Fillon est une amie engagée auprès d’associations en faveur de personnes autistes.
                                          Le présentateur a remarqué alors que c’était la première fois depuis deux mois que quelqu’un dit du bien de Pénélope Fillon !
                                          La vérité sort de la bouche des enfants,elle sort aussi de la bouche d’un autiste dont on ne peut douter de la sincérité !
                                          On voit surtout que les lobbys LGBT sont plus puissants que les associations qui soutiennent les autistes !

                                          • julius 1ER 31 mars 2017 18:45

                                            Fillon , Trump, MLP tous anti-système ....il faut s’essuyer les yeux pour voir si on a bien lu !!!


                                            et mon .....ul c’est du poulet !!!!!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Hamed


Voir ses articles



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité