• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Pourquoi l’Italie déploie ses chasseurs-bombardiers en Lituanie (...)

Pourquoi l’Italie déploie ses chasseurs-bombardiers en Lituanie ?

On estime que le trafic aérien civil en Europe chutera cette année de 60% par rapport à 2019, à cause des restrictions liées au Covid-19, mettant en péril plus de 7 millions d’emplois. En compensation, le trafic aérien militaire s'accroît.

JPEG

Vendredi 28 août, six bombardiers stratégiques B-52 de l’US Air Force ont survolé en une seule journée tous les 30 pays de l’Otan en Amérique du Nord (2 bombardiers) et en Europe (4 bombardiers), accompagnés dans les diverses missions par 80 chasseurs-bombardiers des pays alliés. Cette grande manoeuvre appelée Allied Sky a été déclaré par le secrétaire général de l’Otan, Jens Stoltenberg, comme étant la preuve du « puissant engagement des Etats-Unis envers les Alliés et de la confirmation que nous sommes en mesure de décourager une agression ».

Les B-52, transférés le 22 août de la base aérienne Minot (Dakota du Nord) à celle de Fairford en Grande-Bretagne, ne sont pas de vieux avions datant de la guerre froide utilisés désormais seulement pour les parades. Continuellement mis à jour, ils ont conservé leur rôle de bombardiers stratégiques à longue portée. Ils ont redécouvert un nouvel emploi. L’US Air Force, avec une dépense de 20 milliards de dollars, dotera sous peu 76 B-52 de nouveaux moteurs qui permettront aux bombardiers de voler pendant 8.000 km sans approvisionnement en vol, en transportant chacun 35 tonnes de bombes et missiles conventionnels ou nucléaires. 

L’US Air Force, en avril dernier, a confié au groupe américain Raytheon Co, la construction d’un nouveau missile de croisière à longue portée, armé d'une tête nucléaire, pour les bombardiers B-52. Avec ces bombardiers et d’autres, tous des bombardiers stratégiques d’attaque nucléaire, y compris les B-52 Spirit, l’US Air Force a effectué sur l’Europe depuis 2018 plus de 200 sorties, surtout sur la Baltique et la mer Noire à la limite de l’espace aérien russe. A ces exercices, les pays européens de l’Otan, en particulier l’Italie, y participent.

Le 28 août, quand un B-52 a survolé notre pays (Italie), il avait à ses côtés des avions de combat italiens pour simuler une mission conjointe d’attaque. Immédiatement après, des chasseurs-bombardiers Eurofighter Typhoon de l’armée de l'air italienne sont partis, accompagnés d’une centaine de militaires spécialisés, en Lituanie pour prendre leur nouvelle position dans base de Siauliai (nord de la Lituanie). A partir du 1er septembre, ils y resteront pendant 8 mois, jusqu’en avril 2021, pour « défendre » l’espace aérien de la Baltique.

C’est la quatrième mission de l'Otan de « police aérienne » effectuée dans la Baltique par notre aviation. Les avions de combat italiens sont prêts 24 heures sur 24 à décoller à la moindre alarme pour intercepter des avions « inconnus » qui sont toujours des avions russes volant entre des aéroports situés dans la Fédération de Russie et l’enclave russe de Kaliningrad à travers l’espace aérien international sur la Baltique. La base lituanienne de Siauliai, où ils sont basés, a été modernisée par les Etats-Unis en triplant sa capacité en y investissant 24 millions d’euros. La raison est claire. La base aérienne se trouve à peine 220 Km de Kaliningrad et à 600 km de Saint-Pétersbourg. Un avion de combat comme l’Eurofighter Typhoon parcourt en quelques minutes cette distance.

Comment expliquer le déploiement à la frontière russe d'avions portant des armes nucléaires ? Ce n'est certainement pas pour défendre les pays baltes d’une attaque russe qui, si elle advenait, signifierait le début de la guerre mondiale thermonucléaire. La même chose arriverait si les avions de l'Otan attaquaient depuis la Baltique les villes russes limitrophes. La véritable raison de ce déploiement a pour but accroître la tension, en fabriquant l’image d’un ennemi dangereux, en ciblant la Russie et en laissant entendre qu'elle se préparerait à attaquer l’Europe. C’est la stratégie de la tension mise en oeuvre par Washington, avec la complicité des gouvernements et des parlements européens et de l’Union européenne en personne.

Cette stratégie comporte, en outre, une augmentation croissante de la dépense militaire au détriment de la dépense sociale. A titre d'exemple, le coût d’une heure de vol d’un avion de combat Eurofighter a été calculé par l'armée de l'air et cela revient à 66.000 euros (amortissement de l’avion compris). Cette somme d'argent, calculée en argent public, représente plus de deux salaires moyens annuels bruts. Chaque fois qu’un Eurofighter décolle pour « défendre » l’espace aérien de la Baltique, il « brûle » en une heure deux emplois en Italie.

Manlio Dinucci

Source : https://ilmanifesto.it/perche-litalia-schiera-i-suoi-caccia-in-lituania/

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n'engagent que la responsabilité des auteurs


Moyenne des avis sur cet article :  4.57/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • Aaltar Aaltar 9 septembre 11:16

    A titre d’exemple, le coût d’une heure de vol d’un avion de combat Eurofighter a été calculé par l’armée de l’air et cela revient à 66.000 euros (amortissement de l’avion compris). Cette somme d’argent, calculée en argent public, représente plus de deux salaires moyens annuels bruts. Chaque fois qu’un Eurofighter décolle pour « défendre » l’espace aérien de la Baltique, il « brûle » en une heure deux emplois en Italie.

    C’est une connerie partisane. Le cout d’amortissement étant inclut et dans une proportion surement très lourde de cette « heure de vol » , dire que 2 emplois sont brulés en 1 heures est juste mensongé car l’avion qu’il vole ou pas doit être amortit. Alors j’imagine que l’étape d’après c’est de dire qu’il faut pas acheter d’avion... suprimons l’armée... visons dans un monde utopique sans guerre et sans violence... enfin bref, soyons irréaliste quoi !


    • Septime Sévère 9 septembre 11:20

      Les Italiens ont bien de la chance ; personnellement je n’ai jamais pu voir de B-52. Je n’ai jamais vu non plus de B-17, de B-24, de B-29, de B-36, de B-47 ni de B-56. Pas non plus de B-1 ni de B-2, rien de rien, même au salon du Bourget.

      .

      Le seul avion militaire américain que j’ai vu de vraiment près est un Super-Sabre aux cocardes françaises qui a failli empaffer mon Jodel DR-220 un jour de 1974 dans la région de Brienne-le-Château. 


      • bluerider bluerider 13 septembre 16:27

        @Septime Sévère / et moi 2 F104 Starfighters de la Bundesluftwaffe en vent arrière qui m’ont encadré et salué en passant. Mon 172 a comme tapé dans une marche au passage tellement ils étaient près. C’était en 78 et je m’en souviens encore ! Idem juste au dessus de la R45 entre Metz et Nancy. Un Mirage III de face passé sous moi à quelques mètres. Mais là c’est moi qui avait mal calé mon altimètre. Il me l’a bien fait comprendre. Une microseconde pour réaliser que j’avais failli emplâtrer un Mirage III !


      • troletbuse troletbuse 9 septembre 11:21

        Et qu’est ce qu’elle en dit Greta ?


        • Clocel Clocel 9 septembre 11:38

          @troletbuse

          L’e-conne est retournée à l’école, masquée pour que ses camarades ne lui jette pas de cailloux.


        • Clocel Clocel 9 septembre 11:39

          @Clocel

          Ne lui jettent pas...


        • Clocel Clocel 9 septembre 11:29

          L’agenda prend du retard, le Covid ne suffira pas pour installer le logiciel mondialiste, on va revenir aux bons vieux conflits planificateurs qui ont fait leur preuve comme accélérateurs de l’Histoire.

          Tout est en place, reste à trouver le bon prétexte et l’adversaire sérieux.

          Les pauvres grecs n’ont peut-être pas fini de bouffer leur pain noir.


          • vraidrapo 10 septembre 08:43

            @Clocel
            Chez toi, il faut vraiment trier pour séparer le bon grain de l’ivraie.. c’est crucifiant !
             smiley


          • Clocel Clocel 10 septembre 09:03

            @vraidrapo

            Crucifiant comment ?
            Comme Jésus ou comme Saint Pierre ?

            Attention ! Les romains étaient des gens sérieux ! Ils ne crucifiaient pas un opposant politique et un Messie de la même manière !
            Ce n’était pas qu’une mise à mort, il y avait un message.

            Allez, creuse ça et tu connaîtras le premier mensonge de l’église.


          • Septime Sévère 9 septembre 11:30

            Dans l’article : la base aérienne de Minot (Dakota du Nord)

            .

            Elle ne va pas plaire à JC Lavau qui dit toujours : « Quand j’étais minot... » 


            • JC_Lavau JC_Lavau 9 septembre 11:57

              @Septime Sévère. Frédéric Dard rédigeait différemment : « Quand j’étais chiarre ».


            • vraidrapo 9 septembre 12:43

              Avec les Polonais, les Rosbifs et les Espagnols... les Italiens ont la langue la plus veloutée pour lécher le Yanki. Ils n’ont même pas besoin du concours de la Banque Roteuch...


              • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 9 septembre 13:28

                L’article de l’auteur publié dans « Réseau Voltaire  » et portant le même titre est plus clair.


                • zygzornifle zygzornifle 9 septembre 14:25

                  Les avions rouillaient au sol et les pilotes attrapaient des crampes devant la télé , fallait bien réveiller tout ce beau monde même si cela a couté des millions d’euros pour effrayer les étourneaux ....


                  • jocelyne 9 septembre 17:13

                    oulala deux navions ? ça va chier


                    • zygzornifle zygzornifle 10 septembre 08:57

                      J’espère qu’ils ont bien désinfectés les avions, qu’ils ne transmettent pas plus la Covid en survolant tous ces pays ....


                      • mmbbb 13 septembre 17:49

                        «  » Cette stratégie comporte, en outre, une augmentation croissante de la dépense militaire au détriment de la dépense sociale«  En France le seul cout de l aide medicale des personnes en situation irreguliere est de pres d un milliard desormais » Je ne parle des autres cout . Ce sont des milliards CQFD , nous aurions deja un autre porte avion nucleaire et lesdeux soldats morts au Mali seraient toujours vivant si l armee de terre avait deja ete equipe des nouveaux vehicules blindes dont la coque resiste a une explosion !


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Patrice Bravo

Patrice Bravo
Voir ses articles



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité