• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Pourquoi le gouvernement va tomber

Pourquoi le gouvernement va tomber

En trois ans de gouvernance compulsive, tous les ferments d’une révolte profonde ont été jetés. Revenons sur quelques temps forts de ces trois dernières années, qui illustrent comment, à chaque fois, le pouvoir politique a été mis au service de ceux qui le détiennent et non au service du peuple, renforçant petit à petit un sentiment d’injustice qui prend aujourd’hui sa véritable ampleur. Les langues se délient, la prise de conscience est collective. La chute du gouvernement est proche.

La crise financière. La spéculation immobilière aux Etats-Unis, la mondialisation de la finance, l’introduction d’opérations informatiques quasi-instantanés dans les places boursières, et la dérégulation des échanges opérée depuis une trentaine d’années aboutissent à une crise financière majeure en 2008. Des banques américaines parmi les plus importantes font faillite, la panique gagne les marchés, les Etats sont obligés d’introduire des sommes massives d’argent pour sauver l’économie et éviter le défaut de liquidités. Partout les entreprises licencient, le chômage augmente, les salariés écopent. Les états doivent tous passer par une cure d’austérité, sous la pression du marché et des agences de notation qui menacent d’abaisser les notes attribuées aux dettes souveraines avec la bénédiction du FMI. Résultat aujourd’hui : les banques ont été sauvées avec l’argent public, mais le chômage persiste, et les pratiques de la finance n’ont pas évolué d’un iota. Les états ont donc prêté aveuglément, perdant une franche occasion de rétablir des règles. Sarkozy, malgré tout ses discours, n’a rien fait. Cette année, les invraisemblables bonus accordés par les banques aux traders, vont encore battre des records. Le commun des mortels, lui, se serre la ceinture.

La main-mise sur les médias. Depuis son accès au pouvoir, Nicolas Sarkozy. n’a de cesse de lutter contre l’indépendance des médias. Pour affaiblir le service public et servir sur un plateau des contrats publicitaires à ses amis Bouygues de TF1, il annonce avec fracas la fin de la publicité sur France Télévision. Revoir ici la jubilation juvénile que lui inspire la stupéfaction du parterre de journalistes lors de l’annonce qu’il en fait en janvier 2010.

http://www.youtube.com/watch?v=mdHJP5z4nK8&nbsp ;

Il réussit également à obtenir la nomination du directeur de France Télévisions et celle du directeur de Radio France. Il désigne Hees pour la Maison Ronde en appuyant Val pour Inter. Au printemps 2010, Guillon et Porte, les deux humoristes vedettes de la matinale d’Inter, qui n’hésitent pas à critiquer vertement l’action gouvernementale sont virés. Au cours de la même période, l’Elysée tente également imposer son choix pour la reprise du conseil de surveillance du Monde. Contre le trio Bergé-Pigasse-Nielle, réputés moins enclin à défendre le Sarkozysme, il soutient plutôt l’offre de Claude Perdriel, patron du Nouvel Obbservateur associé à l’espagnol Prisa, déjà au capital du Monde et de la société Orange (France Télécom). D’intrigues en imbroglio, l’Elysée ne parviendra pas cette fois à ses fins. Mais la seule volonté de peser dans la désignation des repreneurs du plus emblématique quotidien de France montre cette volonté de maîtrise de l’espace médiatique. Et n’oublions pas la charge gouvernementale à l’encontre du site d’information Mediapart qui révèle le scandale Sarkozy/Woerth/Bettencourt. Xavier Betrand n’hésitera pas à qualifier leurs méthodes de fascistes, Nadine Morano dénoncera un complot hitléro-trotskystes ? Sait-elle seulement que ce vocabulaire fut employé pour la première fois lors des purges Staliniennes ? L’anecdote ne manque pas de sel pour ce pouvoir tendant chaque jour un peu plus vers le totalitarisme.

Le bouclier fiscal La réalisation la plus concrète et la plus emblématique de ce gouvernement est celle du bouclier fiscal. Celle-ci garantit aux riches une taxation maximale de 50% de leur revenus. Le prétexte en était un alignement sur la politique fiscale européenne, l’Allemagne étant soit disant dotée d’un tel système. Ses effets cette année ont été les suivants : remboursements de centaines de millions d’euros à quelque centaines des foyers les plus riches. L’injustice sociale est avérée. Et le plus drôle se joue maintenant : au vu de l’agitation ambiante, et du sentiment de plus en plus prégnant d’injustice, après avoir défendu bec et ongles cette mesure faite pour s’assurer les services du « premier cercle », le Prince consent à revenir dessus... tout en abolissant l’Impôt Sur la Fortune (ISF) ... et en arguant du fait que ce dispositif n’existe pas en Allemagne, et qu’il est important d’aligner la fiscalité Française sur celle de ses voisins (Le Canard enchâiné du 6 octobre 2010). Le même argument servant pour justifier une mesure et son abrogation, voilà qui est digne d’une société Orwellienne. L’accaparement des médias favorise l’amnésie collective, et la perte totale de sens. De plus, la suppression du bouclier alliée à celle de l’impôt sur la fortune ne rétablit pas la justice fiscale : elle creuse de nouveaux écarts.

Les scandales et la main-mise sur la Justice. L’arrivée de l’été 2010 a vu l’émergence d’un scandale d’état d’une ampleur inégalée en France. L’affaire Bettencourt/Woerth/Sarkozy met en lumière les rapports consanguins entre riches, puissants, et membres de l’UMP. Tentaculaire, le scandale révèle le comportement indigne d’un homme cumulant les fonctions de ministre du Budget, trésorier du premier parti de France, qui place sa femme à la tête du cabinet de gestion de la plus grosse fortune de France, et décore l’ami qui a intercédé en sa faveur de la légion d’Honneur. Il révèle aussi les modes de financements de l’UMP et de ses membres éminents, à la tête de parti de poche, recevant les enveloppes de généreux donateurs. Et la collusion avec certains représentants de la Justice apparaît dans les enregistrements clandestins : le juge Courroye, en charge des investigations sur l’affaire Woerth, est un ami assumé de Nicolas Sarkozy. Depuis la révélation du scandale, il s’accroche à son dossier. Contre l’avis du plus haut magistrat de France, aucun juge d’instruction indépendant n’a été encore nommé. Juge d’instruction dont le statut a été attaqué en règle par Nicolas Sarkozy dès l’année 2008. Etait-ce en prévision de cette affaire, ou de celle, encore plus trouble, et plus critique pour le pouvoir, de l’attentat de Karachi, liés au financement de la campagne de Balladur en 95 ? Il semblerait en effet que les commissions liées à la vente de sous-marins Agosta l’ait alimentée, et que la cessation du versement des rétro-commissions aient entraîné l’attentat commis sur le bus des employés Français au Pakistan. La réponse de Sarkozy à cette éventualité évoquée par un journaliste est édifiante. 

http://www.dailymotion.com/video/x9mqjs_sarkozy-affaire-karachi_news

Le racisme au sommet de l’Etat et le tout sécuritaire. Enfin, la création d’un ministère de l’immigration et de l’identité Nationale, confiée à Eric Besson, ancien socialiste plus Sarkozyste que Sarkozy lui-même, l’accès au hautes sphères de personnages tels que Patrick Buisson, Maurassiste, ancien journaliste de Minutes, aujourd’hui conseiller à l’Elysée très écouté, Brice Hortefeux, fidèle porte-flingue, ou Nadine Morano, ultra-catholique secrétaire d’Etat chargée de la Famille et de la Solidarité, marque un tournant du pouvoir vers l’extrême droite. Le débat national sur l’identité National décrété à la fin 2009, révolte l’opinion. C’est un flop. Mais il permet d’agiter des thèmes populistes qui assurent et solidifient l’ancrage à l’UMP des électeurs provenant du Front National. De la même façon, Brice Hortefeux, alors ministre du Travail, est surpris, lors de l’université des jeunes UMP, en flagrant délit de blague raciste à l’encontre d’un jeune militant au teint basané. Il s’en sort d’une pathétique pirouette sur les auvergnats. Regain de popularité assuré auprès des sympathisants du Front National. Finalement, pour se sortir du scandale Sarkozy/Woerth/Bettencourt, on ressort le tout-sécuritaire, et on désigne en bouc émissaire la communauté les Roms, quitte à s’attirer les foudres de la commission des droits de l’homme de l’ONU et du Parlement Européen.

La révolte en marche. Ce rapide rappel n’est pas à la mesure du nombre d’échecs qui parsèment le chemin parcouru depuis l’élection de Nicolas Sarkozy. Il faudrait notamment ajouter la casse systématique de la fonction publique. La politique menée contre l’éducation nationale, par la suppression de dizaines de milliers de postes de professeurs en est à ce titre une excellente illustration. Mais quelques conclusions peuvent être cependant tirées. Tout d’abord, l’action politique du gouvernement Sarkozy est le sacre du court-terme. Les personnes qui nous gouvernent n’ont aucun projet pour la France. D’agitation fébrile en véhémences ostentatoires, les actions concrètes qui sont menées visent toutes à renforcer le pouvoir présidentiel et satisfaire les exigences d’une caste de nouveaux riches, le Premier Cercle. En sapant les principes de la République et la séparation des pouvoirs. En empêchant l’expression libre et la critique par le contrôle des médias. En consacrant l’injustice fiscale et l’exemption d’impôts pour les plus riches. En massacrant le service public et en favorisant l’ouverture des marchés à la concurrence pour le plus grand bonheur des riches entrepreneurs du Premier Cercle. En détournant des vraies questions de justice sociale par l’agitation scandaleuse de la polémique raciste et la désignation de communautés comme bouc émissaires. Finalement, que nous reste-t-il de ces trois années ? La certitude d’une arrogance innommable et d’un mépris sans fin envers l’intelligence des citoyens Français. Tous les jours, ces pitres nous insultent. Mais c’est précisément cet aveuglement qui va être causer leur perte. Le mouvement social qui vient de s’enclencher ne vas pas s’arrêter à la simple abrogation du projet de loi sur les retraites. Il va aller bien plus loin, jusqu’à la démission intégrale du gouvernement. Car ce projet de loi n’est que le catalyseur d’un mouvement qui s’élève contre l’ensemble des injustices commises impunément depuis trois ans. Incrédules, ils virent le peuple se réveiller...


Moyenne des avis sur cet article :  4.46/5   (157 votes)




Réagissez à l'article

196 réactions à cet article    


  • Ronald Thatcher rienafoutiste 18 octobre 2010 11:08

    ce gouvernement ne tombera pas, simplement parce qu’il n’existe aucune alternative politique, autrement que le retour sur des terres immergées par la mondialisation. Ce gouvernement qui porte toutes les insultes a réussi en grande partie a faire s’effondrer une vision sociale de la France, vision arrivée avec le CNR et prolongée artificiellement par Mittérand...
    La politique NO FUTUR de ces spécimens de fous qui nous dirigent ne peut être stopée que par la jeunesse avec l’aide des bloqueurs de croissance ! Nous sommes tous solidaires, mais combien en restera-t-il lorsque les premiers frimas et les pluies seront aussi du défilé ?


    • clostra 18 octobre 2010 11:16

      Justement non ! tout était prévu puisque ce gouvernement va changer. Il faut donc trouver autre chose, mais quoi ? je vous le demande !


      • epapel epapel 18 octobre 2010 15:14

        C’est tout le problème, personne n’a de solution alternative valable.


      • clostra 18 octobre 2010 18:00

        El papel ? qué no qué si ?
        Vive le Roi d’Espagne ! mais son cousin fricotte à Chantilly, de la crème à fouetter !
        Il manque un Roi astucieux pour prôner l’autogestion. Car on élit bien n’importe qui dans ce pays !


      • Defrance Defrance 18 octobre 2010 19:27

        N’importe quoi, ça ne peux pas être pire , en fait pour Brigitte Bardot j’hesite quand même


      • Login Login 18 octobre 2010 21:48

        Je suis toujours sidéré quand j’entends qu’il n’y a pas d’alternative viable !!!!
         
        Mettez à l’intérim du gouvernement, 3 - 4 sages pris au conseil constitutionnel avec pour mandat d’assurer la gestion les affaires courantes avec le concours des patrons de région et d"organiser les élections avec pour les règles suivantes : Aucun élu au dessus de 45 ans, application du régime général aux députés avec effet rétroactif, avec pour l’objectif de créer le 6eme république entièrement basé sur démocratie participative et la déprofessionalidsation de la politique.




         

      • Capone13000 Capone13000 18 octobre 2010 22:05

        Je pense que l’alternative Francois Asselineau vaut la peine d’etre tentée.
        Il propose de faire la seule chose qui puisse nous rendre notre souveraineté, sortir de l’Union européenne, ensuite on se réunit et on décide entre nous et sans main mise exterieuse (càd les USA) des priorités pour la France.

        Son analyse me semble des plus pertinente, car une fois la France sortie de l’UE toute le reste s’écroule, l’europe ne peut exister sans la France. Et donc on peux en déduire que le libéralisme de bruxelles sponsorisé par les USA s’écroulera net.
        http://u-p-r.fr/
        http://www.facebook.com/pages/Francois-Asselineau-Union-Populaire-Republicaine/367713397611


        Il s’agit de réunir tous les hommes et femmes, de gauche comme de droite pour faire sortie la France de l’UE


      • Croa Croa 18 octobre 2010 22:46

        Les alternatives ?

         smiley MAIS ELLES FOISONNENT !  smiley

        Ne comptez pas sur TF1 pour vous les présenter,

        Cherchez BORDELL ! smiley


      • Petitou Petitou 19 octobre 2010 11:18

        Entièrement d’accord, même si la démocratie participative c’est un beau pléonasme.
        La Vème république elle est moisie depuis longtemps, jusqu’à Pompidou ça allait encore (et je suis très très à gauche politiquement) mais depuis que nos dirigeants ne sont que des sous-fifres incapables de dire ce qu’ils pensent et encore moins de faire ce qui est dans l’intérêt de la nation c’est la merde. Le peuple est tout ramolli et se contente d’hommes politiques de bas-étages. Nous avons totalement abandonné notre souveraineté, non pas au nom de l’Union Européenne mais au nom du système capitaliste. Qui peut encore dire que ce système est le seul valable quand on voit dans quel état se trouve notre pays et le reste du monde idem ? Les derniers remparts qui nous protégeaient des abus du système sont tombés les uns après les autres et ce n’est pas fini. A quand la fin de la Sécu et de l’éducation pour tous ?
        La réforme des retraites j’en ai rien à foutre, les branlots qui ont le cul posé derrière un bureau toute la journée peuvent bien travailler deux ans de plus. La seule chose pour laquelle il faut se battre dans cette réforme c’est bien la pénibilité du travail : les femmes de ménages qui lavent par terre 8 heures par jour, les ouvriers qui portent des moellons toute la journée ou qui creusent des tranchées à s’en péter le dos, les employés des raffineries qui respirent des vapeurs chimiques à longueur de temps, les routiers qu’on imaginent mal pouvoir conduire plus de 8 heures par jour à 60 ans passés et bien d’autres encore.
        Ceux qu’animent encore une conscience politique descendront dans la rue quand il s’agira de faire tomber cette République corrompue jusqu’à la moelle pour en installer une VIème qui soit forte, avec des principes, intransigeante et qui soit faite pour le peuple et non pour les marchés.
        Ce n’est pas une illusion, rappelons-nous un instant de 1848 et de 1870, nos ancêtres n’avaient rien en comparaison de nous et ils se sont battus, ils ont fait couler la sueur, le sang et les larmes pour arracher des droits, pour défendre la République bafouée. Imaginons ce que nous pourrions faire nous qui ne sommes plus des paysans illettrés grâce à eux. Oublions cette illusion de Mai 68 de bobos ou aspirants tels. Et battons-nous enfin pour une République qui corresponde à nouveau à notre aspiration, à celle de notre identité nationale : LIBERTÉ ÉGALITÉ FRATERNITÉ et pas cette Vème qui signifie désormais Corruption, Privilège et Arrogance.
        Nous sommes le peuple, le Peuple Français et nous avons le droit et surtout le devoir de décider de la façon dont nous voulons gérer notre pays sans entendre des guignols nous parler de ce qui se passe ailleurs. On en à rien à foutre de ce que les étrangers font dans leur pays, si ça nous intéressait on irait vivre là-bas ! Non ?
        Oui au travail, oui aux entreprises et non aux fonds de pension, aux délocalisations. Oui à l’intelligence et merde au populisme !
        Vive la République et vive la France. Cela n’est pas une formule réservé à nos dirigeants à deux sous, c’est la notre.


      • armand armand 19 octobre 2010 11:51

        République vafouée !!!
        Vous voulez rire ? ou alors il s’agit d’un doux pléonasme. Car qu’a fait la république - ou les républiques - depuis que les bandes terroristes l’ont installée par le feu et le sang en 1792 - que d’instaurer comme mode de gouvernement en France la guerre civile permanente entre les partis, où toutes les quelques décennies un coup de force, légalisée ex post facto, asseoit un nouveau régime qui se confond avec la primauté du parti dominant du moment.


      • Dominique TONIN dume 19 octobre 2010 19:25

        Bon programme LOGIN !
        Voyez qu’il existe des alternatives, et heureusement sinon nous serions fichus !
        Laissez arriver à petits pas 2012. D’ici là il y aura de l’eau qui sera passée sous le pont, je doute que la situation s’améliore ... c’est autant de grain à moudre pour ceux qui ont des idées et des prétentions... et j’en suis !
        A bientôt


      • Petitou Petitou 22 octobre 2010 14:30

        A Armand
        Des factions et des guerres civiles il en existaient des tonnes en France bien avant la Révolution ou notre régicide. Je ne vais pas vous faire le laïus sur tout ce qui est bon dans la République, à mon sens cela est résumé dans l’accès à l’éducation pour tous. En revanche je vous rejoins sur un point c’est que la royauté n’était pas aussi pourrie que ça en tout cas pas plus que les petits bourgeois qui la remplacent. Tout dépend de la personnalité du chef. Si le roi est cool, a un semblant de vision de l’avenir et surtout de la nation alors je ne vois pas le problème. Je kiffe Louis XIV, avec lui aujourd’hui c’est sûr que ça filerait droit pour tout le monde, sauf pour lui évidemment. Et en plus il nous épargnerait les discours nauséabonds sur l’immigration vu que de mère espagnole et reine d’Autriche ! Un formidable exemple de l’intégration à la française.


      • LE CHAT LE CHAT 18 octobre 2010 11:22

        il tombera ou tombera pas , mais ça change rien , les elections restent en 2012 .....


        • Eduardo Sintès Eduardo Sintès 18 octobre 2010 11:38

          Et pourquoi pas une démission générale et des élections anticipées ?


        • LE CHAT LE CHAT 18 octobre 2010 11:47

          Une démission générale de nos élus si peu représentatifs ? faut pas rêver !
          UMPS tous pourris !


        • Deenye Deenye 18 octobre 2010 12:47

          Heu...

          On peut savoir ce que le PS vient foutre là dedans minou ?


        • LE CHAT LE CHAT 18 octobre 2010 13:13

          @DEENYE

          parce qu’ils représentent une bonne partie des députés !


        • Deenye Deenye 18 octobre 2010 14:58

          Une bonne partie quand même minoritaire...

          ...donc ne confondez pas tout, et ne mettez pas tout le monde dans le même panier que les escrocs de l’UMP.


        • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 18 octobre 2010 18:36

          @ l’auteur

           
          Félicitations pour ce texte. Oui, ce gouvernement tombera et sans doute la 5e République avec, mais prévoir deux étapes préalables : 1) une désobéissance civile anarchique dont Mai 68 n’aura été que la répétition générale, et 2) une prise de pouvoir par l’armée, comme en 1958, dont il ne reste qu’a trouver comment on la désignera pour éviter qu’elle ne soit un coup d’État.

          Si tout va bien, un gouvernement civil d’Union Nationale, ratissant large de Marine à Mélenchon, sera légitimé par un vote a peu près unanime de l’Assemblé et du Senat, sous la protection de l’armée contre les « émeutiers ». 

          Le nouveau pouvoir destituera le Président, corrigera les plus graves abus et proposera un référendum au printemps pour une nouvelle constitution.  Vivement la 6e !  Tout ça dans l’allégresse et avec un fort soutien populaire. Qui dirigera ce gouvernement d’Union Nationale ? Nous le savons tous…

          C’est ce scénario que je prédis depuis longtemps, sans en changer un iota.

          PIerre JC Allard
          CentPapiers




        • Albar Albar 18 octobre 2010 19:25

          Il tombera parceque dirigé par un président sioniste dont la culture primaire est le racisme, il ne tient pas compte du peuple, mais suit plutot l’idéal sioniste, et si preuve en est, il envoi l’armée en Afghanistan sans le consentement aucun de ce dernier, malheureusement bien abusé.


        • Ouallonsnous ? 18 octobre 2010 19:30

          La même chose que l’UMP  Deenye, c’est à dire nous vendre aux anglo-USraéliens !


        • Defrance Defrance 18 octobre 2010 19:30

          Pour qui le dirigera, y a quand même un problème : Lisbonne a Versailles ?


        • Croa Croa 18 octobre 2010 22:59

          à Deenye :

          Certes avec Nico 1er nous avons atteint des sommets mais le PS n’est pas en reste. Ils ont fait notamment la promo des traités européens, fausse constitution et autres escroqueries destiner à flouer les peuples !

          D’ailleurs, même dans leurs critiques concernant les « réformes », on voit bien qu’ils ne veulent pas aller à la racine du mal : Il n’y a qu’à les écouter !

          Bref UMP - PS, c’est la même mafia.


        • armand armand 19 octobre 2010 11:53

          Albar,

          C’est toi qui devrais te rendre en Afghanistan et y rester, parmi tes frères...
          Remarque, non, reste. Tes tirades font tellement rire qu’elles servent au moins à quelque chose.


        • Albar Albar 24 octobre 2010 10:09

          Rira bien qui rira le dernier !


        • Nometon Nometon 18 octobre 2010 11:39

          Ce gouvernement doit tomber !

          Entre le père-la-morale Fillon, cette baudruche fantoche pleine de faux airs, et le petit empereur des talonnettes, l’empereur des affaires de famille (juteuses), des courtisans et des mensonges, la République a disparu au sommet de l’Etat.

          Ce gouvernement a tellement de morgue qu’il n’hésite même pas à mettre le pays au défi ! Au défi de se battre, de défiler, de maintenir la grève. Au defi de tenir debout !
          Alors, montrons-leur ! Montrons-leur et battons-nous !


          • mevoungoumichel mevoungoumichel 19 octobre 2010 13:19

            Vous êtes purement et simplement un terroriste. Cette façons de conclure ce sont les fous d’allah qui tuent allah qui agissent ainsi. je tien à vous dire que la violence n’a jamais résolu un probleme dans le sens de faire progresser les choses.

            Gérer une famille n’est pas comme gérer une entreprise. Gérer une entreprise n’est comme gérer un état. Sachez que le fauteuil d’un président de la république est dans la même ligné que celui de Dieu. Il y a tellement des prétentieux patentés que rêve en couleur et croient que gérer un pays, il suffit d’avoir un tète plaine de toute sorte de connaissances. et diplomes

            Il y a lieu de révéler ici que la fonction de président de la république est une nomination Divine. De nos jours, grâce à la magie de la démocratie, n’importe qui peut devenir président de la république. C’est un poste tellement complexe que c’est lorsque l’on y arrive que l’on découvre de terribles vérité de cette fonction. A ce fauteuil, on communique avec Dieu . ou dans le cas négatif, avec Lucifer.

             gérer un peuple telque vos sciences politiques vous recommande amene ce peuple droit au mur. Il ya tellement des choses que je ne dois pas reveler puisque ça rentre dans le devoir de réserve, à ma qualité de parapsychologue initié, option mystere pur 8ème maitrise, spécialiste de la problematique du sexe et de l’argent, magistrat des lois de la nature.

            Je ne le dirais jamais assez, la grève est interdite par les lois de la nature.


          • kemilein 24 octobre 2010 00:45

            je tien à vous dire que la violence n’a jamais résolu un probleme dans le sens de faire progresser les choses

            les colons européen devenu américain voulaient la terre des amer-indiens ils les ont exterminés, et depuis ils sont chez eux, si on avait laisser faire hitler (les USA était favorable à un empire européen, leur banque financaient le 3 reich) -et je suis contre- y’aurait eu beaucoup de mort et tout le trala et on aurait un truc « uni » par la peur, (peut être allié des libéraux liberticide ou des coco)

            bref tout ca pour dire que la violence ca résout rien, c’est ce qu’on dit au enfants pour éviter qu’il se tapent dessus. mais dans la vraie vie la violence porte plus de fruit que la paix.
            mieux vaut massacrer son voisin plutôt que dialoguer avec lui, ca va plus vite, et en plus on récupère ses terres -non je n’approuve pas-


          • BisonHeureux BisonHeureux 18 octobre 2010 11:44

            Et pendant ce temps,Eva Joly poursuit son petit bonhomme de chemin !
            2012,un grand coup de balai,s’il vous plait !!!
            Salut et Fraternité
            Hasta la libertad


            • pertoto pertoto 22 octobre 2010 10:59

              Eva Joly ?....ah...ah...ah ....
              Et Brigitte bardot aussi, sans doute ?
              Vous m’avez bien fait rire ;


            • ali8 18 octobre 2010 11:50

              le gvt va tomber : doux rêve que cette affirmation !!


              • clostra 18 octobre 2010 18:06

                Courage ! il va tomber de fatigue ! après les lapsus on va avoir droit aux contre pétries....


              • Croa Croa 18 octobre 2010 23:24

                Tout à fait, le contentieux déborde largement les seules réformes des retraites !

                Le travail est un droit et les jeunes demandeurs qui en sont privés constitue un scandale. Le GVT non pris en compte n’était qu’une conséquence subie par les travailleurs en poste. L’air du temps c’était « sois heureux tu as un boulot ! »

                En plus nous recommenceront à partir avec de bonnes retraites si les promotions reviennent smiley


              • foufouille foufouille 18 octobre 2010 11:59

                il tombera pas, comme les autres pays en revolte


                • dawei dawei 18 octobre 2010 12:09

                  Y aurait tellement à rajouter encore :
                  -l’arrogance, le bling bling, l’ostyentation
                  -l’instrumentatlisation des religions
                  -l’arret du travail de mémoire concernnant les drames de la colonisation
                  -l’obligation de porter le deuil de famille juive de la shoah dans le programme scolaire
                  -l’alignement anglosaxon et l’entree dans l’otan
                  -mensonges sur mensonges
                  -les conflits d’interets tres familiaux :
                   - les deux freres de Sarkozy font dans l’assurance santé-retraite !
                   - le frère hortefeux fait dans l’industrie de la télésurveillance et Hortefeux oblige les villes à s’équiper sous peine de coupure de subventions
                  -des ministres ou absents et/ou incompétants et/ou a contre emploi :
                   - pourquoi le ministre de l’industrie s’occupe perpetuellement d’insécurité et jamais d’industrie ?
                   - pourquoi le ministre de l’education prend le role de rassurer la population en promettant qu’il n’y aura pas de pénurie ?
                   - à quoi sert le premier ministre etc ...
                  -toujours à contre temps :
                   - le syteme neoliberal se casse la gueule -> on nous met du syteme neoliberal
                   - le systeme français est reconnu comme etant un bon modele -> on nous l’enlève
                   - y a plus d’argent dans les caisse -> il s’augemente de 200%, fait le bouclier fiscale et descent la tva de la restauration !

                  .... a suivre ....

                  ETC ..




                  • _Ulysse_ _Ulysse_ 18 octobre 2010 12:09

                    Je ne suis pas sur que le fruit soit encore mûr.

                    On verra ce coup-ci. Cela va dépendre aussi des réactions du gouvernement, ils pourraient commettre de graves erreurs dans le contexte actuel. Cela pourrait précipiter les choses.

                    Mais la France va montrer le chemin la première je pense. Les autres pays en révolte suivrons alors.


                    • cathy30 cathy30 18 octobre 2010 13:38

                      Ulysse, comme la grèce ?


                    • epapel epapel 18 octobre 2010 15:11

                      Je dirais plutôt suffisamment pourri.


                    • Castel Castel 18 octobre 2010 12:20

                      Pourquoi il ne tombera pas ? parce que depuis la loi Pompidou-Giscard de 1973, ce sont les banques privés qui gouvernent.

                      PERSONNE se sent responsable des problèmes de la société. C’est pourquoi les français se sentent floués.

                      Sarko n’est qu’un maillon d’une chaîne occulte qui a dupé les français pour appliquer une politique atlantiste. Il a des comptes à rendre à personne d’autre qu’à ceux qui l’ont mis au pouvoir (les atlantistes).

                      S’il y a une guerre civile, c’est nous qui seront pénalisé, pas sarko. Au contraire, il jubilera.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires