• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Pourquoi les végétaliens et véganes reviennent à la viande ?

Pourquoi les végétaliens et véganes reviennent à la viande ?

 

Selon une étude, publiée en anglais sur https://www.psychologytoday.co​m/blog/animals-and-us/201412/8​4-vegetarians-and-vegans-retur​n-meat-why, laquelle a porté sur 11 399 adultes représentatifs de la population américaine, avec divers régimes alimentaires, il apparaitrait que : seuls 2% des interrogés ne consomment aucune viande, 1.5% sont végétariens, 0.5% sont veganes. Et surtout, 5 personnes sur 6 ont abandonné leur régime végétarien/végétalien… 86% des végétariens et 70% des vegans reviennent à la viande. Outre atlantique, c’est la santé qui dicte en premier la décision d’abandonner la viande en faveur d’une alimentation exclusivement végétale.

L’étude porte évidement sur des sujets américains. Autres pays autres mœurs.

Mais qu’est ce qui peut amener un végétalien voire un vegane à revenir à l’alimentation tant honnie ?

Il y a diverses raisons…

Un changement de vie ou dans la vie

Oui, un changement de vie...On grandit, on n'éprouve plus le besoin de contester et de faire ch*er ses parents. On a passé sa crise d’ado. On a cessé d'identifier tous les cerfs à Bambi et les cochons à Babe. Vous commencez même à comprendre pourquoi vos parents ont dit non à votre proposition de sauver un cochon de l’abattoir pour l’adopter et le faire vivre dans l’appartement. Vous comprenez que le Monde s’est pas celui des Bisounours et que la Nature à ses dures lois. Vous n’avez plus besoin de vous démarquer des autres par une cause, un mode alimentaire, vous apprenez à devenir vous-même et à acquérir votre propre personnalité.

Ou on se met en couple et le nouvel élu (enfin un mec potable après tant de désillusions !) est parfait sauf que le tofu, il ne peut pas, même qu’il tient à son steak, allez…, au moins une fois par semaine. Bon prince, il accepte deux jours sans viande, il devient flexitarien même, mais là, faut pas pousser bobonne ! Il vous rappelle que pour lui, Brigitte Bardot c’est juste qu’une vieille raciste devenue moche et mal peignée, et qu’il n’aimerait pas que vous tourniez à l’aigre de la même façon. Il rappelle aussi que rien n’est plus convivial que de partager un repas….le même repas. Petit détail que ne manqueront pas vous rappeler maman et belle-maman d’ailleurs. Alors de deux choses l’une, soit on accepte, soit le mec se barre à force de nous entendre parler « de cadavres » et de nous voir avaler nos faux mages trafiqués et nos graines germées. Et là, c’est Trafalgar, car on risque vraiment de finir sa vie seule avec les 6 chats et 7 chiens que l’on aura adoptés pour chauffer le lit à la place rendue vacante.

La situation se complique encore lorsque l’enfant paraît : non seulement il devient en principe le centre de préoccupation et de votre vie, et on commence à s’en fiche un peu de penser qu’avaler un poisson c’est tuer l’océan, et deuxio on hésite quand même, en tant que maman, à proposer un régime de vie évictif et plutôt controversé par la science à un petit mammifère qui vient tout juste de naître et qui réclame votre lait à grand cri. Si vous êtes déjà endoctrinée jusqu’à la racine, il est possible que le père s’en mêle, voire le restant de la famille, voire pire : les services sociaux et même les flics si le petit bout doit être mis sous perf à l’hôpital…dans l’étude en question, une certaine pression familiale exercée par un non-végé est le motif de retour à la viande pour la moitié des végés.

Le poids des traditions, inscrit jusqu’au cœur de nos cellules même

Homo Sapiens n’a pas évolué comme un herbivore et donc, même avec une analyse alimentaire minutieuse et les compléments nécessaires pour tenter de rester en bonne santé, ce n’est pas gagné en 2018 dans un monde capitaliste.

Pour rappel, notre système digestif n’a pas suivi l’évolution de notre cerveau : il est resté le même que celui des grands singes. Et pour mémoire, les grands primates sont omnivores car ils mangent des insectes. Ils sont en outre coprophages et ne nettoient pas leurs légumes. C’est ainsi qu’ils se fournissent en B12. Le chimpanzé par exemple plante un bâton dans une termitière pour que les habitants montent dessus, avant de l’enfourner goulument dans la bouche...

Un supplément d’éducation

Ou l’envie soudaine de s’instruire et de sortir des schémas militantistes… on comprend alors que l’humain est omnivore et on apprend que la nature n’est pas le monde de Disney. On observe les animaux sauvages et leur mode de vie, et non plus seulement les sempiternelles vidéos sur les élevages et abattages porcins en Chine…on observe les choses sur le terrain, la Nature, on la découvre, on la vit et on ne l’adapte plus à des concepts bobo-végé. Ahlala, le nombre de copines très actives dans la protection animale à qui je dois expliquer que le gros oiseau au bord de l’étang – oui le vilain qui tue les pauvres petits poissons avec son long méchant bec – c’est un héron…On comprend que le monde « sans cadavres » dont parlent certains militants extasiés est une illusion juste pas possible vu que tout être vivant est mortel et donc appelé un jour ou l’autre à devenir un cadavre. On se bouge de son F4 de Chantilly et on visite des fermes écoresponsables sans traiter le paysan de tous les noms (violeur de vache, assassin, etc…). D’ailleurs, ces paisibles ruminants broutent tranquillement dans le pré et ne semblent pas outrageusement maltraités. Soit, on va les abattre, et donc raccourcir leur durée de vie, mais on n’a jamais vu une vache décompter les années sur le calendrier de son smartphone et voir ses amis sur Facebook lui souhaiter un joyeux anniversaire. On se met même à regarder des documentaires de la chaîne National Géographic sans chercher à arracher les dents au lion qui se chope une fragile gazelle. On apprend que les bons légumes sont aspergés au glyphosate et que ce n’est peut-être pas le meilleur pour la santé. On comprend que ce qui tue les abeilles ce n’est pas le fait de les élever pour leur prendre leur miel mais la pollution généralisée et les pesticides que l’on vaporise sur les fleurs, source principale de leur alimentation…bref, on devient plus éduqué, moins con et donc moins radical. On cesse de se construire un monde avec ses petits copains agités et on arrête surtout de vouloir l’imposer à tous.

Il faut du pognon...

Pourquoi les végétariens et végétaliens reviennent à la viande ?

Et ce n’est pas pour rien que grand nombre de végétaliens et véganes se situent dans la tranche privilégiée. Parce que si on veut s’alimenter de façon pas trop insipide, variée, de qualité et se procurer les compléments indispensables, il faut quand même avoir un peu de marge financière.

 

L’aspect social

 Parce que vous en avez marre d’être seul. A force de critiquer tous vos (ex) amis sur leur façon de vivre et de bouffer, vous avez fait le vide autour de vous. Vous avez bien 2 ou 3 « amis » véganes qui vous suivent de loin, sur Facebook, mais ça ne remplace pas la vraie chaleur de vos anciens bons chouettes potes datant du lycée. Alors, vous renouez enfin, et vous participez à nouveau au prochain repas raclette, et cette fois vous mangez et n’ouvrez votre bouche que pour avaler tout ce bon fromage chaud et dégoulinant ! Ah oui, mmmh ce fromage ! parlons-en car…

Le goût

-…on y revient aussi, pour une question de goût. Pas forcément à la viande rouge, directement. ..mais au fromage, aux œufs, au poisson issu de la pêche équitable ou d’élevage bio , à la volaille bio élevée en plein air…c’est quand même tellement plus goutu que le tofu et les mix fades et gras qu’on vous propose. Et quand on vous parle encore de sauver la planète, vous estimez faire un effort déjà, et vous parlez du nombre d’avions qui survolent le ciel et de tous ces végés qui se goinfrent de produits à base d’huile de palme et de compléments alimentaires dont la culture des produits de base à l’autre bout du globe squattent des parcelles entières qui pourraient nourrir les enfants des pays en voie de développement. Comme vous êtes redevenu social, désectarisé même, vos amis vous accueillent à bras ouverts, et vous êtes plus heureux que jamais. Comme c’est le cas de 58% d'anciens végés dans l’étude, vous ne voyez pas le régime comme faisant partie de votre identité mais plutôt comme une croix à porter, qui vous stigmatise.

La santé

Vous vous apercevez que vous commencez à accumuler de solides carences, ou votre toubib vous le signale. Vous lisez aussi les appels au secours de divers comme vous sur les réseaux sociaux « au secours, mes cheveux tombent, tout tombe d’ailleurs, je suis ultra carencée, comment faire ? ». De toute façon, en général, il suffit de voir votre aspect, maigrichon, hâve…vous comprenez que soit vous devez avaler impérativement des gélules, soit vous nourrir à nouveau normalement. Vu que les gélules, c’est rébarbatif, fabriqué en laboratoire donc antinaturel et cher, vous réintégrez un peu de protéines d’origine animale dans vos menus. Et vous vous trouvez mieux.

Un effet de mode éphémère

Parce que vous s’était un phénomène de mode, et après une saison ça passe. Vous aviez suivi le régime d’une star du X, autoproclamée papesse du véganisme. Celle-là même qui s’enfile en douce, hors caméra, du caviar et des huitres…ca a eu du bon car vous avez perdu 5 kg….en masse musculaire, mais maintenant c’est bon…

On déteste cuisiner…ou on n’a franchement pas le temps

Vous n’aimez pas cuisiner, ou vous n’avez franchement pas le temps, mais vous êtes soucieux de votre de santé et vu le manque de produits transformés véganes sur le marché, et le prix de tous ces « faux-machins », vous revenez à une alimentation normale. Ou vous devez systématiquement cuisiner en double, une fois pour vous et une fois pour votre homme qui est bêtement omnivore. Revenant tout juste d’une réunion après une heure d’embouteillages, entre les gosses qui demandent de l’attention et votre série TV préférée qui démarre, votre cœur a balancé vers la facilité : vous êtes redevenue ce que vous étiez hier et avant-hier. Et vous éprouvez même un vif soulagement. Le gigot d’agneau c’est quand même plus facile que les 5 heures passée à composer un truc qui ne goûtera finalement que le seitan et les céréales qui le compose, c’est-à-dire pas grand-chose…

Pour des raisons de santé encore : des végétaux difficiles à avaler !

Vous avez compris que dans les céréales, il y a du gluten, et que même si vous n’y êtes pas sensible, c’est pas top pour vos intestins….hors, le blé est partout dans les produits transformés, encore plus dans les produits végés et vous ne pouvez plus vous bourrer de tartines à la margarine trempées dans votre soupe aux carottes pour tromper votre fin. Bref, végétalien, bio et sans gluten, ça commence à faire court dans l’assiette…d’ailleurs, toutes ces graisses trans pour composer les produits végés, ça aussi, ça commence à peser ! Et si en prime, vous êtes affligé un intestin irritable, plus de légumineuses, de crucifères, de crudités, d’aliments trop acides…là on frise l’alimentation par voie parentérale ou l’anorexie pure et simple !

D’ailleurs, il est intéressant de se pencher sur l’état des intestins de ceux qui ont été livrés par leur légitime propriétaire à des dizaines d’années aux légumineuses et céréales complètes…Le résultat est plutôt interpellant….

On vit en collectivité

Et souvent on mange en collectivité. Même si on amène sa bouffe, forcément à un moment donné on parle de resto entre collègues. Dans certains cas, il est difficile d’échapper à la cantine. Vu que par exemple, dans toutes les sauces, ils mettent systématiquement du fond de bœuf ou de volaille…

Le végétalien ou végane n’a pas le monopole du cœur

Vous comprenez que monopoliser le marché de la compassion, c’est tout un business. Vous avez envie de militer pour d’autres causes, par exemple plus proche de votre propre espèce. Vous avez par exemple des enfants, et du coup, vous vous préoccupez de leur bien être futur et donc du devenir de la société humaine avant tout. Et, non, on ne peut pas se consacrer pleinement à plusieurs causes à la fois. Il faut choisir.

Parce que vous virez extrémiste

Pourquoi les végétariens et végétaliens reviennent à la viande ?Vous vous sentez devenir un terroriste de la bouffe, pire qu’un extrémiste islamiste en quête d’un atome de porc. Bref, lire la composition des étiquettes commence à vous gaver gravement ! Vous ne vivez plus que la loupe à la main pour traquer le sigle végane. Au restaurant on vous renverse « accidentellement » la sauce sur les genoux lorsque vous renvoyez votre assiette de légumes après avoir vu le commis utiliser la même cuillère qui a servi pour le gratin dauphinois. On se fout ouvertement de votre tête lorsque vous traînez fièrement avec votre veste et chaussures en cuir synthétiques et qu’on vous demande dans quelle usine, située où et avec quelle main d’œuvre ils ont été fabriqués, et combien de temps, une fois devenus des déchets, ils vont mettre à se biodégrader comparativement à leurs belles chaussures en cuir et leur pull en laine à eux. Piqué au vif vous répondez réprouver formellement de porter la peau de vos « frères et amis les animaux ». Là, les autres sont carrément pliés en deux, et charitablement vous rappellent que tous vos amis vont de toute façon y passer, même si c’est de mort naturelle, et que leur peau disparaîtra sans servir à rien dans les équarrissages ou les incinérateurs. Vous commencez tout doucement à perdre pied. 

C’est carrément Trafalgar quand vous relisez certains de vos posts ou lorsque vous vous entendez parler…ainsi vous nommez les abus sur des non-humains avec une sémantique propre à l’être humain vu qu’elle implique une conscience ! Ça vous fait tout d’un coup tout drôle de parler de viol, d’esclavage ou d’Holocauste lorsque vous parlez d’une génisse. On pourrait en rire, si ce n’est qu’il arrive que votre interlocuteur humain a lui vraiment subi un viol avec les conséquences psychologiques humaines que cela comporte, ses grands –parents ont disparu en fumée dans les cheminées d’Auschwitz et qu’il considère que se lever chaque matin aux petites aurores pour se taper deux heures de route dans les embouteillages aller-retour pour aller bosser pour un salaire de misère, ce n’est pas loin d’être de l’exploitation…

Et si vous n’aviez pas versé totalement dans l’extrême-droite du végétal, les remarques de certains extrémistes « végétarien, c’est rien, Vegane seulement c’est bien » n’arrangent pas les choses. Au contraire, cela vous pousse au crime et à dévorer une grosse entrecôte, de filmer en direct, et d’envoyer ensuite sur leurs réseaux.

Une erreur de casting

Vous doutez du fondement même de l’éthique que vous vous êtes construite à grand renfort de propagande. Vous restez ferme sur la maltraitance animale, la vivisection, les élevages intensifs ou en batterie, la fourrure, … mais vous ne considérez plus que l’animal est votre égal, vous comprenez que vous êtes résolument spéciste, comme tous les animaux qui naturellement privilégient leur espèce et au besoin bouffent les autres, et finalement vous parvenez à le manger même si c’est du cadavre. Forcément, on ne va pas mordre la cuisse d’un bœuf sur ses pattes, même si ça, c’est de l’ultra-frais.

Après avoir récupéré un peu de votre capacité de réflexion et de jugement (justement en ayant avalé une petite poignée de délicieuses crevettes), vous comprenez que pour pouvoir avoir des droits, il faut avant tout pouvoir comprendre ce qu’est un droit ou, à défaut, il faut au moins avoir la possibilité, un jour ou l’autre, d’être capable de comprendre ce qu’est un droit. Comment donc peut-on dire que les animaux ont les mêmes droits que nous ? Vous recommencez à considérer le corps d’un animal comme une ressource dont vous pouvez disposer à votre guise. C’est-à-dire en faisant preuve de discernement. L’éthique dont vous entendez si souvent parler dans certains groupes, et dont vous avez-vous-même abondement parlé autour de vous, vous paraît de plus en plus être des tics compulsifs.

Une dérive suivie d’une prise de conscience soudaine provoquant un retournement de situation

Vous avez réussi à faire crever votre chat – un petit carnivore – en lui imposant un régime exclusivement végétalien, donc aux antipodes de ses besoins naturels et fonctionnels. La mort du pauvre minet, décharné et déplumé, assortie de la menace du vétérinaire de vous dénoncer à un organisme de défense animale vous incite à cesser d’imposer le contre nature aux autres, et comme charité bien ordonnée commence par soi-même…

Chacun son organisme

Chaque organisme est différent, et tolère plus ou moins bien le végétalisme. Considérer par exemple la théorie sur les groupes sanguins qui veut qu’en fonction de son groupe sanguin on tolère plus ou moins bien la viande, voire on en a un réel besoin ! - Selon le docteur D'Adamo, notre groupe sanguin nous prédestine à une alimentation particulière, avec des aliments dits bénéfiques, neutres ou à éviter. Cette théorie du régime selon son groupe sanguin part du postulat que les groupes sanguins sont intimement liés à l'évolution de l'espèce humaine, ...On aura donc toujours des gens qui vivront mal leur végétalisme et une fois revenus à un peu de protéines animales, se sentent soudainement mieux. Cela n’a rien avoir avec une propagande des industries agro-alimentaire, lesquelles – ce que les décérébrés extrémistes n’ont pas compris – ont plutôt tout avantage à s’engouffrer dans le créneau végane, pour pouvoir leur vendre cher et vilain des produits transformés à base des céréales OGM et pulvérisés généreusement au glyphosate dont ils ont déjà tendance à nous gaver, parce qu’elles ne leur coûtent rien ! Pour citer un seul exemple, voyons la composition idyllique des fausses saucisses knacki Herta. Ne parlons pas du goût…

La santé encore une fois

Votre changement alimentaire était dû dés le départ à des raisons de santé. Et justement, au niveau hygiène de vie, vous avez obtenu ce que vous souhaitez : manger plus de légumes et diminuer fortement la viande. Vous comprenez que ça suffit amplement à votre bonheur…

 

A.Zeletzki v.Potschenitz

(Janvier 2019)

 

Pour aller plus loin…

 

https://www.contrepoints.org/2015/03/16/200733-4-derives-des-environnementalistes-contemporains Il est actuellement de bon ton de penser d’une certaine façon ? Est-ce la bonne ?

https://www.unmondevegan.com/index.cfm pour se fournir en produits…de substitution, en compléments, etc….

https://www.authentico.fr/alimentation-et-groupe-sanguin/ Chaque organisme est particulier, notre ADN est unique…mais déjà, notre espèce dispose de plusieurs groupes sanguins. Pour quelle raison et quelles sont les incidences au niveau de l’alimentaire ? Tenez, en fait il y a aussi ceci : https://mythevegetarien.wordpress.com/2016/11/16/4-raisons-qui-expliquent-que-certains-vegans-se-portent-comme-un-charme-la-ou-dautres-se-ramassent-lamentablement/

https://mythevegetarien.wordpress.com/2017/12/11/a-tout-le-monde-desole-davoir-ete-un-tel-vegan/ Un témoignage d’un militant végane.

http://worldnewstrust.com/what-if-plants-have-feelings-too-mickey-z les végétaux aussi sont des aliments vivants. Leur incapacité à hurler leur douleur leur prive-t-elle des mêmes droits que celui qu’on veut octroyer aux animaux ? Mais une moule ne crie pas non plus, d’ailleurs…jusqu’à quelles limites doit-on porter une éthique ?

https://www.federationvegane.fr/documentation/pourquoi-etre-vegane/specisme-antispecisme-et-carnisme/ Site de la fédération végane.

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.85/5   (34 votes)




Réagissez à l'article

855 réactions à cet article    


  • JL JL 19 janvier 09:18

    Merci pour cet article et ces liens utiles.


    • Claire Claire 19 janvier 17:04

      @JL

      Merci pour cet article et ces liens utiles.

      Attendez d’être confronté à la première diarrhée de votre cancer du colon avant de le remercier. Car c’est bien connu, la viande c’est bon, la viande c’est sain, ça fait tout plein de bonne chose dans le petit venventre... smiley 


    • JL JL 19 janvier 17:42

      @Claire
       

      Je croyais que c’était la cause animale qui vous motivait ?

      ps. Les végétariens n’ont pas de petit venventre ?


    • JL JL 19 janvier 17:55

      @Claire

       
       il n’y a pas que la viande qui menace le bonheur de notre petit venventre :
       
      Vous êtes fous d’avaler ça !


    • Claire Claire 19 janvier 18:21

      @JL

      Je croyais que c’était la cause animale qui vous motivait ?

      Alors quoi, sous prétexte que je me soucie des animaux je ne peux plus me soucier de moi-même ? smiley Manger de la viande rouge est une catastrophe autant pour les animaux que l’on tue que pour notre propre organisme que tuons également. Moi je mange du poisson, en petite quantité en privilégiant les espèces les moins contaminées aux métaux lourds.


    • Alren Alren 19 janvier 18:34

      @Claire
      Le cancer du colon est plus fréquent chez les fumeurs que les non-fumeurs, les passifs que les actifs, les obèses que les minces.

      Comme le conclut l’auteur à la fin de son excellent article : il faut manger plus de légumes et moins de viande que ce que font la moyenne de la population et surtout éliminer autant que possible les aliments carnés très transformés comme le saucisson ou ceux qui sont constitués de déchets contaminées par les bactéries comme les merguez.
      Éviter aussi les restaurants asiatiques où l’hygiène n’est pas toujours respectée et où l’on abuse du glutamate pour « éblouir le goût ».


    • Claire Claire 19 janvier 20:18

      @Alren

      Le cancer du colon est plus fréquent chez les fumeurs que les non-fumeurs, les passifs que les actifs, les obèses que les minces.

      De même qu’il est plus fréquent chez les consommateurs de viandes rouges, d’où l’alerte de l’OMS.

      Et alors quoi, tu penses que ça veux dire qu’on peut fumer, grossir, fainéantiser, boire et manger de la viande rouge sans crainte ?


    • La Voix De Ton Maître La Voix De Ton Maître 19 janvier 20:41

      Ça m’épate les gens qui balaient 400.000 ans d’habitude alimentaire en un commentaire.


    • oncle archibald 19 janvier 21:46

      @Claire

      Je ne vous souhaite pas de vivre jusqu’à 120 ans avec un Alzheimer mais vous le meriteriez !

      Comme de Gaulle le disait à Mitterand rassurez vous je finirai bien par mourir un jour comme tout le monde !

      N’avez vous jamais mangé un magret de canard au grill sur une belle braise de souches de vigne ? Mes petits enfants adorent ça surtout si Grand-Mère a fait un gâteau de pommes de terre pour accompagner.

      Quand ils viennent manger chez moi ils en parlent 15 jours avant à leurs copains. La convivialité et le plaisir à table c’est essentiel à la joie de vivre. Et qu’importe de vivre quelques années de moins si on a pris plaisir à vivre ? Je vous laisse à vos herbes bouillies sans beurre et je ne vous envie pas !


    • Claire Claire 19 janvier 23:53

      @oncle archibald

      je finirai bien par mourir un jour comme tout le monde !

      Oui nous allons tous mourir mais est-ce une raison pour maximiser nos chances que cela se fasse dans la douleur du cancer ? 

      Tous mes amis qui ont eu la chance de goûter à mon court-bouillon de poissons antillais, m’ont dit qu’ils ignoraient avant de manger chez moi que le poisson pouvait être réellement délicieux. Et lorsqu’ils reviennent, ils me demandent à en remanger. On n’est pas obligé de manger insipide parce qu’on ne mange pas de viande. La cuisine antillaise fait partie de la gastronomie française et est riche en plat goûteux et relevés à base de poissons et crustacés.


    • Claire Claire 20 janvier 00:24

      @La Voix De Ton Maître

      Ça m’épate les gens qui balaient 400.000 ans d’habitude alimentaire en un commentaire.

      En 400 000 ans les habitudes alimentaires ont le temps de changer maintes fois. Il serait plus raisonnable de vous pencher sur les 10 000 dernières années pour savoir s’il était loisible aux Européens de manger autant de viande rouge qu’aujourd’hui.


    • oncle archibald 20 janvier 12:45

      @Claire : "La cuisine antillaise fait partie de la gastronomie française et est riche en plat goûteux et relevés à base de poissons et crustacés"

      Mais qui en douterait ? J’adore le poisson, j’ai la chance d’habiter à proximité de la mer et il reste encore quelques pécheurs artisans qui ramènent au petit matin leur pêché de la nuit, que leurs mères ou épouses vendent encore frétillants dès leur accostage. Et la cuisine française française elle aussi est riche en plats gouteux à base de poissons : la bouillabaisse et la bourride dans le midi, la sole et les coquilles Saint Jacques à la normande pour ceux qui sont au bord de la manche ...

      J’aime tout pourvu que ce soit bon ! Mais se refuser à manger de la viande pour ne pas attraper un cancer que vous attraperez peut être quand même autrement ... NON !

      Pour mémoire il y a des bonnes sœurs qui n’ont jamais fumé une clope au fond de leur couvent et qui attrapent quand même un cancer des poumons ! Le hasard, la chance et la malchance, ça vous parle ?


    • Alex Alex 20 janvier 17:05

      @Claire pas de risque accru de cancer si l’on ne s’enfile pas un steak tous les jours. En revanche, je ne vous rassurerais pas sur cette manie d’engloutir des substituts pleins de gluten, OGM et autres crasses, sans compter le pain, qui en plus...fait un petit venventre... La meilleure solution  à mon idée  est en pensée d’être welferiste et en alimentation, être fléxitarien. Les extrêmes n’ont jamais été bons en quoi que ce soit. Le véganisme n’est qu’une forme d’extrémisme parmi tant d’autre, qui n’hésite pas à user de tous les moyens plus ou moins honnêtes de propagande, avec toute la manipulation que cela implique. 


    • Alex Alex 20 janvier 17:13

      @oncle archibald Le poisson est excellent...en fait une bonne gestion des mers permettrait de nourrir le monde entier, aussi bien en végétaux (culture d’algues) qu’en produits animaux. Mais pour cela, il faudrait cesser de polluer les eaux. Pour l’instant, privilégier les espèces sauvages des mers froides comme le colin d’Alaska et les petites espèces (sardines, anchois). En revanche, on a toutes les chances de se choper le cancer en avalant des légumes vaporisés au glyphosate (merciiii l’Europe !) et on manque singulièrement de recul quant aux effets sur l’organisme des cultures OGM. Or, les substituts veganes en sont truffés...


    • Alren Alren 20 janvier 18:20

      @Claire

       Et toi, ma vieille, tu ne penses pas que les gens qui consomment trop de la viande de vache épuisée par les vêlages et les médicaments vétérinaires (car le vrai bœuf charolais de trois ans est hors de prix et réservé aux restaurants de grand luxe) ne sont pas aussi des mangeurs de saucisson, de merguez, de produits industriels et pas assez de fibres végétales, de fruits et légumes ni d’activité physiques ? Qu’ils ont un « profil » ?

      C’est le biais statistique classique que de ne retenir qu’un critère quand d’autres lui sont associés. Mais cette erreur à éviter relève de la science et non du parti-pris.

      On commence à mesurer scientifiquement le bénéfice pour la santé des plaisirs que l’on peut avoir dans la vie. Celui de consommer une nourriture savoureuse en fait partie.



    • Claire Claire 20 janvier 19:44

      @Alex

      pas de risque accru de cancer si l’on ne s’enfile pas un steak tous les jours. 

      Vous avez probablement raison si... vous avez un ventre bien plat et exempt de graisses abdominales, signe d’une alimentation trop riche, si vous ne buvez jamais d’alcool et que vous faites du sport tous les jours et tant qu’à faire, là où l’air est pur. Car si vous multipliez les facteurs de risque, là c’est moins sûr que le steak soit inoffensif...


    • Paul Leleu 21 janvier 23:55

      @JL

      moi je trouve que cet article est juste plein de clichés débiles... personnellement j’ai comblé mes carrences, détoxifié mon corps, pris du poids et des muscles en bouffant végétarien de fait...

      je dis « de fait », car ce n’est pas idéologique.... c’est juste que quand tu te mets à cuisiner (à 2 !!) et à prendre soin de toi et de ton corps, ben sans faire exprès, tu n’achètes plus de viande... c’est un peu comme la clope : tu arrêtes parce-que tu n’as plus besoin (de contester des parents et de fumer pour avoir l’air libre, comme dirait l’auteur)... de toutes façons, à part le cochon -et un peu le mouton-, je dois dire que les autres viandes n’ont pas bon gout.

      Mais je dois dire que je ne suis pas prosélyte pour un sou... si les gens sont contents avec leur bidoche, bien leur en fasse... moi je suis content comme je suis, et depuis des années... ça m’a redonné de la vigueur... et ça me fait sourire quand je vois des viandards essayer de me faire des réflexions suposément tip-top... je les laisse avec ça

      mais une chose est sûre : la question c’est pas de passer végétarien, mais de prendre (enfin) le temps de son corps ...


    • Legestr glaz Legestr glaz 22 janvier 13:16

      @Claire

      Pourquoi faîtes vous une fixation sur la viande rouge ? Il existe d’autres viandes, bien grasses, comme le mouton ou le porc. 

      L’être humain est « équipé » pour manger de la viande. Il a des canines pour ça. Pendant plus de 2 millions d’années nos ancêtres ont mangé de la viande. Nous en avons encore les traces grâce aux peintures pariétales. Nous sommes devenus ce que nous sommes grâce à leur alimentation. Notre cerveau s’est développé grâce à cette nourriture, beaucoup plus que celui de toutes les autres espèces. De la viande, des abats, des baies et quelques végétaux. Voilà la base de leur « régime ».
      Le système enzymatique de l’être humain est fait pour digérer les protéines animales pour les transformer en acides animés. En revanche, notre système enzymatique n’a pas adapté à toutes les plantes, et loin s’en faut.
      Les plantes contiennent des antinutriments, des phytates, des inhibiteurs enzymatiques, des lectines, des saponines, des gliadines. Les plantes n’ont pas vocation, sur la terre à être mangées. Elles sont là pour perpétuer l’espèce. Et, pour ce faire, elles se défendent de leurs prédateurs en mettant en place leurs antinutriments. 
      Dans notre alimentation « moderne », née de l’agriculture et de l’élevage, les grands « ennemis » sont les « glucides » (tous), le gluten et la caséine. La viande rouge, c’est de la gnognote à côté du trio gagnant qui nous entraîne vers toutes les maladies métaboliques, le cancer, l’obésité, le diabète de type 2, les maladies cardiovasculaires, etc.

      Et non, la viande n’est pas du tout nocive à l’être humain. Les céréales oui ! Le gluten = protéines des céréales. Le soja est chargé de phytoestrogène beaucoup moins s’il est fermenté. 


    • Xenozoid Xenozoid 22 janvier 13:34

      @Legestr glaz

      ah le panda est aussi « équipé » pour manger de la viande...et poutant


    • Legestr glaz Legestr glaz 22 janvier 14:57

      @Xenozoid
      Il a des canines le Panda ? Le panda est principalement herbivore et consomme 99% de végétaux plus quelques insectes. Il possède un système enzymatique qui lui permet de digérer les végétaux ce que n’ont pas les être humains. CQFD


    • Xenozoid Xenozoid 22 janvier 16:07

      @Legestr glaz

      Le panda géant est habituellement représenté mangeant paisiblement du bambouplutôt que chassant, ce qui ajoute à son image de l’innocence. En effet, bien que classé parmi les carnivores10, cet animal se nourrit principalement de végétaux. Même s’il a été rapporté qu’il mange à l’occasion des œufs et des insectes, son régime alimentaire est constitué à 99 % de végétaux (quasi uniquement de bambous : jusqu’à 20 kg par jour)10, mais peut inclure ponctuellement d’autres végétaux, voire un peu de viande (par exemple des carcasses abandonnées). Son origine de carnivore explique d’ailleurs qu’il dispose d’un système digestif capable de digérer de la viande13. Son microbiote serait plus proche de celui de ses homologues carnivores ou omnivores que des herbivores14. Il possède peu de bactéries que l’on retrouve chez les herbivores tels que les ruminants qui décomposent la cellulose, composant principal du bambou.



    • Legestr glaz Legestr glaz 22 janvier 17:13

      @Xenozoid

      Mais cela ne change rien de présenter la dentition du panda. Avec 99% de végétaux il possède un système enzymatique adapté à la digestion des plantes. L’être humain ne le possède pas. Je ne vois pas où vous venez en venir avec le panda ? Les vaches ont aussi des dents ! 


    • Xenozoid Xenozoid 22 janvier 17:23

      @Legestr glaz

      c’est pas grave,je ne t’en veux pas


    • Claire Claire 22 janvier 18:15

      @Legestr glaz

      Porc et mouton c’est toujours de la viande rouge et si je stigmatise celle-ci, ça n’est pas l’expression d’un racisme lié à sa couleur, je vous rassure, smiley c’est parce que cette viande rouge, par opposition à la volaille, s’est très clairement installée dans une multitude d’études comme un cancérigène probable. C’est ainsi d’ailleurs que les cancérologues internationaux de l’IARC l’ont classée après avoir compulsé plus de 800 études à ce sujet.

      Maintenant, je comprends que certains apprécient la viande et si la surconsommation de produit animaux en Occident ne privait pas d’ores et déjà trois milliards d’humains sur Terre d’une nourriture suffisante et équilibrée, si l’abattage des animaux n’était pas réalisé avec la même intolérable barbarie que la pire racaille islamiste de Daesh, je ne verrais aucun inconvénient à ce que chacun se suicide comme il l’entend. Je vis aux USA et je ne paye pas pour vos soins médicaux contre le cancer.


    • Claire Claire 22 janvier 18:30

      @Legestr glaz

      L’être humain est omnivore, il peut se nourrir de viande comme de végétaux selon le climat et le milieu qu’il affronte. D’ailleurs selon les époques et les régions il s’est effectivement nourrit en plus ou moins grande quantité de l’un et l’autre. Quant à savoir quel régime lui est le plus favorable, toutes les études faites sur l’espérance de vie humaine ont n’ont cessé de confirmer, année après année, que privilégier le poisson et les légumes apportait une plus grande durée de vie et une meilleure santé. Vous pouvez chercher, vous ne trouverez aucune étude qui avantage la consommation de viande. 


    • foufouille foufouille 22 janvier 18:39

      @Claire
      en inde tu as le plus de végétariens et ils ne vivent pas plus vieux que nous. ils sont des centaines de millions.


    • Paul Leleu 22 janvier 18:57

      @foufouille

      « en inde tu as le plus de végétariens et ils ne vivent pas plus vieux que nous. ils sont des centaines de millions. »

      on s’en fiche de savoir ce qui est le mieux ... chacun fait ce qui lui plait... ce qui compte c’est d’être heureux.

      mais comme vous le voyez vous-mêmes, le végétarisme empêche pas les indiens de se reproduire comme des lapins... donc faut arrêter l’hystérie...


    • Claire Claire 22 janvier 19:51

      @foufouille

      en inde tu as le plus de végétariens

      Étant antillaise, je connais la cuisine indienne puisque c’est aussi un peu ma culture or il ne m’a pas semblé quelle fût végétarienne. Le fameux « Colombo de porc » aux Antilles, il n’est pas africain mais indien. Le boudin antillais aussi est indien. Cette façon ignoble de trancher la gorge du cochon pour le saigner aussi est indienne. D’ailleurs autant le dire, 75% de la cuisine antillaise ne vient pas des esclaves. Ces dernier qui n’avaient même pas songé avant de se retrouver confrontés à la civilisation occidentale à inventer un mot pour « cuisine » auraient été bien en peine d’apporter quelque culture culinaire que ce soit. Quant aux 25% de la cuisine antillaise qui restent, j’ai bien peur qu’on la doivent aux esclavagistes eux-mêmes. L’un des plats les plus délicieux de la cuisine antillaise, ce sont les Dombrés : des boulettes de farine jetées dans dans un bouillon de haricots rouges et servit avec de la morue salée. Or j’ai bien peur que ce soit le repas typique que les maîtres servaient à leurs esclaves afin de les garder forts et sains... à peu de frais.


    • Legestr glaz Legestr glaz 22 janvier 22:01

      @Claire
      Comme vous, pendant longtemps, j’ai été séduit par le végétarisme. et puis patatras. 

      L’homme pendant 2 millions d’années n’a jamais été végétarien. Le végétarisme est une mode toute récente. Les anthropologues n’ont jamais découvert de peuplades végétariennes. Cela n’existe pas ! Les être humains ont toujours mangé de la viande. 
      Vous me servez les sempiternels arguments des végétariens sans prêter strictement aucune attention à ce que j’ai écrit concernant les anti-nutriments des plantes. Par ailleurs, le système enzymatique de l’être humain n’est pas du tout adapté à la digestion de nombreuses plantes, dont le blé et le soja.

      J’ai une simple question. Que consomment les plantes ? D’où vient aujourd’hui l’azote qui leur est absolument nécessaire ? D’où venait-il avant, cet azote ? 

      Si vous voulez avoir une « vraie » idée du végétarisme je ne peux que vous conseiller le livre de Lierre Keith « le mythe végétarien ». Voilà, voila. 


    • Claire Claire 23 janvier 01:38

      @Legestr glaz

      Vous me servez les sempiternels arguments des végétariens sans prêter strictement aucune attention à ce que j’ai écrit concernant les anti-nutriments des plantes.
      ___________

      Oui alors, ne prenez pas offense si je vous le dis crûment, mais je ne vois pourquoi je prêterais attention à vos élucubrations à la mords-moi-le-nœud sur les anti-nutriments des plantes, dans la mesure où je n’ai pu trouver dans la littérature scientifique aucune étude sur l’espérance de vie humaine, je dis bien aucune étude qui attesterait que la consommation de viande serait favorable. C’est tout le contraire, que l’on étudie un groupes de centenaires en Italie, en France, au Japon, que l’on étudie des Japonais immigrés aux USA et ayant changé de régime par rapport à ceux restés au pays, les mêmes conclusions s’imposent encore, encore et encore. Et elles nous disent de préférer le poisson à la viande ainsi que d’en manger avec frugalité. Si vous avez une VRAIE étude qui montre qu’on vit plus vieux et en meilleure santé en se nourrissant d’un surcroît de bonne viande, mais au lieu de m’estourbir avec vos anti-nutriments, donnez-là moi que diable ! smiley


    • Legestr glaz Legestr glaz 23 janvier 07:42

      @Claire

      Nous sommes dans un échange. Je ne prends pas offense du tout. Je remarque qu’il y a des aspects du végétarisme que vous n’avez jamais explorés. Je ne vous blâme pas. J’étais comme vous il y a à peine une année en arrière. J’ai consulté, depuis, une vaste documentation et même, j’ai repris mes cours de chimie et de biologie. Ne me croyez pas concernant les plantes mais allez vérifier, quand même, ce que j’écris. Prenez simplement en compte que, concernant les plantes, il existe des « allergies » alimentaires, des « intolérances » alimentaires, des « maladies » relatives aux plantes (la maladie coeliaque, par exemple). 

      La viande c’est aussi le gras, c’est à dire les lipides. C’est aussi les abats. L’aspect cancérigène de la viande vient de la réaction de Maillard. Si vous mangez la viande crue, il n’y a pas d’effet cancérigène. En revanche, la viande contient de l’acide arachidonique qui se transforme, sous l’action de la D5D en « mauvais » eicosanoïdes. Mais il se trouve que les huiles végétales sont pleines d’AA (huile de tournesol, de pépins de raisin). Ces huiles sont bien plus toxiques qu’un bout de bidoche.
      Les antinutriments des plantes attaquent l’organisme de toutes parts, c’est très lent comme processus et insidieux. Pour votre santé, je vous conseille très vivement de prendre des renseignements. Lisez le livre de Lierre Keith, végane durant plus de 25 ans. 

      Et puisque vous partez de loin concernant les antinutriments, je vous mets en lien un article. 
      https://www.acteur-nature.com/articles-divers-sur-le-monde-du-bio-et-du-naturel/les-anti-nutriments-ou-la-face-cachee-des-aliments-dorigine-vegetale.html


    • foufouille foufouille 23 janvier 09:25

      @Claire
      avec 390millions de végétariens en inde, c’est pas visible ? ton régime n’est pas bon pour ta santé mentale.
      ils ne vivent pas plus ni en meilleur santé.
      tes études ont été faites sur des bourgeois et par des militants végétariens qui se prennent pour des surhommes.


    • Claire Claire 23 janvier 11:10

      @foufouille

      avec 390millions de végétariens en inde

      Alors très franchement, je serais incapable de confirmer ou infirmer ce chiffre, vu que je n’ai même aucune idée de ce que ce prétendu végétarisme signifie, si tant est qu’il existe, parce que si ça veut dire se nourrir toute sa vie d’une seule et même racine malsaine consommée avec un bon verre d’eau du Gange et maintes prières, ceci en espérant la grâce de telle ou telle divinité, ma vraie surprise serait que cela ait un effet bénéfique sur quelqu’un !!!!


    • Claire Claire 23 janvier 11:25

      @Legestr glaz

      il y a des aspects du végétarisme que vous n’avez jamais explorés.

      OK, je vous concède volontiers qu’il y a sûrement plus d’un aspect du végétarisme que je n’ai pas exploré. Mais m’accoler ce terme est-il d’ailleurs vraiment congru vu que je consomme du poisson ? Enfin bon, je ne pense pas vous surprendre beaucoup si je vous dis que je n’ai aucune idée de ce qui fait que la viande est toxique même si, comme vous, j’ai eu vent des hypothèses les plus en vogue actuellement dans le milieu concerné de la recherche. Bref, la seule chose qui pourrait réellement m’inciter à revoir mes positions, serait que les hypothèses que vous relayez sur la toxicité d’une alimentation végétale soient pour changer confirmées ne serait que par une étude quelconque. Sauf que ce n’est pas le cas, c’est même tout le contraire, je pense que vous pouvez à votre tour me le concéder. smiley


    • Legestr glaz Legestr glaz 23 janvier 22:01

      @Claire
      la présence d’antinutriments dans les plantes est confirmée de toutes parts. La nocivité du gluten ou de la caséine a été démontrée depuis longtemps. 

      Si j’ai le temps j’écrirai un article sur le végétarisme politique. Vous êtes vous renseignée sur l’azote ? ce n’est pas de l’ordre du détail. 

      Vous êtes le plus à même de prendre vos renseignements. C’est votre santé qui est en jeu. Le livre de l’Américaine Lierre Keith est bourré de références et de publications scientifiques. Alors, si vous voulez savoir.....


    • pemile pemile 23 janvier 22:20

      @Legestr glaz « La nocivité du gluten [...] a été démontrée depuis longtemps. »

      Nocivité pour moins de 1% de la population.


    • Legestr glaz Legestr glaz 24 janvier 07:04

      @pemile

      Vous parlez de la maladie coeliaque. Mais il reste les allergies et toutes les intolérances cachées. Votre 1% n’est pas sérieux.

      Le gluten entraine des maladies auto-immunes. Mais vous pouvez vous fier à votre chiffre, à celui de 1%. C’est votre santé qui est en jeu, pas la mienne. Surtout ne vous renseignez pas. Que les gens continuent de détruire leur corps de l’intérieur en suivant les conseils « avisés » de big Pharma et de big agri, sans vouloir se poser quelques questions, la détérioration de leur santé est à la clé. 

      Toute maladie nait d’une inflammation. A quoi le corps réagit-il lorsqu’il provoque une inflammation ? Empoisonnez votre corps et il vous le rendra sous forme d’inflammation. L’arthrose c’est quoi ? Et les rhumatismes ? C’est l’alimentation humaine d’aujourd’hui qui est au coeur de ces dysfonctionnements, rien d’autre. Et le diabète de type 2 il sort d’où ? Il se répand sur la terre mais quelle est sa cause ? 

      Je répète, les ennemis de l’organisme sont : les glucides, le gluten, la caséine. 


    • foufouille foufouille 24 janvier 09:13

      @Legestr glaz
      c’est bien 1% et pas plus sauf pour un khmer vert et sa sience infuse sans preuve.
      tu as besoin de glucides pour vivre sinon ton foie en fabriquera à partir du gras.


    • pemile pemile 24 janvier 09:19

      @Legestr glaz « Le gluten entraine des maladies auto-immunes »

      C’est pas plutôt l’inverse, un maladie auto-immune augmente le risque de maladie coeliaque ?

      Sinon, sourcez votre affirmation ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès