• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Pourquoi Ségolène Royal a besoin qu’Henri Proglio reste à la tête (...)

Pourquoi Ségolène Royal a besoin qu’Henri Proglio reste à la tête d’EDF ?

Dimanche 28 septembre, Ségolène Royal a fait savoir que le choix d’attribuer ou non à Henri Proglio un second mandat à la direction d’EDF devra attendre le vote de la loi sur la transition énergétique. Si la ministre de l’Écologie avance pour explication la volonté de ne pas voir cette nomination « instrumentalisée », ce report a de quoi réjouir les anti-Proglio qui perçoivent là un signe approbateur. Pourtant, avec un dossier aussi lourd que celui de la transition énergétique sur les bras, Ségolène Royal ne peut se passer de l’actuel PDG d’EDF à ses côtés pour espérer réussir.

Une influence contestée mais indispensable

La transition énergétique, c’est maintenant. Vendue comme « un texte majeur » du quinquennat Hollande, cette « révolution verte » avait eu jusqu’à présent pour seul mérite de révolutionner la façon dont nos politiques s’y prenaient pour nous exposer de grands changements, à savoir de manière incertaine et peu réaliste. Si jusqu’à présent les grandes lignes étaient dessinées sans trop d’aplomb, l’instauration du nouveau modèle énergétique français bénéficie désormais d’un cadre règlementaire, prêt à être voté.

Lorsque la ministre de l’Écologie déclare ne pas vouloir « mélanger la question de la gouvernance d’EDF avec la définition, pour les Français, de ce qui va leur apporter des emplois et la baisse de leur facture énergétique », elle s’adresse directement aux écologistes qui attendent beaucoup de cette loi et qui reprochent au gouvernement de laisser Henri Proglio faire la pluie et le beau temps sur la politique énergétique du pays. La ministre veut marquer politiquement ses distances et rassurer l’opinion, même si stratégiquement Ségolène Royal a tout à gagner à ce que l’ancien PDG de Veolia rempile pour les trois années qui le séparent des 68 ans, l’âge limite pour gouverner l’électricien français.

Candidat marqué à droite, Henri Proglio a amené la « première entreprise de France » plus haut qu’elle ne l’était au moment de sa prise de fonction, sans pour autant se laisser déstabiliser par le virage à gauche du gouvernement. Attaqué par les écolos et une partie de l’opinion publique sur la question du nucléaire, Henri Proglio a néanmoins continué à appliquer sa vision du groupe sans vaciller, et faire d’EDF, n’en déplaise aux détracteurs de l’énergie carbone, le meilleure allié du gouvernement pour mettre en place sa transition énergétique.

Le nucléaire désormais plébiscité

Directement remise en cause par le projet de loi, la part du nucléaire devra passer de 75 à 50 % d’ici 2050. Une mesure qui pourrait continuer de diaboliser cette source d’énergie mais qui encourage surtout le développement des énergies renouvelables dans notre mix énergétique. La sortie du nucléaire n’est pas au programme, au contraire. « Les besoins en électricité de la France font que le parc nucléaire existant, y compris Flamanville, ne suffira pas à couvrir 50% » des exigences en la matière, déclarait Henri Proglio le 24 juin lors d’une audition au Sénat.

Un constat partagé par Ségolène Royal puisque la ministre a récemment rappelé son soutien à la filière : « Je ne suis pas pour la sortie du nucléaire », avant de préciser l’importance économique du secteur pour le financement des énergies renouvelables. Quelques mois auparavant, c’était Jean Bizet, sénateur UMP à l’origine d’un rapport sur la coopération énergétique franco-allemande de s’exprimer en faveur du nucléaire : « Si nous n’avions pas un substrat nucléaire, la transition énergétique ne pourrait pas se faire ».

Pour engager une transition énergétique rationnelle, Ségolène Royal doit pouvoir compter sur le nucléaire et profiter de la marge de manœuvre économique et environnementale (seule énergie sans impact d’émission de CO2) qu’il permet et qui ne peut être ignorée. Et tant pis si cela fait débat et que certains qualifient le « revirement d’opinion » de la ministre d’opportuniste, le temps presse, la transition énergétique c’est maintenant et demain l’heure sera aux résultats.

Des prétendants au poste peu convaincants

Qui dit élection dit candidats. Si quelques noms ont circulé dans la presse, personne n’a confirmé une quelconque ambition de remplacer le patron sortant, qui fait déjà office de favori. Porté par un bon bilan, autant économique avec 11 milliards d’euros de bénéfices dégagés entre 2010 et 2013, que social puisque l’homme est apprécié par les employés et les syndicats. L’homme connaît son affaire et est parvenu à optimiser le potentiel du groupe sur le territoire français mais également au-delà de nos frontières, avec le projet de fabrication de deux EPR pour la Grande-Bretagne actuellement sur les rails.

Guillaume Pepy, le PDG de la SNCF, Thierry Breton, PDG d’Atos, Jean-Pierre Clamadieu, le patron de Solvay, Jean-François Cirelli, DG de GDF Suez et Anne Lauvergeon, ex patronne d’Areva, ont beau espérer, en secret ou à demi-mots, prendre la relève, personne ne semble connaître aussi bien EDF que son actuel dirigeant. Certes, personne n’est irremplaçable mais ce serait dommage de courir le risque d’une déception. En ces périodes incertaines, il vaut mieux miser sur la sécurité, chose que semble garantir un HP2, nom donné à un éventuel second mandant.

Loin d’être renvoyée aux calendes grecques, la nomination du prochain dirigeant d’EDF devrait avoir lieu vers la mi-octobre. Pour crédibiliser son projet de transition énergétique et le rendre rationnel, Ségolène Royal va avoir besoin de partenaires solides, capables de se mesurer à la hauteur des ambitions portées par les chantiers à venir. Proglio a fait ses preuves et le conserver à la tête d’EDF encore trois ans permettra à la ministre d’asseoir son projet dans des conditions adéquates. Une stratégie qui aurait donc davantage à voir avec le bon sens qu’avec de l’opportunisme.


Moyenne des avis sur cet article :  2/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • VIP erre 9 octobre 2014 12:29


    Bonjour l’auteur

    Votre article se borne à faire l’apologie d’Henri PROGLIO, sans indiquer ses résultats !

    Si pour vous la compétence d’un dirigeant se résume à augmenter les factures des ménages pour le confort des salariés et de son dirigeant, dès lors même une moule à coefficient intellectuel faible ferait l’affaire !

    • egos 9 octobre 2014 12:42

      De l’ombre à la pénombre, 

      qqs extraits de presse afin d’éclairer le contexte 

      et suppléer à la lanterne bien faiblarde de l’auteur




      http://www.fournisseurs-electricite.com/evolution-des-prix-de-Des révélations dans Marianne sur "le Pôle emploi des fils à papa »


      «  Henri Proglio, devenu patron d’EDF tout en restant président du conseil

      d’administration de Veolia, devait toucher un revenu annuel de plus de deux millions

      d’euros (450.000 euros de Veolia, 1,6 million d’euros d’EDF).« Le Pôle emploi des fils à papa", c’est le surnom que Marianne à paraître demain donne à Henri Proglio, ex-patron de Veolia, et actuel patron d’EDF »


      Arnaud Bouillin explique dans Marianne qu’Henri Proglio, qui vient de confirmer son ambition de rester avec EDF « l’un des grands recruteurs français », a déjà révélé un grand talent en matière d’embauches dans le cénacle politique. Selon Marianne, il a une façon bien à lui d’aider le gouvernement à lutter contre le chômage : on ne compte plus les fils ou filles de ministres et députés, leurs soeurs, frères, compagnes ou ex-collaborateurs auxquels cet accueillant patron a, selon Marianne, trouvé un bon job.

      Et Henri Proglio n’est pas regardant sur la couleur politique. Marianne détaille toute une galerie de personnages : parmi les embauchés de l’ami Henri, à EDF ou Veolia, à droite d’abord : la fille aînée de Jean-Louis Borloo et son ex-compagne. Un fils de Dominique de Villepin, sept ou huit des frères et soeurs de Rachida Dati, ou encore la fille de Christian Estrosi.

      La gauche n’est pas en reste : on trouve aussi chez EDF ou Veolia le frère de Jérôme Cahuzac, le fils de Claude Bartolone, ou encore l’ex-secrétaire particulier de l’ancienne patronne du du Parti communiste Marie-George Buffet, et l’ancien suppléant du député PS Jean-Yves le Drian, aujourd’hui ministre de la Défense. Sans parler de nombreux anciens politiques, y compris d’ex-conseillers de l’Elysée »


      « Le PDG d’EDF Henri Proglio, dont l’épouse fait l’objet d’une enquête préliminaire pour abus de biens sociaux et blanchiment de fraude fiscale, a indiqué lundi avoir remboursé 60.000 euros versés à sa femme par une association soutenue par EDF, assurant n’avoir jamais fait pression pour que l’entreprise ou ses fournisseurs financent ses spectacles »



      http://www.fournisseurs-electricite.com/evolution-des-prix-de-Des révélations dans Marianne sur "le Pôle emploi des fils à papa ».


      l’évolution des tarifs edf pour les particuliers-clients-captifs-adminstreés-assujettis, comme aux plus beaux temps de feu l’urss, se traduit une augmentation de 35% depuis 2009, année de nomination de Proglio à la présidence de la boutique ‘en remplacement de f Roussely)  lequel avait annoncé un peu trop bruyamment la mesure)


      Proglio conserva son job & salaire !jusqu’en 2011) chez Véolia, 

      entreprise opérant par délégation de service public, 

      elle même issue de la privatisation du secteur


      EDF, un monolithe au service d’une classe dirigeante vermoulue sur fond de paix sociale payée au prix fort (régimes spéciaux CE aux contours & finances opaques, douteux, avantages en nature dédiés au personnel étendus, maquis de consultants et conseillers)


      un simple coup d’oeil à une facture edf permet de constater à quel point la vente d’électricité participe au vaste processus de siphonnage du revenu des contribuables au profit d’une clique et de ses affidés tapis dans l’ombre.


      la mégalomanie du système allant jusqu’à recourir aux services d’un lobbyiste sévissant jusque dans les publications d’avx.



      • charlotterinaudo 16 février 2016 11:45

        @egos voila un petit rappel concernant la hausse du prix de l’électricité !!!! J’ai trouvé de nombreuses informations sur les alternatives vertes sur le site : http://www.fournisseur-energie.com/

        Jean-Bernard Lévy a déroulé ce mardi ses projets pour EDF devant les commissions des Affaires économiques du Sénat et de l’Assemblée. Il sera officiellement nommé mercredi.

        Jean-Bernard Lévy sera bientôt à la tête d’EDF. Mais celui qui assure l’intérim depuis dimanche a dû franchir une étape ce mardi : il a été auditionné par les commissions des Affaires économiques du Sénat et de l’Assemblée. Le successeur d’Henri Proglio a donc détaillé ses priorités, avant sa nomination officielle mercredi. 

        Hausse des tarifs de l’électricité

        Jean-Bernard Lévy a fait valoir la nécessité d’une hausse plus importante des tarifs réglementés de l’électricité sous peine de pénaliser économiquement le groupe. "Nous constatons aujourd’hui des retards préoccupants sur les trajectoires réelles des tarifs (de détail et de gros, ndlr) par rapport aux trajectoires qui avaient pourtant été convenues avec l’Etat« , a-t-il noté. »Ces écarts conduisent EDF à augmenter sans cesse sa dette", à laquelle le groupe recourt pour payer chaque année le dividende des actionnaires, dont l’Etat à hauteur de 84,5%. 

        "S’il n’y a pas des augmentations de tarifs qui permettent d’engager les investissements qui sont nécessaires, nous aurons à faire des choix", a-t-il prévenu, évoquant l’enjeu de "rester l’un des tout premiers énergéticiens mondiaux." 

        Le nucléaire

        Le nucléaire a pris une place importante lors de cette audition. Il faut dire que le sujet est dans l’air du temps : un an de retard sur la construction de l’EPR de Flamanville a été annoncé la semaine dernière, tandis que la fermeture de la centrale de Fessenheim est toujours incertaine. 

        Jean-Bernard Lévy a fait de Flamanville une de ses priorités, rapporte L’Usine nouvelle : "Nous ne pouvons qu’être désolés de voir un grand projet sur notre territoire dériver sans qu’il soit apparemment possible de mettre sous contrôle ni le délai, ni les coûts. Cela m’étonnerait qu’un allongement des délais permette de tenir le budget." Selon la même source, la fermeture de Fessenheim reste l’option privilégiée, même si le gouvernement pourrait demander des « plans alternatifs ». 

        Enfin, il a évoqué une « coopération sincère » avec le géant du nucléaire Areva : "Il s’agit de symboliser le fait qu’on tourne la page sur une période d’hostilité entre deux grandes entreprises françaises."


      • VIP erre 9 octobre 2014 14:05


        Bonjour Egos


        D’accord avec l’ensemble de votre commentaire.

        Il ne serait donc pas totalement surprenant que l’auteur Julien, alias Proglio H. fasse sa propre promotion pour se voir reconduire à ses propres fonctions par S. Royal qui pourrait prendre du personnel moins cher que ce PDG appointé comme une armada de smigards ?



































         ?















        • claraderoquefeuil 12 février 2016 16:57

          Merci pour ma facture d’électricité qui ne fait qu’augmenter ! Meme raisonnement que Segolème Royal, voila pourquoi elle veut le garder ! La solution est elle de ne plus aller sur ce site ?

          http://www.edf-agence.fr/nancy/edf-nancy-agence-numero-telephone-adresse/

          • charlotterinaudo 16 février 2016 11:39

            C’est tout de même un peu culoté de la part de Mme Royal de se dire maintenant contre la sortie du nucléaire à mon goût ! Est-ce réellement une solution à long terme le nucléaire ... Pas sur, ne vaut-il pas mieux tenter de promouvoir les énergies renouvelables propres ? La ville de Nantes tente déjà de le faire avec l’énergie solaire : http://www.fournisseur-energie.com/edf-nantes-44000 bonne idée tout de même non ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Julien


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès