• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Pourquoi Sleepy Joe harasse Poutine ?

Pourquoi Sleepy Joe harasse Poutine ?

Le gouvernement étasunien mis en place par Biden a indiqué dès le départ qu'il allait mener une politique hostile et agressive contre la Russie et Poutine. La stratégie qui fonde cette position tactique n'a rien à voir avec des actes malveillants qui auraient ou non été commis contre l'Occident. Cela n'a rien à voir non plus avec le Novitchok et Navalny qui font la une des médias dominants. Par contre, cela a tout à voir avec le dessein et le planning des mondialistes, ceux-là même qui n’ont reculé devant aucun coup tordu pour revenir à la barre et fermer la parenthèse continentaliste de Trump. 

Les choix de Tony Blinken comme secrétaire d'État et Victoria Nuland comme sous-secrétaire d'état aux affaires étrangères, de Bill Burns à la tête de la CIA, de Jake Sullivan comme conseiller à la sécurité nationale, et d’Avril Haines en tant que directeur du renseignement national sont révélateurs : tous sont issus de l’équipe Obama-Biden. Tous considèrent que c’est la Russie, et non la Chine, qui est le principal frein à l’élargissement de l'hégémonie des États-Unis.

Le nouveau chef de la CIA a été ambassadeur à Moscou et il était n°2 des affaires étrangères étasuniennes lors du coup d'état fomenté par la CIA en Ukraine en 2014. Quand il a quitté ses fonctions en novembre 2014, il a été remplacé par Tony Blinken, qui est aujourd'hui secrétaire d'état en titre, ce qui, aux Etats-Unis signifie « ministre des affaires étrangères ». C’est lui qui avait rédigé le texte qui condamnait l'« annexion » de la Crimée par la Russie (qui considère la Crimée comme partie intégrante du territoire national).

Du coup, l’équipe de Biden ne fait pas dans la dentelle : la Russie de Poutine est coupable, depuis l’« ingérence électorale » de 2016 jusqu’au récent piratage informatique du gouvernement américain SolarWinds, en passant par toutes les autres accusations formulées contre la Russie ces dernières années, qu'elles soient prouvées ou non.

La nomination de Victoria Nuland est l’indice le plus clair sur ce que sera la feuille de route à observer par les diplomates et militaires américains. Cette dame reste célèbre pour avoir dit au téléphone à Geoffrey Pyatt, l'ambassadeur des États-Unis à Kiev lors des manifestations de la place Maidan (2013-2014), à propos des choix de l'UE pour le nouveau régime ukrainien, « F ** k the EU ». En tant que secrétaire d'état adjoint aux affaires eurasiennes et européennes du cabinet Obama en 2013, Madame Nuland a travaillé en étroite collaboration avec le vice-président de l’époque, un certain Joe Biden pour mettre au pouvoir Arseniy Yatsenyuk par un coup d'état favorable aux États-Unis et hostile à la Russie. Elle a « encouragé » pendant des mois les manifestations contre le régime du président élu de l'Ukraine, Victor Ianoukovitch, pour forcer son éviction après sa décision de rejoindre l'union économique eurasienne de Russie. George Friedman, le fondateur du groupe de renseignement privé Stratfor, avait qualifié cette opération de « coup d'État le plus flagrant de l'histoire (américaine) ». Quand elle a quitté son poste en 2016, après l'élection de Trump, elle est devenue conseillère principale du groupe Albright Stonebridge, dirigé par l'ancienne secrétaire d'état de Clinton, Madeleine Albright (celle qui trouvait que la mort de 500 000 enfants en Irak était un choix difficile, mais que cela valait le prix). 

Dans un article publié par le journal des Affaires étrangères d'août 2020 du New York Council on Foreign Relations (CFR), Madame Nuland avait décrit ce qui sera probablement la stratégie américaine pour saper la Russie dans les mois à venir. Elle y déplorait l’esprit de « démission » qui se serait installé concernant les relations américano-russes et « la perte de confiance des Américains en leur propre capacité à changer la donne ». Autrement dit, elle veut « changer la donne » avec Poutine. Pour elle, au cours des 12 dernières années, « la Russie a violé les traités de contrôle des armements, déployé de nouvelles armes déstabilisantes, menacé la souveraineté de la Géorgie, annexé la Crimée et une grande partie du Donbass, et soutenu des dictateurs en Libye, en Syrie et au Venezuela ». Mais en plus, elle aurait « utilisé des cyber-armes contre des banques étrangères, des réseaux électriques et des systèmes gouvernementaux, interféré dans les élections démocratiques étrangères, et assassiné ses ennemis sur le sol européen. » Elle affirmait dans cet article que les sanctions économiques répétées des États-Unis contre certaines banques et entreprises russes ainsi que sur les partisans de Poutine n'avaient pas changé grand-chose à la politique russe, et que « les sanctions américaines « et alliées » (sic), bien qu'initialement douloureuses, étaient devenues inefficaces en raison de leur surutilisation et n'impressionnait plus le Kremlin, mais que la Russie de Poutine était devenue plus vulnérable : la seule chose qui devrait inquiéter le président russe, c’est l'opinion publique russe. Malgré des mouvements spectaculaires en politique étrangère, 20 années de non-investissement dans la modernisation de la Russie pourraient le rattraper. En 2019, la croissance du PIB de la Russie était anémique à 1,3%. Cette année, la pandémie de coronavirus et la chute libre des prix du pétrole pourraient entraîner une contraction économique importante… Les routes, les voies ferrées, les écoles et les hôpitaux de la Russie s'effondrent. Les citoyens sont devenus méfiants car les dépenses d'infrastructures promises ne sont jamais réalisées, et leurs impôts augmentent en même temps que l'âge de la retraite recule. La corruption reste endémique. "

Dans cet article du CFR, Madame Nuland préconisait l'utilisation de « Facebook, YouTube et d'autres plates-formes numériques ... il n'y a aucune raison pour que Washington et ses alliés nedonnent pas à Poutine une dose de son propre médicament en Russie. » Elle ajoutait que les Russes utilisaient beaucoup Internet, un réseau largement ouvert : « malgré les énormes efforts de Poutine, la Russie d'aujourd'hui est plus perméable. Les jeunes Russes sont beaucoup plus susceptibles de consommer des informations et des nouvelles via Internet que via la télévision ou la presse écrite financées par l'état. Washington devrait essayer d’en toucher un plus grand nombre là où ils sont : sur les réseaux sociaux Odnoklassniki et VKontakte, sur Facebook, Telegram et YouTube, et sur les nombreuses nouvelles plates-formes numériques en langue russe qui voient le jour. »

À peu près simultanément à la parution de cet article prémonitoire, Alexey Navalny était à Berlin où il se remettait de ce qu'il présentait comme une tentative des sbires de Poutine de le supprimer en utilisant le Novichok, un agent neurotoxique qui avait connue son heure de gloire avec « l’affaire Skripal ». Navalny (qui était boursier à l'Université de Yale en 2010) a reçu une subvention du « National Endowment for Democracy  » une fondation décrite par son fondateur Ronald Reagan comme faisant "ce que la CIA faisait, mais en privé." En 2018, Navalny comptait plus de six millions d'abonnés YouTube et plus de deux millions d'abonnés Twitter. On ignore le volume de la contribution logistique des services de renseignement américains pour gérer un tel flux. Aujourd'hui, cinq mois après son séjour à Berlin, Navalny fait un retour en Russie en sachant qu'il risquait d'être emprisonné pour des accusations passées. S’il ne s’agit pas de « provocation » on peut soupçonner un calcul, mais échafaudé par qui ?

Dans un article publié le 25 janvier, la même NED a réactivé l'appel de Madame Nuland pour une déstabilisation de Poutine par les médias sociaux. A propos de l'arrestation de Navalny à Moscou trois jours seulement avant l'investiture de Biden, cette ONG spécialisée dans les « révolutions de couleurs » a déclaré que, « En créant un modèle de guerre politique de guérilla pour l'ère numérique, Navalny a révélé le manque total d'imagination et d'incapacité du régime Poutine est dans une impasse : si Poutine tue Navalny, cela pourrait attirer davantage l'attention sur le problème et exacerber les troubles. Si Poutine laisse vivre Navalny, alors Navalny reste un foyer de résistance, qu'il soit en prison ou non… Navalny a largement déjoué Poutine à chaque tour depuis l'empoisonnement. Cela devient un peu humiliant pour lui. »

La décision de Biden de nommer un ancien ambassadeur de Moscou à la tête de la CIA et Victoria Nuland au poste de n °3 au département d'état indiquent que la déstabilisation de la Russie sera l'un des principaux objectifs de Washington à l'avenir. Comme le NED l'a clairement exprimé, avec « l'arrestation de Navalny, trois jours avant l'investiture de Biden, l'ancien ambassadeur américain en Russie Michael McFaul a tout ce qu'il faut pour« la première crise de politique étrangère de Biden. »

Il ne s’agit pas pour les mondialistes de « dénoncer un régime corrompu », ce dont ils n’ont d’autant moins à faire qu’il leur serait difficile de donner des leçons en la matière. Ça, c’est le slogan qu’ils fournissent aux chiens de gardes pour les empêcher de s’en tenir aux aboiements. Il s’agit en fait de soumettre là comme ailleurs une nation souveraine, que ses dirigeants soient progressistes ou conservateurs. Depuis l’implosion de l'Union Soviétique, le projet de l'OTAN (et des intérêts financiers qui sont derrière) est de faire éclater la Russie en plusieurs parties, de démanteler l'état et de piller ce qui reste de ressources en matières premières, pour en faire un satellite à l’image de l’UE. Le message que la nouvelle équipe de la Maison Blanche est clair pour qui veut bien entendre. Le deal avec la Chine, c’est autre chose : les dirigeants chinois sont formés par Harvard depuis longtemps, et la mise en orbite est chose faite.


Moyenne des avis sur cet article :  3.7/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

36 réactions à cet article    


  • robert 1er février 18:14

    Avril va devoir trouver un bon dentiste, autre chose : incroyable que ces merdes cherchent toujours à mordre les autre au lieu de s’occuper de ses problèmes internes.


    • samy Levrai samy Levrai 1er février 18:24

      « En 2018, Navalny comptait plus de six millions d’abonnés YouTube et plus de deux millions d’abonnés Twitter »

      combien de russes là dedans ? 


      • Philippe Huysmans, Complotologue Philippe Huysmans 1er février 18:24

        @samy Levrai

        Deux, Navalny et sa môman.


      • The White Rabbit The White Rabbit 1er février 19:01

        @Philippe Huysmans

        Mais bien sûr !
        D’ailleurs sa maman est lui ont appuyé 106 millions de fois sur youtube pour faire croire que sa vidéo a été vue par 106 millions de personnes ! smiley

        La preuve :

        https://www.youtube.com/watch?v=ipAnwilMncI&feature=emb_logo


      • Philippe Huysmans, Complotologue Philippe Huysmans 1er février 19:07

        @The White Rabbit

        Mais mon petit lapinou, donne-moi 50.000 boules de budget et je te donnes deux fois autant de vues sur la vidéo que tu veux... 

        https://youtu.be/YZhlU2_YsPE

        Tu prends vraiment les gens pour des cons, eh ?


      • V_Parlier V_Parlier 1er février 20:41

        @Philippe Huysmans
        Mais comme c’est une prestation privée, on ne dit pas que c’est une usine à trolls mercenaires. C’est un « service » de « l’ère du numérique » smiley


      • Philippe Huysmans, Complotologue Philippe Huysmans 1er février 20:42

        @V_Parlier

        Mais comme c’est une prestation privée, on ne dit pas que c’est une usine à trolls mercenaires. C’est un « service » de « l’ère du numérique »


        Qu’en termes élégants ces choses-là sont dites smiley


      • Bendidon Bendidon 1er février 18:37

        Hello Séraphin vous vous rappelez notre rencontre au café de Flore à l’époque de la guerre froide, vous étiez correspondant de l’agence Tass de Moscou

        Je vous avais présenté un jeune reporter plein de talent du nom de Tintin et je ne savais pas qu’il allait devenir mondialement connu grâce à vous  !

        Sinon pour sleepy Joe et Poutine aucune inquiétude à avoir, je suis en contact avec les extraterrestres qui comme vous le savez ont une base secrète sur la face cachée de la lune. Ils sont prêts à intervenir pour empêcher toute utilisation de bombe nucléaire sur la planète

        Donc relax


        • The White Rabbit The White Rabbit 1er février 18:56

          @Bendidon

          En fait si il y a un problème, je le tiens d’une source sure et citoyenne :
          "Trump est parti en Floride avec les codes nucléaires, sans les remettre à Biden.

          smiley

          Et les séléniens ont du mal à intervenir en Floride à cause de la chaleur et de l’humidité, ça leur fout des rhumatismes.
          Trump le sait, ne croyez pas qu’il a choisi de se retirer là par hasard... smiley


        • amiaplacidus amiaplacidus 1er février 19:08

          @The White Rabbit

          On ne voit plus trop ce bon docteur traîner par ici.

          Est-il en train de lécher ses plaies recroquevillé dans un coin ?


        • Pic de la Mirandole Pic de la Mirandole 1er février 19:42

          @The White Rabbit

          De toutes façons, si les USA utilisent leurs arment nucléaires, ils sont réduits en poussière comme Sodome et Gomorrhe dans le quart d’heure qui suit. Intégralement. Et cela résoudra 90% des problèmes de la planète.


        • sylvain sylvain 1er février 21:16

          @Pic de la Mirandole
          ben vu les arsenaux russes et EU, environ14000 têtes nucléaires à eux deux, je pense que les problèmes seraient résolus à 100% . En tout cas ce ne serait plus des problèmes humains, plutôt des problèmes de bactérie, de cafard et de ginko


        • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 1er février 22:16

          @Bendidon

          Tournesol maitrise la situation : il a confié aux Dupondt une mission confidentielle que je ne peux pas développer ici pour surveiller les extra-terrestres en question.


        • sylvain sylvain 2 février 10:47

          @Séraphin Lampion
          Tournesol maitrise la situation 

          Tournesol est le grand maitre des luniens, c’est une évidence, va t il réellement nous protéger de ses cousins ??


        • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 2 février 11:21

          @sylvain

          je me méfie : depuis qu’il a été mis à la tête du conseil scientifique de Moulinsart par le Maire, il est encore plus sourd aux injonctions du Capitaine Haddock et il a une grande influence sur Tintin qui, comme vous le savez, est déjaà sous la domination permanente de la Castafiore.
          comme, en plus, les Dupondt sont devenus accros aux jeux vidéos, je me demande si je ne vais par retourner chez Tapioca.


        • sylvain sylvain 2 février 20:15

          @Séraphin Lampion
          sur Tintin qui, comme vous le savez, est déjà sous la domination permanente de la Castafiore.

           Curieux de voir la descendance, milou aura de la compagnie . En tout cas je vous laisse le tapioca, j’ai fait des pâtes et de toutes façons ça me colle aux dents


        • The White Rabbit The White Rabbit 1er février 19:05

          A l’auteur :

          Vous partez du postulat suivant :

          "Le gouvernement étasunien mis en place par Biden a indiqué dès le départ qu’il allait mener une politique hostile et agressive contre la Russie et Poutine. "


          Pouvez-vous svp sourcer cette déclaration ?



          • JPCiron JPCiron 1er février 23:29

            @Séraphin Lampion

            Plus ça change aux USA, plus c’est la même chose...


          • The White Rabbit The White Rabbit 3 février 21:20

            @Séraphin Lampion

            Oui et ?

            ps : vous lisez l’anglais ou pas ?


          • Clocel Clocel 1er février 19:17

            C’est pas le tout, maintenant qu’il est « élu », faudrait le remettre dans le formol.

            Le premier Président zombi !

            Bon, en URSS on avait déjà vu du pas frais « aux commandes », mais pas dans cet état là quand même...

            Il s’est encore surpassé avec le scénario l’oncle Samuel...


            • Passante Passante 1er février 20:11

              c’est en vue de rebrancher cette chose creuse sur le domestic terrorism...

              c’est ça le vrai titre du dernier jeu :

              on devient le Brésil, mais pendant la dégringolade,

              tu bouges pas surtout.

              https://www.youtube.com/watch?v=xdA-4eiCIe8


              • cevennevive cevennevive 2 février 09:09

                Bonjour Séraphin,

                « Je suis tombé par terre, c’est la faute à Voltaire, »

                « Le nez dans le ruisseau, c’est la faute à Rousseau »

                Et les inondations, la pollution, la pandémie, la dette, la peur, la pauvreté, le séparatisme dont on nous parle en ce moment, l’islamisme, la guerre au Mali, etc, c’est la faute à Poutine.

                Voilà !

                Et entre les Etatsuniens et les Russes, nous sommes pris en sandwich, regardant à droite et à gauche à nous faire loucher.

                Pétard, restons entre nous !


                • jocelyne 2 février 11:25

                  Le titre est juste excellent, vous êtes doué.


                  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 2 février 11:33

                    @jocelyne

                    merci de l’avoir remarqué...


                  • popov 2 février 12:19

                    @Séraphin Lampion

                    Et c’est qui le Raspoutine de cette fine équipe ?


                  • cevennevive cevennevive 2 février 12:36

                    @popov, bonjour,

                    « Et c’est qui le Raspoutine de cette fine équipe »

                    Je crois que c’est le coronavirus.
                    Il aurait pu être assassiné par le Pr Raoult ou ses semblables, mais il a été protégé par plein de pays.
                    Sera-t-il assassiné un jour comme Raspoutine ?
                    Ce virus semble mithridatisé lui aussi. Quel est le poison qui l’anéantira ?

                    Tout de même, les histoires Russes sont plus belles que celles des U.S...


                  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 2 février 12:41

                    @cevennevive

                    fine mouche, la Cevennevive !
                    bisous


                  • popov 3 février 07:17

                    @cevennevive

                    Bonjour Danielle

                    Le coronavirus dans le rôle de Raspoutine ? Avant de penser à se faire assassiner, il devrait d’abord cocufier Biden et les notables de sa cour.


                  • cevennevive cevennevive 3 février 07:49

                    @popov, salut !

                    « il devrait d’abord cocufier Biden et les notables de sa cour. »

                    Cocufier, je ne sais pas, mais ils ont tout de même un sérieux coup dans l’aile, surtout Biden, le vieux beau cacochyme. Pour le « cocufier », cela ne doit pas être difficile...
                    Mais les Etatsuniens sont si « pudiques » !!!
                    Rien de bon n’est venu, ni ne viendra de l’Ouest (A l’ouest, rien de nouveau) et pour tous les pays...
                     


                  • popov 3 février 09:29

                    @cevennevive

                    Pudiques, mais il va quand même caresser les LGBTQQ dans le sens des plumes pour bien montrer qu’on est progressistes chez les Biden.


                  • agent ananas agent ananas 2 février 13:14

                    En lisant l’article je me suis aperçu que je l’avais déjà lu hier en anglais ...

                    Bravo donc pour cette traduction de l’article de William Engdahl ...

                    https://journal-neo.org/2021/01/29/the-destructive-plan-behind-the-biden-russia-agenda/

                    Ceci dit, malgré la nouvelle administration US uber russophobe, Biden a envoyé une délégation à Moscou pour signer in extremis une extension du Traité New Start de réduction des armes stratégiques aux conditions russes ...

                    https://tass.com/politics/1249313


                    • malhorne malhorne 2 février 16:20

                      joe le bide et la robinette cherra ; le moribond veut la peau du vlad parait-il , et toute la russie semble effrayée...................... !!


                      • Olivier Perriet Olivier Perriet 2 février 17:00

                        L’« annexion » de la Crimée par la Russie (qui considère la Crimée comme partie intégrante du territoire national).

                        En fait, à part les pays satellites et obligés, du genre Venezuela ou Syrie de Bachar el Assad, personne n’a reconnu « l’annexion » ou « le rattachement » de la Crimée. Même la Bielorussie de Loukachenko (qu’on peut difficilement faire passer pour russophobe) ne l’a pas fait.

                        D’ailleurs quand c’est l’Arménie, Poutine ne tolère pas non plus « le rattachement » ou « l’annexion » du Karabagh, en partenariat avec son ami Erdogan smiley


                        • samy Levrai samy Levrai 3 février 10:22

                          @Olivier Perriet
                          En fait la Crimée est maintenant russe et pour toujours quoi qu’en pense la propagande impériale occidentale.
                          Le peuple de Crimée s’est exprimé et contrairement aux pays soumis de l’Empire , la volonté du peuple sera respecté, peux être voudrais tu essayer de la reprendre par la force ? Commence par y envoyer tes enfants.
                          Tu as du oublier le précèdent Kosovo ... tu as assisté en Crimée à la réponse du berger à la bergère et ceci sera permanent ( pas le Kosovo).


                        • jjwaDal jjwaDal 2 février 17:17

                          On peut penser que le choix de la Russie comme « Archvilain » est justifié pour de multiples raisons. La plus grande menace pour les USA est l’appareil militaro-industriel, qui via le lobbying fera tout pour rester sous la mamelle financière de l’Etat et a un besoin vital d’ennemis, au sens militaire du terme. Hélas, on perd bien des guerres au 21ième siècle, sans tirer un seul coup de canon ou de missiles et ils ont déja perdu bon nombre de batailles. More to come...
                          La seconde est indéniablement la Chine qui a tout les moyens de devenir, ce que la Russie ne sera jamais, à savoir le leader mondial incontestable dans tous les domaines, y compris militaire.
                          Ces deux cibles ne peuvent pas être nommées pour des raisons évidentes. Donc, faute de mieux la Russie ayant une bonne tête et surtout une surabondance de ressources pour emballer la pompe à fric, on rêve de retrouver un nouveau Yeltsine.
                          Inutile de donner la liste interminable de dictatures sanglantes avec lesquelles les USA sont « cul et chemise ». On a bien compris que l’instauration de la démocratie est le cadet de leurs soucis en Russie, sinon comme outil pour diviser et régner.
                          La propagande, c’est un métier. La prestidigitation aussi. Et ça marche...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité