• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Pourquoi souvent nous ressentons un vide intérieur ? Pourtant on ne le doit (...)

Pourquoi souvent nous ressentons un vide intérieur ? Pourtant on ne le doit pas, il y a de la richesse en nous. Que faire alors ?

 Ce phénomène de vide intérieur est très fréquent de nos jours. Et on ne peut pas lutter contre ce vide tant celui-ci est indéfinissable. Pourtant on passe par ce vide, ce vide s’instaure en nous qu’on le veuille ou non. C’est ainsi. C’est comme si nos pensées s’embrument, elles voient et ne voient pas ce que nous voulons, elles nous laissent à des pensées même pas moroses puisque rien ne justifie cette morosité. Et même si quelque chose qui marche de travers, en réalité ce n’est que dans notre tête, rien de plus.
 

A un ami à qui j’ai envoyé plusieurs mails, et il ne m’a pas répondu, je lui ai écrit et lui ai demandé pourquoi ce silence. « Je t'ai envoyé plusieurs messages et tu n'as pas répondu. Aussi me disais-je tu peux bien sûr ne pas être en train pour répondre, ce qui est compréhensif compte tenu de la situation qui prévaut aujourd'hui en Algérie. Cependant, il y a cette éventualité qui relève de notre parcours dans l'existence, puisque nous ne sommes plus jeunes, et la santé peut être défaillante et aucun homme (...) n'est à l'abri d'un problème de santé.

J'espère que ce n'est pas le cas. Et si c'est en lien avec les événements, sache que c'est la marche de l'histoire de l'Algérie qui ne s'arrête pas, et nous ne sommes qu'à un stade de l'histoire, et aucun homme ni aucun système ne peut arrêter la marche de notre pays. Et le progrès a été, est et sera toujours visé dans la marche de l'histoire des humains que nous sommes, et où que l'on soit sur cette Terre commune à tous. »
 

Il me répond : « Merci Hamed pour ton message, effectivement il y a lieu de se poser la question pour ce retard. Pour te dire j’ai du courrier en attente.

L’absence a été longue. Je ne me suis pas rendu compte du temps qui est passé. Chaque fois je me dis que j’écrirai la lettre demain, puis demain passe puis un autre demain qui passe et ainsi de suite. C’est un moment de vide que je traverse, c’est peut-être dû à ce qui se passe ? Je ne sais pas.

Oui bien sûr, rien n’arrête la marche de l’histoire et nous devons comprendre le sens pour pouvoir appréhender les conséquences et nous y soumettre.

Je m’excuse d’être aussi court, c’est juste pour te dire que tout va bien et mon désir est que les choses évoluent positivement. A bientôt. »
 

Oui, il y a ce vide indéfinissable en lui, et je le comprends parfaitement. Et ces message ont été envoyé et reçu le jour du 6ème vendredi et de la marche populaire qui a lieu, ayant fait l’admiration par son pacifisme et son civisme auprès des autres nations. Évidemment, mon ami cherche la raison de ce vide et l’attribue à ce qui se passe sur la scène algérienne. Mais ce n’est qu’une probable cause et non pas la véritable pour la simple raison que mon ami vit une retraite paisible, c’est un intellectuel qui cherche à comprendre son monde. Bien sûr, comme tout Algérien, il espère que les choses évoluent positivement. Et l’Algérie est un grand pays et un grand peuple. Ce n’est pas que le peuple algérien est plus grand que les autres peuples, mais un peu comme si la Providence divine l’a choisi pour être, par son histoire, un peu un phare pour les autres peuples arabes et du monde.
 

On sait très bien qu’il y a un destin qui est tracé pour chaque peuple comme un destin pour chaque homme. Par conséquent, en revenant au vide intérieur, un homme ne peut remettre ça sur un objet, ou sur un sujet, c’est que le vide intérieur que tout homme peut ressentir relève d’une situation affective. Et cela peut être n’importe quoi, un risque de perdre son emploi, au sein de son travail ça ne marche pas bien avec les collègues, avec son épouse, le courant ne passe pas très bien, une angoisse concernant un problème de santé, des relations filiales difficiles, un père se sentant abandonné, ou l’inverse un fils ne se sentant pas aimé, enfin il existe un grand nombre de causes qui peuvent être mises sur le compte de ce vide intérieur. Que l’on ressent parfois très fort que l’on devient déprimé, triste, ou renfrogné voire même agressif. Cela peut se traduire par une fuite en arrière, avec un refus de correspondre, d’aller vers l’autre parce quelque chose en nous nous ferme à l’autre, on est prisonnier de notre soi, ou se traduire par une fuite en avant, on devient grincheux, prêt à se disputer, à trouver le moindre prétexte pour s’en prendre à l’autre.
 

Mais, en fait cela ne tourne pas seulement rond en nous. ? Pourquoi ? Pour comprendre, je prends un texte que j’ai trouvé sur Internet au bonheur la chance. Je prends certains passages.
 

Le premier : « « Je ressens un grand vide en moi », « Je me sens seul même quand je suis accompagné », « Je me sens seul même si j’ai tout et qu’il ne me manque rien », « Je me sens incomplet même si j’ai une personne merveilleuse à mes côtés ». Ce genre de phrases vous dit-il quelque chose ?

Il est probable que ce sentiment de malheur et d’insatisfaction vous soit familier. C’est un vide émotionnel, une émotion complexe qui nous poursuit toute notre vie et qui nous fait nous sentir seuls, et incompris.

La possibilité de nous sentir vides est quelque chose qui nous terrorise et qui nous bloque. C’est assez logique, car il n’y a pas de douleur plus pénétrante que celle provoquée par une confrontation directe avec notre réalité émotionnelle.

Cela nous pousse à nous poser des questions émotionnellement difficiles, telles que : « Si j’ai tout, que puis-je demander de plus ? A quoi puis-je aspirer si mon partenaire est déjà parfait ? Combien d’amis supplémentaires dois-je avoir pour ne pas me sentir seul ? »

Votre partenaire peut être parfait et merveilleux, mais la relation que vous avez avec lui peut ne pas vous rendre heureux. Cette désillusion et cette douleur vous indiquent que vous devez changer quelque chose. Si vous ne voulez plus vous sentir mal, vous devez commencer dès maintenant. Vous pouvez avoir l’impression de tout avoir, mais vous ne vous imaginez peut-être pas très bien tout ce qui se trouve à votre portée.

Il est possible que vous soyez entouré de gens, mais qu’ils ne soient pas bons pour vous, ou que vous ayez besoin de changer d’air.

Le deuxième passage : « Que se cache-t-il derrière le vide émotionnel ?

Le vide émotionnel cache l’esclavage, l’espoir, la tristesse, et le besoin d’affection et de liberté émotionnelle.

Ce sentiment se présente à nous de manière assez cruelle, masqué sous les traits de sentiments que nous ressentons, de doutes que nous avons, d’un épuisement général qui nous abat et d’un manque de passion qui nous tourmente.

Mais pourquoi se produit-il ? Pourquoi le vide nous frappe un grand coup sur la tête et nous épuise ainsi ?

La réponse est très simple : parce que nous ne nous connaissons pas bien. Vous êtes-vous déjà arrêté pour vous dire que le plus important est la façon dont vous vous sentez, l’endroit où vous souhaitez arriver et ce que vous devez faire pour y parvenir ?

L’important n’est pas ce qui se passe dans notre vie, mais qui nous sommes et comment nous souhaitons la vivre.

En sachant cela, on se rend compte qu’il vaut mieux arrêter de penser que nous sommes des personnes intéressantes, belles, sympathiques, et très sociables, mais plutôt que nous devons avoir une poignée de rêves pour survivre. »
 

Le troisième et quatrième passage : « Quand notre Moi s’effondre, le vide émotionnel survient. Tout se convertit alors en étiquettes simplistes, en rustines qui recouvrent à peine nos blessures, et en bandeaux qui nous empêchent de voir.

Comment ne plus ressentir ce vide intérieur ?

Le vide émotionnel est épuisant et insupportable, car il nous rappelle à chaque fois que nous ne sommes pas parvenus à notre but, nous laissant plein de désespoir et de désolation.

Vous pouvez essayer de le combler en mangeant à l’excès, en cherchant le grand amour, en buvant de l’alcool, en vous épuisant à la salle de sport ou en remplissant votre agenda.

Cependant, vous continuerez à souffrir de ce sentiment de « j’ai besoin de quelque chose mais je ne sais pas ce que c’est« .

Sans aucun doute, le vide détermine votre vie et votre bien-être, permettant l’équilibre global de l’architecture qui comprend tous nos sentiments.

De fait, cette déconnexion qui se produit entre le système limbique et le système préfrontal est la même que celle qui survient chez les personnes atteintes de dépression.

La lutte contre ce vide n’est pas facile. Il nous donne l’impression que toutes les émotions et les sensations les plus négatives qui existent se sont liguées contre nous pour en finir avec notre personne.

Cependant, nous pouvons toujours décider de ce que nous faisons de notre vie.

Nous avons le pouvoir de définir ce qui nous inquiète et de lutter contre, ou bien de continuer à être une barque à la dérive, plongée dans un océan de douleur et d’incertitudes.

Nous devons tous plonger à l’intérieur de nous-mêmes, et tenter de trouver ce qui provoque cette sensation de vide. »
 

Tout ce qui est dit dans ces passages comptent et comme c’est dit en conclusion : « Il n’existe pas de formule magique ou de remèdes infaillibles. La solution se trouve en chacun de nous, et tout repose sur le fait de parvenir sur les rives de la vérité. Le changement est une porte qui ne peut s’ouvrir que de l’intérieur. » (1)
 

Précisément tout est là. Le vide intérieur vient de notre intérieur que nous ne connaissons pas bien. Si le psychologue parle ainsi, c’est tout à fait normal puisque cela relève de ce qu’il sait des enseignements des sciences psychologiques qu’il a eues et qui sont un vaste domaine, ne répondant pas à tout, et toujours ouverts au progrès. Cependant il existe une « métaphysique de soi » qui englobe tous les phénomènes psychiques et ce qu’elle engendre entre autres le « vide intérieur », que nous connaissons mal, ou même pas du tout.

Et c’est parce que nous ne comprenons pas, nous ne savons pas que ce « vide intérieur » tout compte fait est normal, puisqu’il ne vient pas de l’homme en tant qu’agent, en tant que véhicule tout au plus de ce qu’il y a en lui et qu’il ne comprend ce qu’il y a en lui qui secrète cet état affectif. Pour comprendre, parlons du « plein affectif ». D’où il vient ? D’une réussite cela va de soi. Et quelle qu’elle soit la réussite. Dans les études, quand on avance dans son métier, en affection chez soi, en amour, etc. Donc c’est une réussite qui vient de ce qu’on a fait pour mériter ce « plein affectif ». Il arrive qu’un homme, une femme, et même quelqu’un de jeune qui réussit (études, travail, etc.) mais n’est pas heureux. Donc même la réussite peut être relativisée. On peut être heureux sans l’être vraiment.

Par conséquent, les bons moments et les moins bons moments surtout lorsqu’ils sont indéfinissables – une personne qui a tout mais n’est pas comblée – relèvent d’un processus existentiel tout à fait normal. Cependant, ce processus doit être assimilé dans le sens qu’il est passager, ne pouvant engendrer une dépression qui risque d’attenter à la santé de la personne. Évidemment c’est trop facile de prévenir mais on ne montre pas la voie de sortie. Et c’est ce qui est complexe dans la compréhension du « vide intérieur ».
 

Précisément la « métaphysique de soi » peut aider fortement, mais pour cela il faut se comprendre que l’être humain combien même il est une unité psychique, il demeure que le soubassement qui fait lui n’est pas si simple et surtout difficile à saisir. Et c’est quoi ce soubassement ? C’est tout simplement sa pensée et aussi l’essence qui secrète en lui la pensée. Et tout vient de sa pensée. Souvent philosophes et psychologues scindent le mental du psychisme. Le mental est considéré « représentations de tous types (images, sons, langage), le vécu (sentiments, états d’âme), des activités (croire, vouloir, espérer), en tant qu’ils sont conscients et perçus. Le mental a un caractère factuel, il est perçu empiriquement par chacun, sous forme du pensé ou de l’éprouvé.  » (2)
 

« Quant au psychisme, il est défini comme n’étant pas le mental.  » Il est dit que «  Le concept de psychisme, au sens moderne du terme, ne désigne ni l'âme, ni l'esprit. Il vient de la psychanalyse freudienne qui a tenté de trouver une détermination aux conduites humaines relationnelles et en particulier à leurs aspects pathologiques. Le psychisme, tout en intégrant le fonctionnement cognitif, y associe des aspects neurobiologiques (pulsionnels) et des influences sociales. C'est donc une entité complexe qui n'est pas homogène et, de ce fait, difficile à cerner. Partant de là, on peut reconstituer le faisceau d'hypothèses qui conduisent à une définition du psychisme :

- Il existe une entité complexe, repérable en chaque individu humain et elle génère les conduites, traits de caractère, types de relations, sentiments, symptômes, etc., décrits par la clinique.

- Cette entité évolue au fil de la vie individuelle et acquiert des contenus qui dépendent de facteurs relationnels, éducatifs, sociaux, et de facteurs biologiques et neurophysiologiques.

- Il est possible de construire un modèle théorique rationnel et cohérent de cette entité à partir des faits cliniques. Ce modèle a d’abord une valeur opératoire, celle d’expliquer la clinique en intégrant les différentes influences qui agissent sur l’individu humain.

- L'entité intègre, selon une dynamique conflictuelle, les influences hétérogènes qui s'exercent sur l'individu humain : influences relationnelles, culturelles et sociales, et enfin des facteurs biologiques. » (3)

Évidemment, comme il est dit, ce ne sont que des hypothèses conduisant à une définition subjective. Combien même elle se veut être scientifique, il demeure que « le mental comme le psychisme sont indissociables. Ils ont pour sens et support la pensée, et c’est l’essence dans la métaphysique de soi qui secrète la pensée. »

Dès lors l’être humain, depuis sa naissance, est confronté à son existence. Du stade du nourrisson au stade enfant, sa conscience à travers sa pensée qu’il ne sent pas mais toujours active sans qu’il le sache s’autoconstruit. Est-ce lui qui se construit ? Ou est-ce qu’il devient selon un processus biologique inscrit dans ses gènes ? Et encore même dans le processus génétique, une science relativement récente n’explique pas l’essence de l’existence qui est tributaire de l’essence de corps-pensée. Donc un soma biologique nourri par la pensée humanisante. C’est la pensée et ses propriétés uniques dans la biosphère qui lui donne le sens qu’il est, i.e. un être humain.
 

Par conséquent, tout ce qui fait l’être humain depuis sa naissance à l’âge adulte et ce qui suit son devenir relève de sa pensée et bien entendu dans le contexte, du lieu ou des lieux de l’existence où cet être va évoluer, se développer. Donc, l’être humain relève d’un développement qui va se faire indépendamment de son choix, et combien même il aura à choisir son existence, elle sera toujours dépendante de sa pensée qui l’orientera en fonction des possibilités que lui offre sa destinée.
 

Et ce point est très important pour comprendre son soi. Si l’être humain ne se scinde pas en lui-même qu’il est à la fois corps et pensée, il ne pourra pas se comprendre en profondeur. S’il reste que l’être humain qu’il est sans se poser sur son essence, il restera simplement l’être humain qu’il est à la merci de ses pensées combien même ses pensées relèvent toujours de comportements normaux que la pensée a intégrés en soi. Ainsi l’homme est un être tout à fait sociable, de personnalité structurée par les us et coutumes mais subissant les aléas de l’existence.
 

De là, les difficultés qu’on rencontre dans la vie affective. On est simplement structurée pour être ce qu’on est. On fait un peu ce qu’on fait les autres. On a beau être instruit, très instruit, on se trouve prisonnier de notre être pensant, de notre être pensant que nous ignorons dans un certain sens. En clair, notre être pensant ne nous parle pas, et nous ne cherchons pas à «  converser » avec lui. Bien sûr, cela ne vient pas à l’esprit que nous sommes deux dans un. Un corps et une pensée qui est tout, elle renferme toutes les possibilités qu’offre ce qui est en elle. Intelligence, raison, sentiment, intention, volonté, instinct, réservoir d’affection, etc., tout est en elle. C’est la pensée qui pense en nous qui nous mène et nous croyons que c’est nous qui nous menons. Oui, cette croyance est vraie, réelle, puisque c’est la pensée qui nous la donne, qui nous la permet. Nous croyons être acteur de notre existence, de notre destinée, nous croyons penser notre avenir, nous croyons faire notre avenir, nous croyons réussir, nous croyons être une célébrité, mais en réalité, c’est notre corps comme il est venu à la naissance, la pensée qui a été sans cesse son guide, dans le contexte de la vie qui lui a été sienne qu’il est devenu ce qu’il est devenu, qu’il est devenu ce qu’il devait devenir.
 

Donc, il faut comprendre cet état complexe de l’existant que nous sommes pour comprendre notre être dans son essence. Si nous arrivons à cela, si nous arrivons à « converser » ou à défaut à comprendre notre soi, on comprendrait que chaque minute d’existence est un miracle, chaque minute d’existence est une richesse en soi. Que si nous sommes malheureux, triste ou autre chose, et d’une manière générale, cela vient avant tout de soi qui est mal compris. Ce n’est pas nous qui sommes malheureux, c’est notre pensée surtout si elle est fermée, elle ne nous parle pas, qui nous rend malheureux.
 

Nous ne cherchons pas à comprendre, par exemple, pourquoi, de temps à autre ce vide intérieur nous prend, il nous bloque et nous rend indifférent sans prise sur notre existence. Et pour certains qui dépriment cela peut être très négatif, tellement négatif que le sens d’exister n’aurait plus de sens. Évidemment, les cas extrêmes qui vont au suicide ne signifient que ces êtres, en cherchant à se comprendre, vont quand même au suicide. Cela signifie simplement que les forces étaient tellement contraires que c’était écrit dans la destinée.
 

Il faut se dire que tout se fait par la pensée, et être bien ou mal dans son corps et aller vers un devenir relève certes de la pensée par laquelle on est et bien sûr des forces de notre corps, mais relèvent aussi de l’essence que nous ne savons ce qu’elle est qui vient cela va de soi de Dieu. Que nous croyons ou non en Dieu, Le tout puissant n’a pas besoin de notre croyance. Il nous fait, par conséquent, il est seul Maître de ce que nous sommes et ce que nous serons. Et c’est la raison pour laquelle, en cherchant à « converser » avec la pensée, on cherche aussi, même si on ne le dit pas, ou on ne le pense pas, en réalité, on cherche à converser avec Dieu. Pourquoi ? Parce que dans notre conscience, on sait que notre pensée relève d’une Essence divine, donc de Dieu. Si on converse avec « elle », même la pensée n’est que le « chemin » par lequel il nous est donné d’exister, et dans cette « existé », la pensée ne nous dit rien, mais elle répond à sa façon par le pouvoir de compréhension qu’elle nous permet de comprendre et de nous comprendre dans cet « existé ».

Donc, la pensée est à la fois notre conscience de notre conscience et de notre inconscience, et, par elle, elle nous unit à Dieu. Et si nous sommes unis à Dieu, dès lors, le « vide intérieur » n’est qu’un état passager qui dure ce qu’il aura à durer et selon ce qu’il y a en nous pour qu’il dure. En clair, même réel le vide intérieur n’est qu’une illusion nécessaire pour créer un équilibre psychique, un équilibre affectif qui nous appelle à aller au-delà, s’extirper par la pensée puisqu’il est venu par la pensée, donc le combattre par la pensée. Et surtout se dire que c’est un état naturel comme toute chose qui passe. Nous sommes des êtres qui passent, mais en passant nous existons. Et c’est cela qui compte, l’existence est une richesse, et nous n’avons pas le droit de ne pas respecter cette richesse. Tout est nous, la question serait alors « Aimons-nous suffisamment pour dépasser ces moments de désamours intérieurs qui sont naturels et appellent l’homme à les « transcender » et à respecter ce pourquoi il est ? »

 

Medjdoub Hamed
Auteur et Chercheur indépendant en Economie mondiale,
Relations internationales et Prospective
 

Note :
 

1. Nos pensées « Je ressens un grand vide intérieur », le 18 août 2015
https://nospensees.fr/ressens-grand-vide-interieur/

2. « Le psychisme humain », par Patrick Juignet . Le 16 juin 2015. Mis à jour : 12 octobre 2018
https://philosciences.com/philosophie-et-psychopathologie/33-psychopathologie-generale/148-psychisme

3. « Psychisme (définition)  », par Patrick Juignet. Le 12 septembre 2017. Mis à jour : 30 janvier 2019
https://philosciences.com/philosophie-et-psychopathologie/14-vocabulaire-philosophique/271-psychisme


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • Attila Attila 30 mars 10:26

    Que faites-vous comme métier, cher Monsieur ?

    Je suis videur.

    Ah ! Et ça consiste en quoi ?

    Quand les gens sont pleins, je les vide.

    Et quand ils sont vides ?

    Je les plains !

    .


    • Arthur S Arthur S 30 mars 10:27

      L’alcool, c’est bien aussi...


      • Attila Attila 30 mars 10:30

        @Arthur S
        Moi, quand je sens un vide intérieur, c’est parce que j’ai faim.

        .


      • Arthur S Arthur S 30 mars 10:59

        @Attila

        tiens, au fait, vous saviez que l’anorexie, c’est la faim du vide ?


      • Étirév 30 mars 12:29

        « Pourquoi souvent nous ressentons un vide intérieur ? Pourtant on ne le doit pas, il y a de la richesse en nous » s’interroge l’auteur de l’article.
        Jacqueline Kelen, dans son ouvrage « L’Esprit de solitude », nous rappelait ceci : « Le fond de l’être est d’or. Voilà où mène l’épreuve, (…). Le fond de l’être est joie, légèreté, fraîcheur, mais il fallait désencombrer la source, quitter les oripeaux, abandonner le « vieil homme » ses souffrances et ses certitudes.
        « Le fond de l’être est d’or. Infiniment délicat, indestructible et radieux. Et je peux y avoir accès, je peux renouer avec ce moi intemporel, originel, « primitif », grâce au silence et à la méditation, grâce aux amitiés et aux rencontres amoureuses, par les émotions qui naissent devant la beauté des choses, et aussi par toutes les épreuves et les douleurs qu’offre l’humaine existence. »
        Aujourd’hui, les nouvelles technologies, tel que le téléphone portable, ont des conséquences qui semblent aussi nuisibles que celle de la drogue ou de l’alcool sur le comportement humain, entravant du même coup, chez les individus, l’accès à cette Vérité.
        Aussi, peut-être tout cela n’a t-il rien d’anodin ?


        • Loatse Loatse 30 mars 13:19

          Bonjour,

          Très bon article.. qui nous renvoie à nos contradictions... nous sentant vides ou pour fuir cette désagréable sensation auquel nul n’échappe au moins une fois dans sa vie ; Nous recherchons de la compagnie pour y pallier, nous sentir en permanence exister.. pensant ainsi échapper aux remises en question qui se présentent également à nous un jour ou l’autre, lesquelles sont nécessaires à notre évolution individuelle (et collective de fait)...

          Mais il arrive également que cette compagnie en chair et en os nous pèse en ce qu’elle nous rend dépendants tout en nous maintenant dans l’illusion de notre incomplétude.. ce que produit toutes formes de compensation : (nourriture, boisson, drogue, sexe etc...)

          Cette illusion engendrant in fine, un sentiment d’impuissance face à certains événements, de l’appréhension

          Puis l’appréhension, en quête de qui pourrait nous rassurer et remplir ce vide existentiel...(ami, Entité quelconque)

          ainsi le cercle infernal de la dépendance s’auto-alimente indéfiniment...

          car nous voilà nous sentant vulnérables, étrangers à ce que nous vivons, victimes le plus souvent/ d’ou la nécessité de se créer des ennemis -  prêts à renoncer à notre libre arbitre pour une illusoire sécurité. 

          Ce faisant, nous nous privons de nous réaliser pleinement, en toute conscience... de vivre enfin !


          • Christian Labrune Christian Labrune 31 mars 17:34

            Pourquoi, souvent, nous ressentons un vide intérieur ?

            ==========================

            Moi, ça va. rien ne m’est plus étranger qu’un tel sentiment. J’espère bien, un jour, faire l’expérience de l’ennui, pour voir ce que cela fait, mais si rien de tel ne devait m’arriver, je n’en serais pas plus affecté que de ne m’être encore jamais cassé une jambe.


            • Hermes Hermes 1er avril 14:47

              Bonjour,

              la pensée nous éloigne de la présence, elle renforce notre ego en renforçant progressivement l’accumulation d’information passées....

              La pensée ne nous rapproche pas de la conscience, elle nous en éloigne...

              Ne soyons pas dupes de nous-même et des nos pensées, sinon par amour-propre nous essaierons de duper les autres !

              Juste une seconde de non pensée, en lachant les idées, les classifications, une seconde de non définition, d’arrêt des explications ou des recherches, et être là... nous rapproche de la conscience... stop.....

              ...................................................................... .........

              ...................................................................... .........

              Qu’y-a-t’il dans mon corps ?

              La pensée ne sert qu’à se tranquilliser, comme exutoire aux inquiétudes qui se sont inscrites dans le corps avec le temps, corps que nous avons oublié...

              Oui la pensée existe, peut être utile, mais je ne suis pas dupe : elle n’est rien qu’un chateau de sable que je m’obstine à consolider en attendant la vague du temps......

              Et n’étant plus dupe de soi-même, on cesse d’être dupe des autres : aucun maître ou pouvoir n’est légitime.


              • Hamed 1er avril 16:24

                @Hermes

                La pensée ne nous éloigne pas de la présence. C’est elle qui nous met en contact de soi et du monde. de même, la pensée ne nous éloigne pas de la conscience, c’est elle qui génère en nous la conscience.

                Par conséquent tout ce que vous dites n’exprime en fait que vos erreurs dont en grande partie relève de votre conscience et donc de votre pensée que vous n’assumiez pas et vous dit ce que vous voulez entendre. Comme par exemple « Ne soyons pas dupes de nous-même et des nos pensées, sinon par amour-propre nous essaierons de duper les autres ! »

                Mais avant de duper les autres, vous êtes déjà « duper » par votre pensée.

                Comme vous dîtes encore Hermes, « Juste une seconde de non pensée, en lachant les idées, les classifications, une seconde de non définition, d’arrêt des explications ou des recherches, et être là... nous rapproche de la conscience... stop..... »

                Il n’y a pas de non-pensée en l’homme, s’il n’y a pas de pensée, l’homme ne pourrait exister. Il n’y a d’idées sans pensée. De même, il n’y a pas de conscience sans pensée.

                Or, vous dîtes l’inverse. Vous ne comprenez pas votre pensée, et votre pensée ne fait qu’exprimer votre conscience en tant que vous êtes. Et c’est pour cela que je vous exhorte à pensée votre pensée pour comprendre votre conscience. Et à travers votre conscience, votre être. 

                De même « Qu’y-a-t’il dans mon corps ? ». Tout votre être, votre corps-pensée. Vous ne cessez de répéter le terme « duper », c’est vous dans ce termes que vous ressassez sans comprendre. 

                Sortir de ce dupe de soi, et « rapprochez-vous » de votre pensée, « conversez » avec votre pensée. Ou simplement lisez en vous.Ce sera bon pour vous


              • Christian Labrune Christian Labrune 2 avril 00:35

                "Ce phénomène de vide intérieur est très fréquent de nos jours. Et on ne peut pas lutter contre ce vide tant celui-ci est indéfinissable. Pourtant on passe par ce vide, ce vide s’instaure en nous qu’on le veuille ou non. « 

                =========================================

                Ce phénomène de »vide intérieur," je l’ai déjà dit plus haut, je ne le connais pas, mais j’aimerais bien connaître Abdelaziz Bouteflika. Je suis certain que, là-dessus, il aurait probablement beaucoup de choses à dire s’il pouvait encore parler, évidemment.


                • Christian Labrune Christian Labrune 2 avril 01:01

                  Et si nous sommes unis à Dieu, dès lors, le « vide intérieur » n’est qu’un état passager qui dure ce qu’il aura à durer et selon ce qu’il y a en nous pour qu’il dure.

                  =====================================

                  Oui, je pense que ce qui manque à Abdelaziz Bouteflika, que ce qui manque en Algérie, c’est Dieu, et depuis trop longtemps, mais ça pourrait bien changer assez vite.

                  On s’ennuie beaucoup en Algérie, semble-t-il ; c’est peut-être un effet du climat. Ailleurs, où Dieu est plus présent, dans le sultanat de Brunei, par exemple, on s’amuse comme des fous. On vient d’y rétablir la lapidation, qui est une des plus heureuses dispositions de la charia. Cracher dans l’eau du haut d’un pont pour faire des ronds dans l’eau quand on s’ennuie vraiment, c’est bien, mais pouvoir de temps à autre lancer des pierres sur la tronche de parfaits salauds coupables d’adultère ou d’homosexualité, c’est quand même infiniment plus excitant, plus rigolo, plus divertissant. Allah akbar ! Voilà ce qui manque encore à l’Algérie, mais peut-être plus pour très longtemps.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Hamed


Voir ses articles







Palmarès