• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Poursuivi pour fraude fiscale, Thierry Solère porte plainte à son tour (...)

Poursuivi pour fraude fiscale, Thierry Solère porte plainte à son tour contre les magistrats

Ce Mardi 29 janvier, Thierry Solère député La République en marche (LRM) des Hauts-de-Seine a déposé une plainte auprès du parquet de Paris, contre X pour « faux et usage de faux en écriture publique ».

Des charges trop accablantes

L’affaire prend sa source après des révélations du Canard enchainé et de Médiapart. Les deux journaux révèlent le contenu d’une enquête en cours, ouverte en 2016 par l’OCLCIFF (Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales). Thierry Solère est à cette période soupçonné de fraude fiscale entre 2010 et 2013. Il aurait mal déclaré ses revenus sur plusieurs années et aurait fait l'objet d'une procédure de rectification avec application de la majoration de 40 %.

L’élu avait démenti formellement les faits et avait déclaré avoir l’intention de porter plainte contre Le Canard enchainé. Sereinement, il reconnaissait avoir subi une « retenue-salaire  » parce qu’il avait tout simplement oublié de déclarer une partie de ses impôts.

Cependant, dès début juillet 2018, l’étau se resserre autour du parlementaire. De nouvelles charges sont rajoutées à son dossier et cette liste pèse désormais lourd contre lui : « trafic d’influence, corruption, abus de biens sociaux, financement illicite de dépenses électorales et manquement aux obligations déclaratives auprès de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique  ».

D’une part, Thierry Solère aurait signé lorsqu’il siégeait à la commission du développement durable de l’Assemblée nationale, un amendement visant à exonérer de taxes les véhicules de collecte de déchets industriels dangereux et d’huiles usagées. Or, il s’avère qu’il avait occupé le poste de PDG du groupe Chimirec payé à 12.000 euros de salaire mensuel. Ce groupe bénéficiait largement de cet amendement.

D’un autre coté, on lui reproche d’avoir illicitement financé des dépenses électorales et crée des emplois fictifs. Son épouse Karine Theet-Solère, toujours selon le Canard enchainé, aurait occupé le poste d’attachée parlementaire de son époux. Un emploi pour lequel, elle aurait encaissé un salaire de 4.400 euros net mensuels sur le premier semestre de 2012. Au même moment, elle aurait eu une activité de conseil au sein de la société Lerins Communication (tâche non déclarée par son époux, Thierry Solère).

Enfin, l’ancien porte-parole de François Fillon est soupçonné d'avoir bénéficié de faux prêts. Ces irrégularités consenties par les sociétés d'un promoteur immobilier l’auraient rendu propriétaire de quatre biens immobiliers.

Face à la gravité de toutes ces accusations, l’assemblée nationale avait estimé que l’immunité de Thierry Solère devait être levée. Formulée en juin 2018, la demande de retrait de cette immunité avait été transmise par sa supérieure hiérarchique, l’ancienne Procureure Générale de Versailles, Véronique Malbec. Le 17 juillet suivant Thierry Solère est placé en garde à vue. Il est libéré après 37 heures suite à un malaise et grâce à des avis médicaux.

La levée d’une immunité parlementaire « pas dans les règles »

Le 1 février 2019, alors que les enquêteurs peinent à conclure les investigations, une information judiciaire est ouverte dans le cadre de l’enquête. Deux juges d’instruction ont été désignés pour poursuivre les chefs d’accusation.   Avant cette date et contre toutes attentes, Thierry Solère lui-même porte plainte le mardi 29 janvier pour "faux et usage de faux". Cette plainte met en cause l’un des documents rédigés par le parquet de Nanterre. L’homme accuse de façon indirecte la procureure de la République de Nanterre, Catherine Denis. Selon lui, la magistrate aurait basé sa demande de levée d’immunité parlementaire et l’aurait obtenue sur des informations qu’elle savait complètement fausses. Les prêts immobiliers fictifs qui étaient la principale raison de la levée de son immunité avaient été justifiés. Des fonds qui avaient été officieusement remis n’auraient jamais été prouvés.

Le député dénonce alors le fait que cette demande de levée de son immunité parlementaire ne se soit pas faite dans les règles.

« Thierry Solère ne peut admettre que l’Assemblée nationale ait été trompée par la justice pour que cette dernière obtienne la levée de son immunité parlementaire », a affirmé son avocat Me Pierre Olivier Sur à 20 minutes.

Rappelons qu’en juillet 2018, Thierry Solère accusant un complot, avait écrit à François de Rugy, Président de l’Assemblée nationale pour demander lui-même la levée son l’immunité.

Selon l’Express, Le parquet de Paris devra décider de l’ouverture ou non d’une enquête sur les faits reprochés. La plainte déposée par Le député LREM est en cours d’analyse. Pour l’heure, la procureure n’a pas souhaité se prononcer.


Moyenne des avis sur cet article :  4.75/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • gerard JOURDAIN 12 février 17:00

    L’arroseur ...arrosé...« affaire Fillon qu’il vomissait.... »

    Je me marre......


    • aimable 12 février 17:15

      Personne ne pourra lui reprocher de ne pas être un homme d’affaires .

      Le nombre d’affaires en cours fait de lui un hyper actif .


      • eddofr eddofr 12 février 17:35

        Je n’ai aucune sympathie pour l’individu en question.

        Déjà, le simple fait qu’il soit député LRM et ancien compagnon de F. Fillon suffit à me le rendre antipathique.

        Pour autant, je trouverais extrêmement grave qu’un procureur (aux ordres du ministère) présente de fausses accusations pour « aggraver le cas » afin d’obtenir une levée d’immunité parlementaire (même s’il y a bien de vrais accusations dans le lot).

        C’est la porte ouverte à toutes les « pressions ».

        Déjà que nos députés ne sont ni honnêtes, ni indépendant, ni courageux, plus fidèles à ceux qui les « présentent » (le parti) qu’à ceux qui les élisent (le peuple).

        Mais si en plus ils sont à la merci de fausses accusations, là on va vraiment avoir des valets du pouvoir (quel qu’il soit, pourvu qu’il soit pouvoir).


        • Martin de Wallon Martin de Wallon 12 février 22:11

          @eddofr Effectivement ! 


        • Traroth Traroth 12 février 18:10

          "Rappelons qu’en juillet 2018, Thierry Solère accusant un complot, avait écrit à François de Rugy, Président de l’Assemblée nationale pour demander lui-même la levée son l’immunité.

          "

          Savoureux ! smiley 

           smiley 

           smiley 

           smiley 

           smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès