• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Pouvoir d’achat : pour 2018 ce sera 4,5 milliards d’euros en (...)

Pouvoir d’achat : pour 2018 ce sera 4,5 milliards d’euros en moins dans la poche des Françaises et des Français

Une perte de 4,5 milliards, c'est le calcul de l'INSEE (note de conjoncture p. 96) ! Comment est-ce possible, alors que le Président nous annonce le contraire ?

C'est en faisant la somme algébrique des "plus" et des "moins" (en termes de fiscalité, de salaire, de prestations de transfert, de dépenses contraintes, etc.) que l'INSEE avance une dégradation de 0,3 point de base de notre pouvoir d'achat. C'est en faisant les mêmes calculs qu'Emmanuel Macron nous annonce quasiment l'inverse.

Où est l'erreur, qui croire ? Le Politique ou notre Institut internationalement reconnu ? La boule de cristal du Politique, mâtinée d'un peu de méthode Coué ou les équations aux résultats irréfragables de l'INSEE, quand même sujettes à quelque effet papillon économique ?

En Marche, mais pas pour autant devenus des godillots, nous jugerons le Politique, sur pièces, fin 2018, voire janvier 2019. C'est-à-dire, le temps pour l'INSEE de recueillir et de valider tous les chiffres.

Quoi qu'il en soit, ce que les Françaises et les Français − notamment les plusieurs millions d'entre ceux qui, non-salariés, vont subir de plein fouet la hausse spectaculaire de la CSG, conjuguait au maintien de leur taxe d'habitation et à la hausse de leurs dépenses contraintes − attendent du Président : c'est que les efforts qui leur sont demandés contribuent, au moins, à un redressement durable de la situation économique et sociale de la France… comme promis.

Selon nous, ce redressement, visible, doit passer par une sorte de carré magique "kaldorien" :

- une diminution de la dette publique. Dette qui a atteint, au 31 décembre 2017, 100% du PIB, au pouième près. Une baisse, dès 2018, à seulement 98% sera de bon augure pour ramener notre dette publique à quelque 80 ou 90%, à la fin du quinquennat. En finir avec l'État impécunieux !

- une diminution des inégalités. Inégalités qui ne cessent de se creuser. La pauvreté continue d'augmenter pour les 2 premiers déciles, alors que les revenus des 2 derniers, ceux des riches, ne cessent d'augmenter. La réduction d'un décile de part et d'autre sera la bienvenue. En termes de coefficient de Gini, passer de 0,295 (2015 OCDE) à moins de 0,290 en 2018, sera un véritable exploit… à mettre au compte du Président. Cependant, c'est mal parti ! Comment espérer 0,280 en 2022 ?

- une diminution du déficit de commerce extérieur. Depuis quelques décennies nous ne fabriquons plus assez ce que demandent les acheteurs étrangers. Et, ils nous vendent de plus en plus de choses que nous ne produisons pas ou plus. Il ne s'agit pas, ici, d'améliorer notre compétitivité prix − vouloir bêtement concurrencer les pays à bas coût serait une ineptie de la fameuse politique de l'offre. Il nous faut essentiellement améliorer notre compétitivité hors-prix. Dès 2018, il serait souhaitable que les efforts demandés soient concrétisés par une baisse du déficit de notre commerce extérieur. Le ramener, en 2018, à quelque 30 milliards d'euros sera une première victoire. Il était de 48 milliards d'euros en 2016. Il sera probablement de 50 milliards en 2017. L'équilibre à la fin du quinquennat est une priorité pour en finir avec une France qui perd des parts de marché, dans une mondialisation qui devrait nous être profitable… comme elle l'est à l'Allemagne, notamment !

- enfin, une diminution du taux de chômage au sens du BIT − bien sur, et non au sens de Pôle Emploi. Notre mal endémique depuis la fin des 30 Glorieuses ! Au 3ème trimestre 2017, il était à 9,7%  ! En Allemagne il atteint un record depuis la réunification : 5,7%. De surcroit notre voisin manque de travailleuses et de travailleurs. Où est l'erreur ? Notre Président semble avoir une martingale pour réduire le chômage à 7% d'ici 2022  : la flexisécurité. D'accord, mais on voit bien aujourd'hui la "flexi". Demain, fin 2018, la "sécurité" devra commencer à pointer le bout de son nez.

Ces 4 redressements jupitériens doivent être réalisés. Ils seront de bons indicateurs quant à la réussite du début de mandant d'Emmanuel Macron qui doit, par ailleurs, effacer son image de Président des riches. Réussite qui devrait être largement facilitée et favorisée par une absence totale d'opposition, dans la rue comme à l'Assemblée nationale.

Pourtant rien n'est gagné ! Et, si aucune amélioration du pouvoir d'achat n'apparaît avant les élections européennes de 2019, le parti du Président, dont nous sommes, court droit vers une grande déculottée.

 

À suivre : prochain bilan d'étape en janvier prochain.

 

Crédit photo : fr.fotolia.com

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.58/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • Choucas Choucas 8 janvier 11:06

     
     
     
    SOUCHIEN DOIT PAYER SA SOUMISSION
     
     

    bétonnage pour le gland remplacement (plan banlieues = 1000 milliards)
     
    stades J.O pour mumuse du 93 surpondeur
     
    prix de l’immobilier x2,5 (qui a baissé au Japon et en Allemagne avant la traite)
     


    • Maitre Ratatouille Ratatouille 8 janvier 16:47

      @Choucas
      le pouvoir d’ Aîcha augmente aussi.. smiley


    • sweach 8 janvier 12:07

      En 2018 je vais faire 18 fois le plein de ma voiture, le coût, pour moi d’un plein passe de 61 euros à 68 euros. Je perd donc 126 euros de mon pouvoir d’achat avec l’augmentation du diesel sur l’année.


      L’augmentation de la CGS diminue également de façon mécanique mon pouvoir d’achat.

      Bref l’avenir s’annonce sombre, à voir l’impact de la disparition de la taxe d’habitation et des cotisations sociales « maladie » 0,75% et « chômage » 2,40%, même si c’est évident que cela va se reporter sur autre chose comme la taxe foncière et les PVs.

      Je préférerai qu’on équilibre les comptes en remettant en place les cotisations patronales, la taxe professionnel, l’ISF boursier et surtout qu’on arrête le CICE, le CIR, la loi pinel et autres niche fiscal.

      • Le421 Le421 8 janvier 18:04

        @sweach
        Ouais...
        Mais quelqu’un a dit quelque chose ?
        A part LFI ??
        Silence radio.
        Mieux !! Darmalin a dit que le pouvoir d’achat augmentait.
        Tiens, Macron cherche des « fake news » ? Pas besoin de se fatiguer...

        Mmmmmmm’béciles !!


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 8 janvier 12:16

        Voici un économiste « mainstream », qui croit que Macron décide de quelque chose....Mais non, il ne fait qu’appliquer des décisions prises au niveau européen, en fonction des Traités et en fonction des impératifs de la zone euro !


        - Applications des Traités européens.

        + Pacte de stabilité & de croissance de 1997 de la zone euro

        = GOPé Grandes Orientations de Politique économique imposées par Bruxelles depuis 2014, et que Hollande tout mou n’a pas réussi à appliquer en entier, c’est Jupiter Imprimatur qui s’y colle !

        PS Quant à la dette, la seule chose qui intéresse la banques, ce sont les intérêts de la dette, soit 41 milliards chaque année. Les mêmes politiques appliquées en Grèce, en Espagne, au Portugal et en Allemagne ( Lois Hartz) sont un désastre social.

        • kalagan75 8 janvier 12:38

          une diminution de la dette publique est impossible puisque « l’état » dépense 30% de plus qu’il ne reçoit. ( 2.6% du pib pour faire moins peur ... )


          Les dépenses nettes de l’État seraient de 386,3 milliards d’euros en 2018, contre 384,8 en 2017, et les recettes nettes de 302 milliards d’euros, contre 303,1 en 2017.



          • Yaurrick Yaurrick 8 janvier 13:11

            @kalagan75
            Sauf à mettre au régime sec l’état, et il y a largement de quoi faire avec toutes ces strates administratives, haut fonctionnaires et autres comités Théodule qui profitent largement des prébendes obtenues sur le dos du contribuable.
            La bonne nouvelle, c’est qu’il y a des solutions, ’on peut avoir des fonctions régaliennes bien meilleures tout en étant plus économe.... la mauvaise c’est que nombreux sont ceux qui vont freiner des quatre fers pour la moindre tentative de « dégraisser le mammouth ».


          • sweach 8 janvier 14:19

            @kalagan75
            Bien c’est compliqué car ils s’amusent à mettre le remboursement de la dette dans les calculs sans ajouter les nouveaux emprunts.


            Depuis 2009 et le gouvernement Sarkozi, on a remplacé l’impôt sur le patronat par de l’emprunt à la BCE
            Les comptes ne sont plus à l’équilibre alors que c’était le cas avant et on perd « vraiment » 40 Milliards par an.

            Nous avons aujourd’hui deux dettes, une fantôme qui n’a rien payé et fait gonfler une bulle virtuel uniquement constitué d’intérêt, mais il y en a une autre bien réel maintenant qui atteint les 320 Milliards et correspond à de l’impôt non perçu.

          • sweach 8 janvier 14:34

            @Yaurrick
            *Sauf à mettre au régime sec l’état, ... « dégraisser le mammouth »*

            L’état c’est des professeurs, des chercheurs, des flics, des infirmières, des soldats, etc ...

            Tout régime sec, ce traduit forcement par une baisse de service.

            En criant au loup contre les dépenses public, c’est votre santé, votre éducation, votre sécurité que vous remettez en question.

            Actuellement nos infrastructures routières ne sont plus entretenu.

            Oui il y a bcp trop d’administratif au sein de l’état, principalement les collectivités territoriales et communauté de commune, qui ont gravement abusées ces dernières décennie mais d’autre sont vraiment surchargé et ces eux qui sont privés de moyen.

            Tout régimes réduit mécaniquement la consommation, le faire c’est se tirer une balle dans le pied, si on souhaite relancer l’économie.
            Ce n’est pas les sortis d’argents qu’il faut revoir mais les rentrées.


          • Yaurrick Yaurrick 8 janvier 16:05

            @sweach
            Vous ne me ferez pas croire que parmi tout le personnel de la fonction publique hospitalière, de l’ednat et de la fonction publique territoriale, il n’y a pas nombre de postes inutiles (notamment administratif) , alors qu’on manque de personnels techniques.

            Je crie au loup parce qu’on peut faire bien mieux et pour un cout moindre : mais ça suppose de stopper cette gabegie généralisée, le couvert de l’intérêt général n’est trop souvent qu’un cache-sexe d’intérêts privés.


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 8 janvier 18:38

            @Yaurrick
            Ce qui serait utile, c’est de pouvoir récupérer les milliards dans les paradis fiscaux, 200 milliards estime Jean Gadrey, mais sur cette question, vous êtes d’une discrétion de violette...


            Ce qui est inutile ce sont les 173 milliards de cadeaux fiscaux aux entreprises chaque année.... Si la France sortait de l’ UE et de l’euro, l’économie reprendrait son activité normale, et n’aurait pas besoin de ponctionner les impôts des contribuables...

            Le commerce extérieur de la France, c’est la Bérézina, à cause d’un euro trop fort / $.

            Bossez plutôt les questions monétaires, au lieu de faire la traque aux fonctionnaires... « La Tragédie de l’ euro »


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 8 janvier 20:22

            @sweach
            on a remplacé l’impôt sur le patronat par de l’emprunt à la BCE

            Ce n’est pas ainsi que ça fonctionne... Les Traités interdisent aux Etats d’emprunter à la BCE. La BCE fait tourner la planche à billets, elle prête aux banques, pour pas cher, qui prêtent aux Etats, le plus cher possible...


            Avant Maastricht, l’Etat et les collectivités locales empruntaient à taux 0% à la Banque de France, mais ce n’était pas « moderne »...
            Ce qui est moderne, c’est de payer 41 milliards d’intérêts aux banques...
            « Cf Michel Rocard explique la modernité... »

            « Moderne » et « progressiste » font partie de la novlangue européenne pour mieux niquer les mougeons. Cela s’oppose à « ringard » & « archaïque » .

          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 8 janvier 20:32

            @Vraidrapo
            Bercy, en cherchant bien peut récupérer les fonds privés, mais pas ceux des multinationales qui vont installer leurs sièges dans les paradis fiscaux, car c’est légal. Elles n’ont pas à chercher loin, le Luxembourg, les Pays Bas, Malte et l’ Irlande leur ouvrent les bras...

            Depuis Maastricht, il n’y a plus de contrôle des mouvements de capitaux...

            Les Mamamouchis européens se sont contentés de regarder passer les trains et de faire la liste des paradis fiscaux...


          • Yaurrick Yaurrick 8 janvier 20:42

            @Fifi Brind_acier
            Posez vous la question de savoir pourquoi il y a des paradis fiscaux... Un indice : le mot enfer fiscal devrait vous aider, sauf pour ceux qui considèrent qu’une entreprise doit être la vache à lait servant à pour financer toujours plus de clientélisme et autres gabegies.

            Quand au CICE, c’est une connerie sans nom, il n’y a pas à subventionner de quelque manières des entreprises : cela a un cout énorme pour les contribuables, et comme il est impossible de toutes les subventionner, comment faites vous pour déterminer celles qui peuvent l’être ?
            puisque si la pression fiscale était moindre, il n’y aurait pas besoin de redonner de l’argent aux entreprises.

            Dans les 2 cas, ce n’est pas la faute de l’euro ni de l’UE, c’est bien franco-français. Les mécanismes de base de l’économie finissent toujours par rattraper la réalité, il est inutile de chercher un bouc émissaire pour nos propres incuries.


          • sweach 9 janvier 11:38

            @Yaurrick
            *Vous ne me ferez pas croire que parmi tout le personnel de la fonction publique ... il n’y a pas nombre de postes inutiles (notamment administratif)* 

            Et si je vous dis qu’un fonctionnaire ne coûte rien, que au contraire ça fait tourner l’économie, vous me croyez ?

            Tout l’argent public, ça représente des gens, public et privé, quand l’état donne son salaire à un fonctionnaire, il le dépense dans l’économie et fait tourner la machine.

            *on peut faire bien mieux et pour un coût moindre*
            On n’est pas une multinational, nous sommes un peuple, je préférerai toujours quelques chose qui fonctionne mal mais qui fait vivre des milliers de famille, à quelques chose qui fonctionne bien mais qui ne sert qu’à une poignée.

            Quand vous dites « inutiles », « coût moindre », moi j’entend chômage et misère. 

          • sweach 9 janvier 11:53

            @Yaurrick
            *Posez vous la question de savoir pourquoi il y a des paradis fiscaux... Un indice : le mot enfer fiscal devrait vous aider, sauf pour ceux qui considèrent qu’une entreprise doit être la vache à lait servant à pour financer toujours plus de clientélisme et autres gabegies.*

            Il faut arrêter là ! 
            Si vous payez des impôts c’est que vous gagnez de l’argent.

            Vous, vous préférez un system ou tout, absolument tout serait payant et chacun d’entre nous devait payer uniquement que ce qu’il consomme, vous ne réalisez pas à qu’elle point ce system est injuste est délétère, car comme disait Coluche « moins tu peu payer plus tu paye »

            Je préfère largement l’impôt qui répartie la charge des services que j’utilise sur tout le monde.

            L’impôt n’a jamais était un vrai problème pour les entreprises, le seul et unique problème qui les préoccupes c’est de pouvoir vendre leur produit.

            Imaginer 2s votre monde sans impôts, ...
            Sans normes, sans brevet, sans cota, sans frontière, sans code du travail, sans humanité....

          • Yaurrick Yaurrick 10 janvier 12:34

            @sweach
            Payer des impôts n’est pas absolument pas le fait des riches ! On arrive à un point où meme les moins bien lotis de ceux qui ont un emploi sont très largement taxés (même s’ils ne ne paient pas l’IRPP).
            Les mêmes pauvres qui paient l’université bien qu’ils n’y envoient pas leur enfants, parce que la gabegie règne, alors me parler d’injustice, qui est précisément le fait de notre système étatique irréformable, trop réglementé et fiscalisé.
            A aucun moment je n’ai dit qu’il ne fallait pas d’impôts : je dis qu’il faut que les services soient en rapport avec le cout, et malheureusement on est trèèèèsss loin du compte, il faut laisser le choix aux citoyens d’abonder ou non aux services de l’état, si ils sont si efficaces, les citoyens sauront faire le choix.


          • rhea 1481971 8 janvier 19:15
            • Il faut maintenir l’illusion nous sommes sous hypnose.

            • zygzornifle zygzornifle 9 janvier 08:29

              Haaaa vous avez voulu le changement les mougeons ? pas de changement a ce niveau vous allez êtres ratissés comme sous Hollande et Sarkozy , allez ouistiti pour la photo ..... 


              • wawa wawa 10 janvier 06:38

                4.5 Geuro:65 M français en moins, soit 70 e/francais, c’est moins que les sommes annuellement cramé en pure perte pour subventionner les energies renouvelables.

                commençons par le plus simple et arretons cette gabegie.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès