• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Première Année de Trump et Analyses basées sur des Vœux (...)

Première Année de Trump et Analyses basées sur des Vœux pieux

Les journaux arabes et occidentaux ont récemment publié des articles et des reportages sur l'année passée à la Maison Blanche par Trump, dont certains étaient raisonnables alors que d'autres étaient marqués par des « vœux pieux ».

De nombreux analystes arabes sont allés jusqu'à penser que la décision de Trump de reconnaître Jérusalem comme la capitale d'Israël a eu un impact négatif sur sa popularité aux États-Unis. Des sondages d'opinion ont prouvé que la popularité de Trump aux États-Unis se situait entre 32 et 38% au cours des trois derniers mois, mais c'était avant qu'il prenne la décision à propos de Jérusalem.

Les analystes occidentaux comparent la popularité de Trump à celle de son prédécesseur, Obama, dont la popularité ne s'est jamais située au dessous de 38%. Le taux de popularité de Trump au cours des 10 premiers mois de sa présidence est le plus bas parmi les présidents américains au cours des sept dernières décennies.

Ce déclin peut ne rien signifier pour un président élu pour quatre ans. Trump ne fait pas confiance aux médias américains et à l'opinion publique. Il les a longtemps accusés de mentir et d'agir contre lui. Trump a décrit ces enquêtes comme fausses et fabriquées. De tels sondages ne peuvent pas affecter le président actuel des États-Unis.

Les Arabes et les musulmans étaient profondément insatisfaits de la décision de Trump sur Jérusalem. Le mouvement a fait perdre aux États-Unis leur responsabilité morale dans le processus de paix. La décision de Trump a blessé plus de 1,5 milliard de musulmans à travers le monde et constitue une violation flagrante envers la ville sainte de Jérusalem. Cependant, la décision n'est pas la principale cause de la perte de popularité de Trump.

Il y a d'autres préoccupations qui déterminent la popularité du président, des préoccupations qui peuvent ne pas inclure ses politiques étrangères, en particulier au Moyen-Orient.

L'opinion publique américaine est contrôlée par de puissants groupes de pression. Le tout est manipulé dans les coulisses. Les groupes fondamentalistes de droite et les intérêts du pétrole et des armes ont joué un rôle crucial dans la victoire de Trump aux élections.

L'image de Trump est perçue différemment dans diverses parties du monde entier.

Le président Obama était détesté dans la région arabe en raison de son incapacité à traiter les dossiers syrien et iranien et également en raison de son soutien au chaos qui a renversé de nombreux régimes arabes. Selon les sondages d'opinion, la popularité d'Obama a atteint 60% pendant sa présidence. Les enquêtes ont indiqué qu'Obama était le quatrième président américain populaire après Ronald Reagan, Théodore Roosevelt et Bill Clinton. La popularité d'Obama parmi les démocrates a atteint un record d'environ 95 pour cent, tandis que 18 pour cent des républicains ont dit qu'ils ont approuvé sa présidence.

Le président Trump ne sera pas évincé de la présidence à cause des résolutions du Moyen-Orient, quel que soit leur impact sur notre région. Les difficultés rencontrées lors de son premier mandat sont principalement dues aux enquêtes sur l'intervention russe aux élections présidentielles américaines. Maintenant, l'accent est mis sur Steve Bannon, l'ancien conseiller principal du président. Les services de renseignement américains ont le pouvoir de poursuivre les enquêtes ou de les clore complètement. Les services de renseignement ont joué un rôle important en soutenant Trump quand ils ont annoncé la pénétration du courrier électronique d'Hillary Clinton, la plaçant dans une très mauvaise position.

La politique étrangère de Trump n'a rien à voir non plus avec sa popularité aux Etats-Unis ni avec le déroulement des enquêtes sur l'intervention russe. Évidemment, d'autres facteurs façonnent l'avenir de Trump à la Maison Blanche.


Moyenne des avis sur cet article :  1.36/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • keiser keiser 29 janvier 18:57

    Bonjour

    J’ai vu votre présentation où vous parlez de vous à la troisième personne.
    Je trouve cela un peu étrange.

    Ensuite :
    L’opinion publique américaine est contrôlée par de puissants groupes de pression. Le tout est manipulé dans les coulisses. Les groupes fondamentalistes de droite et les intérêts du pétrole et des armes ont joué un rôle crucial dans la victoire de Trump aux élections.

    Je connais les pays du Maghreb et du moyen orient.
    Et au niveau des groupes de pressions ( lobbies ou autres ... )
    Il me semble que ce n’est pas mal non plus, alors quoi ...
    L’hôpital qui se moque de la charité !?


    • Spartacus Spartacus 29 janvier 21:13
      Trump a 38% a plus de notoriété que Macron ou Merkel dans leur propre pays.

      La « responsabilité morale » c’est quoi ce concept de la branlette intellectuelle ? 
      La responsabilité n’a pas a être « morale ou immorale, elle doit être responsable et c’est tout.

      La responsabilité c’est au contraire de dire l’évidence et ce qui doit être dit : Jérusalem est la capitale d’Israël

      Les arabes manipulent les Palestiniens depuis trop de temps pour des raisons politiques et pourrissent la situation depuis trop longtemps.

      Leur but est de maintenir dans la haine Israël et les Palestiniens pour coaliser leurs peuples sur le sujet et tant qu’ils s’occupent de ça ils s’occupent pas des droits de l’homme dans leurs pays.

      La majorité des pays arabes sont des dictatures pétro-religieuses royales ou les habitants subissent la charia des interdits du moyen age liberticides terribles. 

      Lapidations publiques, habillage comme des bédouins du 7ème siècle, femmes aux droits inférieurs et discriminées, immigrés maltraités, et société médiévale.

      Seul Israël est un pays démocratique et le seul lieu ou les chrétiens, Juifs et musulmans vivent ensemble. Les femmes respectées et le pays ne pratique pas une justice médiévale du 7eme siècle totalement décalée.

      Quand aux »groupes de pression" se sont surtout les groupes de pression des arabes qui manipulent l’ONU et les opinions publiques et soutiennent l’anti-sémitisme partout sur terre...

      Avec le pétrole ce sont eux qui ont pourri la vie des Palestiniens en créant la tension.
      Trump a eu bien raison de mettre les points sur les I 

      • keiser keiser 29 janvier 22:45

        @Spartacus

        " se sont surtout les groupes de pression des arabes qui manipulent l’ONU et les opinions publiques et soutiennent l’anti-sémitisme partout sur terre...

        Dans ton propos, il y a comme un non sens.
        Je pense que tu devrais essayer d’aller voir l’origine du mot « Sémite ».
        Et tu pourrais avoir comme une surprise. smiley


      • Christian Labrune Christian Labrune 29 janvier 23:22

        @Spartacus
        Je suis tout à fait d’accord avec ce que vous dites de la politique de Trump au Moyen-Orient et aussi avec les constatations que vous faites concernant Israël.

        Il reste que le monde arabe sunnite est quand même en train de changer. Ce que vous expliquez vaudrait pour les pays du Maghreb enfoncés dans une crise économique abominable, dirigés par des « élites » incapables et corrompues, et aussi bien pour les Palestiniens qui se comportent depuis soixante-dix ans comme des enfants qui casseront les pieds aussi longtemps qu’on ne leur aura pas donné ce qu’ils réclament. Le cher (cher, au sens financier du terme) Abou Mazen vient de s’offrir un jet privé à cinquante millions de dollars, qui sera largement payé par les aides internationales. Après cela, il ira pleurnicher à Bruxelles sur le sort des pauvres enfants palestiniens qui manquent de tout parce que Trump refuse de continuer à arroser des gens qui entretiennent le terrorisme et refusent par dessus le marché de revenir s’asseoir à la table des négociations.

        Au Moyen-Orient, du côté des pays du Golfe, les choses sont en train de changer : les revenus du pétrole ont bien diminué, ils finiront par disparaître quand la plupart des pays développés auront pu s’affranchir de cette source d’énergie, mais les réserves financière accumulées permettent d’assurer sans trop de difficulté une entrée dans la modernité et une diversification de la production des richesses. L’une des premières conséquences sera l’affaiblissement et même la disparition du wahhabisme : quelques oulémas particulièrement hostiles à cette évolution ont déjà été mis à l’ombre.

        Il est à noter que l’Arabie, dans son plan de paix concernant le vieux conflit, proposait déjà Abu Dis, qui est tout proche d’al-Aqsa, comme capitale d’une éventuelle Palestine. Après la déclaration de Trump sur Jérusalem, la rue arabe, partout, s’est enflammée, quoique beaucoup moins qu’on n’aurait pu l’imaginer, mais les protestations auront été très molles au niveau de la Ligue arabe, et tous les observateurs ont bien remarqué qu’aucun pays arabe n’avait rappelé, même pour consultation, son ambassadeur aux Etats-Unis. Cela permettait à Trump d’affirmer tranquillement il y a quelques jours que dans l’hypothèse d’une reprise des négociations entre entre Israéliens et Palestiniens, la question de Jérusalem ne pourrait même plus faire l’objet de la moindre discussion.

        La menace iranienne est de plus en plus criante. En dépit de quelques bombardements stratégiques ostensiblement reconnus désormais par Tsahal, les Iraniens continuent à fabriquer en Syrie et même au Liban des missiles beaucoup plus précis que ceux des guerres précédentes. Cette situation ne peut plus durer. D’où les discussions actuelles avec un Poutine que Netanyahou est en train de mettre au pied du mur : s’il ne fait rien pour empêcher l’hégémonie iranienne, il faudra nécessairement passer à l’offensive, et assez rapidement.

        Quand les régimes fascisants de l’Iran et de la Turquie seront tombés, les choses deviendront beaucoup plus claires. Cela ne devrait plus trop tarder : les Iraniens préparent d’autres soulèvement, et il se pourrait bien que l’entreprise d’éradication des Kurdes au nord de la Syrie soit le commencement de la fin pour le sinistre Erdogan.


      • popov 30 janvier 00:50

        @keiser
         
        Seriez-vous de ceux qui clament que les Arabes ne peuvent être anti-sémites puisqu’ils sont eux-mêmes des sémites ?
         
        Vous devriez aller voir le sens du mot anti-sémitisme au dictionnaire et vous rappeler qu’un mot n’est pas défini par son étymologie, mais par l’usage qu’on en fait.


      • JC_Lavau JC_Lavau 30 janvier 02:18

        @popov. C’est comme « ça craint », quoi, qui jamais n’a eu de sens défini contractuel, mais des usages dans une peuplade.


      • popov 30 janvier 00:33

        @salem alketbi
         
        La décision de Trump a blessé plus de 1,5 milliard de musulmans à travers le monde et constitue une violation flagrante envers la ville sainte de Jérusalem.
         
        Ah ben ça c’est bien. Les mahométans vont pouvoir ressentir ce qu’on ressenti les orthodoxes quand la basilique de Constantinople a été transformée en mosquée puis en musée.
         
        Et pourtant, Jérusalem n’est que le quatrième lieu saint de l’islam après Médine et La Mecque, le premier lieu saint de l’islam étant aujourd’hui la CAF.


        • lloreen 30 janvier 12:15

          « Évidemment, d’autres facteurs façonnent l’avenir de Trump à la Maison Blanche. »

          Notamment celui d’échapper aux pièges tendus par les démocrates, dont ceux du grand ami du clan criminel des Clinton, Chuck Schummer ,et de leurs associés du syndicat international du crime organisé,
          La manipulation de Schummers a consisté à rompre la continuité des preuves en arrêtant l’administration pendant trois jours. La corporation de Washington DC (district of Columbia) est une fiducie et ses lois ne sont pas intégrées légalement avant 1 an et 1 jour. La fiducie à la tête de laquelle Trump se trouve aurait été intégrée au droit le 21 janvier 2018...donc Schummers a choisi exactement ce créneau pour fermer les services de l’administration Trump.
          Cela signifie donc concrètement que tous les décrets et autres mesures adoptées par l’administration Trump durant la première année de son mandat présidentiels sont nulles et non avenues ainsi que toutes celles qu’il prendra au cours des prochaines années par ignorance de cette procédure essentielle du droit ecclésiastique...Et si le président Trump ignore cette disposition fondamentale, ce ne sont certes pas ses adversaires qui se chargeront de l’en informer ! 

          Deux options sont donc envisageables :

          - soit le président Trump n’a joué qu’un rôle de façade en s’attaquant de front à la criminalité ambiante dans les hautes sphères états-uniennes en sachant parfaitement que la procédure annulera tout ce que son administration a fait et il joue le jeu en continuant son mandat comme si de rien n’était

          - soit il s’agit d’une manigance des démocrates qui connaissent parfaitement ce mécanisme et s’en sont servis pour invalider tout ce que le président Trump aura fait durant la première année de son mandat présidentiel, en jubilant intérieurement à l’idée de savoir qu’aucun risque n’émane du président Trump puisque toutes ces menaces de s’attaquer à l’état profond ne lui seront applicable !

          Si le président Trump ne refait pas son serment de fonction après cette interruption, aucune des mesures qu’il a prises durant cette première année (executive orders ) ne sera valable ni les suivantes et il y a fort à parier que ses adversaires en profiteront un maximum. Extérieurement, le président Trump continuera ses mesures et les américains ne sauront jamais que rien de ce qu’il promet ou décide n’est effectif...


          • zygzornifle zygzornifle 30 janvier 14:56

            L’opinion publique américaine est contrôlée par de puissants groupes de pression. Le tout est manipulé dans les coulisses.


            on en a en France un magnifique exemple avec l’élection de Macron qui a été arrangée pour tous les médias qui nous ont matraqués jusqu’à en vomir et les lobbys qui les contrôlent ....

            • keiser keiser 30 janvier 23:21

              Pas de nouvelles du docteur Saoudien.
              Peut être, devrais je vous parler à la troisième personne  !? ...
              Allez !. .. donnez nous au moins des nouvelles du Golf.  smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès